mardi 30 avril 2013

DES CHRETIENS NUS

“Moïse vit que le peuple était dans le désordre, car Aaron l’avait livré au désordre, pour leur honte parmi leurs adversaires. » (Exode 32 : 25 v.Darby). Le mot hébreux utilisé pour « désordre » est para, ce qui signifie « se dénuder, se relâcher, rejeter toute contrainte ». Cela signifie aussi « un nouveau commencement. » Les Israélites disaient : « Les choses ne se passent pas comme elles devraient se passer. Nous sommes fatigués de cette bataille, fatigués de compter sur Dieu. Et maintenant nous allons nous réjouir par nous-mêmes. Fini le passé ! Nous voulons une nouvelle liberté, un nouveau commencement et nous voulons cela maintenant ! »

Dans la Bible, le fait de se dénuder concerne aussi le fait de ne pas avoir de bouclier pour la bataille. Tous les hommes qui n’avaient pas de bouclier étaient considérés comme nus. Ces Israélites étaient littéralement nus, dépouillés et dansant devant le veau d’or, et ils avaient aussi laissé tomber leur armure.

Peux-tu imaginer leurs ennemis, les Amalécites, du haut des montagnes environnantes, regarder cette scène sauvage ? Les Amalécites ont premièrement tremblé à la vue d’Israël. Dieu avait mis la crainte de Son peuple dans leur cœur, mais maintenant ils voient Israël retirer son armure et se dépouiller de ses vêtements. Les Amalécites se sont moqués d’eux : « Regarde ! Ils sont tout simplement comme nous ! Leur Dieu n’a aucun pouvoir. Ils ne Lui font pas confiance. Regarde : ils rejettent tous leurs commandements. Ils veulent la luxure, faire la fête et s’amuser comme chacun d’entre nous. La sainteté ! Quelle hypocrisie ! »

Dans ce seul acte de désordre, de mise à nu, Israël a diminué son Dieu aux yeux des incroyants. Ils ont vu le Seigneur comme quelqu’un de sans cœur, de cruel, insensible et impuissant. Ils ont sali Son honneur, Sa majesté, Sa toute puissance. Ils n’étaient plus un exemple pour le monde.

C’est exactement ce que nous faisons quand nous retirons nos habits de foi et que nous abandonnons notre foi dans le Seigneur. Sans la foi d’un enfant, un chrétien se tient nu devant le monde, exposé à tous les doutes, aux craintes et à l’incrédulité !

lundi 29 avril 2013

UNE FOI FOLLE by Gary Wilkerson

As-tu le sentiment que Dieu est sur le point de déclencher quelque chose de formidable dans ta vie ? Peut-être a-t-il parlé à ton cœur : « J’ai préparé quelque chose de spécial pour toi. Tu marcheras bientôt avec moi comme tu ne l’avais encore jamais fait auparavant. » Ta vie a peut-être déjà été grandement bénie par Dieu. Le Saint Esprit dit maintenant que Sa promesse de longue date est sur le point d'arriver à pleine maturité, et cela va t'émerveiller. Si ceci décrit ta vie actuellement, je peux te dire avec l’autorité de l’Ecriture : sois prêt à examiner ton cœur.

Cette nouvelle étape est ce que j’appelle éprouver « une foi folle ». Une foi folle croit que même si les choses sont bonnes, le meilleur reste à venir. C’est une foi qui dit : « Quels que soient nos rêves et les grandes choses que nous faisons pour le royaume de Dieu, Sa vision est toujours plus grande ». Ce que le Seigneur a fait dans l’église dont je m’occupe pendant son peu d'années d'existence a dépassé mes espérances les plus folles. Pas une seule semaine ne se passe sans que quelqu'un donne sa vie à Jésus. A chaque fois que nous distribuons de la nourriture aux pauvres, de nombreux bénéficiaires demandent : « Pourquoi faites-vous cela ? » Nous répondons : « C’est Jésus » et ils Lui donnent leur vie.

Tout cela arrive de façon miraculeuse. En trois ans, notre église est passée de trois couples à presque 1 500 personnes le dimanche. De nouveaux croyants deviennent rapidement des disciples fidèles, grandissant dans leur connaissance de Dieu.

Dieu ne dépasse pas seulement nos attentes, Il nous montre ce que sont Ses attentes et c’est merveilleux à voir. Dans notre seul quartier, il reste encore un quart de millions de personnes qui ne connaissent pas Christ et le Seigneur nous a poussés l’année dernière à implanter deux nouvelles églises.

Voici le plus fou de tout : je crois que de grandes choses sont encore à venir. Je suis convaincu que Dieu se révélera Lui-même de façon encore plus puissante, pas seulement dans le salut mais dans le rayonnement de l'église, dans l’aide apportée aux pauvres, dans l’impact sur la ville.

Cela semble incroyable, n’est-ce pas ? Bien sur que ça l’est. Mais voici maintenant la partie difficile. C’est exactement à ce point que Dieu demande à son peuple d’examiner son cœur.

Nous sommes conscients que notre justice est comme un vêtement souillé, que nous avons besoin de Sa grâce. Mais le fait est que c’est juste au moment où nous sommes au bord de la plus grande œuvre de Dieu dans nos vies qu' Il nous demande de réfléchir à ces questions : « Y-a-t-il quelque chose dans mon cœur qui déplaît au Seigneur ? Ai-je négligé de faire quelque chose qu’il m’avait demandé de faire ? » Je veux que rien dans ma vie n’empêche ce que Dieu veut faire !

vendredi 26 avril 2013

ARRETE ET ECOUTE

Je me demande si le Seigneur se lasse parfois de voir Ses enfants venir dans Sa présence sans jamais s'arrêter pour écouter. Rien n'est plus vide et insatisfaisant qu'une communication à sens unique. Essaye d'écouter quelqu'un pendant quelques heures sans jamais pouvoir placer un mot. Cela te laisse avec une sensation de solitude. La personne qui “vide son sac” s'en va en se sentant mieux, mais le pauvre auditeur reste insatisfait.

Combien de fois avons-nous laissé Dieu insatisfait, tout seul dans le lieu secret ? Nous nous précipitons dans Sa présence en disant : “Soit loué, Jésus ! Je t'aime Seigneur ! Voilà ma liste de course et ma carte de rétablissement des malades. Amen.” Combien de fois a-t-il été impatient d'ouvrir Son cœur et de parler, alors qu'il n'y avait personne pour écouter ?

Si nous prions une heure, nous parlons une heure. Si nous prions des heures, nous parlons des heures. Si nous prions toute la nuit, nous parlons toute la nuit. Des millions de voix qui parlent et qui louent. Tout le temps où j'ai prêché, j'ai essayé d'amener les gens à prier. Maintenant, je vois que ce n'est pas ça le problème. Le réel problème, c'est de laisser le Sauveur dans le lieu secret, tout seul, insatisfait, sans la possibilité de nous dire un seul mot.

Nous quittons ce lieu de prières en ayant déchargé nos cœurs. Nous Lui disons nos espoirs, nos rêves et nos désirs. Nous quittons ce lieu saint de prière avec l'esprit satisfait. Et pourtant, notre Seigneur était toujours là, attendant avec une vive anticipation, aspirant à partager cette communion. Je crois que notre Dieu dit : “Oui, oui, merci pour ta louange. Je l'accepte. Je suis si heureux que tu aies pris le temps de t'enfermer avec Moi. J'ai entendu tes requêtes et le Père te donnera selon le désir de ton cœur. Mais s'il-te-plaît, attends ! Ne pars pas maintenant. J'ai quelque chose que je souhaite partager avec toi. Mon cœur aspire à se décharger sur toi. J'ai séché tes larmes, j'ai apaisé ton esprit troublé. Maintenant, permets-Moi de parler ! Permets-Moi de dire ce qui se trouve sur Mon cœur.”

Notre Seigneur Jésus veut parler. Il veut nous dire ce qui brise Son cœur dans notre génération. Il veut parler à chacun de Ses enfants du plan merveilleux qu'Il a pour ceux qui se confient en Lui, révélant de glorieuses vérités. Il veut nous donner des directions pour nous-mêmes, pour nous aider à élever nos enfants, des solutions à nos problèmes, de nouvelles œuvres pour sauver les perdus, des mots précis concernant un travail, une carrière, une maison, un partenaire, des vérités à propos du Ciel, de l'enfer et des calamités qui viennent. Plus que tout, Il veut nous dire combien Il aime et prend soin des Siens.

“Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.”(Apocalypse 3:20)

jeudi 25 avril 2013

UNE PERSONNE A L'ESPRIT DIVISE

Une personne ayant l'esprit divisé, qui croit que la puissance de Dieu et celle de Satan sont égales, est instable dans tous les domaines. Cela explique pourquoi certains “succombent au moment de la tentation.”(Luc 8:13) Ils retombent dans la peur et perdent de vue la toute puissance de Dieu.

Jésus nous a appris que nous devons : “Veiller et prier, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible.”(Matthieu 26:41). L'Esprit de Dieu en toi cherche à t'apprendre la confiance dans Sa puissance, mais la chair cherche à te ramener dans la crainte. Je pense que c'est la peur, non la fatigue, qui a poussé les disciples à dormir pendant que Jésus priait dans le jardin. Ils venaient juste de recevoir la nouvelle : Jésus allait être trahi et livré entre les mains d'hommes pécheurs, Pierre allait devenir un traître et ils allaient tous être dispersés. Soudain, ils ont oublié tous Ses miracles, toute Sa puissance qui guérissait les malades, ressuscitait les morts et multipliait les pains et les poissons. Ils étaient terrifiés à l'idée d'être abandonnés par le Seigneur. Ils dormaient du sommeil d'hommes condamnés. Quand Jésus nous demande de prier afin de ne pas tomber dans la tentation, Il nous dit en réalité : “Prier pour que vous appreniez à vous confiez dans la puissance de Dieu maintenant, au lieu de devoir retourner encore et encore dans l'arène de la tentation, jusqu'à ce que vous ayez appris la leçon !”

La Bible dit que Dieu : “sait délivrer de la tentation les hommes pieux” (2Pierre 2:9 version Darby). Comment ? En nous plaçant dans le feu jusqu'à ce que nous en sortions chantant : “celui qui est en [moi] est plus grand que celui qui est dans le monde.”(1Jean 4:4). Jusqu'à ce que nous apprenions que nous vainquons uniquement par la foi !

Tu n'as pas à céder à la tentation, mais à certains moments, tu le feras ! Même la personne la plus sainte du peuple de Dieu cède parfois. C'est pour cette raison que Dieu a préparé quelque chose pour ceux qui échouent : “si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ, le juste”(1Jean 2:1)

Notre Dieu n'est pas tant attristé par le fait que nous cédions à la tentation que par le fait que nous n'apprenons pas comment ne plus le faire. Il est d'avantage blessé par le fait que nous ne plaçons pas notre confiance dans Sa puissance pour nous délivrer. Dieu n'est pas tant blessé par ce que nous faisons que par ce que nous ne faisons pas. Le chrétien victorieux est celui dont la vie confesse : “A Dieu sont le règne, la puissance et la gloire à jamais. Amen !”

mercredi 24 avril 2013

DEUX CERTITUDES ABSOLUES

Plus longtemps je marche avec Christ, plus il est difficile pour moi d'accepter les solutions simples et toutes-faites, sensées résoudre tous les problèmes. Mais dans mes propres luttes, j'ai trouvé un grand réconfort et une aide précieuse dans ses deux merveilleuses certitudes absolues.

La première certitude est : DIEU M'AIME REELLEMENT. Dieu ne s'occupe pas de condamner Ses enfants, qu'ils échouent ou pas. Il est un Père aimant, cherchant seulement à nous sortir de nos faiblesses.

J'ai entraperçu cet amour récemment alors que je marchais dans les bois autour de notre ranch. Pas une fois je ne me suis arrêté pour regarder les oiseaux voler, libres et en bonne santé. Mais soudain, sur le chemin devant moi, j'ai vu un petit oiseau blessé essayer de voleter. Alors qu'il luttait si fort pour voler, ce petit oiseau pouvait seulement voleter impuissant dans la poussière. Je me suis baissé pour le ramasser. C'est alors qu'un passage familier de la Bible a traversé mon esprit : “Et pas un seul d'entre eux [les passereaux] ne tombe en terre, sans votre Père.”(Matthieu 10:29 v. Darby)

Certaines versions ont : “Cependant, il n'en tombe pas un à terre sans que votre Père ne le sache.” Mais Matthieu dit : “pas un ne tombe pas sans le Père.”

Dieu est avec nous, même lorsque nous tombons. Le Père ne tombe pas dans notre péché, mais Il vient bel et bien nous chercher là où nous sommes tombés. Il ne nous abandonne pas sur la pente glissante. Parce que, tu vois, nous sommes ce passereau.

Parfois, nous ne reconnaissons Son grand amour que lorsque nous touchons le fond. Tu remporteras une grande victoire si tu peux te convaincre du fait que Dieu t'aime même lorsque tu es blessé, estropié. Notre force est renouvelée par Son amour éternel. Repose-toi simplement dans ce merveilleux amour. Ne panique pas. La délivrance viendra.

La deuxième certitude est : C'EST MA FOI QUI LE REJOUIT LE PLUS ! “sans la foi il est impossible de lui être agréable” (Hébreux 11:6). Dieu nous impute notre foi à justice. “Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice.”(Romains 4:3)

Je peux ne pas comprendre pourquoi Il semble parfois prendre beaucoup de temps pour intervenir, mais je sais qu'Il tiendra Sa promesse envers moi.

mardi 23 avril 2013

RECEVOIR LA BENEDICTION DE LA CROIX

Dieu se plaît à utiliser ceux qui échouent, des hommes et des femmes qui pensent qu'ils ne peuvent rien faire de bien. Une dame m'a écrit récemment en disant : “mon mariage bat de l'aile. J'ai l'impression de tout faire de travers avec mes enfants. J'ai l'impression de ne pas avoir de valeur pour qui que ce soit. Je n'ai pas été une très bonne épouse, ni une très bonne mère, ni une très bonne chrétienne. Je dois être la plus grande ratée du monde.”

Elle est justement le genre de personne que Dieu recherche : des gens qui savent que, si quelque chose de bien se produit à travers eux, cela doit venir de Dieu. Tous les chrétiens crâneurs qui se promènent en se gaussant de leurs grandes capacités n'impressionnent pas Dieu. Dieu a regardé à un homme faible, manipulateur, vil, qui s'appelait Jacob, et Il a dit : “Ne crains rien, vermisseau de Jacob... Je viens à ton secours...Voici, je fais de toi un traîneau aigu, tout neuf, garni de pointes...tu te réjouiras en l'Éternel” (Esaïe 41:14-16).

Les hommes utilisent souvent Dieu pour obtenir fortune, gloire, honneur et respect. Le talent, la personnalité et l'intelligence sont utilisés pour faire avancer le royaume de Dieu, mais Il n'est pas impressionné. Sa force se manifeste parfaitement dans nos faiblesses, notre incapacité à obéir à Ses commandements par nos propres forces.

Dieu nous appelle à une vie de sainteté, séparée du monde. Il nous dit que nous pouvons être libérés des liens du péché. Sa Parole nous est adressée avec un défi impossible : “Résiste à Satan. Marche par l'Esprit. Sors du milieu d'eux. Aime tes ennemis. Laisse derrière toutes tes craintes. Rejette tes désirs coupables. Ne laisse aucun péché te dominer.”

Quand tu réfléchis honnêtement au peu que tu peux faire de toi-même pour remporter ces défis, tu réalises à quel point tu es faible. Ton cœur commence à pleurer : “Seigneur, comment pourrais-je faire des choses si grandes, si saintes ? C'est là que notre Dieu intervient ! Il vient avec un message tellement réconfortant : “Pose tes armes. Arrête d'essayer d'être auto-suffisant et fort. Je suis ton arme et ta force. Laisse-Moi faire ce que tu ne pourras jamais faire. Je vais te donner Ma justice, Ma sainteté, Mon repos, Ma force. Tu ne peux pas te sauver toi-même ni me plaire autrement qu'en recevant les bénédictions de la croix par la foi. Laisse moi prendre en charge ta croissance dans la sainteté.”

lundi 22 avril 2013

IL N'Y AVAIT PAS D'EPEE DANS LA MAIN DE DAVID by Gary Wilkerson

“Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin ; il le terrassa et lui ôta la vie, sans avoir d'épée à la main... Les Philistins, voyant que leur héros était mort, prirent la fuite. Et les hommes d'Israël et de Juda poussèrent des cris, et allèrent à la poursuite des Philistins jusque dans la vallée et jusqu'aux portes d'Ékron. Les Philistins blessés à mort tombèrent dans le chemin de Schaaraïm jusqu'à Gath et jusqu'à Ékron.”(1 Samuel 17:50-52)

Quand David a vaincu Goliath, la situation s'est tellement retournée qu'Israël a poussé les Philistins chancelants à prendre la fuite. Une phrase de grande importance se trouve dans ce passage : “Sans avoir d'épée à la main”. Dieu s'est montré fidèle vis-à-vis de la confiance de David, et cela a rempli tous les soldats israélites de foi. Toutes les moqueries et la honte étaient parties et leur confiance était revenue. La confiance dans le fait que leur Dieu mènerait la bataille pour eux.

Il y a un impact profond lorsque nous voyons la puissance de Dieu agir en notre faveur : notre confiance est renouvelée lorsque nous entrons dans le combat. La bataille est celle de Christ qui nous appelle : “Viens voir Ma main de victoire. J'ai coupé la tête de ton accusateur !” Nous avons maintenant le pouvoir de suivre, en disant : “Seigneur, tu ne m'as pas abandonné. Tu as permis tout cela, tous ces échecs et même ces railleries. Mais tu l'as fait avec miséricorde pour que je puisse croire en Toi.”

Pourtant, certains de nous se demandent encore : “Quand Dieu va-t-il faire quelque chose pour moi?” La réponse, c'est que Jésus a déjà fait quelque chose ! Ta victoire a été remportée il y a deux mille ans sur la croix. Son triomphe à la croix est la même victoire que celle qui met en déroute tous les géants dans nos vies. Ton mariage souffre peut-être, mais Christ a vaincu les puissances des ténèbres qui s'assemblent contre toi et ton épouse. Tu as peut-être des problèmes financiers, mais le Seigneur a préparé pour toi un futur et une espérance. Tes enfants ne mènent peut-être pas la vie sainte que tu envisageais pour eux, mais Jésus a prévu leur salut. Nous menons peut-être des batailles sur plusieurs fronts, mais Christ a déjà remporté la victoire pour nous.

Es-tu capable à présent de voir ton ennemi vaincu ? Pense à toutes les voix que tu entends et qui t'accusent. Tu peux leur répondre : “c'est la fin pour toi, Satan. La victoire de Jésus t'a mis en déroute. Ma victoire est déjà scellée et gagnée. Quand Il le choisira, mon champion démontrera cette victoire et le monde Le verra dans Sa gloire. Tous sauront que la bataille ne se gagne pas avec l'épée et la lance, mais avec le Seigneur.”

vendredi 19 avril 2013

VOICI LA VICTOIRE

“Et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi.”(1 Jean 5:4)

As-tu échoué ? Y a-t-il un péché qui te domine facilement ? As-tu l'impression d'être un lâche, faible, incapable d'obtenir la victoire sur un péché caché ? Mais, à côté de cette faiblesse en toi, y a-t-il aussi une soif dévorante de Dieu ? Es-tu attiré vers Lui, cherchant à L'atteindre ? Cette faim et cette soif sont la clé de la victoire. Elles te rendent différent de toutes les autres personnes qui ont été coupable d'échouer devant Dieu. Elles te mettent à part. Tu dois garder cette faim vivante. Continue d'avoir soif de justice. Ne justifie jamais ta faiblesse, ne t'y abandonne jamais et ne l'accepte jamais comme étant une part de ta vie.

La foi est ta victoire. Abraham avait ses faiblesses. Il a menti, poussant presque sa femme à l'adultère. Mais Abraham “cru en Dieu, et cela lui fut imputé à justice.” Dieu a refusé de retenir son péché contre lui, parce qu'il a cru !

Bien-sûr, tu as échoué. Peut-être hier, peut-être même aujourd'hui ! Mais crois-tu que Jésus a le pouvoir de finalement te délivrer de la puissance du péché ? Crois-tu que la croix de Jésus signifie que les liens du péché sont rompus ? Acceptes-tu le fait qu”Il a promis de te délivrer du filet de Satan ?

Laisse-moi te dire exactement où je crois que se trouve la victoire. Laisse ton cœur accepter toutes les promesses de victoire en Jésus. Ensuite, laisse la foi dire à ton cœur : “Je ne suis peut-être pas ce que j'aimerais être pour le moment, mais Dieu est à l’œuvre en moi et Il a le pouvoir de me libérer de la prise du péché. C'est peut-être très progressif, mais un jour viendra ou la foi vaincra. Je ne serai pas toujours un esclave. Je ne suis pas la marionnette du diable et je ne serai pas sa victime. Je suis un faible enfant de Dieu, attendant la force de Jésus. Je vais sortir de tout cela comme l'or purifié par le feu. Dieu est avec moi ! Je remets tout entre ses mains parce qu'Il est capable de me garder de tomber et de me présenter irréprochable devant le trône de Dieu, avec une joie incommensurable.”

jeudi 18 avril 2013

SON TRESOR SANS PRIX

Dieu est déterminé à accomplir Ses buts ici sur Terre, au-travers d'hommes qui ont des faiblesses.

Esaïe, ce grand combattant de la prière, était un homme comme nous. David, l'homme selon le cœur de Dieu, était un meurtrier adultère qui n'avait aucun droit moral aux bénédictions de Dieu. Pierre a renié le Seigneur Dieu du Ciel, maudissant Celui qui l'aimait le plus. Abraham, le père des nations a vécu un mensonge, utilisant sa femme comme un pion pour sauver sa peau. Jacob était un manipulateur. Adam et Eve ont transformé un mariage parfait en cauchemar. Salomon, l'homme le plus sage de la Terre, a fait certaines des choses les plus stupides jamais rapportées dans l'Histoire. Joseph s'est moqué de ses frères avec une joie presque enfantine, jusqu'à ce que ce jeu le frappe comme un retour de flamme. Jonas a méprisé la miséricorde de Dieu envers un peuple repentant et a voulu voir une cité entière brûler pour justifier ses prophéties envers elle. Lot a offert ses deux filles vierges à une foule perverse de Sodomites.

Et la liste continue encore et encore. Des hommes qui aimaient Dieu, qui ont été très utiles entre les mains de Dieu, ont été presque abattus par leurs faiblesses. Mais Dieu était toujours là, disant : “Je t'ai appelé. Je serai avec toi. Je vais accomplir Ma volonté, malgré cela !”

Une des Écritures les plus encourageantes de la Bible se trouve dans 2 Corinthiens 4:7 : “Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous.” Puis, Paul continue en décrivant ces vases de terre : des hommes mortels, troublés de tout côté, perplexes, persécutés, abattus. Et, bien que n'étant jamais abandonnés et sans espérance, ces hommes utilisés par Dieu sont constamment en train de gémir sous le fardeau de leur corps, attendant impatiemment d'être revêtus d'un corps nouveau.

Dieu se moque de la puissance humaine. Il rit de nos efforts égoïstes pour être bons. Il n'utilise jamais les forts et les puissants, mais les choses folles de ce monde pour confondre les sages.

“Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.” (1 Corinthiens 1:26-29)

Dieu a mis Son trésor sans prix dans des vases de terre parce qu'Il se plaît à faire l'impossible avec rien.

mercredi 17 avril 2013

AU MILIEU DE LA TEMPETE

« La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots ; car le vent était contraire. A la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux, marchant sur la mer. Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent : C'est un fantôme ! Et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris. Jésus leur dit aussitôt : Rassurez-vous, c'est moi ; n'ayez pas peur ! » (Matthieu 14:24-27)

Les disciples étaient tellement dépassés, submergés que la pensée même que Jésus était tout près d'eux, veillant sur eux leur semblait absurde. L'un deux s'est probablement dit : « C'est l’œuvre de Satan. Le malin est venu nous tuer à cause de tous ces miracles auxquels nous avons pris part. » Un autre s'est peut-être dit : « Qu'avons nous fait de mal ? Lequel a un péché caché dans sa vie ? Dieu est en colère contre quelqu'un dans ce bateau ! » Un autre a pu se demander : « Pourquoi nous ? Nous faisons ce qu'Il nous a dit de faire. Nous sommes obéissants. Pourquoi cette tempête tout à coup ? »

Et à l'heure la plus sombre, « Jésus alla vers eux ». Comme cela a dû être difficile pour Jésus de se tenir à l'écart de la tempête, les aimant si fort, ressentant chacune de leurs peines, voulant tellement les garder de tout mal, attiré vers eux comme un père vers ses enfants ayant des ennuis.

Pourtant, Il savait qu'ils ne pourraient jamais Le connaître ou Lui faire confiance pleinement tant que la pleine puissance de la tempête ne serait pas sur eux. Il se révélerait uniquement quand ils auraient atteint la limite de leur foi. Le bateau n'aurait pas coulé, mais leur peur les auraient noyés plus rapidement que les vagues frappant le bateau. La crainte de se noyer venait du désespoir, pas de l'eau !

« Quand les disciples le virent ... ils furent troublés, et dirent : C'est un fantôme »(Matthieu 14:26)

Ils n'ont pas reconnu Jésus dans cette tempête. Ils ont vu un fantôme, une apparition. La pensée que Jésus pouvait être si près, prenant part à ce qu'Il traversait, n'a même pas effleuré leur esprit.

Le danger que nous affrontons tous, c'est de ne pas être capable de voir Jésus dans nos problèmes. A la place, nous voyons des fantômes. Dans ce moment de frayeur intense, quand la nuit est la plus noire, que la tempête est la plus violente, que les vents sont les plus forts et que le désespoir nous submerge, Jésus vient toujours près de nous pour se révéler comme le Seigneur des flots, le Sauveur des tempêtes.

« L'Éternel était sur son trône lors du déluge ; L'Éternel sur son trône règne éternellement. » (Psaumes 29:10)

mardi 16 avril 2013

NOUS POUVONS ENTENDRE SA VOIX AUJOURD'HUI

Des millions se sont convertis parce qu'un homme a entendu Sa voix. Saul “tomba par terre, et il entendit une voix”(Actes 9:4). Quand il est devenu Paul, il a continué à entendre la voix du Seigneur. Il connaissait la voix de son Berger.

Pierre a permis à la voix du Sauveur de l'atteindre : “Pierre monta sur le toit...pour prier...Et une voix lui dit...”(Actes 10:9,13). Tout le monde païen a été accueilli dans le Royaume, avec la maison de Corneille, parce qu'un homme a obéi à Sa voix. Nous aussi, nous devons permettre à Sa voix de nous atteindre. “Aujourd'hui, si tu entends Sa voix...”(Psaumes 95:7). Voyez ce que Dieu peut faire avec des chrétiens qui apprennent à écouter le ciel !

Au lieu d'attendre que la voix de Dieu vienne à nous, nous courrons voir des conseillers, des psychologues, nous lisons des livres, écoutons des cassettes, espérant entendre quelque chose qui vienne de Lui. Nous voulons quelqu'un à suivre, un plan pour notre futur, une direction claire. Mais peu de gens savent comment aller au Seigneur et entendre Sa voix.

Dieu veut secouer la terre une fois de plus. L'univers entier est prêt à être ébranlé par le Saint-Esprit ! “Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux, lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse : Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel.”

Il l'a promis : “Une fois encore, Ma voix sera entendue. Ceux qui l'entendront ébranleront la terre. Le ciel et la terre seront ébranlés. Au son de Ma voix, ce qui sera délié sur terre aura été délié au ciel.”

A la dernière église, celle de Laodicée, le Seigneur a dit : “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.”(Apocalypse 3:20)

Voilà le dernier appel de Christ à Son église : “Ouvre ! Laisse Moi entrer dans ton lieu secret. Parle avec Moi et laisse Moi parler avec toi. Communions ensemble. C'est de cette manière que je te garderai à l'heure de la tentation qui vient sur le monde entier.”

lundi 15 avril 2013

“CHRISTUS VICTOR” by Gary Wilkerson

“Christus Victor” est la phrase en latin que les pères de l'église utilisaient pour décrire Jésus et Son expiation. La traduction approximative est : “Notre victoire n'est pas en nous, mais en Christ.” Si nous vainquons un ennemi quand les chances sont de 50-50, nous sommes tentés de penser : “J'ai remporté la bataille.” Mais, quand notre ennemi fait 3 mètres de haut, quand nous l'avons repoussé mais qu'il revient plus fort encore, quand nous avons épuisé toutes nos ressources, quand nous avons baissé les bras et dit : “je n'y arriverai pas”, alors Dieu dit : “je t'ai amené exactement là où je te voulais.”

Habituellement, les histoires de l'Ancien Testament sont enseignées aux enfants non comme des vérités spirituelles, mais comme des instructions morales. Par exemple, la leçon sur Jonas est habituellement présentée comme ceci : “Ne désobéis pas à Dieu ou tu vas te retrouver dans de gros soucis.”

La plupart d'entre nous a entendu l'histoire de David et Goliath à l'école du dimanche et la leçon est : “sois brave et courageux.” Le problème avec cette interprétation de l'histoire de David, c'est que nous apprenons à nos enfants à faire quelque chose qu'ils sont incapables de faire. Il n'y avait pas un seul soldat israélite qui pouvait survivre à un combat singulier avec Goliath. Cette bataille était au-delà des capacités de l'homme même le plus courageux.

De la même manière, lorsque nous sommes dans une bataille spirituelle, le courage et l'audace ne sont pas suffisants. David savait qu'il n'était pas un adversaire à la hauteur de Goliath. En fait, il n'était même pas encore un soldat, il était trop jeune. Les seules armes qu'avait David quand il s'est rendu sur le front, c'était du pain et du fromage pour ses frères. Mais ce qui faisait la différence avec David, c'est qu'il savait que la bataille n'était pas la sienne mais celle de Dieu. Quand il a entendu les moqueries de Goliath il a rendu ce témoignage :

“Aujourd'hui l'Éternel te livrera entre mes mains, je t'abattrai et je te couperai la tête...Et toute la terre saura qu'Israël a un Dieu. Et toute cette multitude saura que ce n'est ni par l'épée ni par la lance que l'Éternel sauve. Car la victoire appartient à l'Éternel. Et il vous livre entre nos mains.”

La victoire spirituelle ne vient jamais de nous. Elle vient de notre Libérateur. Dans cette histoire, David représente notre Libérateur, Jésus Christ. Il tranche au-travers de toutes nos frayeurs et de tous nos désespoir avec une autorité qu'aucun démon ne peut supporter. Goliath n'avait aucune chance ce jour là, pour une raison : la bataille était celle du Seigneur.

vendredi 12 avril 2013

PORTER DU FRUIT

Il y a un passage de l’Écriture qui me touche profondément. Jésus a dit : “Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruit...Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.”(Jean 15:1-6)

J'ai lu et relu ces mots puissants de Christ et je ne peux échapper à leur puissance de conviction. Le Saint-Esprit m'a convaincu de l'importance de comprendre ces mots. : “Mon Père est le vigneron... Tout sarment qui est moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche.”

Le fait que les chrétiens doivent porter du fruit n'est pas une option pour Dieu. Il surveille sa vigne et tous les sarments avec une grande jalousie et un grand intérêt, attendant patiemment que les branches portent du fruit. Il se tient à côté, la cisaille à la main, guettant avec amour le plus petit signe de corruption ou de maladie qui pourrait gêner la pousse. Dieu attends de chaque branche qu'elle porte du fruit. Sans fruit, il est impossible de Le glorifier ou d'être un vrai disciple de Christ. Jésus dit : “Si vous portez beaucoup de fruit, c'est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples.”(Jean 15:8)

Porter du fruit a tout à voir avec le fait de faire plaisir à Dieu, de remplir notre mission en Christ, et avec le fait de recevoir des réponses à nos prières et à nos demandes. Jésus dit : “Ce n'est pas vous qui m'avez choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne.”(verset 16).

En fait, porter du fruit concerne ce que nous devenons, pas simplement ce que nous faisons. Je porte du fruit quand rien n'empêche le flot de vie de Christ de circuler en moi. C'est ce que Jésus veut dire quand Il dit : “Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.”(Jean 15:3). Il nous dit : “Parce que vous avez cru en Ma parole, que vous l'avez crainte, que vous l'avez laissé révéler tous les secrets cachés, amener à la lumière toutes les choses sombres, parce que vous avez permis à la Parole de Dieu de vous purifier, tous les obstacles ont été enlevés !”

jeudi 11 avril 2013

LA SOUVERAINETE DE CHRIST

Ceux qui se soumettent à la souveraineté de Christ bénéficient d'une augmentation de leur force et de leur connaissance pour ce qui Le concerne. Ils gagnent littéralement une nouvelle force physique et mentale. Ils ne chancellent pas le long du chemin parce que Jésus déverse Sa propre force en eux pendant qu'ils avancent.

“C'est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients.”(Colossiens 1:9-11)

Dieu gardera irréprochables ceux qui se soumettent à Sa souveraineté pour le jour de la venue de Christ. Si nous nous soumettons à Jésus, faisant ce qu'Il nous ordonne sans nous appuyer sur notre propre compréhension, nous ne manquerons jamais de rien. Il pourvoira à tout ce dont nous avons besoin pour Lui plaire. Le Seigneur lui-même nous gardera sans reproche jusqu'à la fin !

“Car en lui vous avez été comblés de toutes les richesses qui concernent la parole et la connaissance, le témoignage de Christ ayant été solidement établi parmi vous, de sorte qu'il ne vous manque aucun don, dans l'attente où vous êtes de la manifestation de notre Seigneur Jésus Christ. Il vous affermira aussi jusqu'à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus Christ. Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus Christ notre Seigneur.”(1Corinthiens 1:5-9)

Nous devons confier nos vies aux soins de Jésus. Ensuite, c'est Sa responsabilité de nous garder : “Le Seigneur est fidèle, il vous affermira et vous préservera du malin.”(2 Thessaloniciens 3:3). Il nous dit : “Si tu Me places sur le trône de ton cœur, Je te garderai irréprochable jusqu'à Ma venue. Je t'empêcherai de tomber !” “Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien.”(1 Pierre 4:19)

mercredi 10 avril 2013

JESUS REGNE SUR MA VIE

Peut-être te dis-tu : “Je veux que Jésus règne sur ma vie. Je veux faire tout ce qu'Il m'ordonne !” Laisse-moi te montrer deux des merveilleuses bénédictions accordées à tous ceux qui couronnent Jésus comme roi sur leur vie.

D'abord, l’Écriture dit que, si tu te soumets à Jésus, attendant de recevoir Son conseil et Sa direction, tu auras part à Sa sainteté. “D'ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie ? Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté.” (Hébreux 12:9-10)

Paul nous ordonne de venir à Jésus, Lui demandant de nous donner le pouvoir de dominer nos péchés et nos craintes : “Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.”(Romains 6:13-14)

Dieu dit ici : “Si tu veux connaître une vie abondante, une vie vraie, alors soumets-toi à Moi et Je te donnerai une vie sans crainte, sans culpabilité ni condamnation !”

Deuxièmement, ceux qui se soumettent à l'autorité de Christ marchent dans la paix, sans crainte et sans anxiété. “De nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, De le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie...Grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, en vertu de laquelle le soleil levant nous a visités d'en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, Pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.”(Luc 1:74-75, 78-79)

Quelle promesse merveilleuse ! Si nous Lui offrons nos vies, Il brillera de Sa lumière sur nos ténèbres et nous guidera dans la paix et le repos. Cela se voit quand une personne a couronné Christ dans son cœur. Une telle vie produit une paix qui surpasse toute intelligence et on peut voir cette paix se refléter sur le visage et dans l'attitude de cette personne.

mardi 9 avril 2013

L’AUDACE POUR ENTRER

Hébreux 10 contient une promesse incroyable. Ce chapitre dit que la porte de Dieu est toujours ouverte pour nous, nous offrant un accès total au Père.

« Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure » (Hébreux 10 : 19-22).

Quelques versets plus loin, on nous averti du fait que le jour du Seigneur approche rapidement : « N'abandonnons pas notre assemblée, comme c'est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d'autant plus que vous voyez s'approcher le jour » (Hébreux 10 : 25). Dieu dit : «Maintenant même, alors que l’heure du retour de Christ approche à grands pas, tu dois rechercher ma face. C’est le moment d’aller dans ton lieu secret et de me connaître ! »

Je crois que nous voyons déjà des signes qui montrent que nous sommes proches d’un effondrement de notre système financier, la violence et l’immoralité sont à leur point culminant et notre société est dans la quête folle du plaisir. Les faux prophètes, les « anges de lumière », en ont déçu beaucoup avec leurs doctrines de démons. Et à tout moment, nous pouvons nous attendre à voir l'heure de la tribulation, ce qui entraînera le cœur des hommes à faillir avec crainte. Cependant, avant que cela n’arrive, l’auteur des Hébreux dit :

« Ne laisse pas la vérité s’éloigner de toi ! Reste éveillé et en alerte. Tu as une porte ouverte dans la sainte présence de Dieu, alors vas à Lui avec la pleine assurance de la foi, lui faisant connaître tes demandes. Le sang du Christ a déjà fait le chemin pour toi et rien ne se dresse entre le Père et toi. Tu as le droit d'entrer dans le saint des saints, pour recevoir toute l'aide dont tu as besoin ! »

lundi 8 avril 2013

MARCHE SELON L’ESPRIT by Gary Wilkerson

La plupart d’entre nous pourrait admettre que nous sentons rarement la grâce de Dieu à l’œuvre en nous. Paul fait part de ce dilemme aux Galates quand il écrit : « Je dis donc : Marchez selon l’Esprit et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. » (Galates 5 : 16).

Cela semble assez simple mais nous avons tendance à prendre le conseil de Paul comme un ordre difficile auquel il faut obéir. Nous serrons les dents et nous disons : « Je vais marcher dans l’Esprit aujourd’hui. » Et une fois que nous sommes tombés, nous pensons que nous n’avons pas « été spirituels » alors nous essayons encore plus fort. Soudain, nous sommes de nouveau sous la loi parce que nous sommes retournés à notre capacité charnelle plutôt que de croire que nous sommes déjà dans l’Esprit.

Paul dit : « Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi » (Galates 5 : 18). En d’autres termes, l’Esprit de Dieu demeure en toi, Il te donne constamment accès à Sagrâce qui te rend capable. Quand Paul dit : « Marchez selon l’Esprit », il veut dire : « Marchez sous la grâce, pas sous la loi. »

Paul nous montre alors le résultat d’une marche selon l’Esprit : « Le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; la loi n’est pas contre ces choses » (Galates 5 : 22-23). Retiens ceci : ces choses ne viennent pas à cause de ce que nous faisons. Elles sont le fruit de la justice que Dieu a mis en nous, le résultat de Son œuvre en nous.

Tu ne te sens peut-être parfois pas beaucoup en état d'aimer, mais l’amour est en toi parce que Dieu l’y a mis. Tu ne te sens peut-être pas rempli de joie ou de paix mais Dieu a planté les deux profondément à l’intérieur de toi. Son Esprit est à l’œuvre en toi à chaque instant de chaque jour pour Sa grande gloire et pour ta bénédiction profonde.

Dans l’un des plus merveilleux passages de l’Ecriture, Paul nous livre la réponse de Dieu à la condition humaine : « Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur… Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent non selon la chair mais selon l’Esprit. En effet, la loi de l’Esprit de vie en Jésus Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort » (Romains 7 : 25, 8 : 1-2).

vendredi 5 avril 2013

ILS NE CROIENT PAS QUE DIEU ENTEND LEURS PRIERES

Certains croyants se découragent lorsqu'une prière demeure sans réponse, et, finalement, ils abandonnent, tout simplement. Ils pensent : “la prière ne marche pas pour moi, alors pourquoi prier si cela ne fonctionne pas ?”

Les israélites de l'époque d'Esaïe avait la même attitude. Esaïe a écrit : “Tous les jours ils me cherchent, Ils veulent connaître mes voies ; Comme une nation qui aurait pratiqué la justice ...Ils me demandent... Ils désirent l'approche de Dieu. Que nous sert de jeûner, si tu ne le vois pas ? De mortifier notre âme, si tu n'y as point égard ?”(Esaïe 58:2-3)

Ces gens disaient : “Nous aimons Dieu, Nous faisons ce qui est juste et nous évitons le péché. Jusque tout récemment, nous avons été fidèle dans la recherche de Dieu dans la prière. Mais, vous savez quoi ? Il ne nous a jamais répondu. Alors pourquoi continuer à mortifier mon âme devant Lui ?”

Jacques a écrit que Dieu ne répond pas aux prières de ceux qui demandent des choses uniquement pour leur satisfaction personnelle : “Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions”(Jacques 4:3). En d'autres termes : “Tu ne demandes pas selon la volonté de Dieu. Tu n'es pas prêt à te soumettre à ce qu'Il désire. Au lieu de cela, tu tentes de Lui dicter ces choses qui satisferont ton propre cœur.”

Notre Dieu est totalement fidèle. Paul a écrit : “Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur”(Romains 3:4). Il nous dit : “Peu importe que tu entendes des millions de voix pleurer : “la prière ne marche pas. Dieu ne m'entends pas”, que tout homme soit appelé menteur parce que la Parole de Dieu demeure. Et Il est fidèle pour nous entendre !”

Jésus dit : “Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.”(Matthieu21:22). Pour le dire clairement : “Si tu crois réellement, tu seras disposé à attendre, dans la confiance, une réponse de la part de ton Père céleste. Peu importe le temps que cela prendra, tu te tiendras dans la foi, croyant qu'Il répondra.”

“Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge, A la vue des fils de l'homme !”(Psaumes 31:19). “Ceux qui cherchent l'Éternel ne sont privés d'aucun bien.”(34:10)

jeudi 4 avril 2013

DES PRIORITES PERVERTIES

Les chrétiens qui négligent la prière ont perverti leurs priorités. Beaucoup de croyants ne s'engagent dans la prière que lorsqu'ils en trouvent le temps, s'ils le trouvent. Ainsi chaque semaine, rechercher Christ devient moins important pour eux que de nettoyer la voiture, faire le ménage, rendre visite à des amis, manger au restaurant, faire du shopping ou regarder les événements sportifs. Ils ne se réservent tout simplement pas de temps pour prier.

Les gens n'étaient pas différent à l'époque de Noé et de Lot. Leur priorités étaient de manger et de boire, d'acheter et de vendre, de se marier et de prendre soin de leurs familles. Ils n'avaient pas le temps d'écouter les messages annonçant le jugement de Dieu à venir. Et donc, personne n'était prêt quand le jugement est tombé !

De toute évidence, rien n'a changé au cours des siècles. Pour beaucoup de chrétiens aujourd'hui, Dieu se trouve tout en bas de la liste des priorités. En haut se trouve le revenu, la sécurité, le plaisir, la famille.

Bien-aimé, le Seigneur ne veux pas de tes restes : ces petits restes de temps, quand tu as seulement un moment pour jeter une rapide prière de requête. Ce n'est pas un sacrifice de prière.

Le prophète Malachie a écrit : “Quand vous offrez en sacrifice une bête aveugle, n'est-ce pas mal ? Quand vous en offrez une boiteuse ou infirme, n'est-ce pas mal ? Offre-la donc à ton gouverneur ! Te recevra-t-il bien, te fera-t-il bon accueil ? Dit l'Éternel des armées.”(Malachie 1:8)

Malachie dit ici : “Tu apportes tes vieux animaux pour les sacrifier dans la présence de Dieu. Des présents dont tu n'as pas pris soin, qui ne sont pas importants pour toi, des présents de seconde-main. Essaye d'offrir de telles choses à ton gouverneur et vois ce qui se passera !”

Dieu attends de son peuple qu'il inspecte son troupeau attentivement, examinant chaque animal et choisissant le plus parfait pour le sacrifice. De la même manière, aujourd'hui, Dieu attends la même chose de nous. Il veut du temps de qualité, sans précipitation. Et nous devons faire de ce temps une priorité !

J'ai rencontré un jour le pasteur d'une des plus grandes églises américaines. Cet homme était l'un des pasteurs les plus occupés que j'aie jamais vu. Il m'a dit, sans chercher à s'en excuser : “je n'ai pas le temps de prier”. Mais cela voulait dire en réalité : “je ne donne pas la priorité à la prière.” Quand j'ai visité l'église, je n'ai ressenti aucune manifestation de l'Esprit de Dieu au milieu de la congrégation. En fait, c'est l'une des églises les plus mortes dans lesquelles j'ai prêché. Comment peut-il y avoir de la vie si le pasteur ne prie pas ?

Aucun chrétien ne mettra du temps à part pour prier, à moins que ça ne devienne sa première priorité dans la vie : avant la famille, la carrière, les loisirs, et tout le reste. Autrement, le sacrifice est perverti.

mercredi 3 avril 2013

UN AMOUR BON MARCHE

Quand j’utilise le mot “tiède” pour décrire l’amour de quelqu’un pour Jésus, je ne veux pas dire qu’il est froid envers le Seigneur. Mais, je veux dire que son amour est « bon marché », peu couteux. Laisse-moi te donner un exemple : quand Jésus s’adresse à l’église d’Ephèse dans Apocalypse 2, Il les félicite d’abord pour tout ce qu’ils ont fait. Il reconnaît qu’ils ont travaillé dur dans la foi, en haïssant le péché et le compromis, en refusant les fausses doctrines, en ne défaillant pas ou en n’abandonnant pas pendant les persécutions, en prenant toujours partie pour l’évangile. Mais Christ dit qu’Il a cependant une chose contre eux : ils ont abandonné leur fervent, leur coûteux amour pour Lui ! « Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour » (Apocalypse 2 : 4).

D’une certaine manière, au milieu de toutes leurs bonnes œuvres, ils ont laissé derrière eux leur marche disciplinée et pleine d'amour avec Jésus. Et maintenant Il leur dit : « Tu as laissé ton premier amour et abandonné la discipline coûteuse qui consistait à venir en ma présence pour être en communion avec Moi. »

Note bien ceci : Jésus parle ici à des croyants qui ont commencé avec un ardent amour pour Lui, pas des chrétiens froids qui ne sont des chrétiens que de nom et qui ne l’ont jamais mis à la première place dans leur cœur. Il dit : « Il est possible à quelqu’un qui m'aimait de tout son cœur et en qui j’avais la première place, de laisser son zèle tiédir, abandonnant presque totalement la prière. »

Pense à combien tout ceci doit être insultant pour Christ, notre Fiancé. Quelle sorte de mariage pourrait être un mariage dans lequel un mari et sa femme n’aurait pas de moments d’intimité ? Et c’est justement ce dont Jésus parle ici. Il veut des moments où tu seras tout à Lui !

Peu importe le volume sonore de ta louange dans l’église, peu importe combien tu dis que tu L'aimes, combien de larmes tu verses. Tu peux donner généreusement, aimer ton prochain, haïr le péché, reprendre ceux qui font le mal, mais si ton cœur n’est pas continuellement attiré vers la présence de Christ, tu as perdu ton amour pour Lui.

Toutes nos œuvres sont vaines à moins de retrouver notre premier, notre ardent amour pour Jésus. Nous devons réaliser : « Aimer Jésus ce n’est pas juste faire des choses. Cela implique une discipline quotidienne pour maintenir une réelle communion et cela va me coûter quelque chose. »

mardi 2 avril 2013

POURQUOI LES CHRETIENS ONT-ILS DU MAL A PRIER ?

L’Écriture fait clairement apparaître que la réponse à tout pour nos vies est la prière additionnée de foi. L’apôtre Paul écrit : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces » (Philippiens 4 : 6). Paul nous dit : « Recherche le Seigneur dans tous les domaines de ta vie et remercie-Le par avance de t’avoir entendu ! »

Paul souligne que nous devons toujours prier en premier lieu et pas en dernier recours, après être d'abord allé voir les amis, puis un pasteur ou un conseiller pour enfin finir à genoux. Jésus nous dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6 : 33). Nous devons aller au Seigneur en premier !

Notre ministère reçoit des lettres déchirantes provenant de multitudes de chrétiens brisés. Des familles sont brisées ; des gens qui marchaient fidèlement avec Christ depuis des années vivent dans la crainte et la défaite. Chacune de ces personnes a été vaincue par quelque chose (le péché, la dépression, le matérialisme, la convoitise) et, année après année, leurs problèmes se sont aggravés.

Cependant, ce qui me choque le plus dans leurs lettres c’est que très peu de ces chrétiens parlent de la prière. Ils se tournent vers des vidéos, des livres, des conseillers, des émissions radio, des thérapies de toutes sortes mais rarement vers la prière.

Pourquoi est-ce si difficile pour les chrétiens de rechercher Dieu pour leurs besoins essentiels lorsqu'ils sont dans un temps de crise ? Après tout, la Bible témoigne longuement que Dieu entend les cris de Ses enfants et qu’Il leur répond tendrement avec amour.
  • « Les yeux de l'Éternel sont sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leurs cris » (Psaumes 34 : 15). 
  • « Quand les justes crient, l'Éternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses » (Psaumes 34 : 17). 
  • « Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute, quoi que ce soit que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée » (1 Jean 5 : 14-15). 
  • « Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez » (Matthieu 21 : 22). 
Ces promesses sont des preuves éclatantes de la sollicitude de Dieu.

lundi 1 avril 2013

IL A FAIT DE TOI UNE NOUVELLE CREATURE ! by Gary Wilkerson

As-tu été libéré ? Tu penses peut-être : « Évidemment ! J’ai été lavé, racheté, rendu saint par Jésus et je vis pour Lui. »

Voici maintenant la question suivante : ta vie de tous les jours reflète-t-elle la glorieuse liberté que tu viens de décrire ? Tes amis, ton épouse, tes enfants peuvent-ils dire que tu as été libéré ? Ou es-tu comme les multitudes de chrétiens qui ont l’impression d’être sur une balançoire spirituelle ? Ta marche avec Christ est-elle continuellement jalonnée de haut et de bas, apparemment spirituelle à un moment et charnelle l’instant suivant ?

Par la foi, nous acceptons les grandes vérités concernant l’œuvre de Jésus pour nous : le salut, la rédemption, la sanctification, la délivrance. Cependant, pour beaucoup d’entre nous, ces « vérités spirituelles » appartiennent à un autre monde. Chaque semaine, nous chantons et nous nous réjouissons à l’église de ce que Jésus a fait pour nous, mais est-ce que le don qu'Il nous a fait de nous rendre libre est une réalité dans nos vies de tous les jours ?

Parfois, nous luttons pour rester purs en pensées et en actions. Peut-être as-tu dit quelque chose de désagréable à ton épouse cette semaine et tu t’es mis à gamberger : « Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? Pourquoi ne puis-je pas être une bénédiction pour mon couple ? »

Lorsque nous échouons dans notre marche avec Dieu, nous nous demandons : « Dieu m’a-t-il réellement libéré ? » Peut-être même que tu te poses des questions sur ton salut. Mon ami, ceci n’est pas la liberté. Alors que veut dire être réellement libre en Christ ? La première preuve de cela vient de Jésus qui dit : « Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ?... Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6 : 27, 33).

Christ a offert les mêmes mots à chacun d’entre nous concernant nos vies spirituelles : ne crains point ! Peu importe combien tu te sens déprimé par ta marche avec Lui. Il déclare : « Tu es une nouvelle création » (voir 2 Corinthiens 5 : 17). A l’instant où tu as choisi de suivre Jésus, il a fait de toi une nouvelle créature et cela ne changera jamais. Même si tu penses que tu t’es trop éloigné, Jésus dit le contraire : « Ne crains rien. J’ai pourvu à toutes choses pour que tu sois en communion avec Moi. »