vendredi 29 mars 2013

“NICKY, JESUS T'AIME !”

Je ne suis pas contre le fait d'utiliser des méthodes modernes dans le ministère. Nous utilisons beaucoup de ces choses, mais nous ne recevons pas nos directions de ces “outils de prédications”. Nous passons du temps à genoux, recherchant la direction du Seigneur pour tous les domaines que nous touchons. Cependant, la prière est une pratique qui se perd parmi les prédicateurs, aujourd'hui. Ils s'appuient sur les ordinateurs et sur les méthodes modernes plutôt que sur Christ.

Aujourd'hui, des “experts” ont pris les rennes de l'église. Le péché est vu au travers de termes psychologiques, qualifié de “maladie”. On dit d'un drogué qu'il a une “faiblesse”. Les autels ont été remplacés par des salles de conseils. Les prophètes de sainteté ont été remplacés par des psychologues et des travailleurs sociaux, utilisant le dernier jargon à la mode centré sur l'homme. En bref, Jésus est en train d'être détrôné, et Freud est élevé.

Il y a 50 ans, Dieu m'a poussé à commencer un ministère parmi les drogués et les alcooliques de New York. Nous n'avions pas d'argent et pas de livre de référence, uniquement une totale dépendance du Saint-Esprit. On pouvait lire sur un panneau dans nos bureaux : “personne ne brille ici, sauf le Saint-Esprit !” Pendant nos réunions, nous priions : “Seigneur, notre aide ne vient pas de psychologie ou de psychiatrie, mais du Saint-Esprit. Nous ne pouvons rien faire à moins que tu ne changes les cœurs !”

Nicky Cruz, un des premiers chefs de gang que nous avons rencontré, était un assassin. Un psychiatre de notre connaissance s'est intéressé à son cas. Après toute une journée passée avec Nicky, le psychiatre a décidé que Nicky était incorrigible, qu'il n'y avait pas d'espoir. (Cet homme ne savait pas que Nicky prenait justement plaisir à embrouiller tous les “docteurs de la tête”.)

Mais Jésus avait d'autres plans pour Nicky, et Christ a accompli en 5 minutes ce que les experts disaient impossible. Nicky n'a pas été psychanalysé, se tête n'a pas été examinée. Non, Dieu lui a envoyé une flèche en plein cœur. Et cette flèche, c'était la vérité de l'évangile : “Nicky, Jésus t'aime !”

En un instant, le cœur de pierre de Nicky a été remplacé par un cœur de chair. Nicky a pleuré, nous serrant tous dans ses bras. Il a été transformé de façon surnaturelle par la puissance de Dieu, après que les experts de la société aient tiré un trait sur lui.

jeudi 28 mars 2013

LE SALAIRE

Je veux te montrer quatre tragiques conséquences qui s’abattront sur ceux qui détrônent Dieu.

1. “Israël est une vigne branchue, il porte du fruit pour lui-même.”(Osée 10:1 version Darby)

En Israël, chacun se préoccupait de ses propres intérêts et le résultat était totalement stérile. Osée parlait à des croyants, leur montrant une image de ce qui arrive à tous ceux qui détrônent le Seigneur dans leur vie. De telles personnes deviennent égoïstes et misérables et tout leur travail est vain, stérile.

2. “Leur cœur est partagé ... L'Éternel renversera leurs autels, détruira leurs statues.”(verset 2)

Le cœur de notre nation est divisé. Les américains honorent Dieu et leur religion de leurs lèvres mais ils n'adorent pas le Seigneur en esprit et en vérité. Ça a conduit directement à la détérioration de toutes nos institutions sacrées. Lorsqu'on perd la foi en Dieu et qu'on place notre confiance en autre chose, cette chose devient une idole. Cela se produit dans notre pays aujourd'hui. Notre société ne fait plus confiance à Dieu et se tourne vers le gouvernement, le Président, le système éducatif, la sécurité sociale. Tout cela dans le but de trouver une sorte de stabilité. Dieu dit : “Si vous ne Me faites pas confiance, je fais faire échouer toutes les institutions en qui vous avez placés votre confiance.”

3. “Vous avez cultivé le mal, moissonné l'iniquité...Car tu as eu confiance dans ta voie, Dans le nombre de tes vaillants hommes.”(verset 13)

Osée dit : “vous n'avez plus confiance en Dieu et maintenant vous allez moissonner l'iniquité !” L'humanité d'aujourd'hui est sophistiquée, éduquée, pleine de connaissance. Nous avons détrôné Dieu, rejetant la Bible et la prière, et mettant à sa place la science, la psychologie et l'éducation. Et pourtant, je te le demande, qu'avons nous récolté ? Que nous a donc rapporté toute notre connaissance sophistiquée ?

4. “Nous n'avons point de roi, Car nous n'avons pas craint l'Éternel”(verset 3)

Osée était prophète en Israël, mais lorqu'Israël a commencé à sombrer, il n'avait pas la capacité de stopper cette perte de foi. Ses mots n'avaient aucune autorité. Quand il parlait, le peuple se contentait de hocher la tête en disant : “Nous n'avons pas de responsable ayant autorité, pas de direction. Nous sommes à la dérive.”

C'est exactement ce qui se produit aux États-Unis en ce moment, et la même chose se produit dans l'église aujourd'hui. De nombreux chrétiens se moquent de leurs pasteurs, ridiculisant leur autorité. Pourquoi ? Parce que les paroles de ces hommes n'ont plus de puissance. Les gens disent : “Nous n'avons plus de direction dans notre église. Nous sommes perdus, confus.” Voilà le salaire qui découle du fait de détrôner Dieu !

mercredi 27 mars 2013

REJETER LE CONSEIL DE DIEU

Quand le prophète Osée a décrit la terrible moisson qui résultait du fait de détrôner Dieu de Sa royauté et de s'en remettre à la chair, il s'adressait à un peuple que le Seigneur avait porté dans Ses bras pendant des années.

Dieu avait béni Israël et l'avait rendu prospère, leur donnant des maisons qu'ils n'avaient pas construites, des vignes qu'ils n'avaient pas plantées. Il avait suscité des hommes de Dieu pour parler en tant que prophètes et leur donner des directions claires. Et pendant des années le peuple s'était montré fidèle envers Dieu. Ils avaient écouté son conseil, ne s'en remettant jamais à la chair. Quand Dieu leur parlait, ils obéissaient. Et ils étaient délivrés miraculeusement de puissants ennemis.

Mais ensuite, un temps où Dieu a été mis de côté est venu en Israël et le Seigneur les a accusés de quelque chose de terrible : “Ils sont plongés dans la corruption...”(Osée 9:9). “Tous leurs chefs sont des rebelles.”(verset 15)

Quel est ce péché horrible qu'ils ont commis ? Était-ce l'ivrognerie, la perversité sexuelle, la convoitise, l'adultère, le meurtre ? Non, Dieu a dit que leur faute était de s'être détournés de Son conseil, d'avoir ignoré Sa parole et d'avoir obéi à des hommes : “Mon Dieu les rejettera, parce qu'ils ne l'ont pas écouté”(verset 17). Au yeux de Dieu, le plus grand péché qu'un croyant puisse commettre est de ne plus dépendre de Lui.

Le Seigneur a dit à Israël : “Vous ne placez plus votre confiance en Moi. Je ne suis plus votre guide, votre source de sagesse. A présent, vous vous tournez vers la sagesse humaine. Vous vous tournez de nouveau vers l’Égypte afin d'obtenir son aide, vers cet endroit même dont je vous ai sauvé. Vous avez rejeté Ma parole et vous vous êtes détourné de Moi.”

Un grand prophète puritain a écrit : “La pure puissance ne s'inquiète jamais d'obtenir notre coopération. Elle la demande, c'est tout.” En d'autres termes, Dieu ne nous dit pas : “Fais ta part et je ferai la Mienne. Jette Moi juste un coup d'œil de temps en temps.” Non ! Dieu est pure puissance et Il demande que nous Le suivions, d'abord et avant tout, dans tout ce que nous faisons. Nous devons être complètement dépendant de Lui ; si ce n'est pas entièrement le cas, nous mettons à mal Sa royauté sur nos vies.

mardi 26 mars 2013

COURONNE ROI

L’apôtre Paul écrit que quand Jésus reviendra, il se « manifestera en son temps le bienheureux et seul souverain, le Roi des rois, et le Seigneur des seigneurs » (1 Timothée 6 : 15). Paul dit en substance : « Quand Christ reviendra, Il montrera à tout le monde qui est le Seigneur ! »

Dieu le Père a couronné Christ comme roi des nations et de toute la nature, et comme Seigneur de l’Eglise. Paul dit : « Peu importe ce que paraissent les choses à l'extérieur. Tout peut paraître sans contrôle et on pourrait croire que le diable a pris le pouvoir. Mais la vérité, c'est que Dieu a mis toutes choses sous les pieds de Jésus et qu’Il est encore Roi de toutes choses ! »

« Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui » (Colossiens 1 : 16). « Il est la tête du corps de l'Église ; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier » (Colossiens 1 : 18).

Ces passages prouvent que le Dieu Tout-Puissant a désigné Jésus Christ en tant que Seigneur, et toutes dominations ont été remises entre Ses mains. Cependant, nous voyons tout autour de nous notre société et nos gouvernements détrôner Christ, refusant de reconnaître Son autorité et Sa royauté. Nous sommes en train d'enlever Dieu de nos écoles et de nos tribunaux, de l'ignorer dans la rédaction de nos lois. Et maintenant, nous récoltons une terrible moisson.

Je crois que le rejet par l’Amérique de la royauté de Christ est la cause qui est derrière tous les massacres, la violence, la haine raciale, la décadence morale, l’utilisation de drogues et l’explosion de maladies sexuelles mortelles dans notre société. Ceux qui écrivent les lois, les éducateurs et les médias ont fait de Dieu un sujet tabou.

Pourtant, ma préoccupation va au-delà du rejet de l’autorité de Jésus par l’Amérique. Je crois que le problème de Christ qui est détrôné est bien pire, bien plus tragique parce qu’il arrive dans Son église. C’est vrai ! Notre exalté Seigneur est en train d'être enlevé du trône dans des églises à travers tout le pays et dans la vie d’une multitude de croyants.

Il est compréhensible que des impies veuillent détrôner Christ. Mais combien Dieu doit être meurtri de voir Christ détrôné par ceux qui s’appellent eux-mêmes par Son nom.

lundi 25 mars 2013

LA JUSTICE PAR LA FOI by Gary Wilkerson

Aujourd’hui, beaucoup de chrétiens s’épuisent pour essayer d’éloigner le péché. Ils mettent toute leur énergie là-dedans, jusqu’à ce qu’ils soient vidés de leur dernière once de joie. La victoire que Christ a remportée pour eux se perd dans leurs efforts obstinés pour mettre en place leur propre justice.

Une justice qui est mue par quoi que ce soit d’autre que la foi sera toujours un échec. Tu vois, il ne peut y avoir à la fois la justice de Dieu et notre justice. Cela voudrait dire qu’il y a deux évangiles : le sien et le nôtre. Nous ne pouvons mélanger notre propre justice à la sainte justice de Dieu.

Tu te demandes peut-être : « Mais ne sommes-nous pas censés faire des efforts ? La Bible ne dit-elle pas que nous devons nous détourner du péché ? » La seule façon de se détourner du péché, c'est au travers de Jésus ! Il n’est pas seulement une vérité que tu acceptes, Il est le Dieu vivant et Celui qui te sanctifie. Son œuvre de sanctification en toi ne s’arrête ni le jour ni la nuit.

Paul répond à la question des propres efforts dans Romains 9, quand il parle d’un peuple qui a réellement atteint la justice : « Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi » (Romains 9 : 30). Ces gens ne se sont pas épuisés dans leurs propres efforts et n’ont pas été écrasés par leurs échecs. Ils ont mis toute leur foi dans l’œuvre de Jésus pour eux à la croix, et ils ont été soutenus par Sa vie abondante.

« Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient » (Romains 10 : 4). Christ est la fin. Il n’y a rien d’autre ! « Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Romains 9 : 16). Ces versets ont apporté la liberté à toutes les générations de croyants.

Ami, est-ce que tu t’épuises à essayer de devenir meilleur ? Es-tu fatigué par le cycle sans fin de réengagement et d’échec ? Mets tout cela derrière toi ! Cesse tous tes efforts. Ta place auprès du Seigneur ne dépend pas de ta volonté mais de Dieu, qui fait grâce. Fais-Lui confiance, à Lui seul, pour obtenir la victoire.

vendredi 22 mars 2013

UNE PAROLE INHABITUELLE

Récemment, le Saint-Esprit m'a donné une parole inhabituelle, une parole que je n'avais pas envie d'entendre ! Il m'a dit : “Tu te limites à une vision très limitée de l'océan d'amour et de grâce de Dieu. Tu as dû endurer beaucoup de culpabilité, de condamnation et de crainte parce que tu n'as pas permis au Saint-Esprit de te révéler l'immensité de Ma miséricorde, qui pardonne, guérit et réconcilie. Tu ne connais pas cet aspect de Moi qui est tendresse !”

Dieu m'a montré que là est la cause de nombreux abandons, de nombreuses chutes. Quand le péché frappe, quand Satan vient comme un fleuve, lorsque tu retombes dans une vieille habitude, un vieux péché, le malin crée une chaîne pour te lier. D'abord, la culpabilité te submerge, ensuite, la peur remplit ton cœur. Une impression d'échec complet et d'impuissance envahit ton âme. A ce moment là, la plupart des croyants pensent avoir épuisé la miséricorde, parce que leur vision de la grâce de Dieu est tellement limitée.

Satan vient vers toi et dit : “Tu as atteint la limite. Tu as confessé ton péché encore et encore. Il n'y a aucune chance que Dieu te pardonne maintenant, parce que tu as péché contre la lumière. Si tu te confesses une fois de plus, dès que tu te seras retourné, tu pêcheras encore. Alors abandonne maintenant !”

Le diable ne veut pas que tu puisses voir l'immense océan de grâce. Il veut que tu n'en voies seulement qu'un filet ! A cause de notre ignorance en ce qui concerne la puissance de l'amour de Christ, qui pardonne et qui restaure, nous sommes détruits. Nous pensons avoir épuisé Sa miséricorde envers nous parce que nous sommes si horriblement limités par cette vision étriquée. Nos yeux n'ont pas encore été ouverts sur la grâce infinie de notre tendre Père ! Nous sommes tellement liés par cette fausse vision de Sa grâce que nous sommes incapables de croire ou de comprendre ce que Jacques a dit : “vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.”(Jacques 5:11)

Ce verset signifie : “Dieu se laisse facilement toucher par nos problèmes et nos blessures. Il ressent notre peine et nos échecs. Il est bon et compatissant envers nous. Il nous aimait même lorsque nous étions Son ennemi. Même lorsque nous L'offensons, Il est prêt à nous aider, à nous restaurer et à nous pardonner.

Le terme “miséricorde” signifie : “pitié qui pousse à pardonner à un coupable, pardon accordé par pure bonté” (Larousse). Dieu a le pouvoir de nous condamner à la damnation éternelle à chaque fois que nous péchons. Il nous as en Son pouvoir et peut nous faire tout ce qu'Il souhaite. Et il plaît à Son tendre cœur d'être compatissant, aimant et bon envers ceux qui échouent le plus.

jeudi 21 mars 2013

FERME JUSQU'A LA FIN

L'incrédulité, même la plus légère, est détestable pour Dieu. C'est un péché accablant, un péché qui détruit l'âme. C'est une entrave à l’œuvre de Dieu en nous et c'est ce péché qui est derrière tout abandon de Dieu.

Tu peux être totalement indifférent aux biens matériels de ce monde et attendre avec impatience la venue de Jésus. Tu peux entendre de puissantes prédications et louer Dieu dans Sa maison. Et tu peux dévorer sa Parole chaque jour. Mais, à moins que tu ne pries : “Oh, Dieu, permets que je reçoive Ta Parole dans mon être intérieur, permets que je puisse croire que je peux la mettre en pratique et qu'elle peut être ma vie”, tout le reste est sans effet. Ce que tu entends doit être accompagné de foi.

“Mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit à rien, parce qu'elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l'entendirent.”(Hébreux 4:2) Comprends bien cela : “si ce que tu lis et entends n'est pas accompagné de foi, cela ne t'apporte rien !”

L’Écriture dit : “Jésus, qui a été fidèle à celui qui l'a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison.”(Hébreux 3:2). Comment leur fidélité a-t-elle été mesurée? Comment ont-ils été réellement fidèles en toute chose ?

Ils ont été reconnu fidèles parce qu'ils n'ont jamais douté de la parole de leur Père céleste. Ils savaient que Dieu ferait ce qu'Il avait dit. Tu vois, la fidélité, c'est simplement croire que Dieu fera ce qu'Il a dit.

C'est en ce sens que Jésus et Moïse ont retenu “fermement jusqu'à la fin l'assurance [qu'ils avaient] au commencement”(Hébreux 3:14). Ils n'avaient pas une foi faite de haut et de bas, de chaud et froid. Leur foi n'a jamais chancelé.

Tout comme Jésus a été fidèle en Son assurance en Dieu, notre fidélité sera mesurée selon le même critère : “mais Christ l'est comme Fils sur sa maison ; et sa maison, c'est nous, pourvu que nous retenions jusqu'à la fin la ferme confiance et l'espérance dont nous nous glorifions.”(Hébreux 3:6)

Quand nos épreuves se font plus nombreuses et que la bataille devient plus intense, notre chair peut se fatiguer. Au fil du temps, de nombreux chrétiens permettent à la crainte et au doute de s'installer. Ils perdent leur état d'abandon en Dieu, leur foi d'enfant en Lui et les questions envahissent leurs cœurs.

Quand je regarde à ma vie, je vois que le chemin touche à sa fin. Et je désire plus que tout me réjouir en espérance, ferme jusqu'à la fin.

mercredi 20 mars 2013

LES SENTINELLES SUR LES MURAILLES

L'Ancien Testament se termine sur cette incroyable promesse de Malachie : “Voici, je vous enverrai Élie, le prophète, Avant que le jour de l'Éternel arrive, Ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, Et le cœur des enfants à leurs pères, De peur que je ne vienne frapper le pays d'interdit.”(Malachie 4: 5-6)

Cette prophétie a été accomplie en grande partie par le ministère de Jean Baptiste. Un ange est apparu au père de Jean et a prophétisé que son fils amènerai beaucoup d'israélites au Seigneur et que : “il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Élie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé.” (Luc 1:17)

Jésus, parlant de Jean-Baptiste à ses disciples, a dit : “et, si vous voulez le comprendre, c'est lui qui est l'Élie qui devait venir”(Matthieu 11:14). Il a ajouté : “Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.”(verset 15). Je crois que Jésus leur demandait de voir la signification spirituelle de la venue de Jean telle qu'elle était annoncée, avec l'esprit et la puissance d'Elie.

Jean a été oint du même Esprit sans crainte, de la même puissance que celle qui était sur Elie. Il a parlé ouvertement des péchés des gens de son temps, désobéissants, à la recherche de leurs propres plaisirs. Christ devait bientôt apparaître et ce puissant homme de vérité est soudain venu sur le devant de la scène pour préparer un peuple pour le Seigneur. Ce prophète du désert a été envoyé pour tourner les cœurs du peuple vers Dieu (ce qui est la définition la plus juste de la repentance). Jean a prêché la repentance, la pureté de cœur, la justice et une manière concrète de marcher dans la sainteté, le tout étant lié à une honnête confession de ses péchés.

Je crois que le prophète Malachie, comme d'autres prophètes de l'Ancien Testament, parlait aussi d'un groupe de personnes saintes qui se lèveraient juste avant la seconde venue de Christ. Ils exercerront leur ministère avec le même Esprit et avec la même puissance qu'Elie et Jean-Baptiste.

Ce « groupe d'Elie » des derniers temps prendra en compte cette prophétie d'Esaïe : “Crie à plein gosier, ne te retiens pas, Élève ta voix comme une trompette, Et annonce à mon peuple ses iniquités, A la maison de Jacob ses péchés !”(Esaïe 58:1). Ce sont les sentinelles sur les murailles : “Ils ne se tairont ni jour ni nuit. Et ne lui laissez aucun relâche, Jusqu'à ce qu'il rétablisse Jérusalem Et la rende glorieuse sur la terre.”(Esaïe 62:6-7)

mardi 19 mars 2013

LE CROYANT QUI DEMEURE

“Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour » (Jean 15 : 10). Jésus a pleinement obéit à chaque commandement de Son Père et Il a appelé cela demeurer.

Certains chrétiens pensent qu’ils peuvent choisir et prendre les commandements de Christ auxquels ils vont obéir. S'ils n’aiment pas ce qui est commandé, ils l’ignorent tout simplement ou expliquent leur désobéissance par ce genre de discours : « Je ne vois pas ça comme ça ; je n’y crois pas de cette façon. » Si les gens n’aiment pas l’appel d’un pasteur à la sainteté, ils s’en vont et cherchent juste un pasteur qui va mettre l’accent sur le côté positif. C’est pourquoi le terrible fléau de l’apathie se répand aujourd’hui sur l’église. Nous avons été tant effrayés par les tâches à accomplir, tant agacés par le légalisme que nous avons fait à l’obéissance une mauvaise réputation.

Comment est-il possible à un sarment de ne pas demeurer en Lui ? Jésus a dit : « Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent » (Jean 15 : 6). Cela peut-il être plus clair ? Demeurer inclut repos et responsabilité. Il est impossible d’être en Lui, relié à la vigne et de ne pas avoir un flot de vie qui porte du fruit. Demeurer, cela signifie rester dans une parfaite obéissance aux commandements de Christ, parce que chaque sarment a une volonté autonome, une force vive qui lui est propre. Le sarment n’est pas passif ; il doit tirer sa vie de la vigne. « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous » (Jean 15 : 7). Ceci met en évidence que la Parole est le sécateur du Père. Comment un sarment pourrait-il porter du fruit si celui-ci ignore, méconnaît, néglige la Parole du Seigneur ?

Nous voyons les fruits de la sécheresse surgir partout dans la vigne du Seigneur : adultère, fornication, alcoolisme, drogues... parce que l’émondage s’est arrêté pour beaucoup. La Parole de Dieu est Son sécateur, une épée à deux tranchants. La majorité des chrétiens d’aujourd’hui ne connaissent pas la Parole de Dieu parce qu’ils ne la lisent pas. Il t'est impossible de porter le fruit de la justice sans que Sa Parole demeure en toi. Négliger la Parole, c’est la stérilité et apporter un terrible déclin au peuple de Dieu.

Le croyant qui demeure est celui qui aime et qui craint Dieu, qui a faim de la Parole et qui tremble devant Son pouvoir de persuasion. Il se réjouit dans le fait que la Parole émonde tous ce qui l'empêche d'avancer, prie pour que la vie véritable et la ressemblance avec Christ ne cessent de croître en lui, et que lui-même devienne de plus en plus mature dans l’obéissance et dans l’amour.

lundi 18 mars 2013

CHRIST EST LA FIN by Gary Wilkerson

Paul se sert d’Israël comme d'un exemple pour enseigner ce qu’est la véritable justice. « Frères, le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour eux, c'est qu'ils soient sauvés. Je leur rends le témoignage qu'ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence : ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu ; car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient » (Romains 10 : 1-4).

Le texte de Paul nous interpelle avec plusieurs questions. Est-ce que le fait d’être justifié nous rend juste ? Oui, dans le sens où la justification nous donne la position de juste. Est-ce que le fait d’être sanctifié nous rend juste ? Oui, dans le sens où la sanctification est le processus par lequel nous expérimentons la mise en œuvre de la justice de Christ dans notre vie de tous les jours. Jésus est notre source à la fois pour la justification et la sanctification : nous parvenons aux deux par le don de Sa grâce.

La plupart des chrétiens disent tout ceci du bout des lèvres : « Jésus est ma source pour tout. » Mais leur marche reflète-t-elle vraiment cela ? La triste réalité est que beaucoup de chrétiens vivent comme si la justification venait de Dieu seulement et comme si la sanctification s’accomplissait grâce à leurs exploits quotidiens. C’est comme s'ils disaient : « J’ai obtenu grâce au travers de la foi en Jésus. Je dois désormais mener une implacable bataille personnelle pour être sanctifié. »

Dans un sens, ils disent à Dieu qu’ils veulent le rembourser pour son grand cadeau à leur égard : « Merci de m’avoir justifié, Seigneur. Tu m’as placé dans une position juste avec Toi, par la croix et en retour, je serai sanctifié en T’obéissant. Tu as fait la première partie du travail et je ferai la seconde partie. »

Cet état d’esprit conduit tout droit à une vie de servitude et de liens. Combien de fois t'es-tu laissé conduire par cette phrase devenue omniprésente dans l’église et parfois écrite sur les murs qui dit : « CHRIST EST MORT POUR TOI. QU’AS-TU FAIT POUR LUI ? ».

Jésus a été crucifié, enseveli et est ressuscité le troisième jour c’est pourquoi nous pouvons avoir la vie éternelle. Que pourrions-nous faire en retour pour cela ? Aller aux réunions de prières ? Evangeliser plus ? C’est à peu près ce qu’Israël a essayé de faire. « Israël, qui cherchait une loi de justice, n'est pas parvenu à cette loi » (Romains 9 : 31). Ils ont essayé de mettre toute leur bonne volonté pour atteindre la justice mais ils n’ont jamais pu l’atteindre.

Ce verset a apporté la liberté à toutes les générations de croyants. « Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient » (Romains 10 : 4). Christ est la fin. Il n’y a rien d’autre ! “Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Romains 9 : 16).

vendredi 15 mars 2013

PLUS DE BIEN QU'AUTREFOIS

“Et je vous ferai plus de bien qu'autrefois.”(Ezéchiel 36:11). C'est la promesse d'une œuvre puissante de Dieu, plus grande qu'à la Pentecôte, qui va avoir lieu dans ces derniers jours.

Repense à tes débuts spirituels, à ton “autrefois”, quand tu as été sauvé. Tu étais tellement heureux, tellement excité pour tout ce qui concernait Jésus. Maintenant, Dieu te dit : “Je vais te donner des choses encore meilleures !” Il va faire des choses meilleures dans l'église que tout ce qu'Il a fait auparavant. Plus grandes que ce qu'Il a accompli à la Mer Rouge ? Plus grandes que lorsqu'Eli a appelé le feu d'en Haut et arrêté la pluie ? Oui, Dieu a des choses plus grandes encore en réserve.

Tu demandes : “Qu'est ce qui mourrait être mieux ? Notre foi elle même est bâtie sur ces grands exemples.” Bien-aimé, nous allons voir la plus complète révélation de Jésus Christ de l'histoire de l'humanité. Et voici la grandeur d'un tel miracle : Dieu va prendre la génération la plus sale, la plus perverse de tous les temps, la génération avec le cœur le plus endurci de toute l'histoire et Il va la laver, lui donner un cœur rempli d'amour et la changer en un saint troupeau.

“Je multiplierai les hommes comme un troupeau...pareil aux troupeaux consacrés...”(Ezéchiel 36:37-38). Dieu va sauver un “troupeau”, une multitude d'hommes et de femmes. Nous verrons des pécheurs ayant toutes sortes de modes de vie être sauvés : juifs, musulmans, riches, pauvres, meurtriers, des gens avec des passés très différents.

Tu dis : “Ce n'est pas nouveau. Les pécheurs ont toujours été purifiés par Christ. Dieu a fait ces choses depuis la croix.” C'est vrai, mais souviens-toi, le péché s'amplifie. La méchanceté empire chaque jour. Et là où le péché abonde, la grâce de Dieu surabonde.

A la Mer Rouge, le malin s'avançait et menaçait de se jeter sur le peuple de Dieu. La différence aujourd'hui, c'est qu'il a déjà vaincu l'église rétrograde, capturant et réduisant des millions de personnes en esclavage : “Oui, parce qu'on a voulu de toutes parts ... vous engloutir, Pour que vous soyez la propriété des autres nations, Parce que vous avez été l'objet des discours et des propos des peuples” (Ezéchiel 36:3).

Mais à présent, Dieu va s'en mêler, justement pour cette raison : “Parce que l'ennemi a dit sur vous : Ah ! ah ! Ces hauteurs éternelles sont devenues notre propriété !”(verset 2). Satan et les siens se sont moqués, ont ri et ont dit : “Nous avons détruit le travail que Christ a fait sur terre !” Mais Dieu répond : “Pour l'honneur de Mon nom, j'opérerai une délivrance puissante.”

Tu vas avoir besoin de foi pour comprendre ce miracle, parce qu'il va se produire au moment qui sera le plus critique, le plus nécessiteux de l'histoire de l’Église. Dieu va amener Son troupeau à marcher dans la justice. Il va apporter une telle conviction que les croyants vont véritablement abhorrer leurs anciens péchés. “Je mettrai sur vous des hommes en grand nombre... Ils multiplieront et seront féconds... Et je vous ferai plus de bien qu'autrefois” (Ezéchiel 36:10-11)

jeudi 14 mars 2013

FAIS-LE ENCORE !

Quand Israël est passé de l'autre côté de la Mer Rouge, ils ont chanté les louanges de Dieu pour la délivrance puissante qu'Il leur avait accordé. Ils ont dû se dire : “Il ne peut pas y avoir de plus grand miracle que celui-ci ! Aucune autre génération ne verra une démonstration aussi importante de la puissance de Dieu, d'une façon aussi visible.”

David a dit au sujet de la délivrance miraculeuse d'Israël au bord de la Mer Rouge : “Venez et contemplez les œuvres de Dieu ! Il est redoutable quand il agit sur les fils de l'homme. Il changea la mer en une terre sèche, On traversa le fleuve à pied : Alors nous nous réjouîmes en lui.” (Psaumes 66:5-6)

Israël avait reçu l'ordre de dire à toutes les générations à venir quel grand miracle Dieu avait accompli en leur faveur. Ils devaient utiliser la délivrance à la Mer Rouge comme exemple : “Nous dirons à la génération future les louanges de l'Éternel, Et sa puissance, et les prodiges qu'il a opérés.” (Psaumes 78:4)

Enfant, David avait dû se tenir assis, captivé, écoutant cette histoire racontée encore et encore. A présent, David racontait la même histoire à ses enfants. “Vous savez que Dieu est vivant parce qu'Il a permis à nos ancêtres de traverser à sec la Mer Rouge. Maintenant, racontez-le à vos enfants et à vos petits-enfants !” Et ils l'ont fait.

Mais un temps est venu où cela n'était pas suffisant de parler de ce que Dieu avait fait dans un lointain passé. Le psalmiste voulait voir Dieu délivrer Son peuple maintenant : “O Dieu ! nous avons entendu de nos oreilles, Nos pères nous ont raconté Les œuvres que tu as accomplies de leur temps, Aux jours d'autrefois. De ta main tu as chassé des nations pour les établir, Tu as frappé des peuples pour les étendre.”(Psaumes 44:1-2)

Le psalmiste dit ici : “Seigneur, toute ma vie, j'ai entendu dire ce que Tu as fait dans le passé, comment Ta gloire s'est manifestée de façon visible pour nos pères. Mes enfants l'ont entendu, et maintenant, mes petits-enfants l'entendront aussi.”

Mais ensuite, il éclate : “O Dieu ! tu es mon roi : Ordonne la délivrance de Jacob !”(verset 4). En d'autres termes : “Mais Dieu, tu es aussi mon Roi. Accomplis à nouveau ces choses pour Ton peuple !”

Quand ce psaume a été écrit, Israël se trouvait dans un moment de dure épreuve. Le peuple de Dieu faisait face à une crise importante et ils avaient besoin d'une délivrance au temps présent. Alors le psalmiste est venu au Seigneur avec un raisonnement solide, criant à Lui : “Oh, Dieu, Tes enfants à la Mer Rouge ont peut-être cru qu'il n'y aurait plus jamais de crise comme la leur. Mais nous avons besoin d'une manifestation puissante de Ton bras étendu pour nous délivrer. Seigneur, fais-le encore !”

mercredi 13 mars 2013

UN COEUR TROUBLE

Jésus a dit : “ Que votre cœur ne se trouble point, et ne s'alarme point » ( Jean 14 : 27). Mais le fait est que de nombreux chrétiens ont un cœur troublé et vivent dans la crainte. Jésus a dit aussi dans le même verset : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ». Cependant, peu de croyants peuvent dire honnêtement qu’ils jouissent d’une paix permanente de l’esprit. Pour beaucoup, la paix s’en va et revient, les laissant inquiets, fatigués et ravagés par le stress.

Voici ce que Zacharie a prophétisé sur la venue du Messie : « De nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie » (Luc 1 : 74-75).
Bien-aimé, Jésus est venu sur cette terre et Il est mort pour le pécheur afin que nous puissions marcher avec Dieu sans crainte, en nous réjouissant de Sa paix tous les jours de notre vie.

Aucune crainte, juste la paix de l’esprit et du cœur pour le reste de nos jours ! Ceci inclut les bons jours et les mauvais jours, les jours de souffrance, de troubles, d’épreuves et d’incertitude. Peu importe ce que devient notre chemin, nous devons nous réjouir dans la paix à tout moment.

Zacharie a ajouté ces mots à propos de Jésus : « Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de la paix » (Luc 1 : 79). Il disait que Jésus voulait guider tous Ses enfants sur le chemin de la paix, pas dans l’inquiétude, le vide ou la crainte.

Jésus est le Prince de Paix. A sa naissance, les anges ont chanté : « Paix sur la terre ! » Son évangile est appelé l’évangile de paix et Il a lui-même promis : « afin que vous ayez la paix en moi » (Jean 16 : 33). La paix est le sujet de l’évangile. « Il a envoyé la parole aux fils d'Israël, en leur annonçant la paix par Jésus Christ, qui est le Seigneur de tous » (Actes 10 : 36).

Dans ce monde, nous ferons face à la tribulation, à la persécution et à des épreuves éprouvantes : « luttes au dehors, craintes au-dedans » (2 Corinthiens 7 : 5). Nous serons tentés, nous souffrirons pour la cause de Christ et les vents de l’adversité essayeront de renverser la maison de foi que nous construisons sur le Rocher de notre salut, Jésus, mais nous marcherons dans la paix grâce à Lui.

mardi 12 mars 2013

LA FORCE DE TENIR

La Bible dit que la joie du Seigneur est notre force. Sans elle, nous ne pourrions pas tenir. Bien-aimé, nous devons être sur nos gardes parce que la culpabilité et la condamnation venant du péché détruisent complètement la joie du Seigneur !

Beaucoup de chrétiens sont dans cet esclavage à l’heure actuelle. Ils n’arrivent pas à accepter un pardon entier et gratuit et ils croient qu’ils n’ont pas le droit d’être joyeux. Au travers de l’Ecriture, Dieu répand Son huile de joie sur ceux qui ont appris à haïr leur péché et à aimer Sa justice. C’est ce que la Parole dit de Jésus : « Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité ; c'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes égaux » (Hébreux 1 : 9).

Les gens qui ont laissé leurs péchés derrière eux et qui marchent avec le Seigneur peuvent avoir un combat qui n’est pas encore terminé. Mais il y a un tel plan de Dieu pour eux, une telle faim, que l’issue est inévitable : ils auront la joie !

Suppose que Jésus apparaisse en chair, vêtu comme un homme ordinaire et qu’il s’asseye à côté de toi. Tu es un chrétien blessé, vaincu, avec un regard de tristesse, de culpabilité, de condamnation et de crainte, tu n’arrives pas à Le reconnaître quand Il commence à te parler :

« Est-ce-que tu aimes vraiment le Seigneur ?” demande-t-il.
Tu réponds probablement : « Beaucoup, bien sûr ! »
« Tu as péché, n’est-ce-pas ? »
« Euh… oui » réponds-tu.
« Est-ce que tu crois qu’Il pardonne ceux qui confessent leurs péchés et s’en détournent ?”
« Oui, mais… Je suis désolé, Monsieur. Je crois que j’ai blessé mon Sauveur, que je l’ai profondément meurtri. »
« Si tu t’es confessé, pourquoi n’as-tu pas reçu Son pardon ? »
« Je l’ai fait tant de fois ! »
« Crois-tu qu’Il pardonnera 490 fois — à chaque fois que tu te confesses et que tu te repends ? »
« Oui. »
« Est-ce que tu détestes ton péché ? Est-ce que tu Le veux encore, Lui, ton Sauveur ? »
« Oh oui ! »

« Alors, pourquoi laisses-tu le diable te dérober la victoire de la croix, la puissance du sang de l’Agneau ? Pourquoi ne t’appropries-tu pas Sa joie et ne lèves-tu pas les yeux ? »

Bien-aimé, ne quitte pas et n’abandonne pas ta joie dans le Seigneur. Tu as le droit de Le louer, de chanter, de crier et d’être joyeux dans le Seigneur parce que tu as un Père qui pardonne !

lundi 11 mars 2013

A LA RECHERCHE DE LA SAINTETE by Gary Wilkerson

As-tu recherché la sainteté sans succès ? As-tu déjà dit : « C’est la dernière fois que je commets ce péché » pour le commettre de nouveau dès le lendemain ? As-tu prié : « Seigneur, ce que je vais faire, c’est réveiller le zèle qui est dans mon cœur » juste le temps de te calmer et de retomber dans tes vieilles habitudes ? Quand tu ne réussissais pas, est-ce que tu essayais avec encore plus de zèle ? Et est-ce que tu chutais encore ?

Arrivé à ce stade, tu t’es peut-être demandé : « Pourquoi Dieu ne m’aide-t-il pas ? J’ai tellement envie d’être saint mais j’échoue jour après jour. » Alors, où est Dieu quand il s’agit de notre sanctification. Où est son aide quand il s’agit de nous conduire vers une vie sainte ?

« Ils ont du zèle pour Dieu mais sans intelligence » (Romains 10 : 2). Paul disait qu’Israël avait une vision erronée de la justice de Dieu. Ils pensaient qu’ils avaient seulement besoin de savoir quoi faire mais Paul dit qu’atteindre la justice est en rapport avec qui nous connaissons. Comme Israël, nous avons accès à la justice immanente de Dieu par la foi en Christ. Mais nous pouvons rejeter cet accès aussi facilement qu’ils l’ont fait, en nous appuyant sur nos propres performances plutôt que sur la foi de l’œuvre de Jésus en nous.

Dieu ne bénira pas un effort fait dans le but de mettre en place sa propre justice. Il bénit uniquement l’œuvre de son fils Jésus. Nous sommes sanctifiés, soutenus pendant notre marche dans la sainteté, uniquement par la foi en Christ et en Son sang répandu pour nous. C’est dans ce sens que Paul écrit qu’Israël a refusé de « se soumettre à la justice de Dieu. » Combien de fois nous disons-nous : « Je peux vivre dans la sainteté », mais alors, nous n’avons-nous plus confiance en Jésus pour pouvoir à notre justice. Voici quatre indicateurs qui montrent si sommes zélés pour notre propre justice plutôt que pour celle de Dieu :
  • Nous sommes fâchés quand nous échouons. Nous pensons : « J’aurai mieux fait de le faire moi-même. » 
  • Nous sommes fiers quand nous réussissons. Nous nous disons : « Je suis plus spirituel qu’avant. » 
  • Nous jugeons les échecs des autres. Nous pensons : « Merci Seigneur, je ne suis pas comme lui.» 
  • Nous sommes jaloux des réussites des autres. Nous pensons : « Pourquoi ma recherche de la sainteté n’aboutit-elle pas comme la leur ? » 
Quand nous échouons, nous multiplions nos efforts. Le problème est que nous n’avons pas mis notre sainteté à la première place, mais Dieu l’a fait. Être restauré dans une position sainte avec Lui ne peut pas venir de quelque chose que nous faisons. Cela vient par la foi en Lui. Ceci appelle à avoir un cœur repentant et brisé, une connaissance humble que seule Sa puissance nous restaure dans une position sainte.

vendredi 8 mars 2013

APPORTER LE MEILLEUR AU SEIGNEUR

Dans l'Ancien Testament, les gens ne pouvaient pas venir à l'autel avec un agneau imparfait, aveugle ou boiteux. Ils devaient apporter ce qu'ils avaient de mieux au Seigneur.

Quel genre de temps consacres-tu à Dieu dans la prière ? Est-ce ton meilleur temps, celui où tu es bien réveillé ? Ou bien viens-tu à Dieu le matin pour prier au sujet de choses saintes tout en ayant l'esprit rempli des choses qui doivent être faites dans la journée ? Ou bien viens-tu à Lui après une journée bien remplie, te traînant dans Sa présence ?

Bien-aimé, ton esprit et ton cœur doivent être au même endroit que tes lèvres. Esaïe a dit : “Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples.”(Esaïe 56:7). Ceux qui apportent un sacrifice agréable sont ceux qui “s'attachent à l'Éternel pour le servir, Pour aimer le nom de l'Éternel, ...”(verset 6)

Ce sacrifice agréable apporté à l'autel de Dieu n'est pas un sacrifice boiteux, sans conviction, ensommeillé, fait à la dernière minute par obligation. Il doit venir au contraire d'un cœur consumé par l'amour pour Jésus, d'un cœur qui crie constamment : “Dieu, je viens à Toi aujourd'hui pour Te connaître. Je veux plus de Toi !”

Le Seigneur dit de ceux qui lui apportent de tels sacrifices : “Je les amènerai sur ma montagne sainte, Et je les réjouirai dans ma maison de prière”(verset 7). Il va entendre nos prières et nous amener dans un lieu de sainteté, de joie et de puissance !

“Heureux ceux qui gardent ses préceptes, Qui le cherchent de tout leur cœur”(Psaumes 119:2)

Une fois que tu as établi une habitude de prière et que tu as mis de côté toute distraction, Dieu désire que tu le cherches de tout ton cœur : “C'est de là aussi que tu chercheras l'Éternel, ton Dieu, et que tu le trouveras, si tu le cherches de tout ton cœur et de toute ton âme.”(Deutéronome 4:29)

jeudi 7 mars 2013

LE LIEU SECRET DE PRIERE

Jérémie a prophétisé que tous les bergers qui refusent de rechercher Dieu dans la prière échoueront : “Les bergers ont été stupides, Ils n'ont pas cherché l'Éternel ; C'est pour cela qu'ils n'ont point prospéré, Et que tous leurs troupeaux se dispersent.”(Jérémie 10:21)

La scène décrite par Jérémie est exactement ce que nous voyons aujourd'hui dans les églises. De nombreux bergers sont devenus paresseux et négligents. Ils voient leur appel comme un simple travail, un gagne-pain. Ils s'appuient sur la force de leur bras, sur la chair, au lieu de rechercher le cœur de Dieu au travers de la prière. Ils ont perdu la capacité de nourrir et garder leurs troupeaux, et les moutons se dispersent.

L'unité qui gardait autrefois les églises fortes est désormais brisée. Jérémie disait de ce jour : “Ma tente est détruite, Tous mes cordages sont rompus ; Mes fils m'ont quittée, ils ne sont plus ; Je n'ai personne qui dresse de nouveau ma tente, Qui relève mes pavillons.”(10:20). Les cordages dont il parle, la puissance unificatrice de Dieu qui donne l'unité à son peuple, avaient été détruits. Le troupeau avait été dispersé et il y avait une telle impureté parmi les responsables religieux que personne n'osait s'approcher des choses saintes de Dieu. Aucun prêtre n'était digne de toucher les saints rideaux.

Je veux m'adresser à ceux qui recherchent Dieu : avez-vous un lieu secret de prière ? Avoir un lieu secret, cela veut simplement dire s’enfermer avec Dieu n'importe où, à n'importe quel moment, consacrant un temps de qualité à Le chercher et à invoquer Son nom (voir Matthieu 6:6).

Le lieu secret implique également une “habitude de prière”. Avez-vous cette pratique quotidienne de passer du temps seul avec Dieu ? Une pratique, cela implique de se discipliner pour venir devant Dieu, avec un cœur qui dit : “Je dois passer du temps seul avec Dieu. Je dois parler à mon Père aujourd'hui !”

Parfois, mon lieu secret, c'est lorsque je suis seul dans ma voiture. C'est souvent mon bureau à la maison, ou dans les rues de New York. Il y a quelques semaines, c'était les plages de Floride, où j'ai marché pendant des heures, mais enfermé seul avec Dieu.

Le genre de prière dont je parle implique le fait d’avoir une intimité avec Dieu, le fait d'être seul avec Lui. Jésus nous a mis en garde contre l'hypocrisie dans la prière. Il a fait une distinction dramatique entre ceux qui cherchent Dieu dans le lieu secret et ceux qui prient de façon à être reconnus comme saints par les autres.

mercredi 6 mars 2013

SI TU LE CHERCHES

“Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.”(Matthieu 6:6)

Quand Jésus parle d'aller dans un lieu secret pour rechercher le Père, Il parle de quelque chose de bien plus grand qu'un lieu physique. L'Ancien Testament nous dit que Dieu avait divisé Son peuple en deux catégories : ceux qui Le recherchaient régulièrement dans leur lieu secret, dans la prière et ceux qui ne le faisaient pas.

Quand Dieu s'est mis en colère contre Israël au sujet de son idolâtrie, Moïse a dressé sa tente de prière hors du camp. L’Écriture dit : “et tous ceux qui consultaient l'Éternel allaient vers la tente d'assignation, qui était hors du camp.”(Exode 33:7). Au milieu de toute l'idolâtrie qui avait cours en Israël, le peuple de Dieu prenait quand même encore le temps de rechercher le Seigneur. Ce reste qui recherchait Dieu savait qu'il devait sortir du camp sous peine de tomber eux aussi dans l'apostasie qui faisait rage au sein du peuple.

Des siècles plus tard, sous le règne du roi Asa, le peuple a compris pourquoi Dieu les bénissait, les faisait prospérer et les gardait en paix avec leurs ennemis : “car nous avons recherché l'Éternel, notre Dieu..., et il nous a donné du repos de tous côtés. Ils bâtirent donc, et réussirent.”(2 Chroniques 14:7)

Pendant le règne d'Asa, une armée d'un million d’Éthiopiens est venue contre Israël. “Asa invoqua l'Éternel, son Dieu, et dit : ... Éternel, tu es notre Dieu : que ce ne soit pas l'homme qui l'emporte sur toi ! L'Éternel frappa les Éthiopiens devant Asa ... et les Éthiopiens prirent la fuite... Ils furent détruits par l'Éternel...”(Versets 11-13). Quand Asa a été attaqué, il est tombé face contre terre et s'est tourné vers Dieu dans la prière. Et Dieu a répondu par la victoire.

Cependant, peu de temps après ce triomphe, Azaria le prophète vint à la rencontre d'Asa et dit : “L'Éternel est avec vous quand vous êtes avec lui ; si vous le cherchez, vous le trouverez ; mais si vous l'abandonnez, il vous abandonnera.”(15:2). En d'autres termes : “Si vous arrêtez de rechercher Dieu et de faire appel à Lui pour tout ce que vous faites, Il vous abandonnera.”

Après ça, chaque fois qu'Israël a recherché le Seigneur, Dieu les a béni : “Mais au sein de leur détresse ils sont retournés à l'Éternel, le Dieu d'Israël, ils l'ont cherché, et ils l'ont trouvé.”(15:4). Israël a jouit du repos lorsqu'ils ont recherché Dieu dans la prière, Il les a toujours délivré et leur a donné direction et force.

mardi 5 mars 2013

ETEINT LE FEU

Un ami proche m’a dit quelque chose au téléphone qui m’a pris par surprise. J’ai senti que c’était tranchant et je l’ai ressenti profondément. Je ne lui ai pas raccroché au nez, mais j’ai coupé court à la conversation et il a su que j’avais été réellement provoqué.

Cette conversation avait allumé un feu dans ma chair. J’étais dérangé, blessé et agité. La colère, l’indignation et la rancœur ont commencé à se répandre et, en un mot, j’ai commencé à ruminer tout cela.

J’arpentais mon bureau, essayant de prier, mais j’étais tellement troublé et dérangé que j’avais du mal à me concentrer sur le Seigneur. J’ai prié “Seigneur, mon ami proche m’a mis au tapis sans raison, cela doit être l’œuvre du diable qui essaye de me provoquer. Je n’ai pas à y prêter attention !”.

J’ai laissé ces pensées mijoter pendant environ une heure, puis, finalement, je suis entré en ébullition et je me suis écrié “Seigneur, tout cela me brûle réellement !”

C’est alors que j’ai entendu la petite voix calme et tranquille du Seigneur qui disait “David, éteint la flamme maintenant. Tu es en train de mijoter dans ton propre jus de douleur, de colère et de haine parce que tu as été profondément blessé. Mais ce que tu fais est dangereux et tu ferais bien de ne pas continuer”.

J’avais appris depuis bien longtemps que lorsque le Saint-Esprit parle, il vaut mieux écouter. Je me suis repenti sur le champ et j’ai demandé Son pardon. Alors, je me suis assis et j’ai commencé à réfléchir : “Qu’est-ce qui m’a provoqué ainsi ? Pourquoi ai-je laissé tout cela bouillir au dedans de moi ? Je ne peux pas rester ainsi en colère contre cet ami, nous sommes proches depuis longtemps et je sais que je vais lui pardonner. Pourquoi suis-je tellement en colère ?”

Soudain, cela m’a frappé. Tout ce que j’avais laissé bouillir en moi n’était pas le résultat de cette conversation blessante. J’étais en colère parce que je m’étais à nouveau laissé facilement provoquer. J’étais troublé et agité parce que j’étais retombé bien facilement dans une vieille habitude que je pensais avoir vaincu.

La façon la plus rapide “d’éteindre la flamme” est de croire au pardon de Christ. Et Il est prêt à pardonner en tout temps. “Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent” (Psaumes 86:5).

lundi 4 mars 2013

LA VRAIE JUSTICE by Gary Wilkerson

Tous ceux qui suivent Jésus ont une soif certaine dans leur cœur. C'est un zèle dévorant d'être saint devant Dieu, libéré du péché, victorieux sur la chair, pur et sans tache devant le Seigneur.

Le Saint-Esprit implante en réalité ce désir - une envie innée de vivre dans la droiture - dans le cœur de tous les êtres humains. Les gens de toutes religions, et même ceux qui n'en ont pas, sont enclins à vivre en faisant le bien, à aimer les autres, à être les meilleures personnes possibles. Bien-sûr, certains rejettent ce désir et font le contraire, mais ils restent conscients d'un profond désir de bien faire.

Bien sûr, nous sommes tous incapables d’accomplir ce désir à cause de notre nature pécheresse. Pour les incroyants, l'esprit de ce monde peut apporter la confusion entre ce qui est juste et ce qui ne l'est pas. Pour les croyants, le fait de ne pas réussir à vivre de façon à honorer de Dieu peut ébranler notre esprit.

On retrouve ce désir de vivre dans la droiture derrière le sens du terme “justice”. Il signifie être en règle avec Dieu, vivre avec de bonnes motivations, des émotions et un comportement juste, et être en conformité avec Ses projets.

Pour être réellement justes, nous devons connaître ce qui est juste et ce qui ne l'est pas. Être juste, est-ce avoir un bon comportement ? Non. Tu peux faire de bonnes choses avec une mauvaise motivation. Certains chrétiens font de bonnes choses mais sont motivés par l'esprit des pharisiens. Leur attitude extérieure est bonne, mais, à l'intérieur, ils ne sont qu'ossements desséchés. Alors, être juste, est-ce avoir le désir ou la volonté de faire le bien ? Non, beaucoup de gens cherchent vivre dans la justice avec grande passion mais ne réussissent pas à l'atteindre.

La Bible décrit notre justice avec deux mots : justification et sanctification. En tant que chrétiens, nous avons besoin des deux dans notre vie. Le premier terme se réfère à une position : nous sommes justes aux yeux de Dieu. Le second terme se réfère à notre marche avec Dieu, à notre relation continue avec Lui.

Si nous n'avons pas été justifiés, nous ne pourrons jamais être justes. Nous pouvons faire toutes sortes de bonnes œuvres et passer des heures en prière, mais ces choses ne nous rendrons jamais justes. Être justifié, c'est être rendu juste. Pour que cela soit possible, la colère de Dieu envers notre péché doit être apaisée. Une rançon doit être payée pour nos péchés pour que Dieu puisse les pardonner.

Nous savons tous que Jésus a payé ce prix (ou propitiation) pour nos péchés. Son sacrifice à la croix apaise la sainte colère de Dieu envers notre péché. Notre Sauveur a rempli toutes les conditions pour que nous soyons pleinement acceptés par le Seigneur et que nous nous tenions justes devant Lui une fois pour toute.

vendredi 1 mars 2013

CONVAINCU ET CONDAMNE

Nous ne sommes pas sauvés par la loi mais nous sommes convaincus de péchés et condamnés par la loi. “puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché.”(Romains 3:20)

La loi a été donnée pour que “toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.”(Romains 3:19). “Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.”(Galates 3:24)

“La loi donc est sainte,... juste et bon[ne]. Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort ? Loin de là ! Mais c'est le péché, afin qu'il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point.” (Romains 7:12-13).

Paul nous dit ici : “Je ne pouvais pas vraiment confesser mes péchés tant que je ne savais pas qu'ils étaient des péchés. Je ne pouvais pas rechercher la sainteté de Dieu tant que je ne savais pas à quel point j'étais éloigné de Lui. La loi m'a frappé, détruisant mon indolence envers le péché. Lorsque j'ai réalisé la sainteté de Dieu au travers de Ses commandements, le péché s'est vraiment révélé comme tel à mes yeux.

Voilà la conviction qui nous conduit tout droit dans les bras de Christ, pleurant : “Pitié Seigneur ! Je ne peux pas me sauver moi-même. Je ne peux pas suivre entièrement Ta loi. J'ai vu le péché de mon cœur !”

La foi a été décrite comme étant “la course d'un pécheur convaincu et repentant vers la miséricorde de Dieu en Jésus Christ”. Seule une personne qui a été condamnée par la loi à cause de ses péchés se précipite vers Christ pour y trouver refuge.

Le jour de la Pentecôte, Pierre s'est levé et a annoncé à la foule l'évangile, la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. Mais d'abord, il les a confrontés à la lumière éblouissante de la loi. Il a dénoncé : “cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies”(Actes 2:23). Les personnes présentes ont été reprises dans leur cœur, tellement convaincus par la Parole de Dieu qu'ils ont crié : “Que ferons-nous ?” (verset 37)

Adam a reçu l'évangile de grâce après que se yeux aient été ouverts (voir Genèse 3:7). C'est seulement après qu'il a vu sa condition misérable et les conséquences de son péché que Dieu lui a annoncé son message de miséricorde et d'espoir !- See more at: https://www.worldchallenge.org/en/node/21916#sthash.uXU4Yb9i.dpuf