vendredi 29 mai 2015

DES CHRETIENS QUI NE PRIENT PAS

Les chrétiens qui ne prient pas ne réalisent pas à quel point ils sont en danger. Tu peux objecter : “Qu'est ce que cela peut faire si des chrétiens ne prient pas ? Ils sont tout de même croyants, lavés par le sang, pardonnés et ils ont une place au Ciel. Quel est le danger à devenir un peu tiède ?”

Je crois que notre Père céleste réalise que nous vivons dans une ère active, avec de nombreuses demandes qui réclament notre temps et notre énergie. Et les chrétiens sont rattrapés par l'affairement et les activités, autant que n'importe qui d'autre. Mais je ne peux pas croire que Dieu prend à la légère notre rejet du libre accès que Son Fils a payé de Sa vie.

Dieu a fait de Christ notre “tour forte”. Mais seuls ceux qui “y courent s'y trouvent hors d'atteinte” (voir Proverbes 18:10). Si tu n'y entres pas, alors, tu es toujours de l'autre côté de la porte. Tu te tiens là où se tenait Israël, mais Dieu n'y rencontre plus personne à présent. Tout ce dont nous avons besoin se trouve à l'intérieur : le pardon de nos péchés, la grâce dans les temps de besoin, la puissance pour vaincre.

Imagine la souffrance causée au Père et au Fils par le rejet. Je m'imagine cette conversation entre eux :

“Mon Fils, Tu as été battu, moqué, crucifié, enterré. Cela M'a fait tellement de peine, J'ai fermé Mes yeux à cette vue. Mais Tu as accompli l'Alliance éternelle. Tu as permis que ceux qui placent leur confiance en Toi puissent être acceptés et qu'ils aient un accès ouvert. Grâce à Toi, les gens des derniers temps peuvent venir à Moi. Et ils peuvent devenir puissant par Ma force, bâtissant des réserves de foi contre le diable qui va les tenter et les tester comme jamais auparavant.

“Pourtant, où sont nos enfants bien-aimés ? Le lundi passe et nous ne les voyons pas. Mardi arrive et toujours pas d'enfants. Mercredi vient, sans qu'on puisse les apercevoir. Jeudi, vendredi et samedi passent et nous ne les voyons toujours pas. Ce n'est que le dimanche qu'ils s'approchent de Nous, lorsqu'ils sont à l'église. Pourquoi ne viennent-ils pas ? Ne Nous aiment-ils pas ?”

Dieu a posé la même question à Adam quand il s'est caché dans le jardin d’Éden. “Adam, où es-tu ?” (Genèse 3:9). Le Seigneur savait où se trouvait Adam. Ce qu'Il demandait en réalité, c'était pourquoi Adam avait rejeté la communion et Il lui montrait qu'il y avait du danger à se cacher de Sa présence.

En effet, les chrétiens qui ne s'approprient pas le libre accès au Père finissent dans la même condition que l’église de Sardes. Le Seigneur a dit à Jean : “Écris à l’ange de l’Église de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu... Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort.” (Apocalypse 3:1).

jeudi 28 mai 2015

L'ACCES A UNE VIE DE VICTOIRE

Quand Jésus a marché sur la Terre, Il s'est rendu accessible à toute la population. Il enseignait dans les synagogues, sur les collines, sur les bateaux. Il a guéri les malades, a accompli des merveilles et des prodiges. Il a élevé la voix lors des fêtes, disant : “Je suis l'eau de la vie. Venez à Moi et Je rassasierai votre âme assoiffée.” N'importe qui pouvait s’approcher de Lui et obtenir satisfaction.

Mais l'invitation de notre Seigneur a été en grande majorité ignorée. Il a pleuré sur le peuple : “Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu !” (Matthieu 23:37). Il disait à Israël : “Je suis là, à présent, disponible pour vous. Je vous ai dit de venir à moi pour obtenir la guérison et pour que Je puisse répondre à vos besoins. Mais vous ne venez pas.”

Comment Jésus a-t-Il réagi au rejet du peuple ? Il a déclaré : “Voici : votre maison vous est laissée déserte”(23:38). Le mot utilisé pour déserte implique les notions de solitude, de désolation et de stérilité. Il dit : “Votre vie d'église, votre foyer, votre marche spirituelle, tout cela va sécher et mourir.”

Réfléchis-y. Si les parents ne recherchent pas Dieu quotidiennement, leurs enfants ne le feront certainement pas. Leur foyer sera alors rempli de choses du monde, de stérilité spirituelle, de solitude au-delà de toute description. Au bout du compte, leur famille va finir dans une désolation totale.

Garde à l'esprit que Jésus a donné ces mises en garde en un jour de grâce. Il a ajouté : “ vous ne me verrez plus désormais jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !” (Matthieu 23:39). La signification est la suivante : “Je vous ai donné un libre accès pour que vous puissiez vivre une vie de victoire. Mais vous avez ignoré Mon offre. Je suis désolé, mais votre décision va apporter la désolation à votre vie et à votre foyer. Et vous ne me verrez plus jusqu'à l'éternité.”

A quand remonte la dernière fois où tu t'es approché de Dieu pour trouver tout ce dont tu as besoin pour ta vie ? Te trouvais-tu dans un temps d'épreuve, affrontant une période de crise pour ta famille, ton travail, ta santé ? Il n'y a rien de mal au fait de s'approprier le libre accès à Dieu dans les temps de besoin. Esaïe a écrit : “Éternel, ils t’ont cherché, Quand ils étaient dans la détresse ; Ils ont épanché leur prière lorsque ta punition était sur eux (Esaïe 26:16). Le Psalmiste atteste : “De ma voix je crie à l’Éternel, De ma voix je supplie l’Éternel. Je présente ma requête devant lui, J’expose devant lui ma détresse” (Psaumes 142:1-2).

mercredi 27 mai 2015

LA PLUS GRANDE PEINE DU COEUR DE CHRIST

Quelle est la plus grande peine que le cœur de Christ puisse expérimenter ? Je crois que c'est le fait qu'une génération ait reçu un accès total, sans restriction au Père, mais qu'elle ne vienne pas à Lui.

Pendant des siècles, le peuple de Dieu a soupiré et désiré voir les bénédictions de notre époque. L'accès dont nous jouissons à présent est justement l'accès auquel aspirait Moïse. C'est ce même accès que le cœur de David pouvait voir mais ne pouvait obtenir. C'est l'accès que Daniel n'a jamais eu, alors qu'il priait le Seigneur trois fois par jour. Nos ancêtres ont vu que cet accès serait disponible à notre époque, et ils se sont réjouis pour nous.

Et pourtant, nous qui avons reçu le droit de jouir de ce don merveilleux le prenons pour garanti. La porte a été ouverte pour nous, et pourtant, nous refusons d'y entrer pendant des jours et des semaines d'affilés. Quel crime ! A chaque fois que nous ignorons l'accès que Jésus a acquis pour nous, que nous passons négligemment devant la porte, nous traitons Son sang avec légèreté. Notre Seigneur nous dit que nous avons à disposition toutes les ressources dont nous avons besoin, si seulement nous venons à Lui. Et pourtant, nous continuons à snober Son cadeau sans prix.

L’Écriture nous exhorte : “Approchons-nous donc d’un cœur sincère, avec une foi pleine et entière, le cœur purifié d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’une eau pure. Confessons notre espérance sans fléchir, car celui qui a fait la promesse est fidèle” (Hébreux 10:22-23). Ce passage parle clairement de la prière. Dieu nous presse : “Viens souvent dans Ma présence, quotidiennement. Tu ne peux pas garder la foi si tu ne t'approches pas tout près de Moi. Si tu n'entres pas dans Ma présence avec assurance, ta foi va chanceler.”

Tu connais peut-être des chrétiens qui brûlaient autrefois pour Jésus, prenant toujours du temps de qualité pour le Seigneur, cherchant Sa Parole et s'isolant avec Lui. Ils savaient qu'ils devaient s’approcher de Lui pour garder leur foi vivante.

Pourtant, aujourd'hui, ces mêmes chrétiens “pensent” à peine leurs prières. Ou alors, ils se dépêchent d'entrer dans la présence de Dieu, juste pour quelques minutes, le temps de dire : “Bonjour Seigneur. S'il-te-plaît, guide moi aujourd'hui. Je T'aime Jésus. Au revoir.” Leur cœur qui recherchait Dieu est parti. La communion tranquille dont ils bénéficiaient autrefois n'est plus. Et quand on les interroge sur leur vie de prière inexistante, ils déclarent “s'appuyer sur leur foi.”

Mais je te le dis : des gens qui ne prient pas deviennent rapidement des gens qui n'ont plus la foi. Plus ils rejettent le don du libre accès, refusant de puiser dans les ressources que Dieu a mis à disposition, plus ils vont à la dérive.

mardi 26 mai 2015

UN ACCES SANS RESTRICTION

En un soudain et glorieux instant, Jésus a ouvert un accès total, sans restriction, au Père. La Bible dit que, à Golgotha, sur une croix tachée de sang, “Jésus poussa de nouveau un cri d’une voix forte et rendit l’esprit. Et voici : le voile du temple se déchira en deux du haut en bas” (Matthieu 27:50-51).

Au moment de la mort de Jésus, le voile du temple à Jérusalem a été littéralement mis en pièce. C'est à ce moment là que notre destinée a été scellée. Au moment où notre Seigneur a rendu l'esprit, il nous a été accordé un accès total, sans restriction, au Saint des Saints : “Ainsi donc, frères, nous avons l’assurance d’un libre accès au sanctuaire par le sang de Jésus, accès que Jésus a inauguré pour nous comme un chemin nouveau et vivant au travers du voile, c’est-à-dire de sa chair” (Hébreux 10:19-20).

La déchirure de ce voile physique représentait ce qui s'était passé dans le monde spirituel. Enfin, nous étions capables de profiter d'une chose refusée à des générations et des générations. Nous avons un privilège que même Abraham, Moïse et David n'ont pas eu : un libre accès au Saint des Saints, à la salle du trône du Dieu tout puissant. La porte ne nous est plus fermée. Un accès sans restriction est désormais possible.

Bien plus, à Sa mort, Jésus est devenu notre Souverain Sacrificateur. Il est monté au Ciel, à la Nouvelle Jérusalem, à un temple qui n'est pas fait de mains d'hommes, où Il a prit le rôle de Souverain Sacrificateur. Il est entré tout droit dans la sainte présence de Dieu et, avec l'encens de Ses propres intercessions, Il a présenté Son sang au trône de la grâce. Ensuite, Il s'est assis à la droite du Père, avec puissance, autorité et gloire.

A ce moment-là, Jésus a proclamé Son droit selon l'Alliance de recevoir dans un corps spirituel tous ceux qui voudraient se repentir et Le recevoir comme Seigneur. Et Il a envoyé le Saint Esprit pour lancer un appel à Ses enfants: “J'ai ouvert la porte qui mène au Père. A présent, vous êtes acceptés simplement en étant en Moi par la foi. Alors, venez avec assurance devant le trône ! Je vais vous amener en présence de Mon Père, qui est à présent également votre Père. Vous avez accès à Lui sans aucune restriction, jour et nuit.”

lundi 25 mai 2015

LA PURIFICATION DU TEMPLE by Gary Wilkerson

Le sacrifice de Jésus à la croix sera suffisant pour l'éternité. Son salut, Son pardon, ainsi que Sa victoire et Sa puissance purificatrices sont disponibles pour chaque personne, quelle que soit l'époque à laquelle il vive, du croyant le plus dévot au pécheur le plus endurci.

Même lorsque j'étais un jeune garçon, je comprenais le besoin que j'avais du salut que donne Christ. Je savais que, une fois que j'avais accepté Jésus, Son œuvre rédemptrice à mon égard était achevée, une fois pour toute. Mais, peu de temps après L'avoir accepté, je me suis mis en colère contre un de mes frères, comme c'est courant chez les enfants. Soudain, j'ai été conscient que j'avais tout à nouveau besoin dans ma vie du sang de Jésus qui purifie. Je me suis senti irrémédiablement perdu, me demandant si mon salut était réel.

Au bout du compte, j'ai compris que je n'avais pas seulement besoin du salut de Christ, mais de Sa puissance purificatrice dans ma vie, quotidiennement. Jésus a démontré notre besoin lors du Dernier Repas, lorsqu'Il a pris une serviette et une bassine et qu'Il a commencé à laver les pieds de Ses disciples. Pierre s'est étonné devant cet acte symbolique, disant : “Seigneur, si Tu laves mes pieds, pourquoi ne pas laver également ma tête ?” (voir Jean 13:9). Jésus a répondu, en gros : “Pierre, tu vas être sauvé par Mon sang. Mais tu vis tout de même dans un monde sale, et tu vas te salir les pieds en marchant dedans. Tu vas avoir besoin que Je lave tes pieds tout autant que ton cœur.”

Il est vrai que Jésus a fait de nous de nouvelles créatures, qu'Il nous a justifié une fois pour toute. Mais, alors que nous marchons dans la fange d'un monde sombre et mauvais, nous ne pouvons pas éviter d'être éclaboussé par sa colère, sa convoitise et sa dureté. Jésus nous dit, comme Il l'a dit à Pierre : “Si tu veux que ta vie Me plaise, Je dois te débarrasser chaque jour de ces choses.”

Pour marcher dans Sa sainteté, nous devons réaliser que Jésus veut débarrasser notre vie de certaines choses. Dans Matthieu 21:12-13, lorsque Jésus chasse les marchands du temple, Il débarrasse l'église d'une certaine insensibilité qui l'avait envahie. Ce n'était pas tant les échanges d'argent qui ont mis Jésus en colère – cette pratique existait depuis des années, pour faciliter les choses aux croyants fidèles qui voyageaient sur de grande distance jusqu'à Jérusalem. Non, ce qui a mis Jésus en colère, c'était que tout se concentrait autour de ce commerce, qui avait pris la place de la passion pour Dieu. Dans leur cœur, une maison de prière était devenue une maison de commerce.

samedi 23 mai 2015

LES FILS DE SCEVA by Claude Houde

“Quelques exorcistes juifs ambulants entreprirent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits mauvais le nom du Seigneur Jésus, en disant : Je vous adjure par Jésus, celui que Paul prêche ! Ceux qui agissaient ainsi étaient sept fils d’un certain Scéva, un des principaux sacrificateurs juifs. L’esprit mauvais leur répondit : Je connais Jésus et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ? Et l’homme dans lequel était l’esprit mauvais s’élança sur eux, les maîtrisa les uns et les autres, avec une telle force qu’ils s’enfuirent de cette maison, nus et blessés.

Cela fut connu de tous, Juifs et Grecs, qui habitaient Éphèse ; la crainte s’empara d’eux tous, et le nom du Seigneur Jésus fut exalté. Beaucoup de ceux qui avaient cru venaient confesser et déclarer ce qu’ils avaient fait” (Actes 19:13-18).

Quelle histoire ! Nous y voyons très clairement une image de milliers d'église, de ministères et de croyants aujourd'hui. Remarque quelques unes des caractéristiques des fils de Scéva. Ils avaient un bagage religieux, une tradition venant de leur famille, avec un historique de rituels et de religiosité. Ils avaient un statut et une réputation dans la maison de Dieu, puisqu'ils étaient les fils du Grand Sacrificateur. Ils connaissaient les Écritures et ils avait maîtrisaient le jargon de la guerre spirituelle.

Mais ils n'étaient que des perroquets pathétiques, répétant les paroles, les intonations et les formules de prières sans avoir de réelle communion et relation avec Dieu. Ils connaissaient le vocabulaire sur le bout des doigts, mais il n'y avait aucune victoire, aucune réelle autorité surnaturelle. Ils savaient comment sauver les apparences, mais ils n'avaient aucun pouvoir, aucune capacité qui vienne de Dieu pour délivrer. Ils n'étaient qu'une pâle imitation un peu clinquante. Ils voulaient chasser des démons, mais ils n'avaient pas développé leur relation avec Dieu dans le lieu secret. Le résultat a été terrible et dangereux.

Désires-tu ardemment une onction de liberté, d'autorité et de victoire ? Est-ce que tu brûles du désir de marcher par la foi qui rend la vie à ce qui est mort ? Prie avec moi : “Seigneur, augmente ma foi.” Il n'y a aucune limite à la puissance de libération, de protection et de force qui sera en toi si tu tiens ferme contre l'Ennemi avec une foi qui dit : “Aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible” (Matthieu 19:26).

__________

Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, au Canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'églises protestantes en expansion.

vendredi 22 mai 2015

LES PLANS DE DIEU POUR TOI

Alors que la Nouvelle Alliance était préparée, le Père céleste et Son Fils avaient prévu que de nombreux chrétiens négligeraient Christ. Ces gens allaient devenir tièdes ou froids pour finalement rétrograder. Alors, le Père et le Fils ont passé un accord : si une brebis se perdait ou se trompait de chemin, Jésus irait la chercher et la ramènerait dans le troupeau.

La vérité, c'est que l'humanité morte peut être ramenée à la vie par un courant d'eaux fraîches et guérissantes. “ Ces eaux... parviennent jusqu'à la mer ; lorsqu'elles se seront déversées dans la mer, les eaux de la mer seront rendues saines” (Ézéchiel 47:8). Quand les eaux guérissantes de Dieu commencent à couler,la verdure réapparaît : un brin d'herbe par ci, une petite plante par là. Et bientôt, tout un jardin prospère.

Cher saint, Dieu se languit encore de toi et Il a encore des plans pour toi. En fait, tu peux redémarrer ta vie aujourd'hui. Il promet de restaurer tout ce qui a été dévoré et gâché dans ta vie, peu importe depuis combien de temps. “Je vous restituerai les années qu’ont dévorées les sauterelles” (Joël 2:25).

Tu peux encore être Sa demeure, encore apprendre Ses secrets et recevoir Ses révélations. Voilà le chemin du retour : reconnais que tu L'as négligé. Admets que tu as été trop occupé, avec du temps pour tout, sauf pour Lui. Confesse le fait que tu n'as pas écouté quand Il t'a appelé : “Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d’entre les morts, Et le Christ resplendira sur toi” (Éphésiens 5:14).

Crie à Lui maintenant : “Ô Seigneur, guéris-moi ! Réveille mon âme ! Secoue-moi de cette torpeur. Je veux changer. Je sais que tu dois faire cette œuvre en moi, Seigneur. Je désire ardemment que Tu me touche à nouveau !”

Jérémie nous a montré le cœur de Dieu envers un peuple qui le néglige et l'oublie : “Reviens, inconstante Israël ...Je n’aurai plus pour vous un visage sévère ; Car je suis bienveillant. Reconnais seulement ta faute...Revenez, fils rebelles, – Oracle de l’Éternel – Car c’est moi votre maître...Je vous guérirai de vos inconstances” (Jérémie 3:12-14,22).

Dieu est en train de te dire : “Mon enfant, pendant un temps, j'ai été en colère contre toi. Je t'ai livré à ton sentiment de vide et à ta solitude. Mais à présent, je vais te rendre tout ce que le diable a détruit.”

jeudi 21 mai 2015

RIVIERE DE VIE

La Parole de Dieu nous met en garde : “comment échapperons-nous, si nous négligeons un si grand salut ?” (Hébreux 2:3). Il y a un grand prix à payer si nous négligeons Christ.

Ézéchiel 47 parle d'une rivière de vie qui coule du trône de Dieu. Cette rivière est faite de saintes eaux qui apportent la guérison et qui, en coulant dans le désert, apportent la vie à tout ce qu'elles touchent. Elle devient de plus en plus large et profonde, jusqu'à ce qu'il y ait assez d'eau pour que l'on doive y nager.

"Ces eaux... descendent dans la plaine et parviennent jusqu'à la mer ; lorsqu'elles se seront déversées dans la mer, les eaux de la mer seront rendues saines. Et il arrivera que tout être vivant qui se meut partout où parvient la double rivière, vivra” (Ézéchiel 47:8-9 version Darby).

Cette rivière de vie représente l'évangile annoncé, et sa source est au Calvaire. Aujourd'hui, des millions de personnes qui entendent et reçoivent la Parole de Dieu sont guéries, et la vérité de Christ leur révèle leur négligence, leur paresse et leur apathie. Maintenant, leurs yeux sont grand ouverts et ils se réjouissent en Jésus. Ils le cherchent quotidiennement, aiment Sa Parole et partagent une intimité avec Lui.

Alors, que t'est-il arrivé ? Est-ce que tu nages dans les eaux guérissantes de Dieu ? Ou bien laisses-tu cette rivière de couler juste à côté de toi ? Regarde ce qui arrive aux endroits de la plaine où les eaux ne coulent pas : “Ses marais et ses étangs ne seront pas assainis, ils seront abandonnés au sel” (47:11).

Peut-être es-tu coupable de négliger Jésus. Tu as arrêté de prier, tu as été désobéissant, négligent envers Sa Parole, et à présent ta négligence est devenue ton mode de vie. En réalité, tu as fait avorter tous les plans que Jésus a eu pour toi.

Qu'est ce que cela signifie : “être abandonnés au sel” ? Cela signifie une stérilité totale...sans fruit, vide, sec, seul. Pense à la mer morte en Israël. Il s'agit d'une étendue d'eau totalement abandonnée au sel. Aucun poisson ne peut y survivre et aucune plante ne peut pousser dedans ou autour. Elle est complètement stérile.

Es-tu devenu ce genre d'endroit boueux : un marais isolé et desséché ? Est-ce que ta vie est stérile de tout fruit pour Dieu ? Est-ce que ton expérience de chaque jour est vide, sèche et pleine de solitude ? Tout autour de toi, d'autres portent du fruit et croissent en Jésus. Ils ont été guéris par les eaux saintes de Dieu, mais tu n'as aucune de leurs ressources. Tu es devenu un chrétien de nom, uniquement.

Il n'est jamais trop tard pour recommencer ! Laisse le Seigneur faire de ce jour le premier d'un nouveau commencement pour toi.

mercredi 20 mai 2015

UN DELICE POUR SON COEUR

Jésus se réjouissait à notre sujet avant même que le monde ne soit créé. Il anticipait le fait de venir demeurer en nous et de faire de nous Sa demeure. Et Il se réjouissait de penser que nous nous attacherions à Lui, rejetant tous le reste. Nous le rechercherions quotidiennement et passerions du temps de qualité avec Lui. Il partagerait Ses secrets avec nous et nous Lui confierions les fardeaux de nos cœurs. Nous nous réjouirions de Ses voies, recherchant Sa Parole pour y trouver des révélations sur Sa justice et nous tremblerions aux révélations que Sa Parole nous donnerait.

La Bible dit clairement que Jésus attend de nous que nous soyons Sa demeure. Alors, réponds-tu à Ses attentes ? Il avait prévu de passer toute une vie avec toi, alors, est-ce que ton intimité avec Lui augmente ? Ou alors Le négliges-tu pendant des jours et des jours ?

Ton fiancé avait à l'esprit de t'attirer près de Lui. Il voulait t'ouvrir Son cœur, avoir une tendre intimité avec toi, quotidiennement. Il désirait te montrer de nombreuses choses, des choses que personne d'autre n'avait jamais vues. Il désirait modeler ta vie, produire en toi les fruits de l'Esprit. Et Il désirait effacer tes faiblesses, tes craintes, tes sentiments d'insuffisance.

En retour, tu devais être un délice pour Son cœur, par tes larmes, ton intimité, ta dévotion pleine d'attachement. Les mots que tu devais lui adresser auraient dû être ceux d'une fiancée : “A son ombre, j’ai désiré m’asseoir, Et son fruit est doux à mon palais” (Cantique des cantiques 2:3). “ Fais-moi voir ton visage, Fais-moi entendre ta voix” (2:14).

Le seule pensée de cette relation avec toi a été source de joie pour Christ, bien avant que le monde ne soit créé. Pourtant, maintenant que le temps est venu de profiter de cette relation, tu négliges et ignores le Seigneur. Tu as le temps de regarder la télévision, de faire tes courses, de surfer sur internet, de jardiner, mais tu n'as pas de temps pour Jésus. Je te le demande : crois-tu qu'Il va habiter le cœur d'une fiancée qui s'ennuie avec Lui ? Pourquoi continuerait-Il à résider dans une personne qui n'a pas de temps pour être avec Lui, Lui parler, L'écouter ?

Voilà une mise en garde solennelle : Jésus ne résidera pas dans ceux qui le négligent et qui L'ignorent. Tu peux toujours objecter : “Mais j'aime mon Seigneur. Je ne le snobe pas.” Mais le fait est que si cela fait plusieurs semaines que tu négliges la prière et Sa Parole, si tu n'as pas de relation intime avec Lui, alors c'est comme si tu avais fait cette déclaration : “Mes actions prouvent que je n'ai pas un amour passionné pour Jésus. Ma famille, ma carrière, mes désirs personnels viennent d'abord.”

mardi 19 mai 2015

SOUPIRER APRES LA PAROLE DE DIEU

David, le psalmiste, s'attendait quotidiennement à recevoir une parole de la part de Dieu et il prenait plaisir à la parole qu'il recevait. Il a témoigné : “Je fais mes délices de tes prescriptions, Je n’oublie pas ta parole” (Psaumes 119:16). “Tes préceptes font mes délices, Ce sont mes conseillers” (Psaumes 119:24). “Je fais mes délices de tes commandements Que j’aime” (119:47). “Car ta loi fait mes délices” (119:77). En hébreux, le sens littéral de ce dernier verset est : Je profite de ta Parole.

Proverbes 8:34 dit : “Heureux l’homme qui m’écoute, Qui veille de jour en jour à mon seuil, Qui monte la garde près des montants de mes portes !” Quel est la porte à laquelle il est fait allusion ici ?

Le psalmiste nous donne la réponse: “Ouvrez-moi les portes de la justice : Par elles j’entrerai, je célébrerai l’Éternel” (Psaumes 118:19). Je crois que ces “portes de la justice” sont aussi la “porte étroite” dont Jésus parle (voir Luc 13:24). Elles se réfèrent à tous ceux qui se tournent quotidiennement vers la Parole de Dieu pour apprendre Sa justice.

Un tel croyant est déterminé à marcher dans la droiture devant le Seigneur. Il est tout excité par chaque nouvelle révélation qui lui montre le chemin à suivre pour marcher dans la sainteté. Il se dit : “Je veux la vérité dans mon être intérieur. Je sais que je ne l'obtiendrai pas simplement en écoutant des cassettes de messages ou en lisant des livres. Je dois m'attendre au Seigneur, patiemment, pour qu'Il m'ouvre Ses portes.”

Fidèlement, le Saint-Esprit de Dieu vient tous les matins pour rencontrer un tel croyant. Et Il l'invite à entrer, murmurant : “Bienvenue, mon ami. Laisse-Moi te montrer aujourd'hui quelque chose de nouveau au sujet de la justice de Dieu.”

Que signifie: “veille de jour en jour à mon seuil”? Cela se réfère à tout croyant qui tremble devant la Parole de Dieu. La phrase vient d'Esaïe 6, lorsque le prophète attend aux portes du temple, désirant entendre Dieu.

Tandis qu'Esaïe se tenait là, il a entendu les séraphins chanter : “Saint, saint, saint”, les cieux ont résonné de leurs louanges. Puis, soudain, une voix puissante s'est fait entendre du Ciel, une voix si forte et si claire qu'elle a tout ébranlé : “Les soubassements des seuils frémissaient à la voix de celui qui criait, et la Maison se remplit de fumée” (Esaïe 6:4). Esaïe est un exemple de personne qui “veille de jour en jour à mon seuil.” Ce croyant soupirait après une Parole de Dieu.

lundi 18 mai 2015

LE COMMENCEMENT DE SON MINISTERE by Gary Wilkerson

Dans le chapitre 2 de l'évangile de Jean, Jésus entre dans le temple pour accomplir un acte qui sera le signal du commencement de Son ministère public. (Le miracle qu'Il avait accompli auparavant à Cana en changeant l'eau en vin n'était pas une déclaration publique). Ce qui s'est passé ensuite est assez dramatique :

“La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva établis dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs. Il fit un fouet de cordes et les chassa tous hors du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, renversa les tables et dit aux vendeurs de pigeons : Ôtez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. Ses disciples se souvinrent qu’il est écrit : Le zèle de ta maison me dévore” (Jean 2:13-17).

Ce que Jésus a fait ici était plus que radical. Si tu voulais annoncer ton ministère, irais-tu dans une grande église, commençant à renverser les tables et à chasser les gens ? Jésus cherchait ici d'avantage qu'à asseoir Son autorité. Il démontrait qu'Il était sur le point de mettre tout sens-dessus-dessous, dans tous les domaines.

Tout cela s'est produit pendant la période de la Pâques. Lors de la première Pâques, les familles juives avaient dû sacrifier un agneau, récupérer son sang et l'appliquer sur les linteaux de la porte de leur maison. L'idée était que l'ange de la mort, voyant le sang marquant la porte, passerait au-dessus de ce foyer sans le frapper. Il s'agissait dès lors d'un rituel symbolique qui rappelait comment Dieu avait délivré Israël du pays d’Égypte, lorsqu'Il avait libéré son peuple de tous liens et de tout esclavage.


A présent, Jésus apparaissait sur scène comme l'Agneau de Dieu, dont le sacrifice pourvoirait à notre délivrance de la malédiction du péché. Jean Baptiste était conscient de cela, il avait déclaré à son sujet : “Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde” (Jean 1:29). En moins de trois ans, le monde allait voir l’œuvre de Christ se parachever alors que le péché de toute l'humanité serait porté par Lui.

samedi 16 mai 2015

UN HOMME SELON LE COEUR DE DIEU by Nicky Cruz

Même enfant, David connaissait la puissance et la protection de Dieu. Des hommes adultes se recroquevillaient à la vue de Goliath, le géant, mais pas David. Il est allé vers le géant sans rien d'autre qu'une fronde et l'a abattu. Il a affronté des lions à mains nues et des ours avec seulement une lance. Dieu a pris un petit garçon insignifiant de la campagne, un berger, et l'a transformé en un puissant roi-guerrier !

Aucun autre dirigeant n'avait le même d'amour et le même respect que David. Le peuple l'adorait, ses serviteurs lui obéissaient sans poser de questions, ses femmes suppléaient à tous ses besoins et désirs. Quel homme a jamais vécu dans de telles bénédictions, une telle faveur, une telle grâce et une telle approbation de la part du Créateur ?

Et pourtant, tout cela pâlit en comparaison avec sa relation avec Dieu. Il aimait Dieu avec passion et L'adorait avec abandon. Même au milieu de ses nombreux devoirs, David a passé des heures et des heures à écrire des chansons et des poèmes pour Dieu, les chantant pour Lui de tout son cœur, courtisant le Créateur de l'univers tel un amoureux faisant la cour à sa promise. Tout l'or, l'argent et les richesses du monde ne valaient rien pour David, en comparaison de sa relation avec Dieu. Voilà le secret de sa puissance. C'est ce qui a fait de David un dirigeant et un roi aussi incroyable.

David savait sans aucune réserve qu'il ne pouvait rien faire sans Dieu. Il savait que Dieu pourvoyait à la force dans ses os, au sang dans ses veines, à la sagesse dans son esprit et au courage dans son cœur.

“C’est Dieu qui est ma puissante forteresse, Et qui prépare parfaitement mon chemin. Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, Et il me fait tenir sur les hauteurs. Il exerce mes mains à la bataille, Et mes bras tendent l’arc de bronze. Tu me donnes le bouclier de ton salut, Et ta mansuétude me fait devenir grand. Tu me fais allonger le pas, Et mes chevilles n’ont pas chancelé. Je poursuis mes ennemis et je les détruis ; Je ne reviens pas avant de les avoir exterminés. Je les extermine, je les pourfends, Et ils ne se relèvent plus. Ils tombent sous mes pieds. Tu me ceins de force pour le combat, Tu fais plier sous moi mes adversaires” (2 Samuel 22:33-40).

__________

Nicky Cruz, évangéliste connu internationalement et auteur prolifique s'est tourné vers Jésus, quittant une vie de violence et de crimes après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L'histoire de sa conversion dramatique a d'abord été racontée dans La Croix et le Poignard par David Wilkerson puis dans son propre best-seller Du ghetto à la vie.

vendredi 15 mai 2015

CONSERVER L'ESPRIT DE JOIE

Dieu a entendu le cri des israélites et Il leur a manifesté Sa miséricorde, transformant leurs pleurs en joie et leur permettant d'exulter et de se réjouir. Mais à présent, Il les appelait à se réunir pour une autre réunion.

Pour que la joie d'Israël soit maintenue, pour qu'elle ne soit pas à nouveau perdue, Dieu devait creuser un peu plus profondément. Certaines parties de la vie du peuple n'étaient pas encore conformes à Sa Parole. Pourtant, le Seigneur avait permis à tout le monde de se réjouir pour un temps, parce qu'Il voulait qu'ils sachent qu'ils étaient en sécurité. Mais à présent, pendant cet état d'acceptation et de réjouissance, Il leur a demandé d'effectuer une plus grande séparation d'avec le monde.

Dieu a dit à ces âmes joyeuses : “Je suis content de vous. Vous avez honoré Ma Parole, vous vous êtes repentis de votre péché, vous vous êtes réjouis de ma Miséricorde et vous avez promis de M'obéir. A présent, il est temps pour vous d'agir selon Mon amour. Je veux que vous vous sépariez complètement et que vous rompiez complètement avec l'influence du monde qui s'est infiltré dans vos cœurs et vos foyers.

Tu vois, pendant que les israélites étaient en captivité, ils étaient devenus à l'aise avec les païens, adoptant progressivement leur langage et leurs usages. Des hommes israélites avaient épousé des femmes païennes et les femmes israélites avaient acheté des hommes païens avec leurs dots. Les israélites avaient aussi permis à des choses qui n'avaient pas été sanctifiées de faire partie de l'adoration dans la maison de Dieu.

Bien-aimé, nous ne pouvons pas progresser dans la plénitude de Christ si nous ne nous séparons pas toujours d'avantage de ce monde. Si notre esprit ne se rapproche pas toujours plus des choses du Ciel et ne s'éloigne pas de celui des gens qui ne sont pas sauvés qui nous entourent, nous allons lentement perdre toute la joie de notre repentance.

Les membres du peuple d'Israël ne voulaient pas perdre leur grand esprit de réjouissance, alors ils se sont assemblés une nouvelle fois pour obéir à Dieu dans ce domaine : “Ceux qui étaient de la descendance d’Israël, s’étant séparés de tous les étrangers, se présentèrent pour confesser leurs péchés” (Néhémie 9:2).

“Ils promettent avec serment et jurent de marcher dans la loi de Dieu... de ne pas donner [leurs] filles aux gens du pays et de ne pas prendre leurs filles pour [leurs] fils” (10:30-31).

Comment garder la joie du Seigneur ? De la même manière que lorsque nous l'avons obtenue pour la première fois. D'abord, nous aimons, honorons et avons faim de la Parole de Dieu. Ensuite, nous marchons continuellement dans la repentance. Et troisièmement, nous nous séparons des influences de ce monde.

jeudi 14 mai 2015

UNE VAGUE DE REPENTANCE

Une demi-journée de prédication d'Esdras n'était pas suffisante pour les Israélites affamés. Ils voulaient d'avantage de la Parole de Dieu, alors ils ont formé des groupes, avec dix-sept anciens en plus d'Esdras qui les conduisaient dans l'étude de la Bible pendant le reste de la journée. “[Ils] faisaient comprendre la loi au peuple...Ils lisaient distinctement dans le livre de la loi de Dieu et ils en donnaient le sens pour faire comprendre ce qu’ils avaient lu” (Néhémie 8:7-8).

Alors même que ces gens commençaient à saisir la loi de Dieu, ils ont commencé à pleurer sur leur péché. “tout le peuple pleurait en entendant les paroles de la loi” (8:9). Imagine cette scène : 50 000 personnes gisaient éparpillées sur le sol, pleurant à l'unisson sur leur péché. Tel un marteau, la Parole de Dieu avait brisé leur fierté. Et l'écho de leurs pleurs s'entendait à des kilomètres à la ronde.

Est-ce cela le réveil ? Est-ce une parole tellement pénétrante que les gens tombent à genoux, pleurant et se repentant devant Dieu ?

J'ai expérimenté moi-même certains de ces saints rassemblements. Quand j'étais enfant, ma famille se rendait à des “camps de réunions”, dans les campings Living Waters en Pennsylvanie. Le retour de Jésus était annoncé avec une telle puissance et une telle autorité que tout le monde était persuadé qu'Il allait revenir dans l'heure. Une crainte révérencieuse nous saisissait et les gens se prosternaient face contre terre. Certains pleuraient, comme s'il n'y avait plus qu'un fil qui les retenait, suspendus au-dessus de l'enfer, se lamentant, brisés, affligés de leurs péchés.

Souvent, la Parole de Dieu était prêchée toute la journée et jusque dans la nuit. Tôt le matin suivant, on pouvait encore trouver des gens gisant prostrés dans la salle de prière, pleurant sur leur péché. Certains devaient même être portés à l'extérieur.

C'est lors d'une telle nuit que le Seigneur m'a appelé à devenir prédicateur, à l'âge de 8ans. J'étais rempli du Saint-Esprit depuis des heures, brisé, pleurant, avec la Parole de Dieu qui devenait vivante en mon cœur. Le retour de Christ brûlait en moi comme une réalité imminente et je n'oublierai jamais cette merveilleuse expérience.

Le témoignage que Dieu veut n'est pas celui d'un peuple qui gît face contre terre, pleurant des rivières de larmes. Non, le témoignage qu'Il veut apporter dans Son peuple, c'est la joie, une joie véritable, qui dure. “La joie de l’Éternel est votre force” (Néhémie 8:10). Cette joie - qui résulte de la prédication de la Bible et de la vraie repentance - apporte une véritable force au peuple de Dieu et attire les pécheurs dans Sa maison.

La plupart des chrétiens n'associe jamais joie et repentance. Mais la repentance est en réalité la mère de toute joie en Jésus. Sans elle, il ne peut y avoir de joie. Ainsi, chaque croyant qui marche dans la repentance sera rempli de la joie du Seigneur.

mercredi 13 mai 2015

GOÛTEURS DE SERMONS

Le terme “sermon tasters” (qui pourrait, en français, être traduit par “goûteurs de sermons”) remonte environ à 200 ans. Il trouve son origine à Londres, dans le milieu des années 1800. A cette époque, le grand prédicateur C.H. Spurgeon délivrait ses sermons à 5000 personnes chaque dimanche au Metropolitan Tabernacle de Londres. A l'autre bout de la ville, Joseph Parker prêchait également des messages remplis d'onction et d'autres pasteurs bouillants prêchaient dans tout Londres, délivrant des paroles profondes, révélatrices et prophétiques.

Il était devenu un sport populaire, parmi les personnes aisées de Londres, de sauter dans leur fiacre et de filer dans toute la ville, d'une église à une autre, prélevant des échantillons de prédications de ces pasteurs. Chaque lundi, au Parlement, des réunions spéciales avaient lieu pour discuter de quel prédicateur délivrait le meilleur sermon et de qui apportait les révélations les plus profondes.

Ces vadrouilleurs étaient surnommés “goûteurs de sermons.” Ils étaient toujours désireux de revendiquer de nouvelles vérités spirituelles ou de nouvelles révélations, mais bien peu mettaient en pratique ce qu'ils entendaient.

A la Porte des Eaux, à Jérusalem, bien au contraire, il n'y avait aucune prédication éloquente, aucun sermon sensationnel. Ce que le sacrificateur Esdras prêchait sortait tout droit des Écritures, qu'il a lues pendant des heures d'affilées. Et, alors que le peuple se tenaient là, à écouter la Parole de Dieu, l’excitation montait.

A un moment donné, Esdras a été tellement submergé par ce qu'il lisait qu'il s'est arrêté et a “béni l’Éternel, le grand Dieu” (Néhémie 8:6). La gloire du Seigneur est descendue avec puissance et le peuple a levé ses mains en louant Dieu : “tout le peuple répondit, en levant les mains : Amen ! Amen !”(8:6) Pendant que la Parole était lue : “Ils s’inclinèrent et se prosternèrent devant l’Éternel, la face contre terre” (8:6). Le peuple s'est humilié devant Dieu, brisé et repentant. Puis, au bout d'un certain temps, ils se sont relevés pour expérimenter d'avantage.

S'il-te-plaît, remarque bien qu'il n'y a pas eu, lors de cette réunion, d'histoires excitantes pour jouer sur les émotions des personnes présentes. Il n'y a eu aucune manipulation de la part de la personne qui était sur l'estrade, aucun témoignage dramatique. Il n'y avait même pas encore de musique. Ces gens avaient simplement une oreille pour entendre tout ce que Dieu leur disait.

Je crois que le Seigneur désire agir au milieu de Son peuple de la même manière aujourd'hui. Je vois Son Esprit toucher des églises, partout où il y a une réelle faim pour Sa Parole.

mardi 12 mai 2015

AVOIR FAIM DE LA PAROLE DE DIEU

“La joie de l’Éternel est votre force” (Néhémie 8:10). Au moment où ces mots ont été prononcés, les Israélites venaient juste de rentrer de captivité à Babylone. Sous la direction d'Esdras et de Néhémie, le peuple avait reconstruit les murailles dévastées de Jérusalem. Et maintenant, ils s'attachaient à rétablir le Temple et à restaurer la nation.

Néhémie avait appelé le peuple à une réunion spéciale à la Porte des Eaux, à l'intérieur des murailles reconstruites de Jérusalem. “Alors tout le peuple s’assembla comme un seul homme sur la place qui est devant la porte des Eaux” (Néhémie 8:1). 42 360 hommes israélites étaient présents à cette réunion. A côté d'eux se tenaient 7 300 serviteurs, y compris 245 chanteurs. En tout, environ 50 000 personnes étaient rassemblées.

D'abord, la Parole de Dieu a été prêchée. L’Écriture nous dit que le peuple avait faim de l'entendre : “Ils dirent à Esdras, le scribe, d’apporter le livre de la loi de Moïse... Le sacrificateur Esdras apporta la loi devant l’assemblée, composée d’hommes et de femmes et de tous ceux qui comprenaient ce qu’ils entendaient” (8:1-2).

Il n'était pas nécessaire d'essayer de les persuader d'écouter la Parole de Dieu. Une faim consensuelle s'était développée parmi eux et ils étaient pleinement préparés à se soumettre à l'autorité de Sa Parole. Ils désiraient être gouvernés par elle, rendre leur vie conforme à sa vérité.

La Bible nous relate cette chose étonnante : Esdras a prêché à cette foule pendant 5 à 6 heures “depuis le matin jusqu'au milieu du jour” (8:3). Pourtant, personne n'a remarqué l'heure. “Tout le peuple était attentif à la lecture du livre de la loi” (8:3). Ces gens étaient complètement captivés par la Parole de Dieu. Quelle scène incroyable ! On ne verrait jamais une telle chose dans une église des Etats-Unis aujourd'hui. Pourtant, je te le dis, un véritable réveil ne peut avoir lieu sans ce genre de faim dévorante pour la Parole de Dieu. En effet, quand le peuple de Dieu commence à se lasser d'entendre Sa Parole être prêchée, une mort spirituelle commence, et la joie du Seigneur s'en va.

lundi 11 mai 2015

SON PREMIER SIGNE by Gary Wilkerson

L’Écriture nous dit qu'au mariage de Cana, il y avait “six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs et contenant chacune une centaine de litres” (Jean 2:6). Obéissant à Jésus; les serviteurs ont rempli ces jarres avec de l'eau, qui s'est transformée miraculeusement en un vin rouge riche et savoureux.

Ce vin représente le sang rédempteur de Christ. Dans l'Ancien Testament, Dieu a utilisé Moïse pour changer les eaux d'une rivière en sang, en signe de Son jugement. Maintenant, Jésus a au contraire changé l'eau en vin, afin d'introduire la Nouvelle Alliance de Dieu. Grâce à ce miracle, Il voulait signaler : “Vos rites purificateurs ne peuvent laver que votre être extérieur, et non changer vos cœurs au plus profond. Pour accomplir cela en vous, Mon sang qui purifie est nécessaire.”

Pour résumer, l'ancienne façon de faire appartenait maintenant au passé, tandis que Jésus introduisait la nouvelle. L'organisateur du mariage a goûté le nouveau vin issu du miracle de Jésus. Il s'est émerveillé : “Tout homme sert d'abord le bon vin, puis le moins bon après qu'on s'est enivré ; mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent !” (2:10).

Mais l'organisateur n'a pas été le seul à être béni. Toutes les personnes présentes ont bénéficié de cette œuvre étonnante, y compris les disciples qui accompagnaient Jésus : “Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des signes miraculeux que fit Jésus. Il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui” (2:11). Si les disciples de Jésus avaient besoin d'une dernière preuve du fait qu'Il était bien le Messie, cet acte miraculeux l'a fournie. Il les a persuadé de Le suivre sans retenue.

Quelle belle image de notre service dans le monde au nom de Christ. Le monde a désespérément besoin de Son sang rédempteur, qui a été versé pour nous et qui coule librement dans nos vies au travers de Son sacrifice. Et ce don nous est fait dans le but d'être déversé dans ceux qui nous entourent, bénissant le monde comme nous avons été bénis. De nombreux chrétiens aujourd'hui se contentent de recevoir les bénédictions de Dieu, limitant leur dévotion aux réunions du dimanche. Certains autres sont si affamés d'expérimenter Ses bénédictions qu'ils voyagent d'un réveil à un autre, criant : “Déverse-le en moi, Seigneur !” Toute leur énergie, leur concentration et leurs ressources sont dépensées pour recevoir les bénédictions de Dieu, mais sans les déverser ensuite aux autres. Ce n'est pas à cela que servent les bénédictions. Ne te méprends pas sur ce que je dis : il est bon et bien d'être continuellement rempli du Saint-Esprit. Mais, en tant que corps du Christ, nous sommes appelés à faire d'avantage que goûter : il nous est ordonné de servir Ses riches bénédictions aux autres.

samedi 9 mai 2015

UN GRAND DEFI by Jim Cymbala

Malheureusement, le fait de rechercher Dieu de tout son coeur ne nous protège pas des attaques extérieures. Après 10 ans de paix, le petit monde d'Asa a soudain été envahi par une grande armée Kouchite, sans raison apparente. Asa était l'arrière petit-fils de Salomon, mais sa sainteté ne lui a pas garanti une route sans problème pour le reste de sa vie.

Dans de tels moments, ceux qui cherchent Dieu se sont construits une réserve de foi toute prête à affronter de nouveaux problèmes. Ils savent exactement quoi faire.

“Asa invoqua l’Éternel, son Dieu. Il dit : Éternel, tu peux tout aussi bien venir en aide à un fort qu’à un faible : viens à notre aide, Éternel, notre Dieu ! Car c’est sur toi que nous nous appuyons, et nous sommes venus en ton nom contre cette multitude. Éternel, tu es notre Dieu : que ce ne soit pas l’homme qui l’emporte sur toi !” -2 Chroniques 14:11).

La foi d'Asa n'était pas une sorte de préparation pour gâteau instantané n'ayant qu'à être sortie de la boîte. Lui et son peuple en appelait déjà à Dieu depuis 10 ans. C'est pour cette raison qu'il n'y a pas eu de panique. Ils ont crié au Seigneur pour qu'Il se lève, et Il l'a fait. Les Kouchites (les éthiopiens) ont été balayés de façon décisive, malgré leur surnombre flagrant “car la frayeur de l'Éternel était sur elles” (verset 14 version Darby).

C'est un exemple classique d'un principe qui régit les rapports de Dieu avec l'humanité. Hébreux 11:6 l'exprime très bien : “ celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.” Je ne le dirais jamais assez : si nous recherchons Dieu, Il nous bénira. Mais, lorsque nous arrêtons de Le rechercher… tous les paris sont ouverts, peu importe qui nous sommes. Peu importe à quel point nous sommes talentueux, combien de diplômes nous avons sur le mur, quelle prophétie a été proclamée à notre sujet, ou quoi que ce soit d'autre.

Sur le chemin de retour d'Asa après la bataille, un prophète l'a arrêté, ainsi que son armée, afin de bien appuyer ce qui venait de se passer : “Écoutez-moi... L’Éternel est avec vous quand vous êtes avec lui ; Si vous le recherchez, vous le trouverez ; Mais si vous l’abandonnez, il vous abandonnera” (2 Chroniques 15:2).

__________ 

Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent lors des conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 8 mai 2015

LE DIEU QUI POURVOIT FIDELEMENT

Quand nous décidons dans notre cœur d'obéir à la Parole de Dieu, permettant à Son Esprit de mettre à jour et de mortifier tous les péchés présents dans notre vie, le Seigneur Lui-même nous pousse à nous réjouir. “ Dieu les avait réjouis d'une grande joie” (Néhémie 12:43 version Darby). Je crois que cette bénédiction qui est répandue sur nous inclut une grande joie, même au milieu de nos épreuves. Le Seigneur a ouvert les cieux et nous a baptisé avec la “joie de Jésus”, avec des cris, des réjouissances et des chants, quelles que soient nos circonstances.

Néhémie a rappelé à Israël qui était en train de se réjouir, comment Dieu avait pourvu pour leurs ancêtres dans le désert. Le Seigneur avait déversé des bénédictions nombreuses et variées pour eux. Il les avait enseigné par Son Esprit et les avait conduit par la nuée et la colonne de feu. Il avait surnaturellement pourvu à la manne et à l'eau. Et, miraculeusement, Il n'avait pas permis à leurs vêtements ou à leurs chaussures de s'user. (voir Néhémie 9:19-21).

Que penses-tu de toutes ces bénédictions ? Des grâces nombreuses et variées, une direction claire, l'Esprit de Dieu t'enseignant, tes besoins physiques et matériels comblés. Pour moi, tout cela semble merveilleux ! Et toutes ces bénédictions sont encore valables pour nous aujourd'hui. Le Seigneur, dans Sa grande miséricorde, nous a promis de pourvoir à toutes ces choses pour Son peuple.

Pourtant, nous pouvons encore choisir de vivre dans le désert, comme Israël l'a fait. Néhémie a mis en avant le fait que leurs ancêtres se sont rebellés contre le Seigneur, ignorant Sa loi : “ Mais ils se soulevèrent et se révoltèrent contre toi. Ils tournèrent le dos à ta loi...Tu les as supportés de nombreuses années... mais ils ne prêtèrent pas l’oreille (Néhémie 9:26,30).

Peux-tu imaginer la terrible mort spirituelle que ces gens ont attiré sur eux-mêmes ? Quarante années de Sabbats sans joie ni réjouissance. Quarante années de funérailles, sans entrer dans le Pays Promis. Ces israélites étaient riches en bénédictions, riches en biens matériels, n'ayant besoin de rien, mais ils étaient tièdes en esprit.

C'est une image de Jehovah Jireh : le Dieu qui pourvoit fidèlement pour Son peuple, même quand celui-ci s'endurcit vis-à-vis de la Parole. Les israélites s'étaient lassés des choses de Dieu et suivaient juste le mouvement. Dans Sa miséricorde, le Seigneur a continué à diriger leurs affaires quotidiennes et à pourvoir pour eux. Mais ces gens n'ont jamais pu entrer dans Sa plénitude. Est-ce vraiment si étonnant que leurs chaussures et leurs vêtements ne se soient pas usés, puisqu'ils n'allaient nulle part ?

jeudi 7 mai 2015

LA JOIE DE JESUS

Là où la Parole de Dieu est honorée, le résultat inévitable est un déversement d'une véritable “joie de Jésus”.

Néhémie et Esdras ont dit à ceux qui étaient retournés à Jérusalem : “Vous avez été tout excités au sujet de la Parole de Dieu, vous avez eu faim de l'entendre, vous l'avez aimé et vous lui avez permis de travailler votre cœur. Vous vous êtes repentis, vous avez pleuré et porté le deuil et de tout cela a plu à Dieu. Mais à présent, il est temps de vous réjouir. Sortez vos mouchoirs et essuyez vos larmes. C'est le moment d'être dans la joie et la réjouissance” (voir Néhémie 8:9-10).

La gloire du Seigneur est alors tombée sur Israël et le peuple a passé les sept jours suivants à se réjouir : “Tout le peuple s’en alla pour manger et boire… pour se livrer à de grandes réjouissances. Car ils avaient compris les paroles qu’on leur avait expliquées” (Néhémie 8:12).

Le terme hébreux utilisé ici pour “réjouissance” signifie : “allégresse, gaîté, joie, bonheur.” Ce type de réjouissance n'est pas seulement une émotion positive : c'est une joie intérieure, une profonde exubérance. Elle peut s'exprimer différemment dans chacun de nous, parce qu'une telle joie vient du plus profond de l'être. Mais il est clair pour tous ceux qui nous entourent que la source de cette joie vient du ciel.

A chaque fois qu'Israël s'est tourné vers le péché et l'idolâtrie, le Seigneur a ôté leur joie : “Je ferai cesser toute sa joie” (Osée 2:13). “Je ferai disparaître parmi eux les chants d’allégresse et les chants de joie...Tout ce pays deviendra une ruine, une désolation” (Jérémie 25:10-11).

Tu te rappelles peut-être des chants d'Israël quand ils ont dansé autour du veau d'or. Quand Josué a entendu le peuple, il a dit : “ il y a un bruit de guerre dans le camp” (Exode 32:17). Mais Moïse a répondu : “Ce n’est ni le bruit d’un chant de victoire, ni le bruit d’un chant de défaite” (32:18). Moïse voulait dire : “C'est le cri d'un peuple qui est encore dans les liens. Ils n'ont pas encore vaincu leur péché.” L'or était devenu le dieu d'Israël et il a fait naître un cri par les lèvres du peuple. C'était un cri de fausse joie, un bruit qui signalait le jugement imminent de Dieu.

mercredi 6 mai 2015

UNE JOIE QUI COMBLE L'AME !

Ce qui manque dans une multitude d'églises aujourd'hui, c'est justement ce qui est le plus nécessaire aux perdus : une joie sincère et véritable, qui comble l'âme.

J'entends souvent des chrétiens dire : nous prions pour un réveil dans notre église.” Mais moi je dis que cela ne peut pas se produire uniquement par la prière. Il ne peut y avoir un réveil tant que le pasteur et le peuple ne sont pas affamés de la Parole de Dieu. Et ils doivent entièrement engager leur vie à être gouvernés par les Écritures. Nous ne pouvons obtenir la joie du Ciel tant que la Parole pure ne nous a pas convaincu de péché, brisant toute fierté, tous préjugés et fausse dignité.

Quand David a désobéi aux directions du Seigneur, il a perdu la joie du Seigneur.Cette joie n'a pu être restaurée que par une véritable repentance. C'est pour cette raison qu'il a prié : “Lave-moi complètement de ma faute, Et purifie-moi de mon péché. Car je reconnais mes crimes, Et mon péché est constamment devant moi...Purifie-moi “ (Psaumes 51:4-5 et 9). David a aussi prié pour retrouver ce qu'il avait perdu : “ Rends-moi la joie de ton salut” (verset 14).

Je crois que cela explique le voile mortuaire qui est suspendu au dessus de nombreuses églises aujourd'hui. Pour résumer, le péché est entré dans le camp. Et il est impossible de garder la joie du Seigneur lorsque le péché est présent. Comment le Saint-Esprit peut-Il déverser la joie sur un peuple qui continue à tolérer l'adultère, les addictions, le matérialisme, vivant comme les perdus ?

Le Seigneur a retiré Sa Gloire de Silo parce que le grand sacrificateur Eli a refusé de s'occuper du péché qui était présent dans la maison de Dieu (1 Samuel 2:22-36). Eli s'est habitué à la vie facile et, si tu deviens lié par le plaisir, tu n'es plus motivé à exposer le péché. Dieu a fini par écrire le mot “Ichabod” au-dessus de la porte du sanctuaire, signifiant : “La gloire est partie.” Ensuite, Il a fait de Silo un exemple de ce qui arrive à une église quand le péché est ignoré. La gloire de Dieu, y compris toute joie et tout contentement, se dissipe dans les individus, et dans l'église qu'ils composent.

mardi 5 mai 2015

REGARDE L'ENNEMI S'ENFUIR

“Car je répandrai des eaux sur le sol altéré Et des ruisseaux sur la terre desséchée” (Esaïe 44:3).

Le Seigneur t'a t-Il apporté Sa Parole qui désaltère ? Est-Il venu à toi dans ton désert, répandant son Esprit comme un fleuve ? Bois-tu l'eau pure de Sa Parole ?

Si c'est le cas, tu es prêt à t'emparer d'une autre promesse de l'Alliance : “Je répandrai mon Esprit sur ta descendance Et ma bénédiction sur ta progéniture. Ils germeront au beau milieu de l’herbe, Comme les saules près des courants d’eau” (versets 3 et 4).

Comme tu le sais peut-être, les saules poussent vite et haut et ils s'étalent rapidement. On les voit souvent pousser prêt des étangs ou des cours d'eau. Dieu dit ici : “Parce que tu es Mon élu, je vais déverser Mon esprit sur tes enfants. Et Je vais faire en sorte qu'ils poussent, grands et forts dans le Seigneur.”

Alors que tu lis et relis ces versets, je t'invite à remplacer les mots par les noms de tes enfants qui n'appartiennent pas au Seigneur. Empare-toi de cette promesse que Dieu t'a faite en priant : “Seigneur, Tu as dit que Tu déverserais Ton Esprit sur mon enfant. Maintenant, Béni mon fils, [dis son nom]. Déverse Ton Esprit sur ma fille [dis son nom]. Permets qu'ils puissent avoir soif de Ton eau vivante et qu'ils se tournent vers Toi.”

Dieu dit que tes enfants finiront par témoigner : “Je suis à l’Éternel” (verset 5). Quelle promesse incroyable !

Mais cette promesse n'est pas pour tous ceux qui disent simplement : “Je suis de christ.” Elle est uniquement pour les parents affamés, assoiffés, ceux qui boivent quotidiennement la Parole de Dieu, qui prient régulièrement et qui demandent à L'Esprit de déverser en eux Sa puissance et Sa présence.

Si cela te décrit, alors place ta confiance dans les promesses de Dieu, dans toutes Ses promesses ! Proclame-les comme tiennes, et accroche-toi à elles dans ton intercession devant le Seigneur. Puis, baigne ta famille dans la prière et regarde l'Ennemi s'enfuir.

lundi 4 mai 2015

LA SIMPLE OBEISSANCE by Gary Wilkerson

Lors du mariage à Cana, en Galilée, la mère de Jésus, Marie, a vu que le vin venait à manquer. Elle a indiqué son fils aux serviteurs et a dit : “Faites tout ce qu'Il vous dira” (Jean 2:5). La traduction King James de la Bible en anglais rend ses instructions de façon plus puissante : “Quoi qu'Il puisse vous demander, faîtes-le.”

Pour beaucoup d'entre nous, nous pouvons être rempli de l'Esprit de Dieu dans notre lieu secret ou dans la communion avec nos proches. Mais de nombreux chrétiens ne seront remplis que lorsqu'ils commenceront à obéir sérieusement à ce que Dieu leur commande clairement. Je suis convaincu que ce qui retient et limite de nombreux chrétiens est une attitude désinvolte envers la Parole de Dieu et Sa voix dans leur cœur. En négligeant Sa direction pour leur vie, particulièrement en ce qui concerne Son saint but, ils se font aisément voler leur liberté et leur confiance.

Je parlais à un jeune chrétien célibataire il y a quelques mois, lorsqu'il m'a dit qu'il avait décidé de déménager pour habiter avec un couple qui vivait ensemble sans être marié. Je l'ai mis en garde, lui disant : “Cela ne me semble pas être un environnement très sain pour toi.” Il a répondu : “Je pense que c'est une situation sans danger. Je ne crois pas que Dieu sera en colère contre moi à cause de ça.” Il ne le disait pas comme s'il avait vraiment foi en ses paroles, mais plutôt comme un adolescent pris sur le fait en train de se faufiler hors de la maison.

Finalement, le couple a rompu et, très vite, ce jeune chrétien s'est retrouvé impliqué sentimentalement avec la jeune femme. Et il s'est retrouvé pris dans le piège de relations sexuelles hors mariage. Je ne raconte pas cette histoire pour juger, mais pour illustrer mon propos. La meilleure façon d'être rempli de l'Esprit de Dieu est simplement de prêter attention à Sa voix et d'obéir à Ses commandements. Faire ainsi nous procure paix, sécurité et joie et nous permet de parler de la part de Dieu avec autorité. Exactement comme Marie lorsqu'elle a dit aux serviteurs à ce mariage : “Quoi qu'Il puisse vous demander, faîtes-le !”

Il se peut que tu ne cesses de courir à l'autel, recherchant le vin de l'Esprit de Dieu, mais pour de nombreuses personnes, la réponse se trouve simplement dans l'obéissance.

samedi 2 mai 2015

LA PRIERE DU SEIGNEUR by Carter Conlon

Dans Luc 11 : 2-4, Jésus nous parle de la prière. Examinons brièvement quelques unes des bases qu'Il nous a enseigné.

Notre Père”. Nous devons comprendre que nous sommes à présent dans une relation avec Dieu le Père, au travers de Jésus Christ. Cela nous donne le droit de nous tenir devant Son trône et de lui faire connaître nos demandes.

Qui est au Cieux”. Ses voies sont plus élevées que nos voies. Ses pensées sont plus élevées que nos pensées. Il vit dans un lieu de victoire totale et absolue. Il n'y a aucune possibilité de défaite en Dieu.

Que ton nom soit sanctifié”. On peut avoir confiance dans le nom et la réputation de Dieu. Il est juste et ne nous dira jamais rien qui serait contraire à la vérité.

Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel”. La façon dont les choses existent dans Son cœur et dans Son esprit est la façon dont les choses devraient être sur la Terre. Pendant que toi et moi, nous marchons avec Dieu, nous avons un désir qui croît en nous de voir Son royaume venir dans la gloire et la puissance, de voir Sa volonté faite sur la Terre comme elle l'est dans le Ciel. Le centre de nos prières devrait se décaler. Elles ne devraient plus être centrées sur nous, mais devraient se concentrer sur les autres. C'est là que se trouve la véritable puissance de la prière !

Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien”. Dieu nous donnera chaque jour ce dont nous avons besoin, lorsque nous le lui demandons et que nous reconnaissons qu'Il est Celui qui pourvoit.

Pardonne-nous nos offenses comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé”. Toi et moi, nous sommes des ambassadeurs du Royaume du pardon. Il est donc impératif que nous pardonnions les autres, sans quoi nous serons incapables de représenter le pardon de Dieu sur Terre.

Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal”. Nous devons nous confier en Dieu pour nous guider et nous délivrer, reconnaissant que nous ne sommes pas assez futés pour traverser la vie tout seul. La tromperie est présente jusqu'au cœur de notre être et nous pouvons créer nous même ce que nous pensons être la direction de Dieu, même lorsqu'il s'agit en réalité de la direction de notre propre coeur. Nous ne devons pas simplement supposer que le chemin sur lequel nous nous trouvons est le bon, même si c'est comme cela que nous le voyons. D'après les Écritures : “Telle voie paraît droite devant un homme, Mais à la fin, c’est la voie de la mort” (Proverbes 16:25).

__________

Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994, sur l'invitation du pasteur fondateur David Wilkerson. Il a été nommé Pasteur Senior en 2001. C'est un responsable fort et plein de compassion qui est un intervenant fréquent lors des Expect Church Leadership Conferences menées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 1 mai 2015

DES PARENTS QUI PRIENT

Un jour, nous allons tous nous tenir devant le trône du jugement et répondre au Seigneur de la façon dont nous avons élevé nos enfants. Et à ce moment, aucun de nous ne pourra présenter d'excuses ou blâmer une autre personne. C'est pour cette raison que nous devons nous examiner nous-mêmes aujourd'hui et nous demander : avons-nous élevé nos enfants dans la crainte du Seigneur, les conseillant et les mettant en garde ? Avons-nous modelé à leur intention une vie d'amour et de révérence pour Dieu ?

Je me souviens avoir joué dehors enfant en entendant ma mère prier pour moi depuis le troisième étage de notre maison. Son exemple est resté vivace dans ma mémoire. Plus tard, quand Gwen et moi avons élevé nos enfants, nous avons fait la même chose, priant pour nos enfants en accord avec la Parole de Dieu : “Seigneur, fais de nos fils des arbres plantés près des fleuves d'eau vive. Fais de nos filles des pierres taillées dans ton palais. Garde les tous des plans du Malin” (voir Esaïe 61:3 et Psaumes 144:12).

Tous les parents chrétiens ont de grands espoirs pour leurs enfants. Je le vois régulièrement dans notre communauté, lorsque des parents amènent leurs enfants pour qu'ils soient consacrés au Seigneur. Notre équipe pastorale prie pour que Dieu place Son amour et Sa protection sur ces petits. Ensuite, nous les oignons d'huile et demandons à l'Esprit Saint d'établir une muraille de feu autour d'eux.

Mais, de temps à autre, je ne peux m'empêcher de me demander : combien de ces précieux enfants vont finir dans les griffes du diable, dans la drogue, dans la criminalité, parce que leur maman ou leur papa vont devenir négligeant quant à l'atmosphère spirituelle de leur foyer ? Vont-ils finir en ruine parce que leurs parents se seront drapés dans leurs propres problèmes, ne leur accordant jamais attention ou une juste discipline ?

Peut-être es-tu un parent qui souffre parce que ton fils ou ta fille adulte ne sert plus le Seigneur. Ou peut-être as-tu le cœur brisé parce que ton enfant est pris dans la drogue ou dans l'alcool. Tu as vu ton enfant qui avait le cœur si tendre lorsqu'il était jeune devenir amer, endurci et perdu.

Ce message n'a pas pour but de te condamner. Personne ne peut revenir sur le passé. Mais j'ai une question pour toi. Lorsque tu considères tes années en tant que parent, as-tu été un véritable garde de ton foyer ? As-tu quotidiennement demandé la protection de ton enfant dans la prière ? Ou bien étais-tu trop occupé ? As-tu permis à tes enfants de t'intimider ?

Tout cela, c'est le passé. Mais il reste une chose que tu peux faire : tu as encore cet appel à prier avec persévérance pour le salut de tes enfants. C'est la vérité : tu peux rattraper dans la prière aujourd’hui ce que tu as manqué de faire ces dernières années. Tu peux encore rechercher la face de Dieu, baigner tes bien-aimés de prières et appeler le Saint-Esprit pour qu'Il les convainque de péché et les amène à la croix.