jeudi 28 février 2013

LA FOI QUI JUSTIFIE

La justification et la droiture viennent uniquement par la foi. Je suis sauvé par la foi, rendu juste par la foi et gardé par la foi dans le sang de Christ. C'est le fondement même de l'évangile. Mais tous les types de foi ne sont pas la foi qui justifie. La Bible parle clairement de deux types de foi, une qui justifie et l'autre qui est sans valeur : une foi que même le diable manifeste.

Le livre des Actes rapporte que Simon le magicien a cru, mais sa foi n'était pas celle qui justifie. “Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé...”(Actes 8:13). Simon a offert de l'argent à l'apôtre Pierre pour obtenir la puissance du Saint-Esprit, mais Pierre a répondu : “je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité.”

Pierre a dit à Simon que, sans repentance, lui et son argent allaient périr. En effet, Simon croyait mais il n'avait pas obtenu la justice de Dieu, qui se trouve en Christ. Sa foi n'était pas la foi qui justifie, celle qui purifie le cœur et qui apporte la justice de Christ.

Les Écritures disent que beaucoup de gens “...crurent en son nom, voyant les miracles qu'il faisait. Mais Jésus ne se fiait point à eux...; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme” (Jean 2:23-25). Ces gens croyaient en Christ mais ce n'était pas la foi de ceux qui “reçoivent le pouvoir de devenir enfants de Dieu” (Jean 1:12).

La foi qui justifie est plus qu'une foi qui adhère, plus qu'une simple connaissance de Dieu. Jacques dit : “Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent.”(Jacques 2:19). Jacques parlait d'une foi morte, temporaire, pas de la foi éternelle. Et Jésus nous a mis en garde contre ce type de foi, disant que certains “n'ont point de racine, ils croient pour un temps, et ils succombent au moment de la tentation.”(Luc 8:13)

Mais il y a une foi qui justifie, qui purifie le cœur (voir Actes 15:9) et qui nous fait “[parvenir] à la justice” (Romains 10:10).

Pour que la foi nous justifie, elle doit être accompagnée du désir d'obéir et d'être fidèle à Dieu. Ce type de foi contient une force vitale, un principe d'obéissance éternelle et d'amour pour Dieu.

mercredi 27 février 2013

NE FAIS PAS TA TETE DE MULE

“Je t'instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; Je te conseillerai, j'aurai le regard sur toi. Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence ; On les bride avec un frein et un mors, dont on les pare, Afin qu'ils ne s'approchent point de toi.”(Psaumes 32:8-9)

Dans ces deux brefs versets, Dieu nous donne une grande leçon concernant le fait de se laisser guider. Nous pouvons construire une grande foi sur de fondement de cette vérité : Il veut nous mener et nous guider en toute chose.

Cependant, la Parole de Dieu dit qu'un croyant peut profiter de tous les bienfaits spirituels liés au fait d'être enfant de Dieu tout en restant une mule têtue lorsqu'il s'agit de se soumettre à Sa volonté pour guider et mener nos vies. Dieu dit à propos d'Israël : “Pendant quarante ans j'eus cette race en dégoût, Et je dis : C'est un peuple dont le cœur est égaré ; Ils ne connaissent pas mes voies.”' (Psaumes 95:10)

Pense un peu à ce que Dieu dit ici : “Après quarante années passées à recevoir Ma tendre direction et à profiter de mes délivrances miraculeuses, ils n'ont toujours pas la moindre idée de la façon dont Je travaille. Ils n'ont même jamais essayé de comprendre les principes de Ma direction. A leurs yeux, le fait que je les guide se résume à une séries de bénédictions sans liens apparents, rien de plus que des portes ouvertes et des moyens d'échapper à leurs crises.”

Personnellement, je suis fatigué d'être un chrétien qui fait sa tête de mule, sans comprendre les principes de la direction divine. Je ne veux pas que Dieu dise de moi : “Oui, David a été pardonné. Il a prié et je l'ai délivré de ses soucis, encore et encore. En fait, je l'ai conduit dans des chemins merveilleux et Ma main était sur lui. Mais dans son cœur, il n'a jamais vraiment compris Mes voies.”

Bien-aimé, n'oblige pas le Seigneur à être sévère avec toi dans Sa façon de te guider. Ne sois pas comme une mule sans intelligence. Dieu ne veut pas dicter ses ordres à Ses enfants, ni les forcer à faire Sa volonté. Dieu veut un peuple qui Le connaisse assez bien pour répondre à Sa plus légère indication de direction.

mardi 26 février 2013

LE SENTIMENT D'ETRE INDIGNE

Soudain, nous sommes saisis du sentiment d'être indigne. Nous faisons notre introspection, pensant : “J'ai recommencé ! Je n'ai pas du tout changé. Je ne serai jamais comme Christ. Je réagis toujours comme un bébé, pas comme un chrétien mature. Pourquoi n'ai-je pas changé ?”

Bien-aimé, le diable veut que tu continues à t'inquiéter de tes imperfections et de ton manque de croissance, que tu penses que la course est impossible, pour que tu te décourages et que tu abandonnes.

Il est certain que nous allons parfois trébucher parce que la course va continuer jusqu'au retour du Seigneur. Mais nous devons toujours nous remettre sur nos pieds et continuer à avancer.

La Parole de Dieu nous parle de triomphe : “parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde”(1 Jean 5:4). “Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils.”(Apocalypse 21:7)

Triompher, c'est “vaincre et tirer le meilleur de toutes les tentations et tous les obstacles.” Quels sont nos obstacles ? Ils sont chaque nouvelle réaction de notre chair, chaque échec à être à l'image de Christ, chaque mouvement de colère, chaque fois que nous nous laissons aller à l'amertume ou à l'agitation.

David a écrit : “mon péché est constamment devant moi.”(Psaumes 51:3). Cet homme a été révélé aux yeux de tous comme étant un adultère et un meurtrier. Il a aussi écrit : “Car mes iniquités s'élèvent au-dessus de ma tête ; Comme un lourd fardeau, elles sont trop pesantes pour moi.... Je suis courbé, abattu au dernier point ; Tout le jour je marche dans la tristesse.”(Psaumes 38:4-6)

Qu'en serait-il si David avait continué à s'inquiéter et à se ronger à cause de ces échecs ? Mais il s'est repenti de tout son cœur et il a alors pu dire : “Et tu as changé mes lamentations en allégresse, Tu as délié mon sac, et tu m'as ceint de joie”(Psaumes 30:11)

La façon la plus rapide de se débarrasser de ce “sentiment d'être indigne”, c'est de se confier en Christ et en Son pardon. Il est prêt à pardonner à tout moment : “Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent.”(Psaumes 86:5)

lundi 25 février 2013

AYANT LES REGARDS SUR JESUS by Gary Wilkerson

J'ai à cœur ceux d'entre vous qui traversent en ce moment des épreuves, des luttes ou des tourments de l'âme. Je veux que tu saches que Dieu voit exactement où tu en es et qu'Il ne t'a pas oublié. En fait, Il marche à côté de toi dans ta situation. Il veut que tu sois conscient de Son grand amour pour toi et Il veut que cette prise de conscience disperse toutes les craintes qui saisissent ton cœur.

Nous ne devons pas avoir peur d'affronter les creux de notre vie, parce que Dieu les traverse avec nous. Au milieu de ces situations, Il nous demande une seule chose : de regarder à Lui. Il est notre rocher, notre place forte, notre salut. Nous ne pouvons espérer qu'en Lui : toutes les autres choses passeront, mais Lui demeure ferme pour toute éternité.

Récemment, dans une prison de Louisiane, j'ai eu le privilège de prêcher au côté du pasteur Jim Cymbala de Brooklyn Tabernacle. Alors que ces prisonniers se trouvent dans des situations qui sont loin d’être idéales, nous avons entendu de nombreux témoignages de vies rachetées. Malgré leurs liens physiques, ils vivent réellement dans la connaissance et dans l’espérance de l'amour de Christ. Certains demandent même à être transféré dans d'autres prisons de façon à pouvoir y apporter l'évangile. Quel témoignage encourageant de vie fidèle et victorieuse !

Alors, pendant que tu affrontes ton épreuve, sache que Jésus est ta réponse. Nous aurons des difficultés dans cette vie, mais notre espérance est le tout-accompli de Christ à la croix. Il a pris sur Lui tous les péchés, toutes les maladies et toutes les peines. Il porte tout cela pour nous, afin que nous puissions vivre une vie de victoire et d'espérance. Cet acte suprême d'amour a été fait pour toi, pour ta situation. Le Seigneur veut manifester Son amour et Sa puissance dans ta vie.

“Ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix”(Hébreux 12:2).

vendredi 22 février 2013

AVOIR L'AMOUR

“Car c'est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement...Lui qui n'a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fraude, lui qui, injurié, ne rendait point d'injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge justement”(1 Pierre 2:19-23)

Pierre décrit comment Jésus traitait toutes les situations de la vie. Quand les gens Le blessaient et L'injuriaient, Il ne ripostait pas ni ne menaçait. Quand ils désiraient se disputer avec Lui, Il ne se laissait pas entraîner mais Il s'en allait, simplement.

“Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces”(verset 21). Pierre le dit clairement : Jésus est notre exemple en ce qui concerne notre façon de nous comporter.

L'apôtre Paul ajoute : “Si tu n'as pas l'amour (c'est à dire l'amour de Christ, ou la charité selon d'autres traductions), tu n'es rien.” D'après 1 Corinthiens 13, avoir cet amour, c'est manifester de la gentillesse envers tous, sans exception. C'est ne pas être jaloux de qui ou de quoi que ce soit. C'est ne pas se vanter ni se mettre en valeur. C'est rechercher les intérêts des autres avant les siens, ne pas se laisser facilement provoquer, ne pas penser de mal de qui que ce soit, ne pas se réjouir lorsque quelqu'un tombe, même s'il s'agit d'un ennemi.

Pierre comme Paul établissent clairement dans ces passages : “Notre commandement pour vous, c'est qu'il n'y ait pas de riposte, de revanche, de menace au milieu de vous. Mais apportez plutôt toutes vos agitations, vos craintes et vos amertumes à Christ.”

Nos cœurs répondent peut-être : “Seigneur, c'est ce que je veux.” Nous avons peut-être quelques victoires à notre compte qui commencent à nous rendre confiants. Et soudain, venant de nulle part, quelqu'un surgit, disant ou faisant quelque chose qui plonge en nous une horrible flèche, inattendue, pleine de poison. Et nous avons une brusque montée de pensées dues à notre colère. Avant même de réaliser ce que nous faisons, nous nous retrouvons à renvoyer à cette personne d'autres flèches empoisonnées.

Nous réalisons que nous avons échoué, même si nous avons essayé très fort, priant, recherchant Dieu, nous accrochant à la vérité et nous réjouissant de nombreux succès. Quand l'ennemi vient comme un fleuve, nous échouons complètement dans nos efforts d'être comme Jésus.

“Courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte”(Hébreux 12:1). Tu dois simplement avoir de la patience envers toi-même et avec ta vitesse de croissance. Après-tout, la course va continuer jusqu'à ce que Jésus revienne. Oui, tu vas trébucher, manquer de tomber et être essoufflé, mais si tu tombes, tu vas te relever et continuer.

jeudi 21 février 2013

ES-TU FACHE CONTRE DIEU ?

Je crois qu'il n'est rien de plus dangereux pour un chrétien que de garder du ressentiment contre Dieu. Je suis étonné du nombre croissant de chrétiens qui gardent une sorte de rancune contre Lui. Pourquoi ? Ils sont convaincus qu'Il ne s'intéresse pas à eux parce qu'Il n'a pas répondu à une prière particulière ou qu'Il n'est pas intervenu en leur faveur.

Jonas a été appelé par Dieu à devenir missionnaire et il s'est rendu à Ninive pour prêcher le message de jugement qu'il avait reçu. Après avoir délivré ce message, Jonas s'est installé sur une colline, attendant que Dieu commence Son jugement. Mais quarante jours se sont écoulés sans que rien ne se passe. Pourquoi ? Parce que Ninive s'était repentie et que Dieu a décidé de ne pas les détruire !

Beaucoup de colères contre Dieu commencent par un désappointement. Dieu peut nous appeler, nous charger et nous envoyer. Ensuite, quand les choses ne se passent pas comme nous l'avions prévu, nous nous sentons trompés, trahis. Dieu comprend nos cris de peine et de trouble. Après tout, notre plainte est humaine. Et elle n'est pas différente du cri de Jésus sur la croix : “Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?”

Si nous continuons à entretenir un esprit irrité, cela va se transformer en colère. Et Dieu va nous poser la même question que celle qu'Il a posée à Jonas : “Fais-tu bien de t'irriter ?”(Jonas 4:9) En d'autres termes : “Crois-tu avoir le droit d'être aussi en colère ?”

Jonas a répondu : “Je fais bien de m'irriter jusqu'à la mort.”(même verset). Ce prophète était tellement rempli de colère à l'encontre de Dieu qu'il a dit : “Je ne me soucie pas de vivre ou mourir. Mon ministère est un échec. J'ai tous les droits d'être en colère contre Lui.”

La Parole de Dieu dit qu'il y a de l'espoir : “Retiens tes pleurs, Retiens les larmes de tes yeux ; Car il y aura un salaire pour tes œuvres, dit l'Éternel”(Jérémie 31:16). En d'autres termes : “Arrête de te plaindre, je vais récompenser ta fidélité.”

“Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.”(1 Corinthiens 15:58)

Bien-aimé, tes pleurs ont été entendus et tes prières n'ont pas été vaines. Toutes tes peines et tes larmes ont eu un but. Dieu te dit : “Tu penses que tout est fini. Tu ne vois que ton échec et la ruine, sans aucun résultat. Alors tu dis : “c'est la fin.” Mais Je te dis que c'est le commencement. Je vois la récompense que je vais déverser sur toi. J'ai de bonnes choses en réserve pour toi, des choses merveilleuses.. Alors, cesse tes plaintes !”

mercredi 20 février 2013

UNE CONFIANCE TOTALE EN CHRIST

Quand je parle de confiance totale en Christ, je ne parle pas seulement de faire confiance à Sa puissance qui nous sauve, mais de faire confiance à Sa puissance qui nous garde. Nous devons faire confiance à Son Esprit pour rendre notre vie conforme à la Sienne, c'est à dire pour nous garder en Christ.

A une époque, tu étais éloigné, séparé de Dieu par tes œuvres mauvaises. Alors, quelle bonne œuvre as-tu fais pour rétablir les choses avec Lui ? Aucune ! Personne n'a jamais été capable de se rendre saint. Mais nous sommes amenés à la sainteté de Christ uniquement par la foi, en acceptant ce que dit la Parole de Dieu : “selon qu'il est écrit : Vous serez saints, car je suis saint.”(1 Pierre 1:16)

Bien sûr, il veut que ta marche quotidienne, concernant les choses pratiques, soit à la mesure de ta marche par la foi. Mais le fait est que nous devons nous confier en Lui, même pour ça. Nous devons placer notre confiance dans Sa promesse de nous donner le Saint-Esprit qui nous rend capable de nous conformer à l'image de Christ dans notre marche quotidienne.

“Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi...”(Colossiens 1:21-23)

“Si vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi.” S'il-te-plaît, note que Jésus nous dit ici : “Continue simplement à Me faire confiance, vivant par la foi, et je te présenterai pur et sans faute, saint devant le Père.” C'est l’œuvre de sanctification du Saint-Esprit.

Aucun chrétien n'est plus saint qu'un autre, parce qu'il n'y a pas de degrés de sainteté, uniquement des degrés de maturité en Christ. Tu peux être un chrétien bébé et être pourtant absolument saint en Jésus. Nous sommes tous mesurés selon le même critère : la sainteté de Christ. Si nous sommes en Christ, notre sainteté est la Sienne.

Tu ne dois plus jamais regarder à un responsable chrétien ou à une personne quelconque en disant : “Oh, si seulement j'étais aussi saint que lui.” Tu n'as peut-être pas la même vie de prière que cette personne, tu fais peut-être plus d'erreurs qu'elle, mais elle n'est pas mieux acceptée par le Père que toi. Tu ne dois jamais te comparer à qui que ce soit, parce que personne n'est plus aimé du Père que toi !

mardi 19 février 2013

LA SEULE FACON DE DEVENIR SAINT

Il est impossible pour nous de devenir saint aux yeux de Dieu par notre propre force ou par notre propre volonté. Nous devons venir à Lui en disant : “Seigneur, je n'ai rien à Te donner. C'est Toi qui doit le faire.”

Pourtant, nous restons convaincus : “Si seulement je peux remporter la victoire sur ce dernier péché qui reste, alors je devrais être capable de vivre dans la sainteté.” Alors nous prenons en main l'épée de notre volonté, de nos promesses et de nos bonnes intentions et nous partons pour tuer l'ennemi dans nos cœurs. Mais nous ne pourrons jamais être saint tant que nous nous tiendrons sur le terrain de notre propre justice.

Toi et moi faisons face au même buisson ardent que Moïse. Et ce buisson est un type du zèle brûlant de Dieu contre toute chair qui viendrait dans Sa présence en prétendant être sainte. Il nous dit : “tu ne peux pas tenir devant Moi sur ce genre de terrain de la chair. Il n'y a qu'un seul terrain saint et c'est la foi dans Mon Fils et Son œuvre à la croix.”

C'est la seule façon que Dieu avait de se réconcilier avec le monde et de le sauver. Si nos œuvres méritaient le salut, seul un très petit nombre pourrait y être candidat. Mais je crois que Christ est mort pour tous.

Nous pouvons regarder les pires voleurs, violeurs, assassins, drogués ou alcooliques, des gens qui n'ont pas la moindre bonne œuvre, et attester : “par la repentance et par la foi, ils peuvent se présenter justifiés en Jésus Christ.”

Voilà le véritable pouvoir du salut de Dieu. Pourtant, de nombreux chrétiens vivent comme si leurs œuvres pouvaient être suffisantes. Au jour du jugement, ils vont se tenir devant Dieu dans la chair, disant : “Regarde à tout ce que j'ai fait pour toi, Seigneur. J'ai travaillé pour rester pur et saint. J'ai prophétisé, nourri les pauvres, guéri les malades, chassé les démons. J'ai fait tout cela pour Te plaire !”

Mais Dieu répondra : “Tu n'as fait aucune de ces choses par la puissance de Mon Esprit. Tu les as toutes faites par tes propres forces. J'accepte la justice d'un seul Homme : Mon Fils. Et Je ne vois pas Mon Fils en toi.”

“Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.” (1 Corinthiens 1:30-31)

lundi 18 février 2013

NE CRAINS POINT by Gary Wilkerson

“Ne crains point...car tu as trouvé grâce devant Dieu.”(Luc 1:30)

Quand Dieu nous annonce que c'est l'année de Sa grâce, il veut vraiment dire cette année. Dieu te parle de trouver Sa grâce maintenant. Ce mois-ci, cette semaine, aujourd'hui.

Quand j'ai annoncé ce message sur la grâce de Dieu à l'église Springs Church de Colorado Springs, une femme alcoolique était assise dans la salle. Elle a entendu le Saint-Esprit parler à son cœur. “Bien que tu aies été dans le désespoir, Ma grâce est sur toi. Tu vas constater un virage à 180° dans ta vie.” Cette femme s'est donnée toute entière à Dieu pendant cette réunion et elle est sobre maintenant depuis plusieurs mois.

A New York, un jeune homme qui vivait dans la rue depuis un an est entré un peu chancelant dans Times Square Church. Il s'est assis pendant la réunion, mais quand elle a été terminée, il est parti, pensant : “je hais cet endroit. Je n'y reviendrais jamais.” Pourtant, quelque chose l'a poussé à revenir. Il est revenu la semaine suivante et tout s'est passé de la même façon.

La même choses s'est reproduite plusieurs fois et finalement, après une année entière, le jeune homme s'est comme d'habitude levé de sa chaise une fois la réunion terminée. Seulement cette fois, il a dit : “Je t'aime Jésus, et j'ai besoin de Toi dans ma vie.” Il est allé à l'autel et a donné sa vie à Christ.

Les pasteurs de Times Square Church ont ressenti un appel pour la vie de ce jeune homme. Ils l'ont aidé à aller dans une école biblique, où il s'est révélé brillant élève. Il a terminé avec une note de 4/5 et s'est engagé dans le séminaire, achevant un cycle de trois ans en seulement 18 mois. On lui a demandé de rester au séminaire en tant que professeur mais il a refusé, disant : “Non, je suis pasteur.”

Le même jour où j'apportais ce message à Springs Church, ce jeune homme prêchait à Times Square Church. La grâce de Dieu est venue sur une vie insignifiante et sans attache, et c'est ce Dieu qui a fait toute la différence !

Laisse cette vérité inspirer un chant dans ton cœur, comme elle l'a fait avec Marie. Dieu est en train de faire naître quelque chose de nouveau, transformant ton épreuve pour Sa gloire. Tu ne ressens peut-être pas Sa présence, mais Il a Sa main sur toi. Fais Lui confiance en toutes choses - ton cœur, ta famille, ta situation - et tu verras Sa gloire.

vendredi 15 février 2013

DANS SA PRESENCE

“Afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.”(1 Corinthiens 1:29). Ce verset n'est pas une vérité du Nouveau Testament seulement. C'était aussi vrai à l'époque de Moïse. Moïse ne pouvait pas délivrer le peuple de Dieu par ses propres forces. Il devait apprendre, une fois pour toute, que l’œuvre de Dieu ne s'accomplit pas par une capacité humaine mais par une totale confiance et dépendance dans le Seigneur.

C'est vrai pour chaque chrétien aujourd'hui. Il doit y avoir un moment où l'on coupe court à tout ce que la chair essaye d'apporter à Dieu. En effet, Dieu nous dit, comme Il l'a dit à Moïse : “Il n'y a qu'un seul terrain sur lequel tu peux M'approcher et c'est une terre sainte. Tu ne peux pas te confier dans ta chair parce rien de ce qui vient de la chair ne peut subsister dans Ma présence !”

Lorsque Dieu s'est adressé à Moïse, il a mis l'accent sur les chaussures ( voir Exode 3:5) parce que nos pieds sont parmi les zones les plus sensibles de notre corps. Et que sont les chaussures si ce n'est une protection de notre chair ? Elles nous protègent des éléments, des pierres, des serpents, de la saleté et de la poussière, de la chaleur des pavés.

Comprends-tu ce que Dieu a dit à Moïse ? Il a utilisé une chose ordinaire, de la vie de tous les jours pour enseigner une leçon spirituelle, tout comme Jésus l'a fait plus tard en utilisant des pièces, des perles, des dromadaires ou des graines de moutarde. Dieu lui a dit : “Moïse, tu portes quelque chose pour protéger ta chair des blessures. Mais aucune protection de la chair ne sera capable de te garder lorsque je t'enverrai en Égypte, ce lieu ou règne l'iniquité, pour faire face à un dictateur endurci. Tu seras placé dans une situation dont Moi seul pourrai te délivrer. Alors, à moins que tu ne mettes de côté ta confiance dans ta chair, ta douceur, ton zèle et ton humilité, tu ne seras pas capable de faire ce que je t'appelle à faire. Toutes tes capacités ne vaudront rien, à moins que je ne les sanctifient.”

En effet, Moïse a dû faire face à toutes sortes de tests et d'épreuves lorsqu'il a mené un peuple de trois millions de personnes dans le désert. Sans épicerie, centre commercial ni même un puits pour l'eau, il a dû dépendre entièrement de Dieu, pour tout.

Moïse avait déjà essayé d'être un libérateur en faisant appel à sa propre force. Quarante ans plus tôt, il avait pris l'épée et avait tué un esclavagiste égyptien cruel. Et maintenant, Dieu lui disait : “Moïse, ton zèle doit être sanctifié ou il va te détruire. Veux-tu déposer ton épée et mettre toute ta confiance en Moi ?”

jeudi 14 février 2013

NOUS SOMMES SON CORPS !

“Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.”(1 Corinthiens 12:27). Nous sommes les membres du corps de Christ ! Par la foi, nous sommes faits chair de Sa chair et sang de Son sang. Et maintenant, nous sommes tous adoptés dans la même famille : “ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres.”(Romains 12:5)

Tu vois, hors de la tombe est venu un Homme nouveau. Et, depuis l'époque de la croix, tous ceux qui se repentent et qui croient dans cet Homme nouveau sont rassemblés en Lui : “Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit. Ainsi le corps n'est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres.”(1 Corinthiens 12:13-14).

Il n'y a plus de distinction entre noirs, blancs, blonds, bruns, juifs, musulmans ou païens. Nous sommes tous du même sang en Jésus Christ. Et, à cause de l’œuvre de Christ à la croix, l'homme ne peut plus essayer d'être saint en respectant la loi et les commandements. Il ne peut plus devenir saint par ses œuvres bonnes, ses actions justes, ses efforts humains ou par les aspirations de la chair.

“ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.”(Ephésiens 2:15-16)

Un seul Homme sera accepté par le Père : l'Homme nouveau, ressuscité ! Et lorsque cet Homme nouveau présentera à Son Père tous ceux qui ont eu foi en Lui, le Père répondra “Je vous reçois tous comme saints, parce que vous êtes en Mon Fils saint !” “il nous a rendus agréables dans le Bien-aimé” (Ephésiens 1:6)

De plus, nous avons été marqués du sceau du Saint-Esprit : “pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ ... en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint Esprit qui avait été promis”(Ephésiens 1:10,13).

Alors, tu vois, la sainteté n'est pas quelque chose que nous faisons ou atteignons ou à laquelle nous travaillons. C'est plutôt quelque chose en quoi croire. Dieu nous accepte comme saints uniquement lorsque nous plaçons notre foi en Christ et que nous demeurons en Lui. Le chemin qui mène à la sainteté n'est pas une capacité humaine, c'est la foi !

mercredi 13 février 2013

DES BRANCHES SAINTES

Quand tu lis 1 Pierre 1:16, “Vous serez saints, car je suis saint.”, tu t'alarmes peut-être. “Ça veut dire que je dois être aussi saint que Jésus l'était ? C'est impossible ! Il était sans tâche, parfait. Comment quelqu'un pourrait-il être à son niveau ?”

Le but de la loi était de nous montrer qu'il nous est impossible d'être conforme aux standards de sainteté de Dieu. Aucun volonté, force ou capacité humaine, aussi forte soit-elle, ne peut nous rendre saint. Donc, il ne peut y avoir qu'une seule façon pour nous de devenir saint. Nous devons être en Christ, sa sainteté devenant alors notre sainteté.

“si la racine est sainte, les branches le sont aussi.”(Romains 11:16). Paul dit que nous, qui sommes les branches, sommes saints parce que Jésus, qui est la racine, est saint. Et Jean écrit : “Je suis le cep, vous êtes les sarments”(Jean 15:5). En d'autres termes, nous sommes rendus saints, parce que nous sommes en Christ, en vertu de sa sainteté à Lui.

Le fait est que Dieu reconnaît un seul homme comme saint : Jésus Christ. Et aux yeux de Dieu, il n'y a eu que deux représentants de l'humanité dans toute l'Histoire : le premier est Adam au sens littéral, et le deuxième Adam, qui est Jésus. L'humanité entière a été enveloppée par le péché commis par le premier Adam : nous sommes tous devenus pécheurs. Puis, Jésus est venu comme l'Homme nouveau, et, au travers de Sa réconciliation à la croix, toute l'humanité s'est trouvée potentiellement regroupée en Lui. Aujourd'hui, Dieu ne reconnaît que cet Homme, Jésus, et Il est saint.

Tout comme Adam, s'il n'y avait la rédemption acquise par Christ, nous ne pourrions pas être saint. Peu importe la durée de notre vie ou la somme de nos efforts, peu importe combien de prières nous prononçons ou le nombre de fois que nous lisons la Bible, et peu importe combien de convoitises nous vainquons, nous ne serons jamais saints.

Jésus seul demeure dans une parfaite sainteté. Si quelqu’un doit se tenir devant le Père céleste et être reçu par Lui, ça ne peut-être qu'en Christ. Nous nous tenons devant le Père sans aucun mérite ni aucune prétention par nous-même. Nous nous tenons devant Lui uniquement par la grâce de Christ.

mardi 12 février 2013

TOUS LES JOURS DE MA VIE

L'Ancien Testament est rempli de types et de préfigurations de la vérité du Nouveau Testament. Chaque fois que j'ai des difficultés à comprendre une vérité du Nouveau Testament, je me reporte à sa préfiguration dans l'Ancien. En réalité, je crois que chaque épisode, chaque histoire de l'Ancien Testament est plein d'enseignements pour les croyants de la Nouvelle Alliance.

Un bon exemple est le passage concernant Moïse devant le buisson ardent. Je crois que cette histoire particulière renferme une profonde vérité du Nouveau Testament au sujet de la sainteté.

Quand Moïse était seul sur le mont Horeb, gardant le troupeau de mouton de son beau-père, quelque chose d'étrange a soudain attiré son attention : un buisson qui semblait en feu, brûlant ardemment, mais qui n'était pas consumé !

Moïse a décidé de s’approcher pour mieux voir. Alors qu'il avançait, Dieu l'a appelé du milieu du buisson : “Moïse dit : Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point. L'Éternel vit qu'il se détournait pour voir ; et Dieu l'appela du milieu du buisson...”(Exode 3:3-4)

Ce buisson brûlait sans être consumé parce que Dieu était présent en lui. C'était une représentation visuelle de la sainteté de Dieu. En effet, lorsqu'Il est présent, l'endroit devient saint.

Le Nouveau Testament nous dit que nous sommes appelés à être saint « comme Dieu est saint ».
  • “Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit :Vous serez saints, car je suis saint.”(1 Pierre 1:15-16). En d'autres termes : “Il est écrit, rapporté et établi une fois pour toute : nous devons être saint comme notre Dieu est saint” 
  • “Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté, mais à la sanctification.” (1 Thessaloniciens 4:7). Dieu ne nous a pas uniquement appelé à être sauvé, à aller au ciel ou à recevoir Son pardon. Ces choses sont plutôt des éléments nécessaires pour atteindre notre vrai but, qui est d'être saint comme Il est saint. 
Chaque croyant de l'église de Jésus Christ est appelé à être pur et sans tâche devant Dieu. Alors, si tu es né de nouveau, le cri de ton cœur doit être : “Dieu, je veux être comme Jésus et marcher dans la sainteté devant Toi, tous les jours de ma vie.”

lundi 11 février 2013

A PARTIR DE MAINTENANT by Gary Wilkerson

Après que les anges lui aient annoncé : “tu as trouvé grâce devant Dieu.”(Luc 1:30), la Bible nous dit que Marie “enfanta”. C'est ce qui arrive lorsqu'on trouve grâce aux yeux de Dieu : Il fait naître quelque chose de nouveau dans nos vies. Si tu as des enfant, tu sais que plus rien n'est pareil une fois qu'ils sont là. Ton monde en est complètement chamboulé. Et il en est de même lorsque la grâce de Dieu est répandue sur nos vies.

Marie l'a compris. Elle a vu que les choses allaient être différentes, et peu importe les problèmes qui allaient venir avec. L'ange lui a dit que son enfant allait libérer les captifs et cela a remué son âme. Elle s'est mise à chanter : “Mon âme exalte le Seigneur, Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, Et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.”(Luc 1:46-50)

Je voudrais attirer l'attention sur deux phrases de ce cantique de Marie. D'abord : “ il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante”. Marie a réalisé que Dieu avait vu sa situation, son cœur, ses craintes, ses espoirs et ses rêves. Dieu “a jeté les yeux” sur toi et sur moi de la même façon. Il voit clairement nos besoins, nos attentes et nos craintes, y compris celle qui dit : “Ma vie est trop compliquée pour que même Dieu puisse y faire quelque chose. Rien ne changera jamais.”

Avec la grâce de Dieu, nous pouvons témoigner avec Marie : “Je suis béni par le Seigneur parce qu'Il me voit en toutes circonstances. Il peut faire en sorte que les choses changent dans ma vie, à n'importe quel moment, et Il peut faire naître des choses que je ne peux même pas imaginer.”

Dans sa deuxième phrase, Marie réalise que Dieu opère une transition dans sa vie. Elle déclare : “à partir de maintenant, je marche sous la grâce de Dieu. Je dépose à Ses pieds toutes mes luttes pour ma propre sécurité, et je lui abandonne tous mes désirs, tout ce que je veux.”

C'est le moment décisif que la grâce de Dieu apporte dans nos vies. Le mot “désormais” marque un virage à 180° dans la direction de nos vies. Toute personne qui marche dans la grâce de Dieu peut dire : “Désormais, mes addictions n'ont plus de prise sur moi. Mon mariage difficile va s'arranger grâce à l'amour de Dieu. Mon enfant qui fuit Dieu va ressentir Son amour qui convainc.”

vendredi 8 février 2013

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Ceux qui se trouvaient dans la Chambre-Haute aimaient profondément Jésus. Ils étaient plein de compassion, avaient offert leur vie en sacrifice, étaient remplis d'amour pour les âmes perdues. Mais ils n'étaient pas encore qualifiés pour être Ses témoins. Il faut d'avantage qu'un amour pour Jésus et que de la compassion pour les âmes pour être qualifiés comme Ses témoins.

Ils avaient été enseignés à l'école de Christ. Ils avaient guéri les malades, chassé les démons et accompli des miracles. Ils avaient vu Jésus revêtu de sa gloire éternelle sur la Montagne.

Ils n'étaient pas loin de Lui lorsqu'Il avait transpiré du sang alors qu'Il priait. Ils L'ont vu cloué à la croix. Ils l'ont vu ressuscité, ont vu le tombeau vide, ont mangé avec Lui et parlé avec Lui alors qu'Il avait revêtu Son corps glorifié. Ils L'ont même vu monter au Ciel ! Et cependant, ils n'étaient pas prêts à être Ses témoins.

Pourquoi Pierre ne pouvait-il pas aller tout de suite vers les foules dans Jérusalem et témoigner de Sa résurrection ? N'y avait-il pas assisté lui-même ? Il semblerait qu'il pouvait prêcher : “Jésus est vivant ! Il est retourné dans le Ciel ! Repentez-vous !”

Pierre a fait une puissante déclaration au souverain sacrificateur : “Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.”(Actes 5:32)

Ces paroles,venant du Saint-Esprit au travers de Pierre ont remué le cœur des responsables religieux : “Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir.”(Actes 5:33). Le Saint-Esprit a aussi parlé au-travers de Pierre le jour de la Pentecôte, et tous ceux qui ont entendu “ eurent le cœur vivement touché” (Actes 2:37)

Étienne, rempli du Saint-Esprit, prêchait aux chefs religieux : “Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d'oreilles ! vous vous opposez toujours au Saint Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l'êtes aussi...En entendant ces paroles, ils étaient furieux dans leur cœur, et ils grinçaient des dents contre lui.”(Actes 7:51,54)

Quand tu ressors d'un moment passé à rechercher Dieu, rempli du Saint-Esprit, tu deviens capable de tenir avec assurance devant tes collègues, ta famille, n'importe qui. Et ton témoignage provoque alors une ou deux réactions. Soit ils crient : “Que dois-je faire pour être sauvé ?”, soit ils veulent te tuer ! Tu prononces alors une parole qui remue les cœurs. La différence se trouve dans la puissance du Saint-Esprit.

jeudi 7 février 2013

APPORTE LE A LA CROIX

Sous l'Ancienne Alliance, une obéissance totale était demandée. La loi de Dieu ne laissait pas de place à la plus petite désobéissance. Pour dire les choses simplement : l'âme qui péchait mourait.

Ces commandements avaient été exposés clairement, décrivant l'obéissance parfaite qu'un Dieu saint requiert. Cependant, la loi ne donnait pas à la chair les capacités nécessaires à une telle obéissance et l'homme se trouvait totalement incapable de satisfaire aux exigences de la loi. Paul appelle la loi “...un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter” (Actes 15:10).

Mais Paul décrit aussi la loi comme étant : “Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.”(Galates 3:24). La loi met nos cœurs à nu, nous enseignant que notre volonté est faible, que nous sommes aussi impuissants que des nourrissons, ayant besoin d'un sauveur.

Tu pourrais alors te demander : “Pourquoi Dieu nous demande-t-il une parfaite obéissance tout en ne nous donnant pas la puissance nécessaire ?” La Bible répond clairement : Dieu devait nous amener au point où nous réalisons que nous n'avons pas le pouvoir d'échapper à notre péché.

Cela a pris à Israël quatre cents ans d'afflictions pour apprendre qu'ils ne pouvaient être à l'origine de leur propre délivrance. Ils ne pouvaient pas se débarrasser de ceux qui les maintenaient dans l’esclavage par leur propres forces. Ils devaient avoir un libérateur, un Dieu qui descendrait vers eux et les conduirait hors de leur esclavage.

Et cela a pris des siècles, jusqu'à l'époque de Zacharie, pour qu'Israël reconnaisse son besoin d'un rédempteur. Ils ont finalement été convaincus qu'ils avaient besoin d'un sauveur qui serait pour eux “une muraille de feu tout autour, et [qui] serait sa gloire au milieu d'[eux].”(Zacharie 2:5). Dieu lui-même serait la muraille de feu autour d'eux et la gloire au milieu d'eux !

Pourtant, beaucoup de chrétiens aujourd'hui n'ont pas encore appris cette leçon. Ils vivent sous la loi, combattant leur chair, faisant des promesses à Dieu, essayant de se libérer de leurs péchés. Ils se lèvent chaque matin en disant : “C'est aujourd'hui Seigneur ! Je vais trouver la force et la volonté de briser ces chaînes. Avec juste un peu plus d'efforts, je vais être libéré !”

Non ! Ça n'arrivera pas. Ça va simplement mener à plus de culpabilité. La loi a pour but de nous amener à la croix pour que nous reconnaissions notre impuissance et notre besoin d'un rédempteur.

mercredi 6 février 2013

LA BONTE DU SEIGNEUR

“Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.”(Jacques 1:14). Nous sommes tous amorcés par notre convoitise, chacun d'entre nous, sans exception !

Jacques ajoute ensuite : “Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché”(Jacques 1:15). Il parle ici de naissance. Dans chacun de nos cœurs se trouve une matrice de convoitise et chaque péché que nous commettons né de cette matrice. Tout comme deux bébés ne sont jamais les mêmes, il n'y a pas deux péchés identiques. Chaque personne produit son propre type de péché. Au fils des années, de nombreux chrétiens s'accoutument à leur péché secret et, tout comme Lot, y deviennent aveugle et commencent à le prendre à la légère.

Je pense à tellement d'exemples au sein du corps de Christ. Nous fermons les yeux au sujet du péché qui consiste à rechercher les louanges des autres ou à la convoitise d'une position importante. Nous fermons les yeux au sujet du péché de la fierté pour nos racines spirituelles, notre connaissance de la Bible, notre vie de prière conséquente. Nous nous voyons peut-être comme étant humble, gentil, prêt à apprendre...mais nous ne le sommes pas.

Dieu ne prend aucun de nos péchés à la légère. Je l'ai appris à mes dépends. Aujourd'hui, lorsque je regarde en arrière sur presque cinquante ans de ministère, je suis gêné de tous ces moments ou j'ai succombé au péché de fierté.

Je me souviens avoir été le prédicateur vedette lors d'une conférence entre pasteurs. J'avais pensé : “Le Seigneur m'a béni avec une si grande révélation. Je ne suis impressionné par aucune personne renommée ici. Dieu m'a mis à part depuis ma naissance pour être un prédicateur oint.”

Peu de temps après, je me suis retrouvé sous la loupe du Saint-Esprit, et sa lumière inquisitrice a directement mis en lumière ma fierté. Si je ne m'étais pas accroché à l'exhortation de Paul d'oublier les choses anciennes, j'aurai sombré dans le désespoir. Mais Dieu m'a montré Sa miséricorde et je Le remercie pour Sa grâce et Sa patience envers moi, à l'époque et encore maintenant.

Aujourd'hui, le cri de mon cœur est : “Seigneur, je sais que je suis pas le pasteur humble et modeste que j'ai toujours pensé être. J'ai été sûr de moi, plein d'assurance, passionné. Maintenant, je réalise que l'onction que je peux avoir est uniquement due à ta bonté !”

mardi 5 février 2013

GARDER TON AFFECTION POUR LUI

“Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.”(Apocalypse 2:5)

Jésus nous dit ici : “Souviens-toi comment tu étais lorsque je t'ai sauvé. Tu t'es réjoui de ce que je suis venu vivre dans ton cœur ! Tu ne pouvais pas attendre le dimanche pour aller à l'église et tu passais tout ton temps libre à creuser Ma Parole, apprenant tout ce qui concerne Mon amour pour toi. Tu ne considérais pas la prière comme un fardeau parce que J'étais tout pour toi. Tu M'aimais plus que la vie elle-même. Mais maintenant tu t'es éloigné de tout cela. J'ai une si petite part de ton temps à présent, tellement peu de ton attention. Tu es devenu froid envers Moi. Quelque chose d'autre s'est emparé de ton cœur !”

Considère la mise en garde sérieuse de ce verset : “ je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes”. Pendant de nombreuses années, les théologiens ont essayé d'adoucir cette mise en garde, essayant de lui faire dire quelque chose de différent. Mais elle ne peut pas être adoucie. Elle veut dire exactement ce qu'elle dit.

Jésus nous dit : “si tu prétends avoir le feu de Dieu alors que je ne suis plus ce qui réjouit ton cœur, j'enlèverai toute la lumière que tu produis ! Peu importe les bonnes œuvres que tu fais pour Moi, tu ne seras plus Mon témoin. Je ne reconnaîtrai plus rien de ce que tu feras parce que tu as perdu ton amour pour Moi.”

Ton amour pour Jésus est-il exclusif ? Prends-tu régulièrement un temps de qualité avec Lui ? Ou bien d'autres choses se sont-elles glissées dans ton cœur, accaparant tes pensées et affections ?

Jésus te demande de te repentir et de repartir à zéro. Il veut que tu t'arrêtes et que tu réalises : “Attends un peu, je vois de quelle manière cette chose s'est glissée dans ma vie et elle me prive de mon amour exclusif pour Jésus. Je ne peux pas laisser durer cela plus longtemps. Seigneur, pardonne-moi ! Allume mon chandelier à nouveau.”

Reviens aujourd'hui à ton premier amour. Demande-Lui la grâce et la force de recommencer à garder ton affection pour Christ.

lundi 4 février 2013

LA GRACE REND LA VIE DANGEREUSE by Gary Wilkerson

L'ange Gabriel a dit ceci à Marie, la mère de Jésus : “ 'Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.' Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.”(Luc 1:28-29)

Je crois que Marie a été troublée quand l'ange lui a parlé parce qu'elle était consciente de l'histoire de son peuple. Elle savait ce qui était arrivé aux israélites qui avaient reçu la faveur de Dieu. Le résultat était béni, c'est vrai, mais pas toujours plaisant. Considère ces exemples :

Abel a reçu la faveur de Dieu grâce à son sacrifice agréé par Dieu. Mais le frère d'Abel, Caïn, en a été jaloux car il n'a pas reçu la même faveur, et Abel l'a payé de sa vie.

Noé a reçu la faveur de Dieu. Il a vécu dans la droiture au milieu d'une génération perverse et a été épargné de la destruction lors du déluge. Cependant, tout le confort que Noé connaissait dans le monde a été balayé. L'histoire de sa construction de son arche incroyable n'a pas été un conte pour enfant : ça a été une histoire triste de jugement à large échelle. Même si Noé et sa famille ont survécu, ils ont perdu tout ce qui leur était cher.

Lot a reçu la faveur de Dieu et a pu échapper au jugement. Dieu l'a délivré de Sodome, une ville sur le point de connaître la destruction par le feu. Mais en s'échappant, Lot a perdu presque tout ce qui lui était cher, y compris sa femme.

Joseph a reçu la faveur de Dieu et il a été béni par des rêves prophétiques. Mais ce don qui manifestait la faveur de Dieu est aussi ce qui a mis en colère ceux qui l'entouraient.

Ce que je veux dire, c'est que la grâce est dangereuse, et Marie le savait. L'Ancien Testament le montre clairement, histoire après histoire : la grâce peut être accompagnée de dangers, de difficultés, de pressions, de persécutions, de peines, de tribulations. Malheureusement, de nombreuses églises américaines ne reconnaissent pas cette vérité au sujet de la grâce de Dieu. De nombreux pasteurs prêchent que la faveur de Dieu implique le fait d'être prospère, d'avoir une belle maison ou une belle voiture, de n'être jamais persécuté, de vivre sans aucune difficulté, en étant toujours au top.

Marie en savait d’avantage et cela se voit dans sa réponse à l'ange : “Je suis la servante du Seigneur ; qu'il me soit fait selon ta parole !”(Luc 1:38). C'est la réponse que je veux faire ! Peu importe combien dangereuse la grâce de Dieu peut être, je ne l'échangerai pas pour une vie facile et confortable. Je ne veux pas échapper aux problèmes si cela signifie manquer Sa faveur.

vendredi 1 février 2013

SANCTIFIER LE SABBAT

Quand la Parole de Dieu parle de repos, cela inclut le repos physique. Mais le saint repos du Seigneur commence au niveau de l'âme. “Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu.”(Hébreux 4:9). Quel est ce repos ? C'est le fait de déposer tous nos fardeaux-péchés devant Christ !

Jésus Lui-même a dit : “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.”(Matthieu 11:28). Il nous dit : “Par la foi, tu dois entrer dans le repos de sabbat du Père. Tu dois refuser de porter plus longtemps tes fardeaux en entrant et sortant de ta maison. Au lieu de cela, tu dois les déposer devant Moi. Je suis le Dieu du sabbat et Je suis le seul qui soit capable de porter tes fardeaux.”

Je te le demande : pourquoi tant de chrétiens refusent-ils l'offre de Jésus ? Je crois que si Jérémie vivait aujourd'hui, il serait éberlué par le nombre de chrétiens qui continuent à porter leurs propres fardeaux de péchés et leurs combats contre la tentation. Il crierait sans doute : “Pourquoi porter vous donc tous ces fardeaux lors d'un si glorieux sabbat ? Jésus ne vous a-t-il pas dit, comme je l'ai dit à Israël : “N'introduisez pas de fardeaux dans votre maison” ? Pourquoi continuer de porter une telle charge partout où vous allez ? Ne portez pas de fardeaux le jour du sabbat, car c'est un jour saint devant le Seigneur !”

Le point clé ici, c'est que le jour du sabbat signifie qu'il nous faut arrêter nos propres œuvres, nos efforts humains désespérés, pour mériter le salut de Dieu : “Ne sortez de vos maisons aucun fardeau le jour du sabbat, Et ne faites aucun ouvrage ; Mais sanctifiez le jour du sabbat, Comme je l'ai ordonné à vos pères.”(Jérémie 17:22).

Voilà le secret nous montrant comment sanctifier le sabbat : nous devons déposer tous nos fardeaux devant Jésus et nous confier dans Son Esprit-Saint pour nous donner la force nécessaire pour notre vie. C'est la vérité ! Nous honorons le sabbat en abandonnant tous nos efforts pour nous défaire du péché et de la tentation.

Nous devons obéir à son ordre, pas seulement le dimanche, mais chaque jour !