mardi 31 juillet 2012

N’OUBLIE JAMAIS CE QU’IL A FAIT POUR TOI

Jésus a raconté une parabole à propos d’un serviteur à qui on avait effacé une grande dette (Matthieu 18 : 23-35). Cet homme avait trouvé grâce et miséricorde auprès de son maître mais il a pris cette grâce et cette miséricorde comme allant de soi. Immédiatement après avoir été pardonné, il est sorti et a commencé à étrangler un homme qui lui devait une somme minuscule, insignifiante, en lui disant : « Paye-moi ce que tu me dois ! » Quand le débiteur lui a demandé grâce, cet homme a refusé et l'a fait jeter en prison.

Pourquoi cet homme s’est-il porté en juge ? Pourquoi manquait-il de miséricorde ? C’est parce qu’il n’a pas regardé à sa propre indignité. Il ne comprenait pas combien sa propre vie était sans espoir et pleine de péché. Il n’a pas réalisé dans quel danger il était, combien il est passé près de la mort avant qu'on ne lui fasse grâce. Quand le maître a découvert ce que cet homme ingrat avait fait à l’autre débiteur, il l'a jeté en prison pour le reste de sa vie.

Alors que je travaillais sur ce message, le Seigneur m'a arrêté et m'a dit : « David, oublie ton message maintenant. Je veux te parler de ton esprit de jugement, de ton manque de miséricorde. »

Je pensais : « Moi, Seigneur ? Je suis l’un des prédicateurs les plus miséricordieux d’Amérique. » Mais il a commencé à passer en revue toutes les choses que j’avais dites à de jeunes prédicateurs, des choses que j'avais laissé échapper de façon brutale. Puis, Il m'a rappelé toutes les choses que j’avais dites en restant insensible aux personnes qui avaient chuté, des personnes que j’avais abandonnées.

Cela m’a carrément anéanti. J’ai pleuré devant le Seigneur. Quand j’ai demandé à Dieu comment cela pouvait être, Il m'a répondu : « Tu as oublié ce que j’avais fait pour toi, la miséricorde incroyable dont j’ai fait preuve à ton égard. Combien de fois t’ai-je sorti de choses qui auraient pu te détruire ? Tu ne serais pas là sans Ma miséricorde. »

Bien-aimé, avant de pouvoir offrir la miséricorde à quelqu’un d’autre, tu dois regarder la fosse dans laquelle tu serais sans la miséricorde de Dieu. Alors seulement tu peux dire : « Oh, Dieu, je sais ce que tu as fait pour moi et tu peux faire de même pour mon ami qui est dans le péché. Il était un temps où j’étais tout aussi mauvais à tes yeux. Je ne peux pas juger cet ami, parce que Tu m’as fait grâce. »

Voilà par où tu dois commencer !

lundi 30 juillet 2012

LA MISSION DE DIEU by Gary Wilkerson

J’aime beaucoup l’expression latine missio Dei, qui signifie “mission de Dieu”.

Dans le premier chapitre de la Genèse, nous voyons que la missio Dei, la mission de Dieu, était de se révéler lui-même aux hommes, de se faire connaître dans toute sa merveilleuse gloire et sa bonté.

Le chapitre 2 de la Genèse nous présente Adam et Eve dont la chute a interrompu cette mission. Il n’y avait plus la plénitude de la révélation qui permet à l’homme de voir les choses telles qu'elles devraient l'être. Ensuite, dans le chapitre 3 de la Genèse, nous voyons Adam et Eve, honteux, se couvrir et être conduits en dehors du Jardin. Ils fuyaient Dieu, n’étant plus intimes avec Lui et ne marchant plus avec Lui.

Du Jardin d’Eden au livre de l’Apocalypse, la Bible révèle la mission de Dieu, nous montrant clairement quels sont les projets de Dieu pour son peuple.

Quand l’église ne comprend pas la mission de Dieu, quand elle réduit, ignore et déforme cette mission, l’église perd sa puissance. Quand la mission de Dieu est mise de côté, l’église devient introvertie et revêt une forme que Dieu n'a pas voulu pour elle. Alors l’église continue à construire sur elle-même, devenant un type de la tour de Babel qui ne cesse de s'élever jusqu’à ce que son poids la fasse s’écrouler.

Dans Actes 1 : 8 Jésus dit : « Et vous serez mes témoins à Jérusalem, Jérusalem, Jérusalem. » Est-ce vraiment ce qu’il a dit ? Non ! Il a dit : « Et vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée et la Samarie et jusqu’aux extrémités de la Terre ». Il savait que cette mission de Dieu était faite pour bénir ceux qui étaient à Jérusalem mais que cela devait se répandre aux autres.

Si tu limites la mission de Dieu aux bénédictions qu’Il t'a donné, tu amoindriras tes propres bénédictions. Tu bloqueras le flot de ce que Dieu a en réserve pour toi parce que Ses bénédictions sont destinées à venir à toi et ensuite couler à travers toi pour aller jusqu’aux autres, jusqu’au monde.

vendredi 27 juillet 2012

MES VETEMENTS BOUCHAIENT LA VUE !

Je me souviens avoir fait une mission, lorsque j'étais jeune évangéliste, devant 5000 personnes à Los Angeles. Au moins 2000 d'entre elles étaient des chrétiens hippies. Ils venaient juste de naître de nouveau et venaient de la culture hippie. Beaucoup de ces jeunes gens étaient là, vautrés sur le sol devant moi, les cheveux longs et les vêtements déchirés.

Ce soir-là, je portais un blazer bleu, une cravate, un pantalon coupé à la dernière mode et des chaussures cirées jusqu'à être brillantes. Quand je suis monté sur scène, j'ai commencé à railler ces jeunes et j'ai dit : “certains d'entre vous ne ressemblent à rien. Mettez des vêtements décents et faites vous faire une coupe de cheveux avant de revenir demain soir !”

Dans les coulisses, après la réunion, une délégation de ses jeunes chrétiens hippies aux cheveux longs est venue me voir. L'un d'eux a fait courir son doigt le long du col de mon manteau à la mode et m'a dit “Quel beau costume.” Ensuite, il m'a regardé et m'a dit : “Frère David, nous n'avons pas pu voir Jésus ce soir.”

“Pourquoi cela ?”ai-je demandé.

“Vos vêtements bouchaient la vue” a-t-il répliqué. Je les voyais trop mal vêtus. Eux me voyaient trop bien vêtu.

Ces jeunes ne se moquaient pas de moi. Ils étaient sincères. Ils pleuraient lorsqu'ils me disaient : “Nous croyons que vous êtes un homme de Dieu, mais vous passez à côté de quelque chose.” Je sais maintenant que je manquais de miséricorde. Je n'ai plus jamais raillé personne au sujet du vêtement par la suite. Dieu m'a appris une dure leçon, et je prie pour qu'elle reste ancrée dans mon cœur.

Laisse moi te dire ceci : Beaucoup de chrétiens pensent qu'il est suffisant d'être pur et sanctifié. Nous pensons que c'est le sujet primordial et que tout ce que nous avons à faire, c'est nous éloigner du mal, ne pas nous mêler au monde et rester pur. Tant que nous ne fumons pas, ne buvons pas, ne forniquons pas ou ne commettons pas l'adultère, nous pensons être purs.

Personne n'a prêché de plus forts messages sur la sainteté et la pureté que je ne l'ai fait au fil des ans. Mais, d'après Jacques, la pureté n'est que le premier aspect des choses. “La sagesse qui vient d’en haut est en premier lieu pure ; de plus, elle aime la paix, elle est modérée et conciliante, pleine de bonté ; elle produit beaucoup de bons fruits, elle est sans parti pris et sans hypocrisie” (Jacques 3:17). Oui, nous devons être purs. Mais la miséricorde, la grâce et la bonté doivent suivre.

jeudi 26 juillet 2012

ES-TU UN CHRETIEN MISERICORDIEUX ?

“Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez point, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés ; pardonnez, et vous serez pardonnés.”(Luc 6:35-37)

Tu te souviens probablement de l'histoire de Sodome et Gomorrhe, racontée dans la Genèse. Deux anges ayant pris une apparence humaine se sont approchés des portes de Sodome. Ils étaient très probablement habillés comme des personnes tout à fait ordinaires.

Lot, le neveu d'Abraham, était assis aux portes de la ville, y ayant probablement un rang officiel (il était peut-être un des anciens de la ville qui accueillaient les visiteurs).

Laisse moi te demander : pourquoi Dieu a-t-il envoyé des anges pour sauver Lot et sa famille ? Nous savons que Lot et ses filles ont été sauvés in extremis de Sodome, mais que ses deux gendres et sa femme ont été détruits. Pourquoi Lot a-t-il été sauvé ? Pourquoi Dieu a-t-il envoyé des anges pour l'arracher littéralement à la destruction ?

Était-ce à cause de la moralité de Lot ? Était-ce parce que Dieu voyait quelque chose de grand en lui ? Non ! La réponse est très simple : “...l'Éternel ayant pitié de lui ; et ils le firent sortir, et le laissèrent hors de la ville.”(Genèse 19:16, version Darby). Dieu a été miséricordieux envers Lot.

Je vois Lot comme un type du “Reste”, des croyants de ces derniers temps, vivant dans une société pervertie, sur le point d'être jugée. En ce moment même, les Etats-Unis sont “mûrs” pour la destruction ; en effet, notre pays est déjà sous le jugement. Et Lot représente le Reste juste, l'Eglise au milieu de tout cela, parce que la Bible décrit Lot comme étant un homme juste (voir 2 Pierre 2:6-8)

Cependant, si l'Eglise d'aujourd’hui est juste, c'est uniquement à cause du sang de Jésus Christ et non à cause d'une quelconque bonté ou moralité que le Seigneur aurait vu en nous. C'est par pure grâce uniquement qu'Il vient vers nous pour nous arracher au jugement, même lorsque nous hésitons à laisser nos péchés en arrière. Le Seigneur, qui est miséricordieux envers nous, nous a fait sortir et nous a laissé en dehors de cette société condamnée. Nous méritons d'être consumés, mais Il a été miséricordieux envers nous.

mercredi 25 juillet 2012

S’APPROCHER DE LUI

J’ai une parole de la part du Seigneur pour beaucoup de ceux qui lisent ce message : il y a une promesse puissante dans la Parole de Dieu dont tu dois te saisir dès maintenant. Je crois que si tu agis selon cette promesse qui vient de lui, tu seras témoin d’une grande victoire, d’une nouvelle sorte de victoire dans ta vie.

La promesse est : « Approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous » (Jacques 4 : 8). Mais il te faut lire maintenant le reste du verset : « Purifiez vos mains, pécheurs, et nettoyez vos cœurs, âmes partagées. »

C’est une magnifique promesse de victoire sur tous les péchés. Cependant, tu ne peux pas produire cette victoire par toi-même. Tu ne peux pas purifier tes propres mains ou nettoyer ton propre cœur. Non, Jacques dit : « Si tu veux laver tes mains et avoir un cœur pur, si tu veux la victoire sur la culpabilité, la tentation et tous le mal qui vient contre toi, tu dois t’approcher de Dieu et croire qu’il est près de toi. »

Tout dépend de la proximité de Dieu. Approche-toi simplement de Lui, crois qu’Il est près de toi et il s'occupera de tous tes ennemis et des faiblesses de ta chair.

Tu pourrais demander : « Mais comment m’approcher de Dieu ? » La réponse est très simple, enfantine même : va simplement au Seigneur et parle-Lui, n’importe quand, n’importe où, toute la journée. Sous la douche, sur le trajet du travail, au travail, partout, parle-Lui, approche toi dans la pleine assurance de la foi.

Il y a des années, j’ai travaillé avec Kathryn Kuhlman qui est aujourd'hui décédée. Cette chère femme de Dieu avait l’habitude de travailler dix-sept heures par jour. Je me demandais souvent : « Quand a-t-elle encore le temps de se retirer dans le lieu secret pour prier ? »

Alors j’ai réalisé qu’elle semblait toujours se murmurer des choses à elle-même. Elle priait ! Elle priait en conduisant sa voiture, dans les ascenseurs. Où qu’elle aille, elle parlait toujours au Seigneur.

Un jour, elle me dit : « David, la Bible dit de prier sans cesse. Je parle au Seigneur toute la journée. Il est aussi réel pour moi que toi. Je n’ai pas besoin de courir quelque part pour essayer de me mettre au diapason avec Lui parce nous parlons tout le temps. Nous sommes amis. »

Bien-aimé, Dieu est toujours là pour toi. Je crois à la prière dans le lieu secret mais ton lieu secret peut être dans le métro, dans ta voiture, partout où tu peux t'isoler avec Lui.

Voici la promesse de Dieu pour toi, si tu veux la mettre en pratique en t’approchant de Lui tout au long de la journée :

« Dieu se lève, ses ennemis se dispersent, et ceux qui le haïssent s’enfuient devant sa face. Comme la fumée se dissipe, tu les dissipes ; comme la cire fond au feu, les méchants périssent devant Dieu » (Psaumes 68 : 1-2).

mardi 24 juillet 2012

CONFRONTE A LA CROIX

Laisse-moi t’expliquer ce que je veux dire par être confronté à la croix.

Prenons un homme qui en a assez de vivre dans le péché, cependant, il tombe continuellement de plus en plus bas sous son emprise. Il s’est promis à lui-même une centaine de fois qu’il ne le ferait plus jamais, et, pendant un certain temps, il surmonte la tentation et se réjouit de cette dose de liberté. Mais plus tard, ça revient avec d’autant plus de force.

Cet homme a couvert son péché, a menti à son sujet, a triché à cause de lui et cela lui a procuré un grand chagrin. Il n'y prend plus de plaisir, mais il ne peut s’en détacher. Il ne cesse d’y revenir.

L’homme sait qu’il devra un jour se tenir sur le siège du jugement et il passe sa vie en craignant la mise à nu et le scandale. Son péché l’a vidé, enchaîné, trompé. Il l’a conduit à un épuisement dans lequel il ne peut que difficilement exister : il est au bout du rouleau.

Dans cet état de tristesse, de lassitude et d’épuisement, le Saint Esprit amène cette parole à l’homme : « Il y a une issue pour toi. Il y a un endroit de victoire, de paix, de joie, de vie nouvelle. Accepte l’appel de Christ, cours à Lui et tu trouveras du repos. Va à la croix de Jésus Christ. »

Bien-aimé, quand tu t’agenouilles à la croix, tu n’entendras pas une parole facile, pas de mots doux, du moins pas au premier abord. Même si la croix est la seule porte de la vie, tu vas entendre parler de mort, la mort pour chaque péché.

A la croix, tu es face à ce qui ne va pas dans ta vie et c’est ce qui manque à tant d’églises. La prédication de la croix amène à la mort du péché, de la propre volonté. Elle te parlera avec amour, mais fermement, des conséquences de continuer à vivre dans ton péché : « Renonce à toi-même. Accepte avec joie la mort de la croix. Suis moi ! »

“Puis il dit à tous : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive » (Luc 9 : 23).

lundi 23 juillet 2012

LA PATIENCE DE DIEU by Gary Wilkerson

Quand Jésus dit dans Apocalypse 3 : 15 : “Si seulement tu étais froid ou bouillant », il dit qu’il ne veut pas que nous soyons tièdes. Certaines traductions disent : « Je préférerais que tu sois froid ou bouillant, mais pas tiède. » Cette petite expression « Je préférerais que… » fait toute la différence entre quelqu’un qui est contre toi et quelqu’un qui est pour toi.

Si quelqu’un doit me dire « je préférerais que… » à propos de certaines choses dans ma vie, je veux que ce soit Jésus qui le fasse. Quand il dit « Je préférerais que tu brûles pour Dieu », tu peux être assuré qu’il lance une campagne tous azimuts, usant pour ton compte de toutes les ressources disponibles du ciel, afin de changer ta tiédeur en feu, afin de te ramener !

Au verset 16, nous voyons Jésus dire : « Parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te… » J’aime le fait que Jésus dise « Je vais te… » parce qu’il aurait pu dire « Je t’ai… »

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui sont tièdes qu’Il prévoit des moyens de les ramener dans le feu de Dieu. C’est une bonne nouvelle parce que même s’il méprise ce goût dans sa bouche, son amour est immense. L’amour expiatoire de l’Agneau de Dieu a été tellement répandu sur nous que même si nous sommes loin de ce qu’il désire que nous soyons, il ne nous a pas vomis.

Les pères de l’Eglise primitive appelaient cela la patience de Dieu. Quelle est cette patience ? Il s’agit de la patience de Dieu qui nous supporte même dans notre tiédeur. Il n’aime pas ta tiédeur mais Il t’aime. Sa grâce, ses plans, son pouvoir sont tous dès maintenant disponibles pour saisir à nouveau ton cœur quand tu répondras à Jésus-Christ dans l’obéissance.

Jésus a aussi dit aux tièdes : « Je me tiens à la porte de ton cœur et je frappe… et si quelqu’un ouvre la porte, j’entrerai chez lui » (voir Apocalypse 3 : 20).

vendredi 20 juillet 2012

DIEU RESTE FIDELE

Quand Samuel a oint David pour être le roi d'Israël, le jeune homme a reçu un c?ur nouveau : “Samuel prit la corne d'huile, et l'oignit au milieu de ses frères. L'Esprit de l'Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite.”(1 Samuel 16:13)

David est devenu un homme de Dieu, sage, aimé et rempli de la crainte de Dieu : “[David] réussissait dans toutes ses entreprises, et l'Éternel était avec lui.”(1 Samuel 18:14)

David était un homme qui priait beaucoup. Il louait le Seigneur comme peu de gens l'avaient jamais fait, réjouissant le c?ur de Dieu avec ses chants et ses psaumes. Personne n'aurait pu être plus intime avec Dieu que David.

David était aussi un homme de grande foi. Il a abattu Goliath et est devenu un puissant guerrier pour Saul. Des femmes ont chanté ses exploits sur le champ de bataille. L'Esprit de Dieu était clairement sur cet homme et le Seigneur avait, de toute évidence, un plan pour sa vie.

Mais alors, Saül s'est mit à pourchasser David avec une grande colère, et David a dû s'enfuir. Il a pris 400 hommes et a fuit dans la patrie du géant Goliath qu'il avait tué. En faisant cela, il a manqué de foi. David n'a pas demandé au Seigneur s'il devait aller là. Au contraire. Il a décidé de remettre sa vie entre les mains du roi de Gath, cherchant refuge auprès de lui. Mais à Gath, des murmures hostiles se sont faits entendre : “N'est-ce pas celui pour qui l'on chantait en dansant : Saül a frappé ses mille, -Et David ses dix mille Philistins ?” (voir 1 Samuel 21:11)

David fut emmené devant le roi. Il savait qu'il était piégé, qu'il allait avoir des ennuis, alors il a prétendu être fou, délirant de façon incohérente, griffant les murs, de la bave coulant sur sa barbe. Il espérait que sa “folie” le délivrerait des mains du roi Akisch.

Quel pauvre témoignage il a montré à ses hommes. Akisch a regardé David et a dit : “cet homme a perdu l'esprit. Sortez-le d'ici!”

David a été infidèle à ce moment, mais Dieu est resté fidèle. Il n'a pas effacé David de son livre. Tandis que David agissait follement, le plan éternel de Dieu pour lui continuait. Le règne de Saul devenait plus fragile chaque jour et Dieu mettait tout en place pour assurer ses bénédictions envers David.

jeudi 19 juillet 2012

A BOUT DE PATIENCE

Israël a refusé de croire le message de Dieu qui disait combien il était précieux à Ses yeux. Au lieu de cela, le peuple a préféré se focaliser sur sa condition, ses problèmes, ses faiblesses et ses incapacités et il a laissé libre cours à ses peurs.

Au bout d'un moment, Dieu a été à bout de patience avec eux et Il a dit à Moïse : “ Jusqu'à quand ce peuple me méprisera-t-il ? Jusqu'à quand ne croira-t-il pas en moi, malgré tous les prodiges que j'ai faits au milieu de lui ? Je le frapperai par la peste, et je le détruirai ; mais je ferai de toi une nation plus grande et plus puissante que lui.”(Nombres 14:11-12)

Le Seigneur a pardonné Israël pour l'amour de Moïse, mais Il n'a pas permis à ces gens d'entrer dans le Pays Promis. Au lieu de cela, ils ont dû mener toute une vie d'errance dans le désert, une vie livrée à une peur constante et à des doutes destructeurs. Ils ont été pardonnés, mais sont restés misérables ! Ils avaient perdu l'espoir, le repos et la paix qui viennent du fait d'accepter et de croire combien les enfants de Dieu sont précieux pour Lui.

Bien-aimé, la seule fois où Dieu en vient à être à bout de patience envers nous, c'est lorsque nous refusons encore et encore d’accepter combien Il nous aime et combien Il veut nous voir triompher de nos batailles. En effet, beaucoup de chrétiens à l'heure actuelle se sont retrouvés dans un désert de leur propre fait. Ils n'ont pas de joie, pas de victoire. En les regardant, on pourrait croire que Dieu les a rejeté il y a des années, alors qu'Il les a juste laissés à leurs complaintes et à leurs murmures.

Merci à Dieu, Josué et Caleb ont finis par entrer dans le Pays Promis. Et quelle joie cela a été pour eux ! Dieu les a bénis de façon incroyable et ils sont restés tels des arbres verts dans Sa maison jusqu'au jour de leur mort. Ils étaient des hommes de puissance et de vision, parce qu'ils savaient qu'ils étaient précieux pour Dieu.

Toi aussi, tu es précieux pour le Seigneur, malgré tous tes problèmes et échecs. Peu importe tes épreuves ou tes luttes, tu peux être un arbre vert dans la maison de Dieu, tout comme Josué et Caleb. Simplement, appuie-toi sur ce que promet sa Parole : “Il m'a retiré du danger, il m'a délivré, car il m'aime” (Psaumes 18:19). C'est le fondement de la vraie foi.

mercredi 18 juillet 2012

PLEIN D’ESPOIR

Josué et Caleb étaient parmi les douze hommes envoyés pour espionner le Pays Promis. Ils n’ont pas versé de larmes, ne se sont pas lamentés des conditions qu’ils y ont trouvé. Au lieu de cela, ils se sont réjouis de découvrir le pays et sont revenus plein d’espoir, de foi et de vision.

Connais-tu des Chrétiens comme cela ? Ils se réjouissent toujours. Tu sais qu’ils endurent d’affreux combats, cependant, ils semblent savoir comment saisir la main de Dieu au milieu de leur situation.

Qu’en est-il de toi ? Es-tu toujours abattu, toujours en train de te plaindre ? Peut-être que tes problèmes personnels ou ta situation familiale t'ont accaparés et ont dévoré ton âme. Bien-aimé, quel que soit ce que tu traverses, tu es précieux pour Dieu. Si tu viens à lui avec un cœur repentant et une âme affamée, Il te donnera Sa vision et Son espérance.

Josué et Caleb ont eu une révélation de leur valeur aux yeux de Dieu et ils savaient qu’Israël était un peuple spécial pour le Seigneur. C’était la clé de leur état d'esprit optimiste et victorieux. Josué dit : « Si l’Eternel nous est favorable, Il nous mènera dans ce pays, et nous le donnera » (Nombres 14 : 8). En d’autres termes, « Parce qu’Il se réjouit en nous, c'est comme si nous étions déjà dans le pays. »

David a eu la même révélation : « Il m'a retiré du danger, il m'a délivré, parce qu’Il m'aime » De la même façon, chaque chrétien victorieux aujourd’hui a cette même révélation de l’amour du Père céleste : « Nous ne pouvons pas échouer ! Tous nos ennemies nous sont donné en pâture, parce que nous sommes précieux pour le Seigneur. Il se réjouit en nous. »

Laisse-moi te révéler la grande grâce que Dieu a manifesté par l'intermédiaire de Josué et de Caleb. Israël avait passé la nuit dans la rébellion, se vautrant dans l’incrédulité, se lamentant que Dieu les avait abandonné et nommant finalement un capitaine pour les ramener en Egypte. Cependant le Seigneur leur envoya Josué et Caleb et ils dirent au peuple : « Malgré ta nuit de confusion, malgré toute ta misère et tes complaintes, Dieu se réjouit en toi. Il te conduira plus loin. Ne crains pas, car tu lui es précieux » ( voir Nombres 14 : 9).

mardi 17 juillet 2012

UN TRÉSOR SPÉCIAL

Aux chapitres 13 et 14 du livre des Nombres, nous lisons qu'Israël a envoyé douze espions pour parcourir le Pays Promis. Lorsque ces espions sont revenus après quarante jours, ils ont plantés trois mensonges dans le cœur du peuple de Dieu :
  1. Les habitants du pays sont trop nombreux, et ils sont trop forts pour nous. 
  2. Les cités ont des remparts qui sont bien trop hauts. Les forteresses sont imprenables. 
  3. Il y a des géants dans le pays et nous ne sommes rien à côté d'eux. Nous sommes impuissants, finis ! 
Ces mensonges sont allés droit au cœur du peuple d'Israël qui a connu une nuit de désespoir. “Toute l'assemblée éleva la voix et poussa des cris, et le peuple pleura pendant la nuit.”(Nombres 14:1) Peux-tu imaginer cette scène ? Pense à ce que cela a dû être. Plus de deux millions de personnes pleurant, gémissant, concentrés uniquement sur leurs faiblesses et leurs incapacités. Ce bruit de plaintes incrédules a bombardé le ciel.

Bien-aimé, prend le temps de regarder attentivement et honnêtement cette scène : tu pourrais peut-être te voir au beau milieu. N'as-tu jamais passé une nuit comme celle-ci, pleurant et gémissant à cause de mensonges du diable qui avaient été plantés dans ton esprit ? Tu as peut-être crié à Dieu : “C'est fini ! Je n'en peux plus. Cette épreuve : c'est trop pour moi. Ces forteresses en moi ne seront jamais abattues. Je n'y arriverai jamais. J'ai perdu la bataille.”

Le diable envoie ces mêmes trois mensonges à tout le peuple de Dieu : “Tes tentations sont trop nombreuses. Tes convoitises te consument. Tu es trop faible pour résister aux puissances qui viennent contre toi.”

La parole que Dieu a adressé à Israël est pour nous aujourd'hui : “vous serez pour moi un peuple précieux [spécial] parmi tous les peuples, bien que toute la terre m'appartienne.”(Exode 19:5 version Semeur)

“Vous êtes, en effet, un peuple saint pour l'Éternel votre Dieu, et l'Éternel vous a choisis parmi tous les peuples répandus sur la surface de la terre pour que vous lui apparteniez comme un peuple précieux [spécial].”(Deutéronome 14:2 version Semeur)

lundi 16 juillet 2012

A L'INTENTION DES TIÈDES by Gary Wilkerson

“Je connais tes œuvres. Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.” (Apocalypse 3:15-16)

Jésus parle à l'église de Laodicée, l'église qui est devenue célèbre dans le monde entier. Le terme “Laodicéen” est même dans le dictionnaire aux Etats-Unis, signifiant être tiède ou indifférent. Etre tiède, c'est être entre froid d'un côté et bouillant de l'autre. Jésus ne dit pas qu'Il voudrait que nous soyons chaud, tiède ou froid. Non, il dit qu'il nous préférerait froid ou chaud plutôt que tiède.

Quand Jésus parle du fait que nous soyons bouillant, Il parle d'être rempli de zèle, plein de passion, avec un cœur brûlant pour Dieu. Il parle d'avoir quelque chose en nous qui nous pousse à l'action. C'est ce qu'Il dit : “Je connais tes œuvres.” Il ne dit pas : “Je connais tes pensées, Je connais tes émotions.” Il dit : “Je connais tes œuvres.” Parce que, lorsque tu regardes les œuvres de quelqu'un, tu connais son cœur.

Beaucoup d'entre nous ne réalisent pas à quel point la tiédeur est éloignée du cœur de Dieu. Cet état est méprisable pour Jésus parce qu'il s'agit de quelqu'un qui prétend Lui appartenir, quelqu'un qui s'approprie le nom de Jésus et cite les Écritures, mais qui se comporte comme le monde.

Une personne tiède est quelqu'un qui prétend être chrétien mais qui fait les mêmes choses que quelqu'un qui est complètement froid : il se saoul, il couche à droite et à gauche, il invoque le nom du Seigneur en vain, il triche, il ment, et se dit pourtant chrétien. Cette personne est un témoignage catastrophique pour Christ.

Jésus préfère un témoignage honnête qui dit : “Je ne suis pas sauvé et je vis en fonction”, plutôt que : “Je prétends être sauvé mais je ne vis pas en fonction.” Jésus continue de dire aux tièdes : “Je connais tes œuvres !”

vendredi 13 juillet 2012

IL AGIRA POUR TOI !

Crois-tu que Dieu va rester impassible et qu'il va laisser le diable faire ce qu'il veut de toi ? Si Dieu n'agissait pas en ta faveur quand tu as besoin de Lui, Il ne serait rien de plus que le faux dieu Baal !

Elie a eu une épreuve de force avec les prophètes de Baal au mont Carmel, où un autel a été construit. Le test était : “Le dieu qui répondra aux prières aujourd'hui est Dieu !” Elie a prié pour que le feu tombe surnaturellement sur le sacrifice qu'il avait placé sur l'autel. Et c'est exactement ce qui s'est passé.

Mais avant que cela ne se produise, les prophètes de Baal ont dansé depuis le matin jusqu'à midi, pleurant, criant et suppliant leur dieu pour qu'il réponde. “Mais il n'y eut ni voix ni réponse.”(1 Rois 18:26)

Elie s'est moqué de ces faux prophètes : “Criez à haute voix, puisqu'il est dieu ; il pense à quelque chose, ou il est occupé, ou il est en voyage ; peut-être qu'il dort, et il se réveillera.”(v.27). Elie leur disait : “où donc est votre dieu ? Est-il en vacances ? Dort-il ? Il doit être sorti faire un tour.”

Nous pourrions nous moquer pareillement de Dieu s'il ne répondait pas lorsque nous crions à Lui. Tu vois, son honneur est en jeu lorsque nous Le prions. Et on ne se moquera pas de Lui parce qu'Il ne répond pas. La Bible dit de Lui : “Il ne permettra point que ton pied chancelle ...Voici, il ne sommeille ni ne dort, Celui qui garde Israël” (Psaumes 121:3-4). Notre Dieu est toujours éveillé et Il est attentif à chacun de nos besoins.

“Ils s'approchent, ceux qui poursuivent le crime, Ils s'éloignent de la loi. Tu es proche, ô Éternel ! Et tous tes commandements sont la vérité.”(Psaumes 119:150-151)

La glorieuse vérité révélée dans ce passage peut changer ta vie, t'apporter la paix et te donner le repos, au-delà de tout ce que tu as déjà pu expérimenter. Tu vois, une fois que tu comprends la vérité concernant la proximité constante de Dieu, le fait qu'Il t'aime et qu'Il est toujours près de toi, aucune crainte ou anxiété ne peut subsister.

jeudi 12 juillet 2012

UNE AIDE TOUJOURS PRESENTE DANS LES DIFFICULTES

Beaucoup de chers frères et sœurs en Christ me racontent leur vécu, faisant face à d'incroyables difficultés -des problèmes qui ne cessent de s'accumuler, des découragements qui ne cessent de venir à eux. Humainement parlant, ce sont toutes des situations impossibles, et mon cœur va à tous les croyants qui expérimentent de telles épreuves.

Chaque chrétien doit être convaincu de ce qu'il est précieux, aimé - et de ce que Dieu est tout près. En fait, plus l'ennemi est proche, plus Dieu est fidèle pour révéler combien Il est proche et plus Il tiendra fermement la main de son enfant.

“Dieu est pour nous un refuge et un appui, Un secours qui ne manque jamais dans la détresse.”(Psaumes 46:1) La racine du mot utilisé ici pour Détresse signifie “lieu étroit”. Te trouves-tu dans un lieu étroit ? Lis les promesses de Dieu pour t'aider à sortir de cet endroit :
  • “Que l'Éternel t'exauce au jour de la détresse, Que le nom du Dieu de Jacob te protège ! Que du sanctuaire il t'envoie du secours, Que de Sion il te soutienne !”(Psaumes 20 : 1-2) 
  • “Je serai par ta grâce dans l'allégresse et dans la joie ; Car tu vois ma misère, tu sais les angoisses de mon âme, Et tu ne me livreras pas aux mains de l'ennemi, Tu mettras mes pieds au large. Aie pitié de moi, Éternel ! car je suis dans la détresse ; J'ai le visage, l'âme et le corps usés par le chagrin.”(Psaumes 31:7-9) 
  • “ Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge, A la vue des fils de l'homme ! Tu les protèges sous l'abri de ta face contre ceux qui les persécutent, Tu les protèges dans ta tente contre les langues qui les attaquent.”(Psaumes 31:19-20) 
  • “Béni soit l'Éternel ! Car il a signalé sa grâce envers moi, Comme si j'avais été dans une ville forte. Je disais dans ma précipitation : Je suis chassé loin de ton regard ! Mais tu as entendu la voix de mes supplications, Quand j'ai crié vers toi. Aimez l'Éternel, vous qui avez de la piété ! L'Éternel garde les fidèles, Et il punit sévèrement les orgueilleux. Fortifiez-vous et que votre coeur s'affermisse, Vous tous qui espérez en l'Éternel !”(Psaumes 31:21-24)

mercredi 11 juillet 2012

LE SEIGNEUR EST PROCHE

Dieu est plus disposé à garder Ses promesses pour toi que le diable l'est à te ruiner. En fait, peu importe à quel point l’Ennemi se rapproche de toi, le Seigneur est d’autant plus proche.

« Ils s'approchent, ceux qui poursuivent le crime, ils s'éloignent de la loi. Tu es proche… » (Psaumes 119 : 150-151). David dit, en d’autres termes : «Seigneur, si mes ennemis viennent si près pour me détruire, tu es d’autant plus proche de moi lorsque j'en ai besoin. »

Dans ce verset, le mot hébreux pour « proche » a une connotation de « défense ». Cela veut dire « Je suis proche de toi pour te défendre. » Dieu dit qu’il est particulièrement proche de ceux qui sont abattus et qui ont le cœur brisé :
  • « Car ainsi parle le Très Haut, dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint : J'habite dans les lieux élevés et dans la sainteté ; mais je suis avec l'homme contrit et humilié, afin de ranimer les esprits humiliés, afin de ranimer les cœurs contrits » (Esaïe 57 : 15). 
  • « L'Éternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, et il sauve ceux qui ont l'esprit dans l'abattement » (Psaumes 34 : 18). 
Es-tu un enfant de Dieu ? Est-ce que le Seigneur Jésus habite en toi ? Dieu dit qu’il est proche de toi dans tes angoisses. Voici Sa promesse pour toi :

« Ainsi parle maintenant l'Éternel, qui t'a créé, ô Jacob ! Celui qui t'a formé, ô Israël ! Ne crains rien, car je te rachète, Je t'appelle par ton nom : tu es à moi ! Si tu traverses les eaux, je serai avec toi ; et les fleuves, ils ne te submergeront point ; si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t'embrasera pas.
Car je suis l'Éternel, ton Dieu, le Saint d'Israël, ton Sauveur… Parce que tu as du prix à mes yeux, parce que tu es honoré et que je t'aime, je donne des hommes à ta place, et des peuples pour ta vie. Ne crains rien, car je suis avec toi » (Esaïe 43 : 1-5).

David a vu Dieu lui tenir « … la main droite » (Psaumes 73 : 23). Il dit : « Dieu n’est pas seulement proche de moi mais il marche avec moi, main dans la main, à travers tout ce désordre. Que mes ennemis viennent contre moi. Ma main est dans celle du Père ! »

De plus, David dit que Dieu lui parlait, lui donnait des conseils et des directions : « Tu me conduiras par ton conseil » (Psaume 73 : 24).

mardi 10 juillet 2012

AUCUNE CONFIANCE DANS LA CHAIR

Tout comme Paul, je n’ai aucune confiance dans la chair. Certains des gens les plus pieux que j’ai connu ont chuté misérablement. Je pense à l’affreuse tentation et à l’échec de David, un homme selon le cœur de Dieu.

David a été fortement tenté, est tombé dans l’adultère, a menti puis tué un homme innocent. Je suis sûr que quand le prophète Nathan a exposé son péché, Satan était convaincu que David serait définitivement KO. Il s’attendait à ce que cet homme lève ses bras et dise : « A quoi bon ? J’ai déshonoré Dieu ! J’ai péché contre la lumière et j'ai commis les péchés contre lesquels j’avais moi-même prêchés. Dieu ne pourra plus jamais m’utiliser maintenant. Mon cœur est trop noir. J’ai été dominé par le péché. »

Combien Satan avait tord. Ecoute les cris de David après sa repentance : « L'Éternel m'a châtié, Mais il ne m'a pas livré à la mort » (Psaume 118 : 18). David disait : « J’ai été tenté et éprouvé mais Dieu n’a pas voulu me livrer à la puissance de Satan. »

Bien-aimé, si le diable vient à toi avec des tentations puissantes, ce n’est pas toujours parce que ton cœur est mauvais. Il se pourrait qu’il t’attaque parce que tu t’es donné au Seigneur. Il t’entraîne dans des épreuves ardentes de convoitise et de tentation pour essayer de détruire ta foi.

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver » (1 Pierre 4 : 12).

« Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter » (1 Corinthiens 10 : 13).

Il n’y a rien d’étrange du tout à ce qui t’arrive. Tu es peut-être découragé parce que l’Ennemi est venu contre toi comme un fleuve. L’attaque peut avoir été la tentation, la convoitise, les problèmes de couple, une difficulté financière. Tu te dis peut-être : « Je suis là à essayer de servir le Seigneur, à faire de mon mieux pour l’aimer et lui être fidèle. Mais les choses ne font qu’empirer. Est-ce qu’il y a quelque chose en moi qui ne va pas ? Pourquoi ne puis-je pas sortir de ce trou ? Pourquoi mes problèmes ne cessent-ils de s’accumuler ? »

Je t’encourage à regarder à droite, à gauche, devant toi, derrière toi. Tout le monde traverse quelque chose. Derrière les sourires de tes chers frères et sœurs en Christ se trouvent de nombreuses larmes. Ils sont blessés par des épreuves dont tu ne connais rien.

Non, tu n’es pas le seul dans la souffrance et ton combat n’est pas une circonstance étrange, inhabituelle. Ce que tu traverses est le quotidien d’une multitude de gens.

lundi 9 juillet 2012

LE COEUR TIEDE by Gary Wilkerson

A quoi ressemble un cœur tiède ?

Un cœur qui ne brûle plus pour Dieu, ou peut-être qui n’a jamais été brûlant pour Dieu, a des caractéristiques qui lui sont propres.
Premièrement, un cœur tiède est un cœur qui ne prie pas, qui n’a pas le désir de prier, de venir dans la présence de Dieu.

Deuxièmement, un cœur tiède n’est réveillé par aucun passage de la Parole de Dieu. Il trouve intéressantes certaines parties de la Parole, parfois même émouvantes, mais il ne se saisit pas du pouvoir qu'à la Parole de Dieu de transformer les cœurs.

Troisièmement, un cœur tiède désobéit à la Parole de Dieu. Quand le cœur tiède commence à répondre à la Parole et au Saint Esprit qui font une percée et révèlent une vérité, ce cœur est comme l’homme dont il est parlé dans Jacques : « Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était » (Jacques 1 : 23-24). Le cœur tiède ne mets pas la Parole en pratique.

Quatrièmement, un cœur tiède a peu ou pas la passion des âmes, et peu ou pas le désir de prier pour atteindre les perdus.

Cinquièmement, un cœur tiède vient à l’église uniquement quand ça l’arrange. Même si la Parole dit très clairement que nous ne devons pas négliger de nos rassemblements, le cœur tiède ne sent pas que c’est important (voir Hébreux 10 : 25).

Sixièmement, le cœur tiède est devenu sourd à ses émotions, il ne sait plus être dérangé. Le cœur tiède lira ce message et entendra cette vérité, cependant il n’y prendra pas garde. Il est émotionnellement sourd aux choses de l’Esprit, de la Parole, à la prière et aux perdus.

Mais il y a une bonne nouvelle pour le cœur tiède : Jésus t’appelle hors de ton état de cœur tiède ! Il dit : « Oui, je frappe à la porte de ta maison. Je veux entrer et dîner avec toi et je veux encore voir le feu de Dieu dans ton cœur et dans ta vie. »

« Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi » (Apocalypse 3 : 20).

vendredi 6 juillet 2012

POURQUOI DIEU T’A-T-IL DELIVRE DANS LE PASSE ?

David a écrit : “Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, J'ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles... Il étendit sa main d'en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux ; Il me délivra de mon adversaire puissant, De mes ennemis qui étaient plus forts que moi. Ils m'avaient surpris au jour de ma détresse ; Mais l'Éternel fut mon appui. Il m'a mis au large, Il m'a sauvé, parce qu'il m'aime.”(Psaumes 18:6,16-19)

Cher saint, sois assuré que si tu es dans l'affliction, c'est parce que Dieu t'aime. “Car le Seigneur châtie celui qu'il aime”(Hébreux 12:6) Tes afflictions sont un signe de Son amour pour toi.

Tu dois aussi te souvenir de ceci : qu'elle que soit l'épreuve que tu traverses, elle aura une fin. Récemment, j'ai lu un passage d'un journal personnel que j'avais écrit alors que je traversais une grande épreuve. Tous les passages écrits pendant trois mois se terminaient de la même manière : “Ô Dieu, quand ce cauchemar va-t-il se terminer ?” Enfin, ces mots sont apparus en gros sur une page : “C'EST FINI! IL A DELIVRE!”

Je peux dire honnêtement que j'ai plus appris de mes épreuves que des bons moments. La prospérité ne nous apprend rien - l'afflication, si. L'humaniste Albert Schweitzer disait : “Le bonheur, c'est être en bonne santé et avoir de mauvais souvenirs.” Non, le bonheur, c'est se souvenir de toutes les situations dont Dieu nous a sorti.

Je te le demande encore une fois : comment réagis-tu à tes afflictions ? Les gaspilles-tu, en devenant quelqu'un qui doute et se plaint ? Ou bien construis-tu ta foi, sachant que ton Dieu délivre ?

Il n'y a qu'un moyen de supporter tes problèmes actuels : souviens-toi que ton Père céleste prend plaisir en toi. Il a un plan en cours, a beaucoup investi en toi : “... celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus Christ”(Philippiens 1:6). Ton Père te prépare à être un vétéran de la guerre spirituelle, pour que tu sois un exemple de foi et de confiance pour cette génération.

jeudi 5 juillet 2012

SOUVIENS-TOI DE CE QUE DIEU A FAIT

Nous avons tendance à oublier toutes les bonnes choses que Dieu a faites pour nous. Lorsque nous faisons face à de nouveaux défis, le plus souvent nous ne nous souvenons pas de nos délivrances passées.

Quand David s'est tenu devant Goliath, il a repensé à ses anciennes victoires dans le but de soutenir sa foi. Il racontait à Saül : “Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau, je courais après lui, je le frappais, et j'arrachais la brebis de sa gueule. S'il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. C'est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l'ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l'un d'eux, car il a insulté l'armée du Dieu vivant.”(1 Samuel 17: 34-36)

Moïse a rappelé à Israël toutes leurs délivrances passées, puis il les a mis en garde : “Seulement, prends garde à toi et veille attentivement sur ton âme, tous les jours de ta vie, de peur que tu n'oublies les choses que tes yeux ont vues, et qu'elles ne sortent de ton cœur ; enseigne-les à tes enfants et aux enfants de tes enfants.”(Deutéronome 4-9)

La Bible dit à propos d'Israël : “Ils ne gardèrent point l'alliance de Dieu... Ils mirent en oubli ses œuvres, Ses merveilles qu'il leur avait fait voir.”(Psaumes 78:10-11) Tout comme les israélites, nous avons cette même tendance à chaque fois que nous affrontons une nouvelle épreuve ou affliction. Nous disons : “Ô Dieu, cette fois je ne peux y faire face, c'est trop pour moi”. Mais Dieu répond : “Regarde simplement ton passé et souviens-toi de Mes oeuvres !”

Si nécessaire, tiens un journal pour te rappeler des grandes délivrances que Dieu a accomplies dans ta vie. Écris quelques notes le soir avant de te coucher. Fais tout ce qui est nécessaire pour te rappeler tout ce qu'il a fait pour toi, toutes les peines que tu as traversées et la délivrance qu'Il t'a accordée. Alors, quand de nouvelles épreuves arriveront, ouvre ce journal et dis au Malin : “Tu ne me tromperas pas cette fois. Mon Dieu m'a délivré dans le passé, et Il le fera encore.”

mercredi 4 juillet 2012

NE GASPILLE PAS TES AFFLICTIONS

Le livre des Nombres contient un triste exemple d’afflictions gaspillées. Les cinq filles d’un homme appelé Tselophchad vinrent à Moïse afin de lui demander une part de la terre promise. Elles dirent à Moïse : « Notre père est mort dans le désert ; il n'était pas au milieu de l'assemblée de ceux qui se révoltèrent contre l'Éternel, de l'assemblée de Koré, mais il est mort pour son péché, et il n'avait point de fils » (Nombres 27 : 3). Ces femmes disaient : « Quand tous les autres se sont levés contre toi avec Koré, notre père n’en faisait pas partie. Il n’était pas rebelle. Il est mort pour son propre péché. »

Alors que je la lisais, cette dernière phrase m'a frappé : « Il est mort pour son propre péché. » cela voulait dire que bien que leur père avait vu des miracles incroyables (la sortie d’Egypte, l’eau coulant du rocher, la manne venant du ciel) il est mort dans l’incrédulité avec le reste de sa génération. De cette génération, seuls les hommes de foi Josué et Caleb ont survécu au désert.

Bien sûr, ces cinq filles étaient nées dans le désert et elles avaient grandi dans une famille pleine de colère contre Dieu. Toutes les épreuves et les combats d’Israël avaient seulement produit une incrédulité endurcie dans le cœur de leur père et ces jeunes femmes avaient grandi en entendant des murmures, des plaintes et de l’amertume. Au petit déjeuner, au déjeuner et au souper, c’était des ronchonnements constants, sans jamais un seul mot de foi ou de confiance en Dieu. Maintenant, ces femmes devaient dire à Moïse : « Notre père nous a laissé sans rien : sans espoir, sans bien, sans héritage. Il a passé ces quarante années à pleurnicher et dans l’amertume parce que la vie était dure. Il est mort dans le péché, sa vie ayant été un vrai gâchis. »

Quelle horrible chose que de devoir dire cela de l’un de ses parents. Cependant, je dois avertir tous les parents qui lisent ceci : vos enfants vous regardent quand vous êtes dans l'affliction : vos réactions et vos comportements les influenceront pour la vie. Alors, comment te comportes-tu ? Gaspilles-tu ton affliction, pas seulement pour toi-même mais pour les générations qui suivent ? J’espère que tes héritiers sont en train d'être ancrés en Christ quand ils t’entendent dire : « Je n’aime pas cette épreuve, mais béni soit le nom du Seigneur. »

Je connais beaucoup de chrétiens qui deviennent plus amers et grincheux à chaque nouvelle affliction. Ces mêmes afflictions qui ont pour but de les former et de les adoucir, ces épreuves destinées par Dieu à révéler Sa fidélité, les changent plutôt en personnes désagréables, continuellement plaintives et grincheuses. Je me demande : « Où est leur foi, leur confiance dans le Seigneur ? Que doivent penser leurs enfants ? »

Bien-aimé, ne gaspille pas tes afflictions. Laisse-les produire en toi le doux parfum de la confiance et de la foi dans ton Seigneur.

mardi 3 juillet 2012

EN PRISON POUR JESUS !

 Je veux que vous sachiez, frères, que ce qui m'est arrivé a plutôt contribué aux progrès de l'Évangile » (Philippiens 1 : 12). Quand Paul a écrit cela, c’était un vieil homme avec des années d’expérience. Au milieu de l’un des pires combats de sa vie, il parlait du fond de son cœur à ses amis.

Depuis le temps que tu marches avec Jésus, tu as sûrement connu la douleur, les épreuves, les afflictions. Comment donc t’es-tu comporté ? Quel a été le résultat, l’issue de tes expériences ? Tes afflictions n’ont-elles servi à rien ? Ou bien as-tu appris l’amour et la fidélité de Dieu au milieu d’elles ?

Considérons que tu es un croyant dévoué qui a abandonné sa vie pour Jésus. Tu as un fardeau pour un monde qui se meure, tu pleures pour les perdus et tu as une direction claire pour gagner les âmes. Alors, tu dis à tous tes amis que tu vas dans une certaine ville pour témoigner de la grâce de Dieu.

Cependant, après ton arrivée, tes amis restés à la maison reçoivent un mot comme quoi Dieu ne t’utilise pas du tout. Rien ne s’est passé comme prévu et en fait, ton ministère est mort. Tes efforts n'ont abouti à rien et, plutôt que d’amener la ville à Christ, tu as atterri en prison.

Comment réagirais-tu si tout ce que tu avais à présenter pour prix de ton dévouement, de ton travail et de tes sacrifices n’était qu’un échec total ?

Certains chrétiens pourraient faire la moue. Ils pourraient douter de la parole de Dieu pour eux et remettre en question la conduite de l’Esprit. Cependant, d’autres chrétiens répondraient ce qu’a répondu Paul, en se réjouissant parce qu’ils ont été trouvés dignes de souffrir pour la cause de Christ. Paul n’a pas cherché à comprendre ses afflictions. Il a répondu avec joie, foi et espérance, parce qu’il savait qu’il était en formation en tant que témoin de Dieu. De sa prison, il a écrit à ses amis : « Ma situation est un sujet de conversation au palais de César. En fait, tout le monde à Rome parle de ce qui m’est arrivé. Je suis en prison pour Jésus ! » Il a dû être un véritable spectacle dans sa cellule de prison : un Juif maigrichon encourageant tout le monde autour de lui : « Réjouis-toi dans tes afflictions, Dieu est fidèle ! »

Paul n’a méprisé aucune de ses afflictions, parce qu’il savait que chacune d’elles avait un but divin. De la même façon, le Seigneur nous regarde pour voir comment nous nous comportons pendant nos épreuves.

lundi 2 juillet 2012

L'APPEL DE L’EGLISE A L’ACTION by Gary Wilkerson

Le Saint Esprit appelle l’Eglise à l’action et nous devons savoir quel genre de foi utiliser ou quelle action mener. Si tu commences à battre l’air au loin avec une épée, en provoquant toi-même les choses et en disant : « Je vais m’occuper de ce désordre », tu vas blesser les autres et toi-même.

Peut-être penses-tu que tu devrais juste prier pour ce problème mais Dieu dit : « Non, il est temps pour toi de te lever et de te mettre en action. » Ou bien, Dieu pourrait également dire : « Maintenant, fais-moi simplement confiance. Tiens-toi tranquille et vois la délivrance du Seigneur. »

Les gens me demandent tout le temps comment obtenir le discernement ou comment savoir quoi faire dans telle situation. Ils veulent avoir le genre de foi qui mène à l’action.

Hé bien, il n’existe aucun mode d’emploi qui explique quoi faire dans chacune des situations de ta vie et tu ne peux pas appeler un conseiller tous les jours en disant : “Je dois prendre une décision et je veux savoir quoi faire.” Tu dois connaître Jésus et tu obtiendras du discernement uniquement en passant du temps dans sa présence.

Si je te disais aujourd’hui de sortir et d’aller courir un marathon, si tu es comme moi tu ferais environ un kilomètre et puis tu laisserais tomber. Mais si tu commences à t’entraîner : un kilomètre et puis deux, et puis trois... finalement tu finiras par être capable de terminer ce genre de course.

De la même façon, nous devons nous entraîner à la justice. Tu te sens peut-être très entraîné mais commence à te laisser entraîner par l’écoute de la Parole de Dieu. Si tu obéis dans les petites choses, il te donnera de plus en plus de sagesse et de force, et avant longtemps tu sauras quand il est temps de dire : « Dieu, tu as le contrôle. Ce n’est plus entre mes mains. »

Ou tu sauras quand c’est le moment de prier.

Ou tu sauras qu’il est temps de se lever et de faire ce qu’Il t’a appelé à faire.