vendredi 30 mars 2012

SE CONFIER DANS LA PAROLE DE DIEU

Christ est la Parole vivante de Dieu et, lorsque tu passes du temps d’intimité avec Lui dans la prière, le Saint-Esprit te révélera toujours sa Parole. Il va construire ta foi en te nourrissant de la Bible, alors même que tu es dans le lieu secret !

Il nous est ordonné : “Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable...C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour..., et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.”(Ephésiens 6:11,13,17)

Souvent, lorsque tu reçois des instructions précises de la part du Seigneur, Son Esprit Saint te murmure : “Regarde dans...” et tu vas être dirigé vers un passage particulier de la Bible. La Parole de Dieu va te parler directement, t'indiquant comment traverser ton épreuve.

Beaucoup de chrétiens qui lisent ce message ont besoin d’entendre une parole de la part du Seigneur. Personne sur cette Terre ne peut les aider. La seule manière pour eux de sortir de leur épreuve est de demeurer dans la présence de Christ jusqu'à ce qu'il leur indique une direction. Il doit leur indiquer la voie à suivre, que faire, quand et comment agir. Cette direction ne leur sera pas indiquée une minute trop tôt ou trop tard, mais au moment précis voulu par le Saint-Esprit !

Bien-aimé, il n’est pas utile que tu t’inquiète au sujet de ton épreuve. Dieu est fidèle pour répondre à chacun de tes besoins et chacune de tes requêtes. Prie simplement : “Seigneur, je ne viens pas seulement pour que tu répondes à mes besoins, mais aussi pour répondre aux Tiens !”

Nous avons été créés pour être en communion avec Lui, même dans nos moments les plus difficiles. Je te le demande : aimes-tu être avec Lui ? Laisse ton cœur s’écrier : “Jésus, tu es tout pour moi. Tu es le grand plaisir de mon âme et j'aime ta compagnie !”

Père, aide-nous à écouter attentivement Ton Saint-Esprit et à placer toute notre confiance dans Ta Parole révélée.

jeudi 29 mars 2012

ECOUTER DIEU

La plupart des chrétiens n'écoutent pas Dieu. Ils vont à Lui uniquement pour parler ! Pourtant, les Écritures nous montrent que toutes les personnes que Dieu a utilisées avaient appris à rester dans Sa présence jusqu'à ce qu'ils L'entendent leur parler.

L’Écriture montre clairement que le Seigneur veut parler à chacun de nous : “Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira : Voici le chemin, marchez-y ! Car vous iriez à droite, ou vous iriez à gauche.”(Esaïe 30:21)

J'ai entendu parler d'une petite fille qui souffrait de leucémie, qui se débattait avec la pensée qu'elle allait mourir. Un matin, quand sa mère est entrée dans sa chambre, elle a trouvé la petite fille toute rayonnante et heureuse. “Que t'est-il arrivé?”, lui a demandé sa mère.

La petite fille a répondu : « un ange est venu et m'a dit que j'allais partir en voyage. Dieu est venu, m'a prise par la main et a marché avec moi dans un jardin magnifique. Il m'a dit : “Tu vas venir ici demain pour être avec Moi.” »

Dieu a parlé à cette petite enfant et il a retiré toute la souffrance et la crainte de son cœur. Lorsqu'elle est partie le lendemain pour être avec Lui, elle avait une paix complète.

Quand tu es dans l'intimité avec Jésus, reçois-tu des directions de sa part ? Te dit-il quoi faire, quand et comment le faire ? Certains chrétiens ne croient pas que Dieu fasse cela, mais Jésus dit : “Mes brebis entendent ma voix ... et elles me suivent.”(Jean 10:27)

Dans ton épreuve, enferme-toi avec Jésus et crie à Lui : “Seigneur, Tu es le seul qui puisse m'aider. Toi seul connaît le chemin pour sortir de cette épreuve, alors je vais rester ici jusqu'à ce que Tu me dises quoi faire.”

C'est le genre de prière qui réjouit Dieu. Cela signifie tout arrêter, toute activité. C'est seulement à ce moment là que tu L'entendras clairement parler à ton cœur. “Tu dois arranger les choses avec cette personne.” Ou : “Reste tranquille jusqu'à la semaine prochaine. Ne te précipite pas. Reste dans ma présence et fais-moi confiance.” Il te donnera des directions claires.

mercredi 28 mars 2012

PRIER JUSQU'AU BOUT

“Prier jusqu'au bout” est une expression inventée par les premiers Pentecôtiste. Pour certains, cela signifiait simplement rester à genoux jusqu'à obtenir une réponse de Dieu. Pour d'autres, cela signifiait revenir continuellement au Seigneur jusqu'à obtenir la réponse. (Cela était également appelé “persévérer dans la prière.”)

Quand j'étais petit, alors que j'assistais à des rencontres de ce jeune mouvement, j'entendais des gens témoigner : “Je vais saisir les cornes de l'autel et je ne les lâcherai pas jusqu'à ce que Dieu me réponde !” Cependant, je ne crois pas que ce sois le meilleur sens de “prier jusqu'au bout”.

Tu peux t'enfermer avec le Seigneur, te réjouir dans Sa présence. Tu peux passer des heures et même des jours avec Lui, en le glorifiant de cette douce communion. Tu peux connaître la satisfaction de tous tes besoins et ton cœur peut-être entièrement comblé. Sa présence peut te guérir, te décharger, te rendre plus fort et t'encourager.

Mais que se passe-t-il lorsque tu quittes ce lieu saint d'intime communion ? Tu vas peut-être quitter la position à-genoux uniquement pour retrouver une situation écrasante qui n'a pas changé. Tu vois peut-être le malin t'attendre à la sortie de ce lieu, prêt à te présenter le même problème, à te donner à nouveau l'impression d'être vide. Je te le demande : quel est l'intérêt de voir la gloire sur la montagne si cela ne t'aide pas dans la bataille ?

Je crois que “prier jusqu'au bout” signifie simplement ceci : la force, la puissance et l'encouragement que tu reçois lorsque tu passes du temps dans Sa présence doivent t'aider à traverser les épreuves qui sont devant toi. La victoire que tu obtiens dans le lieu secret doit déboucher sur une victoire sur le champ de bataille.

Qu'obtiens-tu exactement dans ces temps de prière si ce n'est un moyen de gagner la bataille ? “Prier jusqu'au bout” signifie attendre une réponse complète à ta prière. Beaucoup de chrétiens voient seulement une prière à moitié exaucée parce qu'ils ne permettent pas à ce qu'ils ont reçu du Seigneur de les porter à travers leur épreuve.

Bien-aimé, tu ne dois pas arrêter de prier -une prière demeure “incomplète”- tant qu'elle ne t'a pas amené “de l’autre côté” de ton épreuve. Nous n'avons pas “prié jusqu'au bout” tant que nous n'avons pas “vu le bout” de notre épreuve grâce à la force que nous avons reçu dans la présence de Dieu.

mardi 27 mars 2012

VENIR A DIEU DANS LA DETRESSE

Le Saint-Esprit m'a conduit à lire le livre de Néhémie et comme je lisais le chapitre 2, j'ai vu quelque chose que je n'avais jamais vu auparavant. Ce chapitre contient un encouragement pour tous ceux qui viennent au Seigneur le cœur chargé.

Néhémie était l'échanson du roi Artaxerxès. Il gouttait les vins avant de les amener à la table du roi afin d'être sûr qu'ils n'étaient pas empoisonnés. Avec le temps, Néhémie est devenu un serviteur de confiance pour le roi.

Néhémie a reçu un rapport de la part de son frère disant que Jérusalem était en ruines. La population avait été décimée, les gens vivaient des choses très difficiles et les conditions empiraient chaque jour. Ces nouvelles ont déchiré le cœur de Néhémie. Il aimait Juda et Jérusalem et un grand chagrin s'est emparé de lui.

L’Écriture dit : “comme le vin était devant lui, je pris le vin et je l'offris au roi. Jamais je n'avais paru triste en sa présence. Le roi me dit : Pourquoi as-tu mauvais visage ? Tu n'es pourtant pas malade ; ce ne peut être qu'un chagrin de cœur. Je fus saisi d'une grande crainte.” (Néhémie 2:1-2)

Il faut comprendre que les gens n'avaient pas le droit de venir dans la présence du roi tout en étant dans la tristesse, et tout spécialement s'ils étaient serviteurs à la Cour. Néhémie savait qu'avoir une attitude lugubre pouvait lui coûter sa tête et il a été rempli de frayeur.

Quand le roi à vu la peine de Néhémie, il a été ému de compassion. L’Écriture dit qu'il a donné à son serviteur abattu la permission de s'absenter. Il lui a aussi donné une lettre de crédit, lui ouvrant l'accès au trésor royal. Et enfin, Néhémie a reçu de la part du roi la réponse au désir de son cœur : la permission d'aller à Jérusalem pour reconstruire le temple et les murailles de la ville !

Voici où je veux en venir : si Néhémie a pu aller dans la présence d'un roi païen avec une attitude triste et y a trouvé grâce et bénédictions au delà de son imagination, à combien plus forte raison Jésus notre Roi nous montrera-t-il de la compassion, à nous qui sommes ses enfants, lorsque nous sommes dans la détresse. Il a hâte de nous décharger de notre fardeau et de pourvoir à nos besoins.

lundi 26 mars 2012

QUAND NOUS N'AVONS PAS D'ESPOIR by Gary Wilkerson

Elisée a hérité d'Elie le rôle de prophète du pays. Dans 2Rois chapitre 4, Elisée rencontre l'un de ses premiers grands tests lorsqu'une femme Sunamite dont le fils vient juste de mourir s'approche de lui. Dans son désespoir, elle dit à Elisée : “J'ai prié et jeûné, pleuré et supplié mais je n'ai rien reçu de la part du Seigneur. Avec la mort de mon fils, je n'ai plus la force de continuer. Je ne comprend tout simplement pas ce que Dieu est en train de faire. C'est plus que je ne peux supporter.”

Elisée a répondu en faisant quelque chose d'inhabituel : “Élisée dit à Guéhazi : Ceins tes reins” En d'autres termes : “habille-toi”. Ensuite, il continue : “prends mon bâton dans ta main, et pars. Si tu rencontres quelqu'un, ne le salue pas ; et si quelqu'un te salue, ne lui réponds pas. Tu mettras mon bâton sur le visage de l'enfant.” (2Rois 4:29)

Suivant les instructions d'Elisée, Guéhazi, son serviteur, est arrivé à la maison de cette famille et a posé le bâton sur la face de l'enfant mort. Il n'y avait aucun signe de vie, alors Guéhazi est retourné voir Elisée et lui a dit : “L'enfant ne s'est pas réveillé.”(V.31)
Voici la question que je te pose : que fais-tu quand tout ce que tu essayes échoue ? Où te tournes-tu quand aucun de tes efforts n'atteint son but ?

Alors, vient un moment où nous n'avons plus de ressources si ce n'est Jésus seul. Dans cette histoire, Elisée est un type de Christ. Il est allé chez la famille de cette Sunamite et s'est étendu lui-même sur le corps de l'enfant mort. Lorsqu'il s'est trouvé face contre face, pieds contre pieds, mains contre mains avec l'enfant, il lui donna son souffle.

Qu'est-il arrivé alors ? L'Ecriture nous dit que l'enfant a éternué sept fois (v.35). Il était vivant !

Qu'est-ce qui a ramené la vie en lui ? Jésus lui même a “soufflé” sur cette situation. Quand nous n'avons pas d'espoir, pas de ressource, pas de capacité, Christ insuffle Sa vie surnaturelle dans nos circonstances.

Fais de ceci ta prière : “Seigneur, je n'ai rien, mais Tu as tout et j'ai besoin de Toi à présent. Si tu ne souffle pas sur mon problème, je n'y arriverai pas. Je ne peux pas, mais Toi tu peux, Seigneur !”

vendredi 23 mars 2012

LA PRIERE EST-ELLE UN FARDEAU ?

Peut-être la prière est-elle un fardeau pour toi. La prière t'ennuie-t-elle ? Est-ce d'avantage un devoir qu'un plaisir ?

Si peu de chrétiens entrent dans la présence de Dieu avec plaisir, recherchant simplement le plaisir de Sa compagnie. Certains n'y pensent que comme à un “travail”. Pourtant, quand nous passons du temps avec quelqu'un que nous aimons profondément sur cette terre, le voyons nous comme un travail ? Non, c'est un plaisir pour nous ! Si tu es heureux dans ton couple, tu ne vois pas tes temps d'intimité avec ton épouse comme étant un “travail”.

Christ compare Sa relation avec Son peuple à celle d'un mari avec sa femme et la Bible dit que Jésus se réjouit en nous ! Le fait est que la joie qu'éprouve un mari en profitant de cette intimité n'est pas simplement la satisfaction de ses propres désirs. Non, son réel plaisir vient du fait qu'il sait que sa femme partage sa joie. Il se dit en son cœur : “Elle désire réellement être avec moi. J'ai la première place dans son cœur, je suis tout pour elle !”

Nous savons que le Seigneur se réjouit dans Son peuple. David dit : “Et il me fit sortir au large, il me délivra, parce qu'il prenait son plaisir en moi.”(Psaumes 18:19 v Darby). L'Écriture nous montre le plaisir immense que le Seigneur prend en nous.

Et pourtant, prenons-nous notre plaisir en Lui ? La Bible nous dit : “Fais de l'Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire.”(Psaumes 37:4). Faire du Seigneur nos délices ne veut pas seulement dire être heureux dans Sa présence. J'ai demandé au Seigneur ce que le mot “délices” voulait dire et Il m'a répondu :

“David, faire de Moi ses délices signifie simplement être capable de dire : 'Je préfère être avec Jésus qu'avec n'importe qui d'autre sur Terre. Je préfère sa compagnie à celle de mon épouse, de ma famille, de mes amis. Je le préfère à toutes les célébrités, aux dirigeants de ce monde et même à tous les grands hommes et femmes de Dieu. Il est mes délices !'”

Cela signifie également être capable de dire : “Je languis de m'enfermer seul avec Jésus parce qu'Il est le seul qui peut me satisfaire. Tous les autres me laissent vide, avec un sentiment d'inachevé. Personne à part Jésus ne peut mettre le doigt sur mes besoins les plus profonds et je me précipite vers Lui aussi souvent que je le peux.”

jeudi 22 mars 2012

UNE PRIERE QUI REJOUIT LE SEIGNEUR

Je crois que le type de prière qui réjouit le plus Dieu est très simple et facile à comprendre. C'est tellement simple qu'un petit enfant peut prier de cette manière qui le réjouit.

Les disciples ont dit à Jésus : “Seigneur, enseigne-nous à prier”(Luc 11:1). Ils n'auraient pas demandé cela s'ils n'avaient pas voulu apprendre. Je crois que la plupart de ceux qui liront ce message aimeraient être fidèles dans la prière, mais sans savoir comment faire. Ils ne comprennent tout simplement pas le but de la prière. Tant qu'ils n'auront pas compris ce but, qui est d'une grande importance, ils ne seront jamais vraiment capable de garder une vie de prière bien remplie, pleine de sens.

Beaucoup de chrétiens prient seulement par obligation. Ils pensent que la prière est quelque chose que nous avons à faire. D'autres ne prient que lorsqu'une tragédie les frappe ou lorsqu'ils traversent une période de crise. Ensuite, ils cessent de prier jusqu'à la difficulté suivante.

La prière n'est pas destinée à notre seul profit, mais elle est aussi destinée à réjouir notre Dieu ! Nous ne devons pas seulement intercéder pour des choses dont nous avons besoin, mais nous devons demander les choses qu'Il désire. Sans ces deux éléments réunis, nous n'avons pas les fondations nécessaires à la construction d'une vie de prière. Alors que nous cherchons une aide ou un soulagement de la part du Seigneur, Lui désire une communion et une intimité avec nous.

“C'est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus.”(Matthieu 6:25)

“Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain...”(6:33-34)

“car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez”(6:8)

Dieu nous dit : “Quand tu viens dans Ma présence, concentre ton attention sur la communion avec Moi, sur le fait d'apprendre à Me connaître. Ne laisse pas ton attention rester sur les choses matérielles. Je sais ce dont tu as besoin, alors tu n'as même pas à me demander. Je prendrai soins de toutes ces choses. Cherche simplement Ma présence. Réjouissons-nous ensemble d'une douce communion !”

mercredi 21 mars 2012

LE COEUR REPENTANT DE DANIEL

Daniel, un homme juste, avait une telle dévotion que l'on ne s'attendrait pas à le trouver repentant. Cependant, le cœur de Daniel était sensible au péché et il s'identifiait aux péchés du peuple.

“Seigneur, à nous la confusion de face, à nos rois, à nos chefs, et à nos pères, parce que nous avons péché contre toi...Nous avons péché, nous avons commis l'iniquité, nous avons été méchants et rebelles...Nous n'avons pas écouté tes serviteurs, les prophètes, qui ont parlé en ton nom à nos rois, à nos chefs, à nos pères, et à tout le peuple du pays.”(Daniel 9:8,5-6)

Daniel utilise de façon répétée les mots “nous” et “notre”. Il dit en somme : “Chacun de nous est concerné !”

Le clé de tout ceci se trouve dans ce verset : “Je parlais encore, je priais, je confessais mon péché et le péché de mon peuple d'Israël, et je présentais mes supplications à l'Éternel, mon Dieu, en faveur de la sainte montagne de mon Dieu ”(Daniel 9:20)

Daniel dit : “Dieu, occupe-toi de moi comme tu t'occupes de Ton peuple. S'il y a la moindre iniquité en moi, enlève-la.”

Daniel avait reçu de nouvelles lèvres qui ont été touchées par la main purificatrice de Dieu : “Et voici, quelqu'un qui avait l'apparence des fils de l'homme toucha mes lèvres. J'ouvris la bouche, je parlai”(Daniel 10:16). Quoi que Daniel dise, il le disait 'comme pour le Seigneur.”

Esaïe était un homme de Dieu qui a donné de puissantes prophéties. Mais quand il s'est tenu devant le Seigneur dans toute Sa sainteté, tout ce que le prophète a pu dire, c'est : “je suis un homme dont les lèvres sont impures...”(Esaïe 6:5)

Dieu a alors pris une braise du feu de l'autel, l’a posé avec une pince sur les lèvres d'Esaïe et a brûlé tout égoïsme et ce qui vient de la chair, tout ce qui n'était pas de Lui. Puis, Il a donné à Esaïe de nouvelles lèvres ! Je crois que le prophète n'a ensuite plus jamais eu besoin de purifier ses lèvres.

Dieu fait cela pour chaque personne qui se repent. Une fois que ta langue et que tes lèvres sont purifiées, tu ne voudras plus jamais dire quoi que ce soit qui ne soit pas à l'image de Jésus. Les mots qui couleront de ta bouche seront purs !

mardi 20 mars 2012

LA REPENTANCE N'EST PAS SEULEMENT POUR LES PECHEURS

Plus je marche avec Jésus, plus je suis convaincu du fait que la repentance ne concerne pas seulement les pécheurs, mais aussi les croyants. Ce n'est pas une chose qui se fait une fois, mais une chose que le peuple de Dieu est appelé à faire jusqu'au retour de Jésus.

Chaque chrétien qui maintient une attitude repentante attire sur sa vie une attention spéciale de la part de Dieu. En effet, la repentance nous ouvre une porte que rien d'autre ne peut ouvrir. Si nous marchons devant Dieu avec un cœur repentant, nous allons être inondés d'incroyables bénédictions !

Un cœur repentant est doux, tendre et malléable. Il est facilement modelé par le Saint-Esprit. Il répond aux réprimandes divines et agit en conséquence.

La caractéristique principale d'un cœur repentant est d'être prêt à reconnaître sa culpabilité. C'est la volonté d'accepter un blâme pour avoir mal fait, la volonté de dire : “C'est de moi dont il s’agit Seigneur, j'ai péché !”

S'il n'y a pas cette reconnaissance du péché, il ne peut pas y avoir de repentance : “En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais...”(2Corinthiens 7:10)

Avant de livrer Jésus entre les mains des sacrificateurs et des anciens qui souhaitaient sa mort, Pilate a tenu à ce que le monde sache que ce n'était pas sa faute. Il a fait chercher une bassine d'eau, y a plongé les mains et s'est déclaré lui-même innocent du sang de Christ devant la foule en colère : “Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l'eau, se lava les mains en présence de la foule, et dit : Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde.” (Matthieu 27:24)

La phrase “cela vous regarde” signifie : “Sachez tous que mes mains sont propres. Je n'ai rien fait de mal et je suis lavé de toute culpabilité.”

Les mains de Pilate n'étaient pas propres bien-sûr. Il était sur le point de livrer le Fils de Dieu a des meurtriers. Cette façon de penser coupe une personne de toute possibilité de repentance. Si un prophète avait approché Pilate le lendemain en lui disant : “repens-toi ou tu mourras !”, ce dirigeant aurait été atterré. “Qui ça, moi ?” Il aurait demandé : “Je n'ai rien fait de mal. Comment pourrais-je me repentir alors que je n'ai pas péché ?”

Jean a écrit : “Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous... Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous.”(1Jean 1:8-10)

lundi 19 mars 2012

TRAVERSER LE JOURDAIN by Gary Wilkerson

Nous recevons tous un appel de la part du Seigneur. A un moment donné dans notre vie, Il met devant nous un plan prédestiné que nous devons accomplir. Dieu nous promet que, si nous agissons par la foi, Il mènera ce plan à son plein accomplissement.

Cependant, ce n'est pas toujours facile. Comme le savent tous ceux qui ont marché avec Jésus, suivre Son appel implique le fait de rencontrer des obstacles. L'un des obstacles les plus courant est la voix du doute. Lorsque nous cherchons à traverser le Jourdain pour arriver au Pays Promis, nous entendons toutes sortes de voix qui nous disent de ne pas y aller.

Josué a entendu ces voix lorsque Dieu l'a poussé à mener Israël de l’autre côté du Jourdain. La traversée impliquait toutes les promesses de gloire future de Dieu pour Son peuple sur la terre. Tu peux être sûr qu'ils n'ont pas pu effectuer la traversée sans entendre les voix perçantes du doute essayant de les dissuader.

Notre Dieu veut que nous fassions taire toutes les voix du doute qui pourraient nous empêcher d'obéir à sa direction. Chaque fois qu'Il nous demande de faire un pas de foi, Il nous aide à “traverser” grâce à une mesure de confiance en Lui que nous n'avions jamais reçu auparavant.

Quand les lévites qui portaient l'arche sont entrés dans le courant de la rivière, Dieu a séparé les eaux de façon surnaturelle. Après cela, toutes les choses mauvaises que les sceptiques avaient prédis se sont transformées en bénédictions pour le peuple de Dieu. Lorsque le peuple est arrivé devant une grande ville fortifiée, occupée par l'ennemi, ils ont marché tout autour et les murailles impénétrables se sont écroulées. Une poignée de rois qu'Israël pensait hostiles se sont en fait joints à eux et ont doublé la taille de leur armée.

Veux-tu traverser la rivière ? Dieu est peut-être en train de te dire: “Si tu acceptes seulement de mettre ton orteil dans l'eau, tu Me verras séparer les eaux pour toi. Je te ferai traverser jusqu'à l'autre rive. J'ai déjà préparé Mes plans pour toi et Je veillerai à leur accomplissement.”

Je te le demande instamment : Aie confiance en Dieu pour te conduire à travers le Jourdain. Laisse-Le faire taire la voix du doute. Ses plans pour toi ne peuvent être anéantis : Il est fidèle !

vendredi 16 mars 2012

LA DELIVRANCE DE LA PEUR

“Et voici, une main me toucha ...Et il me dit : Daniel, homme bien-aimé, comprends les paroles que je te dis, et tiens-toi debout à la place où tu es...Et il me dit : Ne crains pas, Daniel, car dès le premier jour où tu as appliqué ton cœur à comprendre et à t'humilier devant ton Dieu, tes paroles ont été entendues, et moi, je suis venu à cause de tes paroles.”(Daniel 10:10-12)

Montre-moi un chrétien qui refuse de reconnaître son péché, qui dit : “mes mains sont propres”, et je te montrerai quelqu'un qui a une fausse piété. Une telle personne arbore un grand sourire, une démarche confiante et se vante de ce que tout va bien. Mais ce n'est qu'une façade ! La Bible dit clairement que, si quelqu'un cache son péché, il ne peut prospérer. Dieu lui retire Son Esprit et son cœur non-repentant est rempli de peur et ne connaît pas le repos !

Mais montre-moi un chrétien repentant, un chrétien qui est sensible au péché, désirant être sondé, pleurant : “Je suis coupable Seigneur !”, et je te montrerai quelqu'un qui marchera bientôt sans la moindre peur. Dieu va étendre Sa main puissante sur le cœur de ce croyant et retirer toutes les racines de peur. Il connaîtra ainsi la faveur et les bénédictions incommensurables de Dieu !

Bien-aimé, laisse Dieu examiner ton cœur. Demande au Saint-Esprit de te montrer tout ce que tu as dit ou fait qui L'attriste. Pense aux calomnies ou aux commérages que tu as pu prononcer ou rapporter à propos de quelqu’un et admet que tu as péché. Va voir cette personne et demande-lui pardon.

Je te promets que, si tu fais ce qui est juste, tu permettras à la grâce de Dieu de remplir ta vie comme tu ne l'as jamais expérimenté auparavant ! Le Seigneur va ouvrir tes yeux, tes oreilles et ton entendement et tu auras une révélation des choses à venir : “Et je suis venu pour te faire comprendre ce qui arrivera à ton peuple à la fin des jours” (Daniel 10:14)

jeudi 15 mars 2012

LA JOIE DE MARCHER DANS LA REPENTANCE

“Puis il me dit : Ne crains rien, homme bien-aimé, que la paix soit avec toi ! courage, courage ! Et comme il me parlait, je repris des forces, et je dis : Que mon seigneur parle, car tu m'as fortifié.” (Daniel 10:19)

L'âme de Daniel était à l'agonie. Il pleurait sur le péché, priait, jeûnait et ça l'a laissé complètement épuisé, face contre terre. Il a pleuré : “Mon seigneur... les douleurs m'ont saisi, et je n'ai conservé aucune force.” (Daniel 10:16 v.Darby)

Puis, Jésus est venu vers lui et il a touché son corps. Soudain, Daniel a été envahi de paix et de force. “Puis il me dit : Ne crains rien, homme bien-aimé, que la paix soit avec toi ! courage, courage ! Et comme il me parlait, je repris des forces, et je dis : Que mon seigneur parle, car tu m'as fortifié.” (Daniel 10:19)

Jésus disait à Daniel : “Daniel, je t'aime et je veux te donner Ma paix. Maintenant, lève-toi et sois fort!” Daniel a reçu la Parole du Seigneur et a été rempli de la force de Dieu. Alors, il a pu se lever, complètement libéré de la peur.

Le chrétien repentant peut-être abattu, totalement effondré, dépassé par la peine et l’abattement. Cependant, le Seigneur vient toujours toucher son corps, pour renouveler sa paix et sa force !

Je te le demande : as-tu un cœur repentant ? En désire-tu un ? Tombe à genoux aujourd'hui, pleure et confesse, pour toi, pour ta famille, pour tes bien-aimés, pour ton église. Tu recevras une révélation incroyable du Seigneur et tu commenceras à parler avec des lèvres pures. Tu connaîtras la paix et la force qui viennent de la main puissante de Dieu et tu ne vivras plus dans quelque peur que ce soit.

Mieux encore : chacun de ces merveilleux dons sera déversé sur toi quotidiennement : “Béni soit le Seigneur, qui, de jour en jour, nous comble de ses dons, le Dieu qui nous sauve.” (Psaumes 68:19)

C'est alors que tu connaîtras la joie de marcher dans la repentance.

mercredi 14 mars 2012

NOTRE AIDE EST DANS LE NOM DU SEIGNEUR

Comment te sortir du piège de ce péché qui te domine ? A qui peux-tu crier « Je veux retrouver ma liberté » ?

Imagine-toi être comme un oiseau dans le filet de l’oiseleur. Reste immobile. Ne bats pas des ailes, ne te débats pas. Il existe un secret pour ta délivrance et il n’est pas compliqué :

« Notre secours est dans le nom de l’Eternel, qui a fait les cieux et la terre » (Psaume 124 : 8).

Quelle promesse merveilleuse ! Ton chemin vers la liberté est dans le nom de Jésus, dans son nom incroyable, glorieux et tout puissant.

Tout ce que tu as besoin de savoir est qu’Il est de ton côté. Il n’est pas furieux parce que tu es tombé dans le piège. Il n’est pas contre toi. Non, ça, jamais ! Il entend tes pleurs parce que pas même un moineau ne tombe à terre sans qu’il le sache !

Voici ce que l’oiseau de la liberté se chante à lui-même : « Je dis à l'Éternel : Mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie ! Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, de la peste et de ses ravages… Puisqu'il m'aime, je le délivrerai ; Je le protégerai, puisqu'il connaît mon nom. Il m'invoquera, et je lui répondrai ; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai » (Psaume 91 : 2-3, 14-15).

Sois assuré, bien-aimé, que Dieu te délivrera. Quels que soient tes échecs, tes difficultés, ton piège, Il est de ton côté. Reste simplement immobile et considère Son salut. Même si tu es faible, tu peux crier à Lui parce qu’Il a promis de venir et de déchirer le filet !

Il est venu pour te sortir du désespoir, pour rompre le filet qui te retient et te rendre libre. « Notre âme s’est échappée comme l’oiseau du filet de l’oiseleur » (Psaume 124 : 7).

mardi 13 mars 2012

LE FILET S’EST ROMPU

« Notre âme s’est échappée comme l’oiseau du filet des oiseleurs ; le filet s’est rompu et nous nous sommes échappés » (Psaumes 124 : 7).

Imagine-toi un petit oiseau prisonnier dans le filet de l’oiseleur. Gisant impuissant, son petit cœur palpite d’effroi et ses ailes battent très fort, en vain. Plus il se débat et plus il se fait mal. Effrayé, l’oiseau commence à pleurer et hurler mais aucune issue n’est possible. Il est à la merci complète de l’oiseleur.

Bien-aimé, ce petit oiseau c’est toi, pris au piège dans le filet du péché ! Et l’oiseleur, c’est le diable, le malin. Il a tendu son piège et t’y a attrapé.

Considère maintenant ce petit oiseau prisonnier. Comment pourrait-il se libérer par sa propre force et ses facultés ? S’il se bat pour passer à travers le filet, il sera encore plus étranglé. Il pourrait même se casser une aile ou saigner à mort. Il ne peut pas se délivrer lui-même.

N’est-ce pas là une image de nous, emprisonnés dans le péché ? Nous faisons toute sorte de promesses à Dieu. Nous luttons et pleurons, essayant de nous libérer de notre esclavage. Mais nous avons perdu notre liberté et restons pris au piège !

Pense encore une fois à ce petit oiseau prisonnier. Cette nuit, l’oiseleur va au lit en rêvant à ce petit oiseau particulier qu’il a tant pourchassé. Il a du mal à dormir et est agité à l’idée de sortir, le jour suivant, pour voir s’il l’a pris.

Alors que l’oiseleur s’approche du piège, il voit qu’il a capturé quelque chose et est tout excité. Il espère voir dans le filet un petit oiseau sanguinolent, effrayé, à moitié mort mais, voilà que quand il examine le piège, il voit que le filet est déchiré, rompu. L’oiseau s’est envolé !

Nous trouvons le petit oiseau perché sur la branche d’un arbre sur la montagne de Dieu. Il est libre et ses blessures sont guéries, tout cela parce que le Seigneur est venu et a déchiré le filet !

Ce petit oiseau se dit en lui-même : « Si je n’avais pas été au Seigneur, s’il n’avait pas été de mon côté, j’aurais été englouti et dévoré. Mais Dieu a brisé le filet et m’a arraché à ce piège ! »

Le filet s’est rompu, et nous nous sommes échappés !

lundi 12 mars 2012

LEVE TES MAINS ET ADORE

« Il me fit voir le souverain sacrificateur Josué, debout devant l’ange de l’Eternel, et Satan debout à sa droite pour l’accuser » (Zacharie 3 : 1).

Satan résistera à tous les vrais adorateurs qui s’approchent de Dieu. Jacques enseigne : « Résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu… » (Jacques 4 : 7-8).

Jacques présuppose que lorsque tu t’approches de Dieu, tu vas être attaqué par l’ennemi donc il met en garde : « Premièrement, combats Satan, résiste de toutes tes forces, parce que quand tu adores de toute ton âme et de toute ta pensée, il va s’y opposer et te distraire ! »

Le travail principal de Satan est d’empêcher la prière et de corrompre l’adoration pure, spécialement pour ceux qui veulent suivre sérieusement Jésus. Quand le Saint Esprit passe dans l’église de Times Square, quand toutes les pensées sont fixées sur le Seigneur et qu’Il reçoit une adoration pure, Satan fait usage de tout ce qui est en son pouvoir pour l’interrompre !

Une fois, un homme s’est levé au milieu de notre service, est sorti, a ramassé une poubelle et l’a jeté dans la vitre d’une voiture. Ensuite, il est calmement revenu s’asseoir dans l’église. La police a dû venir dans l’assemblée pour emmener l’homme.

Ce genre de distractions arrive tout le temps. Des marginaux possédés par des démons prennent un siège et s’endorment. Mais dès que notre adoration commence et que le Seigneur commence à recevoir nos louanges, le diable réveille ces gens et ils commencent à faire le cirque !

Satan fera tout pour interrompre l’adoration parce qu’il la craint ! Il va tirer des fléches subtiles dans tes pensées à propos de toutes sortes de choses en suspens, repassant chaque problème, chaque soucis, chaque échec de la semaine passée.

Satan veut que tu sois un croyant désespéré, vaincu, tellement enveloppé dans tes problèmes, tellement distrait par les soucis de la vie que tu ne peux pas adorer Dieu de tout ton cœur et de toute ta pensée.

T’es-tu repenti, rempli de la tristesse selon Dieu ? As-tu couru vers Jésus pour être lavé ? Si tel est le cas, alors résiste aux mensonges du Diable ! Lève tes mains et adore ton Sauveur !

vendredi 9 mars 2012

DISTRACTIONS INVOLONTAIRES

Notre esprit a une tendance naturelle à errer, à dériver. Il arrive souvent que l'on ne puisse pas dormir parce qu'on ne parvient à pas à fermer nos esprits à toutes sortes de pensées. J'appelle cela les “distractions involontaires”.

Alors que j'étais assis à l'église dernièrement, pendant un temps d’adoration, mon esprit s'est retrouvé envahi de pensées : pensées concernant mon ministère, mon prochain sermon, les finances de l'église, la nécessité d'un local plus grand. Ce sont toutes des choses importantes, mais j'étais distrait et je ne pouvais pas adorer Dieu. Je devais sans cesse forcer mes pensées à revenir à l’obéissance de Christ.

Quand Dieu a communié avec Abraham et qu'Il a fait alliance avec lui, Abraham a tué cinq animaux pour les laisser exposés en sacrifice. L’Écriture dit que : “Les oiseaux de proie s'abattirent sur les cadavres ; et Abram les chassa.”( Genèse 15:11)

C'est exactement ce qui nous arrive pendant l’adoration. Les pensées nous assaillent, comme le feraient d'ennuyeux oiseaux, interférant avec notre intimité avec Lui, tentant de dévorer notre sacrifice. Et, tout comme Abraham, nous devons les chasser.

Chaque fois que je m'isole pour prier, au bout de dix minutes mes pensées commencent à vagabonder dans toutes les directions. J'entends que ma bouche loue le Seigneur, mais mon esprit pense à tout à fait autre chose. J'essaye de combattre le flot de mes pensées, mais d'autres ne cessent de s'imposer. La chair s'oppose constamment à l'esprit, réclamant notre attention.

La même chose m'arrive dans la maison de Dieu. Je peux être en train de prier le Seigneur, rempli d'amour pour Jésus quand soudain, mon esprit se retrouve à poursuivre d'autres choses. Nos pensées vagabondes ne viennent pas toujours du Malin. Parfois, elles s'imposent tout simplement à nous : pensées concernant le travail, la famille, les problèmes et difficultés. Cependant, nous devons toujours lutter contre elles, parce que nous sommes en guerre !

La chair va toujours tenter d'interférer avec nos moments d’adoration ou de prières. Il nous est ordonné de résister à la chair et nous devons recentrer nos pensées sur Jésus. Si nous gardons notre esprit fixé sur Dieu, Son feu descendra sur notre saint sacrifice.

jeudi 8 mars 2012

L'EGLISE DE LA GLOIRE DE DIEU !

“En ce temps-là, le germe de l'Éternel aura de la magnificence et de la gloire, Et le fruit du pays aura de l'éclat et de la beauté pour les réchappés d'Israël.”(Esaîe 4:2)

A travers tout l'Ancien Testament, le germe dont la venue est annoncée n'est autre que Jésus Christ, le Seigneur de gloire. Selon Esaïe, il y aura une Eglise pour laquelle il apparaîtra beau, excellent et charmant. Ses membres seront passionnément amoureux de l'Homme qu'il verront comme étant glorieux.

Aujourd'hui, il existe un Reste dans les églises qui ne désire rien d'autre que Christ. Il est le centre de leur attention qui se porte uniquement sur Lui. Ce sont eux qu'Esaïe désigne sous les termes : “réchappés d'Israël”. En effet, l'Eglise des derniers temps qui sera remplie de la gloire de Dieu est plus qu’une Eglise simplement pardonnée. C'est une Eglise sainte, purifiée par le feu dévorant de la Parole agissante de Dieu. La sainteté et la pureté sont les caractéristiques de ce peuple. Esaïe a ajouté : “Et les restes de Sion... seront appelés saints, Quiconque à Jérusalem sera inscrit parmi les vivants,”(verset 3)

La meilleur preuve qu'Esaïe parle ici de l'Eglise des derniers jours se trouve au verset 5: “L'Éternel établira... sur ses lieux d'assemblées, Une nuée fumante pendant le jour, Et un feu de flammes éclatantes pendant la nuit ; Car tout ce qui est glorieux sera mis à couvert.”(Esaïe 4:5)

Esaïe prophétise que Dieu va à nouveau créer une colonne de nuée pour couvrir Son peuple. Nous savons qu'à l'époque où Esaïe a prophétisé ses choses, la colonne de nuée du désert avait disparu. De toute évidence, il s'agissait donc de quelque chose qui serait à créer, quelque chose de nouveau !

La nuée évoque la direction et le réconfort, la protection contre le mal et la terreur, le fait d'être guidé. Cela implique que l'Eglise des derniers jours, le “Reste”, aura une direction claire.

Dieu nous dit : “Je te conduirai à travers ces choses. Même dans la pire des tempêtes, tu auras une direction claire de Ma part,parce que je te donnerai une colonne de feu pour guide, comme je l'ai fait pour Israël dans le désert !”

mercredi 7 mars 2012

L’IMPORTANCE DE LA GLOIRE DE DIEU

« Il y aura un abri pour donner de l’ombre contre la chaleur du jour, pour servir de refuge et d’asile contre l’orage et la pluie » (Esaïe 4 : 6). La gloire de la présence de Dieu sera notre abri contre la chaleur. Le mot hébreux pour chaleur signifie « sécheresse, désolation, stérilité » et il est employé ici comme une sorte de jugement divin sur une société corrompue.

Dans Apocalypse 16, il est donné au quatrième ange le pouvoir « de brûler les hommes par le feu, et les hommes furent brûlés par une chaleur torride. Ils blasphémèrent le nom de Dieu » (Apocalypse 16 : 8-9).

La gloire de Dieu est notre défense, notre couverture, « un refuge… contre l’orage et la pluie », et nous nous reposerons à la fraîcheur des ailes de Jésus. Nous voyons déjà la pluie du Saint Esprit se répandre, tout comme les jugements de Dieu. Les nuages de l’orage se rassemblent mais, merci Seigneur, le Saint Reste de son Eglise a une couverture.

Tu te dis peut-être : « Je n’ai pas d’église glorieuse pour y assister. Tout ce que je peux trouver, ce sont des églises centrées sur l’homme. Où es la couverture contre la chaleur et l’orage ? »

L’endroit où tu dois te tenir est la gloire de Dieu dans ton propre cœur. Si Jésus est en toi, se manifestant Lui-même à toi, alors tu es totalement couvert. Si tu tournes ton cœur et tes yeux vers Lui, permettant à sa Parole de te reprendre, de te convaincre et de te corriger, Il se révélera lui-même à toi. Il l’a promis !

« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui » (Jean 14 : 21).

Dieu dit : “Je serai là, avec toi. Aucune importance si la situation est de pire en pire, je te soutiendrai. Je ne te laisserai pas et ne t’abandonnerai pas ! »

mardi 6 mars 2012

CONDUIT PAR LE SAINT ESPRIT

Dans ces temps de confusion, le Seigneur a un peuple qui n’est pas dans la confusion. Il est tellement donné à Jésus, a tellement d’amour pour Lui, est tellement séparé de la méchanceté de ce temps, qu’il connaît les voies et les œuvres du Saint Esprit. Il connaît ce qui est pur et saint et ce qui est de la chair et insensé.

« Car tout ce qui est glorieux sera mis à couvert » (Esaïe 4 : 5). Le texte original en hébreux se comprend comme suit : « Un revêtement de gloire couvrira l’ensemble. » En substance, cela signifie que « sur chaque membre de ce peuple restant, il y aura une couverture, un auvent, un refuge, le revêtement de la gloire de Dieu ! »

Souviens-toi qu’une nuée de gloire recouvrit le tabernacle dans le désert : « Alors, la nuée couvrit la tente d’assignation, et la gloire de l’Eternel remplit le tabernacle » (Exode 40 : 34).

Dans Esaïe 4, il nous est promis que, dans les derniers temps, le Seigneur créera une gloire qui couvrira le Reste de son Eglise. La gloire de Dieu remplira chaque cœur et couvrira chaque maison et nous adorerons sous le couvert de la gloire de Dieu, qui est la présence manifeste de Jésus Christ, le Fils de Dieu.

« Le Fils… étant le reflet de sa gloire » (Hébreux 1 : 2-3). La gloire ne peut pas être plus brillante que quand Christ se manifeste lui-même à toi. Le verbe « se manifester » signifie « rendre sa présence manifeste, claire, évidente ». En d’autres termes, quand la présence de Jésus remplit un lieu, c’est tellement réel, tellement évident que tes mains spirituelles peuvent le toucher, que tes yeux spirituels peuvent le voir. C’est aussi réel que l’air que tu respires.

Je veux voir un réveil où la présence de Jésus est tellement puissante et glorieuse que le « fruit » (des conversions) sera excellent (voir Esaïe 4 : 2). Je veux voir un réveil où les gens afflueront sur le devant de l’église, pleurant, brisés devant le Seigneur et ils sauront qu’ils ont été véritablement recouverts de la gloire de Dieu.

lundi 5 mars 2012

L’EGLISE DU PARDON SEULEMENT

Le chapitre 4 d’Esaïe commence avec une description concise et tragique de ce que j’appelle « l’église du pardon seulement. »

« Et sept femmes saisiront en ce jour un seul homme et diront : nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos habits ; fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre ! » (Esaïe 4 : 1).

Je crois que nous sommes dans les derniers temps et ce chapitre d’Esaïe est l’une des prophéties les plus claires de ce à quoi l’Eglise ressemblera juste avant le retour du Seigneur.

Les sept soi-disant fiancées mentionnées par Esaïe sont clairement un type de nombreux chrétiens des derniers temps. Elles cherchent à s’emparer d’un homme, que je considère comme étant le Christ. Cependant, le fait de l’aimer n’intéresse pas ces fiancées. Au contraire, elles n’ont qu’une seule idée en tête, la suppression de tout reproche ! « Nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos habits ; fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre ! » (verset 1).

Le nombre sept est utilisé pour ces fiancées pour nous rappeler que de telles personnes se trouvent dans toutes les églises. Elles attendent de « se saisir d’un homme », Christ, dans le seul but d’être libérées de leur culpabilité et de la condamnation de leur péché. Elles ne veulent pas être intimes avec lui. Elles ne veulent rien de plus que le pardon, pour que la culpabilité de leur péché leur soit enlevées. J’appelle cela « l’église du pardon seulement ».

Ces soi-disant fiancées, centrées sur elles-mêmes, n’ont aucun désir d’être soumises à l’autorité d’un mari. Elles ne veulent pas connaître son cœur et elles ne se soucient pas de ses préoccupations.

De l’intimité avec Jésus, nous recevons le discernement, la direction, une connaissance de ce qui est bien ou mal, de ce qui est saint et pur. L’intimité avec Jésus nous donne une fermeté par laquelle nous ne sommes pas ballottés à tous vents de doctrine. Reste proche de Lui, afin que tu aies du discernement dans la folie qui grandit autour de nous.

vendredi 2 mars 2012

SUBMERGE PAR UNE TEMPETE

Affrontes-tu des problèmes à ton travail, dans ta carrière ? En lisant les versets suivants, garde en mémoire que les gens qui travaillent et les hommes d’affaire sont comme les membres de l'équipage d'un bateau. Les grandes eaux représentent le monde de la compétition, un océan d'activité.

“Ceux qui étaient descendus sur la mer dans des navires, Et qui travaillaient sur les grandes eaux, Ceux-là virent les œuvres de l'Éternel Et ses merveilles au milieu de l'abîme. Il dit, et il fit souffler la tempête, Qui souleva les flots de la mer. Saisis de vertige, ils chancelaient comme un homme ivre, Et toute leur habileté était anéantie.” (Psaumes 107:23-27)

Ces gens sont les bien-aimés saints de Dieu. Ils sont dans l'émerveillement devant sa grandeur et sa puissance, mais une tempête survient, qui échappe à leur contrôle. Il ne s'agit pas du jugement pour un péché, pourtant ils sont soudain submergés par les vagues qui assaillent leur bateau. Ils sont suffoqués par les problèmes qui arrivent de tout côté et il leur semble que leur bateau va sombrer. Ils sont soudain confus, perplexes : “Leur âme était éperdue en face du danger”(v.26)

Beaucoup de personnes du monde du travail me disent : “Ça s'annonce mal. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais tout à coup, je me suis retrouvé dans le pétrin.” Par le passé, ils avaient été capables de résoudre leurs problèmes, capables de résoudre les crises les une après les autres. Mais pour cette épreuve, ils ne voient aucune issue. Ils sont mentalement et physiquement épuisés.

Comme nous oublions facilement que notre Père céleste qui nous aime est notre partenaire dans notre travail, quelque soit notre carrière ou notre appel. En effet, rien ne nous arrive sans qu'Il soit impliqué. Il a toute autorité sur nos difficultés et, derrière chacune, Il a une raison et un but.

Que peux-tu faire quand tes partenaires de travail ne savent pas quel conseil donner, quand les consultants ne peuvent pas t'aider ? Où te tournes-tu quand ton épouse, ton pasteur ou ton meilleur ami ne savent que dire ? Je ne suis pas un homme d'affaire mais je peux te renvoyer aux marins du Psaume 107 :

“Dans leur détresse, ils crièrent à l'Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses .Il arrêta la tempête, ramena le calme, Et les ondes se turent. Ils se réjouirent de ce qu'elles s'étaient apaisées, Et l'Éternel les conduisit au port désiré.”(Psaumes 107:28-30)

jeudi 1 mars 2012

DESOBEISSANCE A LA PAROLE DE DIEU

“Ceux qui avaient pour demeure les ténèbres et l'ombre de la mort vivaient captifs dans la misère et dans les chaînes, Parce qu'ils s'étaient révoltés contre les paroles de Dieu. Il humilia leur cœur par la souffrance ; Ils succombèrent, et personne ne les secourut.”(Psaumes 107:10-12)

Ils vivaient captifs dans la misère parce qu'ils s'étaient rebellés contre Dieu et qu'ils avaient rejeté son conseil (voir v.11). Bien-aimé, peut-il s’agir de toi ? Tu as entendu des prédications et le Saint-Esprit t'a convaincu et tu restes pourtant misérable, continuant à pécher.

Quand une personne désobéit délibérément à la Parole de Dieu, elle a tendance à se cacher et à se recroqueviller, dans la crainte. Elle peut avoir l'impression que tout est fini, pensant : “Dieu ne peut pas m'utiliser.” Quand on se retrouve dans cette situation, le malin nous murmure : “Il n'y a pas de délivrance pour toi. Tu fais partie de ces gens qui ne changeront jamais. Dieu en a fini avec toi : Il a caché Sa face à cause de ton péché.”

Satan va te matraquer avec des passages de l’Écriture, les citant à mauvais escient. Quand tu es assis dans l'église, tu entends uniquement ce qui parle de jugement, et pas de ce qui parle de la grâce de Dieu. Tout cela parce que tu es dans la condamnation et la peur, te sentant tellement coupable.

Je ne parle pas de ceux qui se cache de Dieu parce qu'ils aiment leur péché. Je parle au contraire de chrétiens qui sont tombés mais qui ressentent encore peine et haine envers leur péché. Quelque chose en eux pleure : “J'ai blessé Dieu.”

Pour ces chrétiens, la Parole de Dieu promet : “Dans leur détresse, ils crièrent à l'Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses ; Il les fit sortir des ténèbres et de l'ombre de la mort, Et il rompit leurs liens. Qu'ils louent l'Éternel pour sa bonté, Et pour ses merveilles...Car il a brisé les portes d'airain, Il a rompu les verrous de fer.”(Psaumes 107:13-16)

Dieu n'a jamais caché - et ne cachera jamais - sa face à un de ses enfants qui crie à Lui. Peu importe jusqu'où tu es tombé, ou le nombre de promesses que tu as faites à Dieu puis brisées, il entendra toujours ton appel au secours et te ramènera dans une communion intime avec Lui.