lundi 30 septembre 2013

LA PROMESSE DU PERE by Gary Wilkerson

Les chapitres 1 à 6 du livre des Actes décrivent l’une des plus glorieuses œuvres de Dieu au cours de l’histoire. C’est une incroyable séquence d’événements et d’action : une prédication puissante, des conversions de masse, des guérisons miraculeuses. Tout ceci était le résultat d’une promesse divine faite par Jésus.

Avant Sa résurrection, Christ a enseigné à ses disciples d’attendre à Jérusalem afin de recevoir la « promesse du Père. » Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut » (Luc 24 : 49).

Cette promesse a commencé à s’accomplir à la Pentecôte, la fête des « prémices » pour Israël. Le monde allait voir les prémices de l’œuvre de Christ pour nous sur la croix.

Les disciples ne pouvaient probablement pas imaginer ce que Dieu avait en tête pour eux. Ils pensaient sans doute : « Super ! Cette promesse signifie que Dieu est sur le point de restaurer Israël. Il va nous libérer des chaînes de l’esclavage romain pour toujours et nous serons de nouveau Son peuple. »

Aujourd’hui, je pense que l’Eglise aurait peut-être une réaction similaire si nous entendions la même promesse de la part de Jésus. Nous pensons peut-être : « Quand la promesse de Dieu s'accomplira, nos églises seront pleines à craquer. Le Saint Esprit agira dans d’autres villes et les gens viendront de partout juste pour avoir un avant-goût. Nous serons bénis comme jamais auparavant ! »

Nous espérons et souhaitons en effet que le Saint Esprit remplisse nos lieux de réunions et apporte la joie et le réconfort au peuple de Dieu. Mais quand la gloire de Dieu vient, ce n’est pas pour notre seule bénédiction. Jésus n’a pas dit : « Quand vous recevrez la puissance d’en haut, vous serez mes fidèles, mes étudiants de la Bible, mes assidus aux réunions de prières. » Il a dit : « Vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre. »

La puissance de Dieu est destinée à dépasser les murs de l’église pour aller jusqu’aux endroits les plus reculés du monde. C’est ce que nous voyons se dérouler dans le livre des Actes. Quand Pierre s’est levé pour prêcher à la foule qui s’était assemblée, trois mille âmes ont été sauvées. Plus tard, quand Pierre et Jean témoignaient dans tout Jérusalem, des signes et des prodiges suivaient par des guérisons miraculeuses et des délivrances.

Cependant, ce n’était que le début ! Si l’œuvre de l’Esprit s’était arrêté à Actes 6, toute la puissance de Dieu serait restée entre les mains des douze apôtres. Au lieu de cela, un profond changement s'est opéré. Dieu a dit : « Mon Esprit n’ira plus seulement sur quelques privilégiés. Je vais en revêtir avec puissance chaque homme, chaque femme et chaque enfant qui en appellent à Mon nom. » 

vendredi 27 septembre 2013

GARDER LA PRESENCE DE DIEU

Dieu met une condition a Sa présence dans nos vies. Nous la trouvons dans 2 Chroniques chapitre 15. Dans le chapitre précédent, le roi Asa a mené l'armée de Juda a une grande victoire contre la très nombreuse armée Éthiopienne. Mais Asa a attesté que c'était la présence de Dieu qui avait dispersé l'armée ennemie.

“Asa invoqua l'Éternel, son Dieu, et dit : Éternel, toi seul peux venir en aide au faible comme au fort : viens à notre aide, Éternel, notre Dieu ! car c'est sur toi que nous nous appuyons, et nous sommes venus en ton nom contre cette multitude... L'Éternel frappa les Éthiopiens devant Asa” (2 Chroniques 14:11-12).

Comme Asa et son armée menait une procession triomphante vers Jérusalem, un prophète nommé Azaria est venu à leur rencontre devant la porte de la ville avec ce message de la part de Dieu : “Écoutez-moi, Asa […] L'Éternel est avec vous quand vous êtes avec lui ; si vous le cherchez, vous le trouverez ; mais si vous l'abandonnez, il vous abandonnera. Pendant longtemps il n'y a eu pour Israël ni vrai Dieu […] Mais au sein de leur détresse ils sont retournés à l'Éternel, le Dieu d'Israël, ils l'ont cherché, et ils l'ont trouvé.” (15:2-4)

Voilà le secret pour avoir et garder la présence de Dieu dans nos vies. Le Seigneur l'a rappelé à Asa clairement, sans rien cacher : “Asa, n'oublie jamais comment tu as obtenu cette victoire. Tu M'as cherché de tout ton cœur quand tu étais dans les problèmes et Je t'ai envoyé ma présence. C'est ma présence qui a chassé tes ennemis !”

Azaria rappelait à Asa : “Te souviens-tu à quoi ressemblait le royaume avant que tu ne viennes au pouvoir ? Tout était sans-dessus-dessous, sans loi, sans direction, sans enseignement droit. Chacun faisait sa propre loi, vaquant à ses propres affaires !”

Il ne s'agit pas d'une théologie compliquée. N'importe qui peut avoir la présence éternelle du Seigneur simplement si il, ou elle, Le recherche

“Vous le trouverez” (15:2). Le terme hébreux utilisé ici pour “trouver” est matsa, qui signifie : “Sa présence viendra pour rendre capable, pour bénir.” En clair, ce verset nous dit : “Cherchez le Seigneur de tout votre cœur et Il viendra à vous pour vous apporter Sa présence. En effet, Sa présence sera une grande puissance qui émanera de vos vies !”

jeudi 26 septembre 2013

DIEU A FAIT DE GRANDES CHOSES

“Car je suis l'Éternel, ton Dieu... et que je t'aime...Ne crains rien, car je suis avec toi” (Esaïe 43:3-5)

Les histoires d'Abraham, de Josué et de tout Israël dans l'Ancien Testament sont faites pour nous encourager et nous exhorter à rechercher la présence de Dieu dans nos vies. Nous pouvons remercier Dieu pour ce que Sa présence a fait pour eux, mais chacun de nous a également un témoignage puissant de ce que la présence de Dieu a fait pour nous : guider nos vies, ouvrir des portes, enlever des obstacles, transformer des cœurs, nous enlever toute crainte.

J'ai vu toutes ces choses se réaliser dans ma vie. Tu te dis peut-être : “tu te vantes, c'est tout !” Non, la vérité c'est que la Dieu a été présent, avec moi, malgré ce que je suis !

Quand nous avons ouvert l'église de Times Square à New York, la présence de Christ émanait de nous dans tout ce que nous faisions. Je me souviens être entré dans le bureau d'un producteur de Broadway renommé, à la recherche d'un théâtre à utiliser comme église. La secrétaire et les membres du cabinet de cet homme se sont moqués de moi. Leurs mots et leurs attitudes me montraient, que moi, un pauvre prédicateur, je n'aurai jamais un rendez-vous. En fait, je pensais même que je pourrais être jeté dehors sans ménagement. Mais à ce moment, le producteur est sorti de sons bureau et, quand il m'a vu, il m'a invité à entrer !

Pendant les quelques semaines qui ont suivi, nous en sommes venus à mieux nous connaître. A certains moments, il me regardait par dessus son bureau et me disait : “Je ne sais pas pourquoi je passe autant de temps avec vous. Mon emploi du temps est complètement rempli.” Mais à chaque fois que j'entrais dans ses locaux, sa secrétaire me faisait passer avant tous les autres visiteurs en me disant : “Entrez Révérend, il vous attend !”

Finalement, cet homme nous a vendu son théâtre principal pour que nous l'utilisions comme l'église de Times Square. Alors même qu'il signait les documents de vente, il a dit : “Je ne sais pas pourquoi je fais ça !” C'était la présence de Dieu qui l'avait conduit à nous vendre ce bâtiment. Quelques années seulement après la conclusion de la vente, lui et ses avocats nous suppliaient de leur revendre !

J'ai vu Dieu changer le cœur d'autres personnes également. L'homme a qui appartenait le bâtiment voisin refusait de nous le vendre comme annexe. Mais avec le temps, il est devenu un de mes amis et, finalement, il nous a vendu le bâtiment. Tout du long, il n'a cessé de me dire : “Quelqu'un là-haut travaille pour toi !”

Voilà la puissance de la présence de Dieu. Et chaque chrétien peut rendre ce même témoignage : “La présence de Dieu avec moi a fait de grandes choses !”

mercredi 25 septembre 2013

LES BENEDICTIONS DE SA PRESENCE

Regarde ces exemples dans l'Ancien Testament des bénédictions que la présence de Dieu a amenées à Ses serviteurs :
  • La présence de Dieu était tellement évidente dans la vie d'Abraham que même les païens autour de lui reconnaissaient qu'il existait une différence entre leur vie et la sienne : “Abimélec... parla ainsi à Abraham : Dieu est avec toi dans tout ce que tu fais” (Genèse 21:22). Ce roi païen disait : “Abraham, il y a quelque chose de différent chez toi. Dieu te guide, te préserve et te béni où que tu ailles !”
  • Dieu a promis a Josué qu'aucun ennemi ne pourrait tenir devant lui quand Dieu serait présent à ses côtés : “Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme j'ai été avec Moïse ; je ne te délaisserai point, je ne t'abandonnerai point. Fortifie-toi et prends courage” (Josué 1:5-6). Quand l'Esprit de Dieu est présent avec nous, nous pouvons être forts et courageux et aucun ennemi ne peut nous faire de mal !
  • Dieu a dit à Gédéon : “L'Éternel est avec toi, vaillant héros !...Va avec cette force que tu as, et délivre Israël” (Juges 6:12-14). Les mots “cette force” de ce verset sont en lien avec le verset 12 qui dit “L’Éternel est avec toi.” Vois-tu ce que Dieu dit ici ? “Gédéon, il y a en toi une force si puissante qu'elle peut sauver Israël. Et cette force, c'est Ma présence !” L’Écriture nous présente Gédéon comme étant un couard, alors pourquoi Dieu l'appelle-t-il “vaillant héros”? Parce qu'Il voulait prouver à Gédéon ce qu'une personne ordinaire peut faire quand la présence de Dieu est avec lui !
  • Dieu a prévenu Jérémie que la nation toute entière allait se retourner contre lui et rejeter ses prophéties. Mais Il a promis : “Ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincront pas ; Car je serai avec toi pour te sauver et te délivrer” (Jérémie 15:20). Dieu lui disait : “Peu importe si le pays tout entier se retourne contre toi, Jérémie. Tout ce qui importe, c'est Ma présence avec toi. Sois assuré que Je suis avec toi !”
  • Dieu a parlé à Esaïe d'une promesse spéciale qu'Il fait à ceux qu'Il aime : “Ne crains rien, car je te rachète, Je t'appelle par ton nom : tu es à moi ! Si tu traverses les eaux, je serai avec toi ; Et les fleuves, ils ne te submergeront point ; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t'embrasera pas. Car je suis l'Éternel, ton Dieu ... et je t'aime ... Ne crains rien, car je suis avec toi” (Esaïe 43:1-5). Dieu lui disait : “Grâce à Ma présence éternelle auprès de toi, tu peux traverser les flots ou le feu et vivre. Et pas seulement survivre : tu seras béni et privilégié au travers de ces choses parce que Ma présence est avec toi !”

mardi 24 septembre 2013

ÉQUIPÉ ET FORTIFIÉ POUR VIVRE

L’Ecriture fournit d’innombrables exemples de la façon dont la présence de Dieu donne à Ses enfants la force de vivre pour Lui. L’un de ces exemples les plus puissants se trouve dans la vie de Moïse.

Moïse était convaincu que sans la présence de Dieu dans sa vie, il était inutile pour lui d’attendre quoi que ce soit. Quand il a parlé face à face avec le Seigneur, il a dit : « Si tu ne marches pas toi-même avec nous, ne nous fais point partir d’ici » (Exode 33 : 15). Il était en train de dire : « Seigneur, si Ta présence n’est pas avec moi, alors je n’irai nulle part. Je ne ferai pas le moindre pas sans être assuré que tu es là ! »

Moïse savait que c’était la présence de Dieu en Israël qui mettait le peuple à part des autres nations. Et la même chose est vraie pour l’Église de Jésus Christ aujourd’hui. La seule chose qui nous différencie des non croyants, c'est la présence de Dieu « avec nous », nous conduisant, nous guidant, faisant Sa volonté en nous et à travers nous.

Moïse ne s’intéressait pas à la façon dont les autres nations recevaient leur direction, établissaient leurs stratégies, conduisaient leurs gouvernements ou dirigeaient leurs armées. Il disait : « Nous fonctionnons sur un seul principe. Le seul moyen pour nous d’être guidés ou gouvernés, de faire la guerre et de survivre dans ce désert, c'est d’avoir la présence de Dieu avec nous ! »

« Quand la présence du Seigneur est au milieu de nous, personne ne peut nous nuire. Mais sans Lui, nous sommes impuissants, réduit à rien. Laissons toutes les nations de ce monde se confier dans leurs puissantes armées, leurs chars de métal, leurs soldats d'élites, leurs nouvelles armes. Nous mettrons notre confiance dans la présence manifeste de notre Dieu ! »

Dieu répondit à la déclaration audacieuse de Moïse : « Je marcherai moi-même avec toi et je te donnerai du repos » (Exode 33 : 14). Quelle promesse incroyable ! Le mot hébreu pour repos ici est « un repos calme, confortable. » Dieu disait : « Peu importe les ennemis ou les combats auxquels tu fais face, tu pourras toujours trouver un doux repos en Moi ! »

Pense à cela : si une église a la présence manifeste de Dieu en son sein, il n’y aura aucun bruit ni agitation, pas de propres efforts ni de transpiration. Les réunions de louanges ne seront plus des marathons avec trois chants, une offrande et un court sermon. Au lieu de cela, il y aura une paix calme, un doux repos, et tous ceux qui passeront les portes de l’église le ressentiront !

lundi 23 septembre 2013

APPELÉ À LA LIBERTÉ by Gary Wilkerson

“ Ainsi les rachetés de l’Eternel retourneront, ils iront à Sion avec des chants de triomphe, et une joie éternelle couronnera leur tête ; l’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissement s’enfuiront » (Esaïe 51 : 11).

Est-ce que les mots suivants te parlent ? Vie, joie, détachement, bonheur, courage, liberté. Peux-tu imaginer vivre ce genre de choses dans ton service pour Christ ? Comment pourrais-tu obtenir une joie si puissante ?

Cela ne viendra pas au travers des œuvres de justice. Nous n’avons pas le pouvoir d’être justes par nous-mêmes. Nous pouvons faire de notre mieux et sincèrement offrir à Dieu tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes, mais ce n’est rien de plus que des hayons sales. « Nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; nous sommes tous flétris comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent » (Esaïe 64 : 5).

La liberté vient uniquement au travers de la seule justice de Christ. Quand Sa justice devient nôtre, nous sommes libérés du fait de nous efforcer par nous-même. Son esprit est en nous, nous libérant de la loi du péché et de la culpabilité et faisant devenir toutes choses nouvelles. « En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort » (Romains 8 : 2).

Cette liberté est tout ! Cela signifie la liberté de mener à bien les responsabilités des choses que Dieu nous a appelé à faire. Nous sommes soudain capables de témoigner en nous abandonnant totalement. Nous avons un courage qui ne vient pas de nous. La grâce coule à travers nous, au lieu d'un légalisme aveugle et mortel.

Il n’y a qu’une seule façon de marcher dans la liberté et la joie que Christ nous a acquises : en acceptant Son don de justice. Faire cela signifie se revêtir de la grâce, pas des œuvres. Cela ne signifie pas se soustraire à nos responsabilités ; au contraire, venir s’abriter sous Sa grâce est la seule façon d'assumer de vraies responsabilités. Sinon, nous ne pouvons rien accomplir en Son nom !

“Car vous êtes appelés à la liberté » (Galates 5 : 13).

vendredi 20 septembre 2013

EN SÉCURITÉ EN TOUTE SITUATION

La Bible dit : “Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse » (1 Timothée 1 : 7).

La récession actuelle va-t-elle se transformer en une longue et profonde dépression ? Est-ce le désordre économique contre lequel tant de pasteurs et d’économistes mettaient en garde ? Ou est-ce simplement un nouvel ajustement de courte durée de l’économie ?

Franchement, aucun humain sur terre ne le sait. Les économistes font des prévisions contradictoires et les soi-disant « prophètes » envoient toutes sortes d’avertissements qui prêtent à confusion.

Il y a plusieurs années, des centaines de Chrétiens inquiets m’ont écrit à propos d’une prophétie qui disait qu'une grande partie de la Floride serait inondée par un raz-de-marée. Beaucoup de Chrétiens ont alors quitté la Floride pour de soi-disant « vacances » à la date prévue par la prophétie, juste au cas où celle-ci s’avérerait exacte. La Floride est encore là !

Personne ne sait quand, ni comment, ni où Dieu rendra son jugement. Les temps et les saisons sont tous dans Ses mains. Dieu s'est occupé personnellement de moi à propos des dates, des noms ou des lieux et quand je désobéis à Dieu à ce sujet-là, je me retrouve à spéculer plutôt qu’à véritablement prophétiser. Toutes les véritables prophéties doivent offrir de l’espoir et du réconfort au peuple de Dieu qui vit par la foi.

Où habites-tu ? Dans une zone à risque de tremblement de terre, peut-être juste à côté d'une faille ? Est-ce que tu habites dans une banlieue tentaculaire qui semble de moins en moins sure au fil des jours ? Tu n'as pas de réserves de nourriture ? Pas de lingots ni de pièces d’or pour te prémunir contre l’inflation ? Rien sur quoi retomber en cas d'effondrement de l’économie ? Rien pour vivre si tu perds ton emploi ? Est-ce que tu te sens à l’écart quand les autres autour de toi se vantent de leurs plans pour l’avenir ?

Ne panique pas ! Tu as tout ce dont tu as besoin si tu crois dans la promesse de protection de notre Seigneur. Chaque enfant de Dieu a une assurance vie à toute épreuve. Plus je lis les paroles de Jésus, plus je crois qu’Il nous demande de Lui faire confiance avec une foi d'enfant pour nous garder sains et saufs dans toutes les situations.

Mon conseil est de rester tranquille, et de cesser d’écouter les voix qui donnent des avertissements contraires à l’Ecriture. « Car Dieu n’est pas un dieu de désordre, mais de paix » (1 Corinthiens 14 : 33).

« Ne redoute ni une terreur soudaine, ni l’attaque de la part des méchants quand elle arrive ; car l’Eternel sera ton assurance et il préservera ton pied de tout piège » (Proverbes 3 : 25-26). 

jeudi 19 septembre 2013

L’ESPRIT ET LA PUISSANCE D’ELIE

L’Ancien Testament se termine par cette prophétie incroyable de Malachie : «Voici : moi-même je vous enverrai le prophète Elie avant la venue du jour de l’Eternel, jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs fils et le cœur des fils à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays par interdit » (Malachie 3 : 23-24).

Cette prophétie a été en grande partie accomplie par le ministère de Jean le Baptiste. Un ange est apparu à Zacharie et a prophétisé que son fils Jean ferait revenir au Seigneur beaucoup de ceux d’Israël et qu’ «il marchera devant lui avec l’esprit et la puissance d’Elie pour ramener le cœur des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, et pour préparer au Seigneur un peuple bien disposé » (Luc 1 : 17).

Jésus, en parlant de Jean Baptiste à ses disciples, disait : « Et, si vous voulez l’admettre, c’est lui qui est l’Elie qui devait venir » (Matthieu 11 : 14). Il ajouta : « Que celui qui a des oreilles entende » (Matthieu 11 : 15). Je crois que Jésus leur demandait de voir la signification spirituelle de la venue de Jean, dans l’esprit et la puissance d’Elie, comme cela avait été prophétisé.

Jean a lui-même nié catégoriquement qu’il était Elie revenu des morts. Quand les Juifs lui ont demandé avec insistance « Es-tu Elie ? » Jean a répondu : « Je ne le suis pas… Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Rendez droit le chemin du Seigneur, comme l’a dit le prophète Esaïe » (Jean 1 : 21-23). C’est pourquoi Jésus a dit à ses disciples que seules les yeux et les oreilles spirituels pouvaient comprendre que Jean Baptiste avait un ministère du même ordre que celui d’Elie le prophète. Jean était un prédicateur de la justice, comme l’était Elie, envoyé pour éveiller un peuple au chemin droit et resserré de la sainteté.

Revêtu du même esprit intrépide et de la même puissance qu’Elie, Jean a tempêté contre les péchés des Juifs désobéissants, avides et amis des plaisirs. Christ était prêt à venir et ce puissant homme de vérité est venu tout à coup pour préparer un peuple au Seigneur. Ce prophète du désert a été envoyé pour que le cœur du peuple change, ce qui est la définition la plus juste de la repentance. Jean a prêché la repentance, la réparation, la purification du cœur et une pratique de la marche dans la sainteté, en lien avec une confession ouverte des péchés.

Je crois que le prophète Malachie (tout comme d’autres prophètes de l’Ancien Testament) parle d’une « Compagnie » de saints qui seront suscités juste avant la seconde venue de Christ. Ils exerceront leur ministère revêtus du même esprit et de la même puissance qu’Elie et Jean Baptiste.

Cette Compagnie de croyants des derniers jours agira en tenant compte de la prophétie d’Esaïe : « Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix dans un cor et annonce son crime à mon peuple, à la maison de Jacob ses péchés ! » (Esaïe 58 : 1). 

mercredi 18 septembre 2013

QUE JE PUISSES LE CONNAÎTRE

Dieu a donné à Moïse un ordre effrayant : « Va, toi et le peuple que tu as fait monter du pays d’Egypte ; monte d’ici vers le pays que j’ai promis avec serment à Abraham, Isaac et Jacob en disant : Je le donnerai à ta descendance. J’enverrai devant toi un ange… Mais je ne monterai pas au milieu de toi, te peur de t’exterminer en chemin, car tu es un peuple à la nuque raide » (Exode 33 : 1-3).

Le peuple de Dieu était devenu complètement hors de contrôle à cause de la convoitise et de l’idolâtrie (Exode 32 : 25). L’or était devenu leur dieu. Ils voulaient danser, jouer et suivre leurs convoitises. Seuls les fils de Lévi se sont levés pour la sainteté de Dieu.

Alors est venue la terrible révélation que le Seigneur s’était retiré d’eux ; Il était parti « de peur de les exterminer en chemin ». Mais ils ont pourtant tout de même reçu l’ordre de venir réclamer leur héritage. Dieu a dit : « Je vous donnerai ce que j’ai promis. » Ils pouvaient réclamer tous leurs droits et Sa protection, mais pas Sa présence.

Aujourd’hui, nous pouvons voir le triste spectacle de multitudes parmi le peuple de Dieu qui avancent dans leur quête religieuse des droits promis, qui bénéficient de l’aide des anges contre l'ennemi, mais qui n’ont pas la présence sainte, imposante de Christ en eux, cette présence qui convainc de péché.

Qu’est-ce qui pourrait être pire que d’entendre le Seigneur leur ordonner d’aller dans un pays où coulent le lait et le miel, et cependant s’entendre dire qu’Il n’irait pas avec eux (voir Exode 33 : 3) ? Dieu leur dit : « Vous êtes un peuple obstiné. Si je devais aller au milieu de vous pour un moment, je sous détruirai » (voir Exode 33 :5).

Moïse voulait quelque chose de plus grand qu’un pays découlant de lait et de miel. Il voulait connaître et expérimenter la présence du Seigneur. Il a prié : « Cependant, tu as dit : Je te connais par ton nom, et même tu as obtenu ma faveur. Maintenant, si j’ai obtenu ta faveur, fais-moi connaître tes voies ; alors je te connaîtrai » (Exode 33 : 12-13).

Pas étonnant que ce précieux serviteur de Dieu ait convaincu sa génération ! Pas étonnant que son visage ait tellement reflété Sa gloire. Il voulait seulement connaître le Seigneur. La seule faveur qu’il demandait était la présence permanente de son Seigneur. Il en était de même avec Paul dont le cœur a pu crier : « Mon but est de le connaître ! » (Philippiens 3 : 10). 

mardi 17 septembre 2013

UN REVEIL DE PURIFICATION

Tous les prophètes ont vu les temps de la fin et ont prophétisé le rassemblement d'un peuple saint, mis à part, qui aurait une compréhension profonde de la Parole de Dieu. Daniel a entendu de grandes choses de la part de Dieu mais : “J'entendis, mais je ne compris pas” (Daniel 12:8). Quoi qu'il en soit, il a vu l'avènement d'un jour où un Reste purifié, éprouvé et testé comprendrait ce que lui ne pouvait comprendre ; il y aura une “compagnie des derniers temps”, pleine de sagesse et de discernement des choses de Dieu. “Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés ; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l'intelligence comprendront” (Daniel 12:10).

Esaïe a déploré l'aveuglement spirituel d'un Israël rétrograde. Il a dit : “Ils chancellent en prophétisant, Ils vacillent en rendant la justice”(Esaïe 28:7). Le peu de discernement qu'ils avaient avant a été détruit par leurs convoitises. Mais Esaïe a prophétisé au sujet d'un jour où “les sourds entendront les paroles du livre, et, délivrés de l'obscurité et des ténèbres, Les yeux des aveugles verront... Ils sanctifieront mon nom... Et ils craindront le Dieu d'Israël. Ceux dont l'esprit s'égarait acquerront de l'intelligence, Et ceux qui murmuraient recevront instruction” (Esaïe 29:18,23-24).

Je crois que le réveil des derniers temps à propos duquel tant de prédicateur prêchent est un réveil de purification. Si l’œuvre du Saint-Esprit est de convaincre le monde de péché, de justice et de jugement, alors il est certain qu'un grand déversement du Saint-Esprit va provoquer de puissantes vagues de conviction, et une église négligente et indulgente envers le péché va être secouée et obligée à faire face à ses péchés.

Pendant qu'une multitude de chrétiens pourchassent les signes et les miracles et se précipitent vers des enseignants trompeurs qui prêchent le succès et la prospérité, Dieu appelle “un peuple du désert” qui est consumé par une faim dévorante de plus de Christ.

En ce moment-même, une compagnie glorieuse est en marche ! Un jour, Dieu a commencé à remuer leur cœur et ils ont abandonné toute hypocrisie et toute honte. Ils sont allés au cœur de la Parole de Dieu et y ont vu pour eux-mêmes quels sont Ses buts ultimes. Ils ont revêtu le vêtement de la justice de Christ par la foi, se soumettant à l'autorité de Christ sur eux et ont décidés de marcher même tout seuls si nécessaire, afin de Lui être pleinement obéissant. Ils se sont donnés pour but d'entendre et de comprendre la volonté de Dieu. Ils ont commencé à voir des choses dans l'Esprit et ont été rendus capables de comprendre que la fin de toutes choses est proche. Pour ces personnes, la Parole du Seigneur est venue !

“Christ revient ! Repentez-vous car le jour du Seigneur est proche ! Abandonnez tous vos péchés installés et portez votre attention sur les choses d'en haut ! Ne prenez pas part aux empires et aux rêves des hommes. Abandonnez toutes ces choses et sortez pour Le rencontrer.” Cette parole est proclamée haut et fort ! 

lundi 16 septembre 2013

LA GRACE EST DEVERSEE by Gary Wilkerson

Notre vie en Christ commence dans la grâce, elle se poursuit dans la grâce et se terminera dans la grâce. “Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie” (Ephésiens 2:8-9).

Lorsque nous aurons saisi cette vérité, nos vies seront marquées par la liberté et non par l'esclavage, par la joie au lieu de la lassitude, par la jouissnce au lieu de l'effroi Passer du temps dans la présence de Dieu semblera un cadeau merveilleux plutôt qu'un devoir. Après tout, Jésus dit que nous ne sommes plus Ses serviteurs mais Ses amis.

Rien de cela ne retire notre responsabilité. Bien sûr, il y a un temps pour mettre le réveil, se lever et prier, mais ne tente pas de le faire sans l'onction de la grâce de Dieu. Et n'essaye pas de lire la Bible sans la grâce, sinon tu vas la refermer condamné et rempli de crainte, au lieu de la refermer éclairé et équipé avec puissance. Pourquoi ? C'est l’œuvre de la grâce de Dieu de nous montrer notre incapacité. C'est le seul moyen de nous amener à reconnaître Sa capacité.

Non, n'abandonne pas l’œuvre où tu as pris des responsabilités. N'abandonne pas ton temps de prière. N'abandonne pas ton groupe d'étude biblique. N'abandonne aucune de ces merveilleuses disciplines, à moins qu'elles ne se mettent en travers d'une action complète de l’œuvre de la grâce de Dieu dans ta vie.

Certains parmi vous pourraient dire : “Si on écoute ce que vous dites, personne ne priera plus jamais. Personne n'essayera de se discipliner pour le faire. Nous ne l'avons pas en nous. Si nous écoutons ce que vous suggérez, personne ne saura jamais le chemin que Dieu a prévu pour lui.”

Souviens-toi simplement que la grâce est déversée depuis le trône du Seigneur. Elle ne monte pas de nous vers Lui. C'est la grâce qui attirera le monde vers nos vies et notre témoignage. Quand les gens voient la véritable grâce se déverser sur nous, ils se demandent quelle merveille est à l’œuvre en nous. Et ils sauront que nos cœurs ont été gagnés, non par notre propre travail mais par Dieu. Qu'il en soit ainsi dans nos vies dès aujourd'hui ! 

vendredi 13 septembre 2013

IL VOIT CHAQUE PAS

Des multitudes de chrétiens se réveillent chaque jour en faisant face à des problèmes indescriptibles : douleurs physiques, souffrances émotionnelles, problèmes financiers. Beaucoup sont tellement perturbés par ces problèmes qu'ils s'inquiètent : “C'est trop pour moi. Je n'ai plus la force de lutter contre tout cela. Comment pourrais-je jamais y arriver ?”

Nous recevons de nombreuses lettres de saints qui subissent quotidiennement des circonstances extrêmement difficiles. Une femme de Dieu a écrit : “J'ai été mariée 35 ans et je suis grand-mère. Mais notre famille est en train d'être détruite par mon mari adultère. Il a été un homme rempli de l'Esprit et utile entre les mains du Seigneur mais à présent c'est un coureur de jupons aigri, rempli d'une convoitise apparue tard dans sa vie. S'il-vous-plaît, priez pour moi. Il a détruit tout amour en moi et je suis tellement malheureuse. Je ne pense pas pouvoir le supporter plus longtemps.”

Notre Père céleste voit chaque pas de nos vies et, malgré toutes les crises et les difficultés, Il nous ordonne encore et encore par les Écritures : “Ne crains pas !” Nous ne devons pas croire que nos problèmes vont nous abattre et nous détruire, parce qu'il est notre bouclier.

“Que tu es heureux, Israël ! Qui est comme toi, Un peuple sauvé par l'Éternel, Le bouclier de ton secours Et l'épée de ta gloire ? Tes ennemis feront défaut devant toi, Et tu fouleras leurs lieux élevés” (Deutéronome 33:29). Dieu nous dit : “Il n'est pas vrai que je t'ai abandonné ! Je ne suis pas en colère contre toi et je ne t'ai pas délaissé pour que tu te débrouilles seul contre tes ennemis. Ce sont des mensonges de Satan !”

Peu importe à quelle crise nous devons faire face, quelle grande difficulté nous attend, notre victoire est assurée : “Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimés” (Romains 8:37).

Est-ce que cela signifie que nous devons rester inactifs et attendre que Dieu envoie un ange pour tuer nos ennemis ? Non, certainement pas ! Même si Dieu nous a promis la victoire, il ne fera pas notre part à notre place.

Nous devons tout de même prendre l'épée pour combattre l'Ennemi. La différence tient dans le fait que nous croyons que Dieu a promis de nous donner la puissance : “Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ !” (1 Corinthiens 15:57).

Le Saint-Esprit répond à notre foi ! Quand nous L'appelons, Il vient sur nous avec une puissance surnaturelle pour mortifier les œuvres de la chair. Notre part est d'avoir la foi et de marcher en croyant que l'Esprit de Dieu s'opposera à la puissance du malin qui vient à notre rencontre.

jeudi 12 septembre 2013

UNE RESERVE INEPUISABLE

L'apôtre Paul a crié à Dieu : “Seigneur, délivre-moi de cette épine dans ma chair !” Mais le Seigneur a répondu : “Ma grâce te suffit” (2 Corinthiens 12:9). Dieu disait à Son serviteur : “Paul, tu vas devoir vivre avec cette épine. Mais au milieu de ta peine, Je vais te donner toute la grâce dont tu as besoin. J'ai une réserve inépuisable pour toi !”

Le Seigneur veut que nous sachions que Sa grâce est plus importante que toutes les délivrances qu'il pourrait apporter à nos situations. Pourquoi ? Parce que Sa grâce contient une pleine révélation de qui Il est ! Pour dire les choses simplement : la grâce de Dieu, c'est Jésus Christ pleinement révélé, dans toute sa sainteté mais aussi avec un cœur tendre et compatissant.

Notre Père céleste voit chacune de nos souffrances et Il nous fait ces merveilleuses promesses :
  • “Le salut des justes vient de l'Éternel ; Il est leur protecteur au temps de la détresse” (Psaumes 37:39). 
  • “Car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t'abandonnerai point. C'est donc avec assurance que nous pouvons dire : Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien ; Que peut me faire un homme ?” (Hébreux 13:5-6) 
  • “Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante” (Esaïe 41:10). 
  • “Voici, ils seront confondus, ils seront couverts de honte, Tous ceux qui sont irrités contre toi ; Ils seront réduits à rien, ils périront, Ceux qui disputent contre toi. Tu les chercheras, et ne les trouveras plus, Ceux qui te suscitaient querelle ; Ils seront réduits à rien, réduits au néant, Ceux qui te faisaient la guerre” (verset 11-12). 
  • “Car je suis l'Éternel, ton Dieu, Qui fortifie ta droite, Qui te dis : Ne crains rien, Je viens à ton secours... Les malheureux et les indigents cherchent de l'eau, et il n'y en a point ; Leur langue est desséchée par la soif. Moi, l'Éternel, je les exaucerai ; Moi, le Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas” (verset 13 et 17) 
Tu peux traverser n'importe quelle situation, crise ou désastre, tout cela par la grâce de Jésus Christ. Peu importe ce que tu rencontres sur ton chemin, Il a en réserve pour toi une miséricorde plus que suffisante et le réconfort du Saint-Esprit ! 

mercredi 11 septembre 2013

NOUS NE SOMMES PAS SEUL

Christ a dit à Ses disciples : « Je ne vous laisserai pas orphelins » (Jean 14 : 18). Le mot grec pour orphelin signifie ici « en deuil, sans père ».

Tu te sens peut-être parfois comme les disciples se sont sentis plus tard : que tu es tout seul et que Dieu n’est pas à l’œuvre pour toi. Tu ne vois aucune preuve de Son soutien et Satan te ment en te disant que l’Esprit de Dieu t’a quitté pour un temps.

Un miracle incroyable que tu ne peux pas oublier est ce que Jésus a promis à tous Ses disciples : « Je ne te laisserai pas orphelin. J’ai payé le prix et tu es à moi ! »

Peu importe ce que tu traverses, ton Père céleste n’a jamais cessé une seule fois de penser à toi et Il ne le fera jamais. Écoute Sa promesse éternelle, inébranlable :

« Sion disait : L’Eternel m’a abandonnée, le Seigneur m’a oubliée : Une femme oublie-t-elle son nourrisson ? N’a-t-elle pas compassion du fils de ses entrailles ? Quand bien même elle l’oublierait, moi je ne t’oublierai pas. Voici : je t’ai gravé sur mes mains ; tes murs sont toujours devant mes yeux » (Esaïe 49 : 14-16).

Ce passage nous dit : « Ton besoin de protection est toujours devant Mes yeux. A tous moments, ma préoccupation est de te garder en sécurité dans l’enceinte de Mes murs surnaturels. Ma cape de protection est toujours là ! »

J’ai connu des mamans, y compris des femmes de pasteurs, qui avaient abandonné leurs enfants. Un pasteur nous a écrit : « J’ai été marié pendant vingt-cinq ans mais ma femme m’a récemment quitté pour un autre homme qu’elle a rencontré sur internet. Elle s’est tout simplement détournée de nos enfants et de moi. Je l’aime encore et je veux qu’elle revienne à la maison mais elle ne le veut pas. Je souffre terriblement actuellement, je ne peux pas dormir. Je ne sais pas comment je vais faire. »

Dieu répond à cet homme : « Même si ta femme bien-aimée t’abandonne, je ne t'abandonnerai jamais. Mes murs, qui sont autour de toi, te garderont toujours en sécurité ! »

Il ne nous laissera pas sans consolation ! 

mardi 10 septembre 2013

SOUVIENS-TOI DE CE QUE DIEU A FAIT

Moïse a instruit Israël en ces termes : « Ne les crains pas. Rappelle à ton souvenir ce que l’Eternel, ton Dieu, a fait au Pharaon et à toute l’Egypte… les signes et les prodiges, la main forte et le bras étendu, quand l’Eternel, ton Dieu, t’a fait sortir : ainsi fera l’Eternel, ton Dieu, à tous les peuples devant lesquels tu as de la crainte » (Deutéronome 7 : 18-19).

Quel puissant message ! Moïse rappelait aux Israélites : « Peu importe les ennemis auxquels vous faites face, Dieu t’a promis une victoire sur eux tous. Il a délivré tes pères de Pharaon et Il fera de même pour toi aujourd’hui ! »
« Tu te souviendras ainsi toute ta vie du jour où tu es sorti d’Egypte » (Deutéronome 16 : 3). « Tu te souviendras que tu as été esclave en Egypte » (Deutéronome 16 : 12).

Le cri de Moïse pour le peuple était : « Souviens-toi du passé ! Si tu penses que tu traverses des temps difficiles ici dans le désert, pense à toutes les angoisses auxquelles tu étais confronté en Egypte. N’oublie pas ce à quoi ressemblait ta vie lorsque vous étiez tous esclaves. Et souviens-toi de tout ce que Dieu a fait pour te délivrer de tout cela ! »

Le prophète Esaïe a lui aussi annoncé la parole de Dieu à un peuple qui était remplit de crainte. C’était au temps où Israël était convaincu que Dieu l’avait abandonné, mais Esaïe leur a assuré :

« Qui es-tu pour avoir peur de l’homme mortel, du fils d’Adam, dont le sort est celui de l’herbe ? Et tu oublierais l’Eternel, qui t’a fait, qui a étendu les cieux et fondé la terre ! Et tu serais dans une frayeur continuelle tout le jour devant la fureur de l’oppresseur, comme lorsqu’il s’apprête à détruire ? Où donc est la fureur de l’oppresseur ? » (Esaïe 51 : 12-13).

Dieu disait, au travers du prophète : « La raison pour laquelle tu as peur, c'est que tu as oublié qui Je suis. Tu regardes uniquement à tes problèmes et tu as oublié que Ma main est encore sur ta vie ! »

Tu as peut-être des difficultés à te souvenir des miracles de Dieu dans ta vie. Tu penses peut-être : « Ma vie a été un cauchemar long et effrayant. Comment pourrais-je me rappeler les miracles de Dieu si je ne les ai pas expérimentés ? »

Nos expériences peuvent inspirer notre foi, mais elles ne doivent pas être le fondement de notre foi. C’est pourquoi la Parole de Dieu nous renvoi toujours à ce que Jésus a fait. Nous devons nous souvenir de Sa victoire à la croix et nous y accrocher par la foi. Lui seul nous donne la victoire, par Son Esprit. 

lundi 9 septembre 2013

FAÇONNÉS PAR LA GRÂCE DE DIEU by Gary Wilkerson

Considérons ce que Dieu nous dit à propos de la prière. Premièrement, il nous est dit : « Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve, invoquez-le pendant qu’il est près » (Esaïe 55 : 6). Ensuite, la Bible dit : « Nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu » (Romains 3 : 11). C’est un fait dans l’Ecriture que nous ne recherchons pas Dieu comme nous le devrions.

On nous montre encore et encore le niveau de la perfection de Dieu et notre incapacité à l’atteindre. Pourquoi ? Il en est ainsi pour que nous évitions le sort des Pharisiens. Ils se levaient très tôt le matin et ils faisaient de longues prières. Ils se faisaient des règles afin de conserver l'apparence d'un comportement saint. Mais Jésus pointe du doigt le fait que s’ils paraissaient propres à l’extérieur, leur cœur était sombre et pourri. « Vous, Pharisiens, vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, et à l’intérieur, vous êtes plein de rapine et de méchanceté » (Luc 11 : 39).

Dieu s’affaire à un travail en profondeur en nous, plus profond que nous ne pourrions jamais le faire par nous même. Paul résume ceci dans un court passage : « O Galates insensés ! qui vous a fascinés… ? Est-ce en pratiquant la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou en écoutant avec foi ? Êtes-vous tellement insensés ? Après avoir commencé par l’Esprit, allez-vous maintenant finir par la chair ? » (Galates 3 : 1-3).

Quand nous faisons des œuvres pour obéir à Dieu et qu'elles ne sont pas façonné par la grâce de Dieu, nous le sentons. En surface, nous pouvons nous sentir fier de ce que nous semblons accomplir, mais quand nous échouons, nous nous sentons découragés au point d’abandonner et de penser : « C’est un fardeau trop lourd. Je ne peux plus le porter. »

Exactement ! C'est tout à fait cela : il s’agit d’un fardeau trop lourd. C’est pourquoi Jésus nous dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé et mon fardeau léger » (Matthieu 11 : 28-30). 

vendredi 6 septembre 2013

DEMEURE TRANQUILLE

Te réveilles-tu tous les jours dans l'angoisse à cause d'une habitude ou d'une convoitise installée ? Vis-tu dans le tourment, pensant : “cette chose affreuse est toujours vivante en moi”?

Dieu sait tout du péché qui reste dans ton cœur. Et Il sait à quel point tu le hais et combien tu as pleuré à son sujet. Maintenant, ce qu'Il veut c'est t'entendre dire : “L'Éternel est ma force et mon bouclier ; En lui mon cœur se confie, et je suis secouru” (Psaumes 28:7).

A cause de cela, David pouvait dire : “Je ne crains aucun mal” (Psaumes 23:4). Satan aurait eu la victoire s'il avait seulement pu amener David à craindre. L'Ennemi œuvre de la même manière contre toi. Il veut que tu aies peur de ne jamais être libéré.

Dieu dit à tous les saints qui souffrent : “Ne crains rien ! Je vois et Je connais toutes tes souffrances et Je ne laisserai pas Satan te détruire !” Tu te demandes peut-être : “Mais que vais-je faire ? Comment puis-je avoir la paix du Seigneur et Son repos dans toutes ces choses ?”

La réponse se trouve dans la Parole adressée à Moïse et à Israël. Avec la mer devant eux, l'ennemi derrière et aucun endroit où aller, Dieu leur a ordonné : “ Ne craignez point ; tenez-vous là, et voyez la délivrance de l'Éternel, qu'il opérera pour vous aujourd'hui ... L'Éternel combattra pour vous, et vous, vous demeurerez tranquilles” (Exode 14:13-14).

Que signifie cette dernière phrase : “demeurer tranquilles”? Cela veut dire : ne plus s'inquiéter, ne plus essayer de tout résoudre mais se confier en Dieu pour qu'il trace un chemin pour toi. C'est à ce moment qu'Il te donnera une parole pour te guider, comme Il l'a fait pour Israël : “Avancez” (voir verset 15).

Josué a lui aussi affronté des ennemis impossibles. Lui et sa bande épuisée de soldats inexpérimentés ont dû marcher toute la nuit vers Gabaon, où ils ont affronté une véritable machine militaire. Quand Josué a regardé le champ de bataille, il a vu une vallée remplie de puissants chars avec une infanterie bien entraînée.

L’Écriture dit : “ Ne les crains point, car je les livre entre tes mains, et aucun d'eux ne tiendra devant toi” (Josué 10:8).

Dieu a proclamé la victoire avant même que Josué aille livrer bataille. Il dit : “La victoire est déjà acquise ! Aucun des ces soldats ennemis ne restera debout après la bataille. Maintenant, lève-toi et bats-toi, sachant que je t'ai promis la victoire !”

C'est le message de la croix ! La victoire a déjà été remportée pour nous. 

jeudi 5 septembre 2013

HERITIERS SELON LA PROMESSE

“Ne les crains point” (Deutéronome 7:18). Pour Israël “les” représentait les grandes nations païennes bien armées qu'ils devaient affronter dans le Pays Promis. Pour nous aujourd'hui, “les” représente chaque problème, chaque grande difficulté que nous devons affronter dans nos vies.

Pourquoi ne devons-nous pas les craindre ? Parce que Dieu nous le dit ! Aucune autre explication n'est nécessaire. Dieu est tout puissant et suffisant, et Il est conscient des forteresses sataniques auxquelles nous faisons face. Il connaît chaque piège, chaque épreuve et chaque tentation qui nous seront jamais envoyées. Et Il nous ordonne : “Tu ne craindras aucune de ces choses !”

Abraham vivait dans un pays étranger, entouré de rois puissants, ne sachant pas où il finirait. Mais les premiers mots que Dieu lui a adressé étaient : “Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1).

Le sens de cette dernière phrase est : “Je serais une muraille autour de toi, ton protecteur et ton défenseur.” En gros, Dieu disait à Abraham : “Tu vas affronter des difficultés mais je te protégerai tout le temps qu'elles dureront.” Abraham a répondu en croyant les paroles de Dieu : “Abram eut confiance en l'Éternel, qui le lui imputa à justice” (verset 6).

Cette même parole a été adressée au fils d'Abraham, Isaac. Lui aussi a vécu dans un environnement hostile, entouré de Philistins qui le haïssaient, le harcelaient et voulaient le chasser du pays. L’Écriture nous dit qu'à chaque fois qu'Isaac creusait une citerne pour avoir une réserve d'eau, les philistins la comblait : “les Philistins les comblèrent et les remplirent de poussière” (26:15).

Partout où Isaac est allé, il a rencontré le même problème. Il a même appelé une des citernes : “Esek” ce qui signifie “lutte, querelle” (voir 26:20). Apparemment, Isaac n'a connu que ces querelles dans sa vie. Il doit avoir pensé : “Comment vais-je pouvoir nourrir ma famille et abreuver mes troupeaux ? Comment puis-je élever mes enfants sans crainte quand les philistins sont susceptibles de venir nous piller à n'importe quel moment ? Dieu, pourquoi m'as-Tu établi ici ? Comment pourrais-je y arriver ?”

Quand ce nuage de doute s'est formé en Isaac, Dieu lui a donné la même parole que celle qu'il avait adressée à Abraham : “Je suis le Dieu d'Abraham, ton père ; ne crains point, car je suis avec toi ; je te bénirai, et je multiplierai ta postérité, à cause d'Abraham, mon serviteur” (verset 24).

Nous sommes les enfants d'Abraham et Dieu nous a fait la même promesse qu'à Abraham et à ses descendants : “Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse” (Galates 3:29). 

mercredi 4 septembre 2013

ATTENDS-TOI AU SEIGNEUR

Le diable a une stratégie pour tromper les croyants et les faire douter de la fidélité de Dieu dans le fait qu'Il répond aux prières. Satan voudrait nous faire croire que Dieu a fermé ses oreilles à nos cris et qu’Il nous laisse régler les choses par nous-mêmes.

Je crois que la plus grande tragédie dans l’Eglise de Jésus Christ aujourd’hui est que si peu de personnes croient à la puissance et à l’efficacité de la prière. Sans vouloir blasphémer, on peut entendre des multitudes de personnes dans le peuple de Dieu émettre cette complainte : « Je prie mais je n’ai pas de réponse. J’ai prié tellement longtemps, tellement fort sans aucun résultat. Tout ce que je veux c’est voir une petite preuve que les choses changent. Les choses continuent, rien ne se passe. Combien de temps dois-je attendre ? » Ils ne vont plus dans le lieu secret parce qu’ils sont convaincus que leurs requêtes, nées dans la prière, ont avorté devant le trône. D’autres sont convaincus que seuls les types de Daniel, David et Elie peuvent faire monter leurs prières jusqu’à Dieu.

En toute honnêteté, beaucoup de saints de Dieu luttent contre ces pensées : « Si l’oreille de Dieu recueille ma prière et que je prie avec assiduité, pourquoi y-a-t-il si peu d'indices de sa réponse ? » Y-a-t-il une prière en particulier que tu fais depuis tellement longtemps, et qui n’a toujours pas obtenu de réponse à cette heure ? Ce sont peut-être même des années qui se sont écoulées, et tu attends encore, en espérant mais aussi en t'interrogeant ?

Prenons garde de ne pas accuser Dieu d’être paresseux ou peu soucieux de nos besoins et de nos requêtes, comme le fit Job. « Je t’appelle au secours, tu ne me réponds pas ; je me tiens debout pour que tu fasses attention à moi » (Job 30 : 20).

La vision que Job avait de la fidélité de Dieu était obscurcie par ses problèmes. Il a même fini par accuser Dieu de l’avoir oublié et Dieu l’a fortement réprimandé pour cela.

Il est temps que nous, chrétiens, nous jetions un regard honnête sur les raisons pour lesquelles nos prières n’aboutissent pas. Nous sommes peut-être coupables d’accuser Dieu de négligence alors que c’est notre propre comportement qui est répréhensible.

“Espère en l’Eternel et garde sa voie et il t’élèvera pour que tu possèdes le pays » (Psaume 37 : 34). 

mardi 3 septembre 2013

CE N’EST PAS UN JEU

Josaphat, le roi de Juda, rentrait chez lui après avoir été avec Achab, le méchant roi d’Israël. Le Seigneur a envoyé un prophète à sa rencontre avec ces paroles dures : « Jéhu, fils du voyant Hanani, sortit au-devant de lui. Il dit au roi Josaphat : Doit-on secourir le méchant et aimes-tu ceux qui haïssent l’Eternel ? A cause de cela, l’Eternel est indigné contre toi » (2 Chroniques 19 : 2).

Dieu était en train de dire à Josaphat : « Tu ne connais ni le danger ni les conséquences de ce que tu as fait. Tu penses peut-être que ce n’est rien de se lier avec quelqu’un qui est contre Moi. Achab était mon ennemi, un homme idolâtre, et tu es devenu son ami. Tu as écouté ses propos mauvais et tu as minimisé sa souillure. Tu n’as pris position contre rien de tout cela, Josaphat. Je suis en désaccord avec toi par rapport à cela ! »

En cet instant, tu te dis peut-être : « Je comprends qu’Achab était méchant. Mais quand je regarde à mes propres amis, aucun d’eux n’est ennemi de Dieu de quelque façon que ce soit. » Cependant, regarde ces passages de l’écriture :
  • « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi » (Luc 11 : 23). Est-ce que ton ami prend le parti du Seigneur pour toutes choses ? 
  • « Car la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie » (1 Samuel 15 : 23). Est-ce que le conseil de ton ami est rempli de rébellion ? 
  • « Celui qui condamne le juste… est en abomination à l’Eternel » (Proverbe 17 : 15). Est-ce que ton ami dit du mal du peuple de Dieu ? 
Ce n’est pas un jeu ! Tes amis sont un sérieux problème pour Dieu parce que leurs actions ont de graves conséquences : « Tu livres ta bouche au mal, et ta langue tisse la tromperie. Tu t’assieds et tu parles contre ton frère, tu diffames… Comprenez donc cela, vous qui oubliez Dieu, de peur que je ne déchire » (Psaume 50 : 19-22).

Grâces soient rendues à Dieu, les Écritures disent : « Josaphat éprouva de la crainte et décida de consulter l’Eternel. Il proclama un jeûne pour tout Juda » (2 Chroniques 20 : 3). Le roi s’est humilié et il s’est repenti : « Josaphat s’inclina, le visage contre terre, et tout Juda et les habitants de Jérusalem tombèrent devant l’Eternel pour se prosterner en sa présence » (2 Chroniques 20 : 18).

Dieu a répondu au brisement de Josaphat en donnant à Juda la victoire totale contre les Moabites. Au final, la Bible dit : « Le règne de Josaphat fut tranquille et son Dieu lui donna du repos de tous côtés » (2 Chroniques 20 : 30). 

lundi 2 septembre 2013

VENEZ À MOI by Gary Wilkerson

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11 : 28). Jésus ne fait pas simplement une invitation, Il nous dit, Il nous commande, de venir à Lui parce que Lui seul fournit le repos dont nos âmes ont besoin.

Cependant, nous est-il possible de « venir à Lui » par nous-mêmes ? D’après Jésus, c’est impossible : « Nul ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jean 6 : 44). Pourquoi Christ nous demanderait-il quelque chose que nous ne pouvons pas faire ?

Une leçon importante nous est donnée ici, une leçon essentielle pour la vie chrétienne. La voici : quand un ordre nous est donné, il ne suffit pas de nous charger nous-mêmes et de dire : « Je suis ton homme, Seigneur ! » Si nous faisons cela, nous sommes déjà dans les problèmes avant même d’avoir commencé. Le fait est que quand un commandement nous est donné par les évangiles, il met en lumière notre incapacité. Dieu fait cela de façon intentionnelle. Même si Il nous révèle sa volonté et ses commandements, Il nous montre notre incapacité à y répondre par nous-mêmes.

C’est pour cette raison que Jésus accompagne d’une promesse chacun de ses ordres. D'abord, Il dit : « Personne ne peut venir à moi à moins que le Père le l’attire ». puis Il ajoute aussitôt: « Et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6 : 44). Dieu ne nous attirera pas seulement à Lui mais il nous ressuscitera dans une vie nouvelle. Son pouvoir nous rend capable de marcher dans une nouvelle alliance avec Lui.

Nous n’avons pas la capacité d’avoir une vie nouvelle par nous-mêmes. Cette vie nouvelle ne peut venir qu'au travers de Christ. De la même façon, c'est la puissance qui nous a sauvés par grâce qui nous garde par grâce. « Mais celui qui pratique la vérité vient à la lumière, afin qu’il soit manifeste que ses œuvres sont faites en Dieu » (Jean 3 : 21). J’aime énormément la façon dont la version King James traduit la dernière partie de ce verset : « afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu. » Cela signifie qu’elles ont été « faites en Dieu ». Dieu façonne son œuvre en nous ! C’est pourquoi Il fait suivre chacun de ses commandements d’une promesse. Dès qu’Il révèle notre incapacité, Il révèle Sa capacité et Sa volonté d'accomplir tout cela en nous.