vendredi 30 décembre 2011

LA FIANCEE DE CHRIST

Le psaume 45 nous fournit une magnifique image du Christ et de sa fiancée. Un grand mariage est sur le point d’être célébré et l’auteur est débordant d’extase et d’excitation : « Des paroles pleines de charme bouillonnent dans mon cœur… » (Psaumes 45 : 1).

Le psalmiste a du mal à se contenir ! Il décrit quelque chose qu’il voit dans sa tête, une cérémonie incroyable, avec un grand et glorieux Epoux et une magnifique fiancée habillée d'or !

En 1981, le monde entier était hypnotisé par le mariage royal en Angleterre. Des millions de gens de par le monde étaient collés à leur télé pour voir la princesse Diana et le prince Charles se marier. Ce fut l’un des mariages les plus glamours et les plus fêtés de l’histoire moderne.

La télévision avait des commentateurs « colorés » qui décrivaient chaque détails de l'évènement. Des spots d'information montraient la vie royale de Charles, ses matchs de polo, ses responsabilités en tant que prince, son héritage en tant que futur roi d’Angleterre, son trône, ses richesses, son palais.

Les commentateurs décrivaient aussi en termes exquis tout ce qui concernait la princesse Diana. Le tableau était incroyable : sa coiffure, sa robe royale, son cortège, ses chaussures, ses ornements, sa bague, ses fleurs, son carrosse royal. Même pendant la cérémonie, alors que le couple se tenait ensemble devait l’autel, un commentateur donnait des détails en chuchotant dans un micro : « N’est-elle pas magnifique ? Regardez sa robe, ses chaussures, ses fleurs. »

C’était romantique, à couper le souffle, un prince et une princesse unis dans un saint mariage « jusqu’à ce que la mort les sépare. » Dans le monde entier, des gens ont pleuré en voyant tout cela. Mais nous avons vécu pour voir ce mariage se désintégrer en l’une des plus sordides et affreuse rupture sur la surface de la terre !

D’un autre côté, le mariage décrit par le psaume 45 est une union ô combien plus glorieuse et grande. Il est lui aussi plein de romantisme, de beauté et de majesté, mais c’est un mariage qui ne finira jamais. Il est fait pour une gloire éternelle ! Ce psaume parle de Jésus et de Sa fiancée ! L’Epoux est notre Roi et Seigneur Jésus-Christ et la fiancée est l’Eglise - les croyants qui se sont préparés eux-mêmes pour Son retour, qui l’attendent avec une grande espérance et dont les cœurs sont sans tâche ni ride.

jeudi 29 décembre 2011

LES BONS VIEUX JOURS DU PASSE

« Ne dis pas : D'où vient que les jours passés étaient meilleurs que ceux ci ?
Car ce n'est point par sagesse que tu demandes cela »
(Ecclésiaste 7 : 10).

Les années 90 ont-elles vraiment été celles de la gaieté ?
Les années 20 ont-elles vraiment été celles de l’innocence ?
Y-a-t-il déjà eu de bons jours par le passé ?
Ne le demande pas !
Ce n’est pas sage,
Devant celui qui sait ce qui est bon pour l’homme
Dans cette vie.
Ne parle pas des temps joyeux,
Car le coeur des sages est
Dans la maison du deuil,
Mais le coeur des insensés dans la maison de gaieté.

Ne parle pas des années passées à chanter et danser,
Car mieux vaut entendre la réprimande du sage
Que pour un homme entendre le chant des insensés.
Ne parle pas des jours où la loi et l’ordre régnaient,
Car il y a un temps où un homme domine sur
un autre
Pour son propre malheur.
Ne parle pas des jours où le travail était honnête,
Car tout le travail d’un homme est pour sa bouche,
Et cependant son appétit n’est pas satisfait.
Ce jour est le nôtre.
C'est pourquoi je considère qu’il n’y a rien de meilleur
Que l’homme se réjouissant de son propre travail,
Car c’est une portion de vie.
Qui l’amènera à voir
Ce qui sera après lui ?
Nos jours seront enviés
Par ceux de demain.

mercredi 28 décembre 2011

AU BOUT DE LA CORDE

Paul a écrit : « … afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts » (2 Corinthiens 1 : 9). Il disait en substance : « Le Seigneur m’a mené à la fin de ce qui est humainement possible, au seuil de la mort. C’était un endroit tellement vide d’espoir, que seul le Dieu de la résurrection avait le pouvoir de me secourir ! »

Quel endroit merveilleux que le bout de la corde ! J’ai toujours dit que c’est quand tu touches le fond que tu atteins Dieu ! Cependant, si tu écoutes la plupart des Chrétiens qui sont dans la souffrance, tu entends : « Je fais aller. Je suis suspendu là. Je vis au jour le jour. »

Depuis l’enfance, nous avons été nourris par le concept d’autosuffisance : « Prends cela comme un homme ! Les hommes ne pleurent pas ! » Combien de fois as-tu essayé de te sortir de tes problèmes ? Combien de fois as-tu été submergé par la tentation qui t'assaillait ?

S’il te plait, comprends -moi bien. Je crois que Dieu veut que nous combattions le bon combat de la foi, mais le Seigneur a une façon de permettre que nous soyons « pressé jusqu'au bout de nos forces ». Rien de ce que tu essayes ne fonctionne. Rien de ce que tu as lu ne paraît t’aider. Aucun conseil de la part des autres n'a de sens. Soudain, tu te retrouves dans une épreuve qui anéantit toute ta confiance en toi. Tu n’as aucun espoir, sauf à abandonner tout espoir humain. Tu es obligé de faire confiance à Dieu - et tu vois que la seule solution est de lui faire confiance !

Paul nous dit clairement : « J’ai subi une peine de mort en moi. J’ai été éprouvé au-delà des limites, jusqu’à la fin de tout espoir. Et c’était comme si je ne pourrais plus jamais croire en moi-même ! J’ai été obligé de me tourner vers Dieu, avec la foi que lui seul pouvait me délivrer de mes souffrances ! »

« Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter » (1 Corinthiens 10 : 13).

Quel est cet échappatoire ? Il apparaît à la fin de tes propres forces et se dirige entièrement vers Dieu ! Il te fait dire, tout comme Paul : « Je ne crois plus en moi-même ! »

Le moyen de s’en sortir est simple, c’est une foi en Dieu semblable à celle d'un petit enfant. C'est lui faire entièrement confiance pour te faire traverser tout cela, capitulant en toi-même et disant : « Dieu, je te remets tout ! »

mardi 27 décembre 2011

LEUR LANGAGE EST LA LOUANGE

Les gens qui ont enduré la souffrance et sont restés fidèles à Dieu sont forts, doux et patients. Ils ont la douceur de Christ. J’aime être avec de telles personnes ! Ils encouragent mon esprit !

Tu traverseras tes problèmes et tu seras une grande aide pour les autres si tu fais confiance à Dieu au travers de cela ! Tu le verras se réaliser dans ton travail, dans ta famille, dans ton Eglise. Les gens seront attirés par toi parce qu’ils savent ce que tu as traversé et ils t’auront vu remporter la victoire par la seule puissance de Dieu !

Beaucoup de croyants qui souffrent, n’ont jamais rien appris de la souffrance. Ainsi, ils ne connaissent pas Dieu comme leur réconfort ou leur consolateur. A les entendre parler, tu penserais que Dieu est dur, rancunier et insensible. Ils se demandent : « Pourquoi moi ? » Alors, ils doutent de l’amour de Dieu et commencent à se détourner de lui. Ils se plaignent, gémissent et murmurent, et toute leur joie disparaît. Ils deviennent bientôt amers et durs.

Pendant des années, un de mes amis pasteurs a eu un ministère rempli de succès auprès des personnes en difficulté. Mais aujourd’hui, il est profondément enfoncé dans le péché, dépendant à la drogue et totalement rétrograde. Sa femme l’a quitté et il vit avec une femme toxicomane.

Quand on lui demande ce qui s’est passé, il accuse les autres de l’avoir laissé tombé. Sa femme l’a quitté, Dieu n’a pas répondu à ses prières, les autres pasteurs l’ont déçu. Il dit : « J’ai vraiment essayé mais je n’y suis pas arrivé. Il y avait trop de pressions et trop d’hypocrisie. J’ai été jugé et je ne pouvais plus gérer ça. »

L’apôtre Paul, même dans ses pires heures de souffrance, bénissait le nom du Seigneur. Il savait que le Père est plein de grâce et la source de tout son réconfort. Il n’a pas douté de Dieu et n’est pas devenu amer : en fait, il priait au milieu de tout cela !

Les meilleurs enseignants dans une Eglise ne sont pas ceux qui sont au pupitre. Ils sont plutôt assis dans les rangs, juste à côté de toi : ce sont ceux qui ont souffert et continuent cependant à louer le Seigneur. Le langage de ceux qui ont appris au travers de la souffrance est la prière !

lundi 26 décembre 2011

LE MINISTERE DE CONSOLATION

L’apôtre Paul dit : « [Le Seigneur] nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l'objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction (2 Corinthiens 1 : 4).

L’un des ministères dont on a le plus besoin dans l’Eglise de Jésus-Christ aujourd’hui est celui de la consolation, réconforter les autres dans leurs problèmes et leur affliction. Beaucoup de croyants ne savent tout simplement pas où aller quand ils souffrent.

Quand je suis vraiment blessé, que je souffre profondément, je ne veux pas lire un livre qui présente dix étapes pour trouver la victoire, ni aller auprès d’un évangéliste bien connu qui fera fi de mes problèmes. Aucune de ces solutions n’est la réponse, parce qu’aucune d’entre elles n'ira à la racine de ma souffrance ! Non, je veux parler à un saint ordinaire qui a souffert durement, et qui cependant a traversé toutes ses épreuves en priant Dieu, réconforté et plein de foi !

Ce sont ceux qui souffrent qui reçoivent la consolation et le réconfort de la part du Seigneur. Ils connaissent la compassion de Jésus, parce que Sa voix leur procure un réel réconfort dans leurs heures sombres. Ceux qui ont souffert ainsi deviennent riches en ressources spirituelles. Ils développent une confiance fondée sur l'expérience de l’endurance au travers de leurs tribulations et épreuves. Et le meilleurs, c'est que Dieu leur donne une influence qu’ils n’auraient jamais pu avoir par un autre moyen !

Je pense à Corrie Ten Boom et à la merveilleuse expérience que des milliers de gens ont faite en s’asseyant et en l’écoutant parler de Jésus. Beaucoup de pasteurs et de leaders à travers tous les Etats-Unis ont été réconfortés et encouragés par cette femme inconnue jusqu’alors, parce que toutes ses souffrances ont produit une richesse dans la connaissance de Dieu. Elle avait une abondance de consolation et de réconfort venant du Saint Esprit, et elle l’a utilisée comme une influence pour Jésus !

Paul était capable de se réjouir dans toutes ses tribulations parce qu’il savait que ses souffrances servaient au bénéfices des autres. Il voyait ses problèmes comme une sorte d’éducation au travers de laquelle il passait. Il pouvait dire : « Dieu a un but dans ceci parce qu’il me forme ! Il y aura des gens qui vont avoir besoin du réconfort et de la consolation que j’ai reçus dans ma souffrance ! »

Il n’est pas étonnant que Paul fasse référence à son Père céleste comme « le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation » (2 Corinthiens 1 : 3).

vendredi 23 décembre 2011

LA CONNAISSANCE DES VOIES DE DIEU !

Nous sommes face à un temps dans lequel le mot délivrance va prendre un sens entièrement nouveau ! Dans le passé, les chrétiens voyaient principalement la délivrance comme une guérison physique mais maintenant la plus grande délivrance va être celle de la crainte et de la terreur !

A ce moment-là, la délivrance signifiera avoir une « parole certaine qui vient du ciel ». Jésus a dit que le cœur des hommes défaillira de peur quand ils verront les choses affreuses qui viennent sur la Terre (voir Luc 21 : 26). En fait, les gens proclameront qu’ils savent ce que Dieu va faire après. Ils iront dans toutes les directions, désirant entendre la voix de quelqu’un de calme, de paisible, qui ne devienne pas fou. Ils crieront : « Dis-moi s’il te plait ! Est-ce le jugement de Dieu ? Quand tout cela sera-t-il fini ? »

Et qui crois-tu qui aura les réponses ? Toi ! Le chrétien ordinaire qui a été scellé avec Dieu ! Tu seras plein de calme et de paix alors que tout s’écroulera autour, parce que Dieu est avec toi et parce que tu l’entends du ciel. Il t’a prévenu de ce qui allait arriver et il a promis de te protéger !

Je crois que Dieu va utiliser son Reste saint dans ces derniers jours pour remuer des multitudes, ranimer des pasteurs et réveiller des églises. Cette armée ramènera le cœur des gens vers Dieu en les amenant à la repentance, au travers de la prière et d'une conviction de péché.

Quand je parle d’un Reste saint, je ne parle pas d’une armée de prédicateurs, d’évangélistes et de missionnaires. Je suis en train de parler de saints ordinaires, qui aiment Jésus, qui seront eux-mêmes des signes et des prodiges pour le monde, remplis de calme et de paix. Dieu ne veut pas d’une armée professionnelle rompue aux méthodes humaines. Il veut des hommes et des femmes qui sont formés dans la prière par le Saint Esprit ! Il cherche des croyants qui soient scellés avec lui, préparant leur cœur devant lui, apprenant à entendre sa voix.

Est-ce que cela te décrit ? Est-ce qu'en ce moment même ta vie est un témoignage à ce monde agité et effrayé ? Je te presse de te retrouver seul avec Dieu de le laisser te parler. Demande-lui de te révéler le péché dans ta vie. Abandonne tout ce dont le Saint Esprit te convaincra. Rends-toi disponible pour lui en te donnant à la prière, et alors tu seras un soldat prêt dans sa grande armée du Reste des derniers temps.

jeudi 22 décembre 2011

LA MISSION DE L’EGLISE : VIVRE POUR LES AUTRES by Gary Wilkerson

Un moyen simple de savoir si tu aimes correctement les autres est d’examiner comment leurs intérêts te préoccupent.

En tant que pasteur, je dois me forger une vision inébranlable pour faire cela. Je suis chargé par Dieu d’un appel pour pousser mon peuple à agir et à poursuivre sans relâche la mission qu’il nous a donné. La vérité est que je peux faire cela de deux façons différentes : au travers de ma propre ambition, en poussant à atteindre mes propres buts ; ou adopter le cœur de Christ et accomplir ma mission d’aimer.

Si mon église grandit jusqu’à dix mille personnes et que je n’ai pas l’amour pour vision… si notre église envoie mille missionnaires mais n’a pas l’amour… alors nous échouons dans notre appel en tant que corps de croyants. Nous élevons de faux ambassadeurs et nous exportons une faible empreinte de christianisme édulcoré, motivé par autre chose que l’amour.

Qu’en est-il de toi ? Est-ce que tes prières ou tes ambitions spirituelles sont enfermées dans le monde de tes propres volontés, besoins et désirs ? Es-tu rebuté ou irrité quand les véritables besoins des autres interrompent tes objectifs ?

Quel est le remède pour l’ambition personnelle ? Paul écrivait aux Philippiens (2 : 3) : « Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes ». Paul ne dit pas de ne pas avoir d'estime pour toi-même, ta vision ou la mission de ta vie. Mais il dit que les autres aussi ont une vision, un but et une mission. Si tu les estimes, tu ne feras pas que les aider mais tu les fortifieras également dans leur appel, et cela aura peut-être un impact sur de nombreuses vies.

Réfléchis à la puissance de la déclaration de Paul. Imagine ce qui pourrait arriver si chaque chrétien obéissait de façon radicale à cette vérité. Nous aurions tous un intérêt profonds pour les autres, qui changerait le monde - aucun de nous ne serait immergé dans nos buts individuels. Le corps de Christ dans son entier serait alors tellement centré sur les autres que nous nous fortifierions les uns les autres dans nos différents appels.

Si chacun d’entre nous recherche uniquement l'intérêt de son propre travail, notre témoignage sera fortement limité. Mais si tous nous recherchons dans l’amour à construire les autres, chaque mission, chaque oeuvre ordonnée par Dieu aura plus qu’un large soutien pour être accomplie.

C’est ce que j’appelle une façon de vivre. C’est une campagne que je veux commencer aujourd’hui, vivre pour les autres, être partie prenante et servir ceux qui m'entourent pour la gloire de Dieu.

mercredi 21 décembre 2011

LA PUISSANCE APPARTIENT... by Gary Wilkerson

« Alors il appela ses douze disciples ensemble et leur donna force et pouvoir […] avec la puissance [...] » (Luc 9 : 1).

Jésus a donné de la puissance à ses disciples non pas parce qu’ils étaient ambitieux, mais parce qu’ils lui appartenaient. Appartenir à Jésus est une condition non négociable pour recevoir sa puissance. La puissance naît de cette appartenance. L'appartenance à Christ amène une véritable puissance.

Bien des chrétiens mènent une vie sans force : ils pratiquent le péché de façon habituelle, ont un pauvre témoignage, une faible vie spirituelle, ils manquent de ferveur, d’une vie de prière consacrée et n’obtiennent pas de réponse à leurs prières.

Te sens-tu sans force ? Ce court verset est remplit de mots puissants.

« Appela » : signifie en substance que ce n’est plus notre propre agenda, notre direction, notre propre volonté ou nos propres ressources.

« Disciples » : ceux qui ont tout abandonné pour suivre l’enseignement, la vie et la direction montrés par le maître.

« Ensemble » : cette puissance n'est pas donnée pour être contenue dans des barques individuelles, mais exprimée au sein de la communauté, oeuvrant pour l’avancement du royaume.

« Donna » : nous montre que nous ne pouvons rien faire si Jésus ne nous donne pas le pouvoir de le faire.

« Puissance » : ce n’est pas ce que nous désirons, ce pour quoi nous travaillons ou luttons, mais elle vient seulement et exclusivement au travers de Celui qui la donne. Nous ne nous octroierons jamais par nous même cette part de notre histoire en tant que chrétiens. Il est commandé à chaque disciple de Jésus d’attendre jusqu’à ce que nous soyons équipé de cette puissance, jusqu'à ce qu'elle nous soit donnée d’en haut.

Manques-tu de puissance ? Il n’existe aucun autre moyen pour l’obtenir que de la recevoir par Celui à qui tu appartiens. Jésus a le pouvoir de donner à ceux qui sont totalement et pleinement à Lui.

Ne lutte pas pour obtenir la puissance. Désire appartenir pleinement, passionnément, humblement et de façon ambitieuse à Celui auquel ton cœur aspire. Alors la puissance viendra sur toi, au-delà même de ton imagination.

mardi 20 décembre 2011

QUI SUIS-JE ?

« Innocent, je le suis mais je ne tiens pas à la vie,
Je méprise mon existence » (Job 9 : 21).

Dieu parait si grand et si fort,
Je semble si petit et si imparfait.
Il commande au soleil et il se lève,
Je suis réduit en miettes par une tempête.
Il déploie les cieux et marche sur les eaux,
Mais il vient à moi et je ne le vois pas.
Il dirige la chambre des étoiles.
Si je l’appelle dans les cieux
Et qu’il me réponde,
Je ne croirais pas cependant qu’il entend ma voix.
J’ai le sentiment que Dieu m’a blessé
Sans raison.
Il est le Juge,
Mais qui plaidera pour moi ?
Quand j’essaye de me justifier,
Ma propre bouche me condamne.
Le sentiment s’accroît
Que même si j’étais parfait,
Je ne me connaîtrais pas moi-même.
Je voudrais encore mépriser la vie
Parce que
Nous sommes vraiment d’hier
Et ne connaissons rien,
Car la vie est une ombre.

lundi 19 décembre 2011

UNE EGLISE DU SAINT-ESPRIT !

On ne devrait jamais aller à l'église sans prier : “Dieu, remplis moi de l'Esprit-Saint afin que mes oreilles entendent. Aide-moi à écouter, à comprendre et à appliquer Ta Parole dans ma vie !” Le Saint-Esprit devrait oindre nos oreilles pour entendre, de la même façon qu'il oint la langue du pasteur qui apporte la Parole.

Dans une “Eglise du Saint-Esprit“, tu entendras toujours un cri de repentance qui vient du cœur. En fait, tu ne peux pas être une personne du Saint-Esprit tant que tu n'as pas fait retentir toi-même ce cri. Et c'est quelque chose que Salomon n'a jamais fait !

“L'Eglise de David” n'était pas parfaite. En fait, elle était un type de celle des Corinthiens. David a commis l'adultère, il a tué un homme innocent, il a marché pendant un temps dans le mensonge. Et pourtant, après avoir péché, ce cri est sorti du plus profond de son être : “Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifie-moi de mon péché. Car je reconnais mes transgressions, Et mon péché est constamment devant moi. J'ai péché contre toi seul, Et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement...Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton Esprit Saint.”(Psaumes 51:2-4,11)

Un cri déchirant est la marque d'une Eglise du Saint-Esprit ! Bien-sûr, il y a des gens dans cette Eglise qui tombent et vivent dans le mensonge. Mais, tout comme David, ils sont devenus tellement sensibles au travail et à l'action du Saint-Esprit en eux qu'ils n'ont pas toujours besoin d'un prophète pour leur dire qu'ils ont péché. Ils se repentent avant même qu'un prophète ne vienne à eux, parce qu'ils se sentent blessés par leur péché !

David a dit au sujet de son péché : “Les liens du sépulcre m'avaient entouré, Les filets de la mort m'avaient surpris. Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, J'ai invoqué mon Dieu...Il étendit sa main d'en haut, il me saisit, Il me retira des grandes eaux. Il me délivra de mon adversaire puissant, De mes ennemis qui étaient plus forts que moi.”(2 Samuel 22:6-7,17-18)

Dieu va conduire “l'Eglise de Salomon“ à la ruine et va ressuciter de ces ruines “l'Eglise de David“ ! Ce reste qui subsistera aura une tristesse selon Dieu pour le péché. Elle criera d'angoisse et de repentance et sera entièrement dépendante du Saint-Esprit !

“Après cela, je reviendrai, et je relèverai de sa chute la tente de David, J'en réparerai les ruines, et je la redresserai”(Actes 15:16)

vendredi 16 décembre 2011

L'EGLISE DE SION !

La force qui dirigeait « l'Eglise de David » était une dépendance totale du le Saint-Esprit. Voici ce qui différenciait David :

“Samuel prit la corne d'huile, et l'oignit au milieu de ses frères. L'Esprit de l'Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite”(1 Samuel 16:13)

Alors que David se trouvait sur son lit de mort, il a dit à son fils Salomon : “Je vais te dire pourquoi Dieu m'a béni. Je veux que tu connaisses le secret de mon ministère.” Écoute les derniers mots de David à son fils : “L'Esprit de l'Éternel parle par moi, Et sa parole est sur ma langue.”(2 Samuel 23:2)

David lui disait en fait : “Je ne me confie pas en mes connaissances et en ma sagesse. Je ne fais aucunement confiance à ma chair. J'étais un homme faible, mais je me suis appuyé sur le Saint-Esprit ! Chaque mot que j'ai prononcé l'était sous Son onction. Ses mots remplissaient ma bouche !”

Lorsque nous avons débuté le ministère de Teen Challenge, ici à New York, notre devise était : “Ici, le Saint-Esprit est en charge de tout !” Ce ne sont pas des sermons sur “comment lutter” qui ont sauvé des membres de gang. Ils ne sont pas tombés à genoux à cause de nos sermons concis et vigoureux. Ils n'ont pas été convaincus par des illustrations significatives ou par des enseignements de la nature. Non ! Ces anciens drogués ont témoigné à leurs amis : “J'étais dans la rue, comme toi. Mais regarde-moi à présent ! Le Saint-Esprit m'a transformé !”

Salomon a beaucoup parlé d'arbres, d'hysope, d'animaux, de poissons, de choses rampantes. Mais David a parlé d'intimité avec le Seigneur, de cœur brisé et contrit. David était convaincu et il s'est laissé transformer au travers de ce qu'il prêchait lui-même. Il accordait tant d'importance à la présence du Saint-Esprit dans sa vie qu'il a demandé au Seigneur de ne jamais lui retirer son Esprit. David savait qu'il n'était rien sans l'Esprit-Saint !

Paul a dit : “ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.”(1 Corinthiens 2:4-5)

“Et nous en parlons, non avec des discours qu'enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l'homme animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge.”(v 13-14)

jeudi 15 décembre 2011

L’ÉGLISE DE SALOMON

“Salomon, fils de David, s'affermit dans son règne ; l'Éternel, son Dieu, fut avec lui, et l'éleva à un haut degré » (2 Chroniques 1 : 1).

L’Eglise de Jésus-Christ d’aujourd’hui a été fortifiée et bénie par Dieu. Elle a été équipée pour des efforts de toutes sortes. Considère les édifices énormes et magnifiques qui ont été construits dans le pays. Considère aussi les grandes bénédictions financières de l’Eglise. Des millions ont été dépensés en télé-évangélisation, en livres, en disques et cassettes, pour les missions, institutions, collèges bibliques et pour des ministères para-ecclésiastiques de toutes sortes.

Quand toutes ces oeuvres ont commencé, chacune avait reçu l’onction de Dieu. En fait, la plupart ont commencé avec les mêmes bénédictions que Dieu répandit sur Salomon. Salomon était bien organisé et bien plus instruit que son père David. Il a fait tout plus grand et mieux que ce que les générations précédentes auraient pu concevoir.

Ce qui conduisait Salomon était la sagesse et la connaissance. Ce fut le cri de son cœur devant Dieu : « Accorde-moi donc de la sagesse et de l'intelligence, afin que je sache me conduire à la tête de ce peuple ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si grand ? » (2 Chroniques 1 : 10).

N’est-ce pas une prière merveilleuse ? Elle résonne si bien et Dieu s'est réjouit que Salomon ne lui ait pas demandé quelque chose pour acquérir un gain égoïste. Cependant, il y a un problème : cette prière est totalement centrée sur l’homme ! Ce roi très talentueux, très confiant en lui-même disait en fait : « Donne-moi juste les outils, Dieu, et je ferai le travail. Donne-moi la sagesse et la connaissance et je mettrai en ordre parmi ce peuple. Je mènerai à bien tout ce travail ! »

La prière de Salomon n’était pas la prière de son père, David, un homme selon le cœur de Dieu. Non, la prière de Salomon était celle d’une nouvelle génération, de gens instruits avec de nouvelles idées et des compétences. Son cri était : « J’ai besoin de sagesse et de connaissances ! » Je crois que Salomon représente l’esprit et la nature de l’Eglise de Laodicée des derniers temps. Cette église se dirige vers la même ruine que celle à laquelle Salomon a dû faire face !

Salomon avait une tête pleine de sagesse et une bouche remplie de chants. Il pouvait prêcher et enseigner avec un talent incroyable. Il avait un état-major bien organisé, avec des dirigeants talentueux. Tout dans son Eglise semblait décent et en ordre. Mais tout ce qu'à fait Salomon s'est achevé dans cette phrase « Tout est vanité et poursuite du vent » (Ecclesiaste 1 : 14).

L’Eglise de Salomon a toutes les réponses. Elle semble grande de l’extérieure mais elle est absolument sans vie ! Et elle s’achève dans la vanité, l’idolâtrie, la sensualité, le vide et le désespoir.

mercredi 14 décembre 2011

RESTE DANS L’AMOUR

“Car j’ai l’assurance qui ni la mort
ni la vie, ni les anges ni les dominations,
ni les choses présentes ni les choses à venir,
ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur,
ni aucune autre créature ne pourra nous séparer
de l’amour que Dieu a manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur”
(Romains 8 : 38-39).

La mort est profonde et obscure.
La vie est vanité et vexation de l’esprit.
Les principautés et les puissances sont inébranlables.
Les choses présentes sont incertaines :
Les choses à venir ne sont pas connues.
La hauteur et la profondeur de cet univers
Sont pleines de mystères,
Cependant, aucune de ces choses ne peut nous séparer
De l’amour de Dieu,
Manifesté en Jésus Christ notre Seigneur.
Qui nous séparera de son amour ?
Sera-ce la tribulation ou la détresse ?
La persécution ou la faim ?
La nudité, le danger ou l’épée ?
Non ! Car Dieu est amour.
Cet amour dépasse tout entendement,
Un lien parfait
Fonctionne donc dans son amour.
Celui qui demeure dans l’amour
Demeure en Dieu
Et Dieu demeure en lui.

mardi 13 décembre 2011

AMENER LE PEUPLE DE DIEU SUR SES GENOUX !

“Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui » (Zacharie 12 : 10). Je vois dans cette prophétie de Zacharie une nouvelle vision de la croix de Jésus.

En ce moment même, l’Esprit Saint fait exactement cela en Israël. Des multitudes de Juifs se rassemblent au Mur des lamentations implorant pour que leur messie vienne. Mais un jour prochain Dieu ôtera le voile et ils connaîtront Jésus pour qui Il est, et ils pleureront de l’avoir percé !

Ce verset a une autre application qui s’applique à l’Eglise. Le Saint Esprit va bientôt venir pour une affaire très personnelle. L’Eglise de Jésus Christ est tellement blasée du péché, elle l’a tellement négligé et considéré comme sans importance que, quand l’Esprit descendra avec un esprit de prière, il amènera une véritable purge. Il y aura des pleurs, les deuils, des brisements, nous serons face à la réalité de combien nos péchés blessent le cœur de Dieu !

L’Esprit Saint va agir dans cette direction, pas seulement au sein des Eglises mais aussi dans les familles et dans chaque individu : « Le pays sera dans le deuil, chaque famille séparément : la famille de la maison de David séparément, et les femmes à part » (Zacharie 12 : 12).

Quel don plus grand Dieu pouvait-il faire à son Eglise juste avant son retour qu’un message puissant, convaincant contre le péché ? Il apportera des convictions tellement perçantes que nous ne pourrons plus supporter la moindre chose sale ou contraire à la sainteté en nous !

En résumé, voici les qualifications et les marques de l’effusion de l’Esprit des derniers temps :

  1. être focalisé sur la dernière moisson d’âmes
  2. un esprit de grâce menant à la repentance et à la piété
  3. un esprit de supplication ayant pour résultat un don complet de soi et un besoin urgent de prier dans l’Esprit
  4. une soif de Jésus et un deuil, un brisement et des pleurs avec une tristesse selon Dieu envers nos péchés. Ce n'est qu'après une telle oeuvre de l’Esprit que la vraie bénédiction de la joie viendra !

Je ne veux pas manquer la dernière effusion de Dieu ! J’ai prié pour que Dieu fasse que j'en fasse partie et je te presse de faire de même. Prie avec moi « Seigneur, je n’ai pas la discipline qu’il faut pour Ton saint travail. Tu dois me la donner ! Donne-moi Ton fardeau pour les âmes perdues, met Ton Esprit de supplication en moi. Tu es mon seul espoir, je capitule et me tourne entièrement vers toi. Je ferai tout ce que Tu me diras et je dépendrai de toi en toutes choses ! »

lundi 12 décembre 2011

UNE PRIERE TELLE QUE LE MONDE N'EN A JAMAIS CONNU !

Un missionnaire a parlé dans notre église de grands réveils dans le monde entier. A chaque fois, l'”esprit de prière” est intimement lié à la dernière moisson. Au Vietnam, en Chine, en Sibérie, en Amazonie, en Afrique et dans de nombreux autres endroits, le peuple de Dieu prie avec feu et ferveur, criant et pleurant à Dieu, cherchant sa face, réglant la question du péché dans leur vie et se tournant vers la justice.

On ne peut pas fabriquer cette inclination à la prière. C'est le résultat de l'Esprit de supplication, comme Dieu l'a promis dans Zacharie 12:10. Et ces croyants l'expérimentent déjà !

Il n'y a pas très longtemps, nous avons organisé des semaines de prière dans notre église de Times Square et nous avons également expérimenté un avant-goût du déversement de l'Esprit. Il y a en effet dans notre nation une certaine mesure de feu et d'assiduité dans la prière. Mais nous n'avons pas encore expérimenté le déversement de l'Esprit de supplication !

Dieu me montre que même le désir de prier, l'inclination à la prière, viennent du Saint-Esprit. Dès lors, voici mon dilemme : Dieu a promis de déverser un Esprit de Supplication sur Son église, et je veux être partie prenante de ce mouvement authentique de Dieu. Alors, comment être certain de recevoir ce déversement de l'Esprit ?

La réponse se trouve dans Zacharie 10/1 : “Demandez à l'Éternel la pluie, la pluie du printemps ! L'Éternel produira des éclairs, Et il vous enverra une abondante pluie, Il donnera à chacun de l'herbe dans son champ.”

Nous devons le demander au Seigneur ! Les éclairs évoqués ici nous parle de tonnerre, de tempête. Dieu nous a promis de véritables averses ! Il nous dit au travers de Zacharie : “demande et je te donnerai ce fardeau qui vient du ciel. Mais tu dois le chercher devant ma face!”

Il est temps de commencer à demander au Seigneur : “O Dieu, remplis moi de ton Saint-Esprit, afin que je puisse apprendre à prier ! Ouvre les écluses des cieux. Laisse moi prendre part à la dernière moisson !”

Une fois que l'Esprit de supplication va être déversé sur toi, tu te trouveras à prier pour la sainteté, la piété, pureté. Tu intercèderas pour ceux que tu aimes et qui sont perdus, et pleureras sur ce monde qui se meurt. Mais tu dois demander au Saint-Esprit de le faire en toi, puis lui faire confiance !

vendredi 9 décembre 2011

UN ESPRIT DE SUPPLICATIONS

Le mot supplication (voir Zacharie 12/10) n'est jamais utilisé dans la Bible, sauf pour exprimer un cri ou une prière qui est faite à haute voix. En d'autres termes, il ne s'agit pas de quelque chose de privé ou d'intérieur. La notion de supplication implique une vocalisation !

Le terme hébreux utilisé pour supplication signifie : “une branche d'olivier enroulée dans de la laine, ou un autre type de vêtement, agitée par une personne demandant la paix ou annonçant sa reddition.” Ces branches étaient appelées : “branches de supplication”. Si on simplifie, il s'agissait de drapeau signifiant une reddition totale et inconditionnelle.

Imagine un soldat épuisé par la bataille, en haillons, fatigué et submergé, acculé dans un trou où l'a amené sa propre volonté. Il est seul, épuisé et hagard et est arrivé au bout de lui-même. Il casse une branche d'arbre et y attache un sous-vêtement blanc, le lève et sort de son trou, criant : “Je me rends! J'abandonne!”

Voilà ce qu'est une supplication ! Elle dit : “Je me rends ! Je ne peux plus mener cette bataille. Je suis perdu et désespéré.”

Une supplication n'est pas simplement appeler à Dieu pour qu'il fasse ce que l'on veut. Ce n'est pas supplier ou plaider pour qu'Il nous assiste dans nos plans. Bien au contraire : c'est un total abandon de notre volonté et de nos voies !

Pendant des siècles, des chrétiens ont crié vers Dieu, remplis de leur propres desseins, suppliant et implorant : “O Dieu, envoie-moi à tel endroit ou à tel autre. Donne-moi ceci ou cela.” Mais dans les derniers jours, le Saint-Esprit va être répandu avec une grande puissance afin de produire un sentiment de ruine spirituelle. Nous allons réaliser le fait que, malgré tout notre argent, notre intellect, nos programmes, nos ministères et nos plans, nous n'avons pas réussi à toucher ce monde. La vérité, c'est que l'Eglise a perdu du terrain, qu'elle est devenue faible et pitoyable.

l doit y avoir une reddition ! Nos cris doivent être accompagnés d'une volonté d'abandonner tout ce qui n'est pas comme Christ dans nos vies.

La prière de Daniel nous donne un exemple de ce que doit être notre supplication : “Maintenant donc, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications de ton serviteur, et, pour l'amour du Seigneur, fais briller ta face sur ton sanctuaire dévasté ! Mon Dieu, prête l'oreille et écoute ! ouvre les yeux et regarde nos ruines, regarde la ville sur laquelle ton nom est invoqué ! Car ce n'est pas à cause de notre justice que nous te présentons nos supplications, c'est à cause de tes grandes compassions.” (Daniel 9:17-18)

jeudi 8 décembre 2011

L’ESPRIT DE GRÂCE

La Bible dit que le Saint Esprit sera répandu comme “… un Esprit de grâce et de supplication » (Zacharie 12 : 10).

Le livre de Tite nous rapporte que la grâce nous est donnée comme un pouvoir sur le péché, pour nous rendre capable de vivre dans la sobriété et la sainteté : « Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus Christ » (Tite 2 : 11-13).

Il y a eu une merveilleuse mesure de cette grâce parmi le peuple de Dieu depuis la Pentecôte. Le Saint Esprit a envoyé une conviction de péché sur toutes les nations, enseignant aux croyants de toute race et de toute langue comment abandonner l’impiété et les convoitises mondaines. Le résultat est un peuple qui vit sobrement et dans la justice dans le monde actuel et qui aspire au retour de Jésus.

Je crois que la prophétie de Zacharie 12 : 10 signifie que, dans les temps de la fin, le Saint Esprit tombera avec force sur le peuple de Dieu avec un Esprit de grâce qui l’éloignera totalement de toute mondanité. Il produira en lui le désir ardent de la pureté du cœur !

Un cher frère dans le Seigneur, à la tête d’un ministère, m’a appelé pour me dire que les leaders de son ministère s'étaient rassemblés pour chercher le Seigneur. Le Saint Esprit a commencé à exposer le péché au milieu d’eux et plusieurs de cette équipe ont dû être démis de leur service. Le frère me disait : « Maintenant que le Saint Esprit est descendu, il y a une pression à pratiquer le bien. »

Sa phrase m’a frappé et je ne pouvais pas m’en défaire : une pression à pratiquer le bien. Quand le Saint Esprit vient et met le péché au grand jour, ceux qui ont été tièdes ou qui ont vécu dans le compromis sont alors convaincus. Des ministères se lèveront pour véritablement prêcher la grâce, d’une façon qui convainc les gens de tout péché caché dans leur vie.

Bien aimé, la pression pour abandonner le péché et pratiquer le bien va devenir brûlante et pressante dans l’Eglise de Dieu des derniers temps !

mercredi 7 décembre 2011

LA PLUIE DU SAINT ESPRIT

Quel que soit le genre de manifestations que tu voies dans un soi-disant réveil, ce n’est un véritable mouvement de Dieu que s’il est axé sur la moisson ! La pluie du Saint Esprit tombe toujours pour produire une moisson d’âmes.

Dieu a répandu Son Esprit à la Pentecôte pour préparer et ameublir le sol, pour que la graine de l’évangile soit semée. Les croyants remplis de l’Esprit ont été envoyés de la chambre haute à travers le monde entier pour faire des disciples de Jésus-Christ.

L’Eglise a vu presque 2000 ans de semence et de croissance et c’est maintenant le temps de la moisson ! Ceux qui sont morts en Christ jusqu’à maintenant représentent les premiers fruits ou les prémices de la récolte. Jésus n’est pas encore venu parce qu’il attend encore patiemment son abondante moisson finale !

“Soyez donc patients, frères jusqu'à l'avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu'à ce qu'il ait reçu les pluies de la première et de l'arrière-saison » (Jacques 5 : 7).

Dans la première partie du siècle dernier, le « mouvement de la pluie de l’arrière saison » commença au Canada. Il dura quarante ou cinquante ans. Aujourd’hui, seules quelques Eglises de « la pluie de l’arrière saison » demeurent, cependant, ceux qui étaient engagés dans ce mouvement étaient persuadés qu’ils vivaient la grande et dernière effusion de l’Esprit. Beaucoup disaient : « C’est ça ! Nous voyons se réaliser Zacharie 12 : 10 ! » Mais le mouvement s'est dissipé, puis d’autres mouvements similaires sont venus et se sont éteint de la même façon. Pourquoi ? Parce qu’ils n'étaient pas focalisés sur la moisson !

Beaucoup de soi-disant mouvements du Saint Esprit ont disparu rapidement parce qu’ils étaient centrés sur l’homme, se focalisant sur les dons, l'auto-perfectionnement, l’épanouissement personnel et ne cherchaient pas à atteindre un monde perdu et moribond !

Jésus a lié la récolte des âmes perdues au réveil quand il a dit : « Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson » (Matthieu 9 : 38).

Toute véritable effusion du Saint Esprit sera axée sur cette prière de Jésus. Les quelques réveils reconnus comme véritables ont tous été bénis par une grande moisson d’âmes.

mardi 6 décembre 2011

EAUX PROFONDES

« J'enfonce dans la boue,
Sans pouvoir me tenir ;
Je suis tombé dans un gouffre,
et les eaux m'inondent »
(Psaume 69 : 2).

Sauve moi, ô Dieu,
Car mon âme est inondée
Par la folie.
Mes péchés ne te sont pas cachés.
Je suis en train de couler
Sans pouvoir me tenir ;
Je suis dans les eaux profondes.
Les flots me submergent,
J’attends que Dieu me sauve.
Ma gorge est sèche
A force de l’appeler.
Je pleure et je corrige mon âme,
En me moquant de ma propre faiblesse.
Entend-moi rapidement, Seigneur,
Et ne me cache pas ta face.
J’ai besoin d’un consolateur :
Tourne-toi vers moi avec miséricorde.
Délivre-moi de cette fange.
Ne me laisse pas couler.
Sauve-moi de ces eaux profondes :
Je suis vraiment dans le trouble,
En danger.
Ne laisse pas ces eaux profondes m’engloutir.
Ne laisse pas la fosse se refermer sur moi.
Hâte-toi, ô Dieu,
Ne tarde pas ;
Tu es mon aide
Et ma délivrance.

lundi 5 décembre 2011

DIEU VEUT SAUVER DES PÉCHEURS MÉCHANTS ET ENDURCIS !

Le peuple de Dieu de la tribu de Juda avait un problème. Ils doutaient de sa volonté et de son pouvoir de racheter un peuple enfoncé dans l’apostasie et l’idolâtrie. « Mais ils disent : C'est en vain ! Car nous suivrons nos pensées, nous agirons chacun selon les penchants de notre mauvais cœur » (Jérémie 18 : 12).

Juda avait abandonné l’espoir et pensait « Nous sommes allés trop loin et maintenant il n’y a plus de retour possible. Nous avons abandonné le Seigneur, nous nous sommes moqués de lui, nous l’avons mis de côté, nous avons abusé de sa confiance. Nous sommes tellement enracinés profondément dans nos péchés que c’est sans espoir. Même Dieu ne pourra pas nous ramener ! »

Après toutes ces années dans le ministère, je dois encore combattre ce genre de pensées. Tu ressens peut-être la même chose. Ton mari est peut-être un athée qui vit sans Dieu. Et tu t’es convaincue toi-même « Tout autour de moi les gens sont sauvés mais mon mari est différent. Il est trop dur ! »

Le Seigneur a dit à Juda « Ma main est-elle trop courte pour racheter ? » (Esaïe 50 : 2).

“Trop courte” signifie ici “coupée”. Dieu était en train de dire « Dis-moi, l’Ennemi a-t-il coupé mon bras puissant ? Ai-je perdu ma puissance pour sauver ? Non ! Mon bras puissant a asséché la mer rouge. Il a revêtu les cieux avec les étoiles. Il a ouvert les yeux aveugles ! Tu as vu que je sauve parfaitement. Pourquoi penses-tu que j’ai perdu ma puissance à te racheter ? »

Bien aimé, quand Dieu a-t-il perdu sa puissance pour sauver le plus vil des pécheurs sur cette terre ? Quand a-t-il perdu sa volonté de délivrer les toxicomanes, les ivrognes et les prostitués même si personne ne prie pour eux ?

Dieu pourrait-il d'une quelconque façon décider de ne pas sauver les membres de ta famille pour lesquels tu as jeûné et prié avec tant de foi ? Absolument pas ! Nous devons crier à lui avec foi : « Oh Seigneur, tu peux sauver Wall Street. Tu peux délivrer le pécheur à New York. Tu peux racheter n’importe quel musulman dans n’importe quel pays et tu peux sauver n’importe quel membre de ma famille. Ton bras n’est pas trop court. Tu peux sauver n'importe qui ! »

Ne crois pas que sa main a été coupée, au contraire : crois qu’il est le Dieu de l’impossible ! Garde la vision de son amour et de sa grâce, de son bras puissant étendu, tout puissant pour sauver !

Nous devons prier et être patient et il ramènera nos bien aimés, chacun en son temps !

« Revenez, enfants rebelles, dit l'Éternel ; car je suis votre maître. Je vous prendrai, un d'une ville, deux d'une famille, et je vous ramènerai dans Sion » (Jérémie 3 : 14).

vendredi 2 décembre 2011

L'OBSCURITE NE PEUT ARRETER LA LUMIERE !

Lorsque j'ai commencé mon ministère, j'ai parlé dans des églises à travers toute l'Amérique, avertissant au sujet de la dépravation morale à venir. J'ai dit aux gens de l'Iowa, de l'Oklahoma et de tous les états du Sud que la drogue allait frapper même les plus petits villages. Que des revendeurs allaient arriver dans les écoles et les terrains de jeux. J'ai mis en garde contre l'homosexualité dévoilée au grand jour, avec des parades les exhibant dans nos villes et j'ai prophétisé que la nudité et les actes sexuels auraient la vedette à la télévision.

Beaucoup de personnes qui m'ont entendu prêcher à l'époque ont pensé que je venais d'une autre planète. Des pasteurs me réprimandaient et des chrétiens sincères sont venus me voir en disant : “Aucune chance ! Dieu ne laissera jamais ces choses arriver aux États-Unis.” Aujourd'hui, certaines de ces personnes sont grand-parents. Ils sont assis devant leur télévision, regardant les films au sujet desquels j'avais prophétisé et leurs petits-enfants sont dépendants de la drogue et de l'alcool. L'obscurité contre laquelle je les avais mis en garde est venue.

Peux-tu imaginer combien le monde sera sombre dans 10 ans, si le Seigneur tarde ?

Cependant, je te le demande : crois-tu, lorsque tu regardes l'obscurité grandir de toute part, qu'elle va étouffer la lumière de l'Evangile ? Crains-tu que l'obscurité ne l'écrase ou ne l'éteigne ?

Non, jamais ! Le peuple de Dieu ne doit jamais être intimidé par l'obscurité ou par la furie de l'Ennemi. La Bible dit que Jésus va se lever et briller dans l'obscurité, peu importe à quel point le monde est devenu sombre ! “Le peuple qui marchait dans les ténèbres Voit une grande lumière ; Sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre de la mort Une lumière resplendit.”(Esaïe 9:2)

Nous vivons dans une époque de mort et d'obscurité qui se répand partout. Mais Dieu dit que dans ces temps là, il fera resplendir sa lumière plus fort : “Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu'ils ne connaissent pas, Je les conduirai par des sentiers qu'ils ignorent ; Je changerai devant eux les ténèbres en lumière, Et les endroits tortueux en plaine : Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point.” (Esaïe 42:16)

Aucune obscurité ne pourra jamais arrêter la lumière de Dieu ! Alors, ne regarde pas aux ténèbres, au péché, à la furie des gens violents, et crois que le Seigneur fera briller avec éclat sa grande lumière !

jeudi 1 décembre 2011

PRET POUR LE REVEIL

Pouvons-nous être prêt pour le réveil si nous croyons que tout espoir est perdu, si nous pensons avoir péché sans qu'aucune grâce ne soit possible et qu'il ne reste rien, si ce n'est le jugement ? Bien-aimé, nous ne pouvons pas avoir la foi en un réveil à moins d'être convaincu que Dieu veut encore déverser Son Esprit sur nous !

Pourquoi l'Amérique n'a-t-elle pas encore été jugée ? Pourquoi Jésus n'est-il pas encore revenu ? C'est parce qu'il y a encore une moisson abondante, et Dieu “ne veut pas qu'aucun périsse, mais veut que tous arrivent à la repentance.”(2 Pierre 3:9)

Nous pouvons voir cette grande miséricorde du Seigneur dans un passage d'Esaïe, où Dieu demande au prophète de dire à la tribu de Juda : “Où est la lettre de divorce par laquelle j'ai répudié votre mère ? Ou bien, auquel de mes créanciers vous ai-je vendus ? Voici, c'est à cause de vos iniquités que vous avez été vendus, Et c'est à cause de vos péchés que votre mère a été répudiée. Je suis venu : pourquoi n'y avait-il personne ? J'ai appelé : pourquoi personne n'a-t-il répondu ? Ma main est-elle trop courte pour racheter ? N'ai-je pas assez de force pour délivrer ?”(Esaïe 50:1-2)

Dieu avait déjà divorcé d'Israël, lui ayant “...donné sa lettre de divorce” (Jérémie 3:8). Mais maintenant son attention était sur Juda, un peuple qui l'avait trompé et qui s'était éloigné de Lui. Mais Dieu avait encore Juda à cœur, et Il vient vers eux en pleurant de voir qu'ils pensent avoir reçu également une lettre de divorce (voir Esaïe 50:1). Il leur dit : “Montrez-moi cette lettre de divorce ! Prouvez-moi que je vous ai jamais rejetés. C'est vous qui vous êtes éloignés de moi ! Je n'ai rien fait pour vous attrister ou pour vous blesser. Je vous ai toujours aimé. Je suis venu à vous et je vous ai appelé !”

Bien-aimé, c'est exactement ce que Dieu fait avec l'Amérique en cet instant. Il nous dit : “Montrez-moi votre lettre de divorce ! Prouvez-moi que je me suis éloigné de vous ! Je n'ai pas encore retiré mon Esprit-Saint. Au contraire, je suis encore à l’œuvre dans cette nation, recherchant, appelant, venant encore à vous !”

Le Seigneur le dit au-travers de nombreuses chaires dans toute la nation. Il parle à travers des hommes et des femmes de Dieu qui passent un temps précieux à Le rechercher. Il appelle. Il appelle l'Amérique à la repentance, à revenir tout près de son cœur !

Nous devons être pleinement persuadés qu'il y a encore du temps, encore de l'espoir et que, lorsque nous prions, l'Esprit est à l’œuvre dans chaque couche de la société, appelant et attirant à Lui les hommes !