jeudi 31 octobre 2013

L'ESPRIT DE JEZABEL

L'esprit de Jézabel hait les prophètes de Dieu de même que les prophéties qui viennent de Dieu : “Achab rapporta à Jézabel tout ce qu'avait fait Élie, et comment il avait tué par l'épée tous les prophètes. Jézabel envoya un messager à Élie, pour lui dire : Que les dieux me traitent dans toute leur rigueur, si demain, à cette heure, je ne fais de ta vie ce que tu as fait de la vie de chacun d'eux !” (1 Rois 19:1-2).

Les chrétiens enchaînés par la doctrine de Jézabel n'ont aucun égard pour les saints prophètes de Dieu, quels qu'ils soient. Ils restent froidement assis, tout comme l'a fait Jézabel, qui n'était même pas émue alors qu'Achab lui rapportait dans le détail la miraculeuse manifestation d'autorité surnaturelle sur le Mont Carmel. Mais Jézabel n'a pas été impressionnée. Tout ce que cela à fait, c'est renforcer sa détermination.

Il en est de même aujourd'hui. Les enseignants de la doctrine de Jézabel et ceux qui sont comme Achab, c'est à dire ceux qui en sont les victimes, ne sont pas réceptifs à la conviction du Saint-Esprit, ni au message de repentance et de sainteté. Ils l'entendent puis continuent leur chemin, encore renforcés dans leurs doctrines. Il n'y a en eux aucune crainte de Dieu.

Le plus sûr moyen de reconnaître un faux docteur ou une doctrine de Jézabel, c'est lorsqu'ils mettent de côté les mises en garde prophétiques et qu'ils refusent d'entendre parler du jugement. Ils qualifient ces choses de rabat-joie. Ils rient, se moquent et tournent en ridicule. Jérémie dit de ces bergers qu'ils sont aveugles et sourds alors que le Seigneur leur demande d'obéir : “Et ils n'ont point écouté, ils n'ont point prêté l'oreille ; Ils ont suivi les conseils, les penchants de leur mauvais cœur, Ils ont été en arrière et non en avant”(Jérémie 7:24).

Ceux qui enseignent la doctrine de Jézabel se disent prophètes, mais il existe un test pour discerner les vrais des faux prophètes. Les prophètes de Jézabel prophétisaient uniquement de bonnes choses, uniquement la paix et la prospérité. “Mais dans les prophètes de Jérusalem j'ai vu des choses horribles ; Ils sont adultères, ils marchent dans le mensonge ; Ils fortifient les mains des méchants, Afin qu'aucun ne revienne de sa méchanceté ; Ils sont tous à mes yeux comme Sodome, Et les habitants de Jérusalem comme Gomorrhe. C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel des armées sur les prophètes : Voici, je vais les nourrir d'absinthe, Et je leur ferai boire des eaux empoisonnées ; Car c'est par les prophètes de Jérusalem que l'impiété s'est répandue dans tout le pays. Ainsi parle l'Éternel des armées : N'écoutez pas les paroles des prophètes qui vous prophétisent ! Ils vous entraînent à des choses de néant ; Ils disent les visions de leur cœur, Et non ce qui vient de la bouche de l'Éternel. Ils disent à ceux qui me méprisent : L'Éternel a dit : Vous aurez la paix ; Et ils disent à tous ceux qui suivent les penchants de leur cœur : Il ne vous arrivera aucun mal” (Jérémie 23:14-17).

Ceux qui ont l'esprit de Jézabel ne détournent pas le peuple de leur méchanceté. Il parlent de rêves et agissent follement quand ils enseignent. 

mercredi 30 octobre 2013

LA PLUS GRANDE TROMPERIE

La plus grande des tromperies dans l'église moderne est la façon dont on utilise la Parole de Dieu pour mettre un tampon : “approuvé” sur ce que l'on convoite. En apparence, la doctrine de Jézabel a fonctionné (voir 1 Rois 21:14-16). Elle a permis à Achab d'obtenir ce qu'il voulait. Il possédait beaucoup de choses pour lui-même parce que, lorsqu'un homme était lapidé pour haute trahison envers le roi, toutes ses possessions revenaient au roi.

Naboth de Jizreel avait dit à Achab qu'il ne lui donnerait pas l'héritage de ses pères parce que le Seigneur lui avait interdit de le faire.

“Achab ... se coucha sur son lit, détourna le visage, et ne mangea rien. Jézabel, sa femme, vint auprès de lui, et lui dit : Pourquoi as-tu l'esprit triste et ne manges-tu point ? ... Est-ce bien toi maintenant qui exerces la souveraineté sur Israël ? Lève-toi, prends de la nourriture, et que ton cœur se réjouisse ; moi, je te donnerai la vigne de Naboth de Jizreel” (1 Rois 21:4-7).

Écoute la doctrine de Jézabel : “Tu es le roi, le numéro un, et tu as des droits. Ne laisse rien t'empêcher d'obtenir ce que tu veux.” Elle a dit à Achab : “Sois heureux ! Je l'obtiendrai pour toi.” C'est l'essence du faux évangile. “Ne t'inquiète pas. Ne sois pas attristé et ne te sens pas condamné par ces désirs qui te consument. Je les satisferai pour toi.” Tout comme les méthodes trompeuses que Jézabel a utilisé, ces doctrines déforment et tordent les Écritures.

Mais Achab n'a pas pu profiter de ce qu'il avait reçu, la faute à un prophète de Dieu bien irritant : “Alors la parole de l'Éternel fut adressée à Élie, le Thischbite, en ces mots : Lève-toi, descends au-devant d'Achab ... dans la vigne de Naboth, où il est descendu pour en prendre possession. Tu lui diras : Ainsi parle l'Éternel : N'es-tu pas un assassin et un voleur ? ... Au lieu même où les chiens ont léché le sang de Naboth, les chiens lécheront aussi ton propre sang. Achab dit à Élie : M'as-tu trouvé, mon ennemi ? Et il répondit : Je t'ai trouvé, parce que tu t'es vendu pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel” (1 Rois 21:17-20).

Imagine Achab en train de se promener dans sa nouvelle propriété, pensant : “La vie n'est-elle pas belle ? Ah, Jézabel ! Je ne suis peut être pas toujours d'accord avec ses méthodes, mais ça a marché.” Mais il y avait le prophète Élie, qui suivait chacun de ses pas.

Il en est de même aujourd'hui. Dieu a envoyé des prophètes qui font entendre leur voix, condamnant la doctrine de matérialisme de Jézabel, faisant en sorte que les chrétiens ne profitent pas confortablement de leurs jouets et acquisitions. Ils se sont vendus. Ils ne peuvent pas le voir mais le péché est derrière toutes ces choses. Chaque fois que je prêche contre la doctrine de la prospérité, je ressens l'esprit d’Élie en moi. Tu vas entendre de plus en plus de remises en question de la doctrine de Jézabel. Partout, des voix prophétiques vont retentir haut et fort, criant : “Péché! Tu possèdes ces choses en te vendant au péché.” 

mardi 29 octobre 2013

LE DANGER DE S’ACCROCHER À UN PÉCHÉ CACHÉ

On trouve les trois marques distinctives de la doctrine de Jézabel dans la Jézabel de l’Ancien Testament, la mère et l’initiatrice des fausses doctrines. Jésus a fait de son nom le synonyme de la fausse doctrine, de toute doctrine qui enseigne que quelque chose de mal peut être bon, que le profane peut être pur.

En hébreu, Jézabel signifie « chaste, vertueux, sans idolâtrie ». Imagine un peu ! La femme la plus impie, idolâtre, intrigante, détestable de toute la Bible s’appelait vertueuse, sans péché. Quelque chose de vraiment très mauvais est appelé bon. Et même, de façon ironique, « chaste » !

Comment est-elle devenue chaste ? « Achab, fils d'Omri, fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, plus que tous ceux qui avaient été avant lui. Et comme si c'eût été pour lui peu de choses de se livrer aux péchés de Jéroboam, fils de Nebath, il prit pour femme Jézabel, … et il alla servir Baal et se prosterner devant lui » (1 Rois 16 : 30-31). Achab signifie « celui qui est marqué par la nature de son père. » Jézabel représente la fausse doctrine et Achab est sa victime. La Bible mentionne que cela ne suffisait pas à Achab d’avoir un cœur tourné vers le péché, l’idolâtrie et le compromis. Il a pris dans sa vie une influence satanique qui l’a conforté dans son péché. « Il n'y a eu personne qui se soit vendu comme Achab pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, et Jézabel, sa femme, l'y excitait » (1 Rois 21 : 25).

Le message est que la tendance des Chrétiens qui s'attachent à un péché secret et à la convoitise de la chair est d'accepter puis d’épouser une fausse doctrine qui ne pourra que les exciter et les affermir dans leurs péchés. La dernière chose dont Achab avait besoin était Jézabel. Elle a mis en évidence son pire côté, l’a renforcé pour ensuite le détruire lui. Ainsi en est-il avec la fausse doctrine. S’il y a le moindre péché, la moindre trace de convoitise charnelle ou de mondanité en toi, la dernière chose dont tu as besoin est une doctrine qui mette en évidence ce qu’il y a de pire en toi.

Quand David a péché avec Bath Schéba, il n’avait pas besoin qu’un faux prophète lui délivre un message doucereux pour lui dire combien Dieu l’aimait. Il avait besoin d’un prophète sans compromis comme Nathan, avec le doigt pointé sur lui et lui criant : « Tu es cet homme. »

Ceux qui prêchent la doctrine de Christ montrent aux gens la différence entre le bien et le mal. Il n’y a aucun mélange sur leurs lèvres. « Ils enseigneront à mon peuple à distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ils lui feront connaître la différence entre ce qui est impur et ce qui est pur » (Ezéchiel 44 : 23).

Nous avons aujourd'hui toute une génération d’enfants perturbés qui ne savent même pas reconnaître le mal quand ils le voient. Les faux prophètes les ont déçus. Ils appellent ça bien quand des rockers aux cheveux violets, habillés comme des sadomasochistes, se pavanent et tournent sensuellement autour du pupitre.. On nous dit que le sexe en dehors du mariage est bien du moment qu’on est amoureux et du moment qu’on respecte vraiment l’autre personne. Les faux prophètes sont devenus les défenseurs du péché. 

lundi 28 octobre 2013

LA VÉRITABLE PENTECÔTE

Dans Actes 11, nous lisons à propos d'un changement historique dans l’église qui est venu au travers de croyants anonymes équipés par l’Esprit. Ils ont été les premiers à porter la bonne nouvelle de Jésus aux païens, en allant au-delà des barrières du judaïsme. « Il y en eut cependant parmi eux… qui, venus à Antioche, parlèrent aussi aux Grecs et leur annoncèrent la bonne nouvelle du Seigneur Jésus » (Actes 11 : 20). J’aime l’expression utilisée ici « parmi eux ». Ces croyants fidèles, anonymes n’avaient aucune idée de la part cruciale qu’ils prenaient dans l’Histoire.

La Pentecôte n’est pas seulement un événement qui a eu lieu il y a 2 000 ans mais c’est un phénomène vivant qui se produit encore aujourd'hui dans le monde entier. Quelque part, en ce moment des petits groupes de gens crient à Dieu et Son Esprit tombe sur eux, leur donnant ainsi les moyens d’être Ses témoins pour un monde perdu.

La Pentecôte arrive en cet instant même à Vârânasî, une ville du nord de l’Inde où je me suis rendu il y a peu. Moins d’un pour cent de la population fréquentait une église quand une jeune femme est arrivée là-bas il y a quelques années. Elle a commencé à conduire les gens à Jésus un par un et ceux qui se convertissaient ont commencé à en amener d’autres au Seigneur. Cette jeune femme n’a pas gardé la Pentecôte pour elle, et maintenant il y a des milliers de croyants dynamiques dans la région, avec un témoignage puissant pour Christ. Il y en a plein d’autres comme elle dans le monde, des Chrétiens qui implorent l’Esprit d’amener l’amour du Père plus loin.

En plusieurs occasions, mon père, David Wilkerson, m’a dit ce qui l’avait le plus peiné quand il était pasteur d’une petite église de Pennsylvanie dans les années 50. C’était une église pentecôtiste donc les réunions suivaient une certaine ligne. La sœur Untel jouait de l’orgue et l’assemblée chantait des chants traditionnels. Quelqu’un s’est levé et a donné un message en langues, suivi par un autre qui en a donné l’interprétation. Papa a alors prêché. Ensuite, il a proposé de prier et des gens sont venus devant l’autel en implorant le Saint Esprit de descendre. Puis, chacun est rentré chez lui.

Cette église n’avait aucune sensibilité, aucun ministère de miséricorde. Très peu de personnes ont été amenées à Christ pendant les années où mon père a été pasteur là-bas. C’était des Chrétiens qui cherchaient la Pentecôte pour eux-mêmes mais qui ne connaîtront jamais la Pentecôte que Dieu avait en tête pour eux. La prière du cœur brisé de mon père résume tout : « Seigneur, si c’est ça la Pentecôte, je n’en veux pas. Si c’est juste pour avoir un club « bénis-moi » semaine après semaine, je n’en ai que faire. »

C’était pour ce désir d’une véritable Pentecôte que Papa a arrêté de regarder la télévision et, à la place, a passé du temps dans la prière. Le reste, c’est l’Histoire. Dans les décennies qui ont suivi, son livre La croix et le poignard se vendait à plusieurs millions d’exemplaires, avec plus de 1 000 centres de Teen Challenge qui existaient dans le monde, travaillant à secourir les gens perdus et brisés. Toutes ces œuvres proclament la puissance agissante de Dieu aujourd’hui au travers du Saint Esprit.

vendredi 25 octobre 2013

LA DOCTRINE DE JÉZABEL

Lis Apocalypse 2:18-29 et tu verras que Christ a mis en garde l'Eglise contre la doctrine de Jézabel. “Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles” (Apocalypse 2:20). Le mot grec utilisé ici pour “Jézabel” est un synonyme de “enseignant de mensonge”. Elle représente les fausses doctrines. Jésus l'explique clairement lorsqu'il continue “à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine” (verset 24).

Il y a là un groupe de chrétiens, plein d'oeuvres bonnes et d'amour, de foi et de patience. Mais, malgré tout ce qu'il y a de bon et de recommendable, quelque chose de très dangereux est en train de se produire, quelque chose de tellement séduisant que Chirst les avertit qu'Il enverra son jugement et en fera un exemple pour toutes les églises. Certains membres de l'église étaient en train de s'abandonner à Satan. Leurs oeuvres bonnes, leur amour, leur service, leur foi et leur patience étaient recouverts par l'ombre de la séduction d'une fausse doctrine. Ils étaient sous le sort d'un enseignement trompeur, un enseignement qui était venu déguisé, paraissant être la vraie Parole de Dieu, mais qui était en fait une doctrine de démon.

Il est dangereux de prêter l'oreille à de fausses doctrines, et Christ ne le prend pas à la légère. Ses yeux percent l'église et Il est venu pour avertir, mettre en lumière et sauver Son peuple de cette terrible séduction. Dans quelle église tu te rends, qui tu écoutes, à quel enseignement ton coeur adhère, sont des choses très, très sérieuses.

La caractéristique d'un chrétien séduit est qu'il se laisse « entraîner » à rechercher des enseignements nouveaux, différents, étranges. La Bible avertit : « Ne vous laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères » (Hébreux 13:9). Cela parle de courir de lieu en lieu, de séminaires en conventions, d'églises en églises,sans avoir de racines. Les oreilles de tels gens ont sans cesse la démangeaison d'entendre des choses nouvelles, sensationnelles, quelque chose d'entraînant, quelque chose d'agréable à la chair. Ce sont des hommes irrésolus, inconstants dans toutes leurs voies et emportés à tous vents de doctrines. Ils ressemblent aux Athéniens qui « ne passaient leur temps qu’à dire ou à écouter des choses nouvelles » (Actes 17:21). Paul a avertit Timothée : « Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables » (2 Timothée 4:3-4).

jeudi 24 octobre 2013

ABATTU ET DÉCOURAGÉ

Faiblesse, brisement, trouble, deuil... toutes ces choses ont abattu l'esprit de David. Il se sentait sec, sans direction, comme s'il n'avait rien appris avec les années. « Mon cœur est agité, ma force m’abandonne, Et la lumière de mes yeux n’est plus même avec moi » (Psaume 38/10). David disait « j'ai perdu ma vision spirituelle, je ne peux plus atteindre Dieu comme je le faisais auparavant ! ».

Je sais parfaitement ce que ressentait David. J'ai conduit des missions évangéliques pendant lesquelles des milliers d'âmes se sont données à Christ. J'ai aidé à conduire des multitudes de drogués et d'alcooliques à la délivrance en Jésus. Ma vie a été remplie de beaucoup de grandes bénédictions. Mais souvent, quelques jours après ces événements, j'ai été submergé par le découragement et je finissais par penser : « Seigneur, je n'ai rien accompli pour Toi ! »

C'est le travail d'un esprit de découragement qui vient de Satan. Il fait de nous une cible pour les puissances de l'enfer juste après nos principales victoires spirituelles.

Cet esprit démoniaque a conduit David si bas qu'il était comme muet dans la présence de Dieu. Il disait : « Et moi, je suis comme un sourd, je n’entends pas ; Je suis comme un muet, qui n’ouvre pas la bouche. Je suis comme un homme qui n’entend pas, Et dans la bouche duquel il n’y a point de réplique » (versets 13-14).

Le traduction littérale de l’hébreu dans cette dernière phrase est « un homme qui n'a plus aucune réponse ni argument ». David disait « Seigneur, je suis trop découragé pour même tendre la main vers Toi. Je ne peux pas prier car je suis trop embrouillé pour parler. Je suis vidé et sans force. Je n'ai rien à dire ».

David exprimait le cri universel de l'âme juste qui est attaquée par le découragement : « Car je suis près de tomber, Et ma douleur est toujours devant moi » (verset 17). David disait à Dieu « Je n'y arriverai pas, Seigneur. Je suis à ma toute dernière extrémité et je suis sur le point de tomber ! ».

Nous pouvons parler à Dieu autant que nous le voulons de nos sentiments d'échec. Nous pouvons Lui parler de notre désespoir à propos de nos péchés et de nos folles erreurs. Mais nous ne devons jamais entretenir la pensée qu'Il nous a abandonné.

David est notre exemple de quelqu'un qui a été découragé, mais qui a gardé sa foi. Même lorsqu'il était au plus bas, David ne s'est jamais permis de se vautrer dans l'incrédulité. Il s'écriait : « Éternel ! c’est en toi que j’espère ; Tu répondras, Seigneur, mon Dieu ! » (verset 15).

mercredi 23 octobre 2013

UNE BONNE PAROLE

Notre Seigneur a un plan merveilleux pour chaque enfant qui L’aime et aucune attaque satanique contre Ses enfants ne pourra jamais altérer ces plans. Dieu connaît les peines, les combats et la douleur auxquels nous pouvons être confrontés aujourd’hui, mais Il connaît aussi les choses glorieuses qu’Il a préparées d’avance pour nous. Il connaît la vision que nous allons recevoir, le fait d’être utile qui nous réjouira, le fruit que nous verrons, la paix et la joie que nous posséderons. Il a une « bonne parole » pour tous ceux qui L’aiment !

« Dieu nous l’a révélé par l’Esprit » (1 Corinthiens 2 : 10). Le Seigneur désire nous donner Sa « bonne parole » concernant ce qu’Il a préparé pour nous et Son Esprit est le messager qui porte cette bonne parole. Avec la vision de Dieu pour nous, le Saint Esprit donnera des ailes à nos esprits abattus et nous pourrons voler comme des aigles loin des pièges de Satan !

Ecoute ces paroles merveilleuses d’Esaïe :

« Ne le sais-tu pas ? Ne l'as-tu pas appris ? C'est le Dieu d'éternité, l'Éternel, qui a créé les extrémités de la terre ; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; on ne peut sonder son intelligence. Il donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Les adolescents se fatiguent et se lassent, et les jeunes hommes chancellent ; mais ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles ; ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point » (Esaïe 40 : 28-31).

L’œuvre du Saint Esprit est de nous encourager et notre travail est simplement de Lui faire confiance pour accomplir ce pour quoi le Père L’a envoyé.

Va dans ton lieu secret maintenant, même si tu es dans un état de découragement, sois tranquille devant le Seigneur. Même si tu n’as pas assez de force pour parler, tu peux Le rechercher en esprit avec cette prière :

« Seigneur, je sais que ton Esprit demeure en moi et je sais que tu L’as envoyé pour me réconforter, me fortifier et me révéler la pensée de Christ pour moi. Alors je me tourne vers toi maintenant avec une foi simple, candide. Donne à mon cœur des paroles de réconfort car je n’ai plus de force. Relève-moi et conduis-moi. »

Tu ne vas pas défaillir ! Tu vas sortir de tes combats victorieux parce que ta foi aura été éprouvée et purifiée comme l’or. Tu verras le Seigneur accomplir chacune des promesses qu’Il t’a fait !

mardi 22 octobre 2013

DANS LES TEMPS DE DÉCOURAGEMENT

Souvent, la première chose que le Saint Esprit fait dans les temps de découragement est de nous rappeler les précieuses promesses de Jésus. Il l’a fait pour moi en inondant mon âme de promesses de la Parole de Dieu. « Ta vie n’est pas finie », m’assurait-Il. « Tu ne le sais pas mais le meilleur est encore devant toi. » L’œuvre du Saint Esprit est de détruire les mensonges de l’Ennemi et d’apporter un encouragement qui vient du ciel !

Des multitudes de Chrétiens entrent dans la présence de Dieu chaque jour en s'attendant à être repris par Lui. Combien cela doit peiner notre Seigneur. Quand nous entrons en prière, nous devrions être prêts à entendre une bonne parole de la part de notre Père qui nous aime. Pendant des années, à chaque fois que je rentrais dans mon lieu secret, je pensais entendre un reproche de la part du Seigneur. Merci, ô Dieu, de m’avoir enseigner une meilleure voie !

D’un autre côté, des dénominations entières évitent toute mention du saint reproche. Ils parlent très peu du péché parce qu’ils veulent prêcher uniquement des messages positifs, optimistes. En faisant ainsi, ils ignorent tous les reproches fait par Christ et les auteurs du Nouveau Testament, qui convainquent de péché et qui donnent la vie. De telles églises proclament qu’elles prêchent un évangile d’amour, de miséricorde et de grâce. Mais, tristement, elles abusent de la grâce de Dieu, la transformant en un permis de pécher.

Je réalise que je ne suis pas en train d’écrire ce message pour ce genre de personnes. Mais, je parle aux Chrétiens qui évitent le péché comme une expression de leur amour pour le Seigneur. Je m’adresse à ceux qui se réjouissent de l’intimité avec Christ parce qu’ils ont faim et soif de Lui constamment. Si c’est ce qui te décrit et que tu es abattu et dépressif, saches, je te prie, que ceci arrive parce que tu es attaqué à cause de ton amour pour Jésus !

Sois assuré que tous ceux qui s’attendent au Seigneur recevront Ses glorieuses promesses :

« Jamais on n’a appris ni entendu dire, et jamais l’œil n’a vu qu’un autre dieu que toi agisse ainsi pour celui qui s’attendait à toi » (Esaïe 64 : 3).

« Comme il est écrit : ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, et ce qui n’est pas monté du cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment. A nous, Dieu l’a révélé par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu » (1 Corinthiens 2 : 9-10).

lundi 21 octobre 2013

REVÊTU DE PUISSANCE by Gary Wilkerson

Je remercie Dieu de ce que Sa promesse de revêtir Ses disciples de puissance (voir Luc 24 : 49) n’a pas pris fin avec l’église des Actes. Dans un sens, c’est pourtant bien là qu'elle s'est arrêté pour un grand nombre de chétiens aujourd’hui. Nous attribuons la puissance de Dieu aux prédicateurs, aux dirigeants, à ceux qui font de l’audience, aux auteurs, à quiconque qui serait « en vue ». Mais Dieu est-il à l’œuvre sur les bancs de l'église ? La puissance de l’Esprit est-elle à l’œuvre au travers de chaque croyant, homme, femme ou enfant de la façon dont le Seigneur le veut ? Si nous avons été sauvés, alors nous sommes censés être remplis de la puissance de Dieu pour accomplir les œuvres de Dieu.

Voici comment cela s’est passé dans les Actes : « Il y eut, ce jour-là, une grande persécution contre l’Eglise qui était à Jérusalem, et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie » (Actes 8 : 1). D’après ce verset, les apôtres sont restés à Jérusalem. Mais tous les autres croyants ont été dispersés dans toute la région. « Ceux donc qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, en annonçant la bonne nouvelle de la parole. Philippe, descendu dans une ville de Samarie, y prêcha le Christ » (Actes 8 : 4-5). Et c’est ainsi que la puissance nouvelle pour faire l'oeuvre de Dieu a été délivrée.

Je précise que l’homme appelé Philippe, dont il est parlé ici, était un laïc. Des signes et des prodiges accompagnaient cet homme quand il prêchait. Les gens qui étaient possédés par des démons étaient délivrés. Des personnes handicapées étaient guéries et sautaient de joie. Plus tard, quand Pierre est venu en Samarie pour être témoin de ces œuvres, il a vu qu’il y avait « une grande joie dans cette ville » (Actes 8 : 8). Une ville entière avait été touchée par la joie de Dieu ! Quel impact laissé par un simple chrétien.

Plus tard, nous voyons Ananias, l’un des disciples de Jésus qui vivaient à Damas. Il ne nous est pas dit grand chose d’Ananias, mais nous savons qu’il était rempli du Saint Esprit. Dieu l’a appelé à témoigner à Saul, le célèbre persécuteur de chrétiens qui se déchaînait contre l’église à ce moment-là. Ananias a été appelé en première ligne et il savait que s'il n'avait pas correctement entendu la direction de Dieu, il pouvait être tué.

Ananias a dû surmonter une peur très réelle pour sa vie, mais il l’a fait en étant submergé par l’amour de Dieu. Soudain, Ananias a été rempli de compassion pour un homme qui s’était proclamé lui-même l’ennemi mortel de chaque chrétien. Il est donc allé par la foi, et l’histoire de la conversion de Saul est bien connue. Son changement en Paul, le plus célèbre disciple de Jésus de tous les temps, est peut-être la plus importante conversion de l’histoire. Paul n’a pas seulement été sauvé mais il a écrit la majeure partie de ce qui est devenu le Nouveau Testament.

vendredi 18 octobre 2013

TOUT CE DONT TU AS BESOIN

“Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit”(Jean 14:26).

J'ai expérimenté une attaque de découragement particulièrement sévère à un certain moment de ma vie. Elle s'est produite à un moment où j'étais plus proche de Jésus que jamais. Un matin, alors que je préparais un message, j'ai été submergé par un intense désespoir. Il a surgi de nulle part, me tirant vers le bas. Peu importe à quel point j'essayais de le surmonter, je ne pouvais m'en débarrasser.

Alors que j'étais assis à mon bureau avec ma Bible ouverte, j'ai essayé de continuer à travailler sur mon message, mais je n'arrivais nulle part. Soudain, j'étais bombardé de doutes concernant mes capacités à préparer un véritable message de la part du Seigneur. Mon esprit était envahi d'horribles pensées qui me disaient : “Tu ne comprends pas les écrits de Paul, tu n'as pas saisi le concept de “vieil homme” et d' “homme nouveau”. Tu ne comprends pas ce que veut dire : “mourir au péché” quand le péché existe encore. Comment peux-tu oser présumer enseigner la Parole de Dieu ?”

Je suis resté assis là pendant trois heures, déterminé à trouver un message, mais rien ne m'est venu. Dans le milieu de la matinée, tous les mots des pages de ma Bible semblaient se confondre. Mon esprit était confus et sourd, incapable d'entendre quoi que ce soit de la part du Seigneur.

J'ai plongé plus profondément dans le désespoir et je suis devenu convaincu que je n'avais rien à donner aux gens de mon église. Alors j'ai fermé ma Bible et quitté mon bureau.

Comme je tournais en rond dans la maison, le découragement n'a fait que croître. J'ai essayé de comprendre pourquoi il s'était abattu sur moi au départ, mais je n'en avais aucune idée. Pour finir, je suis allé dans mon lieu de prière et je me suis assis sur le sol. Je n'ai même pas réussi à rassembler une phrase à dire au Seigneur. Au lieu de cela, j'ai crié à Lui en esprit : “Seigneur, je ne sais pas quoi faire. Je me sens si bas que je ne peux même pas essayer de t'atteindre, pourtant je sais que je ne T'ai jamais aimé d'avantage. S'il-te-plaît, aide-moi.”

Quand le Malin vient avec son esprit de découragement, il te bombarde avec mensonges sur mensonges. Quand il en a fini, tu pleurs : “Ô Dieu, je n'y arriverai jamais !”

C'est exactement ce que le Malin m'a fait. Pendant que j'étais en prière, j'ai enduré ce bombardement de mensonges démoniaques pendant presque une demi-heure. Puis, le murmure doux et léger a traversé mon esprit avec ces mots aimants et compatissants : “David, tu es très aimé. Ne t'inquiète pas, Ma main est sur toi. Tu subis une attaque sévère, mais ne crains rien. Tu n'as besoin d'aucune force pour cette bataille : J'ai tout ce dont tu as besoin !”

jeudi 17 octobre 2013

ATTAQUÉ

Quand tu es attaqué par l'esprit de découragement de l'Ennemi, tu n'as pas envie de prier. Mais tu dois quand même aller dans le lieu secret et être dans la présence de Jésus. Ne t'efforce pas de prier pour trouver ton chemin hors du désespoir. Mais c'est le moment pour l'Esprit de Dieu de travailler en toi pour te tirer hors du gouffre.

Quand tu viens au Seigneur, soit honnête avec Lui au sujet de la façon dont tu te sens faible et impuissant. Fais-Lui connaître : “Jésus, je suis sec. Je n'ai plus de force. Si je dois sortir de cette dépression, c'est à Toi de faire en sorte que ça puisse arriver.”

Dans de tels moments d'abattement, le Seigneur est très patient avec nous. Il n'attend pas de nous que nous déployions de fervents et intenses efforts dans la prière. Il connaît notre condition et Il compatit. Reste simplement assis dans Sa présence et confie-toi dans Son Esprit pour faire en toi ce pour quoi il a été envoyé. Peu importe à quel point tu es abattu, Il ne t'abandonnera jamais !

Nous pensons que, chaque fois que nous décevons le Seigneur, le Saint-Esprit s'envole au loin comme un oiseau parce qu'Il est attristé. Mais comment l'Esprit de Dieu pourrait-Il m'abandonner que j'ai le plus besoin de Lui ? S'Il me laisse chaque fois que j'échoue et que je tombe dans le découragement, comment peut-Il être mon Consolateur ?

Jésus nous a promis : “Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous,...Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous.”(Jean 14:16 et 18)

Quand l'esprit lourd de découragement du Malin s'installe dans ta vie, tu peux être tellement affolé que tu ne peux même plus murmurer une prière. Mais même alors, tu peux parler à Jésus en esprit. Dis-Lui simplement, doucement : “Seigneur, aide-moi. Cette attaque, c'est trop pour moi. Je ne peux rien faire si ce n'est m'asseoir ici dans la foi. Je me confie dans Ton Esprit pour me sortir de là.” 

mercredi 16 octobre 2013

L'EPREUVE ARDENTE

Dans ses moments de découragement, David n'arrivait pas à comprendre pourquoi il était aussi abattu. Il a demandé : “ Pourquoi t'abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi ?” (Psaumes 42:5). Mais ces questions ne venaient pas d'un doute à l'encontre de Dieu. En fait, David commence le psaume en exprimant sa soif profonde pour le Seigneur : “Comme une biche soupire après des courants d'eau, Ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ?” (versets 1-2).

Au milieu de son découragement, David a crié pour une révélation du Seigneur. Il disait : “Dieu, je ne T'ai jamais plus aimé, alors pourquoi est-ce que je souffre un tel découragement qui me submerge ?”

A certains moments, David a expérimenté le désespoir et la dépression à cause de son péché. Il a enduré la punition de Dieu pour sa fierté quand il a dénombré les hommes en âge de se battre, ce qui était contre la loi de Dieu. Et il a ressenti la peine causée par la verge de Dieu quand il a commis l'adultère avec Bath-Schéba et qu'il s'est arrangé pour que son mari soit assassiné. Son cœur s'est brisé à cause du jugement qu'il a attiré sur sa famille à cause de tous ces péchés.

De nombreux croyants aujourd'hui sont déprimés parce que le Saint-Esprit a voulu les amener à la victoire mais qu'ils ont résisté. Ils ont choisi le chemin de la chair, et il mène toujours à la peine et au découragement.

Mais je m'adresse ici aux croyants repentants, ceux qui recherchent Dieu de tout leur cœur. Ces serviteurs fidèles sont saisis par une autre sorte de découragement, une sorte qui les saisit brutalement, venant de nulle-part, sans raison apparente.

Quand l'attaque se produit, ne crois pas que c'est inhabituel. Dieu permet ce type d'épreuve ardente pour tous Ses saints. Pierre écrit : “Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver.” (1 Pierre 4:12).

Si cela te correspond, tu peux être absolument sûr que tu subis une attaque. Satan a envoyé un nuage de découragement pour te submerger. Ça a été l'arme de choix de l'Ennemi contre les élus de Dieu pendant des siècles, mais c'est toujours Dieu qui a la victoire ! 

mardi 15 octobre 2013

L'ESPRIT DE DECOURAGEMENT

“Je suis courbé, abattu au dernier point ; Tout le jour je marche dans la tristesse... Je suis sans force, entièrement brisé ; Le trouble de mon cœur m'arrache des gémissements...Mon cœur est agité, ma force m'abandonne, Et la lumière de mes yeux n'est plus même avec moi... Et moi, je suis comme un sourd, je n'entends pas ; Je suis comme un muet, qui n'ouvre pas la bouche. Je suis comme un homme qui n'entend pas, Et dans la bouche duquel il n'y a point de réplique.” (Psaumes 38:6,8,10,13-14)

Alors que je lisais ce Psaume, je me suis imaginé David, effondré par le désespoir. Peut-être que ce qui le troublait le plus était qu'il ne comprenait pas pourquoi il était soudain si abattu. Cet homme avait faim de Dieu, déversant son cœur quotidiennement dans la prière. Il révérait Dieu et écrivait des psaumes exaltant Sa gloire. Mais maintenant, dans son état dépressif, tout ce qu'il pouvait faire, c'était pleurer : “Seigneur, je suis à bout et je ne sais pas du tout pourquoi cela m'arrive !”

Comme beaucoup de chrétiens découragés, David a essayé de comprendre pourquoi il se sentait si vide et brisé en esprit. Il a probablement revécu chaque échec, chaque péché et acte insensé de sa vie et il a pensé : “Ô Seigneur, est-ce que mes actes irréfléchis m'ont laissé à ce point blessé que je suis au-delà de tout espoir ?”

En fin de compte, David a conclu que Dieu devait être en train de le punir. Il a pleuré : “Éternel ! ne me punis pas dans ta colère, Et ne me châtie pas dans ta fureur” (verset 1).

Laisse-moi souligner que David n'écrit pas seulement au sujet de sa propre condition dans ce psaume. Il décrit quelque chose que tous les fidèles serviteurs de Jésus affrontent à un moment ou un autre de leur vie : être attaqué par un esprit de découragement et de tourment, qui vient tout droit de l'enfer. Aucun chrétien ne l'attire sur lui-même et ce n'est pas le Seigneur qui l'envoie. Une telle attaque n'a le plus souvent rien à voir avec un péché précis ou un échec du croyant.

Tout simplement, l'esprit de découragement est l'arme la plus puissante de Satan contre les élus de Dieu. Le plus souvent, il l'utilise pour tenter de nous convaincre que nous avons attiré sur nous la colère de Dieu parce que nous ne correspondons pas à Ses saints critères. Mais l'apôtre Paul nous presse de ne pas devenir la proie du filet du Malin : “afin de ne pas laisser à Satan l'avantage sur nous, car nous n'ignorons pas ses desseins” (2 Corinthiens 2:11). 

lundi 14 octobre 2013

MAINTENANT QUE LA VICTOIRE EST REMPORTEE by Gary Wilkerson

En tant que chrétiens, nous savons que Jésus a remporté la victoire pour nous au Calvaire. Il a vaincu la mort, Satan et le pouvoir du péché. La question qui reste pour les croyants est : “Et maintenant ? Je sais que Jésus a remporté la victoire pour moi sur la croix, mais qu'en est-il de mon conflit actuel ? Où est Sa victoire dans la bataille qui fait rage dans ma vie en ce moment ?”

C'est une question importante, et la Parole possède une réponse pour chaque chrétien. Elle commence avec cette scène : “Les Philistins réunirent leurs armées pour faire la guerre... à Soco, qui appartient à Juda” ( 1 Samuel 17:1). Cette image nous présente une vérité spirituelle qui ne change jamais : les forces des ténèbres s'assemblent contre le peuple de Dieu.

Quand Jésus est devenu ton Sauveur, Il a fait de toi une nouvelle création et, bien que toi tu as changé, le monde, lui, ne change pas. A cause de cela, il y a des puissances qui s'alignent contre toi : le monde, le Malin et même ta propre chair, qui font la guerre à ton esprit.

Parfois, tes batailles contre ces forces sont extérieures : attaques contre ton mariage, tes finances, tes enfants, parfois elles sont intérieures. Nous sommes harcelés par les soucis : “mon mariage peut-il survivre à ce long silence glacial ?”

“Mon enfant va-t-il enfin donner sa vie au Seigneur ?”

“Suis-je digne de me dire chrétien ?” Toutes ces pressions nous poussent vers le doute et le désespoir, nous amenant à nous demander : “Où est Dieu dans tout ça ? Je ne peux pas Le voir derrière mes batailles quotidiennes.”

A certains moments, nous crions : “Assez !” et nous traçons une ligne dans le sable. Nous nous disons : “Je suis fatigué d'être battus par l'ennemi.” Mais le Malin ne cesse de franchir cette ligne. C'est arrivé à Israël quand ils ont affronté les Philistins. “Les Philistins étaient vers la montagne d'un côté, et Israël était vers la montagne de l'autre côté : la vallée les séparait.” (17:3). Est-ce que ça a arrêté l'ennemi ? Pas du tout. Les Philistins ont eu recours à une arme plus puissante, sous la forme de Goliath, un homme gigantesque.

David savait qu'il ne faisait pas le poids face à Goliath, mais il savait également que la bataille n'était pas la sienne mais celle de Dieu. Quand il a entendu les moqueries de Goliath, il a attesté : “Aujourd'hui l'Éternel te livrera entre mes mains, je t'abattrai ... Et toute la terre saura qu'Israël a un Dieu. Car la victoire appartient à l'Éternel. Et il vous livre entre nos mains”(17:46-47).

La victoire spirituelle n'est jamais la nôtre : elle vient de notre Libérateur.

vendredi 11 octobre 2013

NOUS POUVONS ENTENDRE SA VOIX AUJOURD'HUI

Des millions se sont convertis parce qu'un homme a attendu pour entendre Sa voix. Saul “tomba par terre, et il entendit une voix” (Actes 9:4). Quand il est devenu Paul, il a continué à entendre cette voix. Le Seigneur parlait d'homme à homme avec lui.

Pierre a permis à la voix du Sauveur de lui parler. “ Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier... Et une voix lui dit...” (Actes 10:9 et 13).

La porte du royaume a été ouverte parce qu'un homme a obéit à une voix. Nous vivons dans ces mêmes temps de la Nouvelle Alliance que Paul et Pierre. Nous aussi, nous devons permettre à cette voix de nous parler. Ce que Dieu pourrait faire avec des chrétiens qui apprendrait à écouter le Ciel !

Au lieu d'attendre que Sa voix nous parle, nous courrons vers des conseillers et des psychologues chrétiens. Nous courons d'une réunion à une autre, lisant des livres, écoutant des cassettes, souhaitant entendre quelque chose venant de Dieu. Nous voulons une direction claire pour nos vies et nous regardons aux pasteurs pour nous dire ce qui est bien ou mal. Nous voulons un guide à suivre, un plan pour le futur. Mais peu savent comment aller vers le Seigneur et entendre Sa voix. Beaucoup savent comment attirer l'attention de Dieu, comment réellement toucher Dieu, mais ils ne savent rien de Dieu les atteignant eux.

“Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.” (Matthieu 11:15).

Dieu veut ébranler la Terre une fois encore : “Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux, lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse : Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel.” (Hébreux 12:25-26).

A la dernière église, à l'église de Laodicée, le Seigneur a dit : “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.” (Apocalypse 3:20). 

jeudi 10 octobre 2013

MIEUX QUE LA PENTECOTE

Jean Baptiste n'a pas vécu jusqu'à la Pentecôte ! Il n'a vu aucune langue de feu et n'a pas entendu le puissant rugissement du vent. Il n'a pas vu Jérusalem secouée et des multitudes se convertir. Mais Jean a dit que sa joie était parfaite ! Il avait entendu quelque chose de mieux que le vent, mieux que de bons compte-rendus, mieux que la voix d'une joyeuse fiancée. Il avait entendu la voix du Sauveur.

“Celui à qui appartient l'épouse, c'est l'époux ; mais l'ami de l'époux, qui se tient là et qui l'entend, éprouve une grande joie à cause de la voix de l'époux : aussi cette joie, qui est la mienne, est parfaite” (Jean 3:29).

Jean a expérimenté la plus grande joie que puisse connaître un disciple de Jésus. Il a dit : Je me suis tenu tranquille et je L'ai entendu me parler. Mon cœur a fait un bond dans ma poitrine au son de sa voix, quand Il m'a parlé personnellement. J'ai écouté mon Seigneur. Voilà ma joie : juste entendre Sa voix.”

Jean a pu dire : “Je L'ai aimé et j'ai adoré à Ses pieds. Je lui ai dit à quel point j'étais indigne. Ma joie, cependant, n'est pas ce que je Lui ai dit, mais ce qu'Il m'a dit. Je l'ai entendu parler et je me suis réjouit simplement au son de cette voix.”

Certains enseignent que le Seigneur ne parle plus aux hommes si ce n'est au travers de la révélation de Sa Parole. Ils ne peuvent pas croire que des hommes puissent aujourd'hui recevoir une direction et être bénis en entendant ce murmure doux et léger.

Jésus a dit : “Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent.” Mais de nos jours, nous avons peur de touts les tromperies, même si elles ne sont pas du fait de Dieu. Toutes les visions mensongères, les fausses prophéties ou les mauvaises directions prises sont le résultat direct de la fierté de l'homme et de son désir de faire sa propre volonté. L'homme fait un mauvais usage de chaque don de Dieu. Néanmoins, Il parle encore directement aux cœurs de ceux qui veulent entendre.

“Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils” (Hébreux 1:1-2).

“C'est pourquoi, selon ce que dit le Saint Esprit : Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas vos cœurs” (Hébreux 3:7-8). 

mercredi 9 octobre 2013

UNE LECON D'ECOUTE

Dieu a dû donner à Élie une leçon d'écoute, c'est pourquoi Il l'a emmené au sommet du Mont Horeb et qu'Il lui a donné un sermon illustré.

“L'Éternel dit : Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l'Éternel ! Et voici, l'Éternel passa. Et devant l'Éternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers : l'Éternel n'était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre : l'Éternel n'était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu : l'Éternel n'était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Élie l'entendit, il s'enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la caverne. Et voici, une voix lui fit entendre ces paroles : Que fais-tu ici, Élie ?” (1 Roi 19:11-13).

Quand ce vent a commencé à souffler, je pense qu’Élie a dû se dire : “Il était temps, Seigneur. Souffle sur Jézabel pour qu'elle tombe de son trône et jette la, elle et ses amis pécheurs, à la merci du vent. Emporte-les tous loin d'ici !” Mais Dieu n'était pas dans le vent !

Soudain, il y a eu un grand tremblement de terre et Élie s'est dit : “Ça devrait bien les effrayer. Dieu va gagner. Il va les secouer et les faire tomber.” Mais Dieu n'était pas dans le tremblement de terre.
Après le tremblement de terre, un feu ! Les cieux étaient embrasés de flammes ardentes ! Élie s'est dit en lui-même : “Seigneur, ils n'ont pas accepté le feu qui est tombé sur l'autel, alors brûle-les ! Brûle Achab ! Fait frire Jézabel. Fais que ton feu consume les méchants.” Mais Dieu n'était pas dans le feu !

“ Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Élie l'entendit, il s'enveloppa le visage de son manteau” (versets 12 et 13).

Peux-tu imaginer cela ? Un prophète qui n'avait pas peur de la tempête, ni d'un tremblement de terre, ni d'un feu d'artifice céleste a été effrayé par un murmure doux et léger ! Élie s'est couvert la tête de son manteau. Pourquoi ? Ce prophète n'avait-il pas parlé avec Dieu à de nombreuses reprises ? N'était-il pas un grand homme de prière ? Dieu ne l'avait-il pas utilisé avec puissance ? Si ! Mais Élie ne connaissait pas le murmure doux et léger ! Quand il a finalement accepté que cette voix lui parle, seul, tranquille, éloignée de toute manifestation de puissance, il a reçu la direction la plus claire de tout son ministère.

“Va, reprends ton chemin par le désert jusqu'à Damas ; et quand tu seras arrivé, tu oindras Hazaël pour roi de Syrie. Tu oindras aussi Jéhu, fils de Nimschi, pour roi d'Israël ; et tu oindras Élisée... pour prophète à ta place.” (1 Rois 19:15-16).

Combien d'enfants de Dieu, occupés, n'ont encore jamais entendu cette voix leur parler ? Ils sont occupés à témoigner, à faire le bien, à prier pour un réveil spirituel, à jeûner. Tellement passionnés, tellement dévoués. Et pourtant, ils ont tout entendu sauf la voix du Seigneur. 

mardi 8 octobre 2013

UN APERCU DU COEUR DE JESUS

“Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou paît les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Approche vite, et mets-toi à table ? Ne lui dira-t-il pas au contraire : Prépare-moi à souper, ceins-toi, et sers-moi, jusqu'à ce que j'aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras ?” (Luc 17:7-8).

Nous n'avons pas de mal à nous identifier avec le serviteur travaillant pour son maître. Pas de mal à mettre le tablier et à servir au Seigneur une table pleine de louanges, un repas de fête d'adoration. Nous aimons nourrir notre Seigneur ! C'est notre plus grande joie, notre suprême accomplissement.

Mais nous avons du mal avec la dernière partie, celle du Seigneur : “Après cela, toi, tu mangeras.” C'est trop difficile à comprendre pour nous. Nous ne savons pas comment nous asseoir après L'avoir servi et comment Lui permettre d'expérimenter cette joie que nous avons nous-même eu à Le servir ! Nous privons le Seigneur de la joie d'accomplir Son ministère envers nous.

Nous pensons que ce que nous faisons pour le Seigneur suffit à lui faire plaisir, mais il y a tellement plus. Il répond à notre foi, Il se réjouit quand nous nous repentons, Il parle de nous au Père, Il prend plaisir à notre confiance d'enfant. Mais je suis convaincu que Son plus grand besoin est d'avoir des moments d'échanges face-à-face avec chacun de ceux qu'Il a laissé ici sur Terre. Aucun ange dans le ciel ne peut satisfaire ce besoin. Jésus veut s'entretenir avec ceux qui sont sur le champ de bataille.

Où ai-je bien pu trouver cette idée d'un Christ se sentant seul et ayant désespérément besoin de parler ? Et bien, regardons le jour de sa résurrection. Deux disciples allaient de Jérusalem à Emmaüs, très attristés au sujet du départ de leur Seigneur. Mais quand Il s'est approché, ils ne l'ont pas reconnu. Il voulait leur parler, Il avait tant à leur dire. “Pendant qu'ils parlaient et discutaient, Jésus s'approcha, et fit route avec eux...Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait” (Luc 24:15,17)

Il ne pouvait pas y avoir d'expérience plus merveilleuse pour ces disciples (voir verset 32) : “Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu'il nous parlait ?” Nous imaginons la joie des disciples, mais qu'en est-il de la joie de Jésus ? Je vois un Seigneur ressuscité, des larmes coulant sur Ses joues glorifiées, avec un cœur rempli de joie. Il était satisfait, ses besoins ayant été comblés. Je vois Jésus rempli de joie. Il avait accompli Son ministère. Sous sa forme glorifiée, Il avait expérimenté sa première communion à double sens. Il avait déversé Son cœur solitaire et il avait été touché. Son besoin à lui aussi avait été comblé.

lundi 7 octobre 2013

COMMENT GAGNER CONTRE LA TENTATION

La puissance de tenir bon et de résister à la tentation ne vient pas du fait de remplir nos têtes avec des versets, de faire des vœux ou des promesses, de nous engager dans une grande cause spirituelle ni même de passer des heures à jeûner et prier. Toutes ces choses sont louables et normales pour la croissance des chrétiens, mais ce n'est pas là que là que nous remporterons la victoire.

Le secret tout simple pour être victorieux sur toute tentation est de briser notre peur de la puissance de Satan. Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, cela vient seulement de Satan. Mais l'homme a peur du Malin, peur des démons. Il a peur de l'échec, peur que les désirs intérieurs ne s'échappent et ne prennent le contrôle de sa vie.

Parce que l'homme a peur de ne pas pouvoir échapper à son péché, il accorde à Satan une puissance qu'il n'a pas. L'homme pleure : “Je suis pris au piège. Je suis lié et à la merci de la puissance du Malin. C'est le diable qui me fait faire ces choses !”

La peur amène le tourment ! Tant que tu as peur du diable, tu ne peux pas briser la puissance des tentations. Satan profite de la peur et les chrétiens qui ont peur de lui ont peu ou pas de puissance pour lui résister.

Tout est basé sur un mensonge, le mensonge que Satan a la puissance d'abattre les Chrétiens en les pressant. Il n'en est rien ! Jésus est venu pour détruire le pouvoir du diable sur ses enfants lavés par le sang. Je me demande souvent pourquoi Dieu permet que des personnes spirituelles soient si souvent tentées. Pourquoi ne retire-t-Il pas toutes les tentations au lieu de “préparer aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter” (1 Corinthiens 10:13)? La réponse est simple. Une fois qu'on apprend à quel point Satan est impuissant, une fois que l'on apprend qu'il ne peut rien nous faire faire, une fois que l'on apprend que Dieu a tout pouvoir pour nous garder de tomber, on peut “tenir bon” contre toutes les attaques que Satan nous envoie ! On peut les traverser sans craindre de tomber !

Nous ne sommes pas délivrés de la tentation, mais de la peur que le diable nous fasse y succomber. Nous allons continuer à être tentés jusqu'à ce que nous en venions au “repos” par la foi. Ce repos, c'est la confiance inébranlable dans le fait que Dieu a vaincu Satan, que Satan n'a plus aucun droit sur nous et que nous en sortirons comme l'or épuré par le feu. 

vendredi 4 octobre 2013

LA PLEINE REVELATION

Pourquoi Moïse cherchait-il aussi désespérément une vision de la gloire de Dieu. Je crois que nous trouvons la raison dans ce verset : “Je me rencontrerai là avec les enfants d'Israël, et ce tabernacle sera sanctifié par ma gloire” (Exode 29:43). Le terme utilisé pour “sanctifié” signifie ici : “rendu pur”. Dieu disait : “Moïse, pendant que toi et le peuple m'adorez, je vais vous rencontrer et vous donner Ma présence. Et quand je vous révélerai Ma gloire, cela vous purifiera.”

C'est un des plus puissants versets de toute l’Écriture. Il offre de l'espoir à tous ceux qui luttent contre un péché installé et rêvent d'être libre et pur. Dieu promet : “Ton temple sera rendu pur par la révélation de Ma gloire et cette révélation t'est accessible dès maintenant par Mon Fils, Jésus Christ !”

Nous trouvons cette révélation de Christ uniquement lorsque nous nous tournons vers les Écritures ! Paul dit que lorsque nous permettons à la Parole de Dieu de refléter en nous une révélation de plus en plus précise de Jésus, nous sommes changés de gloire en gloire : “Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit” (2 Corinthiens 3:18).

Cette révélation de la gloire de Dieu va permettre de garder la puissance dans nos vies : “ la glorieuse présence du Seigneur sera une protection” (Esaïe 4:5 – Bible en Français Courant). En d'autres termes : la gloire de Dieu va nous garder pur même dans nos moments les plus sombres. Satan peut nous mentir : “Tu es vaincu ! Tu es un tricheur, un menteur, un adultère.” Mais nous pouvons répondre : “Non, Satan. J'ai un Souverain Sacrificateur et je suis purifié par une vision de Sa gloire !”

Quand Dieu a révélé toutes ces choses à Moïse concernant Sa nature, Il lui a aussi donné la pleine révélation qu'Il “ne tient point le coupable pour innocent” (Exode 34:7). Azaria a prophétisé au Roi Asa dans son heure la plus prospère : “L'Éternel est avec vous quand vous êtes avec lui ; si vous le cherchez, vous le trouverez ; mais si vous l'abandonnez, il vous abandonnera” (2 Chroniques 15:2). En d'autres termes : “Si vous méprisez la gloire de Dieu, si vous excusez votre péché et négligez votre Seigneur, Il ne vous purifiera pas !”

Ce que Dieu nous dit ici est tellement simple : “Prenez le temps de connaître Mon Fils ! Cherchez Ma Parole et recherchez Moi dans votre lieu secret. Et là, alors que tu seras dans Ma présence, tes yeux vont commencer à s'ouvrir sur Ma gloire. Elle est entièrement révélée en Christ : la pleine révélation de Mon amour, de Ma grâce, de Ma miséricorde et de Ma bonté.” 

jeudi 3 octobre 2013

LA MANIFESTATION DE SA PRESENCE

Moïse a recherché Dieu pour connaître une manifestation continuelle de Sa présence : “alors je te connaîtrai...” (Exode 33:13). Et Dieu lui a répondu : “L'Éternel répondit : Je marcherai moi-même avec toi, et je te donnerai du repos”(Verset 14).

La requête de Moïse serait suffisante pour la plupart des croyants. Nous voulons tous la présence de Dieu, nous conduisant, nous guidant, nous rendant capable, nous bénissant. En réalité, qu'est-ce qu'un croyant pourrait désirer de plus ? Mais avoir l'assurance de la présence de Dieu n'était pas suffisant pour Moïse. Il savait qu'il y avait plus que ça et il a crié : “Fais-moi voir ta gloire !”(verset18).

Dieu a effectivement montré Sa gloire à Moïse. Mais cela ne s'est pas manifesté par une nuée lumineuse ou par une démonstration de puissance qui aurait ébranlé la terre. Non, Dieu a manifesté Sa gloire dans une simple révélation de Sa nature : “Et l'Éternel passa devant lui, et s'écria : L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché” (Exode 34:6-7). La gloire de Dieu était une révélation de Sa bonté, de Sa miséricorde, de Son amour et de Sa compassion !

J'ai entendu de nombreux chrétiens dire : “Oh, comme la gloire de Dieu est descendue dans notre église la nuit dernière ! Il y a eu un tel moment de louange et les gens ont été puissamment touchés par le Saint-Esprit.” Mais ce ne sont pas des preuves de la manifestation de la gloire de Dieu. Tout cela n'a rien à voir avec un Dieu qui dépasse les émotions humaines, et cela n’inclue pas une révélation de qui Il est !

Certains pourraient objecter : “Mais qu'en est-il de l'expérience des disciples sur la Montagne de la Transfiguration ? N'était-ce pas une manifestation de la gloire de Dieu ? Il y avait une lumière si puissante et l'apparition miraculeuse de Moïse et d’Élie.”

Mais la gloire de Dieu n'était pas dans l'apparition de Moïse ou d’Élie, ni dans la lumière spectaculaire. Sa gloire était dans Jésus : “son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière...une voix fit entendre de la nuée ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection : écoutez-le ! (Matthieu 17:2 et 5).

Dieu disait : “Voilà ma gloire personnifiée : Christ !” En effet, Jésus est l'accomplissement de tout ce que Dieu a dit qu'il était à Moïse : plein de grâce, de miséricorde, patient, riche en bonté et en vérité, conservant son amour jusqu'à mille génération, pardonnant l'iniquité et le péché. Et le Seigneur disait maintenant : “Voilà une image vivante de Ma gloire. Elle est incarnée dans Mon Fils !” 

mercredi 2 octobre 2013

LA NUÉE DE SA PRÉSENCE

Quand Israël était dans le désert, Dieu leur montrait sa présence au travers d’une nuée. Cette nuée était la manifestation de la promesse de Dieu d’être avec Son peuple. Elle descendait et couvrait le tabernacle nuit et jour et agissait comme leur guide pour chaque action. Quand la nuée bougeait, ils bougeaient et quand elle restait, ils restaient. Le peuple n’avait pas besoin de tenir des réunions de conseil pour essayer de comprendre leur avenir ou quelle direction prendre. Ils mettaient leur confiance dans cette nuée, symbole visible de la présence de Dieu.

Aujourd’hui, la même nuée de Sa présence plane sur ton lieu secret de prière. Elle attend chaque jour pour t’envelopper de sa paix. Elle te conduira, elle te rendra capable et te donnera la paix. Et elle te donnera une direction détaillée pour ta maison, ton travail et tes relations.

Ton lieu secret peut être n’importe où : sous la douche, dans le bus ou le métro, ou pendant ton trajet jusqu’au travail. Tu peux tout faire taire et dire : « Seigneur, J’ai une demi-heure à partir de maintenant. Je T'aime Jésus et je T'adore. C’est mon temps mis à part avec Toi ! »

C’est une chose merveilleuse que d’être enfermé avec Dieu, de développer une vie de prière consistante. Dieu promet que si tu deviens un serviteur qui le cherche, qui prie, Sa présence éclatera dans ta vie, fermant et ouvrant des portes et mettant en marche Son ordre divin tout autour de toi. Cependant quelque chose d’encore plus grand que cela arrivera : la présence de Dieu te conduira dans une révélation de Sa gloire !

Il existe une différence entre la présence de Dieu et Sa gloire. La plupart des chrétiens connaissent Sa présence, Ses œuvres grandioses dans leur vie, mais peu connaissent Sa gloire. Dans le livre de l’Exode, nous avons un aperçu de cette différence : « Alors la nuée couvrit la tente d’assignation, et la gloire de l’Éternel remplit le tabernacle » (Exode 40 : 34).

L’apôtre Paul écrit que le corps de tous les croyants est le tabernacle de Dieu : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et l’Esprit de Dieu habite en vous ? (1 Corinthiens 3 : 16). Tout comme les Israélites qui vivaient sous la nuée de la présence de Dieu, nous sommes constamment couverts par la grâce de Dieu. Cependant, quelle est la différence entre contempler la présence de Dieu et contempler Sa gloire ?

mardi 1 octobre 2013

DE TOUT LEUR CŒUR

Dieu a fait certaines promesses, des promesses spéciales à ceux qui sont déterminés à Le rechercher de tout leur cœur. Une de ces promesses est l'engagement de Sa présence. Cependant, cet alliance qu'il a fait avec nous est strictement conditionnelle. L’Écriture dit très clairement que si nous nous conformons aux règles de cette alliance, nous jouirons de la merveilleuse bénédiction de la présence de Dieu dans nos vies. Et ceci ne fait pas seulement référence à la question du salut. Cela signifie que nous serons tellement proche de Dieu à force de Le rechercher que Sa présence imposante sera répandue sur nous et que cela sera vu et connu de tous.

Dieu a révélé cette alliance de Sa présence au travers d’un prophète sans nom qui a apporté un message à Eli, le grand prêtre d’Israël. En ce temps là, Eli était rétrograde. Le Seigneur lui avait parlé, l’avait mis en garde contre la tolérance du péché et les compromis. Mais Eli avait ignoré toutes les paroles de Dieu. Ce prophète anonyme est donc venu et a dit à Eli : « Voici ce que dit l’Eternel, le Dieu d’Israël : J’avais déclaré que ta maison et la maison de ton père marcheraient devant moi à perpétuité. Et maintenant, dit l’Eternel, loin de moi ! Car j’honorerai celui qui m’honore, mais ceux qui me méprisent seront méprisés » (1 Samuel 2 : 30).

L’expression « méprisés » est à mettre en relation avec le retrait de la présence de Dieu. Ceci ne veut pas dire qu’une personne est damnée, mais plutôt qu’elle va devoir marcher par la force de sa propre chair. Dieu était en train de dire à Eli : « J’avais l’intention de bénir ta maison, de te donner mes faveurs. Mais tu m’as méprisé en devenant mou devant le péché et en permettant à ta convoitise de Me mettre dehors. Maintenant, Je te retire Ma présence. »

Beaucoup de gens viennent à Christ avec une grande explosion de foi au début. Pourtant, au fil du temps, leur zèle s’use et ils commencent à négliger le Seigneur. Ils « méprisent » Ses commandements et retournent à leurs anciennes voies de péchés. Cependant, ils croient encore que la présence de Dieu est en eux. Mais ceci est un mensonge, une illusion. La Bible est claire : si tu L’abandonne, Il t’abandonnera !