vendredi 30 mai 2014

SUFFISANT EN TOUTES CHOSES

Pourquoi tant de croyants vivent-ils dans la faiblesse, avec un sentiment de désespoir et de vide, comme s'ils ne pouvaient continuer à avancer ? C'est parce qu'ils n'ont pas eu la révélation que le Saint-Esprit a accordé à Paul, la révélation concernant toutes les bonnes choses que Dieu a mis de côté pour ceux qui les réclament par la foi !

Corresponds-tu à la description de Paul du serviteur qui vivait dans l'abondance, celui qui avait tout ce dont il avait besoin et même plus, à chaque instant, dans chaque épreuve ? L'as-tu prouvé en faisant des retraits à la banque céleste ?

Pendant plusieurs années, j'ai travaillé avec Kathryn Kuhlman, une évangéliste américaine. Je prêchais de tout mon cœur à ses rassemblements mensuels à Pittsburgh et Youngstown. Des réunions se tenaient matin et soir et souvent, à la fin de la journée, j'étais lessivé. Une nuit, Mme Kuhlman nous a dit, à Gwen et moi : “Sortons et allons manger quelque chose.” Je lui ai répondu : “Désolé, je suis trop fatigué. Il faut que j'aille à l'hôtel pour dormir un peu.”

Elle m'a demandé avec un regard interrogateur : “David, n'étais-tu pas sous l'onction du Saint-Esprit quand tu as prêché ce soir ?” J'ai répondu : “Tu sais que j'étais oint ! Les autels débordaient !”

Mme Kuhlman m'a répondu doucement : “Alors, tu rates quelque chose. Si tu exerces ton ministère sous la puissance du Saint-Esprit, tu devrais te sentir plus fort à la fin du service que lorsque tu l'as commencé, parce que c'est un Esprit vivifiant ! Tu peux dépasser la chair, parce que tu peux réclamer cette liberté par l'Esprit.” Depuis cette époque, j'ai vérifié la véracité de ses dires dans mon ministère.

“Et Dieu peut ... satisfaire à tous vos besoins, afin que vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre” (2 Corinthiens 9:8). “Abondance” signifie ici : “toujours croissant, ayant plus à la fin qu'au début.” En d'autres termes, quand la bataille s'intensifie, la grâce de Dieu augmente ! Quand la faiblesse s'abat sur toi, Sa force vient y palier plus intensément, si tu le crois.

jeudi 29 mai 2014

TOUT CE QU'IL VEUT, C'EST NOTRE FOI

Dieu ne veut pas ta maison, ta voiture, tes meubles, tes économies, tes possessions. Tout ce qu'Il veut, c'est ta foi, ta ferme confiance dans Sa Parole. Et cela peut justement être la chose dont manquent d'autres personnes, bien qu'elles puissent paraître extérieurement plus spirituelles. Tu vois peut être une autre personne comme étant plus spirituelle que toi, mais cette personne peut être en fait en train de lutter durement pour garder une apparence extérieure de justice. Pourtant, quand Dieu te regarde, Il déclare : “Voilà un homme, ou une femme, juste.” Pourquoi ? Parce que tu as admis ton incapacité à devenir juste et que tu t'es confié en Dieu pour qu'Il te donne Sa justice.

Paul nous dit que nous sommes justes aux yeux de Dieu pour la même raison qu'Abraham l'a été. “C'est pourquoi cela lui fut imputé à justice. Mais ce n'est pas à cause de lui seul qu'il est écrit que cela lui fut imputé ; c'est encore à cause de nous, à qui cela sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur” (Romains 4:22-24).

Tu proclames peut-être : “Je crois cela ! J'ai foi en Dieu qui a ressuscité Jésus.” Mais voilà quelques questions pour toi : crois-tu que le Seigneur puisse ressusciter ton mariage en difficulté ? Crois-tu qu'Il puisse ramener à la vie un parent spirituellement mort ? Crois-tu qu'Il peut te sortir du gouffre où te plonge une habitude avilissante ? Crois-tu qu'Il peut effacer ton passé et te rendre les années qui ont été gâchées ?

Quand tout semble sans espoir, quand tu es dans une situation impossible, sans ressource et sans espoir devant toi, crois-tu que Dieu puisse être ton Jehova Jireh, pourvoyant à tes besoins ? Crois-tu qu'Il s'est engagé à tenir Ses promesse envers toi et que, si une seule de Ses paroles venait à manquer, le Ciel passerait et l'univers se détruirait ?

“Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n'y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange, ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins” (Esaïe 55:10-11).

mercredi 28 mai 2014

LA FOI DOIT ETRE FONDEE SUR LA PAROLE

Dieu se préoccupe du fait que Son peuple est ébranlé dans sa foi, du fait qu'ils ne se confient pas en Lui lors des épreuves. Bien-aimé, notre plus grave péché est de ne pas vouloir croire qu'Il fera ce qu'Il a promis. Cela L'offense plus que l'adultère, la fornication, la drogue et l'alcoolisme ou que tout autre péché de la chair.

Sa Parole dit : “le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux” (2 Pierre 2:9). “Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter” (1 Corinthiens 10:13).

Soit ces versets disent la vérité, soit ce sont des mensonges. Mais s'ils disent la vérité, alors nous devons nous appuyer sur eux. Dieu veut que nous soyons capables de dire : “Seigneur, si je dois mourir en tenant cette position, alors que je meure dans la foi. Je Te fais confiance pour m'aider à traverser cette épreuve, alors, que je vive ou que je meure, je suis à Toi.”

Laisse les vents et les flots de l'enfer venir à toi. Laisse tout venir à toi. Notre Dieu dit qu'Il est capable et qu'Il sait comment te délivrer.

Ce que Dieu veut, c'est que toi et moi nous ayons de la joie, de la paix, la victoire et le repos dans notre marche avec Lui. Il cherche des hommes et des femmes qui vont tenir ferme contre ce qui vient dans cette époque sombre, des serviteurs qui tiendront avec calme et dans la paix parce que Christ réside en eux.

Dieu désire que tu en viennes à avoir tellement confiance en Lui que tu n'auras plus jamais peur, mais que tu te reposeras vraiment sur Sa puissance et Sa capacité. Il sait comment te délivrer de tous les pièges, des épreuves et des tentations, si seulement tu te confies en Lui.

“ Oui, c'est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite : je ne chancellerai pas. Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu. En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge” (Psaumes 62:6-8).

mardi 27 mai 2014

LES YEUX DU SEIGNEUR SONT SUR SES ENFANTS

Au milieu de ce bouleversement de toutes choses au niveau mondial, qu'elle est la grande préoccupation de Dieu ? Est-ce que ce sont les événements du Moyen-Orient ? Non ! La Bible nous dit que le regard de Dieu s'attarde sur Ses enfants : “Voici, l’œil de l'Éternel est sur ceux qui le craignent, Sur ceux qui espèrent en sa bonté” (Psaumes 33:18).

Notre Seigneur est conscient de chaque mouvement de chaque être vivant sur cette Terre. Et pourtant Son regard est concentré premièrement sur le sort de Ses enfant. Il fixe le regard sur la souffrance et les besoins de chaque membre de Son corps spirituel. Pour dire les choses simplement, tout ce qui nous blesse Le préoccupe.

Pour nous le prouver, Jésus a dit : “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne” (Matthieu 10:28). Même au milieu des grandes guerres mondiales, la principale préoccupation de Dieu ne concerne pas les tyrans. Il concentre Son attention sur chaque circonstance de la vie de Ses enfants.

Christ dit au verset suivant : “Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou ? Cependant, il n'en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père” (Matthieu 10:29). A l'époque de Christ, les passereaux étaient la nourriture du pauvre et on en vendait deux pour un sou. Pourtant, Jésus dit : “Pas une seule de ces petites créatures ne tombe à terre sans que ton Père ne le sache.”

Le mot que Jésus utilise pour “tomber” dans ce verset signifie plus que la mort d'un oiseau. Le terme araméen signifie : “se poser sur le sol.” En d'autres termes : “tomber” implique ici chaque petit saut que fait un petit oiseau.

Christ nous dit ici : “Les yeux du Père ne sont pas juste sur l'oiseau quand il meurt mais à chaque fois qu'il se pose sur le sol. Quand un passereau apprend à voler, il tombe du nid et commence à sauter sur le sol. Dieu voit chaque petite lutte qu'il mène pour voler et Il est concerné par chaque petit détail de sa vie.”

Jésus ajoute ensuite : “Ne craignez donc point : vous valez plus que beaucoup de passereaux” (Matthieu 10:31). En effet, Il dit : “Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés” (10:30). Pour dire les choses simplement, Celui qui a fait et compté les étoiles, qui a contrôlé chaque action de l'Empire Romain et qui garde les galaxies sur leurs orbites, a les yeux fixés sur toi. Et Jésus demande : “Ne comptes-tu pas beaucoup plus pour Lui ?”

lundi 26 mai 2014

TU ES BENI POUR ETRE SOURCE DE BENEDICTION by Gary Wilkerson

“Et il leur dit cette parabole : Les terres d'un homme riche avaient beaucoup rapporté” (Luc 12:16).

Dieu est un Père généreux et miséricordieux, qui aime donner des cadeaux somptueux à Ses enfants. Mais je veux te montrer le contraste qui existe dans cette histoire, parce qu'elle prend une mauvaise direction. Au verset 17, nous lisons : “Et il raisonnait en lui-même.”

Dieu commence à bénir et tu commences à raisonner : “Qu'est-ce que je vais faire de cela ? Quelle est la prochaine étape ?” Ce schéma de pensée va te conduire sur un mauvais chemin et mène souvent vers l'égocentrisme. Dans le chapitre 26 de la Genèse, nous lisons l'histoire d'Isaac qui a demandé avec sagesse au Seigneur ce qu'il devait faire de ses richesses, à l'opposé de l'homme riche insensé dont Jésus parle.

Quand nos pensées se tournent vers nous-mêmes, nous perdons le discernement du Saint-Esprit. Quand nous commençons à penser à ce que nous désirons, nous nous perdons en chemin, et c'est exactement ce qui est arrivé à cet homme riche. Regarde le choix des mots ici : “Et il raisonnait en lui-même, disant : Que ferai-je ? car je n'ai pas de place pour stocker ma récolte” (Luc 12:17).

A qui appartenait cette récolte ? A Dieu. Tout appartient à Dieu ! Alors, cet homme devenait égoïste. Il commençait à voir ce don de Dieu, tout ses talents et ses relations, comme des choses qu'il pouvait utiliser à son propre profit, de manière égoïste, et ces pensées ont fait apparaître de quel bois il était fait.

“Voici, dit-il, ce que je ferai : j'abattrai mes greniers, j'en bâtirai de plus grands, j'y amasserai toute ma récolte et tous mes biens et je dirai à mon âme : Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années ; repose-toi, mange, bois, et réjouis-toi” (Luc 12:18-19).

Le problème avec certains enseignements au sujet des bénédictions de Dieu ne concerne pas le fait que Dieu désire nous bénir, ce qui est une réalité, mais la raison pour laquelle Il veut nous bénir. La bénédiction de Dieu est elle entièrement pour moi ? Sert-elle uniquement à entasser toutes ces bonnes choses pour moi ? Sert-elle à créer pour moi ce parfait petit cocon que j'ai toujours désiré ?

Tu es béni ! Depuis le tout début de l'alliance de bénédiction avec l'humanité, tu es bénie pour être une source de bénédiction, Église.

Je le redirai encore : tu es béni pour être une source de bénédiction!

samedi 24 mai 2014

UN SAINT DESEPOIR by Carter Conlon

Toi et moi, nous vivons dans ce que j'appelle “une heure de saint désepoir.”

Notre société dégénère très rapidement, et des crimes horribles sont commis si souvent que nous y devenons insensibles. L'anormal est devenu normal. Le mal est devenu bien. En regardant autour de toi, tu te demandes peut-être : “Comment puis-je m'inclure dans cette époque ? Que peut faire Dieu au travers de ma vie ? Et s'Il doit faire quelque chose, pourquoi mes prières, que je sais être en accord avec Sa Parole, sont elles toujours sans réponse ?”

Pour répondre à certaines de ces questions, regardons à une autre époque de notre histoire, alors que des temps désespérés s'abattaient sur une nation. Le livre 1 Samuel parle d'une époque où il n'y avait ni parole claire ni vision. Les sacrificateurs qui étaient supposés représenter Dieu étaient en fait profondément corrompus (voir 1 Samuel 2:22-24, 3:1). Le caractère de Dieu, son but et sa pensée étaient cachés au peuple, les laissant sans réponse aux questions qu'ils se posaient dans leur cœur : “Que se passe-t-il dans notre société ? Où est-ce que nous allons ?”

Cette situation est très similaire aux jours dans lesquels nous vivons où il semble que la présence de Dieu - Sa puissance et Sa bénédiction telles que nous les avons connues au-travers de notre histoire - est soudain partie. Il semble que les ennemis de Dieu ont maintenant le dessus, nous dictant quand nous pouvons prier, ce que nous pouvons apprendre à nos enfants, ce qui est bien et ce qui est mal. En conséquence, un cri venant du plus profond commence à se former dans le cœur des gens.

Le Psaume 107 parle de ces époques de saint désespoir qui se répètent dans l'Histoire. Le psalmiste décrit un peuple qui errait affamé, au bord de l'évanouissement, maintenu captif. C'était une époque marquée par une main-mise insensée sur la vérité de Dieu. Pourtant, c'est dans ce moment d'intense désespoir que la population a commencé à crier à Dieu, comme cela commence à être le cas de nos jours. Un cri est en train de monter dans cette génération. Un cri qui n'est pas forcément audible par nos oreilles physiques mais que Dieu entend. Comme a l'époque où Il est venu à Moïse et a dit : “J'ai entendu les cri du peuple et Je suis venu pour les délivrer” (voir Exode 3:7-8). En d'autres termes : J'ai entendu leurs gémissements de désespoir. Aujourd'hui, le Seigneur entend les cris de ceux dont les rêves ont été brisés, des parents dont les enfants se sont éloignés, de ceux qui se demandent : “Que nous est-il arrivé ?”

“J'ai vu la souffrance de mon peuple ... j'ai entendu les cris” (Exode 3:7).


__________
Carter Conlon a rejoint l’équipe pastorale de l’église de Times Square en 1994, sur l’invitation du pasteur fondateur David Wilkerson, et il a été nommé pasteur senior en 2001. En tant que dirigeant fort et passionné, c’est un orateur régulier des conférences pour dirigeants d’églises réalisées par World Challenge à travers le monde.

vendredi 23 mai 2014

TU AS BESOIN DU SAINT-ESPRIT

Pour être un bon soldat au service de notre Seigneur Jésus Christ, il n'est pas suffisant d'être simplement sauvé. Il y a bien plus qui t'attend : Tu as besoin d'être baptisé dans le Saint-Esprit !

A l'époque de Paul, certains croyants ne savaient même pas qu'il y avait un Esprit Saint : “Il leur dit : Avez-vous reçu le Saint Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint Esprit” (Actes 19:2). Ces gens étaient sauvés mais il est clair qu'ils n'étaient pas remplis du Saint-Esprit.

Je crois que nous sommes sauvés grâce à la puissance et au ministère du Saint-Esprit. Mais l’Écriture nous dit qu'en plus de cela, il existe aussi un baptême, où le Saint-Esprit effectue un “remplissage” de notre être.

Jésus n'a pas envoyé Ses disciples dans le monde avant qu'ils n'aient été baptisés dans le Saint-Esprit. Les disciples avaient un cœur pur et la foi pour guérir les malades et ils avaient été témoins de Sa résurrection. Ils étaient même prêts à mourir pour Jésus, alors que demander de plus ?

Parce que, clairement il y a plus ! “Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre” (Actes 1:8).

Veux-tu réellement le Saint-Esprit ? Tu dois être convaincu qu'Il est aussi pour toi. Tu dois en arriver au point où tu sais que tu n'es rien, que tu n'as rien et que tu ne peux rien sans la puissance et la direction du Saint-Esprit.

A chaque heure de chaque jour, des multitudes dans le monde entier ont lu cette promesse de la Bible ou l'ont entendue prêchée. Alors ils ont crié dans la prière et ont été baptisés dans le Saint-Esprit.

“Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair...Dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit” (Actes 2:17-18). Il ne tient qu'à toi de le demander : “à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint Esprit à ceux qui le lui demandent? (Luc 11:13).

jeudi 22 mai 2014

UNE ANCRE DANS LA TEMPETE

“Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide ; elle pénètre au delà du voile” (Hébreux 6:19)

L'ancre de l'âme dont il est question dans ce passage de l’Écriture, c'est l'espérance. Ce n'est pas l'espérance de ce monde mauvais dans lequel nous vivons mais l'espérance fondée sur la promesse de Dieu de garder, bénir et guider ceux qui se confient en Lui. L'espérance biblique n'est pas le fait de penser à ce qu'on désire, ni une perspective optimiste, mais une attente pleine de confiance basée sur la certitude de la Parole de Dieu et qui nous dit qu'Il sera pour nous une ancre dans le futur, comme Il l'a été dans le passé.

C'est cette espérance seule qui est notre ancre dans les tempêtes qui se déchaînent sur la Terre à l'heure actuelle. L'auteur du livre des Hébreux nous avertit : “en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses” (Hébreux 6:12).

Dieu a fait un serment aux “héritiers de la promesse”, à tous ceux qui sont en Christ. Il a fait ce serment dans le but de mettre un terme à toutes les luttes et les doutes afin que “nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l'espérance qui nous était proposée” (Hébreux 6:18).

Voilà notre espérance : Dieu a promis d'accomplir Ses promesse et il est impossible à Dieu de mentir !

Il a tenu Sa parole donnée à Abraham et Il gardera La parole qu'Il t'a donnée si tu te confies en Lui. Nous avons besoin d'un puissant encouragement dans ces temps troublés.

Après tout ce qui a été dit et fait, tous les messages sur l'espérance qui ont été prêchés, on en vient à cette ultime question : sommes nous désireux de tout remettre entre Ses mains, de nous reposer sur Sa parole et de tenir sans chanceler dans l'amour de Dieu, pleinement convaincus que Ses promesses pour nous s'accompliront ?

“N'abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu'après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis” (Hébreux 10:35-36).

mercredi 21 mai 2014

LA GRACE DE DIEU

Dans le chapitre 9 du livre des Actes, nous voyons un homme nommé Saul de Tarse, un des hommes les plus religieux qui aient jamais vécus, voyageant vers Damas. Pourquoi faisait-il ce voyage ?

Saul était tellement rempli de haine envers Jésus qu'il persécutait avec détermination l'église de Dieu, même à l'extérieur des frontières juives. Il était ainsi sur le chemin de Damas dans le but de détruire le peuple de Dieu.

“Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s'il trouvait des [chrétiens], hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem” (Actes 9:1-2).

Considère un peu l’œuvre de Dieu envers cet homme qui est devenu par la suite le plus grand évangéliste chrétien qui ait jamais vécu. Soudain, une lumière venant du Ciel, d'une intensité stupéfiante, a brillé tout autour de lui : “Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. Il tomba par terre” (Actes 9:3-4). Saul dira plus tard : “c'est en toute bonne conscience que je me suis conduit jusqu'à ce jour devant Dieu” (Actes 23:1).

Quel était le but de cette lumière brillante ? De confondre Saul ? De le placer sous la culpabilité et la condamnation ? De le détruire ? De prononcer contre lui courroux et jugement ? Non, il s'agissait de lui annoncer que son iniquité était pardonnée et que ses péchés étaient effacés.

Essayons de nous représenter Saul gisant prostré devant la lumière brillante et entendant la voix de Jésus. Au lieu d'entendre le Dieu saint le dénoncer pour le chemin sur lequel il était, il a entendu ces mots étonnants : “Je suis Jésus que tu persécutes”! Pas un mot au sujet de la mauvaise façon qu'avait Saul de mener sa vie, au sujet des persécutions et des menaces. Pourquoi ? Parce que Celui qu'il persécutait était son meilleur Ami.

Bien-aimé, ce même Jésus nous offre la même grâce. Alors que nous méritons le jugement, nous L'entendons dire : “Je suis Jésus, ton rédempteur.”

Remercie-Le aujourd'hui pour la miséricorde qu'Il t'a manifestée.

mardi 20 mai 2014

LE BAISER DU PÈRE

Une grande bénédiction devient nôtre quand nous pouvons nous assoir dans les lieux célestes. Quelle est cette bénédiction ? C’est le privilège de l’adoption : « à être ses enfants d'adoption par Jésus Christ » (Ephésiens 1 : 5). Le terme original pour adoption signifie « grandement favorisé ». Le fait que Paul utilise le mot adoption dans ce verset peut être traduit comme suit : « Dieu nous a grandement favorisés. Nous sommes très spéciaux pour Lui parce que nous avons notre place en Christ. »

Parce que Dieu a accepté le sacrifice de Christ, Il ne voit plus désormais qu’un seul homme, Christ, et ceux qui Lui sont liés par la foi. Notre chair est morte aux yeux de Dieu. Comment ? Jésus a éliminé notre vieille nature à la croix, donc maintenant, quand Dieu nous regarde, Il ne voit plus que Christ. En retour, nous devons apprendre à nous voir comme Dieu nous voit. Cela signifie ne pas nous focaliser uniquement sur nos péchés et nos faiblesses mais sur la victoire que Christ a remportée pour nous à la croix.

La parabole du Fils Prodigue (Luc 15 : 11-31) fournit une illustration puissante de l’acceptation, de l’adoption qui vient lorsque nous recevons une position céleste en Christ. Tu connais l’histoire : un jeune homme a réclamé son héritage à son père et il a tout dilapidé dans une vie de péchés. Puis, une fois que ce fils a été complètement ruiné moralement, émotionnellement et physiquement, il a pensé à son père mais il était persuadé qu’il avait perdu toute faveur à ses yeux.

L’Ecriture nous dit que ce jeune homme brisé était rempli de chagrin à cause de son péché et qu’il a crié : « Je ne vaux rien. J’ai péché contre le ciel. » Mais le Fils Prodigue s’est dit en lui-même : « Je me lèverai et j’irai vers mon père » (Luc 15 : 18). En faisant ainsi, il donnait accès à la bénédiction. Comprends-tu cela ? Le Fils Prodigue s’est détourné de son péché et est retourné vers la porte ouverte que son père lui avait promise. Il marchait dans la repentance et s’en appropriait l’accès.

Qu’est-il arrivé au Fils Prodigue ? « Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa » (Luc 15 : 20). Quelle scène magnifique. Le fils pécheur était pardonné, embrassé et aimé de son père, sans colère ni condamnation. Alors qu’il recevait le baiser de son père, il savait qu’il était accepté, adopté.

lundi 19 mai 2014

MON HERITAGE by Gary Wilkerson

Jacob, un des fils d'Isaac, a lutté avec Dieu pendant une bonne partie de sa vie. Même dans le sein de sa mère, parce que son frère sortait en premier, Jacob avait saisi la cheville d'Esaü et avait tenté de le tirer en arrière. Pourquoi ? Parce que Jacob voulait être le premier. Il luttait pour la bénédiction (voir Genèse 25:24-26).

Tu connais l'histoire sur la manière dont Jacob a rançonné son frère avec son ragoût (Genèse 25:29-34) pour ensuite tromper son père afin d'obtenir le bénédiction qui revenait de droit à Esaü (Genèse 27:27-29). Jacob était un homme qui se ressentait toujours un vide et un manque de bénédiction dans son for intérieur. Il ne ressentait pas la faveur de Dieu, alors il a passé toute sa vie à gaspiller du temps et de l'énergie pour tenter d'atteindre quelque chose qu'il possédait déjà. Il était toujours en train de lutter,encore et encore avec Dieu...Pour quoi ? On peut l'entendre le dire à de nombreuses reprises : “Bénis-moi, Seigneur ! Laisse-moi avoir mon héritage.”

Lutter contre Dieu est parfois la cause de ce que nous perdons la bénédiction qu'Il a préparé pour nous. Nous devons entrer dans le repos, ce lieu de confiance, et dire : “Seigneur, peu importe la situation autour de moi, je vais Te faire confiance.”

Est-ce que tu te souviens de la bataille au sens littéral du terme que Jacob a menée contre Dieu ? L'ange est descendu et la bataille a duré toute la nuit. La Bible dit que Jacob a lutté avec Dieu et qu'il l'a remporté (Genèse 32:23-30).

Dieu disait à Jacob : “Abandonne Jacob, cette bataille est terminée. Tu as combattu pour être béni pendant toute ta vie et tu ne sais pas que Je t'ai déjà béni. Je t'ai donné Mon héritage, Mon amour, Ma grâce et Ma puissance. Je t'ai donné tout ce dont tu as besoin selon la richesse de Ma gloire alors tu n'as plus à lutter pour l'obtenir. Reçois-le simplement par la foi et marche dans l'obéissance avec Moi. Fais ce que ton père a fait, ce qu'Abraham a fait et tu verras les bénédictions de Dieu sur ta vie.” Et, finalement, Jacob a placé sa confiance en Dieu !

Dieu veut te donner sa faveur et enrichir ta vie spirituelle. Il veut que ton discernement sois clair pour que tu puisses prendre de sages décisions qui te mèneront à des bénédictions dans ta vie. Souviens-toi, Dieu veut te bénir !

samedi 17 mai 2014

TRANSFORMER POUR TRIOMPHER by Claude Houde

Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères” (Luc 22:31-32).

Jésus a fixé son regard prophétique sur Pierre et a vu quelque chose de terrifiant. Il a vu Pierre le renier et blasphémer Son nom pour prouver qu'il n'avait pas marché avec Christ. Jésus a aperçu le futur proche, le piège satanique et son intention : il voyait Pierre pleurer amèrement, s'éloigner en chancelant et tout abandonner pour retourner à son bateau de pêche. Pierre retournait aux filets de son passé, dans un état de profonde résignation et de désespoir. Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi.

Jésus a vu la sombre menace, démoniaque, obscure, menaçante et destructrice planer sur Pierre. Il voit et il sait ce qui peut nous détruire. Il est l'alpha et l'omega. La première et la dernière page de notre existence. Il n'est jamais surpris ou dégoûté par nos erreurs, par nos secrets ou nos échecs. Il ne “découvre” jamais rien à notre sujet. Il est connaissance et amour et Il ne désespère jamais à notre sujet ni pour notre futur.

Jésus n'est pas naïf, comme une tendre maman qui est parfois aveuglée d'un amour irréaliste qui l'amène à perdre toute lucidité et objectivité au sujet de son bébé. Non, au contraire, Jésus a la capacité divine et rédemptrice de voir clairement la pire menace pour la vie de Pierre, mais aussi de prier pour lui et de prévoir de façon surnaturelle grâce à l'Esprit du Seigneur qui était en Lui que, à peine 50 jours plus tard, le jour de la Pentecôte, Pierre se tiendrait au milieu d'une foule agitée et tumultueuse et qu'il prononcerait des paroles qui ont littéralement donné naissance à l’Église ! “toi, quand tu seras converti, affermis tes frères.”

Jésus voyait déjà que Pierre serait transformé pour triompher, qu'il passerait des pleurs à l'adoration, du reniement à la délivrance, de la faiblesse à la foi, du blasphème à la bénédiction, de la ruine au renouveau, de presque mort à l'autorité et à un grand destin. C'est comme ça que Jésus te voit ! Il ne voit jamais uniquement ce que tu as été ou ce que tu es à présent. Il voit ce que tu peux devenir par la foi en Lui. Il connaît ce qui a été préparé pour toi dans le royaume invisible. Il veut que nous apprenions à nous voir nous-mêmes et à voir les autres au travers de cette dimension de foi.


__________
Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'église protestante en expansion.

vendredi 16 mai 2014

SOIS REMPLI DU SAINT-ESPRIT

A la fois dans l'Ancien et le Nouveau Testament, le Saint-Esprit est tombé sur les gens de différentes façons très inhabituelles. Le peuple a commencé à Le louer - dans de nouvelles langues quand le Saint-Esprit a entièrement pris le contrôle !

A la Pentecôte, Il est venu avec un vent soufflant avec puissance. Le feu est tombé ! Quand le Saint-Esprit descend, les choses sont secouées. “Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance” (Actes 4:31).

Jean Baptiste a prêché : “Moi, je vous baptise d'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu” (Luc 3:16).

Bien-aimé, la Bible le dit très clairement : quand Jésus vient à toi, Il désire te baptiser du Saint-Esprit et de feu ! Le Saint-Esprit amène un feu, un amour chauffé à blanc, dévorant pour Jésus. Pourquoi tant de croyants sont-ils bouillant une minute et froid la minute suivante, pourquoi ne s'abandonnent-ils jamais complètement ? Est-ce parce qu'ils refusent de laisser Jésus les baptiser du Saint-Esprit ?

“Et quand il [le Saint-Esprit] sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement” (Jean 16:8). Se pourrait-il que ces croyants ne soient pas convaincus parce que le Saint-Esprit n'a pas encore été invité à prendre la place qui Lui revient en eux ? Il est le fil à plomb de Dieu. Tout ce qui n'atteint pas la mesure de Christ, Il le révèle et nous convainc, et Il nous rend capable de nous conformer à Sa Parole ! Il devient véritablement notre Consolateur en faisant cela, parce qu'Il nous convainc de péché et Nous donne la puissance de l'abandonner. C'est cela le vrai réconfort !

Le Saint-Esprit ne nous fera jamais rien faire de stupide, mais Il peut venir sur nous d'une façon telle que les pécheurs peuvent penser que nous sommes saouls. Il n'est pas le bienvenu dans de nombreuses églises parce qu'Il est jugé trop bruyant, trop perturbant, trop imprévisible !

jeudi 15 mai 2014

SATISFAIT DE TROP PEU !

Dieu a tant de choses qu'Il souhaiterait te donner. Son désir est : “[j'ouvre] pour vous les écluses des cieux, [je répands] sur vous la bénédiction en abondance” (Malachie 3:10). Il se tient dans un entrepôt rempli, disant : “Je suis un Dieu qui donne, mais si peu reçoivent de Moi. Ils ne veulent pas Me laisser être leur Dieu !”

Bien sûr, nous devons remercier Dieu pour tout ce qu'Il a déjà fait et tout ce qu'Il nous a déjà donné. Mais nous ne devons pas nous satisfaire de ce que nous pensons être déjà beaucoup ! Beaucoup de chrétiens se satisfont de s'asseoir dans l'église et d'être béni dans la présence de Dieu. Ces personnes ne sont rien de plus que des “éponges satisfaites” absorbant tout, mais elles limitent Dieu dans leur vie, alors qu'Il désire tellement les oindre pour servir.

Quand les disciples se sont émerveillés devant les miracles de Christ, Jésus a répondu : “Dieu a des œuvres encore plus grandes pour vous !” La majorité d'entre nous est comme ces disciples. Nous voyons un miracle et nous nous satisfaisons d'en parler le reste de notre vie. Mais si nous connaissions réellement Dieu et que nous Le laissions être réellement notre Dieu, nous Lui demanderions tellement plus.
  • Nous toucherions aux choses célestes par la foi, croyant que Dieu peut mettre des chrétiens à des postes de direction à un niveau local et national. Nous pourrions abattre des principautés et des puissances, comme Dieu l'a dit ! 
  • Nous croirions que Dieu peut nous aider à saturer notre ville de l'évangile de Jésus Christ. Nous tiendrions ferme par la foi devant chaque arme de l'ennemi dirigée contre nous et nous pourrions abattre toutes les forteresses sataniques dans nos familles et nos églises. 
Notre vision serait illimitée. Nous croirions que Dieu peut faire des choses encore plus grandes pour Son Royaume !

“Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l'Église et en Jésus Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen ! (Éphésiens 3:20-21).

mercredi 14 mai 2014

CONNAITRE SA VOIX

“Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent”(Jean10:27).

Ceux qui connaissent réellement Dieu ont appris à reconnaître Sa voix parmi toutes les autres. Il veux que tu sois pleinement convaincu qu'Il désire te parler, te dire des choses que tu n'as jamais vues ou entendues auparavant.

Je crois que trois choses sont nécessaires à ceux qui veulent entendre la voix de Dieu :

  1. Une confiance inébranlable dans le fait que Dieu veut te parler. Tu dois en être pleinement persuadé et convaincu. En effet, Il est un Dieu qui parle et Il veut que tu connaisses Sa voix afin de pouvoir accomplir Sa volonté. Ce que Dieu te dit n'ira jamais au delà des limites de l’Écriture. 
  2. Un temps de qualité et de calme. Tu dois être désireux de t'enfermer avec Dieu et de laisser les autres voix se taire. Il est vrai que Dieu nous parle toute la journée. Mais à chaque fois qu'Il a voulu construire quelque chose d'important dans ma vie, Sa voix ne m'est parvenue qu'après que je me sois fermé à toutes les autres voix que la Sienne. 
  3. Demander dans la foi . On n'obtient rien de Dieu (y compris le fait d'entendre Sa voix) si nous ne croyons pas vraiment qu'Il est capable de nous communiquer Sa pensée, de nous rendre capables de comprendre Sa volonté parfaite ! 
Dieu ne fait pas de farce! Il ne permettra pas à l'ennemi de te tromper. Quand Dieu parle, la paix vient et Satan ne peut pas contrefaire cette paix !

“Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu'il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger ; mais elles fuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers (Jean 10:2-5).

mardi 13 mai 2014

LOUER DIEU POUR SA BONTE by Gary Wilkerson

“Je dirai la splendeur glorieuse de ta majesté ; Je chanterai tes merveilles. On parlera de ta puissance redoutable, Et je raconterai ta grandeur. Qu'on proclame le souvenir de ton immense bonté, Et qu'on célèbre ta justice !” (Psaumes 145:5-7). Le terme redoutable utilisé ici signifie que ses actions sont si grandes qu'elles causent étonnement et admiration.

Nous ne pouvons refuser à Dieu sa demande que nous Le louions dans toute Son excellence, mais nous sommes tout spécialement appelé à Le louer pour Sa bonté.

Remarque bien que le psalmiste insiste sur la louange en souvenir des bontés du Père. Il était fréquent pour David de chanter ces louanges avec une grande éloquence, comme s'il voulait que ses louanges se déversent comme de l'eau jaillissant d'une fontaine.

Dans le Psaume 107 aux versets 8 et 9, David écrit “Qu'ils louent l'Éternel pour sa bonté, Et pour ses merveilles en faveur des fils de l'homme ! Car il a satisfait l'âme altérée, Il a comblé de biens l'âme affamée.”

Cette vérité sur la louange pour les bontés passées de Dieu a fait vibrer une corde sensible dans mon cœur et j'ai été poussé à agir comme David. Nous sommes appelés à célébrer Sa bonté !

David est éloquent au sujet des bontés dont il parle, c'est à dire au sujet de l'inclinaison de Dieu à user de miséricorde alors qu'Il compatit à nos afflictions et à nos peines. David emprunte au verset 6 du chapitre 34 de l'Exode où Dieu dit à Moïse : “Et l'Éternel passa devant lui, et s'écria : L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité.”

Bien-aimé, regarde ton passé et souviens-toi à quel point le Seigneur a été bon pour toi. Rappelle toi Ses compassions qui n'ont jamais manqué au milieu de tes épreuves. Je prends plaisir à louer Dieu pour toutes choses, mais spécialement pour Ses bontés. Pas seulement pour Ses bontés passées, mais pour celles que je vois quotidiennement, pour les bonnes choses que je vois tout autour de moi dans le moment présent.
“Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours” (Psaumes 23:6).

lundi 12 mai 2014

TU ES BENI by Gary Wilkerson

“Il y eut une famine dans le pays, outre la première famine” (Genèse 26:1). Si tu es un fermier et que toute ta subsistance dépend de tes récoltes, tu n'as pas très envie d'entendre parler de famine dans le pays. Pas plus que tu n'as envie d'entendre parler d'une “première famine.”

C'est ce à quoi Isaac était confronté. Son père avait connu une famine et à présent, il connaissait une famine à son tour. Il se souvenait sûrement à quel point la première avait été difficile et il était inquiet.

La Bible dit quelque chose d'intéressant : “et Isaac alla vers Abimélec, roi des Philistins, à Guérar. L'Éternel lui apparut, et dit : Ne descends pas en Égypte, demeure dans le pays que je te dirai. Séjourne dans ce pays-ci : je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j'ai fait à Abraham, ton père. Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées ; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce qu'Abraham a obéi à ma voix, et qu'il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois (Genèse 26:1-5).

Le mot clé du verset 5 est : obéi. Abraham a obéi au Seigneur, de même qu'Isaac. En fait, on trouve ici un exemple glorieux d'obéissance à Dieu. Je voudrais dire cela aussi clairement et simplement que possible : quand tu obéis à Dieu, le résultat, c'est Sa bénédiction. Tu es sauvé par grâce mais en même temps tu es appelé par Dieu à être obéissant.

Quand tu fais un pas de foi et dis : “Seigneur, c'est difficile, je ne suis pas sûr de pouvoir y arriver, mais je vais obéir”, alors les écluses des cieux vont s'ouvrir pour toi.

Peu importe ce que Dieu te demande de faire, obéis-Lui. S'il te dit de donner, obéis-Lui. S'il te dit de partir, obéis-Lui. Ne vis pas selon ce que tu veux faire, mais selon ce que Dieu veut que tu fasses et tu verras de grandes bénédictions pour toi et autour de toi.

vendredi 9 mai 2014

DIEU NE T'A PAS MIS DE COTE

Un des plus lourds fardeaux que je porte en tant que pasteur, c'est : “Ô Dieu, comment puis-je apporter réconfort et espoir à des croyants qui endurent une grande peine et une grande souffrance ? Donne-moi un message qui puisse effacer leurs doutes et leurs craintes. Indique-moi la vérité qui séchera leurs larmes de deuil et qui mettra un chant dans la bouche de ceux qui ont perdu espoir.”

Le message que j'ai reçu de la part du Saint-Esprit pour le peuple de Dieu est très simple : “Lis Ma Parole et accroche-toi fermement à Mes promesses. Rejette tes sentiments de doutes.” L'espoir né des promesses de Dieu.

J'ai reçu récemment une lettre qui contient une belle illustration concrète de ceci. Elle vient d'une mère qui a écrit ceci : “Ma fille de 16 ans est atteinte d'une dégénérescence des muscles, ligaments et articulations. Elle souffre énormément 24 heures sur 24. Elle était danseuse et projetait d'aller à la Juilliard School de New York. Mais ses rêves ont été brisés quand elle a été frappée de cette maladie. Le docteur a dit que, sur une échelle de 1 à 10, sa douleur est de 14. La dose d'antalgique qui serait efficace dans son cas détruirait ses reins, de sorte qu'elle ne peut pas prendre ces médicaments.”

En face de tout cela, au milieu de cette attaque impitoyable du corps et de l'âme, cette mère et sa fille témoignent qu'elles ont placé leur espoir dans la Parole de Dieu et qu'Il leur a accordé une paix indescriptible.

L'Ennemi a-t-il essayé de te dire que Dieu t'a laissé de côté ? As-tu été tenté de conclure que le Seigneur n'est pas avec toi ? As-tu presque abandonné ta foi ? Place ton espérance dans la Parole que Dieu a pour toi : “Je ne te délaisserai point, et je ne t'abandonnerai point” (Hébreux 13:5).
“L'Éternel est un refuge pour l'opprimé, Un refuge au temps de la détresse. Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi. Car tu n'abandonnes pas ceux qui te cherchent, ô Éternel !” (Psaumes 9:9-10).

mercredi 7 mai 2014

LE VOILE SERA OTE

Paul décrit un changement qui doit se produire avant que tout autre changement ne soit possible.

“Ayant donc cette espérance, nous usons d'une grande liberté, et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d'Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager. Mais ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c'est en Christ qu'il disparaît. Jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs ; mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté” (2 Corinthiens 3:12-16).

Dans ce passage, Paul parle d'abord de l'aveuglement des juifs concernant Jésus en tant que Messie. Mais il pose également un grand principe qui s'applique à tout le monde, Juifs ou Gentils. Il parle de l'aveuglement à la vérité biblique. Remarque bien le verset 14 : “Ils sont devenus durs d'entendement.”

Comprends bien que les gens à qui Paul s'adressait étaient sincères. Ils étudiaient fidèlement les livres du Pentateuque, la Loi et les prophètes, les Psaumes de David. Ils révéraient la Parole de Dieu, l'étudiaient et la citaient sans soucis. Pourtant, il y avait encore un voile devant leurs yeux.

Nous pensons à un voile spirituel qui couvre les yeux des juifs, des musulmans et autres, les aveuglant à la vérité de Jésus. Mais il y a aussi un voile qui aveugle de nombreux croyants. Ils lisent les mises en garde claires de l’Écriture, ils l'entendent prêchée avec puissance, et pourtant, ils ne sont pas transformés. En fait, ils continuent à faire ces choses qu'ils entendent dénoncées par la Parole de Dieu.

Paul dit qu'avant que notre aveuglement ne puisse être ôté, nous devons nous tourner vers le Seigneur. “mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté” (2 Corinthiens 3:16). Le terme grec pour “convertir” ici signifie : “changer de direction.” En clair, Paul dit ici : “Tu dois admettre que la direction que tu suis ne t'as apporté que vide, ruine et désespoir.”

Si ta vie est tourmentée d'une quelconque manière, si quelque chose va terriblement mal et que ça ne fait qu'empirer, tu sais que tu vas devoir changer de direction. Tu penses peut-être : “C'est mon mari qui est mal parti. J'attends qu'il change.” Ou bien : “Ma femme courre à la ruine à moins qu'elle ne change.” Ou bien : “Mon patron a tout faux. Il faut que quelque chose change en lui.” Nous voyons tellement clairement les fautes et les erreurs des autres, mais nous sommes aveugles à la nécessité de notre propre changement. Nous avons besoin d'admettre devant Dieu : “C'est moi Seigneur. Oui, c'est moi qui dois changer. S'il-te-plaît Père, montre-moi où je me suis trompé de chemin.”

mardi 6 mai 2014

RESISTE ET SOIS RENOUVELE

Si tu demandes à un chrétien comment se battre contre le Malin, il va probablement citer Jacques 4:7 : “ résistez au diable, et il fuira loin de vous.” Mais que veut dire Jacques quand il parle de résister et comment pouvons-nous résister à la puissance du diable ?

Quand nous sommes seul avec Dieu dans la prière, nous sommes complètement immunisés contre ruses du diable. Alors, cours vers Son trône par la foi, fais appel à Lui et appuie-toi sur la puissance du sang de Christ.

L'apôtre Jean écrit : “Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps” (Apocalypse 12:14). Je crois que les deux ailes d'aigle dont Jean parle ici sont l'Ancien et le Nouveau Testament de la Parole de Dieu. Quand le diable vient se dresser contre nous, nous sommes capables de fuir loin de lui sur les ailes de la Parole de Dieu, vers un endroit où nous sommes nourris par Dieu.

L'apôtre Paul utilise aussi le mot nourri, écrivant : “nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine” ( 1 Timothée 4:6). Le mot grec utilisé pour “nourri” ici signifie éduqué. Paul parle de l'éducation en ce qui concerne les Écritures, la connaissance de la Parole de Dieu.

Jésus est notre exemple ici. Quand Il a résisté à la tentation grâce à la Parole de Dieu, le diable s'est enfui. Pourquoi ? Parce que la vérité met Satan à nu, elle l'expose à la honte. L'épître aux Hébreux dit que tous ceux qui se sont confiés dans la Parole de Dieu et “qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions” (Hébreux 11:33). Nous muselons la puissance de l'enfer en nous tenant fermement sur la Parole de Dieu.

Alors, quand tu entends le lion rugir, tombe face contre terre devant le Père. Plonge-toi dans Sa Parole et Ses ailes d'aigle te porteront au-dessus de toutes les vagues de tentation qui menacent de te submerger.

“Mais ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles ; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point” (Esaïe 40:31)

lundi 5 mai 2014

MERVEILLEUSE GRACE by Gary Wilkerson

Jésus a dit qu'Il déverserait sur nous une grâce qui est sans précédent dans toute l'histoire de l'humanité. Le mot “grâce” est devenu presque aussi commun dans la Bible que le mot “prière”. Nous disons tous : “Oh, oui, bien sûr, je crois en la grâce.” Nous chantons le cantique “amazing grace” en appuyant sur le deuxième mot pour dire que la grâce est merveilleuse, une chose dont nous jouissons tous.

Mais attends ! La grâce, ce n'est pas seulement ça ! C'est tellement plus que tout ce que nous pouvons imaginer. Pourquoi nos cœurs ne sont-ils pas débordant d'adoration, débordant d'amour et de grâce ? Parce que, pour nous, la grâce est réduite au minimum, à un niveau acceptable. Elle est devenue normale, quelque chose dont on se contente.

Quand je parle de cette grâce révolutionnaire, imméritée, de ce don de Dieu qui change notre cœur et qui produit du fruit en nous, beaucoup disent : “La grâce...oui...mais !” Si tu es de ces gens, tu es tombé dans le royaume du légalisme. Tu t'es échappé du royaume de la grâce et tu t'es retrouvé pris au piège du fait d'essayer de faire les choses par toi-même.

Regarde ce que Paul a dit à l'église des Galates dans Galates 3:1-3 : “O Galates, dépourvus de sens ! qui vous a fascinés...Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l'Esprit, ou par la prédication de la foi ? Êtes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ?”

Malheureusement, beaucoup parmi nous disent : “Merci Jésus, pour Ta grâce sur la croix. Cette grâce m'a purifié et a lavé mon ardoise. Merci pour ce nouveau commencement...Maintenant, je peux m'en sortir seul.”

Le problème, c'est que tu ne peux pas t'en sortir seul. Beaucoup sont offensés par la grâce parce que la notion de grâce implique que nous ne pouvons pas le faire par nous mêmes. Chaque fois que nous essayons, nous échouons lamentablement.

Veux-tu être délivre aujourd'hui ? Alors, dis simplement : “Je suis un échec par nature. Je ne peux pas garder la loi de Dieu par moi-même. Merci Seigneur pour Ta grâce !”

samedi 3 mai 2014

UN INGRÉDIENT NÉCESSAIRE by Carter Conlon

Considère tout ce que Jésus a enduré : le mépris, les coups, la parodie de procès, le rejet de ceux avec lesquels Il avait marché et qu’Il avait même nourri dans le désert. Pense à la croix : la violence et la furie de l’opposition que Satan a envoyé dans le but de détruire l’œuvre de Dieu. Mais l’Ennemi ne se doutait pas qu’ils étaient en fait en train de fournir l’ingrédient nécessaire au succès de cette œuvre.

Selon les Ecritures, « sans effusion de sang il n'y a pas de pardon [du péché] » (Hébreux 9 : 22). Ceux qui s’opposent à l’œuvre de Dieu sont ce qui nous nourrit. Il devait y avoir la violence, il devait y avoir la croix, il devait y avoir la mort. Nous lisons dans 1 Corinthiens 2 : 8 que si les chefs de ce siècle avaient su ce qu’ils étaient en train de faire, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire !

Rappelle-toi du moment où Pierre et Jean se sont approchés du temple par la porte appelée La Belle et ont pris un boiteux par la main, un homme qui avait passé de nombreuses années à mendier pendant que les foules de religieux passaient simplement devant lui. Personne n’avait de problème avec son handicap jusqu’à ce que Pierre et Jean le fassent se lever dans le nom de Jésus et que Dieu le guérisse de façon miraculeuse.

Bien-aimé, ne sois pas effrayé par l’opposition. C’est un ingrédient nécessaire dans nos vies ; c’est ce qui nous nourrit. Pierre et Jean ont été convoqués devant le conseil des chefs religieux et ils ont été menacés par deux fois. Cependant, quel a été le résultat de cette menace ? « Après avoir été relâchés, ils allèrent vers les leurs, et racontèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit. Lorsqu'ils l'eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent : Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve » (Actes 4 : 23-24).

Nous voyons que l’opposition a initié une réunion de prière ! Au lieu de plier devant les menaces, les disciples se sont mis à genoux devant Dieu et ont commencé à prier : « Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus » (Actes 4 : 29-30). C’était la guérison de ce boiteux qui leur avait amené tous ces problèmes, alors ils se sont tournés vers Dieu et ils Lui ont demandé de leur donner encore plus d’audace, plus de puissance, plus de guérisons !

L’opposition est du pain : elle nous amène dans la présence de Dieu, là où nous puisons toute notre force. Sans l’opposition, l’église devient paresseuse et centrée sur elle-même, recherchant la puissance sans but, une formule pour une désillusion spirituelle.


__________
Carter Conlon a rejoint l’équipe pastorale de l’église de Times Square en 1994, sur l’invitation du pasteur fondateur David Wilkerson, et il a été nommé pasteur senior en 2001. En tant que dirigeant fort et passionné, c’est un orateur régulier des conférences pour dirigeants d’églises réalisées par World Challenge à travers le monde.

vendredi 2 mai 2014

QUAND TU ENTENDS LE RUGISSEMENT DU LION

Quand j’étais encore un jeune prédicateur, je ne pensais pas vraiment à la guerre spirituelle. Je pensais que quiconque marchait dans la victoire ne pouvait pas avoir de problème avec le diable. Pour moi, il s’agissait simplement de lui résister. Mais j'ai rapidement rencontré un lion rugissant qui bondissait avec toute sa puissance sur mes faiblesses, et j’étais incapable de me battre avec lui.

Trop souvent, j’ai vu le diable faire la même chose avec d’autres chrétiens sincères. Je connais une multitude de serviteurs de Dieu, des gens purs de cœurs, qui marchent dans la grâce, submergés par les flots démoniaques de la confusion et du désespoir.

De tels chrétiens peuvent travailler de façon assidue pour le Seigneur depuis des années. Alors soudain, un jour, Satan injecte des pensées accusatrices dans leur esprit. Du jour au lendemain, ils sont assaillis par d’affreux problèmes, des tentations impensables, la convoitise, la dépression. Leurs combats sont si profonds, étranges et mystérieux que ces saints n’ont aucune idée d’où ils peuvent venir.

Je crois qu’il n’y a qu’une seule explication. Leurs problèmes viennent d'un assaut démoniaque. Jour après jour, j’ai vu ceci arriver à des chrétiens qui ont grandi à pas de géant. Au plus haut de leur croissance spirituelle, Satan a mis une ancienne séduction sur leur chemin. Cela peut être une ancienne convoitise, quelque chose qu’ils pensaient avoir vaincu depuis des années. Mais maintenant, après des années de marche dans la victoire, ils sont sur la corde raide, au bord du gouffre qui pourrait les mener de nouveau vers un terrible esclavage.

J’ai expérimenté ce déluge. Et des multitudes de croyants sont pris dedans à l’heure actuelle. Ils sont inondés par les persécutions, les attaques physiques, la fatigue mentale, d’ardentes tentations venant de l’enfer, des amis qui deviennent des ennemis. Satan y a mis tous ses efforts, il conduit son assaut des derniers temps pour nous pousser au désespoir.

Comment résister au pouvoir de Satan ? Jean nous donne une réponse dans Apocalypse 12 : « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage » (verset 11). Quand tu entends le lion rugir, quand le déluge vient et te submerge, cours simplement vers le saint des saints. Par la foi, entre dans la présence de Dieu qui est sur Son trône, car l’Agneau a préparé un chemin pour toi, par Son sang.

« Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair » (Hébreux 10 : 19-20).

jeudi 1 mai 2014

IL NE POUVAIT PAS VAINCRE LE FILS DE DIEU

« Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement. Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté » (Apocalypse 12 : 1-4).

Satan savait qu’une église incroyable était sur le point de naître du reste de l’Ancien Testament. Ce serait un corps glorieux, alors le diable déclara la guerre une fois de plus, en se disant que maintenant, il pouvait se battre sur son territoire : la Terre.

Ce passage suggère que Satan savait qu’il ne pourrait pas toucher l’enfant de Marie alors qu'il était dans son ventre. Il était donc déterminé à détruire Christ dès Sa naissance. Il a rassemblé toutes ses forces démoniaques autour de Bethléem, envoyant des esprits de tromperie pour aveugler les scribes, les prêtres et les pharisiens. Son propre esprit est alors entré dans le Roi Hérode pour le posséder. Si Satan ne pouvait pas tuer le Christ lui-même, il possèderait un homme de secours, prêt à le faire à sa place.

Mais les armées célestes d'anges du Seigneur montaient la garde auprès de l’enfant, et ainsi Satan n’a pas pu Le toucher. Le diable devrait attendre trente années pour essayer de dévorer Christ. Sa chance suivante est venue au début du ministère de Jésus, quand le Saint Esprit Lui a déclaré qu’Il était le Messie. A ce moment, Satan a rencontré Christ dans le désert pour le tenter, mais Jésus l’a aussi vaincu dans cette bataille. Dieu a protégé Son Fils une fois de plus en envoyant des anges pour Le servir alors qu'Il était en état de faiblesse physique.

Le diable allait essayer une dernière fois de dévorer Christ. Cette fois, il a rassemblé ses forces pour essayer de tuer Jésus par la crucifixion et Le jeter dans le tombeau. Il a envoyé des esprits démoniaques pour exciter la foule, entrer dans le corps des prêtres, des soldats, des dirigeants politiques et de faux témoins. Satan pensait que son heure de gloire était enfin venue. Il allait maintenant pouvoir mener une guerre tous-azimuts !

Cependant, tu connais la suite de l’histoire : le jour de la Résurrection a été pour Satan sa défaite la plus humiliante. Quand Jésus est remonté au Ciel, Il était hors d’atteinte du diable pour toujours. « Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône » (Apocalypse 12 : 5). Tout l’enfer a tremblé car Satan avait encore perdu. Même en utilisant toute sa puissance, il ne pouvait toujours pas vaincre le Fils de Dieu.