vendredi 30 janvier 2009

LE TEMOIGNAGE DU SAINT-ESPRIT!

« Et l’Esprit–Saint témoigne que cela est vrai, car l’Esprit est la vérité. » (1 Jean 5 :6)
Il y a des moments où le témoignage intérieur du Saint-Esprit ne me permet pas de rester silencieux. L’Esprit se saisit de moi et je dois parler.

Le Saint-Esprit demeure en nous pour révéler ce qui est vrai et ce qui est faux. Il parle avec une petite voix calme au fond du cœur. Plusieurs de nos prédécesseurs dans la foi croyaient à cette œuvre du Saint-Esprit en chaque croyant. Ils prêchaient sur le fait d’avoir « le témoignage du Saint-Esprit » mais de nos jours, je n’entends plus prêcher sur cette vérité. En fait, le témoignage du Saint-Esprit est quasiment non entendu dans la plus part des églises modernes.

Les croyants ont besoin de ce témoignage plus que jamais, et nous en aurons de plus en plus besoin alors que le jour du Seigneur approche ! Satan est venu effrontément, comme un ange de lumière, pour tromper, si c’était possible les élus de Dieu. Sa séduction diabolique est en train de croître : fausses doctrines, faux enseignants et faux évangiles.

Le témoignage intérieur du Saint-Esprit opère sur le « principe de la paix ». La paix de Dieu est la plus grand-chose que vous puissiez avoir et lorsque qu’elle est perturbée, vous pouvez être sûr que le Saint-Esprit est en train vous parler ! Quand il y a un trouble dans votre esprit- une secousse et une agitation au plus profond de vous - Dieu vous dit qu’il y a quelque chose de faux. Vous ressentirez sa gêne, sa peine et sa colère !

« Laissez la paix régner dans vos cœurs » (Colossiens 3 :15) Chaque péché caché, non confessé va amoindrir la précieuse paix du croyant ! Son cœur sera tourmenté par la culpabilité, la condamnation, la peur et le Saint-Esprit lui dira seulement ces mots : « Repens-toi ! Fuis ! »

Oui, le Saint-Esprit vous parlera pour vous corriger ; il traitera du péché, de la justice et du jugement.

Mais quand il s’agit de vous donner une direction, c’est la même petite voix calme qui vous dira que faire et où aller- il n’œuvre pas dans un vase souillé !

Si vous persistez dans le péché, si vous ne confessez pas votre péché ou n’acceptez pas de lui faire face, votre cœur vous alimentera de pensées mensongères. Vous entendrez des enseignements qui vous conforteront dans votre péché. Vous viendrez à penser ceci « : « Mon problème n’est pas si mal. Je ne ressens pas de conviction de péché. » Mais vous serez complètement dans l’égarement !

Esaïe parla des gens qui déclaraient qu’ils voulaient le véritable conseil de Dieu, ils disaient : « « Vite, vite que se réalise ce que le Seigneur doit faire, nous voudrions voir ça ! Que le conseil du Dieu d’Israël, le vrai, l’unique, arrive à échéance, nous aimerions le connaître ! » (Esaïe 5 :19)

Mais ces gens avaient de la tromperie dans leurs cœurs et ils en arrivèrent à pervertir tous les conseils !Le péché avait déformé leur jugement ! Par conséquent, ils n’étaient plus en mesure de discerner le mal et ils appelaient impur tout ce qui était juste et saint. Esaïe dit à leur sujet : « Quel malheur de voir ces gens qui déclarent bien ce qui est mal et mal ce qui est bien ! Ils prétendent que ce qui est clair est sombre et que ce qui est sombre est clair. De ce qui est doux, ils en font quelque chose d’amer et de ce qui est amer, ils en font quelque chose de doux. » (Esaïe 5 :20)

jeudi 29 janvier 2009

DEMEUREZ DANS L’AMOUR DU PERE

Avez-vous déjà eu un ami ou un bien-aimé qui vous a déclaré sans raison apparente: « Es-tu en colère contre moi? Ai-je fait quelque chose de mal ? »

Peut-être étiez-vous simplement silencieux et pensif donc vous avez répondu : « Non, je ne suis pas en colère. Tu n’as rien fait qui puisse me blesser. En ce moment, je suis juste calme. »

Mais, cette personne continue : « Ai-je dit quelque chose ? »
« Non, tu n’as rien dit. Tout va bien. »

Finalement, pour convaincre cette personne, vous devez la prendre dans vos bras: « Regarde, je t’aime, je ne suis pas en colère. Mais si tu continues avec cela, je vais être fâché ! »

Bien-aimé, c’est ainsi que nous traitons notre Père céleste ! A la fin de la journée, nous allons dans le lieu secret et nous disons: « Voyons voir ce que j’ai fait aujourd’hui qui a déplu au Seigneur. En quoi ai-je mal agit? Qu’ai-je oublié de faire? Je suis incapable, je me demande comment Il peut m’aimer. Seigneur pardonne-moi encore une fois. Un jour, je serai obéissant, et ça sera plus facile pour toi de m’aimer.”

Mais Dieu est là tout le temps, il veut vous étreindre ! Il veut vous montrer combien Il vous aime tant, Il veut que vous vous étendiez et vous reposiez dans son amour !

Quand le fils prodigue est rentré à la maison, il a été le bienvenu dans la maison de son père. Il a reçu une nouvelle tunique, il a mangé à la table de son père et il fut totalement pardonné. Le fils était convaincu de l’amour de son père ! Il savait que son père le soutiendrait, travaillerait avec lui et l’aimerait. Notre Père céleste est ainsi envers nous.

Peu importe quelle distance nous sépare du Père, nous avons un libre accès pour revenir à lui. Mais nous devons croire la Parole de Dieu, Il nous «a rendus agréables dans le bien-aimé » (Ephésiens 1 :6).

Il attend, avec les bras grands ouverts pour étreindre, tous ceux qui acceptent l’accès qu’Il nous donne pour revenir à son amour.

mercredi 28 janvier 2009

J’AI LIMITE DIEU EN ME CONTENTANT DE SI PEU!

Dieu a tellement à vous donner. Son désir est « d’ouvrir les écluses des cieux et de répandre sa bénédiction et de vous combler de bienfaits. (Malachie 3 :10)

Il est debout dans son entrepôt et Il dit: « je suis un Dieu qui aime et qui donne, mais si peu reçoivent de moi. Ils ne me laissent pas être Dieu pour eux ! »

Bien sûr, nous remercions Dieu pour tout ce qu’Il a fait et nous a déjà donné. Pourtant, nous ne devons pas être satisfaits de ce que nous considérons comme beaucoup ! De nombreux chrétiens sont satisfaits d’être assis dans l’église et de profiter de la présence de Dieu. Ces personnes ne sont rien de plus que des « éponges satisfaites » ! Elles absorbent tout mais elles limitent Dieu dans leurs vies tandis qu’Il veut tant les oindre pour servir.

Lorsque les disciples s’émerveillèrent des miracles de Christ, Jésus leur répondit: «Dieu a prévu des choses encore plus grandes pour vous! » Un grand nombre d’entre nous sont comme les disciples.

Nous voyons un miracle et nous sommes satisfaits au point d’en parler tout le reste de nos vies.
Cependant, si nous connaissions vraiment le Seigneur et le laissions être Dieu pour nous, nous lui aurions demandé beaucoup plus :

- Nous aurions saisi le ciel par la foi, croyant que Dieu enlèverait les responsables sans foi ni loi dans les villes, les départements et les régions. Nous ferions tomber les principautés et les puissances comme Dieu l’a dit !

- Nous aurions cru que Dieu nous aiderait à saturer notre ville de l’Evangile de Jésus. Nous nous serions levés avec foi contre toute arme forgée contre nous et nous aurions brisé toute forteresse satanique dans nos familles et nos églises.

Notre vision serait sans limite. Nous aurions cru que Dieu pourrait même faire des choses plus grandes pour son royaume !

mardi 27 janvier 2009

CONNAITRE DIEU COMME IL DESIRE QU’ON LE CONNAISSE

Jésus déclara « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14:9). Nous devons voir Jésus non pas comme un enseignant mais comme le Saint-Esprit nous le révèle- comme Dieu veut qu’on le connaisse et le voit !

Nous devons avoir la vision et le témoignage de Dieu du Christ, alors nous connaîtrons Dieu comme Il veut être connu !

Voici la manière dont Dieu veut que nous voyions son Fils: « Tout don excellent et tout cadeau parfait viennent d’en haut, du Père de toutes les lumières, en qui il n’y a ni changement ni ombre de variation. » (Jacques 1:17)

Jésus était un cadeau! Dieu a emballé toutes ses ressources en Jésus- « Il donna son Fils unique… » (Jean 3 :16) Christ est le don et le cadeau parfait de Dieu pour nous, de la part du Père ! Voyez-vous Jésus comme le cadeau parfait du Père pour vous ? Le considérez-vous comme celui dont vous avez besoin pour vivre avec joie, avec justice, victorieusement, paisiblement et dans le repos ?

Il y a des milliers d’années, avant que vous soyez crée(e) , Dieu vit vos blessures et vos besoins futurs. Il savait bien avant le temps que vous auriez à régler vos problèmes. Il n’a pas emballé sa réponse et envoyé celle-ci dans un livre de règles ou dans un régiment d’hommes ayant réponse à tout. Non, Il nous donna une solution à toutes nos crises et tous nos besoins- un homme, un chemin, une réponse pour tout ce dont nous avons besoin: Jésus-Christ !

Dieu vous dit: « Je ne veux pas que tu vives pour demain ! Regarde seulement derrière-toi et tu verras qu’aujourd’hui aurait pu être ton meilleur moment. Jésus ne peut être meilleur ou plus fort qu’Il ne l’est maintenant. Pourquoi ne me laisses-tu pas être Dieu pour toi aujourd’hui ? »

lundi 26 janvier 2009

CONNAITRE SA VOIX

Ceux qui connaissent véritablement le Seigneur ont appris à reconnaître sa voix parmi toutes les autres. Il veut que vous soyez absolument convaincus qu’Il veut vous parler, pour vous dire des choses que vous n’avez jamais vues ou entendues.

Je crois qu’il y a 3 choses requises pour ceux qui veulent entendre la voix de Dieu !

1. Une assurance inébranlable que Dieu veut vous parler. Vous devez être totalement persuadé et convaincu de cela. En effet, c’est un Dieu qui parle, et Il veut que vous connaissiez sa voix afin que puissiez faire sa volonté. Ce que Dieu vous dit n’ira jamais au-delà des limites de l’Ecriture.

2. Temps de qualité et calme. Vous devez être prêt à vous enfermer avec Dieu et laisser toutes les autres voix s’effacer. Il est vrai que Dieu nous parle toute la journée. Mais à chaque fois qu’Il a voulu construire quelque chose dans ma vie, sa voix s’est fait entendre seulement après que j’ai fait taire toutes les autres voix que la sienne.

3. Demander avec foi. Nous n’obtenons rien du Seigneur (sa voix incluse) à moins que nous croyions véritablement qu’Il est capable de nous transmettre sa pensée, pour nous rendre capable de comprendre sa volonté parfaite !

Dieu n’est pas un testeur ! Il ne permettra pas à l’ennemi de vous tromper. Quand Dieu parle, la paix s’ensuit et Satan ne peut pas faire une contrefaçon de cette paix !

« Mais celui qui rentre par la porte c’est le berger des brebis. Le portier lui ouvre et les brebis entendent sa voix et il appelle chaque brebis par son nom et il les conduit dehors. Quand il les fait sortir, il se place devant elle et elles e suivent car elles connaissent sa voix. Et elles ne suivront pas un étranger, elles fuiront loin de lui car elles ne connaissent pas le voix des étrangers. (Jean 10 :2-5)

vendredi 23 janvier 2009

LA OU VOUS VOUS TENEZ

Dans Exode 33, Moïse ignorait que Dieu allait le conduire à une plus grande révélation de sa gloire et de sa nature. Cette révélation sera au-delà de l’amitié et de l’intimité. C’est une révélation que Dieu veut communiquer à toutes les personnes blessées.

Le Seigneur dit à moïse qu’il allait lui montrer sa gloire : « L'Éternel répondit : Je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de l'Éternel ; je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde » (Exode 33 :19) Alors, il ajouta, « L'Éternel dit : Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre….Voici un lieu près de moi ; tu te tiendras sur le rocher. Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu'à ce que j'aie passé. » Exode 33: 20-22

Le mot hébreu pour ‘gloire’ dans ce texte signifie « moi-même ». Dieu déclarait à Moïse : « Je passerai moi-même près de toi ». Une traduction dit ceci : » Je te cacherai dans une cavité du rocher, et je de te défendrai avec ma puissance protectrice jusqu’à ce que je sois passé. »

C’est ce que l’apôtre Paul signifie lorsqu’il dit que nous sommes « cachés en Christ ». Quand nous offensons le Seigneur- quand nous péchons sérieusement contre la lumière, nous ne devons pas rester dans notre condition de chute. Au lieu de cela, courons rapidement vers Jésus pour nous cacher dans le rocher qu’Il est. Paul écrivit : « Nos pères…ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. » 1 Corinthiens 10 :1-4

Quelle était immense révélation que le Seigneur donna à Moïse à son sujet ? Quelle est cette vérité le concernant que nous devons garder dans nos cœurs ? C’est celle-ci :

« L'Éternel dit à Moïse …Sois prêt de bonne heure, et tu monteras dès le matin sur la montagne de Sinaï…L'Éternel descendit dans une nuée, se tint là auprès de lui, et proclama le nom de l'Éternel. Et l'Éternel passa devant lui, et s'écria : L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l'iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième génération! » (Exode 34 :1, 2 et 5-7)

Ici se trouve la plus grande révélation, l’image complète de qui est Dieu. Le Seigneur dit à Moïse,

« Rends-toi à ce rocher le matin. Je te donnerai un espoir qui te gardera. Je te montrerai mon cœur comme tu ne l’as jamais vu avant auparavant. Quelle fut cette « gloire » que Moïse sollicita auprès du Seigneur.

Voici cette gloire: « un Dieu qui est plein de miséricorde, de grâce, persévérant et généreux en bonté et vérité, il garde sa miséricorde à toujours, il pardonne les iniquités, les péchés et les transgressions et il ne laissera pas le coupable pour innocent. »

Christ est l’expression complète de cette gloire. En effet, tout ce qui est dans le Père se trouve incarné dans le Fils et Jésus a été envoyé sur terre pour nous apporter cette gloire.

jeudi 22 janvier 2009

UN TEMPS DE RECONNAISSANCE !

C’est pendant un temps de difficultés personnelles récentes que le thème rendre grâce m’est venu à l’esprit. A cette période, des travaux importants devaient avoir lieu dans le bâtiment de l’église. Les problèmes des membres de l’assemblée s’accroissaient. Tout mon entourage semblait faire face à des épreuves et j’en ressentais le fardeau.

Je me rendis à mon bureau et m’assit, j’étais apitoyé sur moi-même. J’ai commencé à me plaindre au Seigneur: « Seigneur, combien de temps me garderas-tu encore dans ce feu ? Combien de temps dois-je prier avant que tu interviennes ? Quand vas-tu me répondre ? »

Soudainement, le Saint-Esprit tomba sur moi, et j’eu honte. Il murmura à mon cœur: « commence à me remercier maintenant, David. Apporte-moi un sacrifice d’actions de grâce, pour toutes les choses que j’ai faites dans le passé pour toi et que je ferai dans le futur. Donne-moi une offrande de reconnaissance et soudainement toute ta perspective sera transformée ! »

Ces mots restèrent imprimés dans mon esprit. Mais je m’interrogeais: « Qu’est ce que cela signifie quand le Seigneur dit ‘un sacrifice de reconnaissance’ ?» J’ai recherché cette expression dans la Parole et j’ai été ébahi à la lecture des références trouvées:

« Qu'ils offrent des sacrifices d'actions de grâces, Et qu'ils publient ses oeuvres avec des cris de joie ! » (Psaume 107 :22)

« Je t'offrirai un sacrifice d'actions de grâces, Et j'invoquerai le nom de l'Éternel. » (Psaume 116 :27)

« Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur ! » (Psaume 95 :2)

« Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom ! » (Psaume 100 :4)

Nous vivons à une époque où notre souverain sacrificateur a déjà présenté le sacrifice de son propre sang au Père pour l’expiation de nos péchés. Christ a effacé toutes nos transgressions, elles ne seront jamais retenues contre nous. Ainsi, pour nous, l’œuvre d’expiation est terminée.

Pourtant, comme les Israélites, nous devons continuer à venir dans la cour du Seigneur comme dans le psaume 100, avec des actions de grâce et des louanges. Et nous devons apporter 2 «boucs». « Apportez avec vous des paroles, Et revenez à l'Éternel. Dites-lui : Pardonne toutes les iniquités, Et reçois-nous favorablement ! Nous t'offrirons, au lieu de taureaux, l'hommage de nos lèvres. » (Osée 14 :2)

Le mot « taureaux » ici représente nos lèvres et nos paroles. Le sens de cette phrase en hébreu est : « nous offrirons nos jeunes bœufs et même nos lèvres. »

Notre offrande d’actions de grâce doit être faite de 2 boucs- une offrande de nos lèvres ou de nos voix. Dieu déclare « apportez en ma présence vos paroles de reconnaissance. Parlez, chantez moi des louanges ! »

Nous n’avons plus à apporter des sacrifices de sang ou d’argent ou d’or pour l’expiation. Au lieu de cela, nous devons lui apporter un sacrifice de louange et de reconnaissance avec nos lèvres : « Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. » Hébreux 13 :15

Le « fruit de nos lèvres » c’est la reconnaissance et les remerciements !

mercredi 21 janvier 2009

LE CHANT JUSTE SUR LA MAUVAISE RIVE

Lorsque les enfants d’Israël furent mis à l’épreuve, étaient-ils supposés exprimer de la reconnaissance et offrir des actions de grâce au Seigneur ? Tandis qu’ils étaient dépassés et maintenus dans une situation sans espoir, Dieu s’attendait-il véritablement à ce qu’ils aient une telle réaction ? Oui, absolument!

C’était le secret pour sortir de cette difficulté. Voyez vous, au travers de nos périodes de troubles et d’épreuves invraisemblables, Dieu veut quelque chose de spécial venant de nous.
Il veut que nous lui offrions un sacrifice d’actions de grâce au milieu de nos circonstances déroutantes !

Je crois que Jacques avait découvert cette vérité quand il affirma : « …considérez comme un sujet de joie, les diverses épreuves… » (Jacques 1:2) Il disait « n’abandonnez pas ! Construisez un autel dans vos cœurs et offrez des sacrifices d’actions de grâce avec joie dans vos situations difficiles. »

Bien sûr, les enfants d’Israël n’offrirent ni louanges ni actions de grâce au Seigneur sur la rive de l’épreuve, mais ils le firent du mauvais côté de la Mer Rouge ! Oui, le peuple fut dans la joie toute la nuit mais Dieu n’eut pas de plaisir en cela. Tout le monde peut crier de reconnaissance après la victoire. Mais la question que Dieu posa à Israël fut : « M’adorerez-vous avant que je vous envoie du secours alors que vous êtes en pleine bataille ? »

Je crois que si le peuple d’Israël s’était réjoui sur la rive de l’épreuve de la Mer Rouge, il n’aurait pas été testé à nouveau aux eaux de Mara. Ayant réussi le test de la Mer Rouge, les eaux de Mara n’auraient pas été amères mais douces. Et Israël aurait vu l’eau jaillir partout dans le désert au lieu d’avancer assoiffé.

Dieu, aide-nous à chanter le chant juste sur la rive de nos épreuves. Cela apporte la plus grande source de bonheur à notre Père céleste.

Traversez-vous actuellement le temps le plus difficile de votre vie ? Alors chantez! Adorez! Dites au Seigneur, « tu peux le faire, tu m’as délivré auparavant et tu peux me délivrer maintenant. Je me repose dans ta joie! »

mardi 20 janvier 2009

UN SACRIFICE D’ACTION DE GRACE

Un des versets les plus importants de l’Ecriture se trouve dans la première épître de Pierre. L’apôtre parle de la nécessité d’avoir une foi éprouvée : « afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable, qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra, » (1 Pierre 1:7)

Dans le même passage, Paul nous parle des choses auxquelles nous devons nous attendre quand notre foi est testée : « … quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves, » (v6)

Le mot grec utilisé pour épreuve ici signifie « prouver, examiner, éprouver avec des difficultés et des oppositions. » Pierre dit, « si vous suivez Jésus Christ, alors vous allez avoir de lourdes épreuves et tentations. Vous allez être sévèrement testés ! »

Ce passage suggère ce que Dieu déclare « Votre foi m’est précieuse- plus précieuse que toutes les richesses du monde qui disparaîtront un jour. Et à la fin des temps- quand l’ennemi déploiera toute sorte de mal contre vous- je veux que soyez capables de vous lever avec force et avec une foi inébranlable. »

Plus loin, il dit, « Pendant chaque jour sombre, je vous garderai et je vous bénirai.
Votre rôle est simplement d’avoir foi en moi. Vous serez gardés par ma puissance au travers de la foi ! »

Pierre nous dit: « le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux » (2 Pierre 2 :9) Le mot grec ici pour épreuve signifie « testé par l’adversité ».

Paul écrivit: « Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » (1 Corinthiens 10:13).

C’est clair, Dieu ne veut pas nous garder dans l’épreuve. Pourquoi voudrait-il que nous soyons maintenus au milieu de la tentation et de l’affliction ? Il ne tire aucune gloire à tester des enfants- mais il en a du résultat de nos épreuves !

Il n’y a qu’une façon d’échapper à nos épreuves- et c’est en réussissant le test. Pensez à cela: quand vous étiez à l’école, comment vous en êtes-vous sorti ? Vous avez réussi l’examen final. Si vous aviez échoué, vous auriez redoublé.

Ce fut le cas avec l’ancien Israël, quand Dieu les conduisit à la Mer Rouge. Dieu était en train de tester son peuple, les éprouvant et les mettant à l’épreuve.

Il les conduisit au seuil de la destruction- entourés des montagnes des 2 côtés, la mer d’un côté et un ennemi en route de l’autre côté.

Pourtant, le Seigneur mis Israël dans cette situation car Il s’attendait à une certaine réaction de sa part. Il voulait que son peuple reconnaisse son incapacité. Ils voulaient les entendre dire « nous nous souvenons comment le Seigneur nous a délivré des plaies. Nous nous rappelons comment Il nous a sorti de la fournaise d’affliction quand nous devions faire des briques sans paille ni repos. Alors Dieu nous délivra et Il le fera encore ! Réjouissons-nous de sa fidélité. Il est Dieu et Il nous a donné des promesses qu’Il tiendra. Il nous gardera de tout ennemi qui viendra contre nous. »

lundi 19 janvier 2009

CONNAITRE DIEU

Je suis sur le point de vous faire une déclaration choquante, et je pèse chacun de mes mots : je ne connais pas véritablement Dieu ! En fait, je ne le connais pas comme lui veut que je le connaisse.

Comment puis-je le savoir ? Le Saint-Esprit me l’a dit. Il m’a murmuré affectueusement, « David, tu connais pas Dieu comme il voudrait que tu le connaisses. Tu ne le laisses pas être Dieu en toi. »

Dans l’ancien testament, Dieu conduisit un peuple auprès de lui- un peuple pas plus riche ou intelligent que les autres- uniquement pour être son Dieu : « Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu, et vous saurez que c'est moi, l'Éternel, votre Dieu » (Exode 6:7). Dieu déclara « je vais vous enseigner à être mon peuple- afin que je sois votre Dieu ! »

En fait, Dieu se révéla et se manifesta à plusieurs reprises à son peuple. Il envoya des anges. Il leur parla audiblement. Il accomplit chaque promesse avec de grandes délivrances. Pourtant, après 40 ans de miracles, de signes et de prodiges, Dieu fait la déclaration suivante au sujet de son peuple : « vous ne me connaissez pas- vous ne connaissez pas mes voies ! »

« Pendant quarante ans j'eus cette race en dégoût, Et je dis : C'est un peuple dont le coeur est égaré ; Ils ne connaissent pas mes voies. » (Psaume 95:10). Dieu dit:” Dans tout cela, vous ne m’avez jamais laissé être Dieu ! Pendant ces 40 années où j’ai voulu vous enseigner, vous ne me connaissez toujours pas, vous ne savez même pas comment j’oeuvre ! »

Dieu est toujours à la recherche de personnes qui le laisseront être Dieu dans leur vie au point où ils le connaîtront véritablement et apprendront ses voies !

L’Ecriture déclare au sujet d’Israël : « Ils ne cessèrent de tenter Dieu, Et de provoquer le Saint d'Israël. » (Psaume 78 :41) Israël se détourna de Dieu par son incrédulité et de même, je crois qu’aujourd’hui, nous limitons Dieu par notre incrédulité et nos doutes.

Nous faisons confiance à Dieu dans la plupart des domaines de notre vie- mais notre foi a toujours des limites et des frontières. Nous avons au moins un domaine que nous barricadons car nous ne croyons pas réellement que Dieu va s’en charger pour nous.

Je limite Dieu dans le domaine de la guérison. J’ai prié pour la guérison physique de beaucoup et j’ai vu Dieu faire des miracles successivement. Mais quand il s’agit de mon propre corps, je limite Dieu ! J’ai peur de le laisser être Dieu en moi. Je m’administre des médicaments ou je cours chez le docteur avant même que je prie pour moi-même ! Je ne dis pas qu’il est mauvais d’aller chez le docteur mais parfois je fais partie de ceux qui ne cherchent pas le Seigneur mais des médecins. (2 Chroniques 16 :12)

Je vous pose la question suivante : priez-vous que le Seigneur fasse tomber les murs en Chine et à Cuba- mais quand il s’agit du salut de votre propre famille, vous n’avez pas un gramme de foi ? Vous pensez « Dieu ne veut pas faire cela. Mon bien-aimé est un cas difficile. Dieu ne semble pas m’entendre à ce sujet. »

Si cela est vrai, vous ne le considérez pas comme Dieu ! Vous ignorez ses voies ! Le désir de Dieu est de faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons» (Ephésiens 3:20)

Les soixante dix anciens mangèrent et burent dans la présence de Dieu sur la montagne. Pourtant, le Seigneur déclara à leur sujet : « Vous ne me connaîtrez jamais ni mes voies ni moi-même ! »

Les disciples passèrent 3 ans dans la présence de Dieu- avec Christ, qui était Dieu incarné. Ils assistèrent à ses enseignements et furent avec lui jour et nuit. Malgré cela, à la fin, ils l’abandonnèrent et fuirent- parce qu’ils ne connaissaient pas ses voies!

Jésus dit que Dieu n’écoute pas nos prières ou louanges simplement parce que nous les répétons en boucle pendant des heures. Il est possible de prier, jeûner et faire des choses justes sans pour autant avoir faim de le connaître et comprendre ses voies. Nous n’apprenons pas seulement ses voies dans le lieu secret bien que tous ceux qui le connaissent aient une intimité avec lui. Vous ne pouvez pas connaître Dieu sans passer de temps avec lui en prière. Mais la prière doit inclure un temps de qualité où on laisse Dieu être Dieu- déposant chaque besoin et requête dans ses mains sans les reprendre.

vendredi 16 janvier 2009

AU BOUT DU ROULEAU ?

Etes-vous au bout du rouleau? Fatigué, abattu, sur le point d’abandonner ? Je vous lance le défi de répondre aux questions suivantes par un simple oui ou non :

- Est-ce que la Parole de Dieu nous promet de répondre à tous nos besoins ?
- Jésus a t-il dit qu’il ne nous abandonnera jamais et qu’il sera avec nous jusqu’à la fin des temps ?
- A-t-il déclaré qu’il nous gardera de chuter et qu’il nous présentera sans faute devant le trône du Père ?
- A-t-il dit qu’il pourvoira à tous nos besoins à tout moment ? A-t-il promis de nous donner tout ce qu’il faut pour répandre l’Evangile ?
- Est-il plus disposé à vous donner que vous êtes prêt à recevoir ? Celui qui est en vous est-il plus grand que celui qui est dans le monde ?
- Ces pensées à votre sujet sont-elles bonnes ? Est-il celui qui récompense ceux qui le cherchent avec ferveur ?
- Est-il en train de vous préparer une place dans la gloire ? Est-il celui qui vient sur les nuées pour ramener son peuple à la maison ? Partirez-vous avec lui lorsqu’il viendra ?

Votre réponse à toutes ces question devrait être : “Oui, absolument ! ”

A présent, faites un bilan, interrogez-vous : est-ce que je crois véritablement que Dieu est fidèle à sa parole ou suis-je ébranlé(e) dans ma foi ?

“Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés,sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.

Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu'il l'a demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre. Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur. (Jacques 1:2-7).

Vous pouvez vous emparer de la sagesse de Dieu, celle qui permet de résoudre tous les problèmes de la vie- si vous croyez sans douter en fondant votre vie entière ainsi que votre futur sur ses promesses.

Dieu a donné à tous les hommes…avec libéralité…la sagesse.

jeudi 15 janvier 2009

METTEZ Y VOTRE COEUR!

Dieu n’accepte aucun service à contre coeur:” Et tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur pour le Seigneur et non pour les hommes. » (Colossiens 3 :23) De bon cœur signifie, « de tout votre cœur, avec toute votre force, tout ce qui est en vous. »
Paul écrit: “Que chacun donne comme il l'a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte [ni réticence] ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. » (2 Corinthiens 9:7)
L’apôtre fait une double application concernant le don, il concerne nos offrandes d’argent et aussi le don de nos vies pour l’oeuvre de Dieu!

Paul écrivit à l’église en Macédoine pour lui supplier de faire une collecte en faveur des saints pauvres et souffrants à Jérusalem. Ces macédoniens étaient si dévoués au Seigneur qu’ils ont donné dans leur pauvreté !
« Et non seulement ils ont contribué comme nous l'espérions, mais ils se sont d'abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu. » (2 Corinthiens 8:5)
Paul déclara que les macédoniens donnèrent plus que de l’argent. Ils lui dirent,” Voici notre offrande. Maintenant, que veux tu que nous fassions? Nous voulons nous offrir pour servir l’oeuvre du Seigneur!“ Ils n’épargnèrent rien pour servir le Seigneur et leurs frères !

« Ils ont, je l'atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au delà de leurs moyens, » (8 :3) Ils donnèrent au-delà de leurs possibilités humaines avec beaucoup de prière !

Si vous donnez seulement car cela vous est commandé ou si vous vous demandez toujours : « Est-ce que la dîme est un concept du Nouveau Testament ou juste de l’Ancien Testament ? » L’attitude de votre cœur est mauvaise ! Si vous donnez 10% de vos ressources car le pasteur vous le demande, c’est mauvais aussi. Aucune de ces choses n’atteint l’essence même de donner.

Si vous vous voulez vous donner complètement au Seigneur et à son œuvre, vous devez le faire avec joie ! « …; car Dieu aime celui qui donne avec joie ! » (2 Corinthiens 9:7)

Je suis directement concerné par ce passage car si souvent je vis et œuvre dans le ministère sans la joie du Seigneur. J’entends tellement de chrétiens dire : « Je suis abattu, je ne sais pas comment je vais m’en sortir. Oh ! Dieu viens et fortifie-moi ! » C’est un cri humain, commun à tous.
Pour nous donner à Dieu d’une façon qui lui est agréable, nous devons le faire dans un esprit joyeux, avec la foi d’un enfant.

Le mot grec « gai» signifie « hilarant, heureux, joyeux, » avoir un cœur léger, de bonne volonté, contentement, être plein d’hilarité. Dieu dit « Peu importe ce que tu fais comme travail pour moi, que ce soit intercéder, louer dans ma maison ou me rechercher dans le lieu secret, fais le avec joie ! Sois joyeux et généreux en tout, ton argent, ton service, ton temps et ta vie ! »

Je vous pose la question : Est-ce que servir le Seigneur est devenu un ennui ou un poids pour vous ? Est-ce un fardeau qui vous laisse triste et lassé ?
Dieu ne veut pas que vous vous plaigniez du fardeau, Il veut que vous vous débarrassiez de toutes ces choses pesantes dans votre vie en vous saisissant de sa Parole!

Votre chéquier pour avoir accès à ses ressources est votre foi ! Il dit « J’ai déjà fais des réserves pour toi. Y a-t-il un besoin dans ta vie trop énorme pour que je puisse le combler ? »

mercredi 14 janvier 2009

SUFFISANT EN TOUTES CHOSES

Pourquoi tant de croyants éprouvent la faiblesse, des sentiments de désespoir et le vide, comme s’ils ne peuvent pas continuer? C'est parce qu'ils n'ont pas la révélation que l'Esprit donna à Paul—une révélation de toutes les provisions que Dieu a rendu possible pour ceux qui revendiquent leur foi!

Est-ce que vous correspondez à la description de Paul d’un serviteur généreux—quelqu’un qui a tout ce qu’il lui faut et même au-delà, à tout moment, dans chaque crise? Avez-vous prouvé cela en faisant appel à la banque du ciel?

Durant plusieurs années, j'ai travaillé avec Kathryn Kuhlman. Je prêchais de tout mon coeur à ses réunions le matin et le soir, et généralement à la fin de la journée, j'étais crevé. Une nuit, Kathryn dit à Gwen et moi, "Sortons et allons manger quelque chose." Je lui dit: "Je suis désolé—je suis trop fatigué. Je dois aller au motel et dormir."

Elle m'a regardé d’un air interrogatuer et me demanda, "David, est-ce que vous avez prêché sous l’onction de l'Esprit, ce soir?" Je lui répondit, "Vous savez que j’étais sous l’onction. Les autels étaient remplis!”

Kathryn dit calmement: “Alors quelque chose vous manque. Si vous fonctionnez sous la puissance de l'Esprit-Saint, vous devriez être plus fort à la fin du service que lorsque vous aviez commence—car il est un Esprit régénérateur! Tu peux surmonter tachair, car avec l'Esprit, tu peux revendiquer cette liberté." Depuis lors, j'ai démontré cette vérité dans mon ministère.

"…afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre.” (2 Corinthiens 9:8) Avoir en abondance ici signifie littéralement, “croître toujours; avoir plus à la fin qu'au début." En d'autres termes, alors que la bataille devient plus acharnée, la grâce de Dieu augmente! Comme la faiblesse tombe sur vous, sa force augmente encore plus—si vous le croyez.

mardi 13 janvier 2009

IL A DÉJÀ POURVU AUX BESOINS

Quand Dieu nous appelle à une oeuvre spécifique, il a déjà pris les dispositions pour tout ce qu'il nous faut pour l'accomplir.

“Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre.” (2 Corinthiens 9:8)

Ce verset n'est pas seulement un espoir—c'est une promesse! Il commence par les mots: "Dieu est capable!"

Dieu n’est pas seulement intéressé à répondre à vos besoins. Il veut toujours vous donner plus que ce dont vous avez besoin. C'est ce que combler signifie—une provision toujours croissante et abondante!

“Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au delà de tout ce que nous demandons ou pensons.” (Ephésiens 3:20)

Pensez à ce qui est promis ici: Lorsque vous êtes abattu et fatigué et ne pensez pas que vous puissiez aller plus loin, Dieu est capable de vous revigorer de telle manière que vous aurez tout ce dont vous avez besoin—à tout moment, dans chaque situation possible.

C'est comme si le Seigneur dit: “Écoutez, vous tous les bergers! Écoutez, vous tous qui assistez fidèlement à ma maison et oeuvrez dans la prière, la louange et l’intercession! Je veux donner une abondance de force, d’espoir, de joie, de paix, de repos, de finances, d’encouragement, de sagesse. En fait, je veux que vous ayez une surabondance de tout ce que vous avez besoin—à tout moment!"

Dieu n'a jamais eu l'intention de nous faire des indigents spirituels, pauvres dans les choses du Seigneur. Au contraire, le serviteur généreux est celui qui bénéficie d'une révélation de toutes les grandes provisions que Dieu a préparé pour lui! Et il essaye d’avoir cette révélation par la foi!

"Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.” (1 Corinthiens 2:9-10)

Paraphrasé, "Nos ancêtres ne pouvaient pas commencer à comprendre toutes les grandes provisions que Dieu avait préparé! Ceci n’entra jamais dans leur vision, ouïe ou imagination. Mais il n'y a aucune raison pour nous d'être aveugle à propos de ces choses, de ne pas savoir ce qui est le nôtre. Nos yeux doivent voir, nos oreilles doivent entendre, ceci doit entrer dans nos coeurs et nos esprits—parce que nous sommes le peuple pour lequel Dieu a préparé tout cela! Le Saint-Esprit nous l’a révélé!"

En effet, la Bible dit que nous devons le rechercher pour cette révélation. Paul écrit: "Or nous, nous avons reçu …l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grace … qu'enseigne l'Esprit … parce que c'est spirituellement qu'on en juge." (12 -14).

Je crois que la plupart des chrétiens n'ont pas honnêtement fait face à la puissance de ces promesses de Dieu! Nous les avons lues plusieurs fois, mais elles restent comme des lettres mortes pour nous. Nous ne les avons pas assumées et disons: "Seigneur, révélez à moi ce que vous avez préparé! Ouvrez mon esprit et mon âme à vos ressources. Votre Parole me dit que je doit savoir toutes ces choses qui me sont données par votre grâce afin que je puisse les revendiquer pour votre gloire! "

lundi 12 janvier 2009

LE SERVITEUR GÉNÉREUX!

Récemment je me suis adressé au Seigneur dans la prière, très découragé, abattu par beaucoup de soucis. J'ai commencé à plaider mon cas devant lui:

"Oh, Seigneur, je n'ai jamais été aussi épuisé de ma vie. Je peux à peine continuer ainsi!" Puis je commença à pleurer. J'étais tellement épuisé que les larmes littéralement sortaient précipitamment de moi. Comme j’étais allongé en pleurant, je me suis dit, “Sûrement mes larmes vont émouvoir le cœur du Seigneur!"

L'Esprit Saint vint et pourvut à mes besoins—mais pas de la façon dont je pensais qu'il ferait! Je voulais de la sympathie, de l’encouragement, et de la compréhension. Et il me donna tout cela—mais dans un sens très différent de ce que j'attendais.

Le Seigneur m'a gentiment instruit d’aller à 2 Corinthiens 9:6-11 et il dit que tout ce dont j'avais besoin était contenu dans ce passage:

Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l'a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre,

selon qu'il est écrit: Il a fait des largesses, il a donné aux indigents; Sa justice subsiste à jamais. Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.”

J'ai lu et relu ce passage—mais je ne reçus rien. Finalement, j'ai fermé ma Bible et je priai, "Seigneur, je suis désorienté. Je ne vois rien ici qui va m’aider ou encourager."

Enfin, l'Esprit me parla avec force mais avec tendresse à mon être intérieur: "David, ceci a tout à fait un rapport avec ce que vous traversez. Les derniers temps, vous m’avez servi sans un esprit généreux et joyeux! Où est votre joie et bonheur dans votre service envers moi? Ma Parole ne dit pas seulement de donner de l'argent pour aider les pauvres. Elle parle d’un ministère pour moi et mon corps!

"Je vous ai appelé à New York et je ne vous pas envoyé sans aide ou de ressources abondantes. Tout ce dont vous avez besoin vous est disponible—force, repos, puissance, capacité, joie et gaieté. Il n'y a aucune raison pour vous de travailler avec tristesse, d'être débordé. Vous avez accès à toute la force et la joie!"

vendredi 9 janvier 2009

APPRENEZ À VOUS DÉFENDRE ET À LUTTER

Vous devez apprendre à vous battre vous-mêmes. Vous ne pouvez pas compter sur quelqu'un d'autre pour votre délivrance!

Vous avez peut-être un ami qui est un guerrier de prière que vous pouvez appeler et dire, "J'ai devant moi une bataille. Allez-vous prier pour moi? Je sais que vous avez le pouvoir de Dieu!" C'est biblique—mais ce n'est pas la volonté complète de Dieu pour vous! Dieu veut que vous deveniez un guerrier! Il veut que vous soyez en mesure de vous défendre contre le diable.

Dieu promit à Gédéon, “Mais je serai avec toi, et tu battras Madian comme un seul homme.” (Juges 6:16) Dieu lui dit: “Je vous ai envoyé—Je serai avec vous!"

Mais alors, les gens de la ville étaient venus à la recherche de celui qui détruisit leurs idoles (voir Juges 6:28-30). Où était Gideon? Il se cachait—toujours incertain des promesses de Dieu, toujours se demandant si Dieu était avec lui. Gédéon dit: “Si l'Éternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils dissent … !"(v. 13) Et il en est ainsi avec beaucoup d'entre nous! Jésus nous a promis: "Je suis avec vous tous les jours." (Matthieu 28:20) Et pourtant, nous n'avons pas appris à demeurer sur sa Parole et à lutter!

Les choses commenceront à changer—le moment où vous serez entièrement convaincu que Dieu est avec vous. Qu'il vous parle et qu'il vous montrera tout ce qu'il vous faut savoir!

Vous êtes plus fort que vous pensez! Comme Gédéon, il se peut que vous vous demandiez, “Comment puis-je lutter? Je suis si faible, si inexpérimenté.” Mais Dieu dit à Gédéon, "Va avec cette force que tu as." (6:14) "Quelle force?" vous vous demandez. La force de Gédéon était complètement liée à la parole de Dieu: “Bien sûr, je serai avec toi."

Bien-aimés, cette même phrase—"Je suis avec vous"—est votre force! Et vous recevrez cette force croyant que cette phrase est la vérité—et en la pratiquant!

jeudi 8 janvier 2009

TRAITEZ VOS CRAINTES ET INCROYANCE

Israël était tombé dans l'idolâtrie. Mais leur péché d’origine était toujours l’incroyance, résultant en toutes sortes de peurs! Et Dieu leur envoya un prophète afin d’exposer leur péché d’origine.

Le prophète leur dit en plusieurs mots, “Regardez-vous—une bande de mauviettes, se cachant, ayant peur de se défendre et de se battre. Vous avez déjà renoncé. Mais vous avez une histoire de la délivrance de Dieu! Il donna de grandes victoires à vos pères quand ils lui faisait confiance. Et il vous a aussi promis de vous délivrer—pourtant vous ne le croyez pas! "(Voir Juges 6:7-10).

Beaucoup de chrétiens sont terrifiés que le diable va les détruire. Ils ont peur de commettre une erreur ou de retourner à leur péché, et le diable obtient ce qu’il désire. Mais c'est un mensonge venant tout droit de l'enfer! La Bible dit que vous ne devez pas être terrifié comme vous marchez à travers cette vie!

Lorsque vous tenez bon à la peur, elle devient contagieuse. Tout le monde autour de vous l’attrape! Lorsque Gédéon rassembla son armée, Dieu lui dit de renvoyer chaque soldat peureux: “Que celui qui est craintif et qui a peur s'en retourne et s'éloigne … Vingt-deux mille hommes parmi le peuple s'en retournèrent." (Juges 7:3)

Dieu prononce les mêmes paroles pour son Eglise aujourd'hui. Il demande: “Pourquoi avez-vous peur? Pourquoi commettez-vous le péché en ne faisant pas confiance en moi d’apporter la victoire à votre vie? J'ai promis de vaincre chaque puissance démoniaque qui vient contre vous! "

Gédéon, le père de Joas, avait érigé des statues de Baal, et la déesse Asherah, construit d'énormes pierres. Son raisonnement était, “Baal a donné à Madian le pouvoir sur nous, alors peut-être si nous adorons leur dieu, il nous donnera du pouvoir." Les gens venaient de loin pour vénérer à cet endroit, y compris les Madianites et les Moabites; c’était un puissante forteresse démoniaque en Israël!

Dieu dit à Gédéon, "Je ne vais pas délivrer Israël, tant que vous ne vous débarrassez pas de cette idole qui existe entre nous. Mettez-le de côté—abattez-le!" Donc, dans le milieu de la nuit, Gédéon “prit dix hommes parmi ses serviteurs, et fit ce que l'Éternel avait dit.” (Juges 6:27) Il prit un bœuf et des cordes usagées pour renverser Baal et Asherah!

Dieu donne à son église aujourd'hui le même message qu’il a donné à Gédéon: "Je veux vous aider—mais je ne peux pas quand vous ne me faites pas confiance. Vous avez plein de peur. Et avant que j’apporte la délivrance, vous allez devoir renverser cette forteresse, ce péché enveloppant!" "Rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte," (Hébreux 12:1) Nous devons renverser toutes les forteresses de la peur et du péché!

Gédéon renversa les forteresses démoniaques en utilisant un boeuf. Mais nous avons reçu des armes beaucoup plus puissantes que celles de Gédéon (voir 2 Corinthiens 10:4-5).

La victoire vient en priant dans la foi. Cela ne signifie pas une prière froide et vide mais une prière dans l'Esprit, une prière qui croit en Dieu pour une réponse: "Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications." (Ephésiens 6:18)

mercredi 7 janvier 2009

COMMENT SE DÉFENDRE ET LUTTER!

Avec toutes les discussions qui ont lieu au sein de l’église concernant la guerre spirituelle, les chrétiens n’ont toujours pas appris comment se défendre contre l’ennemi. Nous sommes un jeu d’enfant pour le diable!

Je ne crois pas que tout malheur qui frappe un chrétien vient du diable. Nous lui reprochons à tort pour beaucoup de notre propre négligence, désobéissance et paresse.

Il est facile de blâmer le diable pour notre bêtise. De cette façon, nous n'avons pas besoin de s’en occuper. Mais il y a un véritable diable présent dans le monde aujourd'hui—et il est très occupé!

Laissez-moi vous dire quelque chose de la stratégie de Satan. S’il n’arrive pas à culbuter le Tout-Puissant de son trône, il essayera de vous arracher l'image de Dieu! Il veut transformer les fidèles en personnes qui murmurent et blasphèment.

Satan ne peut pas vous attaquer à volonté. Dieu a placé un mur de feu autour de chacun de ses enfants, et Satan ne peut pas aller au-delà de ce mur sans la permission de Dieu.

Satan a peut pas lire un esprit chrétien. Certaines personnes ont peur de prier, parce qu'ils pensent que le diable les écoute de façon indiscrète! D'autres pensent que le diable peut lire chacune de leurs pensées. Ce n'est pas le cas! Seul Dieu est omniprésent et omniscient.

L'Écriture nous ordonne de nous défendre, d’être fort et de lutter contre la chair et le diable: “Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, fortifiez-vous..” (1 Corinthiens 16:13) "Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.” (Éphésiens 6:10)

Vous devez en avoir assez d’être restreint par le diable—mener une basse existence, déprimée, sans joie, vide, harcelée.

Le livre des Juges nous dit, "Les enfants d'Israël firent ce qui déplaît à l'Éternel; et l'Éternel les livra entre les mains de Madian, pendant sept ans. La main de Madian fut puissante contre Israël." (Juges 6:1-2)

Les Israélites étaient à leur stade le plus bas. Ils étaient conduits à vivre dans des cavernes sombres et des tanières humides, ayant faim, apeurés et impuissants. Puis quelque chose se produisit. Cela commença avec Gédéon, et se répandait dans tout le camp: Israël en avait assez de se cacher dans les cavernes sombres!

Gédéon se dit, "Combien de temps devons-nous supporter cela? Ils traversent notre pays sans opposition. Personne ne se défend et ne fait rien! On nous dit que nous avons un Dieu qui a répondu à nos pères. Mais regardez-nous à présent—nous sommes démunis, impuissants. Nous vivons constamment dans la peur!"

Quelque chose se leva en Gédéon. Et il dit exactement ce que Dieu voulait entendre: “Ceci est allé trop loin! Nous servons un Dieu puissant et victorieux. Pourquoi nous continuons, jour après jour à subir ces mauvais traitements?"

Dieu ne fera rien jusqu'à ce que vous soyez complètement dégoûté—jusqu'à ce que vous en avez assez d’en avoir assez.

Vous devez agir comme Gédéon—implorer le Seigneur! Nous servons le même Dieu qu’Israël. S’il a entendu le cri d’Israël au milieu de leur idolâtrie, il vous entendra—dans votre sincérité.

mardi 6 janvier 2009

LA PRIÈRE DE L'INCROYANCE

Vous avez entendu parler de la prière de la foi. Je crois qu'il y a une copie conforme de cette prière, une prière qui est basée sur la chair. Je l'appelle la prière de l'incroyance.

Je veux vous poser une question. Avez-vous jamais entendu le Seigneur vous dire: "Arrêtez de prier—levez-vous?” Son Esprit ne vous a-t-il jamais commandé, "Arrêtez de pleurer, et essuyez vos yeux. Pourquoi êtes-vous devant moi?"

Le Seigneur prononça ces paroles à Moïse: "L'Éternel dit à Moïse: Pourquoi ces cris? Parle aux enfants d'Israël, et qu'ils marchent." (Exode 14:15) Le sens littéral en hébreu de ce verset est, “Pourquoi êtes-vous en train de hurler? Pourquoi toutes ses supplicationst dans mes oreilles?"

Pourquoi Dieu disait-il cela à Moïse? Voici un homme de Dieu qui prie se trouvant en pleine crise de sa vie. Les Israélites étaient en train d’être chassés par Pharaon, sans aucune fuite. La plupart des chrétiens probablement réagiraient comme Moïse. Il partit pour un flanc de coteau isolé et se trouva seul avec le Seigneur. Puis il vida son coeur dans la prière.

Quand Dieu entendit Moïse hurler, il lui dit: "Assez". L’Écriture ne dit pas explicitement ce qui suit. Mais à ce point Dieu aurait dit: “Vous n'avez pas le droit d'agoniser devant moi, Moïse. Vos pleurs sont un affront à ma fidélité. E t’ai déjà donné ma promesse solennelle de la délivrance. Et je vous ai informé ce que vous devez exactement faire. À présent, arrêtez de pleurer."

Alors que nous sommes confrontés à nos propres crises, nous nous persuadons, "La prière est la chose la plus importante que je peux faire maintenant." Mais le moment viendra quand Dieu nous appelle à agir, à obéir à sa Parole dans la foi. Durant une telle période, il ne nous permettra pas de nous retirer dans un désert pour prier. Ceci serait de la désobéissance et toutes prières seraient offertes dans l'incroyance.

La prière de l'incroyance ne tient compte que de la bonté de Dieu. Elle ignore la gravité de ses jugements bénis. Paul écrit: “Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu." (Romains 11:22) L'apôtre mentionne ici expressément la bonté et la sévérité de Dieu en meme temps. Il dit que l’un ne peut pas être séparé de l'autre.

Dans l'Ancien Testament, Ésaïe le décrit comme suit: “Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu; ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l'empêchent de vous écouter. Car vos mains sont souillées de sang.” (Ésaïe 59:1-3)

Bien-aimés, Dieu n'a pas changé entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Il est un Dieu d'amour et de miséricorde, comme Ésaïe le fait remarquer. Mais il a toujours haï le péché parce qu'il est saint et juste. C'est pourquoi il dit à Israël, “Je ne peux pas vous entendre à cause de votre péché."

Considérez les paroles de l’auteur des Psaumes David: " J'ai crié à lui de ma bouche, Et la louange a été sur ma langue. Si j'avais conçu l'iniquité dans mon coeur, Le Seigneur ne m'aurait pas exaucé. Mais Dieu m'a exaucé, Il a été attentif à la voix de ma prière. Béni soit Dieu, Qui n'a pas rejeté ma prière, Et qui ne m'a pas retiré sa bonté!" (Psaume 66:17-20)

L’auteur des Psaumes dit: “J'ai constaté qu'il y avait de l’iniquité dans mon cœur et j’ai refusé de vivre avec. C’est alors que je suis allé vers le Seigneur pour être purifié. Puis il entendit ma prière. Mais si j'avais tenu bon à mon péché, Dieu n'aurait pas écouté mes cris."

lundi 5 janvier 2009

L'AUTRE ASPECT DE LA COMMUNION

Marcher dans la gloire de Dieu ne signifie pas seulement que nous recevons l'amour du Père, mais que nous l’aimons aussi. Il s'agit d’une affection mutuelle, donnant et recevant à la fois de l'amour. La Bible nous dit, "Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force.” (Deutéronome 6:5)

Dieu nous dit: “Mon fils, donne-moi ton coeur." (Proverbes 23:26) Son amour exige que nous le rendons, que nous lui rendons un amour total, entier, qui exige tout notre cœur, âme, esprit et force.

Cependant, le Seigneur nous dit en termes clairs, "Vous ne pouvez pas gagner mon amour. L'amour que je vous donne est immérité!" Jean écrit: ”Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés" et "Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier.” (1 Jean 4:10,19).

Tout comme l'amour de Dieu pour nous est marqué par le repos et la joie, notre amour pour lui doit avoir aussi ces deux éléments:

1. David exprime un repos dans son amour pour Dieu quand il écrit, “Quel autre ai-je au ciel que toi! Et sur la terre je ne prends plaisir qu'en toi." (Psaume 73:25) Le cœur qui aime le Seigneur cesse complètement à regarder ailleurs pour le confort. Au contraire, il trouve pleine satisfaction en lui. Pour un tel amant, la bonté de Dieu est meilleure que la vie elle-même!
2. Un tel cœur se réjouit également de son amour pour Dieu. Il chante et danse dans une extase joyeuse au sujet du Seigneur. Quand un enfant de Dieu sait combien son père l'aime, elle fait le bonheur dans son âme!

Permettez-moi de vous donner l'un des plus puissants versets de toute l'Écriture. Proverbes nous donne ces paroles prophétiques de Jésus: “J'étais à l'oeuvre auprès de lui, et je faisais tous les jours ses délices, jouant sans cesse en sa présence, jouant sur le globe de sa terre, et trouvant mon bonheur parmi les fils de l'homme.” (Proverbes 8:30-31)

Bien-aimés, nous sommes les fils qui sont mentionnés ici! Dès les fondations de la terre, Dieu a prévut un corps de croyants joints à son Fils. Et même alors, le Père prit plaisir et se réjouissait de ces fils. Jésus témoigne: “J'étais le plaisir de mon Père, la joie de son être. Et maintenant, tous ceux qui se tournent vers moi dans la foi sont aussi son plaisir!”

Alors, comment nous aimons Jésus en retour? Jean réplique: “Car l'amour de Dieu consiste a garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles." (1 Jean 5:3).

Quels sont ses commandements? Jésus dit essentiellement qu’il y en a deux et "de ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.” (Matthieu 22:40) Le premier et le plus important est d'aimer le Seigneur de tout notre cœur, de toute notre âme, et de toute notre pensée.. Nous devons rien retenir de lui. Et le deuxième est que nous aimons notre prochain comme nous-mêmes. Ces deux commandements simples et non cruels résument la loi de Dieu.

Jésus dit ici que nous ne pouvons pas être en communion avec Dieu ou marcher dans sa gloire, si nous gardons une rancune contre n’importe qui. Par conséquent, aimer Dieu signifie aimer chaque frère et sœur de la même manière que nous avons été aimés par le Père.

vendredi 2 janvier 2009

UNE VIE DE COMMUNION

Des multitudes de la progéniture de Dieu ne savent peu ou rien d'une vie de communion avec lui. Pourquoi en est-il ainsi?

Je crois que ces chrétiens ont un concept minable et tordu du Père céleste. Je me souviens de parabole de Jésus au sujet du serviteur qui a cacha son don, parce qu’il avait une image tordue de son maître. Ce serviteur dit, "Je savais que tu es un homme dur.” (Matthieu 25:24)

De même, de nombreux croyants aujourd'hui pensent, “C’est impossible que Dieu puisse être heureux à mon sujet, se réjouissant et chantant avec amour. Je lui ai failli misérablement à certains moments, faisant des reproches en son nom. Comment est-ce possible qu’il peut m’aimer, en particulier durant la lutte à laquelle je suis confronté aujourd'hui?"

Je crois que c'est une très forte raison pour laquelle tant de chrétiens ne veulent pas se rapprocher de leur Père céleste. Ils appréhendent de s'approcher de lui, car ils ont le sentiment qu'ils lui ont failli de lui en quelque sorte. Tout ce qu'ils peuvent concevoir de lui, c'est qu'il est plein de feu dévorant, prêt à les juger et à les condamner.

La question pour nous tous aujourd'hui est, comment pouvons-nous ne pas avoir envie d'être près d'un Père qui nous écrit des lettres d'amour, qui nous dit qu’il aspire à être avec nous, qui est toujours prêt à nous embrasser, qui dit qu'il n'a que rien que de bonnes pensées à propose de nous? En dépit de notre stupidité, il nous assure, “Il se peut que Satan vous dit que vous ne valiez rien, mais je vous dit que vous êtes ma joie!"

Il se peut que vous pensiez “C’est certain que le Seigneur ne se réjouit pas de quelqu'un qui est encore dans le péché. Je ne peux pas m’attendre à ce qu’il m’aime-moi si je continue dans mes péchés. Ce type de réflexion fries le blasphème."

Oui, Dieu aime son peuple, mais il n’aime pas leur péché. La Bible dit qu'il réprouve tout enfant qui continue dans l'iniquité, mais il le fait toujours avec extrême patience. Et après qu’ il nous réprouve, son Esprit nous remplit d'un sentiment de son indignation sur le péché.

À travers tout cela, l'amour de Dieu pour nous reste inchangé. La Parole dit: “Car je suis l'Éternel, je ne change pas." (Malachie 3:6) "…du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation." (Jacques 1:17) “Car je suis Dieu, et non pas un homme.” (Osée 11:9)

Pourvu que son amour pour nous ne monte et baisse pas comme le nôtre fait pour lui. Notre amour varie presque tous les jours, allant d’intense et fervent à tiède ou même froid. Comme les disciples, un jour nous pouvons être prêts à mourir pour Jésus et puis le renoncer et fuir ensuite.

Je dois vous demander si vous êtes capable de dire: “Mon Père céleste est amoureux de moi! Il dit qu’à ses yeux je suis doux et charmant, et je le crois. Je sais que peu importe ce que je traverse, ou peu importe à quel point je suis tenté ou mis à l’épreuve, il me sauvera. Il rôdera autour de moi à travers tout cela, ne jamais me permettre d'être écrasé. Il sera toujours doux et tendre avec moi!"

C'est alors que commence unn véritable communion. Nous devons être convaincus chaque jour de l'amour immuable de Dieu pour nous. Et nous devons lui montrer que nous croyons en sa révélation. Jean écrit: “Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.” (1 Jean 4:16).