mercredi 24 mars 2010

LA LIBERATION DE L'ESCLAVAGE DU PECHE DOIT ETRE ACCEPTEE PAR LA FOI

La foi est quelque chose que tu dois mettre en action à partir de ce que tu sais. La connaissance n'est rien si elle n'est pas traduite en actes.

Les enfants d'Israël ont reçu la promesse que Dieu leur avait donné Canaan. Cette information n'aurait rien changé pour eux s'ils étaient restés esclaves en Egypte. Mais la Bible dit : “C'est par la foi qu'[ils quittèrent] l'Égypte... C'est par la foi qu'ils traversèrent la mer Rouge comme un lieu sec.” (Hébreux 11:27-29)

Les Israëlites ne sont pas allés jusqu'aux frontières de Canaan, lançant une volée de flèches et espérant que les armées ennemies tomberaient aussitôt. Le pays était à eux, mais ils devaient en prendre possession peu à peu, en livrant combat.

Qu'est ce que cela a à voir avec le fait de remporter la victoire sur le péché, me diras-tu? Tout! Christ à mis fin à la notion d'esclavage au péché en te déclarant délivré de sa domination, mais tu as besoin d'y croire jusqu'à être amené à faire quelque chose de cette déclaration.

Ce n'est pas suffisant de dire : « Oui, je crois que Christ pardonne les péchés. Je crois qu'il est Seigneur. Je sais qu'il peut briser le puissance du péché dans ma vie. » Tu consens mentalement à ce que tu as entendu, mais la foi, c'est plus que cela. Avoir la foi, c'est se baser sur ces promesses et agir en conséquence. Les croyants remportent la victoire sur la puissance du malin au travers de la foi. La véritable foi est la seule chose qui puisse t'aider à tenir ferme face aux assauts de la tentation. La maîtrise de soi est possible uniquement lorsque nous acceptons par la foi la vérité sur notre délivrance.

« Car l'amour de Dieu consiste a garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. » (1 Jean 5:3-4)

« Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen ! »(1 Pierre 5:8-11)

lundi 22 mars 2010

NOUS NE SOMMES PLUS ESCLAVES

Abraham Lincoln est décrit comme ayant “libéré les esclaves” avec sa proclamation d'émancipation. Ce document officiel déclarait que l'esclavage était terminé et que tous les esclaves devaient être libres.

Quand cette nouvelle a atteint les plantations du sud du pays, beaucoup d'esclaves n'y ont pas cru. Ils ont continué à travailler pour leurs maîtres en tant qu'esclaves, persuadés que la promesse de liberté était un leurre. Beaucoup de propriétaires terriens peu scrupuleux leur ont dit que c'était juste une rumeur et les ont gardé sous leur coupe. Mais peu à peu, la vérité a gagné du terrain, lorsqu'ils ont vu d'autres esclaves vivre leur vie, heureux de leur nouvelle liberté. Un par un, ils ont déposé leur fardeau, ont tourné le dos à leur esclavage et ils ont quitté leurs maîtres, marchant vers une nouvelle vie.

Peut-être ne l'as-tu pas encore entendu,ou peut-être cela te paraît-il trop beau pour être vrai, mais Christ a libéré tous les esclaves du péché au Calvaire. Maintenant tu peux quitter le mal! Tu peux déposer ton fardeau de péché et marcher loin de la domination de Satan, pour entrer dans une nouvelle vie de liberté.

Laisse moi te montrer ce que la Bible veut dire quand elle parle de mourir au péché. Quand Lincoln a proclamé la liberté pour les esclaves, la “notion” d'esclavage est morte. Pas l'esclavagiste, ni l'esclave. L'esclave a pu s'en aller libre, se disant “l'esclavage est une notion qui est morte”.

L'esclave pouvait encore retourner à son champ de coton et y travailler, peut-être par peur ou par habitude, mais cela ne faisait pas de lui un esclave à nouveau pour autant. Il était libre, mais il avait à choisir de se saisir de cette liberté. La proclamation ne pouvait pas forcer les esclaves à partir, les maîtres ne pouvait les obliger à rester : cela dépendait uniquement de la décision de l'esclave.

La Bible dit : “...car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui.” “Romains 6:7-8)
Ce qui signifie ceci : Dans la mesure où la notion de ton esclavage envers le péché est morte, dans la mesure où Christ t'a déjà émancipé, tu es maintenant libre de vivre une nouvelle vie en Christ, te sachant libéré des chaînes qui te retenaient.

Christ ne peut pas te forcer à faire ce qui est juste, et Satan ne peut pas te forcer à faire ce qui est mal. Christ déclare que tu es libre par la foi, à toi d'agir en tant que personne libérée.

vendredi 19 mars 2010

DIEU A UN PLAN DE SECOURS POUR CHAQUE CROYANT

Aussi peu sûr que le monde puisse devenir, le peuple de Dieu peut se détendre et garder la joie, car leur Seigneur leur a promis une protection particulière lorsque c'est nécessaire.

Dieu n'avait-il pas un plan de sauvetage pour les enfants d'Israël lors de la famine mondiale? Il a envoyé Joseph en Egypte, l'a promu premier ministre et a rempli les greniers avec assez de grains pour survivre à la famine. Il a ensuite transporté son peuple jusqu'à ses réserves de nourriture et leur a permis d'être nourris pendant toute la durée de la famine.

Dieu n'avait-il pas un plan pour Elie? Pendant que sa nation subissait un effondrement du système économique et un manque de nourriture dû à une sévère famine, alors même qu'un mauvais roi voulait sa tête, Dieu a mis en route son plan de sauvetage pour Elie. Il l'a mené dans un coin tranquille et l'a fait nourrir par un oiseau. Le plan de survie incluait même un mystérieux baril de grain qui ne se vidait jamais.

Et que dire de Noé? Quel plan détaillé Dieu avait pour lui et pour sa famille! Une arche, le gardant en sécurité, lui et sa famille, au-dessus de la mort et de la destruction complète d'un monde submergé par le déluge.

Et Lot? Dieu a envoyé des anges uniquement pour l'emmener, lui et ses enfants, hors de la cité de Sodome. Les mains de Dieu sont restées liées jusqu'à ce que Lot soit sain et sauf hors des murs de la cité. C'était bien plus que la perte d'un travail, plus que l'effondrement du système économique, plus que la chute du gouvernement : c'était l'annihilation complète de sa société. Mais Lot fut sain et sauf.

Paul a prouvé les dispositions d'urgence de Dieu encore et encore! Cet apôtre a été naufragé, poursuivi par des voleurs, emprisonné, accusé de trahison, été victime de tentative de meurtre, et pourtant, lors de chacune de ces crises, Dieu avait un plan de délivrance. Ce n'est que lorsque sa course a été achevée que Dieu a mis en place le dernier de ses plans d'urgence. Le plan de sa résurrection.

Pour nous aussi il a un plan de survie, spécifique à chaque croyant.

Ne le remettons pas en question : Dieu nous aidera à traverser chaque crise dans nos vies!

mercredi 17 mars 2010

LA CROIX NOUS ENSEIGNE COMMENT RENONCER A NOUS MEME

Jamais Dieu ne nous dira : “Penche-toi et laisse moi poser une croix sur toi.” Jésus n'enrôle pas : son armée est uniquement composée de volontaires. Les chrétiens ne portent pas tous une croix. Tu peux être croyant sans porter de croix, mais tu ne peux pas être un disciple.

J'ai vu beaucoup de croyants rejeter la voie de la croix. Ils ont opté pour une vie prospère, avec la possibilité de gains matériels, de popularité et de succès. Je suis sûr que beaucoup d'entre eux iront au paradis, ils auront sauvé leur peau, mais ils n'auront pas appris à connaître le Christ. Ayant rejeté la souffrance et la peine de la croix, ils ne pourront pas le connaître et se réjouir en sa présence pour l'éternité, comme le pourront ceux qui auront accepté de souffrir.

Tu devras porter ta croix jusqu'à ce que tu aies appris le renoncement. Le renoncement à quoi? A la chose qui sape constamment le travail de Dieu dans notre vie : nous-même. Jésus dit : “Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive.” (Matthieu 16:24). Nous faisons une mauvaise interprétation de ce passage si nous appréhendons le renoncement à nous-même comme étant le fait de renoncer au choses matérielles ou illégales. Jésus ne nous demande pas d'apprendre à nous discipliner avant de prendre la croix. C'est bien plus sévère que cela. Jésus nous demande le renoncement à nous-mêmes. Cela implique de renier notre propre capacité à porter quelque croix que ce soit par nos propres moyens. En d'autres termes : “Ne te charge pas de ta croix, jusqu'à ce que tu ne sois prêt à rejeter la pensée suivante : je crois que peux devenir un disciple saint en résultat de tes propres efforts”

Des millions de chrétiens pratiquants affichent leur renoncement à eux-mêmes : ils ne boivent pas, ne fument pas, ne jurent pas ou ne se livrent pas aux plaisirs de la chair. Ils sont des exemples d'auto-discipline rigoureuse. Mais jamais ils ne pourraient admettre qu'ils le font autrement que par leur propre volonté. Ils pratiquent le renoncement, mais ils n'ont pas renoncé à eux-mêmes. Dans une certaine mesure, nous sommes tous ainsi. Nous expérimentons des sursauts de sainteté, accompagnés par un sentiment de pureté. Lorsque nous effectuons un bon travail, il nous fait nous sentir bien. Mais Dieu ne nous permet pas de penser que notre travail ou nos belles habitudes peuvent nous sauver. C'est pour cette raison que nous avons besoin de la croix.

Je crois que Jésus nous dit en fin de compte : “Avant de prendre ta croix, soit prêt à faire face à la vérité. Soit prêt à expérimenter des moments de crise au travers desquels tu apprendras à renoncer à ta propre volonté, à ta propre droiture, ta propre suffisance, ta propre autorité. Tu peux t'élever et me suivre comme un vrai disciple uniquement lorsque tu auras librement admis le fait que tu ne peux rien par tes propres forces. Tu ne peux pas échapper au péché par la seule force de ta volonté, tes tentations ne peuvent pas être vaincues par tes propres efforts, tu ne peux pas résoudre tes problèmes par ta propre intelligence.”

Ton amour pour Jésus peut te mettre à genoux, mais la croix t'amènera jusqu'à terre.

jeudi 11 mars 2010

IL LE FAIT AU TRAVERS DE SA VIE

Permettez-moi de vous dire comment Dieu amène les gens dans sa maison, comment il leur parle et comment il les sauve. Il le fait dans la vie. Le Seigneur construit son Eglise à travers les témoignages de lumière qui brillent dans la vie de ceux qui l'aiment. Et il est capable de faire cela non pas parce que ces serviteurs utilisent les bonnes méthodes, mais parce qu'ils les vivent la vie.

La vie du Christ produit la lumière dans les maisons, dans les quartiers, dans les villes, dans les lieux de travail. Comment obtient t on cette vie? Il en revient à chaque saint vivant dans la droiture, au-delà de tout reproche, à être des exemples de la miséricorde de Dieu. Ces serviteurs traitent honnêtement, avec abnégation, sans se laisser atteindre par les ténèbres. Ils mènent une vie entièrement consacrée à Jésus, et sont prêts à servir les autres.

Paul parle du serviteur "qui connais sa volonté, qui apprécies la différence des choses, étant instruit par la loi; toi qui te flattes d'être le conducteur des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres,s" (Romains 2: 18-19). Ces saints que Paul décrit doivent être félicités.

Permettez-moi de vous donner un exemple de la lumière. Récemment, le PDG d'une société à New York a appelé notre église. Le pasteur Neil a pris l'appel. Le PDG a parle au pasteur Neil de deux femmes de notre église qui travaillent pour lui. Il a dit qu'elles n'étaient pas comme les autres dans son bureau. Ces deux femmes ont été toujours courtoises, souriantes, utiles aux autres, ne se plaignent jamais. «Il y a quelque chose de différent à leur sujet", a-t- il dit. “Je tiens à vous rencontrer pour savoir quelle est la différence.”

Ces femmes ont été des chandeliers célestes, placés dans leur emploi par Jésus. Et la lumière a brillé, elles ont illuminé tout le travail. Comment? Elles avaient la vie du Christ en eux. Leur patron a reconnu qu’il y a quelque chose au-delà de ce que ce monde a à offrir.

Ce PDG était juif. Pensez-vous qu'il aurait répondu à une invitation pour assister à une réunion de réveil ? Pourrait-il avoir lu un paquet de documents produits par une église ? Non, il aurait lancé le tout dans "Fichier 13" et ne plus jamais regardé à cela. Cet homme a répondu à la vraie lumière; une lumière née de vies cachées dans le Christ, et vécues quotidiennement par ces deux femmes humbles.

Nous ne sommes en mesure d'apporter la lumière à nos communautés seulement si nous sommes pleinement de la vie du Christ nous-mêmes. Nous avons à vivre le message que nous apportons, si nous voulons prêcher avec n'importe quel pouvoir. Dieu nous aide à rappeler que la lumière brille à travers les petites choses de la vie.

mardi 9 mars 2010

LE FILS PRODIGUE ET LE PERE

Je pense que le fils prodigue (cf. Lc 15) est rentré à la maison en raison de son histoire avec son père. Ce jeune homme connaissait le caractère de son père, et apparemment il avait reçu un grand amour de sa part. Sinon, pourquoi serait-il revenu à un homme qui aurait été en colère et qui aurait voulu se venger, qui l’aurait battu et lui aurait fait rembourser chaque cent gaspillé?

Le fils prodigue sûrement savait que s'il retournait, il ne serait pas condamné pour ses péchés. Il a probablement pensé: « Je sais que mon père m'aime. Il ne jettera pas mon péché dans mon visage. Il m’acceptera. "Quand vous avez ce genre d’histoire, vous pouvez toujours retourner à la maison.

Notez que le père du fils prodigue l’a couvert de bénédiction de bonté. Le jeune homme avait l'intention d'offrir une confession sincère à son père, parce qu'il l’avait répété tout le chemin du retour. Pourtant, quand il affronta son père, il n'a même pas eu la chance de pleinement avouer. Son père l’a interrompu en courant vers lui et en l’embrassant.

"Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa" (Luc 15:20). Le père était si heureux que son fils soit de retour qu’il l’a couvert des baisers avec lui, en disant:"Je t'aime, fils. Viens dans la maison et soit rétabli."

Le père a fait tout cela avant que son fils puisse achever ses aveux. Le jeune homme a pu simplement débuter son discours. Mais son père n'a pas attendu la fin. Pour lui, le péché du jeune homme avait déjà été réglée. La seule réponse du père a été de donner un ordre à ses serviteurs : “ Mettez une robe à mon fils et un anneau sur ses doigts. Préparez une fête, parce que nous allons célébrer. Que tout le monde se réjouisse car mon fils est la maison! "

Pour le père, il n'était plus question de péché. La seule question sur son esprit était l'amour. Il voulait que son garçon sache qu'il a été accepté, même avant de prononcer une parole de confession. Et c'est là que Dieu veut nous conduire: Son amour est plus grand que tous nos péchés. "la bonté de Dieu te pousse à la repentance?" (Romains 2:4).

lundi 8 mars 2010

JESUS ET LES TEMPETES

Jésus a envoyé ses disciples à bord d'un bateau qui allait subir une collision. La Bible dit : “il obligea les disciples à monter dans la barque” qui allait connaître des mers agitées, où ils seraient secoués comme des bouchons de liège, comme s'ils étaient à bord d'un mini-Titanic. Et Jésus le savait dès le départ.

“ Aussitôt après, il obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l'autre côté, pendant qu'il renverrait la foule.”(Matthieu 14:22)

Où était Jésus? Il était au sommet de la montagne dominant la mer. Il était là pour prier pour eux, afin qu'ils n'échouent pas au test qu'il avait devoir arriver. Le voyage en barque, la tempête, les grosses vagues, les vents faisaient tous partis d'une épreuve préparée par le père. Ils étaient sur le point d'apprendre la plus grande des leçons : comment reconnaître Jésus dans la tempête

.Jusqu'à ce moment, les disciples le connaissaient comme étant le faiseur de miracles, l'Homme qui changeait les pains et les poissons en nourriture miraculeuse. Ils le connaissaient comme étant l'ami des pêcheurs, celui qui amenait le salut à toute l'humanité. Ils le connaissaient comme étant celui qui répondait à leurs besoins, payant même leurs taxes avec l'argent trouvé dans la bouche d'un poisson.

Ils connaissaient Jésus comme étant “le Christ, le fils de Dieu.” Ils savaient qu'il avait les paroles de la vie éternelle. Ils savaient qu'il avait autorité sur toutes les oeuvres du Malin. Ils le connaissaient comme étant un enseignant, leur apprenant comment prier, pardonner, lier ou délivrer. Mais ils n'avaient pas appris à reconnaître Jésus dans la tempête.

C'est la cause de beaucoup de nos problèmes aujourd'hui. Nous croyons que Jésus peut guérir ou accomplir des miracles. Nous croyons qu'il nous sauve et pardonne nos péchés. Nous regardons à lui quand nous sommes dans le besoin et nous croyons qu'il nous amènera un jour dans la gloire. Mais quand une tempête soudaine nous tombe dessus et qu'il nous semble que tout s'écroule autour de nous, il nous est difficile de voir Jésus près de nous. Nous ne pouvons pas croire qu'il permet la tempête pour nous enseigner comment placer notre confiance en lui. Nous ne sommes jamais certains de sa présence à nos côtés quand les choses sont vraiment difficiles.

Les disciples avaient une leçon à tirer de cette tempête, juste une! Une simple leçon, pas quelque chose de profond, de mystique, capable de faire trembler la terre. Jésus voulait simplement qu'ils se confient en leur Seigneur dans chacune des tempêtes de leur vie. Il voulait simplement qu'ils puissent rester dans la joie et la confiance, même dans les heures les plus sombres de l'épreuve. C'est tout!

vendredi 5 mars 2010

ALLER DANS L’ESPRIT

Vous pouvez aller "dans l'Esprit" vers toutes les nations de la terre. Vous pouvez toucher une personne non encore visitée lorsque vous etes sur vos genoux. En effet, votre chambre secrète peut devenir le siège d'un mouvement de l'Esprit de Dieu sur un ensemble de nations.

Je pense à l'exemple d'Abraham. Il a prié pour la ville la plus impie, Sodome. Le Seigneur lui répondit: «Si je trouver dans Sodome cinquante justes au milieu de la ville, je pardonnerai a toute la ville a cause d’eux." (Genèse 18:26).

Quand Abraham a entendu cela, il a commencé à négocier avec le Seigneur. Il a demandé, "Peut etre des cinquantes justes en manquera-t-il cinq ?" (18:28). Abraham a demandé, " Seigneur, s’il n’y a que quarante-cinq justes parmi les cinquante croyants? Que faire s’il n’y a que ce nombre en prière? Ou, s’il n'y a que dix personnes droites qui te cherchent? Si seulement dix crient à toi, épargneras tu à la ville? "Dieu répondit à Abraham," Je ne vais pas détruire la ville pour le bien de dix "(18:32).

Ce passage nous dit quelque chose à propos du Seigneur. Il est disposé à mettre des sociétés entières s'il peut trouver un groupe de personnes juste en leur sein. Cela parle de personnes qui cherchent son visage dans l'intérêt de leur nation.

Dieu va encore plus loin sur cette question que ce qu'il a fait avec Abraham. Dans Ezéchiel 22, Dieu parle seulement de trouver un croyant en prière qui se tiendrait dans l'avenir: "Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas; mais je n'en trouve point.»(Ézéchiel 22:30).

Au moment de la prophétie d'Ézéchiel, Israël a été polluée spirituellement. Les prophètes étaient profanes, en violation de la loi de Dieu à gauche et à droite. Et les gens sont opprimés, vexés de tous, pleins de convoitise, avec le désir de voler l’autre. Pas un seul d'entre eux n’a crié au Seigneur. Personne ne se tient sur la brèche pour intercéder. Pourtant, Dieu aurait sauvé la nation tout entière en faveur du juste intercesseur.

Si vous ne pouvez pas aller physiquement aux nations, vous pouvez faire partie du corps d'intercesseurs. Et nous voulons aider ceux qui se sont donné pour aller vers les pays. Quand Paul parle de ses voyages, il mentionne non seulement Timothy Titus et ses assistants, mais aussi Lydia et les autres femmes précieuses qui l’aident. Il s'agit de tous les serviteurs dévoués dont l'assistance a aidé des nations entières à être en contact avec l'Evangile.

jeudi 4 mars 2010

PRIE LE SEIGNEUR DE LA MOISSON

Comme Jésus, de son temps, regardait a la fin des temps, il a fait observer un terrible problème. Il a dit à ses disciples: "La moisson est grande mais il y a peu d’ouvriers» (Matthieu 9:37).

En lisant ces paroles, je me demande, "Quelle est la solution? Comment accroître le nombre d’ouvrier pour aller vers les nations? Jésus donne la réponse, dans le verset suivant: Quelqu'un a de prier ces ouvriers dans la moisson. «Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson» ((Matthieu 9:38).

Vous pouvez penser que "Les portes se ferment partout dans le monde." Cela peut être vrai, mais cela n'a pas d'importance de constater a nos propres yeux que certains pays sont fermés. Si Dieu peut démonter le rideau de fer en Europe et le rideau de bambou en Asie, rien ne peut l'empêcher de travailler où il le fera.

Dans les années 1980, alors que le siège de notre ministère était au Texas, j'ai passé un an en priant que Dieu envoie quelqu'un à New York pour créer une église à Times Square. Je me suis engagé à aider la personne choisie par Dieu à recueillir des fonds, tenir des réunions, et mettre le tout en place. Pourtant, alors que j'étais en prière à Dieu pour envoyer un ouvrier dans cette moisson, le Seigneur mis cette charge sur moi.

L'apôtre Paul a été envoyé comme missionnaire à travers la puissance de la prière. Il est arrivé à Antioche, où les dirigeants de l'église étaient en prière pour la moisson (voir Actes 13:2-6).Le premier voyage missionnaire de Paul est sorti d'une rencontre de prière. Il a été le résultat direct de la piété des hommes obéissant à la parole de Jésus qui leur demande de prier Dieu d'envoyer des ouvriers dans la moisson.

Il en est de même aujourd'hui. Nous devons être capables de prier pour la récolte, tout comme ces hommes pieux d’Antioche. Le fait est que alors que nous sommes en prière, le Saint-Esprit recherche la terre en mettant une urgence dans le cœur de ceux qui désir être utilisé par le Seigneur. Il touche le coeur des gens partout dans le monde en les mettant à part pour son service.

Dans Matthieu 8, un Centurion vint vers Jésus à la recherche de la guérison de son serviteur qui était en train de mourir. Christ a répondu à ce centurion: «Va, qu’il te soit fait selon ta foi. Et à l’heure même le serviteur fut guéri.» (8:13). Je pense que la même chose se produit avec tous ceux qui intercèdent pour la moisson. Alors que nous demandons à Dieu d'envoyer des ouvriers, le Saint-Esprit suscite quelqu'un quelque part et le lieu ou cela se passe n'a pas d'importance. La puissante vérité est que nos prières sont utilisées pour envoyer des ouvriers dans la moisson.

mercredi 3 mars 2010

LE PARDON ILLIMITE DE DIEU

Mon cher ami, ne limite jamais le pardon de Dieu à ton égard! Il n'y a pas de limite à son pardon. Jésus a dit à ses disciples “Et si [ton frère] a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant : Je me repens, -tu lui pardonneras.” (Luc 17:4)

Peux-tu croire en une telle chose? Sept fois dans une seule journée cette personne va commettre un péché devant mes yeux puis dire : “je suis désolé”. Et je dois lui pardonner, continuellement. Combien plus notre Père céleste pardonne à ses enfants qui se repentent! Ne t'arrête pas pour essayer de rationaliser et ne te demandes pas comment ou pourquoi il pardonne si gratuitement. Accepte-le, tout simplement!

Jésus n'a pas dit : “Pardonne à ton frère une ou deux foi, puis dis-lui d'aller et de ne plus pécher. Dis lui que s'il recommence encore une fois, il sera retranché. Dis lui qu'il est un continuel pécheur.” Non! Jésus nous appelle à un pardon illimité et désintéressé!

C'est dans la nature de Dieu de pardonner. David a dit :” Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent.” (Psaumes86:5). Dieu attend à cet instant même de te plonger dans la joie du pardon. Tu as besoin d'ouvrir toutes les portes et fenêtres de ton âme et de laisser son Esprit te recouvrir de son pardon.

Jean, parlant en tant que chrétien écrivit : “Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.” (1 Jean 2:2)

D'après Jean, le but de chaque chrétien est de ne pas pécher. Cela signifie que le chrétien ne tend pas vers le péché mais tend vers Dieu. Que se passe-t'il quand cet enfant « tendant-vers-Dieu » pêche?

“Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.” (1Jean 2:1)

“Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.” (1 Jean 1:9)

Abandonne ta culpabilité, mon ami. Tu n'as pas besoin de porter ce poids une minute de plus. Ouvre les portes et les fenêtres de ton coeur et laisse entrer l'amour de Dieu. Il te pardonne, encore et encore! Il te donnera le pouvoir de transformer tes combats et victoire. Si tu lui demandes, si tu te repens, tu es pardonné! Accepte-le, maintenant!

mardi 2 mars 2010

LE DANGER DE LA CULPABILITE

La culpabilité est dangereuse car elle détruit la foi. L'ennemi de notre âme n'essaye pas de faire des chrétiens des adultères, des drogués ou des prostitués. Il s'intéresse à une seule chose : que les chrétiens perdent la foi. Il utilise les désirs de la chair pour enchaîner l'esprit.

Satan veut que tu sois tellement écrasé par ta culpabilité que tu en abandonnes ta foi. Il veut que tu doutes de la fidélité de Dieu et que tu penses que personne ne se soucie vraiment de toi ; que tu vas vivre dans la misère et le coeur brisé ; que tu seras toujours esclave de tes désirs ; que la sainteté de Dieu est inatteignable ; que tu es seul pour résoudre tes problèmes ; que Dieu ne s'intéresse plus à tes besoins ni à ce que tu ressens. S'il parvient à t'amener à ce désespoir, il peut te remplir d'incrédulité, et il a accompli sa mission. Les trois pas tout simple vers l'athéisme sont la culpabilité, le doute et l'incrédulité.

La culpabilité peut dévorer la vitalité d'un chrétien tel un cancer. Cela peut conduire une personne à perdre le contrôle de sa vie, cela mène à un désir de se retirer de toute forme d'activité spirituelle et en fin de compte, cela mène à une peine physique et à la maladie. Tout comme le cancer, la culpabilité se nourrit d'elle-même jusqu'à ce que toute vie spirituelle soit partie, et elle débouche sur de la faiblesse, des sentiments de honte et d'échec.

Le moyen de se débarrasser de la culpabilité est de se débarrasser su péché, ce qui peut paraître simple, mais ne l'est pas. On ne peut pas simplement obliger son esprit à abandonner cette “troisième partie” qui est entrée dans notre vie. Beaucoup ont essayé et ont expérimenté que ça ne marche pas. On ne peut pas simplement s'éloigner des choses qui nous lient.

La démarche la plus importante que l'on puisse faire dans sa vie est celle que l'on fait juste après avoir manqué envers Dieu. Vas-tu croire les mensonges de l'accusateur et sombrer dans le désespoir ou vas-tu accepter de recevoir le pardon de l'amour de Dieu.

Crains-tu de demander son pardon parce que tu n'es pas vraiment sûr de vouloir être libre de cette chose qui te tient lié? Veux-tu suivre Dieu, mais tout en désirant quelque chose qui ne t'appartient pas? Dieu peut répondre à une prière sincère, il peut faire que tu désires vraiment faire sa volonté parfaite. Demande lui de te rendre capable et désireux de faire sa volonté.

lundi 1 mars 2010

NOUS POUVONS ENTENDRE SA VOIX AUJOURD'HUI

Des millions de personnes se sont converties parce qu'un homme était à l'écoute de Dieu. Saul “tomba à terre et entendit cette voix”. Une fois devenu Paul, il continua à l'entendre. Dieu lui parlait directement, sans intermédiaire.

Pierre a permis à la voix du Sauveur de l'atteindre. “ Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier... Et une voix lui dit...” (Actes 10:9-13).

Les païens purent entrer dans le Royaume, tout comme la maison de Corneille, grâce à l'obéissance d'un homme à la voix de Dieu. Nous vivons dans le même temps de Nouveau Testament que Paul et Pierre et nous aussi nous devons permettre à Sa voix de nous toucher. “Mais aujourd'hui, si tu entends sa voix...” Dieu peut faire beaucoup à travers de Chrétiens qui apprennent à écouter la voix des Cieux!

Au lieu d'attendre Sa voix, nous courrons vers des conseillers, des psychologues chrétiens, nous lisons des livres et écoutons des cassettes, essayant d'entendre Dieu nous parler au travers de ces choses. Nous recherchons une direction claire pour nos vies et nous attendons des pasteurs qu'ils nous disent ce qui est juste et ce qui est mal. Nous recherchons un leader à suivre, une ébauche de ce que sera notre futur. Mais peu savent aller à Dieu et écouter sa voix. Beaucoup savent comment attirer l'attention de Dieu, comment le toucher réellement, mais ils ne savent pas laisser Dieu les atteindre.

“Que celui qui a des oreilles pour entendre entende” (Matthieu 11:15)

Dieu veut secouer la terre une nouvelle fois.

“Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux, lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse : Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. (Hébreux 12:25-26).

Il a promis : “une fois encore ma voix se fera entendre. Ceux qui l'entendront secoueront la terre, et les cieux et la terre en seront ébranlés. Quiconque n'écoutera pas ma voix sera perdu sur terre et sera donc perdu au Ciel.”

A la dernière Eglise, celle de Laodicée, le Seigneur dit : “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.” (Apocalypse 3:20).

“Je ce je désire, c'est être écouter. Ouvre-moi. Laisse moi entrer dans ton lieu secret. Laisse moi parler avec toi et toi avec moi. Communions ensemble. C'est ainsi que je pourrai te garder à l'heure de la tentation qui va arriver sur le monde.”