vendredi 30 janvier 2015

DEBORDER D'ESPERANCE

Récemment, une sœur en Christ dans la détresse m'a écrit ces mots : “Je suis terrifiée. Je pense que ce serait tellement merveilleux si une bombe atomique pouvait tomber sur nous, surtout sur ma famille et moi. Tout serait fini en quelques instants. Nous serions avec Jésus ! J'ai perdu mon mari à cause d'un cancer et une de mes deux filles qui ne sont pas mariées a des problèmes de santé et ne peut plus travailler depuis deux ans. Je sors tout juste de l'hôpital et je suis en convalescence suite à de graves problèmes de dos. Nous avons terriblement souffert pendant ces dernières années. Des membres de notre communauté sont persécutés et mes amis souffrent tous sans aucune pitié. La peur et l'anxiété sont le lot de ma vie. M. Wilkerson, nous souffrons ! N'y a-t-il aucun espoir pour la Fiancée de Christ ?”

Cette femme n'est qu'une personne parmi les milliers qui nous écrivent pour nous faire part de leur désespoir et de leur situation désespérée. Nous entendons parler de tant de gens qui aiment profondément le Seigneur mais qui vivent dans des situations et des conditions qui leur semblent sans espoir. Ils nous parlent de mariages morts, de problèmes de santé et de famille et ils utilisent des phrases telles que :

“Il n'y a aucune issue !”

“Dieu ne semble pas m'écouter.”

“Rien ne change jamais. Ça ne fait qu'aller de mal en pis !”

“Parfois, je me demande si cela vaut la peine. Je souhaite simplement que le Seigneur vienne pour me sortir de ce gouffre !”

Quelqu'un a dit que les seules choses qui soient pires que la folie sont le désespoir et le sentiment d'impuissance face à une situation désespérée. Mais loué soit le Seigneur, car nous servons un Dieu d'espoir ! Le terme grec pour espoir est elpo qui signifie “regarder en avant avec une confiance et une attente réjouissante.” L'apôtre Paul a écrit aux Romains : “Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous débordiez d’espérance, par la puissance du Saint-Esprit !” (Romains 15:13).

Paul introduit ici une idée incroyable : “pour que vous débordiez d'espérance.” Il veut dire : “pour que vous puissiez en avoir assez pour en mettre de côté, une réserve qui déborde, qui est excessive, au-delà de toute mesure !” Certains pensent peut-être : “Cela sonne comme une blague cruelle. Dans ma situation actuelle, tout ce que je veux, c'est une étincelle d'espoir, juste une seule preuve de réponse aux prières, juste un tout petit signe de changement !”

Mais, bien-aimé, la Parole de Dieu est la vérité ! Il est un Dieu d'espérance. Une espérance qui est excessive, qui nous dépasse et qu'on ne peut pas mesurer.

jeudi 29 janvier 2015

MARCHER DANS LA VIE ET LA PUISSANCE DE RESURRECTION

Dans un moment de fatigue, Jésus s'est arrêté pour se reposer près d'un puit, mais il y avait là une femme perdue qui avait besoin d'aide. Une fois encore, ses forces ont été rechargées. Quand Ses disciples sont revenus, ils ont trouvé leur Maître tellement reposé, tellement rafraîchi ! “J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas” (Jean 4:32). C'est l'énergie secrète de la vie de résurrection !

Parfois, je me sens comme une batterie de voiture déchargée. Si on oublie d'éteindre les feux d'une voiture, tout ce qu'on peut espérer obtenir le lendemain, c'est ce bruit redouté : treureureureu.....reureureu… reu. Le bruit creux d'un engin mort.

Je sais que quelque chose ne va pas chez les croyants d'aujourd'hui, parce qu'il nous a été promis cette même vie qui recharge les batteries qui vient de Christ. “Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous, celui qui a ressuscité Christ rendra aussi la vie à votre corps mortel par son Esprit qui habite en vous” (Romains 8:11).

Il est très clair dans l’Écriture que le Saint-Esprit réside en nous pour nous apporter une vie qui se renouvelle constamment. Dieu nous a donné Sa propre énergie pour qu'elle vienne dans nos corps mortels et nous donne une force physique. “Vous qui étiez morts en raison de vos fautes et de l'incirconcision de votre corps, il vous a rendus à la vie avec lui” (Colossiens 2:13).

Es-tu rempli du Saint-Esprit ? Alors, par la foi, empare-toi d'une nouvelle vie et d'une nouvelle source d'énergie ! “Mon âme, bénis l’Éternel et n’oublie aucun de ses bienfaits !...ta jeunesse se renouvelle comme celle de l'aigle” (Psaumes 103:2,5 version Darby). Tite a également parlé de tout cela : “il nous a sauvés. Et il ne l’a pas fait à cause des actes de justice que nous aurions pu accomplir, mais conformément à sa compassion, à travers le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement du Saint-Esprit qu'il a déversé avec abondance sur nous par Jésus-Christ notre Sauveur” (Tite 3:5-6).

Remercie Dieu pour la grandeur actuelle de notre Seigneur Jésus Christ ! Prends-en possession par la foi - et marche dans la vie et la puissance de résurrection !

mercredi 28 janvier 2015

RECHARGÉ PAR L'ESPRIT

Jésus n'a jamais été plus désireux de montrer Sa puissance que maintenant, parce qu'Il n'a jamais été aussi puissant qu'Il ne l'est maintenant. Notre foi doit aller au-delà de la mort. Elle doit regarder en face tout ce qui est mort et proclamer : “Jésus n'abandonne jamais face à la mort !” Nous ne devrions jamais perdre espoir au sujet de quelqu'un ou de quelque chose, peu importe à quel point la situation semble désespérée.

Remarque bien que dans l'histoire de Jaïrus et de sa fille (Marc 5:21-43), le Seigneur n'était pas intéressé par le fait de montrer Sa puissance à des incroyants. En fait, Il a dit à ceux qui se trouvaient dans cette pièce : “que personne ne le sache” (5:43). En d'autres termes : “Ne leur dites pas ce que vous avez vu : le miracle doit rester entre nous qui sommes dans cette pièce.”

Ceux qui continuent à avoir une foi indéfectible seront là pour assister à une glorieuse manifestation de la puissance de résurrection de Christ. Seuls le Seigneur et toi en connaîtrez tous les détails. Il va te surprendre. Il va te faire vibrer. Il va te montrer Sa gloire !

La grandeur présente de Christ peut être résumée dans un seul verset puissant : “En [Lui] il y avait la vie (Jean 1:4). Il était, et Il est encore, énergie et vie. Il possède la vie. Jésus était constamment renouvelé en puisant à un réservoir secret qui ne se vidait jamais. Il n'était jamais lassé des foules qui se pressaient contre Lui. Il n'était jamais impatient.

Quand il a appelé Ses disciples à part pour se reposer, ils sont partis vers un endroit tranquille de l'autre côté du lac. Mais la foule l'attendait là aussi. Pas une fois, Il n'a dit : “Oh non ! Voilà encore cette bande de gens à problèmes, avec leurs complaintes et leurs questions stupides. Ça ne finira donc jamais ? Au lieu de cela, Il a vu la multitude et il a été ému de compassion. Il était rechargé par l'Esprit et Il s'est remis au travail. Il travaillait dur le jour et passait Ses nuits en prière - et Il avait encore du temps pour les petits enfants !

mardi 27 janvier 2015

DU COTE DE LA FOI

Quelle scène terrible que celle qui s'est déroulée dans la maison de Jaïrus, un des chefs de la synagogue, à l'époque de Jésus. Il y avait de la confusion, du doute, de la crainte et des pleurs quand sa fille est morte.

Marc 5:38-40 dit : “Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue où Jésus vit du tumulte, des gens qui pleuraient et poussaient de grands cris. Il entra et leur dit : « Pourquoi faites-vous ce tumulte et pourquoi pleurez-vous ? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort. » Ils se moquaient de lui.”

Bien-aimé, laisse-moi te dire pourquoi il y a tant de trouble dans ta vie,tant de pleurs et de plaintes. C'est parce que tu ne crois pas que Jésus peut ressuscité les morts. Tu ne crois pas qu'Il sait ce qu'Il fait. Tu ne crois pas qu'Il a un plan qui donne la vie. Tu crois qu'Il arrive trop tard et que les choses sont allées trop loin. Tu ne peux pas croire que Jésus est encore à l’œuvre, alors que tu as déjà abandonné.

Nous sommes aussi coupables que ces moqueurs. Nous aussi nous crions à Dieu quand nous avons des problèmes, nous Lui demandons de nous répondre avant qu'il ne soit trop tard. Ensuite, quand la réponse ne vient pas, nous nous transformons en pleureuses. Nous tremblons devant la puissance du diable, comme si les démons avaient remporté la victoire, comme si Jésus avait perdu et que le Malin avait gagné !

Les choses vont souvent de mal en pis et, à la fin, nous disons, “Et voilà ! C'est trop tard. Pour une raison ou une autre, le Seigneur ne va pas sauver cette situation.”

Il n'est pas suffisant de L'aimer, de Le servir et de L'adorer uniquement tant qu'il reste encore un peu d'espoir. Qu'en est-il de Lui faire confiance maintenant qu'il ne reste plus d'espoir ? Quand il semble que tu ne décrocheras jamais d'emploi ? Ou quand les problèmes s'accumulent de tous les côtés, quand il semble, humainement parlant, impossible de continuer ?

Si Jésus entrait maintenant dans la pièce, au beau milieu de ta situation, que trouverait-Il ? Comment réagirais-tu à Son arrivée? Continuerais-tu à pleurer ? Ton cœur serait-il toujours dans le tumulte ? J'espère que tu Lui dirais : “Seigneur, cela semble sans espoir. J'étais sur le point d'abandonner mais Tu es le même aujourd'hui qu'hier, alors que tu étais dans la maison de Jaïrus. Tu peux produire la vie à partir de la mort et Tu peux guérir ce problème.”

lundi 26 janvier 2015

JE PREFERE AVOIR JESUS by Gary Wilkerson

Voilà la promesse des promesses : “Je ne te délaisserai pas et je ne t'abandonnerai pas” (Hébreux 13:5). Cette promesse, c'est simplement J-E-S-U-S. Jésus est ma promesse et le cœur de toutes mes promesses.

Un vieux chant anglais dit : JE PREFERE AVOIR JESUS.

Je préfère avoir Jésus que de l'or et de l'argent.
Je préfère être à Lui que d'avoir des richesses innombrables.
Je préfère avoir Jésus que des maisons ou des terres.
Je préfère être conduit par Ses mains percées.

Je préfère avoir Jésus ! Si nous pouvions comprendre cette notion centrale, unique, qui convainc l'âme, à savoir que toutes les promesses de Dieu sont inclues en Jésus, alors tout le reste diminuerait. Rien ne peut se mesurer à cette promesse là ! Si tu as Jésus, alors la réponse à toutes Ses autres promesses sera : “C'est bien ! Je crois cela. Merci Seigneur. Merci de me laisser boire à cette coupe.” Tout le reste pâlit en comparaison du fait que j'arrive à Le connaître. J'arrive à marcher avec Lui. J'arrive à L'aimer. La présence de Jésus est centrale,meilleure que n'importe quelle autre promesse que nous pourrions avoir. Et nous pouvons L'avoir gratuitement. Il nous dit : “Appelle-Moi simplement et je viendrai.”

Si tu pouvais simplement venir à Jésus, Il illuminerait ta vie. Il deviendrait le premier dans ta vie et ton tout. Ceux qui focalisent leur attention sur le fait de placer Jésus au centre sont ceux que je vois marcher dans la plénitude de leurs promesses. Ceux qui perdent Jésus de vue et qui commencent à se concentrer sur les promesses plus que sur Jésus commencent à lutter. Ils commencent à dévier et leur voyage s'arrête parce qu'ils ne trouvent pas la plénitude de vie qui se trouve en Jésus Christ.

J'aspire à de nombreuses choses pour vous parce que je vous aime. J'aspire à des ministères pour vous qui vont au delà de vos rêves les plus fous.

Comme la Bible le dit : “Recherchez d'abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus” (Matthieu 6:33).

samedi 24 janvier 2015

NOUS REFUSONS DE RESTER A HARAN by Claude Houde

Dans le chapitre 12 de la Genèse, au verset 1, Dieu a appelé à Abraham à “quitter son pays, sa patrie et sa famille.” C'est seulement en lisant attentivement et en comprenant le chapitre précédent et les spécificités de son contexte que nous pouvons comprendre la pleine signification et la profondeur considérable que revêt cet appel. Le chapitre 11 nous révèle qu'Abraham, son père et tout leur clan ont quitté Ur en Chaldée pour Canaan. Canaan est un type du pays promis. Il représente et symbolise la destinée, la plénitude et l'accomplissement de l'ensemble des bénédictions que Dieu prévoyait. En fait, cela nous parle de tout ce que Dieu est et veut être dans leur vie, et dans la nôtre. Le voyage a été difficile, long et fatigant. Ils ont été frappés par des tragédies, des menaces et des expériences traumatisantes. Des bien-aimés sont décédés et, alors qu'ils traversaient ces vallées de larmes, le Pays Promis semblait bien lointain.

Ils se sont arrêtés dans un lieu appelé Haran, une ville située à peu près à 1000 km à l'ouest de l'Euphrate, au nord de la Syrie. Ils avaient parcouru plus des deux tiers de leur voyage quand ils se sont arrêtés là, épuisés physiquement, mais aussi las spirituellement. Le mot “Haran signifie “un lieu sec, qui porte peu de fruit.”

Abraham et son père était sur le chemin de Canaan, le lieu de la bénédiction et de la plénitude. Jésus nous a fait la même promesse : “moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie et qu'elles l'aient en abondance” (Jean 10:10). Il est intéressant de noter le terme grec “zoe” qui est utilisé ici pour parler de la vie que Christ nous offre, qu'Il prévoit pour nous. Ce mot exprime la notion d'être complet, accompli, de porter du fruit en abondance, une vraie joie et une véritable plénitude.

S'il-te-plaît, comprend le lien. Abraham, son père et sa famille voyageaient vers Canaan, mais ils se sont tragiquement arrêtés dans un endroit qui porte peu de fruits. Ils auraient dû continuer, aller de l'avant, persévérer pour obtenir la plénitude et l'abondance, mais ils se sont installés dans la médiocrité.

La foi s'écrie : “Je refuse de mourir dans un endroit qui porte peu de fruits ! Je refuse cette petite existence avec peu d'adoration, peu de sanctification, peu de changement, peu de transformation et peu de foi.” J'ai entendu le cri féroce et passionné d'hommes et de femmes, de pasteurs et de responsables de toutes les couleurs et de toutes les nations, déclarant : “Nous refusons de mourir à Haran !” Dieu nous appelle à “quitter notre pays, notre patrie et notre famille.” C'est ce qu'Il a fait avec Abraham et c'est ce qu'Il fait avec toi et moi.

__________ 

Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, au Canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'églises protestantes en expansion.

vendredi 23 janvier 2015

N'AIE PAS PEUR, CROIS SEULEMENT

Un père affligé nommé Jaïrus est venu voir Jésus pour demander la guérison de sa fille mourante: “ Alors vint un des chefs de la synagogue, du nom de Jaïrus. Lorsqu'il aperçut Jésus, il se jeta à ses pieds et le supplia avec insistance : « Ma petite fille est sur le point de mourir. Viens, pose les mains sur elle afin qu'elle soit sauvée, et elle vivra. » Jésus s'en alla avec lui” (Marc 5:22-24).

Cet homme, Jaïrus, représente la plupart des chrétiens. Nous savons que Christ est notre seul espoir et, dans notre épreuve, nous courrons à Lui, nous tombons à ses pieds et nous recherchons Sa miséricorde et Son aide. Jaïrus avait une bonne mesure de foi. Il a demandé à Jésus de “venir et de poser les mains sur elle afin qu'elle soit sauvée et qu'elle vive” (verset 23). C'était une affirmation de foi véritable: “Seigneur : tout ce dont elle a besoin, c'est de Toi. Tu es tout-puissant ! Tu peux l'empêcher de mourir !”

En réponse à la foi de cet homme, “Jésus s'en alla avec lui” (verset 24). Jésus permet au temps de filer parce qu'Il veut que ceux qui Le suivent aient foi dans Sa puissance de résurrection. Une foi qui va au-delà du désespoir, qui va même au delà de la mort ! Les croyants qui se tenaient au chevet de la petite fille n'avait pas ce genre de foi, mais une foi limitée. Tant qu'il restait un peu de vie, un peu d'espoir, Jésus était désiré et nécessaire.

Très certainement, ces gens se disaient en eux-mêmes : “Oui, Jésus, nous croyons que que tu es le grand médecin, le grand guérisseur. Rien ne T'es impossible. Nous savons que Tu as tous pouvoirs. Mais, s'il-Te-plaît, dépêche-toi, parce qu'elle risque de mourir d'une minute à l'autre ! Alors, nous n'aurons plus besoin de Toi!”

Quel genre de foi est-ce là ? C'est une foi qui s'arrête à la mort, qui ne va que jusqu'à la tombe. Quand les circonstances semblent montrer que tout est perdu, cette foi meurt.

Et il s'est avéré que le petite fille est morte. Je peux imaginer les gens en train de prendre son pouls et d'annoncer son décès. Le peu de foi qu'ils possédaient était maintenant parti. Leur première démarche pour l'organisation des funérailles a été de faire savoir au guérisseur qu'ils n'avaient plus besoin de Lui. Ils ont envoyé un messager dire : “Ta fille est morte. Pourquoi déranger encore le maître ?” (Marc 5:35).

Ces mots semblent tellement définitifs : “Ta fille est morte !” Ces mots résonnent peut-être à tes oreilles : “Ton mariage est mort, n'importune pas Jésus !” “Ton ministère est mort, n'importune pas le Seigneur !” “Ton enfant est mort à cause du péché !” “Ta relation avec cet être bien-aimé est morte !”

Ces mots redoutés ne veulent absolument rien dire pour Jésus. Il n'abandonne jamais les morts, parce qu'Il est la résurrection et la vie ! La meilleure traduction du grec dans ce verset 36 est “Jésus, comme s'Il n'avait pas entendu ce qui venait d'être dit, dit au chef de la synagogue : N'aie pas peur, crois seulement.”

jeudi 22 janvier 2015

LA PUISSANCE DE RESURRECTION AUJOURD'HUI

Celui qui a vaincu la mort a tous pouvoirs, et il n'y avait pas de plus grandes preuves de la puissance de Christ sur Terre que ceux qu'Il a ressuscité des morts. “En effet, tout comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, le Fils aussi donne la vie à qui il veut” (Jean 5:21). Jésus a clairement proclamé Son pouvoir sur la mort. Il a même dit de Lui-même : “Je suis la résurrection et la vie (Jean 11:25) et Il l'a prouvé !

Croyons-nous réellement les paroles de Jésus ? Il a dit : “En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heure vient, et elle est déjà là, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. En effet, tout comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même” (Jean 5:25-26).

Jésus ne parle pas seulement de la résurrection finale. Il décrit Sa puissance actuelle de ressusciter tout ce qui est mort. Sa puissance pour nous inonder aujourd'hui de Sa vie. Tu vois, nous avons tous un cadavre caché dans nos vies, quelqu'un ou quelque chose que nous avons abandonné il y a longtemps. Nous l'avons enterré et nous avons inscrit sur sa pierre tombale la date de sa mort !

Une chère connaissance nous a dit qu'elle allait se rendre à la remise de diplôme de son enfant. Parmi tous les membres de la famille qui étaient attendus, son ancien mari (qui l'avait quittée plusieurs années auparavant pour une autre femme) devait être présent. Le mariage en lui-même était au-delà de tout espoir de résurrection puisqu'une autre femme était à présent son épouse. Mais Dieu a conduit notre amie jusqu'à l'endroit où était enterré ce mariage et à prier pour le salut de son ex-mari – de même que pour le salut de sa nouvelle épouse ! Cette femme n'a pas abandonné tout espoir pour ceux qui sont spirituellement morts.

Une autre chère sœur en Christ a un mari qui l'a quittée il y a plusieurs années. Cet homme est maintenant tombé très profondément dans le péché. Là où se trouvait auparavant un bon mariage se trouve à présent une pierre tombale. Elle aussi a dû apprendre que Jésus n'abandonne jamais les morts. Ce n'est pas qu'elle désire que l'homme revienne (et en effet, il se pourrait qu'il ne revienne jamais), mais elle veut qu'il ressuscite de la mort qu'est le péché. Elle n'abandonne pas tout espoir pour les morts, parce que nous servons un Dieu qui possède une puissance actuelle de résurrection !

mercredi 21 janvier 2015

LA GRANDEUR PRESENTE DE CHRIST

“Je ne cesse de dire toute ma reconnaissance pour vous lorsque je fais mention de vous dans mes prières. Je prie que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation qui vous le fasse connaître. Je prie qu'il illumine les yeux de votre cœur pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de son glorieux héritage au milieu des saints et quelle est l'infinie grandeur de sa puissance, qui se manifeste avec efficacité par le pouvoir de sa force envers nous qui croyons. Cette puissance, il l'a déployée en Christ quand il l'a ressuscité et l'a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes” (Éphésiens 1:16-20).

La prière de Paul pour l'église était tout simplement la suivante : “Que Dieu vous révèle, non seulement la grandeur passée de Christ, mais aussi Sa grandeur présente.”

L'église a une grande révérence pour le Christ qui a marché sur Terre, le Jésus de Galilée, l'enseignant et le faiseur de miracle, le fils de Marie. Nous ne nous lassons jamais d'entendre et de parler de la grandeur de Jésus de Nazareth : comment Il a chassé des démons, comment Il a tenu ferme contre toutes les tentations, comment Il a ouvert les yeux des aveugles, les oreilles des sourds, a permis aux paralytiques de sauter, comment Il a restauré les mains sèches, guéri les lépreux, changé l'eau en vin, nourri des multitudes avec quelques miches de pain et quelques poissons, comment Il a ressuscité les morts !

Pourtant, à un certain moment de l'histoire, nous mettons des limites à ce Sauveur grand, puissant, et qui fait des miracles ! Nous développons une théologie qui Le fait Seigneur des choses spirituelles, mais pas des choses de ce monde. Par exemple, nous croyons qu'Il peut pardonner nos péchés, calmer nos craintes, nous soulager de notre culpabilité, nous donner la paix et la joie, nous offrir une vie éternelle. Tout cela dans le monde invisible. Mais peu d'entre nous le connaissent comme le Dieu des choses de ce monde, des affaires de tous les jours : le Dieu de nos enfants, de notre travail, de nos factures, de notre foyer et de notre mariage.

Paul a dit que nous avons besoin d'une révélation de la puissance que Christ a obtenue lorsqu'Il a été ressuscité des morts. Aujourd'hui même, Jésus est assis à la droite de Dieu, ayant tout pouvoir sur la Terre et dans le Ciel : “Il a tout mis sous ses pieds” (Éphésiens 1:22).

mardi 20 janvier 2015

DIEU A LE CONTROLE

“Toute arme préparée contre toi sera sans effet...Tel est l'héritage des serviteurs de l’Éternel, telle est la justice qui leur viendra de moi, déclare l’Éternel” (Esaïe 54:17). Tout ce que Satan essaie de faire pour t'abattre ne marchera tout simplement pas ! Ces gros pistolets qui te visent vont fondre dans la présence du Seigneur.

Dans le texte original hébreux, ce verset se traduit ainsi : “Aucun plan, aucun instrument de destruction, aucune artillerie satanique ne te dominera ni ne t'écrasera, mais elle sera détruite.” Dieu a promis de ruiner toutes les attaques de Satan à ton encontre. La récompense de ceux qui le cherchent avec persévérance, c'est le privilège de devenir plus que vainqueurs. “Au contraire, dans tout cela nous sommes plus que vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés” (Romains 8:37).

Pendant 365 ans, Hénoc a repoussé tous les trais enflammés. Il a vécu dans une victoire complète jusqu'à son dernier souffle. Il n'est pas parti en rampant ou en boitant, mais il est parti dans un éclair de vie et de gloire ! “C'est à cause de sa foi qu'Hénoc a été enlevé pour échapper à la mort, et on ne l’a plus retrouvé parce que Dieu l'avait enlevé. Avant d’être enlevé, il avait en effet reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu” (Hébreux 11:5).

“Tu seras affermie par la justice. Oublie l’oppression, car tu n'as rien à craindre ! Oublie la terreur, car elle ne s'approchera pas de toi ! Si l'on forme des complots, cela ne viendra pas de moi. Celui qui se liguera contre toi tombera contre toi” (Esaïe 54:14-15).

Là où il y a la justice, il y a la paix. Tu seras délivré de l'oppression, de la crainte parce qu'il ne sera fait aucun mal à ceux qui marchent dans la justice. “j'ai aussi créé le destructeur chargé de l’anéantir” (Esaïe 54:16). Même le “destructeur” est sous le contrôle du Seigneur. Dieu a le contrôle de toutes les armes destructives. Notre sécurité se trouve dans la justice, dans le fait de marcher avec Jésus, et nous n'avons absolument rien à craindre !

lundi 19 janvier 2015

CROIS QU'IL PEUT FAIRE DES CHOSES PLUS GRANDES by Gary Wilkerson

Je parlais récemment avec un pasteur d’Irlande, qui partageait ses craintes pour les années à venir. Alors qu'il voyait des difficultés s'amonceler à l'horizon, j'ai aimé qu'il cite Hébreux 11:1. As-tu déjà lu ce texte ? Il dit : “Or la foi, c'est la ferme assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas.” Ensuite, il m'a dit : “Gary, tu sais que la peur c'est le fait de craindre que les choses qu'on espère ne se réaliseront pas, n'est-ce pas ? Et craindre que les choses qu'on ne voit pas restent à tout jamais invisibles. Voilà ce qu'est la crainte. C'est comme une conviction en toi. Tu penses que ce que tu espères ne se produira jamais. Voilà ce qu'est la crainte, et c'est un obstacle pour ce que Dieu veut faire dans ta vie.”

Je veux te demander aujourd'hui, avant que la journée ne soit terminée, de demander à Dieu de t'amener à un engagement avec Lui tel que Son amour parfait, Son œuvre de grâce envers toi, vont chasser toutes tes craintes. Certains d'entre vous pensent que, quand ils recevront un amour parfait, ils ne seront plus jamais dans la crainte. Non ! Son amour parfait - et Son amour est le seul à être parfait - vient dans ton cœur. Tu es aimé, tu es accepté, tu n'as plus besoin d'idoles pour penser du bien de toi-même. Une fois que cela se produit et que tu abandonnes ton propre planning, tout ce qui reste pour toi, ce sont les promesses de Dieu pour ta vie. Alléluia, voilà une bonne nouvelle !

Dans Genèse 15:7, nous voyons que Dieu a fait sortir Abram d'Ur en Chaldée et qu'Il lui a fait la promesse de lui “donner ce pays en possession.” Abram avait un long voyage qui l'attendait, mais il avait les promesses de Dieu !

Quand tu as une promesse de la part de Dieu, le voyage vaut la peine, mon ami. Quand tu as une promesse de Dieu, Il te dit : “Viens, mon frère. Viens, ma sœur. Viens, ma fille. Viens, mon fils. Crois en Moi ! Aies foi.”

Si tu n'as jamais eu foi auparavant, aies foi en Lui cette année. Si tu avais déjà de la foi, augmente-la cette année. Si tu as cru que Dieu pouvait faire de grandes choses, crois qu'Il en fera de plus grandes encore.

vendredi 16 janvier 2015

RECOMPENSE PAR DE LA LUMIERE

Si tu marches avec le Seigneur, tu seras récompensé par de la lumière, de la direction, du discernement, des révélations, une connaissance certaine ! En mourant à ce monde jour après jour, la lumière va se faire plus intense. Tu es dirigé vers le soleil. Zacharie a prophétisé que Christ viendrait pour apporter la lumière à ceux qui “sont assis dans les ténèbres,... pour diriger nos pas” (Luc 1:79).

Es-tu comme sous une coupe de ténèbres ou d'indécision ? “Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura au contraire la lumière de la vie” (Jean 8:12). “Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé” (Colossiens 1:13).

Tu proclames peut-être aimer Jésus mais ta vie prouve que tu marches encore dans les ténèbres, confus, embrouillé et dans le brouillard ! Quand tu aimes réellement Jésus, quand tu parles avec Lui, il allume la lumière. Il n'y a pas de ténèbres dans Sa présence.

La plus terrible des obscurités pour l'humanité ne se trouve pas dans le cœur de dirigeants communistes qui haïssent Dieu, ni dans le cœur d'athées qui haïssent Christ. Mais c'est l'obscurité horrible qui aveugle des soi-disant chrétiens qui refusent de marcher dans la lumière.

Jésus a mis en garde : “Veille donc à ce que la lumière qui est en toi ne soit pas ténèbres” (Luc 11:35). Jésus a dit aux pharisiens que le jugement s'abattrait sur ceux qui pervertissent ou qui refusent la lumière : “Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient pas voient et pour que ceux qui voient deviennent aveugles. Quelques pharisiens ... lui dirent : Nous aussi, sommes-nous aveugles ? Jésus leur répondit : … en réalité, vous dites : ‘Nous voyons.’Ainsi donc, votre péché reste” (Jean 9:39-41).

Comme les pharisiens, certains chrétiens pensent savoir, pensent qu'ils sont dans la lumière. Ils disent : “Je vois.” Ou : “Je vois aussi bien, voire mieux, que le pasteur ou que qui que ce soit d'autre !” Ils devraient regarder à leur vie et à leur foyer, au trouble et à la confusion dans leur cœur et admettre: “Seigneur, je ne vois rien ! Montre-moi ! Suis-je aveugle ?”

Si nous ne nous ouvrons pas à la lumière pure et véritable, alors notre jugement ne peut être que fausse lumière. Recommence à marcher avec Lui et Il exposera toute obscurité et te rendra Sa lumière pure.

jeudi 15 janvier 2015

REPRENDRE LE CONTROLE

Ceux qui négligent le Seigneur se retrouvent très vite sans aucun contrôle lorsque le diable s'avance et prend les choses en main. Une telle personne a une image d'elle même complètement dévastée. Ses sentiments et pensées ne peuvent pas être réprimés et sa langue s'agite et bouge sous la puissance de l'amertume et de la colère.

Si seulement nous pouvions tomber amoureux de Jésus, marchant et parlant avec Lui, Il nous révélerait rapidement que Satan n'a aucun pouvoir sur nous. Nous Lui permettrions rapidement de prendre le contrôle. Ensuite, nous pourrions chasser les démons, faire fuir le diable, envoyer au loin des légions, tenir bon par la foi contre toutes les craintes, tous les mensonges, tout ce qui vient nous attaquer depuis l'enfer. “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils pourront chasser des démons, parler de nouvelles langues, attraper des serpents, et s'ils boivent un breuvage mortel, celui-ci ne leur fera aucun mal ; ils poseront les mains sur les malades et ceux-ci seront guéris” (Marc 16:17-18).

Paul donne un avertissement aux “femmes crédules” qui n'abandonnent pas leurs convoitises : “Certains d’entre eux s'introduisent dans les maisons et prennent dans leurs filets des femmes crédules, chargées de péchés, entraînées par toutes sortes de désirs” (2 Timothée 3:6). Les femmes qui ne veulent pas payer le prix et marcher avec Jésus, qui ne veulent pas de réprimandes divines, qui ne veulent pas admettre leurs péchés et se repentir, ces femmes-là vont se tourner vers des enseignants qui prieront pour elles tout en se servant de leur crédulité ! Et, crois-moi, ces charlatans sont toujours parmi nous. Leurs yeux brillent d'avidité pour les femmes et ils font des promesses, disant : “Venez à nos réunions, vous aurez la liberté !” Non, tu ne l'auras pas ! Tu finiras captive, doublement liée et ces hommes iront droit à ton porte-feuille !

Mais tu preux reprendre le contrôle. Tu peux revenir à une marche intime, persévérante, aimante avec Jésus. Au lieu de chercher seulement ton propre réconfort, essaye de réconforter Jésus : “L’insulte me brise le cœur, et je suis anéanti ; j’attends de la pitié, mais il n’y en a pas, des consolateurs, et je n’en trouve aucun” (Psaumes 69:21).

mercredi 14 janvier 2015

LA RECOMPENSE DE SA PRESENCE

Dieu a étendu sa main et a enlevé Hénoc en réponse à sa foi. Hénoc ne pouvait plus supporter de se tenir de l'autre côté du voile. Il devait voir le Seigneur ! Il priait, croyant que Dieu répondrait au cri de son cœur : être réellement dans Sa présence. Il en était tellement “en-dehors”, ici, sur Terre, qu'il a dit : “Viens ! Il n'y a plus rien pour moi ici.”

Pense à la façon dont les chrétiens gaspillent ce qu'ils appellent “foi.” La leur est entièrement centrée sur eux-mêmes, leurs besoins, leurs désirs, leurs plans. Et ils obtiennent souvent ce qu'ils désirent, mais cela ne les rend que plus misérables. Où sont les Hénoc qui utilisaient leur foi pour croire qu'ils seraient enlevés hors des ténèbres du diable pour être transportés jusque dans les mains du Fils bien-aimé de Dieu ?

Hénoc n'avait pas de Bible, pas de recueil de chants, pas d'enseignants, pas d'Esprit Saint qui demeure en lui, pas de voile déchiré lui permettant d'entrer dans le Saint des Saints. Mais il connaissait Dieu ! Sans les réprimandes ou les directions des prophètes, sans l'exemple d'autres personnes à suivre, Hénoc a décidé de tout son cœur de suivre le Seigneur. Pourquoi est-ce si difficile aujourd'hui, malgré toutes les aides, les convictions, les avertissements prophétiques, les supplications du Saint-Esprit ? Ne devrions nous pas prendre comme une réprimande le fait qu'Hénoc s'est élevé au-dessus des jours corrompus de son époque pour marcher avec Dieu, tout en ayant si peu d'aide pour le faire ? Aujourd'hui, il y a des multitudes qui ne peuvent pas marcher avec Lui, dans la victoire, malgré toute l'aide que Dieu leur a donnée !

Hénoc a cru que Dieu récompense ceux qui Le recherchent avec ardeur et persévérance ! “il faut que celui qui s'approche de lui croie que Dieu existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent” (Hébreux 11:6). Comment savons-nous qu'Hénoc savait que Dieu récompense ? Parce que c'est le seul type de foi qui plaît à Dieu, et nous savons qu'Hénoc lui a plu !

Dieu est quelqu'un qui récompense, qui paie bien la fidélité. Comment le Seigneur récompense-t-Il ceux qui persévèrent ? D'après mon expérience personnelle, quand on marche bras-dessus, bras-dessous avec Jésus, tellement rempli d'amour pour Lui, les récompenses tombent de tous les côtés. Tout ce que l'on fait et tout ce que l'on a est béni : notre épouse, nos enfants, nos amis, notre ministère. Une vie de Christ vient alors, qui coule comme une puissante rivière. Oui, nous aurons des épreuves et des tribulations. Mais à travers tout cela, Il nous récompense avec des manifestations de Sa présence.

mardi 13 janvier 2015

LE MANQUE DE VICTOIRE

Une des grandes tragédies de cette génération, et l'une des plus grandes tristesses de Dieu, c'est qu'énormément de chrétiens ne sont pas réellement heureux ! Le manque de victoire en Christ est consternant ! Tellement de chrétiens sont bouillants un jour et froids le lendemain. Une semaine ils sont au plus haut, la semaine suivante au plus bas. Ils ne peuvent pas résister à la peur. La dépression les écrase comme un rouleau compresseur.

Certains mariages passent sans cesse de chaud à froid. Un jour, tout va bien entre mari et femme et le jour suivant, ils sont minables. Certains jours, ils n'arrivent même pas à se parler. Ils pensent : “Ma foi, c'est comme cela que doit être le mariage. On ne peut espérer être heureux et amoureux tout le temps !”

Paul a mis en garde les chrétiens qui ont besoin de “revenir à leur bon sens, pour se dégager alors des pièges du diable, qui s’est emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté” (Timothée 2:26). C'est une parfaite description de nombreux chrétiens. Satan entre et sort dans leur vie selon sa volonté ! Ils n'ont ni puissance ni autorité pour l'arrêter à la porte de leur cœur.

Pour certains d'entre vous qui lisez, peut être êtes-vous pris dans les filets du diable. Paul dit que c'est parce que tu t'opposes (voir 2 Timothée 2:25, version Darby). “S'opposer” signifie que tu t'es laissé prendre au piège. Tu refuses le chemin de délivrance et de victoire de Dieu. Tu t'opposes à Son chemin et tu as décidé de suivre ton propre chemin. C'est pour cette raison que tu es pris au piège !

Tant et tant de chrétiens n'ont pas connu la victoire en Christ. Est-ce pour cela que Christ est mort ? Pour élever des enfants qui sont sous la puissance de la volonté du diable ? “Donne ton cœur à Jésus, mais ta volonté au diable.” Est-ce le témoignage des chrétiens pour le monde ? Jamais !

Tu peux rejeter le blâme de ton manque de joie sur ta santé défaillante, sur le fait d'être incompris, sur le fait d'avoir un partenaire, un ami ou un patron qui ne se soucie pas de toi. En fait, tu peux choisir de blâmer plein de choses ou de gens. Mais la vérité, c'est qu'il n'y a pas d'excuse pour un chrétien qui vit sous l'esclavage du diable. Si le diable joue sur tes émotions et que tu ne fais qu'aller de pire en pire au lieu d'aller mieux, si tes problèmes deviennent de plus en plus gros, si la crainte domine et que la joie s'en va, si la tristesse s'installe, cela signifie que tu es prisonnier de l'Ennemi de ton âme et qu'il te manipule !

Tu dois reconnaître le piège dans lequel tu te trouves et chercher à en être délivré. Si tu sers le Seigneur depuis plus longtemps que quelques mois, tu devrais grandir quotidiennement dans la grâce et la connaissance de Jésus. Tes victoires spirituelles devraient être douces. Tu devrais être assuré de Sa présence permanente.

lundi 12 janvier 2015

CEUX QUI S'INSTALLENT by Gary Wilkerson

“Térach prit son fils Abram, son petit-fils Lot, qui était le fils d'Haran, et sa belle-fille Saraï, la femme de son fils Abram. Ils sortirent ensemble d'Ur en Chaldée pour se rendre dans le pays de Canaan mais, arrivés à Charan, ils s’y installèrent” (Genèse 11:31).

Je ne sais pas quel genre d'homme était Térach, étant donné qu'il y a très peu de choses d'écrites à son sujet. Mais nous savons que Ur en Chaldée était un endroit plein de promesses. C'était un lieu qui commençait vraiment à devenir prospère.

Abram était né dans ce pays qui était en train de devenir riche. C'était un pays avec un grand avenir et la promesse de devenir un pays où il ferait bon vivre. Mais pour une raison quelconque, le père d'Abram a décidé qu'il devait partir. Nous ne savons pas si c'était l'ambition d'aller dans un nouvel endroit ou de construire quelque chose de nouveau.

Genèse 11:31 dit “Térach prit” et le terme rendu par “prendre” signifie en Hébreux “se saisir avec avidité.” C'était un peu comme s'il avait serré les dents et les poings en disant : “je vais prendre en main mon futur. Je vais faire de mon avenir ce que je veux qu'il soit.” Et il y a quelque chose de très dangereux là-dedans. Il n'y a aucune indication du fait que Dieu lui aurait fait une promesse au sujet du pays de Canaan, mais il avait ses propres ambitions.

La conséquence de ce genre de style de vie cupide, c'est toujours ce que nous pouvons lire ensuite dans ce passage : “ils s'y installèrent.” Pour une raison ou une autre, avant d'arriver à Canaan, quand Térach arriva à Charan, il s'arrêta et il s'y établit.

N'as-tu jamais fait cela ? “Le voyage est trop difficile pour moi. La pression, l'intensité, toujours devoir pousser ce rocher en haut de la colline.”

A chaque fois que tu commences à faire quelque chose par la chair, tu finis par faire ce que Térach à fait. Il s'est arrêté à Charan. Il n'y a pas de pire manière de vivre ta vie qu'en se complaisant dans la médiocrité. Rien n'est plus éloigné de l'agenda que Dieu a prévu pour ta vie que de commencer un voyage et de subitement tout abandonner.

Chaque fois que nous commençons à nous emparer de quelque chose pour nous-mêmes, à prendre pour nous-mêmes, essayant de devenir riches, de devenir quelqu'un, de réussir grâce à notre propre énergie, nous finissons toujours par nous “arrêter et nous installer.” Pourquoi ? Parce que tu n'es qu'à mi-chemin de l'endroit où tu voulais te rendre.

“Recherchez d'abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus.” (Matthieu 6:33).

samedi 10 janvier 2015

ACCOMPAGNE DE SIGNES by Jim Cymbala

Gagner le monde pour Christ demande plus que de la rigueur académique. Une doctrine correcte n'est pas suffisante à elle-seule. La proclamation et l'enseignement ne sont pas non plus suffisants. Dieu doit être invité à confirmer Sa parole par les signes qui l'accompagnent. (voir Hébreux 2:4). En d'autres termes, l'évangile doit être prêché avec l'intervention du Saint-Esprit envoyé depuis le Ciel.

Les apôtres ont prié pour que Dieu accomplisse des choses surnaturelles. Ils voulaient que le peuple sache que leur croyance était plus qu'une prise de position ou une théorie. Il y avait de la puissance dans cette foi. “Ô Dieu, étend ta main, travaille avec nous dans cette œuvre.” Ils voulaient une foi qui soit visiblement vivante, une foi basée non seulement sur la croix, mais aussi sur le tombeau vide. La croix, aussi poignante soit-elle, est compréhensible d'un point de vue humain : un homme innocent a été assassiné par des politiciens véreux et des chefs religieux. Mais le tombeau vide : que peut-on dire ? Seul un Dieu surnaturel a pu accomplir cela.

Dans de trop nombreuses églises, aujourd'hui, les gens ne voient pas de manifestations de la puissance de Dieu qui font réponse à de prières ferventes. Au lieu de cela, ils entendent des argumentations sur des points religieux dont peu de gens se soucient. Sur les chaînes de radio et de télévision chrétiennes, nous parlons trop souvent entre nous.

Ce que nous affrontons aujourd'hui est une “religion de vœux” issue de l'Ancien Testament, faite de répétitions sans fin et de commandements de faire ce qui est bien. Des prédicateurs modernes, comme Moïse, descendent de la montagne et appellent à un engagement. Tout le monde dit oui, mais chacun brise rapidement son vœux dans les jours qui suivent. On s'appuie peu sur la puissance de Dieu pour faire une différence qui dure. On en appelle peu à Dieu pour nous révolutionner de façon surnaturelle.

Jésus nous dit aujourd'hui, comme Il l'a dit à l'église de Sarde, “Je sais que tu passes pour être vivant, mais tu es mort. Sois vigilant et affermis le reste, qui est sur le point de mourir, car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu... Si tu ne restes pas vigilant, je viendrai comme un voleur... Que celui qui a des oreilles écoute ce que l'Esprit dit aux Églises” (Apocalypse 3:1-3,6).

Je ne prône pas des actions théâtrales qui joueraient sur les émotions. Mais, tout comme les apôtres, je suis pour demander à Dieu d'étendre Sa main et de Se manifester.

__________ 

Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Étant né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent lors des conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 9 janvier 2015

UNE FOIS QUI PLAIT A DIEU !

“C'est à cause de sa foi qu'Hénoc a été enlevé pour échapper à la mort, et on ne l’a plus retrouvé parce que Dieu l'avait enlevé. Avant d’être enlevé, il avait en effet reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu. Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu” (Hébreux 11:5-6).

Tout au long de la Bible et de l'Histoire, ceux qui ont marché avec Dieu sont devenus des hommes et des femmes de foi. Si l’Église marchait avec Dieu quotidiennement, en étant continuellement en communion avec le Seigneur, le résultat serait un peuple rempli de foi, d'une foi véritable qui plaît à Dieu.

Certains dirigent des séminaires sur la foi, distribuent des cassettes sur la foi, citent des versets des Écritures sur la foi, tout cela pour tenter de produire la foi. Et c'est vrai, “la foi vient de ce qu'on entend et ce qu'on entend vient de la parole de Dieu” (Romains 10:17). Mais Jésus est la Parole. “La lettre tue”, dit l’Écriture (2 Corinthiens 3:6) et, sans intimité avec Jésus, la lettre produit une émotion morte, égocentrique et exigeante qui n'est pas du tout la foi, et que Dieu hait. La foi vient en écoutant Sa Parole et en marchant tout près de Lui. Nous devrions toujours “garder les regards sur Jésus, qui fait naître la foi et la mène à la perfection” (Hébreux 12:2). Cette marche intime avec Dieu manque dans l’Église d'aujourd'hui. La foi, c'est connaître réellement qui est Dieu. C'est se familiariser de plus en plus avec Sa gloire et Sa majesté. Ceux qui le connaissent le mieux sont ceux qui lui font le plus confiance.

Montre-moi un peuple qui marche très près de Lui, haïssant le péché, se détachant de ce monde et apprenant à reconnaître Sa voix et nous verrons un peuple qui n'aura pas besoin de beaucoup de prédication ni d'enseignement sur la foi. Tu n'auras pas besoin de cours du genre : “la foi : qu'est-ce que c'est et comment l'obtenir en 10 leçons.” La foi véritable vient directement du cœur de Jésus. Et ce sera Sa foi à Lui, et pas la nôtre, qui grandira dans de nos cœurs et qui en sortira !

La marche d'Hénoc avec Dieu n'aurait pas eu grande valeur si elle n'avait pas produit en conséquence une foi qui était sans cesse en train de grandir. “C'est à cause de sa foi qu'Hénoc a été enlevé.” Quelle vérité incroyable ! Toute sa foi a été concentrée sur le seul grand désir de son cœur : être avec le Seigneur !

jeudi 8 janvier 2015

IL N'ETAIT PAS LIE AUX CHOSES TERRESTRES !

Elie et Hénoc, les seuls prophètes à avoir été enlevés, avaient quelque chose en commun. Ils haïssaient tous les deux le péché et le criaient haut et fort. Ils marchaient de façon si intime avec Dieu qu'ils ne pouvaient pas faire autrement que de partager Sa haine envers l'impiété.

L'effet indéniable d'une marche avec Dieu est une haine grandissante pour le péché, et pas seulement de la haine, mais aussi une séparation d'avec le péché. Si tu aimes encore ce monde et que tu te sens à l'aise avec les impies, un ami de ceux qui Le maudissent, alors tu ne marches pas avec Dieu. Tu es assis sur la place publique, et tu Le livres à une honte publique.

“ Hénoc marcha avec Dieu, puis il ne fut plus là, parce que Dieu l’avait pris” (Genèse 5:24). Nous savons par le livre aux Hébreux que ce passage nous parle de l'enlèvement d'Hénoc, du fait qu'il n'a pas goûté à la mort. Mais il parle aussi de quelque chose de plus profond. L'expression “Il ne fut plus là” telle que nous la trouvons dans le chapitre 5 de la Genèse signifie : “Il n'était pas de ce monde.”

Dans son esprit, dans ses raisonnements, Hénoc ne faisait pas partie de ce monde mauvais. Il était élevé en esprit jusque dans un royaume céleste. Chaque jour, alors qu'il marchait avec le Seigneur, il devenait de moins en moins attaché aux choses d'ici-bas ! Jour après jour, année après année, il se dirigeait vers le haut, vers son foyer, se rapprochant de la gloire. Tout comme Paul, il mourait quotidiennement à ce monde. Pourtant, Hénoc n'a pas fuit ses responsabilités. Il a pris soin de sa famille, a travaillé et servi, mais il n'était pas attaché aux choses terrestres ! Aucune des exigences de cette vie ne pouvaient l'empêcher de marcher avec Dieu. A chaque instant où il était éveillé, son esprit était tourné vers Lui. Son cœur était attaché à Dieu avec ce qui ressemblait à un énorme élastique. Plus tu étires un élastique, plus vite il revient quand tu le lâches. Le cœur d'Hénoc “revenait” toujours vers le Seigneur.

Alors que l'humanité devenait de plus en plus impie autour de lui, alors que les hommes se transformaient en bêtes sauvages pleines de convoitises, de dureté de cœur et de sensualité, Hénoc est devenu de plus en plus comme Celui avec qui il marchait.

mercredi 7 janvier 2015

QUAND TOUT S'ECROULE

De nos jours, de nombreux chrétiens courent vers les collines pour se cacher des calamités qui se multiplient. Des soi-disant prophètes disent au peuple de venir vers leurs havres sûrs. Les juifs chrétiens sont avertis de rentrer en Israël pour échapper à l'effondrement financier prévu en Amérique.

Je sais où je veux être quand tout s'écroulera. Quand les marchés financiers s'écrouleront, je veux retourner à Wall Street, où j'étais lors du crash du 19 octobre 1987. Je veux être là tel un Hénoc des temps modernes, marchant et parlant avec Dieu, sans peur, un témoin en paix et sans crainte, prêchant Jésus a un peuple dont le monde s'est écroulé.

Jésus a dit : “Allez !” et non : “Cachez-vous !” Je veux être là où le Saint-Esprit est, et tu peux être sûr qu'Il sera en première ligne de la bataille, appelant à Lui les gens troublés et effrayés.

Hénoc a vu que ce monde était sans Dieu. Sa propre société était pervertie et, en regardant à travers l'histoire jusqu'aux derniers jours, tout ce qu'il pouvait dire, c'était : “Impie ! Impie !” « C'est aussi pour eux qu'Hénoc, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes : Voici que le Seigneur est venu avec ses saintes troupes pour exercer un jugement contre tous et pour faire rendre compte à tous les impies qui sont parmi eux de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles dures qu’en pécheurs impies ils ont proférées contre lui » (Jude 14-15).

Marches-tu avec le Seigneur ? Alors, tu dois voir le monde comme Hénoc l'a vu : impie, rempli de l'esprit de l'antichrist et de paroles durs contre ton Dieu. Comment peux-tu prendre part à ce qui est impie ? Comment peux-tu t’associer avec ceux qu'Il vient pour juger ? Il vient avec Ses saintes troupes pour juger un monde perdu et pécheur. De quel côté es-tu ?

Si tu marches bras dessus, bras dessous avec Jésus, que tu parles avec Lui, que tu L'écoutes, alors tu haïras le système de ce monde impie. Tu prendras Son parti contre ceux qui parlent contre Lui. Tu l'entendras dire : “Celui donc qui veut être l'ami du monde se fait l’ennemi de Dieu” (Jacques 4:4).

mardi 6 janvier 2015

MARCHER AVEC DIEU

« Hénoc, après la naissance de Metuschélah, marcha avec Dieu trois cents ans ; et il engendra des fils et des filles. » (Genèse 5:22).

“ C'est à cause de sa foi qu'Hénoc a été enlevé pour échapper à la mort, et on ne l’a plus retrouvé parce que Dieu l'avait enlevé. Avant d’être enlevé, il avait en effet reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu. Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu, car il faut que celui qui s'approche de lui croie que Dieu existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent” (Hébreux 11:5-6).

Le terme hébreux original utilisé pour “marcha” implique qu'Hénoc est monté et descendu, entré et sorti, a avancé et reculé, en conversant continuellement avec Dieu et en grandissant. Le père d'Hénoc, Jéred, a vécu 962 ans et son fils, Metushélah, a vécu 969 ans. Mais Hénoc n'a vécu que 365 ans (un “an” d'années !) Pendant 365 jours de chaque année et pendant toutes ces années, il a marché main dans la main avec le Seigneur. Le Seigneur était toute sa vie !

Hénoc a appris à marcher avec Dieu au milieu d'une société perverse, pourtant il était un homme ordinaire. “Il eut des fils et des filles” (Genèse 5:22) et il avait une vie quotidienne avec une femme, des enfants, des obligations, et les mêmes fardeaux que ceux que nous pouvons porter. Il a marché avec Dieu tout en élevant ses enfants et en pourvoyant aux besoins de sa famille.

Ceux qui marchent avec Dieu sont enlevés hors de la portée de Satan, hors de son royaume de ténèbres et jusque dans le royaume de lumière de Christ. “Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé” (Colossiens 1:13). Nous sommes transportés hors des filets du diable jusqu'au cœur de Jésus. Le terme grec utilisé ici pour “enlevé”, suggère que Christ est venu personnellement et qu'Il nous a porté loin de la puissance du diable pour nous établir dans un lieu céleste. Mais Dieu n'enlève que ceux qui marchent près de Lui, comme Hénoc le faisait. Ceux qui sont gardés captifs à la volonté de Satan ne peuvent pas être enlevés et délivrés des ténèbres. Tu n'es pas sauvé tant que tu n'as pas fermement disposé ton cœur à marcher avec Dieu. Tu peux proclamer que tu es sauvé et que tu L'aime, tu peux dire au monde que tu Lui appartiens, tu peux même prier, pleurer et lire Sa Parole. Mais, à moins de marcher chaque jour avec Lui, tu ne changeras jamais. Tu tomberas de plus en plus dans les liens de l'esclavage.

lundi 5 janvier 2015

QUELQUE CHOSE DE LA GRACE FAISAIT EN PARTIE DÉFAUT by Gary Wilkerson

“ A mon départ pour la Macédoine, je t'ai encouragé à rester à Éphèse pour donner instruction à certaines personnes de ne pas enseigner d'autres doctrines et de ne pas s'attacher à des fables et des généalogies sans fin, qui produisent des controverses au lieu de servir le projet de Dieu qui s’accomplit dans la foi” (1 Timothée 1:3-4).

Paul a pressé Timothée de rester à Éphèse, même si, apparemment, il n'était pas ravi à cette idée. Il se peut que Timothée ne souhaitait pas rester en raison des problèmes que l'église d’Éphèse affrontaient. Les gens semblaient vivre dans la justice, essayant de paraître bons et justes. Mais quand tu quand tu te confies dans ta propre justice, tu es souvent trompé et cela peut t'amener à devenir cupide et ambitieux.

A cette même époque, il y avait une famine en Macédoine. Il y avait également une famine à Jérusalem et une pauvreté extrême. Alors que la Macédoine et Jérusalem se débattaient, l'économie à Éphèse était apparemment encore bonne. Ils avaient beaucoup de ressources mais ils s'y accrochaient et les gardaient pour eux-mêmes.

Paul dit dans Timothée 6:17-18 : “ Aux riches de ce monde, ordonne de ne pas être orgueilleux et de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines, mais dans le Dieu [vivant, ] qui nous donne tout avec abondance pour que nous en jouissions. Ordonne-leur de faire le bien, d'être riches en bonnes œuvres, de se montrer généreux, prêts à partager.”

Le mot utilisé par Paul pour “ordonne” signifie “commander, donner des ordres stricts.” Certaines traductions disent : “Commande à ceux qui sont riches dans le présent siècle, d'être généreux.” Pourquoi Paul dirait-il cela, d'ordonner aux gens d'être généreux, de ne pas garder les choses pour eux-mêmes ? Cela semble légaliste, et ça l'est, parce que c'est la Loi. La Loi nous montre lorsque nous sommes en dehors de la grâce, lorsque nous nous trompons. L'ordre que Paul a dit à Timothée de donner aux Éphésiens n'avait pas simplement pour but de les pousser à faire une offrande, mais de les amener à réaliser que quelque chose de la grâce faisait défaut dans leur vie.

samedi 3 janvier 2015

LES VOIES DE DIEU SONT PLUS ELEVEES by Carter Conlon

“ Le lendemain matin, Jonathan se rendit dans les champs à l'endroit convenu avec David, accompagné d'un jeune serviteur. Il lui dit : « Cours retrouver les flèches que je vais tirer. » Le serviteur courut et Jonathan tira une flèche qui le dépassa. Lorsque le garçon arriva à l'endroit où se trouvait la flèche qu’il avait tirée, Jonathan cria derrière lui : « La flèche n'est-elle pas plus loin que toi ? » Il lui cria encore : « Vite, dépêche-toi, ne t'arrête pas ! » Le serviteur de Jonathan ramassa les flèches et revint vers son maître” (1 Samuel 20:35-38).

Arrêtons-nous un moment sur le voyage de David qui l'a amené jusqu' à ce moment difficile de sa vie. C'était au départ un jour comme les autres alors qu'il s'occupait des moutons de son père dans les champs. Tout à coup, il a été appelé à rentrer pour rencontrer le prophète Samuel, qui a pris une fiole d'huile et a oint David pour être le prochain roi d'Israël. Avant de gagner le trône, David a commencé à gagner des victoires fabuleuses en secret, suivies par une incroyable victoire publique face à un géant nommé Goliath. Le cœur de David devait brûler en lui tandis qu'il marchait dans l'onction qui produisait une telle foi et une telle audace dans sa vie.

Peu de temps après, Saül a pris David comme serviteur et David a commencé à adorer le Seigneur avec des chants qui faisaient fuir les ténèbres de la vie de Saül. David a continué à livrer les batailles du Seigneur, tout en expérimentant la puissance surnaturelle de Dieu, alors il était manifeste pour tous qu'aucun ennemi ne pouvait tenir contre lui. Finalement, cependant, le cœur de Saül s'est tourné contre David sans autre raison apparente que la jalousie, ce qui nous amène à notre passage dans 1 Samuel. Le fils de Saül, Jonathan, a dit à David : “Je parlerai à mon père. Cache-toi dans les champs et je reviendrai bientôt et je tirerai une flèche. Si je dis au jeune homme qui m'accompagnera : “la flèche est plus loin que toi”, cela voudra dire que tu dois fuir, car il est déterminé à te faire du mal.”

Voilà comment je vois cette situation : Dieu essayait de parler à David, mais il n'écoutait que partiellement. Le Seigneur lui disait : “J'ai un plan pour ta vie, qui va remplir tous les désirs que J'ai placé dans ton cœur. Une transition vient entre le système qui a échoué sous la direction de Saül et quelque chose qui va initier une période de renouveau en Israël, et c'est toi qui va la diriger. Mais, en attendant ce jour, Je vais te faire traverser des endroits sombres. Tu dois me suivre à travers ces montagnes et ces vallées, même si tu ne seras pas capable de les comprendre entièrement.

Voilà ce que je pense être la profonde signification derrière : “la flèche est plus loin que toi.” C'est un signe et un souvenir de la part de Dieu du fait que Ses voies sont plus élevées que les nôtres et tout ce qu'Il demande, c'est que nous Le suivions.

__________
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994, sur l'invitation du pasteur fondateur David Wilkerson. Il a été nommé Pasteur Senior en 2001. C'est un responsable fort et plein de compassion qui est un intervenant fréquent lors des Expect Church Leadership Conferences menées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 2 janvier 2015

UN GRAND CRI

A certains moments, nous devons nous tenir tranquille et juste savoir qu'Il est Dieu. Parfois, l'Esprit apporte des chansons d'amour douces et mélodieuses à Jésus. Mais dans toute la Parole de Dieu, à chaque fois qu'Il a apporté une victoire sur des ennemis, le peuple de Dieu a toujours poussé un grand cri, exprimé une louange bruyante et sonore au Seigneur. Lorsque le peuple a marché autour de Jéricho pour le septième jour consécutif, ils ont fait circulé ce commandement : “tout le peuple poussera de grands cris. Alors la muraille de la ville s'écroulera” -Josué 6:5). “Le peuple ... poussa de grands cris et la muraille s'écroula” (Josué 6:20).

Dans le livre d'Esdras, nous découvrons qu'un autre grand cri a été poussé quand les fondations du temple ont été posées. “Lorsque les maçons posèrent les fondations du temple de l’Éternel...Ils se répondaient, en louant et célébrant l’Éternel ... et tout le peuple poussait de grands cris de joie en louant l’Éternel … on ne pouvait distinguer le bruit des cris de joie de celui des pleurs du peuple. En effet, il poussait de grands cris qu’on entendait au loin” (Esdras 3:10-11,13). Le terme hébreux utilisé pour “cri” signifie ici “casser les oreilles.” Les pleurs des israélites étaient si joyeux et les louanges si bruyantes qu'ils “cassaient les oreilles !” Certaines personnes disent qu'elles ne supportent pas le bruit et les cris dans l'église. Mais écoute ceci : “Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement ... descendra du ciel” (1 Thessaloniciens 4:16).

Dieu veut que nous connaissions Sa Parole à ce sujet. Les psaumes nous ordonnent de pousser des cris de joie vers le Seigneur. Le mot “cri” utilisé ici en Hébreux suggère le tonnerre, des étincelles, du feu. “Poussez vers Dieu des cris de joie, vous, tous les habitants de la terre !” (Psaumes 66:1). “Chantez avec allégresse vers Dieu, notre force, poussez des cris de joie vers le Dieu de Jacob !” (Psaumes 81:1). “ Poussez des cris de joie en l’honneur de l’Éternel, habitants de toute la terre ! Faites éclater votre allégresse et chantez ! ...Au son des trompettes et du cor, poussez des cris de joie en présence du roi, de l’Éternel ! ...Que les fleuves battent des mains, qu’avec eux les montagnes poussent des cris de joie” (Psaumes 98:4,6,8). Le peuple de Dieu a connu une très grande joie à chaque fois que la présence de Jésus a été révélée. Si nous ne crions pas Ses louanges, les arbres le feront pour nous. A Times Square Church, nous chantons un cantique qui dit : “Lève la tête, ne soit pas effrayé ! Chante jusqu'à ce que la puissance de Dieu descende !” Cette puissance, c'est Sa présence !

jeudi 1 janvier 2015

UNE JOIE EXUBERANTE ET INCROYABLEMENT GRANDE !

“Tu m'as fait connaître les sentiers de la vie, tu me rempliras de joie par ta présence” (Actes 2:28).

T'es-tu jamais demandé à quoi ressemblait Jésus dans sa vie de tous les jours, Son cœur, Son attitude ? Avait-Il l'air d'être écrasé par tous les fardeaux qu'Il portait ? Pleurait-Il ? Y avait-il une lourdeur solennelle dans Sa présence ?

Il a pleuré et Il a porté de lourds fardeaux. Dans le jardin de Gethsémané, Il a sué des caillots de sang et, à d'autres moments, Il a soupiré et gémi contre l'incrédulité. Mais la Parole de Dieu a dit clairement que Christ était plein de joie et d'allégresse.

“En effet, David dit à propos de lui : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, parce qu'il est à ma droite afin que je ne sois pas ébranlé. C'est pourquoi mon cœur est dans la joie et ma langue dans l'allégresse” (Actes 2:25-26). En disant cela au Conseil des juifs, Pierre citait une prophétie extraite du Psaume 16. Il s'agissait d'une vision de Christ, qui avait un cœur réjouit, une langue répandant l'allégresse et une prestance peine de joie, à cause de la présence de Son Père.

Nous devons nous réjouir, être dans l'allégresse et être remplis de joie pour les mêmes raisons qui ont fait que Jésus était joyeux. La première raison de Sa joie, c'est qu'Il savait que la mort ne pouvait pas Le retenir. Et il en est de même pour nous ! Cette connaissance détruit la mauvaise doctrine qui dit que Jésus a été placé entre les mains du diable et a dû lutter pour réussir à sortir de l'enfer. Jésus savait déjà sur Terre que la mort ne pouvait pas Le retenir, et nous non plus !

Deuxièmement, le Seigneur est à notre droite dans toutes nos épreuves. Nous pouvons nous reposer dans une attente pleine d'espérance, sachant qu'Il est prêt de nous en tout temps.

Troisièmement, “car tu n'abandonneras pas mon âme au séjour des morts” (verset 27). Nous reviendrons à une nouvelle vie, dans un nouveau corps, dans un nouveau monde. Et enfin, Sa présence même nous inonde de joie ! Comment pourrions nous faire autre chose que d'éclater en cris de joie et d'allégresse alors que nous avons été délivrés de l'enfer, promis à la vie éternelle, que nous avons reçu Son assurance pour faire face à toutes nos épreuves ici sur Terre, et que nous avons Sa présence manifestée devant nous ?