vendredi 22 octobre 2010

PRIÈRES EXAUCÉES AVEC DU RETARD!

La plupart d'entre nous prions comme David: “Éternel, écoute ma prière, Et que mon cri parvienne jusqu'à toi!" (Psaume 102:2) “Puisque je suis dans la détresse, hâte-toi de m'exaucer!" (Psaume 69:17) Le mot hébreu pour hâte suggère "tout de suite, dépêchez-vous, à l'heure même que je vous demande, faites-le!" David disait: "Seigneur, je place ma confiance en vous—mais s'il vous plaît dépêchez-vous!"

Dieu n'est pas pressé. Il ne s’empresse pas à nos commandes. En fait, parfois, il se peut que vous vous demandiez si jamais il va répondre. Vous réclamez, pleurez, jeûnez et espérez—mais des jours passent, des semaines, des mois, même des années, et vous ne recevez meme pas la moindre preuve que Dieu vous entend. Tout d'abord, vous vous demandez: "Quelque chose doit bloquer mes prières." Vous devenez perplexe, et, après une longue période votre attitude à l'égard de Dieu devient quelque chose comme ceci: "Seigneur, que dois-je faire pour que cette prière soit exaucée? Vous avez promis dans votre Parole que vous me donnez une réponse, et j'ai prié avec foi. Combien de larmes dois-je verser?”

Pourquoi est-ce que Dieu retarde des réponses aux prières sincères? Ce n'est certainement pas parce qu'il manque de puissance. Et il ne demande pas mieux que nous recevions de lui. Non, la réponse se trouve dans ce verset: “Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher." (Luc 18:1)

Le mot grec pour coeur en défaillance, ou se relâcher dans la version du King James, signifie “se détendre, devenir faible ou abattu dans la foi, abandonner la lutte, ne plus attendre pour l’achèvement." Galates 6:9 dit: “Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas.” Le Seigneur est à la recherche de personnes qui prient et qui ne se relâchent pas ou deviennent lasses de venir à lui. Ces personnes serviront le Seigneur, ne renonçant pas avant que son travail soit achevé. Et ils seront en train de servir quand il apporte la réponse.

jeudi 21 octobre 2010

UN AMOUR CHÂTIANT!

Parce que Dieu vous aime, il œuvrera pour vous purifier. Mais il s'agit d'un amour châtiant pour ceux qui se repentent et se tournent vers lui. Il se peut que vous sentiez les flèches de Dieu dans votre âme à cause de vos péchés passés et présents, mais si vous avez un coeur repentant et vous voulez vous détourner des erreurs, vous pouvez faire appel à son amour châtiant. Vous allez être corrigé—mais avec sa grande miséricorde et compassion. Vous n’allez pas ressentir sa colère comme les païens, mais plutôt le bâton de sa discipline, appliqué par sa main affectueuse.

Peut-être que votre souffrance vient d’avoir fait de mauvais choix. Combien de femmes souffrent parce qu’elles ont marié des hommes que Dieu leur avait prévenu de ne pas marier? Combien d'enfants brisent le coeur de leurs parents, les menant au bout du rouleau? Après tout, ceci se produit souvent à cause des péchés, de la négligence et du compromis des parents durant les années passées.

Quand vous savez que vous êtes arrivé à votre point le plus bas, il est temps de chercher le Seigneur dans l’abattement, la repentance et la foi. Il est temps de recevoir une nouvelle infusion de force du Saint-Esprit. Il est temps d'être renouvelé et rafraîchi, d’avoir la force spirituelle débordant en vous.

Vous voyez, quand vous réclamez Dieu, il verse sa force en vous: "Le jour où je t'ai invoqué, tu m'as exaucé, Tu m'as rassuré, tu as fortifié mon âme. Quand je marche au milieu de la détresse, tu me rends la vie, Tu étends ta main sur la colère de mes ennemis, Et ta droite me sauve. L'Éternel agira en ma faveur. Éternel, ta bonté dure toujours!” (Psaume 138:3, 7-8)

Une des choses les plus difficiles pour les chrétiens est d'accepter la souffrance des personnes justes. Jusqu'à l'époque du Christ, les Juifs associaient la prospérité et la bonne santé avec la sainteté. Ils croyaient que si vous étiez riche, en bonne santé ou autrement béni, c'est parce que Dieu montrait qu'il était heureux avec vous. C'est pourquoi les disciples de Jésus avaient du mal à comprendre l’affirmation selon laquelle “il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu." (Matthieu 19:24) Les disciples posaient la question: "Qui donc peut être sauvé?"

De même aujourd'hui, il y a une fausse doctrine qui dit que si vous êtes en accord avec Dieu, vous ne souffrirez jamais,; il suffit de faire appel à Dieu et il viendra en courant et tout résoudre immédiatement. Mais ceci n'est pas l'Évangile! Les héros de la foi énumérés dans Hébreux 11 marchaient tous en étroite relation de foi avec Dieu et ils ont souffert des lapidations, moqueries, torture et morts violentes (vv. 36-38). Paul lui-même, qui marchait en étroite collaboration avec Dieu, fit naufrage, fut lapidé, fouetté, laissé pour mort, dévalisé, emprisonné et persécuté. Il a souffert la perte de toutes choses. Pourquoi? Ceux-ci étaient des tests et des purges, l’acte de prouver de sa foi à la gloire de Dieu.

Dieu veut planter quelque chose dans nos cœurs à travers nos tests et épreuves. Il veut que nous soyons en mesure de dire: "Seigneur Jésus, tu es mon Protecteur, et je crois que vous commandez les événements de ma vie. Si quelque chose m’arrive, c'est uniquement parce que vous l’avez permis, et j'ai confiance en votre dessein de faire cela. Aidez-moi à comprendre la leçon que vous voulez que j’apprenne de cela. Si je marche dans la vertu et je possède votre joie dans mon coeur, alors ma vie et ma mort vous apportera la gloire. J’ai confiance qu’il se peut que vous ayez de la gloire préparé, un dessein éternel que mon esprit limité ne comprend pas. Mais qu'il en soit, je dirai, ‘Jésus, quei je vit ou meurt, je suis à toi!’"

mercredi 20 octobre 2010

DIEU M'A DIT QUELQUE CHOSE QUE JE NE M'ATTENDAIS PAS À ENTENDRE!

Une nuit au cours d'une réunion de prière, Dieu m'a dit quelque chose au sujet de notre église que je ne m'attendais pas à entendre.

Le Seigneur m'a chuchoté, “Cette église a besoin d’un traitement de choc! Trop nombreux sont ceux qui sont devenus satisfaits et contents de soi. Vous vous sentez à l’abri et protégés de tous les vents et les vagues de fausses doctrines emportant le pays—mais vous n'êtes pas prêt pour ce qui est à venir!"

Bien-aimés, le message d’avoir le témoignage de l'Esprit fonctionnant en vous n'est pas une requête—c'est une question de vie ou de mort! Si vous n'avez pas le témoignage du Saint-Esprit en ces derniers jours, vous n’allez pas y arriver! Vous allez céder à l’avènement de l'esprit de l'Antéchrist!

Vous avez besoin du témoignage de l'Esprit-Saint tous les jours —à votre emploi, au travail, à l'école. Vous devez correctement juger les hommes politiques et dirigeants, afin que vous ne soyez pas soudainement entraînés dans le système de l'Antéchrist.

C'est ce que Jésus essayait de nous dire au sujet des vierges folles qui se trouvaient à cours d’huile pour leurs lampes. Elles avaient une provision du Saint-Esprit—mais elles n’avaient pas son témoignage à la dernière heure.

Ne finissez pas comme une vierge folle! Si vous êtes à cours d’huile— faisant confiance à votre église ou à votre pasteur de garder votre âme—ensuite repentissez! Humiliez-vous et examinez minutieusement votre coeur! Suppliez Dieu de libérer votre âme de toute colère et d'amertume. Confessez vos péchés et les abandonnez-les. Et dépendez de Dieu encore une fois pour tout!

Obtenez la paix de Dieu dans votre cœur, afin que vous puissiez avoir un témoignage du Saint-Esprit. Et demandez au Père pour une plus grande endurance de l'Esprit. Invitez-le à être votre témoignage et votre guide dans tout!

Nous faisons face à un coût d’aller jusqu’au bout avec Jésus, mais nous allons aussi recevoir une récompense: c’est simplement d'avoir la bénédiction d’avoir le Christ avec nous. Il y a également de nombreuses autres récompenses (voir Matthieu 19:29), mais je mentionne celle-ci, parce que c’est tout ce dont nous aurons jamais besoin.

Lorsque Paul fut emprisonné à Jérusalem, l'ensemble du système religieux voulait le tuer. Ils l’accusaient de polluer le lieu saint et de prêcher de fausses doctrines. Sa vie était en danger, même les soldats “craignant que Paul ne fût mis en pièces par ces gens." (Actes 23:10) Alors ils le prirent par la force et l’enfermèrent dans une forteresse. La nuit suivante, le Seigneur lui-même parla à Paul, et quelle parole il lui apporta: “Prends courage! Il y a encore plus de difficultés à venir!"

Le coût de suivre le Christ est clair dans la vie de ces hommes de Dieu—et si nous voulons être comme notre Maître, nous devons également accepter ce coût. Immuable, ceci devient une joie, car Jésus promet d'être avec nous dans chaque situation. Et nous pouvons affronter n’importe quoi ou n’importe qui quand nous savons que le Seigneur est avec nous.

Alors, comptez le coût et de sachez que votre récompense, en toutes choses, est la précieuse présence de Jésus Christ.

mardi 19 octobre 2010

LE TEMOIGNAGE DU SAINT-ESPRIT!

« Et l’Esprit–Saint témoigne que cela est vrai, car l’Esprit est la vérité. » (1 Jean 5 :6)

Il y a des moments où le témoignage intérieur du Saint-Esprit ne me permet pas de rester silencieux. L’Esprit se saisit de moi et je dois parler.

Le Saint-Esprit demeure en nous pour révéler ce qui est vrai et ce qui est faux. Il parle avec une petite voix calme au fond du cœur. Plusieurs de nos prédécesseurs dans la foi croyaient à cette œuvre du Saint-Esprit en chaque croyant. Ils prêchaient sur le fait d’avoir « le témoignage du Saint-Esprit » mais de nos jours, je n’entends plus prêcher sur cette vérité. En fait, le témoignage du Saint-Esprit est quasiment non entendu dans la plus part des églises modernes.

Les croyants ont besoin de ce témoignage plus que jamais, et nous en aurons de plus en plus besoin alors que le jour du Seigneur approche ! Satan est venu effrontément, comme un ange de lumière, pour tromper, si c’était possible les élus de Dieu. Sa séduction diabolique est en train de croître : fausses doctrines, faux enseignants et faux évangiles.

Le témoignage intérieur du Saint-Esprit opère sur le « principe de la paix ». La paix de Dieu est la plus grand-chose que vous puissiez avoir et lorsque qu’elle est perturbée, vous pouvez être sûr que le Saint-Esprit est en train vous parler ! Quand il y a un trouble dans votre esprit- une secousse et une agitation au plus profond de vous - Dieu vous dit qu’il y a quelque chose de faux. Vous ressentirez sa gêne, sa peine et sa colère !

« Laissez la paix régner dans vos cœurs » (Colossiens 3 :15) Chaque péché caché, non confessé va amoindrir la précieuse paix du croyant ! Son cœur sera tourmenté par la culpabilité, la condamnation, la peur et le Saint-Esprit lui dira seulement ces mots : « Repens-toi ! Fuis ! »

Oui, le Saint-Esprit vous parlera pour vous corriger ; il traitera du péché, de la justice et du jugement.
Mais quand il s’agit de vous donner une direction, c’est la même petite voix calme qui vous dira que faire et où aller- il n’œuvre pas dans un vase souillé !

Si vous persistez dans le péché, si vous ne confessez pas votre péché ou n’acceptez pas de lui faire face, votre cœur vous alimentera de pensées mensongères. Vous entendrez des enseignements qui vous conforteront dans votre péché. Vous viendrez à penser ceci « : « Mon problème n’est pas si mal. Je ne ressens pas de conviction de péché. » Mais vous serez complètement dans l’égarement !

Esaïe parla des gens qui déclaraient qu’ils voulaient le véritable conseil de Dieu, ils disaient : « « Vite, vite que se réalise ce que le Seigneur doit faire, nous voudrions voir ça ! Que le conseil du Dieu d’Israël, le vrai, l’unique, arrive à échéance, nous aimerions le connaître ! » (Esaïe 5 :19)

Mais ces gens avaient de la tromperie dans leurs cœurs et ils en arrivèrent à pervertir tous les conseils !

Le péché avait déformé leur jugement ! Par conséquent, ils n’étaient plus en mesure de discerner le mal et ils appelaient impur tout ce qui était juste et saint. Esaïe dit à leur sujet : « Quel malheur de voir ces gens qui déclarent bien ce qui est mal et mal ce qui est bien ! Ils prétendent que ce qui est clair est sombre et que ce qui est sombre est clair. De ce qui est doux, ils en font quelque chose d’amer et de ce qui est amer, ils en font quelque chose de doux. » (Esaïe 5 :20)

lundi 18 octobre 2010

DEMEUREZ DANS L’AMOUR DU PERE

Avez-vous déjà eu un ami ou un bien-aimé qui vous a déclaré sans raison apparente: « Es-tu en colère contre moi? Ai-je fait quelque chose de mal ? »

Peut-être étiez-vous simplement silencieux et pensif donc vous avez répondu : « Non, je ne suis pas en colère. Tu n’as rien fait qui puisse me blesser. En ce moment, je suis juste calme. »

Mais, cette personne continue : « Ai-je dit quelque chose ? »
« Non, tu n’as rien dit. Tout va bien. »

Finalement, pour convaincre cette personne, vous devez la prendre dans vos bras: « Regarde, je t’aime, je ne suis pas en colère. Mais si tu continues avec cela, je vais être fâché ! »

Bien-aimé, c’est ainsi que nous traitons notre Père céleste ! A la fin de la journée, nous allons dans le lieu secret et nous disons: « Voyons voir ce que j’ai fait aujourd’hui qui a déplu au Seigneur. En quoi ai-je mal agit? Qu’ai-je oublié de faire? Je suis incapable, je me demande comment Il peut m’aimer. Seigneur pardonne-moi encore une fois. Un jour, je serai obéissant, et ça sera plus facile pour toi de m’aimer.”

Mais Dieu est là tout le temps, il veut vous étreindre ! Il veut vous montrer combien Il vous aime tant, Il veut que vous vous étendiez et vous reposiez dans son amour !

Quand le fils prodigue est rentré à la maison, il a été le bienvenu dans la maison de son père. Il a reçu une nouvelle tunique, il a mangé à la table de son père et il fut totalement pardonné. Le fils était convaincu de l’amour de son père ! Il savait que son père le soutiendrait, travaillerait avec lui et l’aimerait. Notre Père céleste est ainsi envers nous.

Peu importe quelle distance nous sépare du Père, nous avons un libre accès pour revenir à lui. Mais nous devons croire la Parole de Dieu, Il nous «a rendus agréables dans le bien-aimé » (Ephésiens 1 :6).

Il attend, avec les bras grands ouverts pour étreindre, tous ceux qui acceptent l’accès qu’Il nous donne pour revenir à son amour.

vendredi 15 octobre 2010

J’AI LIMITE DIEU EN ME CONTENTANT DE SI PEU!

Dieu a tellement à vous donner. Son désir est « d’ouvrir les écluses des cieux et de répandre sa bénédiction et de vous combler de bienfaits. (Malachie 3 :10)

Il est debout dans son entrepôt et Il dit: « je suis un Dieu qui aime et qui donne, mais si peu reçoivent de moi. Ils ne me laissent pas être Dieu pour eux ! »
Bien sûr, nous remercions Dieu pour tout ce qu’Il a fait et nous a déjà donné. Pourtant, nous ne devons pas être satisfaits de ce que nous considérons comme beaucoup ! De nombreux chrétiens sont satisfaits d’être assis dans l’église et de profiter de la présence de Dieu. Ces personnes ne sont rien de plus que des « éponges satisfaites » ! Elles absorbent tout mais elles limitent Dieu dans leurs vies tandis qu’Il veut tant les oindre pour servir.

Lorsque les disciples s’émerveillèrent des miracles de Christ, Jésus leur répondit: «Dieu a prévu des choses encore plus grandes pour vous! » Un grand nombre d’entre nous sont comme les disciples.
Nous voyons un miracle et nous sommes satisfaits au point d’en parler tout le reste de nos vies.
Cependant, si nous connaissions vraiment le Seigneur et le laissions être Dieu pour nous, nous lui aurions demandé beaucoup plus :

• Nous aurions saisi le ciel par la foi, croyant que Dieu enlèverait les responsables sans foi ni loi dans les villes, les départements et les régions. Nous ferions tomber les principautés et les puissances comme Dieu l’a dit !

• Nous aurions cru que Dieu nous aiderait à saturer notre ville de l’Evangile de Jésus. Nous nous serions levés avec foi contre toute arme forgée contre nous et nous aurions brisé toute forteresse satanique dans nos familles et nos églises.

Notre vision serait sans limite. Nous aurions cru que Dieu pourrait même faire des choses plus grandes pour son royaume !

jeudi 14 octobre 2010

CONNAITRE DIEU COMME IL DESIRE QU’ON LE CONNAISSE

Jésus déclara « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14:9). Nous devons voir Jésus non pas comme un enseignant mais comme le Saint-Esprit nous le révèle- comme Dieu veut qu’on le connaisse et le voit !

Nous devons avoir la vision et le témoignage de Dieu du Christ, alors nous connaîtrons Dieu comme Il veut être connu !

Voici la manière dont Dieu veut que nous voyions son Fils: « Tout don excellent et tout cadeau parfait viennent d’en haut, du Père de toutes les lumières, en qui il n’y a ni changement ni ombre de variation. » (Jacques 1:17)

Jésus était un cadeau! Dieu a emballé toutes ses ressources en Jésus- « Il donna son Fils unique… » (Jean 3 :16) Christ est le don et le cadeau parfait de Dieu pour nous, de la part du Père ! Voyez-vous Jésus comme le cadeau parfait du Père pour vous ? Le considérez-vous comme celui dont vous avez besoin pour vivre avec joie, avec justice, victorieusement, paisiblement et dans le repos ?

Il y a des milliers d’années, avant que vous soyez crée(e) , Dieu vit vos blessures et vos besoins futurs. Il savait bien avant le temps que vous auriez à régler vos problèmes. Il n’a pas emballé sa réponse et envoyé celle-ci dans un livre de règles ou dans un régiment d’hommes ayant réponse à tout.
Non, Il nous donna une solution à toutes nos crises et tous nos besoins- un homme, un chemin, une réponse pour tout ce dont nous avons besoin: Jésus-Christ !

Dieu vous dit: « Je ne veux pas que tu vives pour demain ! Regarde seulement derrière-toi et tu verras qu’aujourd’hui aurait pu être ton meilleur moment. Jésus ne peut être meilleur ou plus fort qu’Il ne l’est maintenant. Pourquoi ne me laisses-tu pas être Dieu pour toi aujourd’hui ? »

vendredi 8 octobre 2010

CONNAITRE SA VOIX

Dieu a tellement à vous donner. Son désir est « d’ouvrir les écluses des cieux et de répandre sa bénédiction et de vous combler de bienfaits. (Malachie 3 :10)

Il est debout dans son entrepôt et Il dit: « je suis un Dieu qui aime et qui donne, mais si peu reçoivent de moi. Ils ne me laissent pas être Dieu pour eux ! »

Bien sûr, nous remercions Dieu pour tout ce qu’Il a fait et nous a déjà donné. Pourtant, nous ne devons pas être satisfaits de ce que nous considérons comme beaucoup ! De nombreux chrétiens sont satisfaits d’être assis dans l’église et de profiter de la présence de Dieu. Ces personnes ne sont rien de plus que des « éponges satisfaites » ! Elles absorbent tout mais elles limitent Dieu dans leurs vies tandis qu’Il veut tant les oindre pour servir.

Lorsque les disciples s’émerveillèrent des miracles de Christ, Jésus leur répondit: «Dieu a prévu des choses encore plus grandes pour vous! » Un grand nombre d’entre nous sont comme les disciples.
Nous voyons un miracle et nous sommes satisfaits au point d’en parler tout le reste de nos vies.
Cependant, si nous connaissions vraiment le Seigneur et le laissions être Dieu pour nous, nous lui aurions demandé beaucoup plus :

• Nous aurions saisi le ciel par la foi, croyant que Dieu enlèverait les responsables sans foi ni loi dans les villes, les départements et les régions. Nous ferions tomber les principautés et les puissances comme Dieu l’a dit !

• Nous aurions cru que Dieu nous aiderait à saturer notre ville de l’Evangile de Jésus. Nous nous serions levés avec foi contre toute arme forgée contre nous et nous aurions brisé toute forteresse satanique dans nos familles et nos églises.

Notre vision serait sans limite. Nous aurions cru que Dieu pourrait même faire des choses plus grandes pour son royaume !

jeudi 7 octobre 2010

LA OU VOUS VOUS TENEZ

Dans Exode 33, Moïse ignorait que Dieu allait le conduire à une plus grande révélation de sa gloire et de sa nature. Cette révélation sera au-delà de l’amitié et de l’intimité. C’est une révélation que Dieu veut communiquer à toutes les personnes blessées.

Le Seigneur dit à moïse qu’il allait lui montrer sa gloire : « L'Éternel répondit : Je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de l'Éternel ; je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde » (Exode 33 :19) Alors, il ajouta, « L'Éternel dit : Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre….Voici un lieu près de moi ; tu te tiendras sur le rocher. Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu'à ce que j'aie passé. » Exode 33: 20-22

Le mot hébreu pour ‘gloire’ dans ce texte signifie « moi-même ». Dieu déclarait à Moïse : « Je passerai moi-même près de toi ». Une traduction dit ceci : » Je te cacherai dans une cavité du rocher, et je de te défendrai avec ma puissance protectrice jusqu’à ce que je sois passé. »

C’est ce que l’apôtre Paul signifie lorsqu’il dit que nous sommes « cachés en Christ ». Quand nous offensons le Seigneur- quand nous péchons sérieusement contre la lumière, nous ne devons pas rester dans notre condition de chute. Au lieu de cela, courons rapidement vers Jésus pour nous cacher dans le rocher qu’Il est. Paul écrivit : « Nos pères…ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. » 1 Corinthiens 10 :1-4

Quelle était immense révélation que le Seigneur donna à Moïse à son sujet ? Quelle est cette vérité le concernant que nous devons garder dans nos cœurs ? C’est celle-ci :

« L'Éternel dit à Moïse …Sois prêt de bonne heure, et tu monteras dès le matin sur la montagne de Sinaï…L'Éternel descendit dans une nuée, se tint là auprès de lui, et proclama le nom de l'Éternel. Et l'Éternel passa devant lui, et s'écria : L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l'iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième génération! » (Exode 34 :1, 2 et 5-7)

Ici se trouve la plus grande révélation, l’image complète de qui est Dieu. Le Seigneur dit à Moïse,
« Rends-toi à ce rocher le matin. Je te donnerai un espoir qui te gardera. Je te montrerai mon cœur comme tu ne l’as jamais vu avant auparavant. Quelle fut cette « gloire » que Moïse sollicita auprès du Seigneur.

Voici cette gloire: « un Dieu qui est plein de miséricorde, de grâce, persévérant et généreux en bonté et vérité, il garde sa miséricorde à toujours, il pardonne les iniquités, les péchés et les transgressions et il ne laissera pas le coupable pour innocent. »

Christ est l’expression complète de cette gloire. En effet, tout ce qui est dans le Père se trouve incarné dans le Fils et Jésus a été envoyé sur terre pour nous apporter cette gloire.

mercredi 6 octobre 2010

UN TEMPS DE RECONNAISSANCE !

C’est pendant un temps de difficultés personnelles récentes que le thème rendre grâce m’est venu à l’esprit. A cette période, des travaux importants devaient avoir lieu dans le bâtiment de l’église. Les problèmes des membres de l’assemblée s’accroissaient. Tout mon entourage semblait faire face à des épreuves et j’en ressentais le fardeau.

Je me rendis à mon bureau et m’assit, j’étais apitoyé sur moi-même. J’ai commencé à me plaindre au Seigneur: « Seigneur, combien de temps me garderas-tu encore dans ce feu ? Combien de temps dois-je prier avant que tu interviennes ? Quand vas-tu me répondre ? »

Soudainement, le Saint-Esprit tomba sur moi, et j’eu honte. Il murmura à mon cœur: « commence à me remercier maintenant, David. Apporte-moi un sacrifice d’actions de grâce, pour toutes les choses que j’ai faites dans le passé pour toi et que je ferai dans le futur. Donne-moi une offrande de reconnaissance et soudainement toute ta perspective sera transformée ! »

Ces mots restèrent imprimés dans mon esprit. Mais je m’interrogeais: « Qu’est ce que cela signifie quand le Seigneur dit ‘un sacrifice de reconnaissance’ ?» J’ai recherché cette expression dans la Parole et j’ai été ébahi à la lecture des références trouvées:

• « Qu'ils offrent des sacrifices d'actions de grâces, Et qu'ils publient ses oeuvres avec des cris de joie ! » (Psaume 107 :22)

• « Je t'offrirai un sacrifice d'actions de grâces, Et j'invoquerai le nom de l'Éternel. » (Psaume 116 :27)

• « Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur ! » (Psaume 95 :2)

• « Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom ! » (Psaume 100 :4)

Nous vivons à une époque où notre souverain sacrificateur a déjà présenté le sacrifice de son propre sang au Père pour l’expiation de nos péchés. Christ a effacé toutes nos transgressions, elles ne seront jamais retenues contre nous. Ainsi, pour nous, l’œuvre d’expiation est terminée.

Pourtant, comme les Israélites, nous devons continuer à venir dans la cour du Seigneur comme dans le psaume 100, avec des actions de grâce et des louanges. Et nous devons apporter 2 «boucs».
« Apportez avec vous des paroles, Et revenez à l'Éternel. Dites-lui : Pardonne toutes les iniquités, Et reçois-nous favorablement ! Nous t'offrirons, au lieu de taureaux, l'hommage de nos lèvres. » (Osée 14 :2)

Le mot « taureaux » ici représente nos lèvres et nos paroles. Le sens de cette phrase en hébreu est :
« nous offrirons nos jeunes bœufs et même nos lèvres. »

Notre offrande d’actions de grâce doit être faite de 2 boucs- une offrande de nos lèvres ou de nos voix. Dieu déclare « apportez en ma présence vos paroles de reconnaissance. Parlez, chantez moi des louanges ! »

Nous n’avons plus à apporter des sacrifices de sang ou d’argent ou d’or pour l’expiation. Au lieu de cela, nous devons lui apporter un sacrifice de louange et de reconnaissance avec nos lèvres : « Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. » Hébreux 13 :15

Le « fruit de nos lèvres » c’est la reconnaissance et les remerciements !

mardi 5 octobre 2010

LE CHANT JUSTE SUR LA MAUVAISE RIVE

Lorsque les enfants d’Israël furent mis à l’épreuve, étaient-ils supposés exprimer de la reconnaissance et offrir des actions de grâce au Seigneur ? Tandis qu’ils étaient dépassés et maintenus dans une situation sans espoir, Dieu s’attendait-il véritablement à ce qu’ils aient une telle réaction ? Oui, absolument!

C’était le secret pour sortir de cette difficulté. Voyez vous, au travers de nos périodes de troubles et d’épreuves invraisemblables, Dieu veut quelque chose de spécial venant de nous.Il veut que nous lui offrions un sacrifice d’actions de grâce au milieu de nos circonstances déroutantes !

Je crois que Jacques avait découvert cette vérité quand il affirma : « …considérez comme un sujet de joie, les diverses épreuves… » (Jacques 1:2) Il disait « n’abandonnez pas ! Construisez un autel dans vos cœurs et offrez des sacrifices d’actions de grâce avec joie dans vos situations difficiles. »

Bien sûr, les enfants d’Israël n’offrirent ni louanges ni actions de grâce au Seigneur sur la rive de l’épreuve, mais ils le firent du mauvais côté de la Mer Rouge ! Oui, le peuple fut dans la joie toute la nuit mais Dieu n’eut pas de plaisir en cela. Tout le monde peut crier de reconnaissance après la victoire. Mais la question que Dieu posa à Israël fut : « M’adorerez-vous avant que je vous envoie du secours alors que vous êtes en pleine bataille ? »

Je crois que si le peuple d’Israël s’était réjoui sur la rive de l’épreuve de la Mer Rouge, il n’aurait pas été testé à nouveau aux eaux de Mara. Ayant réussi le test de la Mer Rouge, les eaux de Mara n’auraient pas été amères mais douces. Et Israël aurait vu l’eau jaillir partout dans le désert au lieu d’avancer assoiffé.

Dieu, aide-nous à chanter le chant juste sur la rive de nos épreuves. Cela apporte la plus grande source de bonheur à notre Père céleste.

Traversez-vous actuellement le temps le plus difficile de votre vie ? Alors chantez! Adorez! Dites au Seigneur, « tu peux le faire, tu m’as délivré auparavant et tu peux me délivrer maintenant. Je me repose dans ta joie! »

lundi 4 octobre 2010

UN SACRIFICE D’ACTION DE GRACE

Un des versets les plus importants de l’Ecriture se trouve dans la première épître de Pierre. L’apôtre parle de la nécessité d’avoir une foi éprouvée : « afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable, qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra, » (1 Pierre 1:7)

Dans le même passage, Paul nous parle des choses auxquelles nous devons nous attendre quand notre foi est testée : « … quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves, » (v6)

Le mot grec utilisé pour épreuve ici signifie « prouver, examiner, éprouver avec des difficultés et des oppositions. » Pierre dit, « si vous suivez Jésus Christ, alors vous allez avoir de lourdes épreuves et tentations. Vous allez être sévèrement testés ! »

Ce passage suggère ce que Dieu déclare « Votre foi m’est précieuse- plus précieuse que toutes les richesses du monde qui disparaîtront un jour. Et à la fin des temps- quand l’ennemi déploiera toute sorte de mal contre vous- je veux que soyez capables de vous lever avec force et avec une foi inébranlable. »

Plus loin, il dit, « Pendant chaque jour sombre, je vous garderai et je vous bénirai.Votre rôle est simplement d’avoir foi en moi. Vous serez gardés par ma puissance au travers de la foi ! »

Pierre nous dit: « le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux » (2 Pierre 2 :9) Le mot grec ici pour épreuve signifie « testé par l’adversité ».

Paul écrivit: « Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » (1 Corinthiens 10:13).

C’est clair, Dieu ne veut pas nous garder dans l’épreuve. Pourquoi voudrait-il que nous soyons maintenus au milieu de la tentation et de l’affliction ? Il ne tire aucune gloire à tester des enfants- mais il en a du résultat de nos épreuves !

Il n’y a qu’une façon d’échapper à nos épreuves- et c’est en réussissant le test. Pensez à cela: quand vous étiez à l’école, comment vous en êtes-vous sorti ? Vous avez réussi l’examen final. Si vous aviez échoué, vous auriez redoublé.

Ce fut le cas avec l’ancien Israël, quand Dieu les conduisit à la Mer Rouge. Dieu était en train de tester son peuple, les éprouvant et les mettant à l’épreuve.Il les conduisit au seuil de la destruction- entourés des montagnes des 2 côtés, la mer d’un côté et un ennemi en route de l’autre côté.

Pourtant, le Seigneur mis Israël dans cette situation car Il s’attendait à une certaine réaction de sa part. Il voulait que son peuple reconnaisse son incapacité. Ils voulaient les entendre dire « nous nous souvenons comment le Seigneur nous a délivré des plaies. Nous nous rappelons comment Il nous a sorti de la fournaise d’affliction quand nous devions faire des briques sans paille ni repos. Alors Dieu nous délivra et Il le fera encore ! Réjouissons-nous de sa fidélité. Il est Dieu et Il nous a donné des promesses qu’Il tiendra. Il nous gardera de tout ennemi qui viendra contre nous. »

vendredi 1 octobre 2010

CONNAITRE DIEU

Je suis sur le point de vous faire une déclaration choquante, et je pèse chacun de mes mots : je ne connais pas véritablement Dieu ! En fait, je ne le connais pas comme lui veut que je le connaisse.

Comment puis-je le savoir ? Le Saint-Esprit me l’a dit. Il m’a murmuré affectueusement, « David, tu connais pas Dieu comme il voudrait que tu le connaisses. Tu ne le laisses pas être Dieu en toi. »

Dans l’ancien testament, Dieu conduisit un peuple auprès de lui- un peuple pas plus riche ou intelligent que les autres- uniquement pour être son Dieu : « Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu, et vous saurez que c'est moi, l'Éternel, votre Dieu » (Exode 6:7). Dieu déclara « je vais vous enseigner à être mon peuple- afin que je sois votre Dieu ! »

En fait, Dieu se révéla et se manifesta à plusieurs reprises à son peuple. Il envoya des anges. Il leur parla audiblement. Il accomplit chaque promesse avec de grandes délivrances. Pourtant, après 40 ans de miracles, de signes et de prodiges, Dieu fait la déclaration suivante au sujet de son peuple : « vous ne me connaissez pas- vous ne connaissez pas mes voies ! »

« Pendant quarante ans j'eus cette race en dégoût, Et je dis : C'est un peuple dont le coeur est égaré ; Ils ne connaissent pas mes voies. » (Psaume 95:10). Dieu dit:” Dans tout cela, vous ne m’avez jamais laissé être Dieu ! Pendant ces 40 années où j’ai voulu vous enseigner, vous ne me connaissez toujours pas, vous ne savez même pas comment j’oeuvre ! »

Dieu est toujours à la recherche de personnes qui le laisseront être Dieu dans leur vie au point où ils le connaîtront véritablement et apprendront ses voies !

L’Ecriture déclare au sujet d’Israël : « Ils ne cessèrent de tenter Dieu, Et de provoquer le Saint d'Israël. » (Psaume 78 :41) Israël se détourna de Dieu par son incrédulité et de même, je crois qu’aujourd’hui, nous limitons Dieu par notre incrédulité et nos doutes.

Nous faisons confiance à Dieu dans la plupart des domaines de notre vie- mais notre foi a toujours des limites et des frontières. Nous avons au moins un domaine que nous barricadons car nous ne croyons pas réellement que Dieu va s’en charger pour nous.

Je limite Dieu dans le domaine de la guérison. J’ai prié pour la guérison physique de beaucoup et j’ai vu Dieu faire des miracles successivement. Mais quand il s’agit de mon propre corps, je limite Dieu ! J’ai peur de le laisser être Dieu en moi. Je m’administre des médicaments ou je cours chez le docteur avant même que je prie pour moi-même ! Je ne dis pas qu’il est mauvais d’aller chez le docteur mais parfois je fais partie de ceux qui ne cherchent pas le Seigneur mais des médecins. (2 Chroniques 16 :12)

Je vous pose la question suivante : priez-vous que le Seigneur fasse tomber les murs en Chine et à Cuba- mais quand il s’agit du salut de votre propre famille, vous n’avez pas un gramme de foi ? Vous pensez « Dieu ne veut pas faire cela. Mon bien-aimé est un cas difficile. Dieu ne semble pas m’entendre à ce sujet. »

Si cela est vrai, vous ne le considérez pas comme Dieu ! Vous ignorez ses voies ! Le désir de Dieu est de faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons» (Ephésiens 3:20)

Les soixante dix anciens mangèrent et burent dans la présence de Dieu sur la montagne. Pourtant, le Seigneur déclara à leur sujet : « Vous ne me connaîtrez jamais ni mes voies ni moi-même ! »

Les disciples passèrent 3 ans dans la présence de Dieu- avec Christ, qui était Dieu incarné. Ils assistèrent à ses enseignements et furent avec lui jour et nuit. Malgré cela, à la fin, ils l’abandonnèrent et fuirent- parce qu’ils ne connaissaient pas ses voies!

Jésus dit que Dieu n’écoute pas nos prières ou louanges simplement parce que nous les répétons en boucle pendant des heures. Il est possible de prier, jeûner et faire des choses justes sans pour autant avoir faim de le connaître et comprendre ses voies. Nous n’apprenons pas seulement ses voies dans le lieu secret bien que tous ceux qui le connaissent aient une intimité avec lui. Vous ne pouvez pas connaître Dieu sans passer de temps avec lui en prière. Mais la prière doit inclure un temps de qualité où on laisse Dieu être Dieu- déposant chaque besoin et requête dans ses mains sans les reprendre.