vendredi 28 février 2014

QUE SIGNIFIE SE REPENTIR ?

Certains chrétiens croient que se repentir, c'est simplement « faire demi-tour » et partir dans la direction opposée. Mais la Bible nous dit que la repentance, c'est bien plus que ça.

La pleine signification, le sens littéral du terme “se repentir” dans le Nouveau Testament, c'est : “éprouver du remord et se reprocher ses péchés contre Dieu. Être contrit, désolé. Vouloir changer de direction.” La différence tient dans le mot : “vouloir”. Une vraie repentance implique le désir de changer !

Bien plus, le fait d'être simplement désolé ne consiste pas une vraie repentance. Mais la vraie tristesse mène à la repentance. Paul a déclaré : “En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort”(2 Corinthiens 7:10).

Paul parle ici d'une tristesse qui est sans regrets sur la vie passée, une tristesse qui est sincère, qui “colle” à la vie de la personne repentante. Ce type de tristesse selon Dieu produit naturellement une repentance qui amène à la haine du péché, à une juste crainte de Dieu et à un désir de changer tout ce qui est mal.

Cela ne devrait pas nous surprendre que Paul ait prêché la repentance aux croyants. Il a délivré un puissant message de repentance aux chrétiens de Corinthe. Les croyants de Corinthe ont été abondamment bénis par Dieu, ayant été instruits par de puissants enseignants de la Parole, pourtant leur congrégation est restée la proie du péché.

D'abord, Paul a attesté aux Corinthiens : “Les preuves de mon apostolat ont éclaté au milieu de vous par une patience à toute épreuve, par des signes, des prodiges et des miracles” (2 Corinthiens 12:12). Mais ensuite, Paul leur a dit très directement : “Car je crains de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais” (verset 20).

Quelle était la crainte de Paul ? C'était la suivante : “Je crains qu'à mon arrivée mon Dieu ne m'humilie de nouveau à votre sujet, et que je n'aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l'impureté, de l'impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés” (verset 21).

Ce berger au cœur tendre aimait sans compromis les saints de Corinthe.Il savait qu'ils avaient été bien enseignés sur le fait que vivre dans ces péchés flagrants était mauvais. Il leur dit :; “Quand je viendrai parmi vous, vous me verrez courber la tête de chagrin. Mes yeux se rempliront de larmes et ma voix sera emplie de tristesse.

“Si je vous vois persister dans l'indulgence envers l'impureté, l'impudicité et les dissolutions, je serai brisé, parce que l'évangile n'aura pas accompli son œuvre dans vos cœurs. Vous ne vous êtes pas encore repentis de votre péché. Et je vous appellerai à vous repentir à grands cris !”

jeudi 27 février 2014

LE JOUR DE LA PENTECOTE

Quel message Pierre a-t-il prêché à la foule le jour de la Pentecôte ? La Bible nous dit qu'après avoir entendu l'apôtre témoigner, “ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint Esprit” (Actes 2:37-38).

Pierre n'a pas dit à ces gens de juste “croire et d'être sauvés”. Il ne leur a pas non plus dit de prendre une décision ou de voter pour Jésus. Non, il leur a dit de se repentir d'abord, puis d'être baptisé par obéissance à Christ !

Qu'a prêché Paul aux Athéniens sur la colline de Mars ? Il leur a dit très directement : “Dieu... annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir”(Actes 17:30).

Ces intellectuels grecs n'avaient aucun mal à croire en Dieu. En fait, on pourrait dire que leur passe-temps favori était justement de “croire” en de nombreux dieux, d'abord celui-là, ensuite celui-ci. A chaque fois que quelqu'un venait leur annoncer un dieu de façon persuasive, ils y croyaient. Donc, ils croyaient, mais ils le faisaient tout en vivant dans le péché. Le simple fait de croire n'était pas suffisant !

Paul a dit à ces gens : “Non ! Non ! Jésus ne peut pas simplement être ajouté à votre liste de dieux. Vous pouvez peut-être croire en eux tous, mais vous ne pouvez pas agir comme cela avec Jésus. Il est venu pour vous sauver de vos péchés et Il ordonne à tous ceux qui Le suivent de se repentir et d'être purifiés !”

Plus tard, Paul a prêché ce même évangile de repentance au Roi Agrippa : “En conséquence, roi Agrippa, je n'ai point résisté à la vision céleste : à ceux de Damas d'abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les païens, j'ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance” (Actes 26:19-20).

Paul dit : partout où je suis allé, j'ai annoncé la repentance. Et la véritable repentance se démontre au travers de nos actes !”

Ces passages nous montrent clairement que l'église apostolique prêchait inlassablement le même évangile que celui de Jean et de Jésus : “Repentez-vous pour la rémission de vos péchés !”

mercredi 26 février 2014

PRECHER LA REPENTANCE

Quel a été le premier message que Jésus a apporté après être sorti de la tentation dans le désert ? L’Écriture dit : “Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche” (Matthieu 4:17).

Jésus a appelé les gens à se repentir avant même de les appeler à croire. Marc écrit : “Jésus alla dans la Galilée, prêchant l'Évangile de Dieu. Il disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle” (Marc 1:14-15). Christ prêchait : “Repentez-vous d'abord, ensuite croyez.”

A un autre moment, Jésus dit de sa mission : “Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs” (Matthieu 9:13). Et Il a dit aux Galiléens : “Non, vous dis-je ; mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous de la même manière” (Luc 13:3).

Le message de Jésus était centré sur la repentance !

Jean Baptiste prêchait aussi la repentance, pour préparer Israël à la venue de Christ. Le message de Jean pour les juifs était simple et direct ; “En ce temps-là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée. Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche” (Matthieu 3:1-2).

Les gens venaient de partout pour entendre Jean prêcher. Et il leur disait en termes très clairs : “Le Messie va bientôt apparaître au milieu de vous, alors vous avez plutôt intérêt à être prêts à Le rencontrer ! Vous êtes peut-être tout excités à l'idée de Sa venue, mais je vous le dis, vos cœurs ne sont pas prêts parce que vous vous accrochez encore à vos péchés”.

“Extérieurement, vous paraissez propre et saint. Mais intérieurement, vous êtes pourris jusqu'à la moelle ! Vous êtes une génération de vipères, de serpents, sans aucune crainte de Dieu (voir Matthieu 3:7-12). Pourtant, vous n'avez même pas conscience d'être des pécheurs. Je vous préviens : vous devez régler le problème de votre péché avant de pouvoir croire dans le Sauveur et Le suivre. Alors, repentez-vous, détournez-vous de votre péché et vivez d'une façon qui reflète un véritable changement !”

mardi 25 février 2014

IL EST TEMPS D'AGIR AVEC AMOUR

“Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux” (Luc 6:36).

Le terme “miséricordieux” utilisé ici dérive du terme misericordia qui est le terme grec pour “misère, souffrance”. La pleine signification de ce mot est : “prendre à cœur la souffrance de l'autre avec l'intention de lui apporter réconfort et soulagement.” Donc, être miséricordieux signifie se charger de la souffrance d'un autre !

C'est exactement ce que notre Seigneur a fait pour nous. Combien de fois Jésus a-t-Il pris sur Lui notre misère et notre souffrance, nous apportant réconfort, repos et pardon en retour ? Combien de fois a-t-Il essuyé nos larmes et nous a-t-Il adressé une bonne parole quand nous ne le méritions pas ? Il l'a fait encore, encore et encore !

Comment ne peux-tu pas avoir à cœur de te charger de la misère et de la douleur de quelqu'un que tu sais souffrir ? Le terme grec pour “gentillesse” a ses racines dans ces mots : “oracle” et “doux attouchement.” Es-tu un oracle d'espoir pour tes frères et sœurs en Christ, leur offrant un mot d'espérance de la part du Seigneur, avec le doux attouchement du réconfort ? D'après l’Écriture, tout ce que tu as à faire pour être Son oracle d'amour, c'est de présenter aux autres qui est Jésus.

Le terme “compassion” signifie “être affecté, touché par la souffrance des autres, et déterminer ce qui peut être fait à ce sujet.” Cela ne veut pas dire approcher quelqu'un qui vit dans le péché et lui dire : “J'ai une parole venant du ciel pour toi, mon frère. Tu as des péchés dans ta vie !”

S'il y a des péchés dans sa vie, il le sait déjà ! Et il te répondra probablement avec le cri de Jérémie : “S'il te plaît, ne me traite pas avec colère, de peur que tu ne m'anéantisses. Je suis déjà tombé bien bas. Ne me détruis pas d'avantage !” (voir Jérémie 10:24)

Si tu as eu une révélation de la gloire du Seigneur, tu sais ce que signifie de goûter à Son amour, Sa grâce et Son pardon. Et tu es changé par cette gloire. Maintenant, Jésus dit : “revêt cette gloire et resplendis sur le monde autour de toi. Il est temps d'agir dans l'amour, comme ton Seigneur l'a fait continuellement pour toi !”

lundi 24 février 2014

ASSIEDS-TOI ET REGARDE by Gary Wilkerson

Ézéchiel était un grand prophète qui agissait avec puissance par l'Esprit. En Ézéchiel 37, Dieu lui a donné une vision qui, je le crois, contient un message de réveil spirituel pour l'église desséchée d'aujourd'hui.

Comme la plupart des prophètes de l'Ancien Testament, Ézéchiel servait le roi d'Israël. Cela impliquait souvent de voyager avec l'armée du roi et être témoin des horreurs de la guerre. Ézéchiel a vu de nombreux carnages que personne ne devrait avoir à regarder. Pourtant, il a vu une chose qui surpassait tout ce qu'il avait pu voir auparavant. Cette vision venait du Saint-Esprit et Ézéchiel a témoigné : “La main de l'Éternel fut sur moi” (Ézéchiel 37:1).

Dans cette vie, nous allons être les témoins de beaucoup de choses difficiles. Il y a quelques semaines, j'ai prié avec une mère dont le fils de 22 ans venait de mourir brutalement - un jeune homme que je connaissais depuis qu'il avait l'âge de deux ans. Année après année, je vois des mariages qui se brisent. Je vois la dépendance à la drogue détruire de jeunes vies. Quand je me rends à mon bureau chaque jour, je pense aux 80% de la population de notre ville qui ne connaissent pas Jésus.

Quand Dieu a créé l'humanité, Il ne l'a pas fait pour que nous expérimentions ces choses pleines de péchés qui s'abattent sur nous. Mais, alors même que nous sommes les témoins de ces tragédies, nous sommes gardés dans la main de Dieu, tout comme Ézéchiel l'était. Et la Bible dit qu'aucune puissance ne peut nous en arracher. Cette vérité doit être bien implantée dans nos cœurs. Si nous devons combattre les forces du mal qui s'attaquent à nos familles, à nos jeunes et à notre communauté, nous devons savoir que nous sommes constamment protégés et gardés.

Dieu a dit à Ézéchiel : “Assieds-toi et regarde ce que je veux te montrer. Je vais accomplir une œuvre merveilleuse mais tu ne seras pas capable de l'appréhender avec ta compréhension humaine. Tu as besoin de Mon Esprit pour te révéler ce que Je vais faire.”

Le terme hébreux utilisé pour “déposa” en Ézéchiel 37, qui peut aussi être rendu par “fit asseoir”, est le même que celui trouvé en Luc 24:49, quand Jésus a dit à Ses disciples : “restez [asseyez-vous] dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut.” La signification dans les deux cas est la suivante : “Abandonne tes plans et tes stratégies, puis attends-toi à Moi pour te remplir de Ma puissance.”

Je suis convaincu que l'église d'aujourd'hui a désespérément besoin d'entendre cette parole. Combien de fois planifions-nous des séminaires, des concerts et des conférences, des événements qui ne feront pas la moindre différence à moins que Christ n'insuffle la vie en eux ? C'est seulement quand le Saint-Esprit nous rempli que nous avons quelque chose de réel à donner.

vendredi 21 février 2014

QU'EST-IL ARRIVE A LA REPENTANCE ?

Qu'est-il arrivé à la repentance? Dans la plupart des églises, on entend aujourd'hui rarement ce mot. Les pasteurs appellent rarement leur communauté à pleurer sur le fait de blesser Christ par leur méchanceté.

Ai lieu de cela, le message que nous entendons de beaucoup de chaires aujourd'hui est : “Crois seulement. Accepte Christ et tu seras sauvé.” Le texte utilisé pour justifier ce message, c'est Actes 16:30-31. Dans ce passage, l'apôtre Paul était prisonnier quand soudain la terre a tremblé et les portes des cellules se sont ouvertes. Le geôlier a aussitôt pensé que tous les prisonniers s'étaient évadés, ce qui voulait dire pour lui l'exécution. De désespoir, il a sorti son épée et était prêt à se donner la mort quand Paul et Silas l'ont arrêté, lui assurant que personne ne s'était échappé.

Voyant cela, l'homme est tombé à terre devant les apôtres et a crié : “Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille” (Actes 16:30-31).

Quand nous lisons ce passage, il est important de se souvenir que le geôlier était sur le point de se suicider, l'épée à la main. Il était déjà dans un état de repentance, à genoux, brisé et tremblant devant les apôtres. Alors, son cœur était prêt à accepter Jésus avec une foi sincère.

Dans l'évangile de Marc, Christ dit à Ses disciples : “Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné”(Marc 16:16). Il est clair, d'après ce que Jésus dit ici, que le salut s'acquiert simplement en L'acceptant et en étant baptisé.

Cependant, Jésus précède cette déclaration de cette parole : “Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création”(verset 15). Il veut dire par là que les gens doivent d'abord entendre la Bonne Nouvelle être prêchée avant de pouvoir croire en Lui.

Et quelle est cette Bonne Nouvelle à laquelle se réfère Jésus ? C'est l'évangile que Jésus Lui-même a annoncé : l'évangile de repentance !

Penses-y. Quel est le premier message que Jésus a donné après être revenu de son temps de tentation dans le désert ? L’Écriture dit : “Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche” (Matthieu 4:17).

jeudi 20 février 2014

UN TEMPS POUR SE REJOUIR

Adam et Eve ont introduit la tromperie au sein de leur mariage et ils ont aggravé leur rébellion en se cachant de la présence de Dieu. Dieu ne se cache jamais, c'est l'homme qui le fait. Dieu s'était profondément impliqué dans ce premier mariage entre le premier homme et la première femme et Il est tout aussi concerné par chaque mariage de chrétiens aujourd'hui.

Peu de mariage peuvent réussir si les partenaires se cachent de Dieu. Montre-moi un mariage ou aucun des partenaires n'est proche de Jésus et je te montrerai un mariage qui a peu de chance de survivre. Au moins un membre du couple doit être en relation quotidienne avec le Seigneur. C'est mieux quand le mari et la femme Lui parlent tous les deux, mais si l'un des deux fuit Dieu, il est d'autant plus important que l'autre puisse courir vers le lieu secret afin d'obtenir aide et direction. Une femme qui prie peut souvent sauver son mariage, tout comme un mari qui prie.

L'amour seul n'est pas suffisant pour garder un mariage fort, il n'y a que la puissance de Dieu qui peut faire cela. Cette puissance est à l’œuvre actuellement, guérissant et gardant les mariages. Là où Jésus règne, le mariage peut être une réussite.

“Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l'allégresse... soient gloire, majesté, force et puissance...”(Jude 24-25).

Nous savons que la joie du Seigneur est notre force (voir Néhémie 8:10), alors les mariages forts devraient être remplis de joie. Quand un mariage perd sa joie, il devient faible et vulnérable.

Oui, tous les mariages affrontent des épreuves. Il peut y avoir la maladie, les problèmes financiers, l'incompréhension ou la peine, mais la vie continue. Dieu est sur le trône et Il a tout sous contrôle. Je remercie Dieu pour mon épouse qui m'aime et j'ai bien l'intention de profiter de chaque moment de ma vie et de laisser la joie couler à flot. Il y a un temps pour pleurer mais aussi un temps pour se réjouir. Le bon surpasse le mauvais alors redresse la tête et vis !

mercredi 19 février 2014

L’ÉGLISE COMMENCE À LA MAISON

Nous avons vu dans l'Ecriture que la véritable Eglise de Dieu est partout où des croyants œuvrent pour le Seigneur, et cela devrait être le cas dans ta maison. L’apôtre Paul nous dit cela de Priscille et Aquilas : « L’église qui est dans leur maison » (Romains 16 : 5).

Beaucoup de chrétiens rentrent à la maison avec une télévision assourdissante et ne donnent que peu (voire aucun) de temps pour servir Christ. Ils ne prient jamais. Ils ne s’enferment jamais dans leur lieu secret pour chercher le Seigneur ou pour intercéder pour leur épouse et leurs enfants. Pourtant, ils se plaignent qu’ils ne peuvent pas trouver d’église.

Ce n’est pas important s'il n’y a ni mari ni père dans ta maison pour agir en tant que prêtre. Tu peux être une mère célibataire, ou un célibataire homme ou femme. En fait, qui tu es n’a aucune importance, Dieu dit que tu es un prêtre royal et que tu es appelé à Le servir.

Tu te dis peut-être : « Mais j’ai déjà trouvé la bonne église et j’y rencontre le Seigneur chaque semaine. J’entends de bonnes prédications, selon Dieu, et j’entre dans un merveilleux temps de louanges. Je suis content de mon église. »

Je me réjouis avec toi de cela. Mais si tu vois l’église comme étant simplement un moyen d'avoir des amis à proximité de chez toi, alors tu n’as toujours pas trouvé la bonne Eglise. L’Eglise juste, bénie de Dieu, commence là où tu vis.

Si tu ne sers pas le Seigneur dans ta maison, alors très probablement tu es uniquement focalisé sur tes propres besoins personnels. Et tu ne trouveras pas la bonne église tant que tu n’iras pas dans le lieu secret de la prière. Tu la trouveras en donnant à Jésus des temps de qualité, en répondant à Son désir d’être en communion avec toi !

Quand ta maison devient une église, tous tes besoins les plus profonds seront comblés, pas par des moyens humains mais de façon surnaturelle par ton Père céleste. Les besoins de tes enfants seront comblés aussi parce que le Saint Esprit communie avec toi dans le lieu secret. Alors, tu pourras aller dans n’importe quelle église, peu importe combien elle peut sembler morte. Pourquoi ? Parce que tu feras en sorte de te mettre en relation avec ceux qui ont également faim et soif du Seigneur dans cette église. Il a partout des serviteurs qui ont faim de Dieu, et Il t’amènera de façon surnaturelle vers ceux qui partagent ta faim de servir le Seigneur.

mardi 18 février 2014

DIEU CACHE SA FACE À LA MÉCHANCETÉ

Dieu « cache Sa face » à toute folie et moquerie (voir Jérémie 33 : 5). Cependant, Il ne se cache jamais de ceux qui se réfugient en Lui. Il dit à Jérémie, l’homme de prière : « Voici, je lui donnerai la guérison et la santé, je les guérirai, et je leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité » (Jérémie 33 : 6).

C'étaient des paroles merveilleuses ! Dieu disait au prophète : « Crois-le ou non, Jérémie, je vais guérir Mon peuple. En fait, je vais les mener à une paix et à une vérité abondantes ! Je suis sur le point d'amener une grande sanctification avec des grâces nouvelles. Et Mon Eglise sera de nouveau un lieu de joie et de véritables louanges, un lieu où tous les liens sont brisés ! »

Le Seigneur a alors donné cette glorieuse promesse qui est aussi une alliance : « Ainsi parle l’Eternel des armées : Il y aura encore dans ce lieu qui est désert, sans hommes ni bêtes et dans toutes ses villes, il y aura des demeures pour les bergers faisant reposer leurs troupeaux » (Jérémie 33 : 12). Il disait : « Je vais établir une multitude de prêtres remplis du Saint-Esprit dans toutes les villes. Et ils Me serviront dans la vérité, en donnant le repos à Mes brebis ! »

Dans chaque ville et village, que ce soit dans les montagnes ou dans les vallées, au nord ou au sud, il y aura une « bergerie », un abri pour le troupeau, avec un berger pour le garder. Et « les brebis passeront encore sous la main de celui qui les compte » (Jérémie 33 : 13). Ce verset parle d’une relation intime, personnelle avec chacune des brebis. Dieu disait : « Ces prêtres remplis du Saint-Esprit prendront soin de Mon peuple de façon personnelle ! »

Le Seigneur a alors résumé ceci dans Sa bénédiction de restauration en disant : « Voici, les jours viennent… où j’accomplirai la bonne parole que j’ai dite sur la maison d’Israël et de Juda » (Jérémie 33 : 14). Cette « bonne parole » semblait trop belle pour être vraie. Non seulement Dieu voulait purifier Son Eglise et restaurer Son peuple mais Il voulait leur fournir des bergers remplis du Saint-Esprit !

Seul le Seigneur Lui-même pouvait accomplir une œuvre si merveilleuse. Aucun évangéliste, enseignant ni aucun nouveau mouvement ne pouvait l’accomplir. Cela se produirait uniquement par la promesse et l’alliance de Dieu. Je crois que Dieu faisait ces promesses à Jérémie en parlant de notre temps.

lundi 17 février 2014

IL NE NOUS CONDAMNE PAS by Gary Wilkerson

“L'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit” (Apocalypse 12:10). Les accusations de Satan sont une chose que Jésus est venu régler, en tant que nouvelle alliance vivante. Dieu n'a pas envoyé une théologie pour écraser les mensonges de Satan, Il a envoyé Jésus ! La première prophétie de la Genèse annonçait que Satan blesserait le talon du Messie mais que Jésus écraserait la tête du diable (voir Genèse 3:15). Il y a deux mille ans, Jésus a amené cette réalité jusque dans nos vies.

Parfois je me réveille au milieu de la nuit avec une anxiété qui semble planer sur moi. C'est comme si j'avais fait quelque chose de mal mais sans savoir quoi. Cette sensation vient de l'accusateur. Il murmure : “Tu n'est pas quelqu'un de bien, tu es sans valeur, un fardeau pour les autres. Regarde ton histoire, le nombre de fois où tu as tout gâché. Tu ne changeras jamais.” Notre relation avec cette voix a commencé dans le jardin d'Eden, mais quand Jésus est venu, Il a déclaré : “C'est fini maintenant”. Il a ajouté une phrase incroyablement rassurante : “Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père.” (Jean 5:45).

Jésus a dit à la femme adultère : “Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus.”(Jean 8:11).

Il est essentiel que nous construisions nos vies sur cette ferme fondation : l'assurance que Dieu ne nous accuse pas ! Cette fondation n'est pas basée sur la loi, sur les accusations ou le désespoir, mais sur l'action glorieuse et miséricordieuse de Dieu Lui-même. Quand Il entend une accusation contre nous, Il dit à Jésus : “Écrase-là.” A cet instant, nous entendons la voix du Saint-Esprit qui dit : “N'écoute pas ce mensonge. Il a été détruit sur la croix. Dieu ne t'accuse pas, parce que Son Fils t'a libéré.”

Nous allons pécher. La Bible le dit clairement. Mais quand nous le ferons, la voix que nous entendrons sera celle du Saint-Esprit. Il nous convainc de péché pour nos transgressions, mais c'est une conviction pleine d'espoir, une conviction qui mène à une joyeuse repentance et pas au désespoir.

Jésus nous a été donné et, dans nos temps de découragement, nous entendrons Sa voix au-dessus de toutes les autres : “Je ne te condamne pas non plus.” Que Dieu t'accorde Sa grâce de construire sur cette fondation, et alors, réjouis-toi !

vendredi 14 février 2014

QU'ATTENDS TU D'UNE EGLISE ?

Tu attends peut-être d'une église qu'elle enseigne tes enfants les dimanche matin. Ou peut-être cherches-tu une vraie communauté. Peut-être as-tu faim et soif de bons moments de louange et d'adoration. Ou tu essayes de combler d'autres besoins profonds de ta vie.

Laisse-moi te donner cette parole au sujet de la véritable Église de Dieu : la Bible dit que tu as été nommé sacrificateur royal du Seigneur. C'est exact : tu vas être un berger, un pasteur, un sacrificateur. Et la véritable église aura pour origine ta maison.

La Bible dit que chaque croyant a été appelé selon le saint sacerdoce de Tsadok : “Mais les sacrificateurs, les Lévites, fils de Tsadok, qui ont fait le service de mon sanctuaire quand les enfants d'Israël s'égaraient loin de moi, ceux-là s'approcheront de moi pour me servir, et se tiendront devant moi pour m'offrir la graisse et le sang, dit le Seigneur, l'Éternel. Ils entreront dans mon sanctuaire, ils s'approcheront de ma table pour me servir, ils seront à mon service” (Ézéchiel 44:15-16).

Tu n'as pas à aller dans une école biblique ni à avoir un diplôme de pasteur sur le mur pour faire partie du sacerdoce royal de Dieu. Tous ceux qui ont été lavés dans le sang de Jésus ont été élevés au rang de serviteur du Seigneur.

J'ai grandi dans une famille qui observait ce qu'on pourrait appeler “l'autel familial”. Mon père croyait que le verset du livre des hébreux qui ordonne aux chrétiens de ne pas abandonner leur église s'appliquait aussi aux familles. Pour cette raison, nous ne devions pas rater “l'autel familial”.

Si mes frères et moi jouions dehors avec nos amis quand venait le temps de nous retrouver pour “l'autel familial”, nous rentrions toujours quand nos parents criaient : “C'est le moment de la prière !” Tout le voisinage savait que les Wilkerson allaient à l'autel !

Mon père endossait avec joie le rôle de sacrificateur et de berger dans notre maison. Et toi ? As-tu disposé ton cœur pour que tu sois un sacrificateur dans ta famille ?

jeudi 13 février 2014

OU SONT TOUS LES SAINTS BERGERS ?

Dieu a dit au prophète Jérémie : “De même qu'on ne peut compter l'armée des cieux, Ni mesurer le sable de la mer, De même je multiplierai la postérité de David, mon serviteur, Et les Lévites qui font mon service (Jérémie 33:22). Il disait : “Je te fais le serment d'augmenter le nombre de saints serviteurs qui vont prendre soin de mon troupeau qui se multiplie.”

Tu te demandes peut-être : “Où sont tous les saints bergers que le Seigneur nous a promis ? Où sont-ils pasteurs ? Es-tu en train de dire que l'on peut trouver leurs églises de justice dans chaque agglomération, ville ou village ? Il n'y a pas assez d'écoles bibliques ou de séminaires dans le monde entier pour ne serait-ce que commencer à accomplir cette prophétie incroyable”. Je sais que le Seigneur est en train de faire se lever une foule de jeunes serviteurs remplis du Saint-Esprit, mais ils sont très certainement peu nombreux et disséminés.

Comment Dieu fera-t-Il cela ? Nous trouvons la réponse dans le livre de l'Apocalypse : “de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père” (Apocalypse 1:5-6). Dieu a fait de chacun de nous un sacrificateur ! Chaque personne ayant été lavée par le sang de Jésus est membre du sacerdoce royal.

L'apôtre Pierre y fait écho dans 1 Pierre 2:5 : “et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ” (1 Pierre 2:5). Dieu nous a appelé à être des sacrificateurs pour Le servir.

Tu vois, la façon dont le Seigneur conçoit “l'Eglise” est très différente de la nôtre. Nous pensons à l'Eglise comme étant quelque chose qui sert les gens. C'est un endroit où tous les besoins du peuple de Dieu, qu'ils soient spirituels, physiques et émotionnels, sont comblés. Bien-sûr, cela fait partie de ce qui fait une église. Mais la véritable Église, selon l’Écriture, commence par le service de Jésus Christ. Sa façon de concevoir l’Église fait qu'Elle est en fait n'importe quel endroit où on Le sert.

mercredi 12 février 2014

L'ETERNEL NOTRE JUSTICE

“En ces jours et en ce temps-là, Je ferai éclore à David un germe de justice ; Il pratiquera la justice et l'équité dans le pays” (Jérémie 33:15). Quels sont “ces jours” dont Dieu parle ici ? Il parle du temps où la vision verra son accomplissement, et “le germe de justice” n'est autre que notre Seigneur Jésus Christ !

Bien-aimé, Dieu a accompli cette vision par la mort et la résurrection de Son Fils, Jésus Christ. Il a établi Son Église, et le nom de cette église n'est ni Baptiste ni Pentecôtiste, ni aucun autre nom que “L'Éternel notre justice” (verset 16).

Et voici la meilleure nouvelle de toutes. Dieu dit que cette Église sera “un sujet de joie, de louange et de gloire, Parmi toutes les nations de la Terre, qui apprendront tout le bien que je leur ferai ; elles seront étonnées et émues de tout le bonheur et de toute la postérité que je leur accorderai” (verset 9).

Le sens littéral de cette dernière phrase est : “Elles trembleront et seront étonnées, remplies de la crainte de Dieu.” Dieu dit ici : “Je vais faire quelque chose de si étonnant, une chose si clairement remplie de Mon abondante paix et de ma vérité, que les gens tremblerons de crainte !”

Mais, qu'est-ce qui causerait toute cette crainte et ce tremblement ? Serait-ce un dur message de jugement ? La prédication de la loi ? L'expression du courroux de Dieu ? Non ! Toute cette crainte et ce tremblement viendront d'une révélation de la bonté de Dieu, de l'expression de Ses bénédictions imméritées, procurant à Son peuple une abondance de paix et de repos.

Quand le Seigneur a promis à Son peuple d'être sa justice au travers de la foi, les israélites ce sont-ils mis soudain à marcher sans faire attention, diminuant Ses critères de sainteté ? Non, pas du tout. Sa promesse de paix et de repos les a amené à trembler de peur.

Nous voyons une illustration de ce saint tremblement dans Marc, au chapitre 4. Quand une tempête a menacé la vie des disciples, Jésus a réprimandé le vent et la mer, en disant : “ Silence ! Tais-toi !” (Marc 4:39). Comment les disciples ont-ils réagi ? L’Écriture dit : “Ils furent saisis d'une grande frayeur, et ils se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ?” (verset 41).

Pourquoi ces hommes ont-ils été saisis d'une “grande frayeur”? C'est parce qu'Il a calmé la tempête et qu'Il a restauré la paix et le calme. Pour faire court : ils ont tremblé devant la bonté que Christ a manifesté envers ses serviteurs sans foi, alors qu'ils ne la méritaient pas.

mardi 11 février 2014

TROUVER LA BONNE EGLISE

Il y a une plainte que j'entends constamment de la part des chrétiens dans le monde entier : “Je ne trouve nulle part une bonne église ! J'ai besoin d'un endroit où ma famille peut être enseignée, où nous pourrions entendre une parole venant vraiment du ciel et où mes enfants pourraient grandir en connaissant la vraie justice. Mais je ne trouve tout simplement pas ce genre d'église !”

Si tu as du mal à trouver une bonne église, j'ai à la fois une bonne une mauvaise nouvelle pour toi. D'abord, la mauvaise : tu ne trouveras jamais la bonne église, cette église juste, bénie par Dieu, tant que tu ne la chercheras pas au bon endroit.

Maintenant, la bonne nouvelle : Dieu nous montre clairement dans Sa Parole où trouver cette église sainte et bénie. En fait, j'espère pouvoir te montrer précisément où tu peux aller pour la trouver.

Le prophète Jérémie a trouvé cette bonne église “pendant qu'il était encore enfermé dans la cour de la prison” (Jérémie 33:1). Pendant que le saint prophète Jérémie était en prison, Jérusalem, qui représente le lieu central de l'adoration pour l'église de l'Ancien Testament, était en ruine. A une époque à présent révolue, c'était un lieu sanctifié, rempli de la gloire de Dieu, où servaient de saints prophètes et des sacrificateurs consacrés.

Mais Jérusalem est devenue pleine de maladie et de mort, peuplée de faux prophètes et de morts spirituels. Si tu avais fait partie du reste saint à cette époque, tu n'aurais pas pu trouver ne serait-ce qu'une seule vraie maison d'adoration , ni même un saint berger. Tout ce qui avait été saint et béni avait été dévasté.

Quand Jérémie a regardé cette terrible scène, son cœur a été brisé. Il s'est tellement focalisé sur la ruine qui l'entourait qu'il a perdu de vue les promesses de l'alliance de Dieu avec Son peuple. Il aurait pu rester dans l'accablement, perdant son temps et ses jours à ruminer et à sombrer plus profondément dans le désespoir. Il aurait pu penser : “Ça ne sert à rien. Dieu a détourné Sa face. Il n'y a plus une seule maison d'adoration !”

Mais soudain, le Seigneur a parlé à son prophète, disant : “Mets toi à genoux, Jérémie ! Dispose ton cœur pour Me prier. Tu crois qu'il ne reste rien de Mon église, mais je vais te montrer les choses puissantes que J'ai prévues pour Mon peuple” (voir 33:3).

Si des chrétiens veulent trouver aujourd'hui la bonne église, ils doivent commencer avec la prière ! Personne ne trouvera la véritable Église de Christ en sautant dans un bus, un train ou un avion et en courant tout autour du monde pour la trouver. Nous ne pouvons tout simplement pas trouver Son Eglise par un moyen moderne. La seule carte en qui nous pouvons nous confier, c'est notre lieu secret !

lundi 10 février 2014

LA BENEDICTION DE LA PRESENCE DE CHRIST by Gary Wilkerson

Christ a donné les béatitudes à un groupe de croyants brisés, sans espoir : “Heureux ceux qui sont brisés, qui sont dans le deuil, qui sont pauvres en esprit. Vous êtes bénis en cet instant, pas parce que vous avez fait quoi que ce soit pour le mériter mais parce que je suis avec vous” (voir Matthieu 5:2-11).

Quelle révélation ! Nous sommes bénis simplement parce que Jésus est avec nous. La bénédiction d'Emmanuel (“Dieu avec nous” - Matthieu 1:23) prend un tout autre sens à la lumière de la prophétie d'Esaïe : “je t'établirai pour traiter alliance avec le peuple... et pour distribuer les héritages désolés” (Esaïe 49:8). La bénédiction de la présence de Christ allait faire taire toutes les voix qui nous accusent.

Ce silence imposé a eu lieu littéralement pour la femme prise en flagrant délit d'adultère (Jean 8: 1-11). Les responsables religieux l'ont amené devant Jésus et Lui ont demandé de l'accuser aussi, mais secrètement, ils avaient une autre raison de l'amener devant Jésus. Ils voulaient l'accuser Lui !

As-tu déjà entendu des chrétiens accuser Dieu de quelque chose ? Je l'entends sans arrêt dans mon exercice pastoral : “Dieu n'agit pas dans ma Vie. Je prie fidèlement mais Il ne répond pas. J'ai fait tout ce que je pouvais, mais Il ne m'a toujours pas libéré.” C'est exactement ce que Satan veut que nous fassions : accuser Dieu dans notre cœur. Cela initie un cycle sans fin qui nous lie.

Jésus a répondu aux accusateurs de la femme, qui étaient en même temps les siens : “il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle”(Jean 8:7). Dieu n'était plus l'accusé. Jésus avait remis le feu des projecteurs là où il devait être : leur propre péché. Ils ont répondu en “se retirant un à un”(8:9).

Note bien ce qu'a dit Jésus à cette femme : “ Femme, où sont ceux qui t'accusaient ? Personne ne t'a-t-il condamnée ?”(8:10). C'est exactement ce que Jésus nous dit aujourd'hui : “Où sont ceux qui t'accusent ? Où sont les voix qui disent : “tu es un pécheur sans espoir, un échec” ? Elles sont parties ! Je suis ta justification à présent et Je les ai fait taire.”

Quand ces voix vont continuer à crier et à hurler à nos oreilles, nous allons entendre une autre voix plus forte qu'elles : “Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent” (Jean 10:27). La vois de Christ s'adressera à nous : “J'ai fait taire tes accusateurs.” Sa vérité couvre les clameurs et le tumulte de Sa paix, qui surpasse toute intelligence.

samedi 8 février 2014

SEIGNEUR, SECOURS ! by Jim Cymbala

David Jeremiah, mon ami de toujours de l’église Shadow Mountain Community près de San Diego, a prêché plusieurs fois au Brooklyn Tabernacle. Aussitôt après qu'on lui ait diagnostiqué un cancer, il a appelé pour nous demander de prier. Plusieurs mois plus tard, il est revenu nous visiter pendant une réunion d'évangélisation que nous faisions dans Madison Square Garden. Plus tard, il a prêché à une de nos réunions le dimanche. L'ensemble de la congrégation était réjouie de voir ce merveilleux frère en Christ pour lequel nous avions tous intercédé.

Ému par l'amour et la reconnaissance que sa venue avait produit, David a plus tard fait cette remarque depuis l'estrade : “J'ai appelé ici dès que j'ai su que j'étais malade parce que je connaissais votre dévouement dans la prière. En fait, quelqu'un vient juste de me saluer dans le hall et de me dire : “Pasteur Jeremiah, nous avons vraiment crié à Dieu pour vous.” C'est pour ça que j'ai appelé. Je savais que votre prière ne serait pas simplement faite par habitude, par automatisme, mais un véritable cri vers Dieu, avec compassion pour mon besoin. Et Dieu m'a aidé à traverser cette épreuve.”

C'est le sens littéral du mot hébreux utilisé un nombre incalculable de fois dans l'Ancien Testament, lorsqu'il est écrit que le peuple “criait à Dieu”. Cela signifie pleurer, implorer de l'aide. C'est l'essence de la véritable prière qui touche Dieu.

Charles Spurgeon a remarqué un jour : “la meilleure sorte de prière est celle que l'on ne peut décrire autrement que par un pleur.”

N'est-ce pas ce à quoi Dieu nous invite tout au long de la Bible ? “ Invoque-moi, et je te répondrai ; Je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas.” (Jérémie 33:3). Dieu n'est pas un Dieu lointain et injoignable. Il dit ne cesse de dire au travers des siècles : “Je vais t'aider. Oui, je vais vraiment le faire. Quand tu ne sauras plus où te tourner, tourne-toi vers Moi. Quand tu seras prêt à lever les bras, lève-les vers Moi. Élève en même temps ta voix, et Je viendrai et Je t'aiderai.”


__________
Jim Cymbala a commencé son ministère au « Brooklyn Tabernacle » avec moins de vingt personnes dans un petit bâtiment vétuste, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, c’est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant régulier des conférences organisées par World Challenge à travers le monde pour les pasteurs et les dirigeants.

vendredi 7 février 2014

LA RÉVÉLATION DE LA GLOIRE DE DIEU

Une fois que nous avons reçu la révélation de la gloire de Dieu, nous ne pouvons continuer à traiter les autres comme avant. Cela doit complètement changer.

« Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ » (Ephésiens 4 : 31-32).

Dieu nous dit à travers Paul : « Tu as vu Ma gloire et tu connais Ma nature et Mon caractère, que Je fais grâce et que Je suis prêt à pardonner. Maintenant, Je veux que tu manifestes aux autres qui Je suis ! »

Bien que Moïse ait reçu cette révélation de la gloire de Dieu, il en à un moment donné une mauvaise image au peuple. Il est devenu impatient avec Israël à cause de leur désobéissance et il a frappé rageusement un rocher avec son bâton comme pour dire : « Vous n’êtes qu’une bande de rebelles au cou raide ! »

Dieu n’a pas bien pris cela du tout. Une fois qu'Il t’a révélé Sa gloire - Sa bonté, Sa gentillesse, Sa grâce et Sa miséricorde - Sa patience ne supportera pas de te voir déformer Sa gloire devant les autres. Moïse avait dénaturé cette gloire a Israël et il en a résulté que Moïse, l’une des figures les plus douce, patiente et les plus pieuses de l’Ancien Testament, a été écarté de la plénitude de Dieu. Il n’a pas été autorisé à entrer dans le Pays Promis !

Nous trouvons une autre illustration de cela dans une des paraboles de Jésus. Il parle d’un serviteur à qui son maître avait remis sa dette. Le maître a manifesté d'une façon incroyable sa grâce, sa bonté et son pardon envers cet homme. Cependant, le serviteur venait juste d’être pardonné qu’il est parti trouver un homme qui avait envers lui une petite dette et il a commencé à étrangler son débiteur jusqu’à ce qu’il le rembourse. Celui qui avait expérimenté un grand amour et le pardon n’a manifesté aucune pitié en retour.

Dans cette parabole, Jésus dit : “ Tu dénatures l’amour du Père ! Il t’a donné un peu de Son incroyable gloire au travers de Sa bonté et du pardon de tes péchés. Cependant, maintenant que tu as vu Sa gloire, tu la dénatures devant le monde. »

Ceci est résumé par l’ordre de Paul : « Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. »

jeudi 6 février 2014

LA PLÉNITUDE DE LA GLOIRE DE DIEU

Le rayonnement qui émanait du visage et du cœur de Moïse était le résultat de ce qu’il avait vu seulement un tout petit peu de la plénitude de la nature de Dieu (Exode 34 : 29). Mais quand les Israélites ont vu le changement sur le visage de Moïse, ils ont su qu’il avait eu une expérience surnaturelle. Sa sœur, son frère et les autres se sont exclamés : « Cet homme a été en face de Dieu. Il est allé plus loin » (voir Exode 34 : 29-35).

Aujourd’hui, nous avons quelque chose de bien plus glorieux que ce que Moïse même avait eu. Nous touchons réellement et nous saisissons la gloire de Dieu. « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie » (1 Jean 1 : 1).

Jean dit ici : « Dieu nous a révélé la plénitude de Sa gloire en Christ. Nous avons vu Sa gloire incarnée dans une personne et nous Lui avons parlé. Nous L’avons même touché ! »

Aujourd’hui, nous ne nous contentons pas seulement de voir la plénitude de Dieu mais elle demeure en nous. Sa gloire brille dans nos cœurs : « Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ » (2 Corinthiens 4 : 6).

Paul dit ici : « Jésus Christ, Dieu en chair, incarne tout ce que Dieu est. Et puisque nous savons que Dieu est bonté, amour, grâce, miséricorde et patience, nous pouvons aussi être assurés que ceci est la nature de Christ. Puisque Jésus vit dans nos cœurs, nous savons que la gloire de Dieu n’est pas simplement quelque part loin dans le cosmos. Non, la plénitude de Sa gloire est en nous, au travers de la présence de Christ ! »

« Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée » (Tite 2 : 11). Qui est cette grâce ? C’est Jésus Christ, plein de grâce, de bonté, d’amour !

« Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété » (Tite 2 : 12). Paul nous dit ici : « Cette grâce qui demeure en toi est la révélation de la bonté de Christ. Et si tu demeures en Lui, Sa révélation t’instruira dans une vie de sainteté ! »

mercredi 5 février 2014

DE PLUS EN PLUS COMME JÉSUS

« Les enfants d'Israël regardaient le visage de Moïse, et voyait que la peau de son visage rayonnait ; et Moïse remettait le voile sur son visage jusqu'à ce qu'il entrât, pour parler avec l'Éternel » (Exode 34 : 35). Le visage d’une personne est l’expression extérieure de ce qu’il y a dans son cœur. Quand la gloire de Dieu a été véritablement révélée à Moïse, sont apparence même en a été changée !

Paul témoignait : « il plut à celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce, de révéler son Fils en moi, afin que je l'annonçasse parmi les païens » (Galates 1 : 15-16).

Paul disait : « J’ai en moi bien plus qu’une quelconque doctrine enseignée par quelqu’un, bien plus qu’une simple connaissance intellectuelle du Christ. J’ai une révélation de qui est Christ, une révélation de Sa grâce, de Sa miséricorde et de Son amour. Et cette révélation est devenue la source même de tout ce que je suis et fais. C’est l’essence même de ma vie ! »

La révélation de la gloire de Dieu est en effet admirable. Cependant, beaucoup ont transformé cette révélation même en un permis de pécher. Jude décrit des gens : « qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus Christ » (Jude 4).

D’après Paul, de telles personnes pèchent « afin que la grâce abonde » (Romains 6 : 1). Il disent en substance « Si Dieu aime se manifester au travers de la grâce et du pardon, alors je vais Lui en donner beaucoup d'opportunités. Je vais pécher et Le laisser continuer à m’aimer afin que la grâce abonde. Quel témoignage pour le monde d’aujourd’hui ! Je serai l’objet de tout cet amour qui vient du ciel. »

De telles personnes sont faciles à repérer. Leur visage les trahit. Esaïe parle d’Israélites qui « sont contre l'Éternel, bravant les regards de sa majesté. L'aspect de leur visage témoigne contre eux » (Esaïe 3 : 8-9). Le prophète disait : « Ton péché témoigne contre toi jusque dans ton apparence. Quoi qu’il y ait dans ton cœur, cela se révélera sur ton visage. »

D’un autre côté, même les pécheurs les plus endurcit peuvent dire que tu as « été avec Jésus ». Comment peuvent-ils dire cela ? Tu ne ressembles à aucun autre pour eux ! Ils disent : « Tu es différent. Tu te comportes avec une assurance humble et rien de toi ne semble caché. Tu n’as aucun secret et tu ne sembles porter aucune rancune ou amertume. Si c’était le cas, je le saurai. Ta vie est un livre ouvert ! »

Le péché, cependant, revêt une apparence qui lui est propre. Aucun sourire ne peut le masquer et sa voix a le son du vide, l’écho d’un airain qui résonne, d’une cymbale qui retentit.

Ceux qui se sont appropriés la gloire de Dieu sont dans un processus de changement quotidien. De jour en jour, leur visage devient de plus en plus comme celui de Jésus !

mardi 4 février 2014

POUR CEUX QUE LE SEIGNEUR AIME

Durant mes années de ministère, j’ai été accablé par des ennemis qui se sont levés contre moi. Dans ces moments, je sentais la discipline du Seigneur comme un baton sur mon dos. Je me rappelle une période en particulier, où j'étais calomnié de toutes parts. Les autres pasteurs me demandaient : « David, j’entends des choses douteuses à ton sujet. Est-ce que c’est vrai ? Est-ce que toute cette affaire à propos de toi vient du diable ou est-ce que Dieu essaye de te parler ? » 

Même cette question m’avait offensé et j'étais complètement submergé par la douleur émotionnelle de tout ceci. J'étais physiquement épuisé par ce combat et j'avais du mal à me rendre à l’église pour prêcher. Un matin, ma femme a littéralement dû me soulever de la chaise de mon bureau. A mi-chemin de l’église, je lui ai dit que je ne pouvais plus continuer. Je ne pouvais faire face plus longtemps à des gens qui se demandaient, pendant nos réunions, si j’étais un imposteur.

J’ai finalement crié : « Seigneur, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Où est mon péché ? » C’est alors que Dieu m’a conduit vers cette prière de Jérémie : « Châtie-moi, ô Éternel ! mais avec équité, Et non dans ta colère, de peur que tu ne m'anéantisses » (Jérémie 10 : 24).

Ces mots de Jérémie sont devenus ma prière quotidienne durant ce sévère temps d’épreuve : « Seigneur, châtie-moi et juge-moi si tu le dois. Mais s’il-te-plait, ne le fais pas dans la colère ! Si j’entends un mot rempli de colère en plus, cela me détruira. S’il-te-plait, ne me réduis pas en poussière Seigneur. Je suis déjà assez abattu! »

Quand j’ai prononcé cette prière, le Seigneur m’a répondu : « David, si J’ai choisi de te corriger c’est parce que Je t’aime. Cette épreuve n’a rien à voir avec Mon jugement. Je suis miséricordieux à ton égard et Je t’aime, alors tiens ferme et vois Ma gloire ! » Cette connaissance de Sa gloire m’a porté dans un repos total et Dieu m’a fait justice de tous les côtés.

Bien-aimé, une fois que tu as eu cette révélation de la gloire de Dieu, tu n'as jamais plus à craindre qu’Il te corrige dans la colère. Il porte Son bâton avec une main tendre, une main aimante. Il te disciplinera mais seulement avec une compassion pleine de grâce. Il ne te blessera jamais ou ne te mettra jamais de côté. Ceci ne devrait-il pas inciter nos cœurs à fondre devant Lui en louange ?

“Car l'Éternel châtie celui qu'il aime, Comme un père l'enfant qu'il chérit » (Proverbes 3 : 12).

lundi 3 février 2014

JÉSUS EST L’ALLIANCE by Gary Wilkerson

Esaïe parlait de Jésus quand il a prophétisé ces mots : “ Ainsi parle l'Éternel : Au temps de la grâce je t'exaucerai, Et au jour du salut je te secourrai ; Je te garderai, et je t'établirai pour traiter ALLIANCE AVEC LE PEUPLE, Pour relever le pays, Et pour distribuer les héritages désolés » (Esaïe 49 : 8).

En tant qu’Eglise de Jésus Christ, nous célébrons l’annonce prophétique d’Esaïe chaque Noël. Le prophète déclare que Dieu va envoyer Son Fils comme la réponse à tous les cris et prières. Cependant, il y a plus dans ce verset que ce que nous associons habituellement à l’histoire du bébé dans la mangeoire. Il nous est dit que Jésus a été envoyé sous une forme humaine pour dévoiler l’alliance de Dieu avec l’humanité : « Je t'établirai pour traiter alliance avec le peuple. »

Quand Dieu nous a donné Sa Nouvelle Alliance, Il n’a pas mis en place un nouveau système avec un nouvel ensemble de règles. Au lieu de cela, Il nous a envoyé une personne, Jésus, en tant qu’alliance.

L’Ancienne Alliance était un ensemble de règles basées sur des conditions. Elle disait : « Si tu fais ceci ou cela, alors Dieu te donnera la vie. Mais si tu ne le fais pas, tu perdras la bénédiction de Dieu. » Bien sûr, le peuple était toujours en deçà de la norme de Dieu. Ils étaient incapables de mettre en pratique Sa loi qui était pure et sainte, et il en résultait que leur vie était chargée de culpabilité, de honte et de désespoir.

Quelque part, nous avons décidé que l’Ancienne Alliance de Dieu devait être modifiée. Mais Jésus n’est pas venu modifier une Alliance, Il est venu en tant qu’Alliance. Il n’est pas venu nous montrer les bénédictions de grâce, Il est la bénédiction de grâce.

Tout au long de l’histoire de l’Eglise, des hommes comme Luther et Wesley ont insisté sur l’importance pour le peuple de Dieu de comprendre la Nouvelle Alliance. Ils l’ont vue comme une façon de bien exposer la Parole de Dieu, saisissant ce qu'est la loi et ce qu'est la grâce. Si nous échouons à comprendre ce sujet, disaient-ils, nous sommes condamnés à une vie de désespoir. Luther et Wesley savaient que c’était vrai car ils avaient eux-mêmes expérimenté le désespoir.

Voici la différence : sous la Nouvelle Alliance, la loi de Dieu n'est plus une norme externe à atteindre. Au lieu de cela, Sa loi serait écrite dans nos cœurs par le Saint Esprit : « …L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous a été donné » (Romains 5 : 5). Nous sommes remplis du Saint Esprit - la vie de Dieu Lui-même - pour nous aider à obéir à Sa Sainte Parole. Christ nous aime et Il s’est donné Lui-même pour nous, afin que nous puissions avoir une nouvelle vie.

samedi 1 février 2014

DEMANDE MAINTENANT ! by Carter Conlon

“Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe” (Matthieu 7:7-8). Il est intéressant de remarquer que vers la fin de Sa vie sur Terre, Jésus a également dit : “ Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite”.(Jean 16:24). Note bien que Jésus parlait à Ses disciples lors du dernier repas, alors entendre qu'ils n'avaient rien demandé jusqu'à présent doit les avoir quelque peu plongés dans la perplexité. Après tout, l'essence même du fait d'être un disciple est d'avoir une relation maître-élève, une relation basée sur le fait de demander et de recevoir. Le fait que les disciples ont quitté leurs filets de pêche pour commencer à suivre Jésus a été la base de leur relation. Ils ont demandé, Il a répondu et leur a donné ce dont ils avaient besoin.

Mais ce que Jésus leur disait en réalité, c'était qu'un temps de difficultés sans précédent était imminent. Toi et moi, nous savons que Jésus était sur le point d'être fait prisonnier avec pour résultat la fuite des disciples. Il leur disait en essence : “vous allez être effrayés et une sensation de perte et de chagrin va tenter de remplir vos cœurs. Mais Je vais être avec vous pour vous donner une force intérieure qui ne sera disponible que pour ceux qui veulent accomplir Mon œuvre sur Terre”. On peut voir cette pensée présentée très clairement aux disciples dans plusieurs passages des chapitres 13 à 18 de l'évangile de Jean. “Lorsque vous marcherez sur le chemin que je vous ai prescrit comme étant celui de Mon Corps, vous aurez l'espoir, la vision et la joie. Jusqu'à présent, vous n'avez pas demandé ce qui est à vous. Mais à présent, si vous demandez seulement, vous recevrez tout ce dont vous avez besoin.”

Dans Matthieu 25, aux versets 4 à 8, Jésus a donné une illustration du jour du retour de Christ . Les cinq vierges sages ont pris de l'huile pour leur lampe, mais les cinq vierges folles n'ont pas pris assez d'huile. Quand la crise a frappé, les vierges folles ont dit aux vierges sages : « Vous semblez voir quelque chose que nous ne voyons pas. Vous êtes là à dire : “Voyez l'époux”, mais nous ne voyons rien si ce n'est l'obscurité et le malheur. Donnez-nous un peu de votre huile ! » Mais, de façon tragique, elles ont demandé trop tard.

Bien-aimé, il est très difficile d'obtenir les ressources que Christ désire nous accorder une fois que le malheur frappe. Souviens-toi des jours de Noé ! Avant que les flots ne viennent, Dieu a fermé les portes de l'arche et Il a enfermé Noé et sa famille à l'intérieur. Imagine un peu la pluie qui a commencé et le peuple au dehors qui a commencé à frapper à la porte. Mais ils n'ont pas pu entrer parce que l'arche avait été fermée. Le temps des demandes était terminé, le temps d'acquérir les forces nécessaires était passé.

Demande maintenant à Jésus les choses dont tu as besoin !


__________
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994, sur l'invitation du pasteur fondateur David Wilkerson. Il a été nommé au poste de Pasteur Senior en 2001. Un leader fort et compatissant, il un intervenant régulier des conférences organisées par World Challenge à travers le monde pour les pasteurs et les dirigeants.