vendredi 28 septembre 2012

L'IDOLATRIE AMENE L'ILLUSION

Les idolâtres vivent dans l'illusion, croyant un mensonge et croyant que c’est la vérité !

“Car tout homme de la maison d'Israël, ou des étrangers séjournant en Israël, qui s'est éloigné de moi, qui porte ses idoles dans son cœur, et qui attache les regards sur ce qui l'a fait tomber dans son iniquité, s'il vient s'adresser au prophète pour me consulter par lui, moi, l'Éternel, je lui répondrai par moi.”(Ezéchiel 14:7)

La signification de ce passage est la suivante : “Parce que tu t’endurcis dans ton péché, sans avoir le désir de t'en détourner et de te repentir, tout ce que tu entendras à partir de maintenant te confortera dans ton illusion. Même les sermons que tu entendras parleront à tes idoles.”

Nous en voyons une illustration dans la vie du Roi Achab, dans 1 Rois 22. Cet homme était certainement le plus mauvais roi de l'histoire d'Israël. Dans ce passage, il s'est allié avec le Roi Josaphat afin d'attaquer Ramoth en Galaad.

L'Ecriture nous dit : “Et l'Éternel dit : Qui séduira Achab, pour qu'il monte à Ramoth en Galaad et qu'il y périsse ? Ils répondirent l'un d'une manière, l'autre d'une autre. Et un esprit vint se présenter devant l'Éternel, et dit : Moi, je le séduirai. L'Éternel lui dit : Comment ? Je sortirai, répondit-il, et je serai un esprit de mensonge dans la bouche de tous ses prophètes. L'Éternel dit : Tu le séduiras, et tu en viendras à bout ; sors, et fais ainsi !”(1Roi 22:20-22)

Nous voyons un des pires idolâtres de tous les temps, un homme dont le cœur était captif de la convoitise et de la luxure, interroger le Seigneur. Alors, qu'est-ce que Dieu a donné à Achab ? Il lui a donné 400 prophètes qui lui ont menti et qui ont fait écho au désir de son cœur : “Va livrer bataille ! Tout s'annonce bien. Ce sont la paix et la prospérité qui t'attendent.”

Quelle horrible tragédie ! Achab n'a pas pu entendre la voix de Dieu à cause des idoles qui avaient pris racine dans son cœur. Dieu lui a répondu en lui envoyant une puissance d'égarement, qui va le détruire.

“...parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge”(2 Thessaloniciens 2:10-11)

jeudi 27 septembre 2012

LA REPONSE DE DIEU POUR LES IDOLATRES

“Ils porteront ainsi la peine de leur iniquité ; la peine du prophète sera comme la peine de celui qui consulte, afin que la maison d'Israël ne s'égare plus loin de moi, et qu'elle ne se souille plus par toutes ses transgressions. Alors ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu, dit le Seigneur, l'Éternel.”(Ezéchiel 14:10-11)

Dieu nous dit : “Je vais faire tout ce qui est nécessaire afin de t'éloigner de tes idoles souillées. Je ne te laisserai pas te fourvoyer et être détruit. Je vais te ramener à Moi. Mais si cela ne marche pas, je devrai avoir recours à la punition.”

“...vous verrez leur conduite et leurs actions ; et vous reconnaîtrez que ce n'est pas sans raison que je fais tout ce que je lui fais, dit le Seigneur, l'Éternel.”(verset 23). Le Seigneur nous dit : “Tu sauras que la façon sévère dont Je t'ai traité avait un but. Je ne te laisserai pas t'en aller.”

As-tu une pierre d’achoppement d'iniquité dans ton cœur qui te fait trébucher ? Es-tu abusé par un lien qui te lie et qui pourrait te détruire ? Si c'est le cas et si le Saint-Esprit te convainc par ce message, il y a de l’espoir pour toi.

Peu importe quelle est ton idole : la convoitise, un péché sexuel, la pornographie, l'alcool, la drogue, l'amertume ou la rancune. Demande à Dieu de t'ouvrir les yeux sur ton péché et passe du temps dans Sa présence afin d'obtenir une révélation concernant ce péché. Demande au Saint-Esprit de faire naître la crainte de Dieu en toi et de rendre ton cœur sensible à sa Voix lorsqu'Il te reprend. Tu dois haïr ton péché et être déterminé à ne pas être en paix avec lui.

Crie vers Lui maintenant : “Seigneur, ne me laisse pas dans l'aveuglement. Si je vis dans l'illusion ou dans le mensonge, révèle-le moi. Je ne veux plus croire aux mensonges. Je veux seulement entendre Ta voix et que ce soient Ta puissance et Ton autorité qui guident ma vie.”

Il y a une délivrance pour toi si tu la veux vraiment. Un jour très proche, tu réaliseras que tu n'es plus un esclave, mais un enfant de Dieu, libéré par la vérité.

mercredi 26 septembre 2012

NOUS NOUS APPLIQUERONS A LA PRIERE

Dans l'église du premier siècle, à Jérusalem, les veuves grecques étaient négligées lors de la distribution quotidienne de nourriture. Naturellement, elles ont demandé l'aide des dirigeants de l'église.

Les apôtres ne voulaient pas abandonner leur étude de la Parole de Dieu et le temps qu'ils passaient en prière simplement pour superviser une tâche administrative. C'est pourquoi ils ont rassemblé tous les membres de l'église et leur ont dit : “Il n'est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables.”(actes 6:2) En conséquence, sept hommes de qui l'ont rendaient bon témoignage ont été désignés pour s'occuper des affaires matérielles de l'église. Dans le même temps, les apôtres se sont engagés : “nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole.”(Actes 6:4)

Le résultat obtenu grâce à cet arrangement a été le suivant : “La parole de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup”(Actes 6:7). L'église a grandi parce que ces hommes ont refusé de négliger leur tâche la plus importante.

Bien peu de pasteurs d'aujourd'hui feraient ce type de sacrifice. Un pasteur m'a regardé dans les yeux et m'a dit : “Je n'ai tout simplement pas le temps de prier. Je suis trop occupé. Trop de choses réclament mon temps.” Un autre pasteur m'a confessé : “Je n'ai pas prié depuis des mois. Je médite et fais occasionnellement de rapides prières, mais je n'arrive pas à avoir une vraie discipline pour la prière.”

Je ne veux condamner aucun pasteur dévoué, travaillant dur pour Dieu. Mais le fait est que tout serviteur tombe sous l'emprise de son maître, et beaucoup de prédicateurs de l'évangile aujourd'hui ne se rendent pas compte qu'ils sont devenus les victimes d'une conspiration satanique d'interruptions. Ils sont sans cesse en train de courir, enfouis sous une avalanche de devoirs et de détails.

Je remercie Dieu de ce que nous ne sommes jamais à la merci de Satan ou de ses ruses. Nous pouvons mettre à jour ses tactiques, proclamer une parole de foi et, dans le nom de Christ, venir à bout de chacune des interruptions. Par la puissance de l'Esprit de Dieu qui vit en nous, nous pouvons déblayer le chemin qui mène aux portes du Seigneur et venir confiant devant Son trône de grâce, afin de recevoir de l’aide dans nos temps de besoin. C'est ce que le Seigneur désire pour chacun de nous.

mardi 25 septembre 2012

QUELQU'UN QUI VEILLE SUR MOI

“C'est donc en vain que j'ai purifié mon cœur, Et que j'ai lavé mes mains dans l'innocence” (Psaumes 73:13)

Asaph, l'auteur de ce psaume, était tellement troublé à cause des souffrances qu'il endurait tandis que les méchants menaient une vie facile, qu'il a presque glissé dans un abîme de totale incrédulité. Il était prêt à accuser Dieu de l'avoir abandonné, d'agir comme s'Il n'était pas concerné. Pendant un certain temps, il était prêt à quitter la bataille, à tout abandonner.

Cet homme de Dieu doit avoir pensé : “J'ai fait ce qui est bien et enduré tellement de difficultés pendant tout ce temps, et tout ça pour rien. Toute mon assiduité, mes louanges et mon adoration, mon étude de la Parole de Dieu, tout cela a été inutile, vain. Je n'ai fait que ce qui est juste, pourtant je continue à souffrir, ça n'a pas de sens. Pourquoi continuer ?”

Bien-aimé, tu dois faire attention. Quand une calamité te frappe, quand une épreuve survient, quand tu es en deuil, tu dois garder ton cœur contre ce type de dérapage.

Peut-être n'es-tu pas dans la situation d'Asaph, souffrant, mis à l'épreuve, mais tu connais peut-être quelqu'un qui traverse quelque chose de semblable. Une calamité soudaine peut avoir frappé un chrétien qui est membre de ta famille, un ami ou un membre de ton église. Quelqu'un que tu connais, qui vit dans la droiture, et tu te demandes : “Pourquoi, Ô Dieu ! Comment peux-tu le permettre ? Cette personne est tellement juste !”

Asaph est allé dans le temple et il a prié. Bien-aimé, quand une période de deuil ou de souffrance vient, tu dois aller dans le lieu secret. Isole-toi dans la présence de Dieu et crie à Lui. Si tu vas seul devant le Père, Il t'aidera à comprendre. C'est alors que le Saint-Esprit a parlé à Asaph : “Oui, tu les places sur des voies glissantes, Tu les fais tomber et les mets en ruines.”(verset 18) Asaph a réalisé : “Ce n'est pas moi qui suis en train de glisser, mais ce sont les méchants. Ils vont droit à la destruction.”

Asaph a commencé à voir les choses dans leur ensemble et il s'est réjoui : “Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage.”(verset 26) Il a pu dire : “Oui, ma force décroit. Oui, je livre une grande bataille. Mais je ne suis pas seul dans ces luttes. J'ai un Père aimant dans le Ciel et Il veille sur moi !”

lundi 24 septembre 2012

SUCCES ET OBEISSANCE by Gary Wilkerson

« Les ânesses de Kis, père de Saül, s'égarèrent ; et Kis dit à Saül, son fils : Prends avec toi l'un des serviteurs, lève-toi, va, et cherche les ânesses » (1 Samuel 9 : 3).

Quand l’Ecriture nous parle de quelque chose de perdu, comme dans cette histoire ou dans la parabole de Jésus sur la brebis perdue, cela nous enseigne le cœur de Dieu pour les perdus. Dieu veut que Son peuple soit prêt à aller secourir les perdus, tout comme c’était le cas ici pour Saül.

« Il passa par la montagne d'Éphraïm » (1 Samuel 9 : 4). Aller par monts et par vaux à travers les montagnes d’Ephraïm était un chemin difficile, mais le père de Saül lui avait donné une mission et il devait aller jusqu’au bout.

Le verset 4 continue ainsi : « Il passa par la montagne d'Ephraïm et traversa le pays de Schalischa, sans les trouver » (1 Samuel 9:4). Saül avait traversé la montagne et maintenant un second territoire sans trouver les ânesses. Il devait se sentir désespéré et se dire « Vais-je un jour retrouver ces ânesses ? »

Le cœur de Saül était engagé dans la recherche parce que « Mon père m’a demandé de le faire et je veux obéir à cet appel. Ces ânesses perdues sont importantes pour mon père et je vais les chercher de tout mon cœur. »

« ils passèrent par le pays de Schaalim, et elles n'y étaient pas ; ils parcoururent le pays de Benjamin, et ils ne les trouvèrent pas » (suite du verset 4).
Au final, Saül a dit à son serviteur : « Viens, retournons, de peur que mon père, oubliant les ânesses, ne soit en peine de nous » (1 Samuel 9 : 5).

Saül disait ici : « Nous avons fait une belle tentative. Nous avions une vision et je pensais vraiment que nous réussirions mais nous n’avons pas pu. »

Pour certaines personnes, leur peur de faire le pas de la foi est en réalité une peur de l’échec. Elles ne font pas ce que Dieu les appelle à faire parce qu’elles ont peur d’échouer.

Ecoute attentivement : quand Dieu t’appelle à quelque chose, Il ne t’appelle pas toujours à réussir. Il t’appelle à obéir ! Le succès de l’appel Lui revient, et l’obéissance te revient.

vendredi 21 septembre 2012

LES IDOLES DE LA FIERTE ET DE LA JALOUSIE


Quiconque s'accroche à un péché ne voudra jamais accepter la vérité lorsqu'il l'entend. Pourquoi ? Parce que chaque péché s'accompagne d'un mensonge qui est accepté comme vérité.

Quand l'Esprit Saint convainc un croyant au sujet d'un péché ou d'une habitude en particulier, Il nous prévient avec amour encore et encore. L'Esprit de Dieu est tendre, patient, aimant et Il attend que le croyant réponde avant de punir. Il harcèle continuellement le compromis de cette personne avec Son aimante persuasion.

Quand toutes les mises en garde de l'Esprit sont ignorées et que le péché prend racine, il y a châtiment et, au bout du compte, jugement. Dieu va permettre l'aveuglement et l'endurcissement du cœur jusqu'à ce qu'il soit impossible pour le pécheur récidivant de voir sa propre dépravation. Finalement, le cœur est tellement dur qu'il en devient impénétrable.

Le cœur de Saül était sous la domination des idoles de la fierté et de la jalousie. La fierté prenait sans cesse le dessus de cet homme, le rendant jaloux de David et de quiconque marchait dans la sainteté. Son cœur a été vaincu par l’idolâtrie.

Voici le triste témoignage de ce roi idolâtre : “Saül répondit : Je suis dans une grande détresse : ...  Dieu s'est retiré de moi ; il ne m'a répondu ni par les prophètes ni par des songes.”(1Samuel 28:15) Saül pouvait pleurer, rechercher les prophètes et prier pour des songes, mais le Seigneur lui a répondu : “Non, Saül. Je ne te parlerai plus parce que ton cœur est prisonnier d'une idole.”

Le livre de Jérémie nous dit qu'Ephraïm a subi un sévère châtiment de la part du Seigneur à cause de son péché. Mais Ephraïm s'est repenti, s'est détourné de ses idoles et les a détruites. Voici son témoignage : “oui, nous nous étions détournés de toi, mais maintenant nous le regrettons. tu nous as fait comprendre notre faute, et maintenant nous nous frappons la poitrine,” (Jérémie 31:19 - BFC)

Comprends-tu ce qu'Ephraïm dit ici ? On peut le traduire ainsi : “Lorsque j'avais des idoles (des péchés) dans mon cœur, je suis allé vers le Seigneur pour recevoir ses instructions. Mais je n'ai pas eu un seul mot venant du Ciel. Je n'ai rien entendu de la part de Dieu jusqu'à ce que je me repentes et que je détruise mes idoles. Ensuite, j'ai reçu de claires instructions oui, nous nous étions détournés de toi, mais maintenant nous le regrettons. tu nous as fait comprendre notre faute, et maintenant nous nous frappons la poitrine !”


jeudi 20 septembre 2012

DEVENIR UN GEANT AVEC DIEU


“En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge.”(Psaumes 62:8)

Tu dois considérer tes rendez-vous quotidiens avec Dieu plus sacrés et importants que n'importe quel rendez-vous avec n'importe quelle autre personne, quelle qu'elle soit.

Comme il doit être embarrassant pour le Ciel de voir la façon dont nous les Chrétiens manquons de considérer la grandeur de la majesté de notre Dieu, le Roi de Gloire. Nous sommes souvent désinvoltes dans notre manière de continuer à Le faire attendre. Et sans hésitation, nous annulons soudain nos projets de rencontre avec Lui dans sa Cour, tout cela pour les raisons les plus insignifiantes!

Peux-tu imaginer quelqu'un faisant attendre le Créateur de l'univers pendant qu'il s'attarde devant son programme de té lé préféré ? Pourtant, c'est ce que beaucoup d'entre nous faisons! Pire, souvent nous ne nous embarrassons même pas de venir dans la présence de Dieu. Ce n'est pas que nous oublions notre rendez-vous avec Lui, mais nous refusons en toute connaissance de cause de venir devant Lui !

Esaïe s'est lamenté : “Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas.”(Esaïe 53:3) Lorsque je permets à toute interruption de venir se mettre entre moi et mon rendez-vous avec le Seigneur, je détourne mon visage de Lui et je ne Le considère pas comme je le devrais.

La vérité est qu'on ne perd pas de temps lorsqu'on cherche Dieu dans la prière. Bien plus, en sortant du lieu secret, l'homme ou la femme de prière accomplit d'avantage en moins de temps, avec moins de précipitation, moins d'effort et de sueur.

Le travail le plus efficace que nous ferons jamais pour Dieu se déroule à genoux ? Pendant que celui qui ne prie pas court de-ci de-là, s'agite en essayant de faire de grandes choses, le chrétien qui prie est à l’œuvre pour faire bouger des royaumes, abattre des forteresses, faire de grandes choses et, ce faisant, devenir un géant avec Dieu.


mercredi 19 septembre 2012

UNE CONSPIRATION D’INTERRUPTIONS


Tout l’enfer tremble devant la prière efficace, fervente, d’un seul croyant. La prière puissante d’un seul intercesseur résonne comme le tonnerre qui fait rage dans les cavernes des damnés. Chaque parcelle de l’enfer est affectée par un croyant qui renonce à lui-même, prend sa croix et suit Christ de tout son cœur.
Cependant, nous devons nous rappeler de ceci : l’âme qui prie avec des cris d'agonie pour plus de profondeur en Christ va devenir la cible pricipale de la conspiration d'interruptions de Satan.
Un pasteur m’a écrit pour me dire : « Ma plus grande bataille n’est pas contre un péché secret de la chair mais avec le fait de maintenir une vie de prière consistante et d’étudier la parole de Dieu ! Satan me tente rarement avec des péchés sexuels, mais il me rend tellement occupé avec les affaires quotidiennes de la vie que mes temps de prière et d’étude sont évincés. Je ne permets pas que cela arrive de façon intentionnelle mais je suis pris dans toutes sortes de projets et d’interruptions. Ce cycle se répète encore et encore et Satan me vole tout mon temps avec Dieu. »
Tout comme des millions de chrétiens sincères, ce cher pasteur est victime d’une conspiration démoniaque d'interruptions. Et la cible principale de ces attaques est le lieu secret de la prière. Comment donc le diable garde-t-il les croyants loin de ce redoutable lieu secret ? Est-ce qu’il les attire avec des images érotiques, avec des pensées apaisantes de s’échapper grâce à l’alcool ou les drogues, ou des rêves de renommée et de prospérité ?
Non, jamais ! Le diable sait que la personne qui est unie à Christ ne sera jamais tentée par une telle vulgarité. Au lieu de cela, le vieux renard cherche à interrompre et à empêcher toutes tentatives du croyant d’entrer dans la présence de Dieu et d’étudier Sa Parole.
La communion dans la prière et l’étude de la Parole de Dieu ne peuvent pas être une option. Tu ne dois pas penser simplement que tu dois prier, mais que tu ne peux pas vivre sans la prière. Job a dit : « J'ai fait plier ma volonté aux paroles de sa bouche » (Job 23 : 12).
Ce n’est que lorsque la prière deviendra suffisamment importante pour toi que tu prendras le temps de prier!

mardi 18 septembre 2012

DIEU L’A DIT POUR DE BON !


Dans la cours du palais de Pharaon se tenaitJacob, un vieil homme  de 130ans, et Joseph, son fils perdu, se précipitait pour le prendre dans ses bras. Joseph était devenu le comandant en second de toute l’Egypte. Partout où Jacob allait avec son fils, dans le palais, dans les rues sur son char, les gens s’inclinaient devant Joseph  avec respect et crainte (voir Genèse 46 et 47).
Quand Pharaon demanda à Jacob son âge, celui-ci répondit : « Les jours des années de mon pèlerinage sont de cent trente ans. Les jours des années de ma vie ont été peu nombreux et mauvais, et ils n'ont point atteint les jours des années de la vie de mes pères durant leur pèlerinage » (Genèse 47 : 9). Les Hébreux lisent : « Mes jours ont été peu nombreux et tristes. » En clair : « J’ai vu de nombreuses souffrances. »
Alors, est-ce que cela valait la peine ? Oui, absolument ! Jacob et sa famille ont été délivrés de la famine. Tous les soixante-dix membres de son clan étaient maintenant à l’abri du danger, installés dans la plus riche des terres agricoles d’Egypte. Le fils de Jacob était sur le trône et ils avaient toute la nourriture qu’ils pouvaient manger.
Jacob, un homme avec le cœur contrit, pouvait regarder en arrière et dire : « Quand mon frère Esaü me menaçait, ma vie semblait finie mais Dieu m’a sorti de là. Mon Seigneur a été là tout le temps. Quand Laban a essayé de me détruire, Dieu m’a béni et m’a délivré. Et plus encore, le Seigneur a délivré ma femme Rachel et ma famille des dangers de l’idolâtrie.
J’ai vaincu tous mes ennemis. Aucun d’eux ne s’est jamais relevé pour me défier. J’ai vécu pour voir ma progéniture se multiplier et prospérer : les débuts d’une grande nation. J’ai vécu pour marcher au milieu de mes petits-enfants et même de mes arrière-petits-enfants. Et maintenant mes fils seront les patriarches d’Israël, les conducteurs de leur propre tribu. Pas une des paroles que Dieu m’a donné au début n'est restée sans accomplissement. Mon Seigneur a gardé chacune de Ses paroles pour moi. »
Et, bien-aimé, ainsi en sera-t-il avec nous aujourd’hui !

lundi 17 septembre 2012

FAIRE LE PAS DE LA FOI


Par Gary Wilkerson
Il y a quelques temps, je racontais la première partie de l’histoire de notre départ à Londres pour implanter une église selon la direction du Seigneur. Alors que nous pensions, ma femme et moi, devoir annuler nos plans parce que nous n’avions pas de logement, Dieu a miraculeusement pourvu à une maison grâce à un homme d’affaires que nous avions rencontré lors d’un voyage missionnaire en Afrique du Sud.
Nous pensions qu’il n’y avait aucun espoir, que nous ne pourrions pas le faire et qu’il faudrait annuler nos projets. Mais c’est alors que nous avons rencontré cet homme d’affaires. Seul notre Dieu pouvait orchestrer cela : un couple de New-York devait aller en Afrique du Sud pour trouver un logement à Londres.
Nous avons déménagé à Londres et quelques jours après notre arrivée, j’ai emmené mon fils dans un parc à côté de la maison que nous habitions. Alors que je le poussais sur la balançoire, je priais : « Seigneur, tu nous as appelés ici pour installer une église. Merci pour la maison mais je ne connais personne ici et je ne sais pas où commencer l’église. »
Un vieil homme s’approchait des balançoires avec sa petite fille. Il se tourna vers moi, se présenta et me demanda ce que je faisais à Londres.
« Je suis pasteur, répondis-je, et nous sommes ici pour implanter une église. »
« Je suis également pasteur et voici mon église », me répondit-il en pointant, en bas de la rue, une magnifique et grande église appelée « La sainte trinité de Brompton ».
Je lui racontai l’histoire de Teen Challenge et de l’église de Times Square et ce que nous faisions actuellement. Le pasteurm'a alors invité à passer plus tard chez lui pour prendre le thé et alors que nous étions chez lui, il dit : « J’ai passé tout l’après-midi à prier et le saint esprit a mis fortement la chose suivante sur mon cœur. Nous avons un café, dans un quartier où les jeunes se droguent et font la fête et ils viennent à  Christ, mais il n’y a pas d’église. Nous avons prié afin d’implanter une église là, mais nous n’avons pas de pasteur. Voudriez-vous nous aider à  mettre en place cette église ? Et voudriez-vous en être le pasteur ? »
Je m'étais inquieté, mais Dieu avait toute chose sous son contrôle ! La vérité est que si nous ne faisons pas le pas de la foi, si nous ne voulons pas prendre de risques, nous allons manquer le meilleur de ce que Dieu a en réserve.