vendredi 30 octobre 2009

REJOUISSEZ-VOUS DANS LE SEIGNEUR

« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. » (Philippiens 4:4). Voici les paroles finales de Paul aux Philippiens. Il ne disait pas, « Je suis en prison et ces chaînes sont une bénédiction. Je suis si heureux pour cette douleur ». Je suis convaincu que Paul priait chaque jour pour sa libération et de temps à autre il suppliait pour de la force afin de pouvoir endurer. Même Jésus, durant son heure de procès et de douleur, pleurait auprès du Père, « Pourquoi vous m'avez abandonné? » Ceci est notre première réaction dans nos afflictions, c’est de s’écrier, « Pourquoi » ? Et le Seigneur est patient avec ce cri.

Mais Dieu assure, c’est ainsi que nos “si” et nos “pourquoi” peuvent être résolus par sa Parole. Paul écrit. “Sachant que je suis établi pour la défense de l'Évangile … Christ n'est pas moins annoncé: je m'en réjouis, et je m'en réjouirai encore.” (Philippiens 1:17-18). Il nous dit, en d’autres termes, “Je suis convaincu que la Parole de Dieu sera confirmée par ma réaction à cette affliction. Je suis déterminé que je ne vais pas déshonorer l’évangile ou le présenter comme impuissant.

« Le fait est que Christ est prêché par mon expression calme, par mon silence au milieu de tout cela. Tout le monde qui me voit sait que l'évangile que je prêche me fais traverser ces moments difficiles. Cela donne la preuve que le Seigneur appuie n'importe qui dans n'importe quelle situation, n'importe quel feu ou n'importe quelle inondation, et son évangile sera prêché à travers cette épreuve ».

Voici le message que j'entends à travers Paul et Abraham : Nous ne devons pas faire quelque chose de grandiose pour le Seigneur. Nous devons simplement lui faire confiance. Notre rôle est de placer nos vies entre les mains de Dieu et croire qu'il prendra soin de nous. Si nous faisons simplement cela, son évangile est prêché, indépendamment de nos circonstances. Et Christ sera révélé en nous surtout dans nos circonstances difficiles.

Sam, un aîné dans notre église m'a dit un jour, « Pasteur David, la façon que vous réagissez aux temps durs est un témoignage pour moi ». Ce que Sam ne s'était pas rendu compte c’est que sa vie était un sermon pour moi. Il vit avec une douleur chronique qui ne lui permet de dormir que quelques heures par nuit. Malgré sa douleur constante et violente, son dévouement au Seigneur est un témoignage pour nous tous. Sa vie prêche Christ avec autant de puissance que n'importe quel sermon de Paul.

Alors, Christ est-il prêché dans votre épreuve présente? Votre famille voit-elle en vous l'évangile en action? Ou voient-ils seulement de la panique, du désespoir et des interrogations sur la fidélité de Dieu? Comment réagissez-vous à votre affliction?

jeudi 29 octobre 2009

DIEU A TOUTE SITUATION EN MAIN

Le monde entier tremble à présent à cause de l'éruption de la terreur et des calamités se produisant dans tous les coins de la terre. Tous les jours nous apprenons l’existence d’un autre désastre. Certains observateurs disent que nous sommes témoins des commencements de la 3ème Guerre Mondiale.

Les non-croyants sont convaincus qu’il n'y a plus de solutions, que tout tourne en chaos parce qu'il y a pas « d’autorité suprême ». Mais le peuple de Dieu pense différemment. Nous savons qu’il n'y a aucune raison d’avoir peur, parce que la Bible nous rappelle constamment que le Seigneur a toute situation en main. Rien ne se produit dans le monde sans sa connaissance et sans sa gouvernance.

La Psalmiste écrit, « Car à l'Éternel appartient le règne: Il domine sur les nations. » (le Psaume 22:28). Pareillement, le prophète Ésaïe déclare au monde, « Approchez, nations, pour entendre! Peuples, soyez attentifs! Que la terre écoute, elle et ce qui la remplit, Le monde et tout ce qu'il produit! » (Ésaïe 34:1). Il dit, « Ecoutez, lnations, et prêtez-moi votre oreille. Je veux vous dire quelque chose d’important au sujet du Créateur du monde ».

Ésaïe déclare que quand l'indignation de Dieu est éveillée contre les nations et leurs armées, c'est le Seigneur lui-même qui les emmène au massacre. « Voici, les nations sont comme une goutte d'un seau, Elles sont comme de la poussière sur une balance; …Toutes les nations sont devant lui comme un rien, Elles ne sont pour lui que néant et vanité.…C'est lui qui est assis au-dessus du cercle de la terre, Et ceux qui l'habitent sont comme des sauterelles;… A qui me comparerez-vous, pour que je lui ressemble? » ? (Ésaïe 40:15, 17, 22, 25).

Ésaïe parle ensuite aux peuple de Dieu, maltraité et troublé par les événements mondiaux. Il conseille, « Regardez vers le ciel, vers les cieux glorieux. Contemplez les millions d'étoiles placées là. Votre Dieu a créé et a nommé chacune d’elles. N’êtes-vous pas plus précieux pour lui que celles-là ? Alors, ne craignez-pas ».

Nous devons prendre connaissance qu’ il y a une carte dans le ciel, un projet que notre Père a esquissé pour le cours d'histoire. Et il en connaît la fin du début. Comme ce projet se réalise, je crois que nous sommes obligés de nous poser cette question : « Sur quoi l'oeil du Seigneur est fixé dans tout ceci » ? L'oeil de Dieu n'est pas fixé sur les soi-disant dictateurs du monde ou leurs menaces.

L'Écriture sainte nous rassure que ces bombes des hommes sauvages, ces armées et ces pouvoirs ne représent rien aux yeux du Seigneur. Il se moque d’eux comme s’ils étaient de petits grains de poussière, et peu après il souffle sur eux et les fait disparaître (voir Ésaïe 40:23-24).

mercredi 28 octobre 2009

J'AI TRAVALLÉ EN VAIN

Est-ce que ceci vous choquerait-il de savoir que Jésus a éprouvé la sensation d'avoir accompli peu?

Dans Ésaïe 49:4 nous lisons ces mots : « Alors j'ai dit, j'ai travallé en vain, j'ai dépensé ma force pour rien, et en vain… » Notez que ce ne sont pas les paroles d'Ésaïe, qui a été appelé par Dieu à un âge mûr. Non, ce sont les propres mots du Christ, prononcé par celui qui « fut appelé…de l'utérus; des entrailles de ma mère…Le Seigneur…m'a formé dès ma naissance pour être son serviteur, pour ramener à lui Jacob, (et rassembler Israël)» (49:1,5).

Quand je suis tombé sur ce passage, l'un d’eux que j’ai lu maintes fois dans le passé, mon coeur était en merveille. Je pouvais à peine croire ce que je lisais. Ici les paroles de Jésus « travailler en vain » était une réponse au Père qui avait déclaré, «Tu es mon serviteur, … en qui je me glorifierai» (49:3). Nous lisons la réponse étonnante de Jésus dans le vers suivant: «C'est en vain que j'ai travaillé, c'est pour le vide et le néant que j'ai consumé ma force» (49:4).

Après avoir lu ceci, je me suis mis debout dans mon bureau et j’ai dit, « Comme c’est merveilleux. Je peux à peine croire que le Christ était tellement vulnérable, avouant au Père qu'il éprouvait ce que nous les humains font face. Dans son état humain, il a subi le même découragement, le même abattement, les mêmes blessures. Il avait les mêmes pensées que j'ai eues de ma propre vie : «Ce que je n’avais pas perçu a été promis. J'ai gaspillé ma force. Tout cela a été en vain.»

Lire ces paroles m’ont fait aimé Jésus d’autant plus. J’ai réalisé que Hébreux 4:15 n’était pas seulement un cliché: notre Sauveur est sincèrement touché par les sentiments de nos infirmités, et a été tenté par toutes les manières comme nous avons été tentés, cependant sans péché. Il a connu cette même tentation de Satan, entendant la même voix accusatrice: « Votre mission n'est pas accomplie. Votre vie a été un échec. Vous n’avez rien à montrer pour tous vos travaux ».

Christ est venu dans le monde pour accomplir la volonté de Dieu en rétablissant Israël. Et il a fait cela comme il a été ordonné. Mais l'Israël l'a rejeté: «Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont point reçu.» (Jean 1:11).

Pourquoi Jésus, ou n'importe quel homme ou femme de Dieu, prononceraient de telles paroles désespérantes: « J'ai travaillé en vain» ? Pourquoi le Fils de Dieu a fait une telle déclaration? Et pourquoi des générations de croyants fidèles ont-elles été réduites à de telles paroles décourageantes? Tout est la conséquence de comparer les résultats insignifiants aux grands espoirs.

Vous penser peut-être que «ce message ne s’addresse qu’aux pasteurs, ou à tous ceux qui sont appelés à faire un travail édifiant pour Dieu. Je peux accepter l’idée que ce message concerne les missionnaires ou les prophètes de la Bible. Mais qu’est-ce qu’il a voir avec moi?» En vérité nous sommes tous appelés à un but grandiose et commun, et à un ministère: c'est-à-dire, être comme Jésus. Nous sommes appelés à devenir comme lui, à 'être changé en son image formelle.

mardi 27 octobre 2009

SOYEZ FERME ET INEBRANLABLE

Nous avons appris d'Ésaïe 49 que le Seigneur connaît votre combat. Il l'a combattu avant vous. Et ce n’est pas un péché d’endurer des pensées que votre travail a été en vain, ou être abattus avec un sens d'échec sur des espérances brisées. Jésus lui-même a subi ceci et était sans péché.

Cependant, c'est très dangereux de laisser ces mensonges infernaux suppurer et enflamer votre âme. Jésus nous a montré la sortie de tel découragement avec cette déclaration: «C'est en vain que j'ai travaillé, … Mais mon droit est auprès de l'Éternel, Et ma récompense auprès de mon Dieu.» (Ésaïe 49:4). Le terme hébraïque pour jugement dans ce cas-ci est « le verdict, » Christ dit, en effet, «Le verdict final est avec mon Père. Lui seul juge sur tout ce que j'ai fait et sur mon efficacité.

Dieu nous exhorte par ce vers: « Arrêtez de juger votre travail pour moi. Vous n'a pas le droit de juger votre efficacité. Et vous n'avez pas le droit de vous considérer comme un échec. Vous ne savez pas encore le genre d’influence que vous avez eu. Vous n'avez sûrement pas la vision pour connaître les bénédictions qui vont venir vers vous». En effet, nous ne connaîtrons pas plusieurs de ces choses jusqu'à ce que nous sommes devant lui dans l'éternel.

Dans Ésaïe 49, Jésus a entendu le Père dire dans telles paroles: «Et Israël n’est toujours pas rassemblé. Oui, je vous ai appelé pour rammener les tribus, et cela ne s’est pas produit de la façon que vous aviez imaginée. Mais cet appel était seulement une petite chose comparé à ce qui va se produire pour vous. Ce n'est rien en comparaison de ce que j’ai réservé pour vous. Je vais t’établir pour être la lumière du monde entier. Vous allez porter mon salut jusqu'aux extrémités de la terre.» (voir Ésaïe 49:5-6).

Pendant que le diable vous ment, disant que tout ce que avez fait est en vain, que vous ne verrez jamais vos espérances accomplies, Dieu dans sa gloire est en train de préparer une plus grande bénédiction. Il a prévu de meilleures choses, bien au-delà de tout ce que vous pourriez penser ou demander.

Nous ne devons plus prêter l’oreille aux mensonges de l'ennemi. Au lieu de cela, nous devons compter sur le Saint Esprit, lui faisant confiance qu'il va accomplir la tâche de nous faire ressembler de plus en plus au Christ. Et nous devons sortir de notre désespoir et prendre position sur cette parole: «Soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l'oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.» (1 Corinthiens 15:58).

lundi 26 octobre 2009

DONNEZ MOI VOS LENDEMAINS

Un jour, le Seigneur est apparu à Abraham et lui donne un ordre incroyable : «Quitte ton pays, ta patrie et la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.» (Genèse 12:1).

Quelle chose stupéfiante. Soudainement, Dieu a choisi un homme et lui dit, « Je veux que vous vous leviez et que vous partez, laissant tout derrière vous: votre maison, votre famille, même votre pays. Je veux vous envoyer quelque part, et je vous guiderai comment y aboutir.».

Comment Abraham a-t-il répondu à cette parole incroyable du Seigneur ? «C'est par la foi qu'Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu'il devait recevoir en héritage, et qu'il partit sans savoir où il allait.» (Hébreux 11:8).

Qu’est-ce que Dieu avait en tête? Pourquoi cherchait-il toutes les nations pour un homme, et ensuite l'appeler pour tout abandonner et entreprendre un voyage sans carte, sans direction préconçue, sans destination connue? Pensez un instant à ce que Dieu demandait d'Abraham. Il ne lui a jamais montré comment il nourrirait ou soutiendrait sa famille. Il ne lui a pas dit la distance à parcourir ou quand il arriverait. Il lui a dit seulement deux choses au départ : «Partez, » et, « Je vous montrerai la route».

Bref, Dieu a dit Abraham, « A partir de ce jour-ci, je veux que vous me donniez tous vos lendemains. Vous devez vivre le restant de votre vie en mettant votre avenir dans mes mains, un jour à la fois. Je vous demande de commettre votre vie à une promesse que je vous ai donnée, Abraham. Si vous me promettez que vous allez faire ceci, je vous bénirai, vous dirigerai et vous mènerai à un lieu que vous n’avez jamais imaginé».

Le lieu que Dieu voulait emmener Abraham est le lieu où il veut emmener tout membre du corps du Christ. Abraham est ce qu’appelle les disciples de la Bible un « homme modèle, » quelqu'un qui sert d’exemple comment marcher dans les pas du Seigneur. L'example d'Abraham nous montre ce qui est exigé de nous tous qui recherchent à plaire Dieu.

Ne vous y trompez pas, Abraham n'était pas un jeune homme quand Dieu l'a appelé pour faire cet engagement. Il a eu probablement des projets pour sécuriser l'avenir de sa famille, c’est ainsi qu’il devait considérer pas mal d’aspects, quand il évaluait l'appel de Dieu. Pourtant Abraham «eut confiance en l'Éternel, qui le lui imputa à justice.» (Genèse 15:6).

L’apôtre Paul nous dit que tous ceux qui croient et font confiance en Christ sont les enfants d'Abraham. Et, comme Abraham, nous sommes inclus parmi les vertueux parce que nous répondons au même appel en confiant tout nos lendemains entre les mains du Seigneur.

vendredi 23 octobre 2009

LE PERE SAIT

Jésus nous appelle à vivre d’une manière qui n’attache aucune importance au lendemain mais place notre avenir entièrement dans ses mains : «Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? (Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent). Votre Père céleste sait que vous en avez besoin.»

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6:31-34).

Jésus ne dit pas de ne pas faire des projets ou de ne rien préparer pour notre futur. Plutôt il nous dit: «Ne soyez pas inquiets ou préoccupé par le lendemain.» Quand vous y pensez, la plupart de nos inquiétudessont basées sur ce qui se peut produire le lendemain. Nous sommes constamment harcelés par deux petits mots: Et si?

« Et si l'économie échoue, et je perds mon travail ? Comment vais-je payer l'hypothèque ? Comment ma famille pourra-t-elle survivre ? Et si je perds mon assurance maladie? Si je tombe malade ou dois être hospitalisé, nous allons être ruinés. Ou, si ma foi échoue en ces temps difficiles » ? Nous avons un millier de ces « et si » inquiétudes.

Jésus interrompt nos « et si » et nous dit, « Votre Père céleste sait comment s’occuper de vous ». Il nous dit ensuite, « Vous n'avez pas besoin de vous inquiéter. Vos Pères savent que vous avez besoin de toutes ces choses, et il ne vous abandonnera jamais. Il est fidèle quant à vous nourrir, vous vêtir et prêter attention à tous vos besoins ».

« Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. … Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent; … cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux».

« Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi?» (Matthieu 6:26, 28-30).

C’est avec joie que nous rendons nos hiers au Seigneur, lui remettant nos péchés du passé. Nous lui faisons confiance pour la rémission de tous nos échecs passés, nos doutes et nos craintes. Alors, pourquoi nous ne faisons pas la même chose avec nos lendemains? La vérité est, que la plupart d'entre nous s’accroche solidement à notre avenir, s’appropriant nos rêves. Nous faisons nos projets indépendamment de Dieu, et ce n’est qu’après que lui nous demandons de bénir et d’accomplir ces espoirs et ces désirs.

jeudi 22 octobre 2009

PAIX ET SECURITE

Il y a une chose que je redoute par-dessus c’est que je dérive loin de Christ. Je frémis à la notion que je deviendrais paresseux, spirituellement négligent, piégé par l’absence de prière, et passer des journées entières sans rechercher la Parole de Dieu. Dans mes voyages autour du monde j'ai observé un « tsunami spirituel » de dérivation vers le mal. Des dénominations entières ont été envahies par les vagues de ce tsunami, laissant derrière elles des ruines causées par l’apathie. La Bible nous avertit clairement que c'est possible que les croyants se dérivent loin de Christ.

Un chrétien qui recherche « la paix et la sécurité à tout prix » et compte peu sur le salut paie un prix spirituel élevé. Alors, comment pouvons-nous nous protéger contre la dérivation de Christ et négliger « un salut si grand » ? Paul nous dit comment : « Donner une attention particulière aux choses que nous avons entendu, de peur qu'à tout moment on les laisse échapper » (Hébreux 2:1).

Dieu n'est pas intéressé dans notre « lecture rapide » de Sa Parole. Lire beaucoup de chapîtres par jour ou tenter de parcourir la Bible rapidement risque de donner un sens d'accomplissement. Mais ce qui est plus important c’est que nous « entendons » ce que nous lisons, avec des oreilles spirituelles, et méditer sur le Parole afin que nos coeurs l’entendent.

Rester profondément dans la Parole de Dieu n'était pas insignifiant pour Paul. Il nous avertit tendrement, « Donc nous devons donner la plus grande attention aux choses que nous avons entendu, de peur qu'à tout moment nous risquons de les faire échapper » (Hébreux 2:1). Il dit aussi, « Examinez-vous, si vous êtes dans la foi : prouvez vous-mêmes. Ne savez-vous pas, le fait que Jésus Christ est en vous, sauf vous êtes le réprouvé » (2 Corinthiens 13:5).

Paul ne suggère pas à ces croyants qu'ils sont des réprouvés. Plutôt, il les exhorte, « Comme les amants de Christ, testez vous-mêmes. Faites un inventaire spirituel. Vous savez suffisamment sur votre parcours avec Jésus pour savoir que vous êtes aimé par lui, qu'il ne vous a pas rejeté, que vous êtes racheté. Mais posez vous-même la question: Comment est votre communion avec Christ? Est-ce que vous la protégez avec toute assiduité? Est-ce que vous comptez sur lui dans vos moments difficiles?

Peut-être vous vous rendez compte, « je vois que je dérive un peu dans ma vie, que j’ai tendance à sommeiller. Je sais que je prie de moins en moins. Mon parcours avec le Seigneur n'est pas ce qu’il devrait être ».

« Nous sommes faits pour être des partenaires actifs avec le Christ, à condition que nous gardons le commencement de notre foi jusqu’à la fin » (Hébreux 3:14).

mercredi 21 octobre 2009

LE DELIVREUR

L'apôtre Pierre nous dit, « Si Dieu…n'a pas épargné le vieux monde, mais a sauvé Noé …faisant entrer l'inondation sur le monde de l'impie ; et tourner les villes de Sodom et Gomorrah dans les cendres…les rendant un example à tous ceux qui après vivent sans dieu; et ont délivré seulement Lot… (alors) le Seigneur sait comment délivrer les impies des tentations » (2 Pierre 2:4-7).

Malgré la sévérité de ces exemples, Dieu envoie un message clair de confort à son people, comme s’il disait: « Je vous ai déjà donné deux grands exemples de ma compassion. Si, au milieu d'une inondation engloutissant le monde, je peux délivrer un homme vertueux et sa famille du ravage…et ne puis-je pas alors vous délivrer aussi? Ne puis-je pas vous procurer une chemin miraculeux d'évasion ?

« Si je peux envoyer un jugement par le feu et le soufre qui détruit des villes entières, et je réussis en même temps à envoyer des anges au milieu du chaos afin délivrer Lot et ses filles…ne puis-je pas alors envoyer des anges pour vous délivrer de vos épreuves » ?

La leçon ici pour le vertueux est ceci : Dieu fera tout ce qu’il peut pour délivrer son peuple des épreuves et des tentations ardentes. Pensez-y : Il a fallu l’ouverture de la Mer Rouge pour délivrer Israël des embrayages de son ennemi. Il a fallu l'eau d'un rocher pour épargner ces mêmes Israélites de leur traversée du désert. Il a fallu le pain miraculeux, la nourriture des cieux pour les sauver de la faim. Et il a fallu une arche pour sauver Noé de l'inondation, et « des escortes d'anges »pour délivrer Lot de la destruction imminente. Il est clair est que Dieu sait comment délivrer son peuple, et il va aux extrêmes pour accomplir sa tâche, peu importe les circonstances.

La phrase de Pierre « Dieu sait comment délivrer » signifie tout simplement, « Il a fait déjà des projets». La vérité merveilleuse est que Dieu a déjà des projets pour notre délivrance même avant que nous l’implorons. Et il ne délait pas sur ces projets ; il attend simplement notre cri pour l'aide. Nous sommes peut-être empêtré dans la lutte d'une vie, se demandant comment Dieu nous délivrera, pourtant il est prêt à tout moment pour mettre son projet en action.

Nous voyons ceci illustré dans Jeremiah 29, quand Israël était dans la captivité de Babylone. Ici fut peut-être representé une des plus grandes épreuves que le peuple de Dieu ait jamais subie, pourtant le Seigneur les a promis : « Après soixante-dix ans, je vous visiterai et je vais vous exécuter ma Parole.

« Parce que je connais les pensées que je pense vers vous, dit le Seigneur, les pensées de paix, et pas de mal, afin de vous donner une fin prévue » (Jeremiah 129:11. La dernière phrase singifie litéralement «vous donner ce que vous désirez ». Dieu veut que nous continuons à prier sans cesse pour que nous puissions être prêts pour sa délivrance.

mardi 20 octobre 2009

TENEZ-VOUS TRANQUILLE ET SACHEZ

En 1958, mon coeur était fendu au sujet d’une histoire d’environ sept jeunes qui passaient en jugement pour avoir assassiné un garçon infirme. L'Esprit Saint remuait dans moi si fortement que je me suis senti mené pour aller au palais de justice de New York où le procès avait lieu, et je suis entré dans la salle du tribunal convaincu que l'Esprit m'avait incité à essayer de parler à ces jeunes gens.

Comme la séance du jour se terminait, pourtant, une réalisation commençait à surgir en moi. J'ai pensé, "Ces garçons vont être emmenés par la porte de côté dans des chaînes et je ne les reverrai jamais." C’est alors que je me suis levé et que je me suis avancé vers le banc du juge, où j'ai demandé la permission de parler avec les garçons avant qu'ils retournent dans leur cellule.

Soudainement, les agents de police ont bondi sur moi et j'ai été séance tenante expulsé du tribunal. Les flash de photographes m’entouraient et je fus innondé par les questions des correspondants qui couvraient le procès. Je fus sans parole, complètement abasourdi, au coeur d’une situation humiliante et embarrassante. J'ai pensé, "que mon église pensera-t-elle à mon retour? Les gens vont me considérer comme un fou. J’ai été tellement naif."

Au milieu de tout ce chaos, j'ai prié en moi, " Seigneur, j'ai cru que vous m'aviez dit de venir ici. Qu'est-ce qui a tourné mal ?" Je ne pouvais pas prier à haute voix, évidemment, parce que les média auraient cru que j'étais encore plus fou que j'apparaissais. (Et je semblais assez bête déjà, comme je portais un noeud papillon!)

Dieu a entendu le cri de ce pauvre homme ce jour-là et il a honoré mon cri silencieux depuis. Vous voyez, de cette scène très pitoyable dans le palais de justice, le ministère de Défi d'Adolescent était né, avec une portée aujourd'hui qui s'étend dans le monde entier. Et je partage heureusement dans le témoignage humble de David du Psaume 34 : "mon âme la fera se vanter dans le Seigneur : l'humble entendra de cela et sera heureux" (le Psaume 34:2).

David dit ici, essentiellement, "j'ai quelque chose à dire à tous les croyants humbles en Dieu dans le monde, à présent et dans les années à venir. Aussi longtemps que ce monde existe, le Seigneur délivrera chacun qui l’implore et fait confiance en lui. Dans sa clémence et son amour incroyable, il m'a délivré, bien que j'ai commis un acte de fou."

Tout ce que vous devez savoir est que notre Seigneur béni entend chaque cri sincère, à haute voix ou en silence. Même si vous avez agi bêtement ou avez eu un échec terrible dans votre foi, vous devez retourner et faire appel à votre Délivreur. Il est fidèle à entendre votre cri et à agir.

lundi 19 octobre 2009

NOURRIS MES BREBIS

Quand j’ai demandé au Saint Esprit de me montrer comment me garder de la négligence, Il m’a conduit à considérer le “dérapage” de Pierre et son éventuel renouvellement. Cet homme renia le Christ, le maudissant même, disant à ses accusateurs, « Je ne le connais pas ».

Que s’était-il donc passé ? Qu’est ce qui avait amené Pierre à ce stade là ?

C’était l’orgueil, le résultat de s’être vanté de sa propre suffisance. Ce disciple s’était dit à lui même et à d’autres, “Jamais je ne permettrai a mon amour pour Jésus de se refroidir. J’ai atteint un niveau dans ma foi où je n’ai plus besoin d’être mis en garde. D’autres peuvent rétrograder, mais moi, je mourrai pour mon Seigneur”.

Cependant, Pierre a été un des premiers disciples à laisser tomber le combat. Il abandonna son appel et retourna à son ancienne carrière, disant aux autres, « Je retourne pêcher »

Il était en fait en train de dire, « Je ne peux plus supporter tout ça. J’étais certain de ne pas pouvoir tomber, mais personne n’a jamais trahi Dieu comme je l’ai fait. Je ne peux tout simplement plus affronter le combat. »

A ce moment là, Pierre s’était repenti d’avoir renié Christ. Il avait été restauré dans l’amour de Jésus mais pourtant, à l’intérieur, il était encore un homme à bout de nerf.

Maintenant, alors que Jésus attendait que les disciples retournent sur la rive, il restait encore quelque chose dans la vie de Pierre qui n’était pas réglé. Il n’était pas suffisant que Pierre soit restauré, sûr de son salut. Il ne lui suffisait pas de jeûner et de prier comme chaque croyant fervent le ferait. Non, le problème que Christ voulait soulever dans la vie de Pierre était une autre forme de négligence. Laissez-moi l’expliquer.

Alors qu’ils étaient assis autour du feu sur le rivage, mangeant et se réjouissant, Jésus demanda trois fois à Pierre, « M’aimes-tu plus que ceux-là ? » et à chaque fois Pierre répondit, « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime » et Jésus lui répondit, « Nourris mes brebis »

Remarquez que Jésus ne lui a pas rappelé de se tenir sur ses gardes et de prier, ou de s’appliquer à la lecture de la parole de Dieu. Christ présumait que toutes ces choses avaient été bien enseignées. Non, les instructions qu’il donna à Pierre étaient: “Nourris mes brebis”.

Je crois que dans cette phrase, Jésus instruisait Pierre du comment se garder de la négligence. Il disait en essence, « Je veux que tu oublies tes échecs, oublies que tu t’es éloigné de moi. Tu es maintenant revenu à moi, et je t’ai pardonné et restauré. Il est temps que tu arrêtes de penser à toi, à tes doutes, tes échecs et tes problèmes.

Et la façon de le faire est de ne pas négliger mes brebis et de t’occuper de leur besoins.

Comme le Père m’a envoyé, je t’envoie.

vendredi 16 octobre 2009

MON FAVORI ABSOLU

De toutes les 150 Psaumes, Psaume 34 est mon favori absolu. C’est tout à propos de la fidélité du Seigneur à libérer ses enfants des situations de crises et des grandes épreuves. David déclare, "J'ai cherché l'Éternel, et il m'a répondu ; Il m'a délivré de toutes mes frayeurs…. L'ange de l'Éternel campe autour de ceux qui le craignent, Et il les arrache au danger…. Quand les justes crient, l'Éternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses…. Le malheur atteint souvent le juste, Mais l'Éternel l'en délivre toujours" (Psaumes 34:4,7.17,19).

Prenez note de l’affirmation de David dans ce Psaume : "J'ai cherché l'Éternel… Quand un malheureux crie…." (34:4, 6).À quel moment David s’est-il écrié à l’Éternel? Il a fallu que cela se produise lorsqu’il feigna la folie à Gath et encore il n’aurait pas pû prier audiblement en présence des Philistins. Cela nous amène à la grande vérité concernant la délivrance de Dieu. Parfois les cris les plus bruyants sont faites sans aucune voix audible.

Je connais comment cette sorte de "lamentation intérieure" est faite. Plusieurs de mes prières les plus bruyantes de ma vie---les plus importantes , lamentations d’un cœur chagriné---ont été faites dans un silence total.

Par moment j’ai été si dépasser par les circonstances que je ne pouvais même plus parler, j’ai été bouleversé par des situations à un tel point que je ne pouvais même plus penser clairement pour prier. À certaines occasions, je me suis assis seul dans mon bureau tellement perplexe que je ne pouvais plus rien dire du tout au Seigneur, mais pendant tout ce temps mon cœur s’écriait : "Dieu aide-moi! Je ne sais pas comment prier maintenant, alors entend les lamentations de mon cœur. Délivre-moi de cette situation."

Avez-vous déjà été là? Avez-vous déjà penser, "Je ne sais pas pourquoi qu’il en est ainsi. Je suis si bouleversé par ma situation, tellement submergé par une profonde douleur, Je ne peux l’expliquer. Seigneur, je ne sais même pas quoi te dire. C’est quoi qui se passe?"

Je crois que c’est exactement ce que David a eu à passer au travers lorsqu’il a été capturé par les Philistins. Lorsqu’il a écrit le Psaume 34, il faisait un aveu : " J’ai été dans une situation si bouleversante que j’ai jouer le rôle d’un fou. Mais à l’intérieur je me demandais, ‘C’est quoi qui se passe avec moi? Comment cela s’est produit? Seigneur aide-moi’ "

Alors il semble que David disait, "Ce pauvre homme s’est écrié de l’intérieur, ne sachant pas quoi ou comment prier. Et le Seigneur m’a entendu et m’a délivré." C’était une profonde lamentation du cœur, et le Seigneur est fidèle d’entendre chaque gémissement, aussi faible soit-il.

jeudi 15 octobre 2009

CHRIST RÈGNE

Souvent les gens contactent notre ministère et disent, "Je n’ai personne à qui parler, personne avec qui partager mon fardeau, personne qui a le temps d’entendre mes pleurs. J’ai besoin de quelqu’un en qui je pourrais me vider le cœur."

Le roi David était constamment entouré de gens. Il était marié et avait beaucoup de compagnons à ses côtés. Nous entendons encore les mêmes pleurs que lui : "Vers qui vais-je aller?" C’est dans notre nature de vouloir avoir un autre être humain, avec un visage, des yeux et des oreilles, pour nous écouter et nous conseiller.

Quand Job est devenu accabler par ses épreuves, il pleura d’un chagrin douloureux, "Oh ! qui me fera trouver quelqu'un qui m'écoute ?" (Job 31 :35). Il compléta ses pleurs pendant qu’il était assis devant ses prétendus amis. Ces amis n’avaient aucune sympathie pour ses problèmes; en fait, ils étaient des messagers du désespoirs.

Job s’est seulement tourné vers le Seigneur : "Déjà maintenant, mon témoin est dans le ciel, Mon témoin est dans les lieux élevés…C'est Dieu que j'implore avec larmes" (Job 16 :19-20).

David recommanda au peuple de Dieu de faire pareillement: "En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos coeurs en sa présence ! Dieu est notre refuge" (Psaumes 62 :8).

Éventuellement, la souffrance nous atteint tous, et présentement il y a des multitudes de saints qui sont enchainés dans les afflictions. Les circonstances ont transformés leurs joies en sentiments d’impuissance et d’inutilité. Plusieurs se demandent dans leurs douleurs, "Qu’est-ce-qui m’arrive? Est-ce-que Dieu est en colère contre moi? Qu’est-ce-que j’ai fait de mal? Pourquoi ne répond-t-il pas à mes prières?"

Je crois sincèrement dans mon cœur que cette parole est une invitation pour vous du Saint Esprit pour que vous trouviez un endroit privé et que vous puissiez fréquemment ouvrir votre âme au Seigneur. David "répanda ses complaintes," et vous le pouvez aussi. Vous pouvez parler à Jésus à propos de tout---vos problèmes---, vos épreuves actuels, vos finances, votre santé---et dites-lui à quel point vous êtes accablés, et à quel point vous êtes découragés. Il vous écoutera avec amour et sympathie, et ne méprisera pas vos supplications.

Dieu a répondu à David. Dieu a répondu à Job. Et depuis des siècles il a répondu aux supplications du cœur de quiconque a mit sa confiance dans ses promesses. Il a promis de vous écouter et de vous guider. Il a fait le serment d’être votre force, pour que vous puissiez aller vers lui et en ressortir renouvelés

mercredi 14 octobre 2009

JE SUIS PUISSANCE ET COMPASSION

" Jésus, ayant appelé ses disciples, dit : Je suis ému de compassion pour cette foule ; car voilà trois jours qu'ils sont près de moi, et ils n'ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin " (Matthieu 15 :32).

Je crois que Christ faisait ici une déclaration à ses disciples. Il disait," Je vais faire plus pour les gens que de les guérir. Je vais faire certain qu’il est assez de pains pour manger. Je suis concerné à propos de tout ce qui peux les affecter dans leurs vies. Vous vous devez de voir qu’il y a en moi plus que la puissance. Je suis aussi la compassion. Si vous voyez seulement un guérisseur en moi, un faiseur de miracles, vous allez me craindre. Mais si vous me voyez aussi dans ma compassion, vous allez m’aimer et me faire confiance."

J’écris ce message pour tous ceux qui sont au bord de l’épuisement, qui sont sur le point de s’évanouir, accablés par votre situation présente. Vous avez été un serviteur fidèle, nourissant les autres, confiant que Dieu peut faire l’impossible pour son peuple. Mais vous avez des doutes persistants à propos de sa volonté à intervenir dans vos épreuves.

Je me demande combien d’entre-vous qui lisent ce message ont déjà exprimés des paroles de foi et d’espoir à ceux qui font face à la détresse, et qui semblent être dans des situations sans issues? Vous leurs avez recommandés, "Accrochez-vous! Le Seigneur est capable. Il est un Dieu faiseur de miracles, et ses promesses sont véritables. Alors, ne perdez pas espoir, parce qu’il va répondre à vos pleurs."

"Croyez-vous réellement aux miracles? " Voilà la question que le Saint Esprit m’a demandé. Ma réponse a été, "Oui, bien sûr, Seigneur. Je crois à tous les miracles que j’ai lus dans les Écritures." Mais cette réponse n’est pas assez bonne. La véritable question du Seigneur pour chacun de nous est, "Croyez-vous que je puisse accomplir un miracle pour vous? " Et pas seulement un miracle, mais un miracle pour chaque crise, chaque situation que vous avez à faire face. Nous avons besoin beaucoup plus que les miracles de l’Ancien Testament, les miracles du Nouveau Testament, et de d’autres miracles dans l’histoire. Nous avons besoin d’une mise-à-jour, de miracles personnels qui sont conçus spécifiquement pour nous et nos situations.

Pensez maintenant à l’une de vos difficultés que vous avez à affronter, à votre plus grand besoin, à votre problème le plus troublant. Vous avez priés à propos de cela depuis si longtemps. Croyez-vous réellement que le Seigneur peut et accomplira, de façons que vous ne puissiez concevoir? Ce genre de foi commande au cœur de cessez de se tracasser et se poser des questions. Elle vous dit de vous reposer dans la bienveillance du Père, en mettant votre confiance qu’il fera tout de sa manière et en son temps.

mardi 13 octobre 2009

JÉSUS AVAIT UN PLAN

"Ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe : Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger ? Il disait cela pour l'éprouver, car il savait ce qu'il allait faire ". (Jean 6:5-6). Jésus amena Philippe à l’écart, et lui dit, "Philippe, il y a des milliers de personnes ici. Ils ont tous faim. Où allons-nous acheter assez de pains pour les nourrir?"

Quel incroyable amour de Christ. Jésus savait déjà ce qu’il allait faire, le verset ci-dessus nous le dit. Le Seigneur encore, tentait d’enseigner quelque chose à Philippe, et la leçon qu’il tentait de lui inculquer, s’applique à chacun de nous aujourd’hui. Pensez-y : Combien dans le corps de Christ s’assoient durant la moitié de la nuit pour tenter de figurer leurs problèmes? Nous pensons, " Peut-être cela fonctionnera-t-il. Non. Non… Peut-être que cela est la solution. Non…. "

Philippe et les apôtres n’avaient pas seulement un problème de pains. Ils avaient un problème de boulangeries…un problème de fonds monétaire…un problème de distribution…un problème de transport…un problème de temps. En mettant cela tout ensemble, ils avaient des problèmes inimaginables. Leur situation s’avérait absolument impossible.

Jésus savait déjà exactement ce qu’il allait faire. Il avait un plan. Et la même chose est vrai aujourd’hui pour nos troubles et difficultés. Il y a un problème, mais Jésus connaît toute votre situation. Et il vient à vous, en demandant, "Qu’allons-nous faire à propos de cela?"

La bonne réponse pour Philippe aurait été, " Jésus tu es Dieu. Rien n’est impossible avec toi. Alors je te confie ce problème. Ce n’est plus le mien, mais le tien. "

C’est juste cela que nous avons à dire à notre Seigneur aujourd’hui, au milieu de nos situations de crises : " Seigneur, tu es le faiseur de miracle et je vais te soumettre toutes mes doutes et mes craintes. Je te confie entièrement cette situation, toute ma vie, dans ta bienveillance. Je sais que tu ne permettras pas que je défaillisse. En effet, tu sais déjà ce que tu vas faire à propos de mon problème. Je mets ma confiance en ta puissance."

lundi 12 octobre 2009

AU MILIEU D’UN MIRACLE

Vous êtes probablement au milieu d’un miracle à l’instant même et ne le réaliser tout simplement pas. Vous vous attendez peut-être à un miracle. Vous êtes découragés à cause que rien ne semble bouger. Vous n’avez aucune preuve que Dieu travaille en votre faveur de façon surnaturelle.

Prenez en considération ce que David dit au Psaume 18: " Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, J'ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles. La terre fut ébranlée et trembla, Les fondements des montagnes frémirent, Et ils furent ébranlés… Il s'élevait de la fumée dans ses narines, Et un feu dévorant sortait de sa bouche… Il abaissa les cieux, et il descendit … L'Éternel tonna dans les cieux, Le Très Haut fit retentir sa voix… Il lança ses flèches... Il multiplia les coups de la foudre" ( Psaumes 18 :6-9, 13-14 ).

Vous devez réaliser, rien de ces choses ne s’est produit litérallement. C’était quelque chose que David a vu de ses yeux spirituels. Bien aimé, c’est ça la foi. C’est lorsque vous croyez que Dieu vous a entendu pleurer, qu’il n’a pas retarder, qu’il n’a pas ignorer votre requête. Au lieu de cela, il commence immédiatement à agir en faveur de votre miracle, silencieusement après que vous avez prié, et même maintenant il agit de façon surnaturelle en votre faveur. Ceci est la façon de croire véritablement aux miracles, à la merveilleuse façon qu’il a d’agir progressivement dans nos vies.

David a compris les dessous de cette vérité fondamentale : " Il m'a mis au large, Il m'a sauvé, parce qu'il m'aime " ( Psaumes 18 :19 ). David déclare, " Je sais pourquoi le Seigneur fait tout cela pour moi. C’est parce qu’il m’aime. "

Je crois sincèrement aux miracles instantannés. Dans le monde d’aujourd’hui, Dieu travaille encore glorieusement, à des merveilles de façon instantannée. Dans Matthieu 16: 9-11 et Marc 8:19-21, pendant que Jésus rappellait à ses disciples à propos des multiplications de pains pour les 5,000 et 4,000, il leurs demande et nous demande de prendre note de ses miracles progressifs et leurs roles dans nos vies d’aujourd’hui.

vendredi 9 octobre 2009

AVOIR UN COEUR INTÈGRE

Saviez-vous qu’il est possible de marcher dans le Seigneur avec un coeur intègre? Si vous avez faim ardemment pour Jésus, vous êtes probablement déjà entrain d’essayer,----désirer sincèrement----d’obéir à ce commandement du Seigneur.

Je veux vous encourager; cela est possible car Dieu ne vous aurait pas alors fait ce genre d’appel. Avoir un coeur intègre a fait parti d’une vie de foi, du temps que Dieu a premièrement parler à Abraham: « Je suis le Dieu tout puissant. Marche devant ma face, et sois intègre » ( Genèse 17:1 ).

Dans l’Ancien Testament nous voyons que quelques-uns ont réussis, David en occurrence, déterminé à obéir au commandement de Dieu pour être intègre. Il dit, « Je prendrai garde à la voie droite...Je marcherai dans l'intégrité de mon coeur, Au milieu de ma maison » ( Psaumes 101:2 )

Pour réellement saisir l’idée de l’intégrité parfaite, nous devons premièrement comprendre que l’intégrité parfaite ne signifie pas une existence sans défauts ou sans péchés. Non, l’intégrité parfaite aux yeux du Seigneur signifie quelque chose de complètement différent. Cela signifie avoir une maturité complète.

La définition grecque et hébreux de « perfection ( parfaite intégrité ) » inclus « la droiture, sans être avec ou sans taches, être totalement obéissant » Cela signifie de terminer ce qui a été commencer, de produire une performance complète. John Wesley appelle ce concept de perfection « obéissance constante ». Un coeur intègre est un coeur répondant, qui répond rapidement et totalement à la courtisanerie, aux chuchotements et avertissements du Seigneur. Un coeur semblable dit en tout temps, « Parle Seigneur, car ton serviteur est à l’écoute. Montre-moi le sentier que je dois suivre, et j’y marcherai. »

Le coeur intègre implore avec David, « Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur ! Éprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie » ( Psaumes 139:23-24 ).

Dieu en effet éprouve nos coeurs; il en dit de même à Jérémie: « Moi, l'Éternel, j'éprouve le coeur » ( Jérémie 17:10 ). La signification en Hébreux de cette phrase est, « Je pénètre, j’examine profondément. »

Un coeur intègre désire que le Saint-Esprit vienne et recherche dans le plus fort intérieur de l’homme, de resplendir dans toutes les parties cachées----d’enquêter, d’exposer et d’extirper tout ce qui n’est pas comme Christ. Ceux qui cachent secrètement un péché, néanmoins, ne veulent pas être convaincu, scruter ou enquêter.

Le coeur intègre désire plus que la sécurité ou l’absolution du péché. Il recherche à être dans la présence de Dieu en tout temps, à demeurer en communion. Une communion qui signifie de parler avec le Seigneur, partager une chaleureuse camaraderie avec lui, recherchant sa face et reconnaissant sa présence.

Les sondages de coeur du Seigneur ne sont pas vindicatifs, mais rédemptrices. Son but n’est pas de nous surprendre en transgression ou de nous condamner, mais bien de nous préparer à venir en sa sainte présence comme des vaisseaux d’une pure propreté.« Qui s'élèvera jusqu'à son lieu saint? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur...Il obtiendra la bénédiction de l'Éternel. » ( Psaumes 24:3-5 ).

jeudi 8 octobre 2009

MIRACLES PROGRESSIFS

L’Ancien Testament est rempli de miracles puissamment accomplis par Dieu, de l’ouverture du passage de la Mer Rouge, jusqu’à Dieu parlant à Moïse du buisson ardent, jusqu’à Élie invoquant la descente du feu du ciel. Tout ces miracles étaient instantanés. Les personnes impliquées pouvaient les voir se produire, les ressentir et en tressaillir de joie. C’est ce genre de miracles que nous voulons voir aujourd’hui,provoquant le respect et l’émerveillement. Nous voulons que Dieu ébranle le ciel, qu’il descende au niveau de nos situations et les solutionnent par un éclatement de puissance divine.

Mais la plupart des manifestations de sa puissance dans la vie de son peuple, se produisent au début dans ce qu’on appelle « des miracles progressifs ». Ce sont des miracles que nous pouvons à peine discerner de nos yeux. Ils ne sont pas accompagnés de tonnerres, d’éclairs, de mouvements visibles ou de changements. Les miracles progressifs commencent plutôt discrètement, sans fanfare, et se manifestent lentement mais sûrement, un étape à la fois.

Les deux sortes de miracles---instantané et progressif---qui ont été constatés lorsque Christ a nourri les multitudes par deux fois. Les guérisons qu’il a accompli étaient immédiates, visibles, et facilement discernable par ceux qui étaient présent. Je pense à cet homme paralysé avec un corps tout recroqueviller, qui soudainement a eu un changement physique apparent, puisqu’il pouvait ensuite courir et sauter. Voici un miracle qui devait étonner et émouvoir tous ceux qui en ont été témoins.

Les alimentations miraculeuses que Christ a accompli était des miracles progressifs. Jésus a simplement offert une prière bénissante, sans feu, tonnerre ou tremblement de terre. Il a simplement rompu le pain et le poisson séché, ne donnant aucun signe qu’un miracle était entrain de se produire. Mais pour nourrir tous ces gens, il a fallu qu’il y est toute la journée des milliers de pains et de poissons rompus. Et chaque morceau de pains ou de poissons faisaient parti du miracle.

C’est comme cela aujourd’hui que Jésus accomplit plusieurs de ses miracles sur la vie de son peuple. Nous prions pour voir s’accomplir des merveilles instantanées, mais souvent, notre Seigneur agit discrètement, formant un miracle petit à petit, morceau par morceau. Nous ne pouvons peut-être pas l’entendre ou le toucher, mais il est à l’oeuvre, formant notre délivrance au-delà de ce que nous pouvons voir.

mercredi 7 octobre 2009

LA PUISSANCE DU PARDON

Le pardon n’est pas seulement l’action unique d’un moment, mais une manière de vivre, et sa raison d’être est de nous amener dans toutes les bénédictions en Christ. «

Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux » ( Matthieu 5:44-45 ).

Selon Jésus, le pardon n’est pas juste le fait de sélectionner ou de choisir quelqu’un que nous pourrions pardonner. Nous ne pouvons dire, « Tu m’as tellement fait mal, alors je ne te pardonne pas. » Christ nous dit, « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même ? » ( 5:46 )

Il importe peu de savoir contre qui nous avons de la rancune. Si nous nous y attardons, Cela empoisonneras toutes les aspects de notre vie par l’amertume. Le manque de pardon nous entraîne dans une famine spirituelle, dans les faiblesses, et un manque de foi qui non seulement nous affligera, mais affectera aussi tout ceux qui nous entourent.

Depuis plus de cinquante ans dans mon ministère, j’ai vu de terribles dévastations dans la vie de ceux qui se retenaient à pardonner. Mais, j’ai aussi vu la puissance glorieuse d’un esprit qui pardonne. Le pardon transforme des vies, provoquant l’ouverture des fenêtres du ciel. Cela rempli notre coupe de bénédictions spirituelles à pleine capacité avec une paix abondante, de la joie et du repos dans le Saint Esprit. Jésus nous enseigne très spécifiquement sur ce sujet, et si vous voulez avancez dans ce merveilleux domaine de bénédictions, alors vous devez en tenir compte et adopter ses paroles.

« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses » ( Matthieu 6:14-15 ). Ne vous y trompez pas: Dieu ne prend pas ici une entente avec nous. Il ne dit pas, « Parce que vous pardonnez aux autres, je vous pardonnerez. « Nous ne pourrons jamais gagner le pardon de Dieu. Seulement le sang versé de Christ est digne du pardon des péchés.

Plutôt, Christ dit, « La pleine confession des péchés nécessite que vous pardonniez aux autres. Si vous vous attachez à quelconques manques de pardons, alors vous n’avez pas confessé tout vos péchés. La véritable repentance signifie, confesser et outrepasser toutes rancunes, crucifier toutes traces d’amertume vis à vis les autres. Toutes choses en moins n’est pas la repentance.

Ceci va main dans la main avec les béatitudes: « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » ( Matthieu 5:7 ). Son point de vue: Pardonnez aux autres, pour que vous puissiez avancer dans les bénédictions et la joie relative au Fils.

Dieu pourra alors déverser un témoignage de son amour. Et lorsque vous pardonnez, vous révélez la nature du Père au monde.

mardi 6 octobre 2009

LA MÊME GLOIRE

« Et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui.» ( Jean 14:21 ). « Afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous... Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient parfaitement un» ( Jean 17:21-23, les italiques sont miennes ).

Examinez encore une fois le verset en italiques. Jésus dit, essentiellement, « Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée. » Christ fait ici une déclaration incroyable. Il dit qu’il nous a été donné la même gloire, qu’il a été donné à Christ et comment nos vies révèlent cette gloire? Ce n’est pas quelconque aura ou émotion; c’est un accès sans entraves vers le Père céleste!

Jésus nous a facilité l’accès au Père, en nous ouvrant la porte par la Croix:« car par lui ( Christ ) nous avons les uns et les autres ( nous et ceux au loin ) accès auprès du Père, dans un même Esprit.» ( Éphésiens 2:18 ). Le mot «accès» signifie le droit d’entrée. Cela signifie un passage gratuit, tout comme une facilité d’approche:« En qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance » ( 3:12 ).

Comprenez-vous ce que Paul dit ici? Par la foi, nous sommes parvenus à un lieu d’accès sans entraves vers Dieu. Nous ne sommes pas comme Esther dans l’Ancien Testament. Elle a dû attendre un signe du Roi avant qu’elle ne puisse s’approcher du trône. Seulement après avoir tendu son sceptre, qu’Esther fut approuvé de s’avancer.

Par contraste, vous et moi sommes déjà dans la salle du trône. Et nous avons le droit et le privilège de parler au Roi en tout temps. En effet, nous sommes invités à lui demander n’importe quoi: « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins » ( Hébreux 4:16 ).

Quand Christ était dans son ministère sur terre, il n’a pas eu recours à la prière pour obtenir la pensée du Père. Il a dit, « Le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père » ( voir Jean 5:19 ). Aujourd’hui il nous a été donné le même niveau d’accessibilité au Père que Christ avait. « Vous direz peut-être, Un instant. J’ai le même accès au Père que Jésus avait ? »

Ne vous y trompez pas. Tout comme Jésus, nous devons prier souvent et ardemment, cherchant Dieu, s’attendant au Seigneur. Nous n’avons pas à avoir recours au supplications pour recevoir de Dieu de la force ou des directives, car nous avons son même Esprit vivant en dedans de nous. Et le Saint-Esprit nous révèle la pensée et la volonté du Père.

lundi 5 octobre 2009

QUATRE ESPÉRANCES

Dieu est un faiseur de promesses et est fidèle dans ses promesses, et il m’a parler dans mon coeur à propos de quatre choses dont le peuple de Dieu devrait lui faire confiance. Ces espérances sont basées sur des promesses que Dieu nous a fait.

1- Attendez-vous à être récompenser pendant que vous vous appliquez à le chercher. « ( Dieu ) et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. » ( Hébreux 11:6).

Vous pouvez demander avec foi à Dieu un témoignage, qui encouragera et qui ravivera votre confiance. Dieu est toujours à l’heure, et il sait que vous avez besoin d’un rayon d’espoir et de bonnes nouvelles dans votre temps d’épreuve. Attendez-vous à ce qu’il tienne ses promesses et qu’il vous récompense lorsque vous expérimentez un grand besoin. Dieu ne peut mentir. Il dit qu’il récompense ceux qui s’appliquent à le chercher. Cherchez-le quotidiennement et croyez que cette année sera l’année de grande bénédictions spirituelles.

2- Attendez-vous de voir de façon évidente un miracle progressif dans votre vie. « Car tout est possible à Dieu. » ( Marc 10:27 ).

Je crois dans des miracles instantanés et progressifs. Les miracles progressifs commencent dans ce qui ne se voit pas, dans les choses discrètes qui se manifestent petit à petit, une petite miséricorde à la fois. Attendez-vous à voir Dieu agir de façons mystérieuses, invisibles à l’oeil humain.

3- Attendez-vous d’entrer dans le lieu de repos que Dieu vous a promis. « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu...Efforçons-nous donc d'entrer dans ce repos » ( Hébreux 4:9,11 ).

Depuis quelques années, j’ai vu un déversement d’incroyables calamités, de problèmes et d’épreuves. Au milieu de tout cela, le Seigneur désire que vous croyez en sa capacité de vous amener dans son repos selon ses promesses. Dieu n’a jamais voulu que ses enfants vivent dans la crainte et le désespoir. Nous avons besoin d’une foi inébranlable et une confiance en Dieu face à nos craintes, aux troubles et à la mort elle-même.

4- Attendez-vous à ce que le Saint-Esprit soit toujours dans son temple. « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous ? » ( 1er Corinthiens 6:19 ).

Le Saint-Esprit habite dans le coeur des croyants. Il est omniprésent dans le monde entier. Je constate à chaque jour, qu’il est ici dans son temple pour me consoler, me guider, m’encourager, me oindre, et pour me révéler la gloire de Jésus-Christ par des révélations qui ne cessent de grandir. Il désire que vous vous attendiez en la manifestation de sa présence pour vous, et de plus en plus, à chaque jour qui se défile. Il veux vous amener dans une foi inébranlable, tout comme il a fait avec ses disciples.

Croyez en ses promesses! Tenez fermes dans vos espérances et vous verrez Dieu faire des choses merveilleuses.

vendredi 2 octobre 2009

Rechercher la face de Dieu

Dans Psaumes 27, David supplia Dieu intensément dans une urgente prière. Il invoque au verset 7, " Éternel ! écoute ma voix, je t'invoque: Aie pitié de moi et exauce-moi! "Sa prière est ciblée sur un seul désir, une ambition, quelque chose qui maintenant le consume tout entier: " Je demande à l'Éternel une chose, que je désire ardemment " ( 27:4 )

David témoigne, " J’ai une prière, Seigneur, une demande. C’est le plus important but de ma vie, ma prière constante, la seule chose que je désire. Et je le rechercherai avec tout ce qu’il y a en moi. Cette seule chose me consume à atteindre mon but. "

Quel était cette chose que David désirait au-delà de toutes choses, l’objectif de préparer son coeur à l’obtenir? Il nous dit: " Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l'Éternel, Pour contempler la magnificence de l'Éternel Et pour admirer son temple " ( 27:4 )

Ne vous y trompez pas: David n’était pas ascétique, tentant de fuir le monde extérieur. Il n’était pas un ermite, cherchant à se caché dans un lieu désertique. Non, David était un homme passionné dans ses actions. Il était un grand guerrier, avec de grande foule chantant ses victoires dans les batailles. Il était aussi passionné dans ses prières et dévotions, avec un coeur désirant ardemment Dieu. Et le Seigneur a béni David dans la multitude des désirs de son coeur..

En effet, David a goûté à tout ce qu’un homme peut désirer dans la vie. Il a connu la richesse, le pouvoir et l’autorité. Il a reçu le respect, les louanges et l’adulation des hommes. Dieu lui a donné Jérusalem comme capital pour le royaume et il était entourés d’hommes dévoués prêt à mourir pour lui.

Le plus important, David était un adorateur. Il était un homme de louanges qui remerciait Dieu pour toutes ses bénédictions. Il a témoigné, " Le Seigneur étend ses bénédictions sur moi quotidiennement. "

David disait en effet, " Il y a une manière de vivre que je recherche maintenant---un endroit bien établi dans le Seigneur que mon âme désire. Je veux un intimité spirituel ininterrompu avec mon Dieu " Ceci était ce que David voulait dire quand qu’il a prié, " Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l'Éternel, Pour contempler la magnificence de l'Éternel Et pour admirer son temple " ( 27:4 ).