mardi 30 novembre 2010

JUSTE POUR LA FAMILLE

« Les entrailles de Joseph étaient émues pour son frère, et il avait besoin de pleurer; il entra précipitamment dans une chambre, et il y pleura » (Genèse 43:30).

C’est une image du coeur de notre Sauveur – même envers les pécheurs. Les frères de Joseph étaient dans sa maison, mangeant et buvant dans sa présence. Mais : « on servit Joseph à part, et ses frères à part » (Genèse 43:32). Nous n'osons pas passer avec légèreté sur la signification de cette déclaration. Ces hommes se réjouissaient dans la présence de Joseph sans être complètement restaurés, sans le connaître réellement, sans une révélation d’amour et de grâce.

Nous pouvons être un peuple d’adorateur qui mange et boit dans la présence du Seigneur, mais sans toutefois avoir déjà reçu une révélation de son amour infini. La sensation de ne pas être aimé demeure dans leur cœur. C’est le cas des chrétiens qui se rendent à la maison de Dieu pour chanter, adorer et louer, mais qui rentrent ensuite chez eux avec le même vieux mensonge : « Dieu ne me donne aucune preuve qu’il m’aime. Mes prières restent sans réponse. Il ne prend pas soin de moi de la même façon qu’il le fait pour les autres chrétiens »

Il restait un dernier pas à franchir pour les frères de Joseph avant qu’ils ne puissent recevoir une complète révélation d’amour. Une telle révélation n’est donnée qu’à ceux qui ont le cœur brisé et contrit. « Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c'est un esprit brisé: O Dieu! tu ne dédaignes pas un coeur brisé et contrit ». (Psaumes 51:17). Les frères de Joseph n’étaient pas encore brisés (Genèse 43 :34).

Ces hommes avaient reconnus leurs péchés, mais ils avaient besoin d’être complètement brisés, totalement au bout de leur amertume et de leurs propres ressources, avant que Joseph ne puisse leur révéler son amour pour eux. Alors Joseph leur proposa une ultime épreuve. Il commanda à ses serviteurs de glisser sa coupe en argent dans le sac de Benjamin, leur plus jeune frère, avant qu’ils ne retournent en Canaan. Les frères étaient à peine sortis de la ville que les hommes de Joseph les saisirent et les accusèrent d'avoir volé la coupe. Ils étaient si certains de leur innocence qu’ils dirent : « Que celui de tes serviteurs sur qui se trouvera la coupe meure, et que nous soyons nous-mêmes esclaves de mon seigneur! » (Genèse 44:9)

On peut voir le changement dans leur attitude : « Que dirons-nous à mon seigneur? comment parlerons-nous? comment nous justifierons-nous? Dieu a trouvé l'iniquité de tes serviteurs. Nous voici esclaves de mon seigneur » (Genèse 44:16). Il n’y avait plus de combat en eux. Plus de fierté. Ils étaient humbles, brisés – enfin, ils criaient du plus profond de leur cœur : « Nous abandonnons ! Nous nous rendons ! ».

Alors vint la révélation du grand amour de Dieu. « Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui l'entouraient. Il s'écria: Faites sortir tout le monde. Et il ne resta personne avec Joseph, quand il se fit connaître à ses frères » (Genèse 45:1).

Le monde ne connaît rien de cette révélation d’amour. Maintenant, les frères de Joseph ont le sens de la famille – de l’amour et de l’acceptation inconditionnels. L’Ecriture nous dit que Joseph « éleva la voix, en pleurant. Les Egyptiens l'entendirent, et la maison de Pharaon l'entendit » (Genèse 45:2). Le monde peut entendre parler de l’amour de Dieu, mais seule la famille peut l’expérimenter. Seule la famille de Dieu est traitée avec un tel amour et une telle grâce.

Bien-aimé, Dieu se tient auprès de ceux qui sont humbles et qui ont le coeur brisés. Il fait ses délices de sa famille – il nous a aimé toutes ces années passées, même lorsque nous étions encore des pécheurs. Repose-toi dans son amour.

lundi 29 novembre 2010

UNE REVELATION D'AMOUR

Les frères de Joseph ne savaient pas combien ils étaient aimés jusqu'à ce que Dieu utilise une situation de crise pour le leur révéler. “La famine régnait dans tout le pays. Joseph ouvrit tous les lieux d'approvisionnement...Jacob, voyant qu'il y avait du blé en Égypte, dit à ses fils : ... descendez-y, pour nous en acheter là. Dix frères de Joseph descendirent en Égypte, pour acheter du blé.” (Genèse 41:56; 42:1-3).

Vingt ans s'étaient écoulés depuis leur crime, lorsqu'ils ont vendu Joseph comme esclave. Et maintenant, il était premier ministre en Egypte. Pendant 7 ans, il avait stocké du grain, en prévision de la famine. Les fils de Jacob pensaient se rendre en Egypte uniquement pour acheter du grain, mais Dieu avait un plan meilleur et plus grand pour eux. Il les envoyait pour recevoir une révélation d'amour! Ils allaient expérimenter la grâce, le pardon et la restauration et apprendre vraiment ce que la grâce de Dieu représente. Ils ne méritaient rien d'autre que le jugement, mais ils allaient recevoir la pure grâce.

Gardant à l'esprit que Joseph est un type du Christ, je ne peux pas m'empêcher de pleurer en lisant cette partie de l'histoire. C'est une si belle représentation de la grâce et de l'amour de notre Seigneur Jésus Christ envers tout ceux qui l'ont trahi.

Vingt années de péché et de subterfuge ont gardé les frères éloignés de Joseph. Ils pensaient probablement qu'il était mort à présent. Quand ils arrivèrent à la cour de Pharaon et qu'ils vinrent devant Joseph, ils ne le reconnurent pas, mais lui les reconnu immédiatement (Genèse 42:8). Ils étaient là, s'inclinant devant lui, tout comme il l'avait vu en rêve. Joseph fut-il rempli de colère et de désir de vengeance? Jamais! Son coeur se rempli de compassion à la vue des frères qu'il aimait si chèrement.

Pourquoi, dans ce cas, leur parla-t-il durement et les accusa-t-il d'être des espions? (Genèse 42:7) J'ai pensé à une époque que Joseph prenait ainsi une petite revanche, mais ce n'est pas du tout ce qui le motivait. Il suivait simplement la direction divine. Ces hommes fiers n'étaient pas encore prêts à recevoir une révélation de grâce et de pardon. Ils devaient d'abord faire face à toute l'horreur de leur péché, à leur culpabilité et à leur honte. Ils avaient besoin d'arriver au bout de leur propres capacités, de telle manière que seule la grâce pouvait encore les aider. C'est le message de la croix de Christ – amour inconditionnel et pardon pour tous ceux qui sont arrivé au bout d'eux-même!

Dieu avait révélé cette vérité à Joseph, et Joseph mit ses frères en prison pendant trois jours – pas pour les punir, mais pour leur donner une chance de faire face à la vérité concernant leur péché. Ils étaient sous l'effet de la Loi, qui leur montrait leur mauvaise nature. Et cela a fonctionné : “Ils se dirent alors l'un à l'autre : Oui, nous avons été coupables envers notre frère, car nous avons vu l'angoisse de son âme, quand il nous demandait grâce, et nous ne l'avons point écouté ! C'est pour cela que cette affliction nous arrive.” (Genèse 42:21)

Il est impossible de comprendre la grâce de Dieu, jusqu'à ce que nous ayons épuisé nos propres ressources et expérimenté son pardon. Cette grâce nous délivre de toute honte et culpabilité.

vendredi 26 novembre 2010

UN CRI DU COEUR

Je crois que l'amour plein de grâce de Dieu est révélé en réponse à un cri du coeur - pas n'importe quel cri, mais un humble cri demandant la délivrance. La Bible a beaucoup à dire à propos de ce cri qui vient du coeur : “Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, J'ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.” (Psaumes 18:6)

« Bien souvent, l'Éternel les délivra, mais ils ne pensaient qu'à se révolter, et s'obstinaient dans leur faute. Pourtant, il considéra leur détresse quand il entendit leurs cris suppliants. » (Psaumes 106:43-44)

Tu peux être sûr qu'un cri adressé à Dieu aura toujours pour réponse un mot de guérison venant du Ciel. Personne n'est trop mauvais et sans espoir s'il recherche Dieu dans l'humilité. L'histoire du mauvais roi Manassé le prouve! La Bible dit qu'il fut un des pires rois d'Israël. “Il fit ce que l'Éternel considère comme mal ... Il rebâtit les hauts-lieux que son père Ezéchias avait détruits, il érigea des autels à Baal, ... et il se prosterna devant tous les astres du ciel ; et leur rendit un culte... Il alla même jusqu'à brûler son fils pour l'offrir en sacrifice. Il consultait les augures et les devins. Il installa des gens qui évoquaient les morts et qui prédisaient l'avenir. Il multiplia les actes que l'Éternel considère comme mauvais.” (2Rois 21:2-6)

“Mais Manassé égara le peuple de Juda et les habitants de Jérusalem, de sorte qu'ils firent encore plus de mal que les nations que l'Éternel avait détruites au profit des Israélites. L'Éternel adressa des avertissements à Manassé et à son peuple, mais ils n'écoutèrent pas” (2Chroniques 33:9-10)

Y a-t-il de l'espoir pour quelqu'un qui s'est autant éloigné de Dieu, d'autant possédé par le mal et l'obscurité ? Oui, s'il s'humilie lui-même, confesse et croit en la victoire de Christ à la Croix. Manassé se retrouva prisonnier dans un pays étranger, lié par des chaînes. Qu'elle image frappante des liens du péché. Mais dans sa détresse, il cria à Dieu, et Dieu l'entendit, lui pardonna et le restaura.

“Lorsqu'il fut dans la détresse, il implora l'Éternel son Dieu et s’humilia profondément devant le Dieu de ses ancêtres. Il le pria, et l'Éternel l'exauça, il écouta sa supplication et le fit revenir à Jérusalem dans son royaume. Ainsi Manassé comprit que l'Éternel seul est Dieu.” (2Chroniques 33:12-13)

“Il fit disparaître du Temple de l'Éternel les dieux étrangers et la statue, ainsi que les autels qu'il avait édifiés sur la colline du Temple et dans Jérusalem. Et on les jeta hors de la ville.”(2Chroniques 33:15)

Cette parole d'espoir, de pardon, de grâce, d'amour et de restauration est pour toi! Tiens compte de sa Parole, repens-toi, sois entier et marche avec le Seigneur! Il n'y a pas de péché qui ne puisse être pardonné – personne n'est trop bas pour être guéri et restauré.

jeudi 25 novembre 2010

LEVE TOI ET MARCHE

“Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche.” (Jean 5:8). L'homme malade à la piscine de Bethesda devait avoir entendu des histoires à propos de Jésus, guérissant partout où il allait. Il pouvait avoir entendu d'autres histoires à son sujet, mais il ne le connaissait pas personnellement. Il était enfermé dans son infirmité et ne reconnaissais pas le Seigneur. Mais Jésus connaissais tout à son sujet! Jésus est venu à lui, dans sa misère et son chagrin et sa grâce était sur le point de se manifester! Le Seigneur fut ému de compassion pour cet homme infirme et tout ce qu'il lui a demandé, c'était de croire sa Parole et d'agir en s'appuyant sur elle : “Lève toi! Prends ton lit! Et marche hors d'ici!”

Plus tard, après cette guérison, Jésus retrouva cet homme dans le temple et pu lui parler. C'est alors qu'il apprit qui était réellement Jésus et qu'il plaça sa confiance en lui. Mais alors qu'il gisait là près de la piscine sans aide et sans espoir, il a dû faire face à la plus importante décision de toutes ses douloureuses années. Il a entendu une parole faisant renaître l'espoir et il est placé devant ce défi : Lève toi par la foi et soit rétabli, ou reste étendu là à t'apitoyer sur toi-même et meurs tout seul !

L'homme aurait pu rester étendu près de la piscine dans l'incrédulité, refusant de bouger, pensant en lui-même : “Ça ne peut pas marcher. Pourquoi Dieu m'aurait-il choisi parmi cette multitude qui a besoin de guérison ? Je suis destiné à mourir ainsi.” Jésus n'aurait pas pu le faire lever contre sa volonté. L'homme devait croire que ses pleurs avaient été entendus et que le temps de sa délivrance était arrivé. C'était maintenant ou jamais.

“Jésus reprit donc la parole, et leur dit (aux Juifs) : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait ; et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'étonnement.” (Jean 5:19-20)

Jésus dit en fait à ceux qui doutaient : “Mon Père le voulait guéri, alors je l'ai guéri. Je ne fais que la volonté de mon Père.” C'était la volonté de Dieu, l'amour de Dieu et le désir de Dieu que cet homme soit entièrement guéri.

C'est difficile de croire que Dieu t'aime encore lorsque tu es abattu et faible! Quand des années ont été gaspillées, quand le péché a paralysé ton corps et ton âme, quand tu te sens indigne et incapable de plaire à Dieu, te demandant pourquoi il se soucierait encore de toi. Il faut une foi comme celle d'un enfant pour accepter cet amour, faire ce pas de foi et dire : “Seigneur, sur ta Parole, je me lève et je marche-avec toi!”

Tu n'as pas à comprendre toute les doctrines concernant la repentance, le péché et la droiture. Tu peux même ne pas connaître Jésus d'une façon profonde et significative! Mais cela viendra en son temps si tu fais ce premier pas dans l'obéissance de te lever et de te tourner vers le Seigneur. “Si quelqu'un est décidé à faire la volonté de Dieu, il reconnaîtra bien si mon enseignement vient de Dieu ou si je parle de ma propre initiative.” (Jean 7:17)

mercredi 24 novembre 2010

LE SOUFFLE DE L'ESPRIT

Ceux qui se dirigèrent vers la chambre haute (cf Actes 1 et 2) aimaient profondément Jésus. Ils avaient été enseignés à l'école de Christ. Ils avaient accomplis des miracles, guéris des malades et chassés des démons. Ils étaient compatissants, altruistes et remplis d'amour pour les âmes, mais ils n'étaient pas encore qualifiés pour être ses témoins!

Ils étaient tout près quand il a sué des grumeaux de sang. Ils l'ont vu cloué à la croix et ont vu le tombeau vide après sa résurrection. Ils ont mangé avec lui et parlé avec lui alors qu'il avait déjà un nouveau corps glorifié. Ils ont vu Jésus revêtu de gloire éternelle sur la montagne. Ils ont même assisté à son ascension vers les cieux! Et pourtant, ils n'étaient toujours pas prêts à être ses témoins!

Pourquoi Pierre n'a-t'il pas pu aller vers la foule à Jérusalem et attester immédiatement la résurrection de Jésus? N'avait-il pas été témoin de ces choses?
Ils avaient besoin de la puissance du Saint-Esprit.

Pierre fit une déclaration puissante aux chefs religieux : “Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.” (Actes 5:32). En entendant ces mots inspirés à Pierre par le Saint-Esprit, les chefs religieux furent furieux et tinrent conseil pour les faire mourir. (Actes 5:33).

Etienne, rempli du Saint-Esprit, prêchait ainsi au chefs religieux : “Hommes au cou raide, incirconcis de coeur et d'oreilles ! vous vous opposez toujours au Saint Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l'êtes aussi. Lequel des prophètes vos pères n'ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d'avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers, vous qui avez reçu la loi d'après des commandements d'anges, et qui ne l'avez point gardée !... En entendant ces paroles, ils étaient furieux dans leur coeur, et ils grinçaient des dents contre lui » (Actes 7:51-54).

Lorsque vous venez de rechercher Dieu, vous êtes remplis du Saint-Esprit et vous pouvez tenir avec audace devant vos collègues, votre famille – ou n'importe qui-, et votre témoignage produira une de ces deux réactions. Soit ils crieront : “Que dois-je faire pour être sauvé?” soit ils voudront vous tuer. Vous aurez prononcé des paroles qui percent le coeur.

Si vous recherchez le miraculeux au sein d'1 bâtiment d'église, vous allez être déçu. Si vous aviez visité la chambre haute quelques heures après que le vent n'ait soufflé, que le feu soit tombé et que les murs soient ébranlés, cherchant à expérimenter quelque chose de miraculeux, vous auriez été déçus.

Vous voyez, le vent de l'Esprit a poussé tous les gens dehors dans la rue et sur la place du marché! Vous auriez pu demander : “Où est le réveil, le vent surnaturel? Puis-je voir quelques unes de ces langues de feu?” On vous aurait alors redirigé vers dehors, vers 120 témoins dans les rues qui témoignaient de Jésus par la puissance du Saint-Esprit. C'était là que se trouvait le réveil, et c'est là qu'il se trouve encore! Le vent, le feu, l'Esprit : c'est maintenant et dans le témoignage!

mardi 23 novembre 2010

LE FONDEMENT DE LA VÉRITABLE FOI

La seule chose pouvant épuiser la patience de Dieu à notre égard est notre refus répété encore et encore d'accepter combien il nous aime.

Beaucoup de Chrétien de nos jours semblent être retournés à leur point de départ, à la vie d'avant leur conversion. Ils n'ont ni joie ni victoire. Quand on les regarde, on peut avoir l'impression que Dieu les a rejetés il y a plusieurs années. Mais non : il les a simplement laissés à leurs propres murmures, reproches et plaintes.

Grâce à Dieu, Josué et Caleb entrèrent dans le Pays Promis. Et ils se sont tenus dans la présence de Dieu comme de jeunes arbres encore verts jusqu'à leur dernier jour. C'était des hommes de vision et puissants parce qu'ils savaient qu'ils étaient précieux pour Dieu.

Toi aussi, tu es précieux pour Dieu, malgré tes problèmes et tes échecs. Tu peux être un arbre vert dans la maison de Dieu, tout comme l'ont été Josué et Caleb.

Tiens ferme, fondé sur les promesses de la Parole : “Il m'a retiré du danger, il m'a délivré, parce qu'il m'aime.” (Psaume 18/19)

C'est le fondement de la véritable foi!

lundi 22 novembre 2010

TU ES LE TRÉSOR DE DIEU

L'Ecriture dit : “la femme adultère met en péril une vie précieuse.“ (Proverbes 6:26). La femme adultère dont-il est question dans ce verset est Satan. Et il traque ceux qui sont précieux pour Dieu.”

La Bible nous en donne une illustration frappante dans Nombres 13 et 14. Isarël a envoyé 12 espions dans le pays promis. Quand ils reviennent après 40 jours, dix d'entre eux vont planter trois graines de mensonges dans le coeur du peuple de Dieu : (1) “Ces gens sont trop nombreux et trop forts pour nous.” (2) “Les murs de leurs cités sont trop hauts, leurs forteresses sont imprenables.” Et (3) “Il y a des géants dans ce pays, nous serons ridicules à leurs yeux. C'est sans espoir, c'est terminé.”

Ces mensonges allèrent droit au coeur des Israëlites. Les écritures nous disent que le peuple endura une nuit de desespoir. “Toute l'assemblée éleva la voix et poussa des cris, et le peuple pleura pendant la nuit” (Nombres 14:1). Plus de 2 millions de personnes pleuraient, se lamentaient, complètement focalisées sur leur faiblesse et leurs inaptitudes. Leurs cris ont dû “assaillir” le Ciel.

Bien-aimé, le malin répète ces trois mensonges au peuple de Dieu aujourd'hui. “Tes épreuves sont trop nombreuses. La tentation va te dépasser. Tu es trop faible pour résister au pouvoir qui se dresse contre toi.”

La Parole que Dieu adressa aux Israëlites nous parle également aujourd'hui : “Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m'appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi.” (Exode 19:5) “Vous êtes, en effet, un peuple saint pour l'Éternel votre Dieu, et l'Éternel vous a choisis parmi tous les peuples répandus sur la surface de la terre pour que vous lui apparteniez comme un peuple précieux.” (Deutéronome 14:2)

Josué et Caleb avait cette révélation de leur valeur aux yeux de Dieu. Ils savaient qu'Israël était spécial pour leur Seigneur. C'était la clé de leur espérance. Josué a dit “Si l'Éternel prend plaisir en nous, il nous fera entrer dans ce pays-là et nous le donnera.”(Nombres 14:8)
En d'autres termes, “parce qu'il nous aime, le Pays nous appartient déjà”.

David a eu la même révélation : “Il m'a secouru et délivré-parce qu'il fait de moi ses délices.” C'est ainsi que tout Chrétien victorieux a cette même révélation de l'amour de son Père céleste. “Nous ne pouvons échouer! Aucun ennemi ne tiendra contre nous, car nous sommes précieux pour Dieu.”

vendredi 19 novembre 2010

TU ES QUELQU'UN DE SPECIAL POUR TON PERE CELESTE!

Je n'oublierai jamais la peine ressentie lorsqu'un de mes enfants, adolescent, vint me voir et me confessa : “Papa, je n'ai jamais eu l'impression de te plaire. Je ne me suis jamais senti digne de ton amour. J'ai l'impression de t'avoir déçu toute ma vie.”

Je n'ai jamais été autant blessé par quelques mots. Je me suis demandé ce que j'avais pu faire pour que mon enfant ressente une chose pareille. Profondément blessé, j'embrassai mon enfant en pleurs. Je me suis demandé : “Qu'est-ce qui ne va pas? J'ai montré mon amour à cet enfant. Je le lui ai dit et lui ai démontré par mes actes encore et encore. Tous mes autres enfants se sentent en sécurité, se sentent aimés. Comment a-t'il pu y avoir autant d'imcopréhension entre nous, pendant si longtemps, comment a-t'il pu porter autant de misère et de honte injustifiées.”

J'ai dit à mon enfant chéri : “tu as toujours été quelqu'un de spécial pour moi. Tu as été la prunelle de mes yeux. Il suffit que je pense à toi pour que mon être s'illumine. Bien sûr, tu as fait des bêtises de temps en temps, tout comme tes frères et soeurs. Et tu as été pardonné. Tu étais vraiment désolé et jamais je n'ai pensé du mal de toi. Tu as toujours été une joie pour moi. Tu m'as rendu heureux depuis que tu es né.”

Il en est ainsi pour de nombreux Chrétiens, dans leur relations avec notre Père céleste. Le malin a convaincu ces croyants du fait qu'ils ont toujours déçu Dieu et n'ont jamais rien fait qui lui soit agréable. C'est pourquoi ils n'acceptent tout simplement pas l'amour de Dieu. Ils vivent comme si son courroux était toujours dirigé contre eux. Qu'elle horrible façon de traverser la vie! Et combien Dieu est peiné quand il voit ses enfants vivre ainsi!

Bien-aimé, depuis le jour de ta naissance, tu as été quelqu'un de spécial pour ton Père céleste.

jeudi 18 novembre 2010

TU ES PRECIEUX POUR DIEU

“Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.”(Ephésien 2:8-9)

Même si tu vivais 500ans, tu ne vivrais pas assez longtemps pour plaire à Dieu par tes propres oeuvres. Quels que soient tes efforts pour te rendre pur toi-même, ils importent peu. Ta chair n'est pas acceptable devant Dieu et elle ne peut être changée afin de le devenir. La chair est morte à la croix. Maintenant un nouvel homme est né : l'homme selon Christ. La véritable foi, c'est de placer sa confiance en ce qu'il a fait pour toi.

Tu pourrais dire : “Oh, mais je crois que Dieu fait ses délices des pasteurs remplis de foi. Ils prient tellement et passent tant de temps à lire sa Parole. Je peux croire que les anciens sont précieux pour lui. Ils ont enduré des souffrances, des tests et des épreuves et en sont sortis victorieux. Mais je trouve difficile de croire qu'un Chrétien tel que moi, troublé, subissant tant d'échec, puisse être précieux pour Dieu. Il doit être lassé de moi et de ma vie si agitée, qui connait tant de haut et de bas. J'ai des problèmes qui me semblent insolubles. Je crois qu'il m'aime toujours, mais je pense qu'il doit être déçu.”

Il faut vous rappeler la merveilleuse prophétie d'Esaïe concernant la grâce de Dieu : “Ne crains rien, car je te rachète, Je t'appelle par ton nom : tu es à moi !” Elle était adressée à un peuple qui avait été volé, dépouillé, piégé et jeté en prison, tout cela à cause de leur propre folie et de leur manque de foi.

Cest à ce moment que Dieu leur dit : “maintenant - après tous vos échecs - je viens vers vous avec ce message d'espoir. Et c'est simplement parce que tu es à moi !”

mercredi 17 novembre 2010

DIEU VEUT TE DELIVRER

Quand les trois jeunes hébreux furent jetés dans la fournaise ardente, un quatrième homme était là avec eux : Jésus! Ils ne furent pas brûlés. En fait, leurs vêtements et leurs cheveux ne sentaient même pas la fumée. C'est ce genre de délivrance que Dieu veut t'apporter dans la vallée spirituelle que tu traverses.

Qu'est ce qui motive Dieu à vouloir te délivrer? Est-ce parce que tu as fait quelque chose pour lui plaire? As-tu augmenté ton temps de prière? Passes-tu plus de temps à lire sa Parole? Tout cela est bon. Mais Esaïe a eu la révélation de la véritable raison lorsqu'il dit : “Oui, parce que tu m'es précieux, et que tu as du prix pour moi, et que je t'aime, je donnerai des hommes en échange de toi, et des nations contre ta vie. Sois donc sans crainte, car je suis avec toi.” (Esaïe 43:4-5).

Dieu disait à Israël au travers d'Esaïe : “Tu vas passer à travers le feu et les flots, mais ne crains pas. Je marcherai avec toi à travers tout cela. Et je te délivrerai à la fin, simplement parce que tu m'appartiens. Je te connais par ton nom et tu es le plaisir de mon coeur.”

mardi 16 novembre 2010

LA PURE GRACE DE DIEU

Esaïe a eu la révélation du grand plaisir que Dieu éprouve en nous. Il a prophétisé : “Maintenant, l’Éternel, qui t'a créé, ô peuple de Jacob, et qui t'a façonné, ô Israël, te déclare ceci : “Ne sois pas effrayé car je t'ai délivré, je t'ai appelé par ton nom, tu es à moi. Quand tu passeras par les eaux, je serai avec toi, quand tu traverseras les fleuves, ils ne te submergeront pas, quand tu marcheras dans le feu, il ne te fera pas de mal et tu ne seras pas brûle.” (Esaïe 43:1-2)

Esaïe ne parlait pas d'un feu ou d'un fleuve au sens littéral du terme. Il parlait de ce que traversent les gens spirituellement et mentalement. Israël vivait en captivité à cette époque. Leurs eaux étaient des épreuves, leurs feux étaient des tentations, leurs fleuves étaient des tests. Tout cela était des tentatives de Satan pour détruire et submerger le peuple de Dieu.

Les paroles d'Esaïe étaient un message de pure grâce pour Israël. Le peuple était en captivité à cause de sa propre stupidité et folie. Mais Dieu leur envoya un prophète au coeur brisé pour leur dire : “Dieu veut que je vous annonce que vous lui appartenez.”
A cet instant même, tu peux être au milieu de tes propres eaux tumultueuses. Tu peux te sentir dépassé par une épreuve ou une tentation qui menace de te consumer. Tu dois comprendre d'après ces exemples bibliques que Dieu ne calme pas toujours les eaux agitées. Il n'empêche pas toujours les flots de se déchaîner ou les feux de brûler.

Cependant, il a promis ceci : “Je marcherai avec toi à travers tout ça. Cette épreuve ou cette circonstance dans ta vie ne te détruira pas. Je ne te consumerai pas. Alors, continue à marcher. Tu parviendras sur l'autre rive, avec moi à tes côtés.”

lundi 15 novembre 2010

LA CLE DE TOUTE DELIVRANCE

Le Saint-Esprit a donné à David une révélation qui est la clé de toute délivrance. David pouvait dire : « la raison pour laquelle Dieu m’a délivré de tous mes ennemis - de toutes mes tristesses et des puissances de l’enfer – c’est parce que je suis précieux à ses yeux. Mon Dieu prend plaisir en moi ! »

« Il m'a mis au large, Il m'a sauvé, parce qu'il m'aime. » (Psaume 18:19). Avez-vous besoin de délivrance ? De la convoitise, de la tentation ou de l’épreuve ? D’un problème qui soit mental, spirituel, émotionnel ou encore physique ? La clé pour votre délivrance est dans le verset ci-dessus. Dieu prend plaisir en vous ! Vous êtes précieux à ses yeux !

Dans le Cantique des Cantiques, le Seigneur dit à sa fiancée, « Que tu es belle, que tu es agréable, O mon amour, au milieu des délices! » (Cantique des Cantiques 7:6). Trois mots hébreux de ce verset sont synonymes : « belle » qui signifie aussi précieuse ; « agréable » qui implique le plaisir ; et « délices ». Ces mots décrivent les pensées de Jésus à l’égard de sa fiancée lorsqu’il la contemple. Il la regarde et dit : « Combien tu es belle, douce et charmante. Tu es précieuse à mes yeux, o mon amour ».

En retour, la fiancée s’écrie : « Je suis à mon bien-aimé, et ses désirs se portent vers moi. » (7:10). Le sens est ici : Il court après moi avec plaisir. Il me poursuit parce que je suis tellement précieux pour lui.

Ces mêmes pensées se retrouvent partout dans les Psaumes. « L'Eternel aime ceux qui le craignent, ceux qui espèrent en sa bonté » (Psaume 147:11). « Car l'Eternel prend plaisir à son peuple, Il couronne les malheureux en les sauvant » (149:4).